Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Dude
avatar

♣ Armurier ♣


✘ AVENTURES : 245
✘ SURNOM : Le Chevalier
✘ AGE DU PERSO : 15 ans maintenant !

✘ DISPO POUR RP ? : Will see in private
✘ LIENS : Shmow-zow ! It was weird but I liked it.

MessageSujet: The Fall   Ven 13 Oct 2017 - 15:28

The Fall


Les premières lueurs du jour éclairent la cabane silencieuse et je me précipite sur le miroir au mur. Je manque de tomber sur le chemin : mes jambes me paraissent trop grandes. J'ai peu dormi cette nuit, pas du tout peut-être même. Mais je l'ai senti. Maintenant je veux voir.
J'étouffe un cri en voyant mon reflet. Ouah, c'est moi. J'ai beau m'y attendre, ça fait un choc. Je lève la tête et m'inspecte le menton : ouf, pas de poils. Sous les bras ? Clear. Je tire l'élastique de mon caleçon... Oh fuck ! L'élastique claque et j'avale un juron pour pas réveiller ma cabane.
Je reviens à mon reflet et décortique mon visage : il est plus fin, avec une mâchoire plus carrée, mes sourcils se sont un peu épaissis, mes yeux sont toujours pareils, mon nez s'est pas remis droit. Le plus bizarre c'est mes dents : les deux qui manquaient ont poussé, en une nuit. Je les ai senti passer d'ailleurs ! J'ai l'air moins con maintenant, mais les deux petites d'en bas se sont trop fait la bise et se chevauchent. Tant pis.
Ça valait le coup, je suis plus fort maintenant. Je palpe mes bras, on voit le dessin des muscles. Des vrais biscottos, presque comme Sharpy. Et puis je suis bien plus grand, tellement grand ! D'ailleurs je peux plus rentrer dans mes anciens vêtements, ceux d'hier... En une nuit. Ça a été plus rapide que ce que je pensais. Mais je le voulais tellement fort. Être plus fort. Pour elle... Je ferme les yeux à m'en faire péter les paupières. Je dois pas pleurer, j'ai déjà assez pleuré hier, et le jour d'avant, et celui d'avant encore. Depuis qu'on est sûr qu'elle reviendra pas. Qu'elle est... Morte, fuck, je dois pas avoir peur de le dire. Rainette est morte ! Et c'est ma faute, ma faute... Parce que j'étais pas là. Parce que j'étais trop faible de toute façon. Et je le suis toujours. J'ai encore beaucoup de chemin à faire avant d'être un vrai chevalier. Plus question de chasser les papillons et autres bullshit du genre. Je deviendrais le meilleur combattant du Big Tree, meilleur que Sharpy !
Mais avant, je dois aller voir mon King. Je n'ai pas le droit d'être lâche, je dois aller me dénoncer.
Parce que ai grandi.

Je m'y suis préparé toute la nuit. Pourtant, j'ai quand même le ventre qui se tord. Je déglutis difficilement et me tourne vers la sortie... Je suis encore en caleçon.
J'enfonce mon bonnet  sur la tête. J'essaye... J'ai beau  tirer, ça passe pas. J'ai pris la grosse tête on dirait. J'étouffe  un rire qui se transforme en gémissement quand j'entends le tissus craquer. Oh fuck ! Je me fige, j'ose pas jauger les dégâts... Mais je le fais, et je ravale à grand peine une poussée de larmes. Le tissu s'est déchiré, c'est tout petit, mais c'est déjà trop. C'est un souvenir de Rainette, mon plus précieux. Mon heaume. Je le regarde un moment, les yeux brillants. Je me sens vide à l'intérieur, comme si on avait creusé mon coeur avec une pelle. Ça fait mal. Et j'ai pas le droit d'ignorer cette douleur, je la mérite, mais je peux pas rester sans rien faire. J'en ai pas le droit.
Alors je range le bonnet dans mon sac à dos et saisis ma cape d'aventurier pour m'en couvrir ; elle m'arrive aux genoux mais me couvre la tête. J'enfile mon sac à dos et passe Excalibur 2, celle en bois, à ma ceinture.
Je sors enfin, le soleil est plus haut dans le ciel, je me suis un peu trop admiré. Il fait froid, j'ai la chair de poule sous les flocons et mon petit morceau de tissus, alors je me dépêche de rejoindre la Mercerie.

« J'ai besoin de vêtements à ma taille ! je lance et je m'étouffe avec ma nouvelle voix grave. S'il vous plaît. » j'ajoute, penaud.

