Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 1149
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : C'est chaud mais j'suis ouvert d'esprit.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: Sous la Lune; les étoiles    Mer 10 Oct 2018 - 9:03


- C'est pas ta faute.


Elle était restée la, comme ça, immobile, la Fille. Elle ne bougeait plus, continuant de lui tourner le dos. Il n'y avait que sa main qui s'était déplacée jusque sur son ventre, un peu comme si elle se sentait mal.
Comme si ?
Non, c'était évident.
C'était évident qu'Elle se sentait mal. Et même à quelques pas de la, trop éloigné à son gout, Apache pouvait le voir, le comprendre.
Ca se voyait.
Et ca s'entendait.
Her parlait avec des airs absents, une voix autre, différente. Cassée sans vraiment l'être. Plutôt basse. Comme épuisée peut être ?

"Y a juste beaucoup de trucs qui.. En même temps."
La sentinelle avait visiblement du mal à ne serait ce que faire des phrases complètes. Elle qui était si éloquente habituellement. Cela tordit un peu plus le cœur dans la poitrine d'Apache qui se sentait tellement mal, tellement mal qu'elle se sente si mal.
"C'est pas grave. C'est pas important. Ça finira par passer" Ca aussi, ça ne lui ressemblait pas tant.
Ca lui ressemblait à lui, plutôt.
C'est pas important.
Combien de fois s'était-il lui même entendu dire ces mots ?
Tant de fois.
Et dans la bouche de la Fille, c'était déjà une fois de trop.
L'iroquois savait pertinemment ce à quoi ça renvoyait. Ce que cela signifiait. Et il ne voulait pas de ça pour Her. Pas de ce mal la.
Et pourtant il ne savait pas quoi dire, le garçon. Il se sentait désemparé, impuissant.
Il était juste la, à quelques mètres.
Trop loin.
Il ne partait pas non.
Mais il ne bougeait pas pour autant.
Il ne savait pas quoi faire.
Et puis il la vit frissonner. Même de la ou il était, il le voyait. Est ce qu'Elle avait froid ? Et il fit un pas de plus vers sa Camarade, amenuisant un peu cette distance qui ne leur ressemblait pas.
Et puis il la vit bouger, ses mains glissant sur sa jolie robe, se mettant en tête de défaire les arceaux qui la maintenait en place, y parvenant assez rapidement, le tissu bleu ciel se relâchant, plus retenu par rien, pendant mollement et tristement de chaque cotés des jambes de la Fille.
Maintenant ça se voyait encore plus que Her se tenait dans une position pire qu'inhabituelle.
Elle était debout, oui, mais comme avachit sur elle même. Comme si un poids trop lourd lui pesait sur les épaules et même sur tout le corps.
Elle avait l'air tellement épuisé. Tellement fatigué.
Cassée.
Prête à s'écrouler à tout moment.
Alors Apache s'était approché, encore. Un pas de plus, puis deux. Hésitant, un peu.
Il avait peur. Un peu.
Mais pas comme tu crois.

Il se rapprocha pour de bon, faisant disparaitre ce gouffre entre eux deux, et il s’arrêta, la, juste derrière elle, le souffle un peu court, la gorge serrée, le cœur qui faisait mal, un peu.
Pas qu'un peu.
Il s'inquiétait, l'iroquois.
Pas qu'un peu.

"Peur de quoi, alors ?"


De la ou il était maintenant, le punk pouvait voir à quel point Elle était voutée, sa nuque blanche découverte, tordu tête baissée, des frissons qui lui parcourait la peau, crispée.
Le jeune chasseur ravala sa salive, ce n'était pas le moment de se draper dans de faux semblants et encore moins dans sa fierté. De toute manière, il n'y avait même pas vraiment songé.
De quoi est ce qu'il avait peur, alors ? Hein ?
La question était légitime.

"J'ai peur... que..."
Il ravala sa salive, et sa main s'était doucement relevée, se dirigeant vers l'épaule de sa Camarade. "... J'ai peur que..." Il avait répété, les mots semblant plus difficile à sortir que ce qu'il avait imaginé. Et sa main était restée la, en suspend, effleurant les cheveux de la Fille, la faisant frissonner un peu plus, peut être. Mais ne s'imposant pas. Se ravisant "J'ai peur que tu me déteste."
Et voila; c'était dit.
Les mots étaient fort.