Le silence s'est fait dans la cabane des Raccomodeurs. On me regarde avec des grands yeux remplis d'incompréhension, de surprise, d'horreur. Et même de pitié. J'essaye de rester droit et digne, croisant les bras sur mon torse à peine couvert. Mais je suis encore maladroit avec ce grand corps et je m'emmèle.
Quelqu'un se lève, disparaît dans les étagères et revient avec un tas de vêtements.

« Merci. » et je suis content que ma voix ne parte pas dans les aigus.

J'ai échappé à ça.
Les murmures commencent et je sors vite. Parce que quoique je dise, je suis pas très à l'aise..
Dans un coin entre un pont et une cabane j'enfile les vêtements avec grande difficulté : mes bras sont trop longs, mes jambes aussi, j'ai du mal à ne pas tomber. Finalement j'y parviens et je tente de m'inspecter un peu. De ce que je vois c'est bien : un t-shirt, à l'endroit, une veste sweat, un bermuda et... Pas de chaussures. Tant pis. Je range ma cape dans mon sac et rabats la capuche sur ma tête. Il faudra que je trouve une solution pour le bonnet...
Mais pour l'heure, il est temps d'affronter mon destin.


☠️


Au sommet du Big Tree il fait encore plus froid. Les feuilles ont les bords blanchis par le givre, le même qui recouvre le corps de Peter Pan. Il est debout sur le toit du Zeppelin, face à l'horizon. On pourrait le prendre pour une statue si de la buée ne s'échappait pas de sa bouche.
En le regardant j'ai l'impression de voir un autre Peter Pan. Comme si j'avais mis des lunettes. J'ai l'impression de comprendre des choses, mais j'arrive pas à mettre des mots dessus...
Je reste à le regarder, comme ça, médusé.
Et puis la honte et la culpabilité grimpent, m'enserrent la gorge. J'y résiste tant bien que mal parce que j'ai pas le droit de regretter. Je le voulais, je le DEVAIS.
Alors je prends mon courage à deux mains, pour pas qu'il s'échappe, et grimpe à l'échelle en priant pour ne croiser aucun chef ; parce qu'alors mon courage m'échapperait.
Ma prière est entendue et je me retrouve sur le toit, juste derrière mon King. Je me racle la gorge et sans attendre mets un genou, la tête baissée en signe de respect et peut-être aussi pour cacher mon visage.

« My King, je suis venu m'offrir à ton jugement : cette nuit, j'ai grandi. »

J'inspire un très grand coup, j'ai préparé mon discours toute la nuit. Enfin pas vraiment, j'avais trop mal aux dents et les discours c'est pas mon fort, mais j'y ai quand même réfléchi.

« J'étais pas assez fort pour protéger ceux qui en ont besoin. J'ai perdu Rainette, je veux pas en perdre d'autres. Je veux pas devenir un adulte my King, je veux seulement être plus grand et plus fort. Pour être un meilleur Chevalier. Je suis prêt à recevoir ma punition. »

Parce que je suis plus aussi débile qu'avant, je sais que Scar a été brûlé pour les mêmes raisons que moi. Et malgré tout mon courage, que je tiens fermement, un frisson me parcourt à l'idée d'être brûlé ou mutilé.
Pour Rainette.

©






True Nature of the Knight:
 


Le Chevalier cherche son destrier et meilleur ami !


Dernière édition par Dude le Ven 17 Nov 2017 - 16:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peter Pan
avatar

♛ Roi des Garçons Perdus ♛


✘ AVENTURES : 2627
✘ SURNOM : L'Enfant Roi
✘ AGE DU PERSO : Eternel

✘ DISPO POUR RP ? : Un peu chaud !
✘ LIENS : Je suis un petit oiseau à peine sorti de l'oeuf.
Et aussi tout ça !

MessageSujet: Re: The Fall   Ven 13 Oct 2017 - 16:44






Tu ne l'as pas vu, petit chevalier, grand chevalier, mais Peter Pan n'est pas seul. A son côté se tient un immense corbeau, plus immense que tu n'en as jamais vu, plus noir aussi, plus majestueux, et alors que ses orbes abyssaux se posent sur toi, il semble qu'ils sondent ton âme au plus profond. Ce corbeau, c'est Salomon, celui qui fit que Peter Pan est Peter Pan.

Peter Pan ne te regarde pas, tandis que tu t'exprimes, que tu éructes ton honneur avec ta tête baissée et tes mots d'humilité, son regard est vide, blanchi comme celui de Salomon est sombre, loin de tout et encore plus loin de toi.
Ça devrait te faire peur, bien plus que la punition.

Ça te fait peur, non, cette pellicule de givre qui le recouvre petit à petit, comme une plante raidie par le froid et bleuie par l'hiver ?
Ça te fait peur, ce visage figé, ce regard troué, comme un ange en cristal ? Tu sais, ceux qui sont jolis, mais qui font peur aussi.

Punition... souffle Peter Pan, et sa voix est comme du givre aussi, comme un vent du nord faible et glacé, mais tout cela est dur à expliquer.

La tête de Peter Pan pivote très – très – lentement vers toi. Mais même alors, son regard semble te traverser.

Scar... Il avait grandi.

Quelque chose a du émerger dans sa mémoire, comme la main d'un cadavre emporté par l'avalanche. Mais jamais Peter n'ira déterrer le corps, jamais.

Être fort ne sert à rien. Quand même, ils veulent partir. On ne peut pas les protéger, puisqu'ils veulent partir.

Sa voix, quelle horrible voix, est-ce bien sa voix ? Elle est si lisse, si vide, on dirait du verglas.

Si tu veux partir, pars tout de suite. Si tu veux rester, je te punirai.

Si tu veux vraiment rester, tu n'as qu'à le prouver.











La musique que je joue au gré du vent : Flûtes de Pan
Les dessins que je peins au gré du temps : Crayons de Pan



Je tyrannise en forestgreen.




le merveilleux cadeau de mes enfants trouvés:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org/
Dude
avatar

♣ Armurier ♣


✘ AVENTURES : 245
✘ SURNOM : Le Chevalier
✘ AGE DU PERSO : 15 ans maintenant !

✘ DISPO POUR RP ? : Will see in private
✘ LIENS : Shmow-zow ! It was weird but I liked it.

MessageSujet: Re: The Fall   Ven 13 Oct 2017 - 20:12

The Fall




C'est la première fois que j'entends la voix de Peter Pan depuis notre départ dans l'Ordinaire. J'ai pas assisté à son discours devant le Zeppelin même si on me l'a raconté. Et rien de ce qu'on a pu me dire ne m'a préparé à... Ça. Ce froid qui prend aux tripes et fige l'air dans les poumons.
Je me concentre sur ma respiration et garde la tête bien baissée. Parce que là, ouais, j'ai peur. Et je veux surtout pas contrarier my King... Ou la chose gelée qui a pris sa place.
Je serre quand même les dents. Parce que Rainette voulait pas partir. Rainette voulait cueillir des fleurs en chantant pour en faire des couronnes qu'elle m'offrirait. Non, Rainette voulait pas partir et si j'avais été plus fort j'aurais pu la protéger de tous les dangers.

« Si tu veux partir, pars tout de suite. Si tu veux rester, je te punirai » c'est coupant comme de la glace.

Je redresse la tête vivement et reste bouche bée devant le corbeau géant. Oh man ! Il vient d'arriver ? Il était déjà là ? Impossible que je rate ce monstre, mais impossible que je l'ai pas entendu arriver. Je reste un moment, la bouche ouverte à gober des flocons et regarder l'oiseau. Wow.
Je secoue la tête et reviens à Peter Pan. Un frisson me secoue et c'est bien dû au froid, de dedans et de dehors. Ses yeux sont posés sur moi et j'ai l'impression de ne jamais avoir eu aussi froid de toute ma vie. Comme si ses yeux gris aspiraient ma chaleur... Je baisse un peu le regard et dis avec toute la détermination qui me reste après cette vision glaçante :

« Of course que je veux rester ! Ma vie est ici, au Big Tree. J'endurerais toutes les punitions qu'il faut pour rester à tes côtés my King. »

Même si je dois le sauver de lui même.


©






True Nature of the Knight:
 


Le Chevalier cherche son destrier et meilleur ami !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peter Pan
avatar

♛ Roi des Garçons Perdus ♛


✘ AVENTURES : 2627
✘ SURNOM : L'Enfant Roi
✘ AGE DU PERSO : Eternel

✘ DISPO POUR RP ? : Un peu chaud !
✘ LIENS : Je suis un petit oiseau à peine sorti de l'oeuf.
Et aussi tout ça !

MessageSujet: Re: The Fall   Lun 16 Oct 2017 - 17:45






Et soudain, il semble te voir, te voir pour de vrai. Le roi te voit, le roi est revenu, même si ça ne durera pas.

Son visage reste à la fois raide et doux, comme celui d'une poupée à la fois vieille et intacte, tellement tellement pâle, tandis que ses cils couverts de poussière d'argent papillonnent. La réalité de tes mots semble trouver un chemin jusqu'à lui, jusqu'à sa conscience.

Toutes les punitions... il répète, encore.

Il s'approche de toi, un froid insidieux te traverse, tendrement, pas comme des pics de glace vois-tu, non, plutôt comme ce froid s'introduisait peu à peu dans ton sang, jusqu'aux plus petites cellule de vie.
D'ailleurs, le bout de tes doigts se met à givrer aussi.

Cette nuit, nous irons à l'arène. Juste toi, moi, et... tu sais. Mais non, Peter, il ne doit pas savoir. Nous attendrons le début de la nuit. Attends avec moi.

Il s'assoit, et s'assoir semble être un énorme effort, lui qui d'habitude n'a pas de peine à trouer les nuages et rattraper l'Esprit Lune. Lui qui n'a de peine pour rien.





Combien de temps avez-vous attendu ?
Tu ne sais pas, bien sûr, puisque le temps n'existe pas. Il n'y a que l'attente, l'attente dans le rien, l'attente que Peter Pan ouvre les yeux.
On le croirait figé à jamais, ainsi assis en tailleur surplombé de Salomon, on croirait réellement voir une statue. Peut-être doutes-tu même qu'il se réveille jamais.

Mais Peter Pan a du entendre le soupir silencieux de l'Esprit Nuit, puisque ses yeux s'ouvrent alors que le jour s'éteint. Ses yeux s'ouvrent sur toi.

C'est l'heure.

Salomon étend ses ailes, cela fait un bruit de souffle et ravive le froid qui grignotte ta peau. Peter Pan monte sur son dos. Il est vraiment immense, ce corbeau.

A l'Arène.





Plus tard encore, alors que le ciel prend à chaque battement de coeur une teinte plus sombre, Peter Pan rejoint l'Arène. Les Perdus sont excités, tout en nervosité. Cela fait des lunes qu'ils n'ont pas vu le Roi. On entend des petits demander si c'est vraiment le vrai lui.

Il porte une cape doublée d'hermine, encore plus épaisse et longue que d'habitude, une couronne, il porte tout son attirail et le rouge lui donne un peu de couleur, mais rien ne peut masquer ce teint gris, argenté, ces cheveux blanchis, ces lèvres violettes. Il va s'assoir au trône de l'Arène, celui fait de plumes et de jouets anciens, et on croirait qu'une pellicule de givre se dépose sur le trône dès lors qu'il s'y pose.
Salomon se tient derrière lui en Sentinelle, un trou noir ailé, si noir et si grand décidément.

Cela fait longtemps qu'il ne s'est rien passé de ce genre au Grand Arbre. Peter Pan est tellement loin de ses enfants. Mais Dude est venu le chercher, il est venu le trouver, et Peter Pan a cligné des yeux.

On fait venir le prisonnier. Il s'appelle Bean. Il est grand. Il est plus grand que Dude. Il est plus grand qu'avant.
Les hués s'élèvent dans le ciel assombri, on tape du pied, on lance des trucs, la frénésie réchauffe les coeurs et les ardeurs. Les haines. Le visage de Peter Pan est toujours celui de la poupée vieille et intacte. Pétrifié et doux. Loin.

Le silence, obstrué de cris, de rires et de toussotements, englobe peu à peu l'Arène. Peter Pan ne se lève même pas. Sa voix aussi est douce, douce et glacée. Loin.

Tu peux le tuer.

C'est toi qui l'as dit.
Toutes les punitions.



Illustration de Max:
 











La musique que je joue au gré du vent : Flûtes de Pan
Les dessins que je peins au gré du temps : Crayons de Pan



Je tyrannise en forestgreen.




le merveilleux cadeau de mes enfants trouvés:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org/
Dude
avatar

♣ Armurier ♣


✘ AVENTURES : 245
✘ SURNOM : Le Chevalier
✘ AGE DU PERSO : 15 ans maintenant !

✘ DISPO POUR RP ? : Will see in private
✘ LIENS : Shmow-zow ! It was weird but I liked it.

MessageSujet: Re: The Fall   Mer 18 Oct 2017 - 18:28

À partir de maintenant le sujet est ouvert à tous les enfants perdus, mères voire fées voulant assister à la punition de Dude. Vous pouvez le soutenir,
le huer, lui balancer des fleurs, des bisous ou des tomates (voire des cailloux mais c'est pas gentil). Vous pouvez même décrire le  combat comme vous voulez : Dude a CLAIREMENT pas le  dessus, voilà . Bref défoulez vous !  



The Fall



Un éclat s'allume, tout au fond des yeux gris du King, et ça fait presque comme un éclat d'espoir.
Et c'est à cet espoir que je me raccroche quand il fait un pas vers moi et que le froid se fait plus intense. Plus insidieux.
Mes dents se mettent à claquer et je tente de fermer la bouche pour le masquer. Mais le tremblement se reporte sur le reste de mon corps et ça, je n'arrive pas à le contrôler. Alors je contrôle mes yeux, qui lâchent pas ceux de Peter Pan. Même si ça fait un peu peur, même si ça fait un peu mal.
Je sers les poings et ça crisse, comme du verre pilé. Mais ce sont juste mes doigts gelés.
Ainsi ce sera L'Arène : je l'espérais. J'ai l'habitude de L'Arène, j'y fait souvent un tour. Je vais sûrement me battre contre une créature gigantesque, ou un autre garçon, un grand sûrement. Pour prouver ma valeur à my King. Je sais faire ça. Je préfère ça à la mutilation, vraiment. Je réprime un soupir de soulagement et acquiesce simplement en regardant Peter Pan s'asseoir à mes côtés.
Le froid se fait encore plus fort, presque insoutenable, mais je suis heureux qu'il soit si proche de moi. Ça fait longtemps. I miss my King.
Ça crisse quand il s'assoit, on dirait qu'il est rouillé, on dirait qu'il est vieux. Mais ça ne se peut pas, c'est Peter Pan.
Commence l'attente.
Je suis toujours aussi impressionné par la capacité de my King à rester immobile pendant des jours et l'instant d'après bondir sans discontinuer.
Moi je sais juste bondir.
Le temps passe, extrêmement lentement, comme à chaque fois qu'on doit attendre. Je me suis assis en tailleur pour pas avoir de fourmis, mais ne pas bouger est une vraie torture. Surtout avec ce froid qui me consumme. Malgré tous mes efforts je n'arrive pas à garder les yeux fermés comme Peter Pan, et je n'arrive pas à empêcher les doigts de battre la mesure d'un morceau de Whistle.
Mais le pire, c'est le cerveau. Il marche à cent à l'heure, vu que le corps bouge pas, il travaille pour deux.

Rainette. Tristesse. Douleur. Culpabilité. Peter Pan. Peur. Respect. Inquiétude. Admiration. Runaan. Colère. Haine. Frustration. Grandissement. Satisfaction. Honte. Détermination. Rainette...

Et ça recommence comme ça, en boucle.
Autant dire que lorsque Peter Pan se lève, j'étouffe presque dans mon soupir de soulagement. J'allais devenir fou, c'est sûr.

« C'est l'heure. À L'Arène. »

Et le corbeau - si on peut appeler ça comme ça vu la taille - déploie ses ailes dans un grand courant d'air froid qui m'arrache un frisson violent. My King monte sur son dos et il a l'air d'un sorcier, pas les gentils, mais c'est Peter Pan, il est forcément du côté des gentils.
Ils s'envolent en me plantant là. Je reste assis un moment, comme si j'avais oublié comment me lever, marcher et tout le reste. Et aussi parce que je suis pas trop sûr de quoi faire. Me rendre à une sentinelle ? Mais je ne suis pas un prisonnier, je ne vais pas m'enfuir. Je ne vais pas être banni. Pas vrai ?
Finalement je me lève avec force grimace et jurons, les jambes flageolantes sous l'assaut de fourmis enragées, et prends le chemin de l'Arène. Seul.
Oh j'en croise du monde, même des sentinelles. Elles non plus n'ont pas l'air de trop savoir quoi faire de moi, alors elles me laissent passer.
Je sens le message du prochain combat se répandre autour de moi ; le Chambellan fait son travail.
Je pénètre dans l'Arène vide. Ça me fait très bizarre parce que d'habitude j'y suis amené par une sentinelle.
Je me mets à courir, pour me dégourdir, je fais plein d'exercices sans trop être sûr de leur utilité. Tout sauf l'attente immobile.
Les gradins se remplissent peu à peu et je sens que l'ambiance est pas pareil que pendant mes combats, d'avant. Non, c'est l'ambiance des punitions, des bannissements. Mais il n'y a pas de poteau, ça me rassure.
J'arrête de m'agiter et j'attends, immobile mais debout. Face au trône vide.
Enfin, Peter Pan arrive sur le dos du corbeau géant. Il a sorti ses beaux vêtements, j'en suis un peu fier. Il fait même un peu moins peur avec ce rouge sur les épaules.
Il s'assoit, l'excitation est à son comble dans les gradins et je comprends enfin pourquoi : notre King est là et cela faisait bien longtemps. Moi je viens de passer un long moment assis juste à côté de lui, c'est pour ça que je n'avais pas compris. Ça me convient, toute l'attention est braquée sur lui. Parce les quelques regards que j'ai croisé m'ont fait une drôle d'impression. Pas dans le bon sens de drôle...
Les portes en face s'ouvrent et un grand garçon entre, encore plus grand que moi. C'est un Récolteur, un garçon avec qui je rigole, un garçon avec qui j'ai fait un concours de lance-pierre. Bean. Ce n'est pas un ami, mais on s'aime bien. Je ne savais pas qu'il avait grandi. Lui aussi a perdu quelqu'un d'important ?
Il a l'air aussi étonné que moi en tout cas.
Et c'est pire quand les objets commencent à pleuvoir sur nous autant que les cris.
Ils doivent le viser lui, ils sont juste nuls pour viser. Pas vrai ? Parce qu'ils me reconnaissent, ils savent que je suis un gentil. Que j'aide les gens. Je suis le Chevalier. Alors ils peuvent pas me jeter des trucs.
Mais Bean aussi est un gentil... Alors lui non plus ne mérite pas qu'on lui lance des objets sur la tête.
J'ai envie de leur crier d'arrêter mais ma voix ne marche plus. Alors je me couvre la tête de mes bras, mes grands bras.
Le silence se fait petit à petit jusqu'à ce que la voix effrayante de vide de Peter Pan souffle :

« Tu peux le tuer. »

Alors je remarque l'épée dans la main de Bean : c'est une vraie épée en métal. Comme ce combat, c'est un vrai combat. À mort.
J'ecarquille les yeux, fixe my King mais il est loin, trop loin.
Il a dit "tu", sans rien de plus. Ça pourrait être à moi qu'il s'adressait, ou à Bean. Ça ne change rien : quelqu'un doit mourir. De la main de l'autre.
Mais où est la chevalerie là dedans ? Je suis le Chevalier, je ne tue pas les innocents !
Je ne tue pas tout court... C'est une de mes faiblesses. Si je savais tuer j'aurais peut-être pu sauver Rainette.
Mais ce n'est pas en tuant Bean que je deviendrais plus fort. Si ?
Non, je ne peux pas accepter ça. Et Bean non plus !
D'ailleurs... Il a levé son épée. Et il me regarde bizarrement, comme si il s'excusait et pas du tout à la fois.
Parce que lui il va pas hésiter à me tuer.
Ça fait un choc qui secoue tout mon corps et à cet instant, mon épée de bois m'apparaît réellement : futile et dérisoire. Je vais mourir sous la lame d'un pote.
Il avance. Lentement. Puis de plus en plus vite.
Je lance un dernier regard à Peter Pan, mais il ne me voit pas, il ne voit rien ni personne.
Je vais mourir. Ici. Et tout ça n'aura servi à rien.
Rainette...
Il est tout proche maintenant, il lève son épée encore plus haut.
Rainette.
La lame accroche un rayon de lune et s'abaisse, visant ma tête.
Rainette.
Un bruit mât retentit dans l'Arène. Excalibur 2 brandie au dessus de moi, j'ai stoppé la lame de Bean.
Je ferais tout pour survivre. Pour que l'histoire de Rainette ne se répète jamais.


©


Résumé:
 






True Nature of the Knight:
 


Le Chevalier cherche son destrier et meilleur ami !


Dernière édition par Dude le Ven 17 Nov 2017 - 16:38, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whistle
avatar

♣ Armurier ♣


✘ AVENTURES : 23
✘ SURNOM : Le Merle
✘ AGE DU PERSO : 13 ans officiellement, en parait 14/15

✘ DISPO POUR RP ? : 2/2
✘ LIENS : Rock 'n' Roll

MessageSujet: Re: The Fall   Sam 4 Nov 2017 - 22:56

Yes, how many deaths will it take till he knows
That too many people have died?
The answer my friend is blowin' in the wind
The answer is blowin' in the wind.


Bob Dylan - Blowin' in the Wind



Parfois, je ne fais plus attention aux jours qui passent. Je me rappelle de la veille, et du jour d'avant, et de celui d'avant encore, mais j'oublie le nombre total. J'oublie la durée. J'oublie le temps. Il n'y a que comme ça qu'on reste enfant à Neverland, en oubliant un peu, et s'en foutant un peu. Ce matin (il parait que c'est le matin), je rejoins les armuriers sans y penser. J'ai pas vu Dude qui s'ausculpte, je l'ai pas vu filer chez les Racommodeurs, j'ai pas fait gaffe. Je m'en veux un peu, quand je l'apprends. Et puis je lâche un "oh le con" quand j'apprends qu'il est parti voir Peter. J'aime pas trop ça. J'ai plus confiance dans le Roi, mais Dude, c'est un mec super. Putain de chevalier.

On attend tous le mot d'ordre. Certains sont excités, je suis quasiment sûr que Zombie va se faire dessus à l'idée d'un exemple publique. J'ose pas aller voir Soul, même si j'en crêve d'envie, je sais qu'il pourra rien faire. Il pourra juste comprendre pourquoi je flippe tant. Et puis Peter parle. Pas le Peter qu'on connait, l'espèce de pantin glacé qui le remplace. Celui qu'on voit pas, mais qu'on imagine.

Beaucoup se bousculent vers l'arène, tout le monde veut voir, chacun a ses raisons. J'ai pas envie d'y aller, j'ai envie de trouver Dude, de lui direr d'arrêter, mais c'est trop tard. C'est bizarre, l'armurier a toujours été un pote, comme ça, mais on n'était pas si proche, enfin je crois. Je sais pas si c'est l'arène, le grandissement ou le groupe, mais j'ai brusquement l'impression que c'est quelqu'un de ma famille qu'on envoie à l'abattoir. Je suis les autres dans l'arène, j'ai la gorge nouée. Ça fait depuis le début de cette histoire que j'ai pas chanté.

J'arrive dans les derniers, j'ai pas vu le Chevalier débarquer. Il gigote au milieu, l'adversaire vient d'entrer en scène. Je le connais de vue lui aussi, mais je lui ai jamais parlé. Ça tombe bien, c'est déjà ça, ça sera moins dur.

Parce que Dude va devoir le tuer.

Mes yeux se posent sur notre Enfant Roi. Je frémis. Il a l'air plus mort que vif. Plus froid que Hook. Une chose est claire : il n'aura pas pitié.

Le combat commence. Je voudrais hurler à Dude de se secouer de pas rester comme ça, qu'on s'en FOUT de la chevalerie en ce moment parce que Peter n'est pas le Roi Arthur ou je sais pas qui. Mais je reste silencieux, comme beaucoup. Je voudrais fermer les yeux mais je suis fasciné par la scène, et Dude tient bon. Il lève l'épée. Il va se battre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sharpy
avatar

♣ Chef des Armuriers ♣


✘ AVENTURES : 661
✘ SURNOM : la Lame
✘ AGE DU PERSO : 16 couteaux

✘ DISPO POUR RP ? : Non
✘ LIENS :
Que vos lames restent acérées !
L'amitié est comme la lame d'un couteau : en se retournant elle blesse son maître.

MessageSujet: Re: The Fall   Dim 12 Nov 2017 - 20:31

"Sharpy ! Dude et Bean se battent à mort !"
"Quoi ?"

Le chef des Armuriers en tombe presque de son lit. Il a veillé tard et ne s'est endormi que lorsque le Grand Arbre a commencé à s'éveiller. Il n'a rien vu venir mais quand il débarque en courant dans l'Arène, il prend conscience de la situation : Dude et Bean ont grandi et Peter les punit. Les gradins sont déjà bondés et la foule est surexcitée. Il y en a qui lancent des fruits pourris ou des cailloux sur les deux adversaires, qui ont commencé à échanger quelques coups. Sharpy observe la scène, atterré. Comment n'a-t-il pas pu voir venir la chose ? Dude n'a quand même pas grandi en une nuit, si ? Et comment...? Il passe derrière deux camarades Armuriers pour se faire une place dans les premières rangées de spectateurs et donne instinctivement un coup sur le crâne d'un de ses gamins qui a des pierres dans les mains. "N'y pense même pas", siffle le chef. Dude a peut-être enfreint la règle la plus importante de l'Arbre mais c'est encore un des leurs. Du moins jusqu'à ce que Peter rende son jugement. À moins que la lame de Bean ne le tranche avant.

Sharpy s'assied parmi les autres spectateurs. Cette punition lui rappelle trop celle, récente, que leur roi a infligé à son ami Arrow, pour s'être battu avec Zombie.
D'abord Zombie et maintenant Dude. Est-ce que Sharpy est un chef inattentif ? Si ses recrues enfreignent le règlement sans qu'il s'en aperçoive, qu'est-ce que ça dit de lui ? Il se remémore comment Peter a puni Arrow. Il a demandé à Lacerate et lui de le frapper... le chef des Armuriers repousse ce souvenir dans un coin de son esprit pour se concentrer sur l'Arène. Son œil entraîné ne met pas longtemps à analyser le combat. Dude est clairement en position de faiblesse et ce n'est pas uniquement dû à sa lame en bois ; il n'a jamais été un excellent combattant, Sharpy ne sait pas s'il l'a déjà vu gagner ne serait-ce qu'un seul entraînement dans l'Arène. Mais là, c'est différent. Aujourd'hui, Dude joue sa vie. Sharpy étouffe un juron en réalisant ce que cela implique. Bordel. Il va se faire défoncer. Il va se faire défoncer et Bean va le tuer, parce que Bean est mort de trouille, il le voit dans son regard. Il voit qu'il a peur de tuer Dude, mais plus encore il craint le courroux de Peter. Le chef des Armuriers serre les poings, impuissant. Il comprend Bean. Il pense à l'ami qu'il a été obligé de frapper. Et maintenant la même sentence tombe sur le Chevalier, bien pire encore. Elle tombe sur Dude, ce pauvre gamin qui n'a jamais fait de mal à une mouche. Un peu con, dissipé, toujours à partir à l'aventure, qui ne fait son travail qu'à moitié et qui entasse les épées inutiles dans le fond de la Forge ; le gamin souriant qui revient avec des bleus et des dents en moins et que Sharpy n'a jamais réussi à recadrer. Il serre les poings et un nouveau juron s'étouffe dans sa gorge alors qu'il se lève.

"TE LAISSE PAS FAIRE, DUDE !"

Il met ses mains en porte voix et il répète, te laisse pas faire, il s'en fout que Peter l'entende - il ne l'entend probablement pas, il est dans son monde trop froid - ou que n'importe quel gamin lui reproche de soutenir ouvertement ce traître de Dude qui a grandi. Même s'il n'a aucune chance de gagner, même si Sharpy ne comprend pas comment il a pu lui arriver ça, Dude est encore un Armurier, c'est son Armurier, un de ses Garçons, alors même si c'est terrible pour Bean, tant pis. On l'a confié à son groupe, on l'a confié à lui ; on lui a donné cette responsabilité, et c'est peut-être un peu tard maintenant, mais enfin, Sharpy la prend.

"DUDE ! RÉTAME-LE, BORDEL !"

C'est un ordre.

HJ:
 








(officiellement What a Face)
















Sharpy au naturel ♥:
 

#NoublieJamaisLAreneTigerPee:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yarn
avatar

♣ Raccommodeur ♣


✘ AVENTURES : 58
✘ SURNOM : L'aiguille
✘ AGE DU PERSO : Cinq ans

✘ LIENS : give a little, get a lot

MessageSujet: Re: The Fall   Dim 19 Nov 2017 - 19:23

Rainette est morte.
En tout cas c'est ce qu'on lui a dit un matin, c'était Pit ou bien Aphrodite qui l'avait annoncé à tout le monde, qu'elle avait disparu, qu'elle avait été enlevée par un monstre et qu'elle ne reviendrait jamais. Y en a qui s'étaient mis à pleurer et Yarn s'était sentie très bizarre. Elle s'était dit que de toutes façons elle n'aimait pas Rainette et que les autres faisaient juste semblant de l'aimer, qu'elle était moche et stupide et que bon débarras.
Et puis elle n'avait pas dormi.
Ni la première nuit ni celle d'après.
Elle se demandait pourquoi.

Et c'est très fatiguée qu'elle s'est traînée à l'arène. Elle a obtenu qu'on la porte à l'aide de fausses et de vraies larmes, et sur les épaules d'un grand, elle domine la foule des perdus. Ce n'est pas une des meilleures places. Elle est loin de la tribune des chefs même si elle peut voir Peter et son corbeau géant. Elle gigote un peu pour mieux voir les combattants, se penche en avant, elle n'entend pas ce que dit le roi à travers les cris de la foule.

Dans l'arène, il y a Dude.
Sauf qu'il est devenu vachement grand. Son visage a tout changé, ses vetements sont trop petits et Yarn n'est pas idiote, elle sait ce qui se passe. Elle se dit que c'est sûrement la faute de Rainette, et ça lui fait encore cette sensation bizarre.
L'autre garçon, elle le connaît pas.
Mais elle sait qu'il va gagner.
(Bois contre acier, ça laisse aucune place aux paris.)

« TUE LE ! »

Sa petite voix piaillante se mêle à la clameur. Tout comme Peter, on ne sait pas à qui elle parle.
Peut-être que lui non plus il sait pas.

hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Fall   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The fall of Epic
» how to fall head first into a cliché
» Do Not Fall
» [Vidéo] Bionicle : Fall of the Virtues
» Killzone : Shadow Fall

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Grand Arbre :: Les Alentours du Camp :: L'Arène Bestiale-