"J'ai peur que tu veuilles plus de moi..." Comme Camarade, hein ? C'était pas précisé. "Que.. Je sais pas. Que je fasse pas les choses bien." Un reniflement, comme un soupire un peu court. Et sa main toujours en suspend dans le dos de Her, qui n'osait pas la toucher. "Je fais pas les choses bien..." Dit un peu plus bas, comme un aveu. "J'essaye d'être fort. Et je sais plus si je fais semblant ou si ca va vraiment..." Est ce qu'il allait mieux ou est ce qu'il voulait aller mieux ? "Je sais plus... J'arrive plus à faire la différence entre... Comment je dois être, ce que j'étais.. Ce que je suis maintenant..." C'était pas très clair. même pour lui c'était vraiment pas clair. "Ce qui est normal..." Ce qu'il pouvait faire. Ce qu'il ne pouvait pas faire. Ou étaient les limites ? Sa main sombre redescendit doucement, effleurant à peine le bras de la Fille. "J'ai peur que tu veuilles plus veiller sur moi... Par ce que..." Par ce que... Par ce qu'il avait changé ? Par ce qu'il n'avait pas changé ? Par ce qu'il aurait du changer ? Ou n'aurait pas du... ? "Je fais n'importe quoi..?" Et cela avait été soufflé sur le ton d'une question. Par ce qu'en vrai même ca, même ca il n'en était pas si sur.

De quoi est ce qu'il avait peur ?
Il avait peur du lui dans les yeux de Her.






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"


Justice veille.:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Her
avatar

♣ Sentinelle ♣


✘ AVENTURES : 245
✘ SURNOM : La Fille
✘ AGE DU PERSO : 14

✘ LIENS : #normalité

MessageSujet: Re: Sous la Lune; les étoiles    Jeu 11 Oct 2018 - 15:30

Elle entend tes pas, hésitants. Elle sent ta réserve. Prudence ? Appréhension ? .. Peur ? Ça fait mal, quand même. Her ne s'attendait pas à ce que ça fasse si mal. Qu'on ait peur d'elle. Que tu aies peur d'elle. Et au fond, tout au fond, ça continue. Y a encore cette petite voix tenace qui martelle, encore et encore, que la guerre n'est pas finie, que le combat doit se poursuivre. Il faut tenir, résister, combattre. La peur, ce n'est que la réponse logique à tout ça. Une réponse qu'elle n'aime pas, une réponse qui heurte. La peur, venant de son entourage, elle n'en veut pas. Mais comment rassurer ? Venant d'elle, ce serait même hypocrite. Elle vient de détruire une chaise, non ? Alors quoi, elle va maintenant prétendre qu'elle est gentille et pas flippante ? Ridicule. Qui croit-elle berner ? .. Personne, justement.

Tu t'arrêtes juste derrière elle. Her sent presque ton souffle sur sa nuque. Tu sembles si loin, quand tu prends la parole. Tout aussi loin que lorsque tu étais à l'autre bout de la pièce. Il lui semble parfois rêver un contact qui ne vient finalement pas. Un espoir bien vite mis au pas. Pourtant, c'est bien par la proximité que vous avez toujours réglé les choses. En parlant, avec le contact. Le lien est-il vraiment cassé ?

Et puis, enfin, une phrase construite. Une réponse. Tu la prononces en hésitant, en trébuchant sur tes mots comme s'ils étaient autant d'osbstacles. Des mots qui sont forts, puissants. Des mots qui sont tout sauf anodin. Ça lui fait froncer des sourcils, à la Fille. Te détester ? Pourquoi ? Vaguement, quelques suppositions arrivent. Pour la main ? Même si c'était son choix à elle, ce serait logique que tu te sente coupable. Sans ton coup de folie, on n'en serait pas la. Mais à ce compte, on peut toujours se trouver coupable de tout.. Est-ce que c'est ça, Apache, la raison ? Tu continues de parler, toi, et Her essaye de comprendre. C'est pas facile. De base, le sujet n'est pas évident. Mais en plus avec tes hésitations et elle son état d'épuisement moral.. Non, ce n'est pas facile.

Quand tu parles d'être fort, ça fait cogner son cœur. Ça fait mal. Elle comprend un peu, à sa façon, puisque c'est ce qu'elle essaye de faire elle aussi. Avec plus ou moins de succès, mais elle essaye. Ça la rassure un peu, en un sens, de ne pas être toute seule à avoir l'impression de lutter pour ça. Le vide est encore présent, mais il est légèrement moins insoutenable. Et puis toujours cette question : pourquoi te detesterait-elle ? Avec un temps de retard, la sentinelle se rend compte que le nœud s'est un peu défait. Pas assez pour qu'elle se sente bien, mais tout de même suffisemment pour qu'elle n'ait plus besoin de se tenir le ventre.

Et toi tu continues, toujours. Tu parles, on ne t'arrête plus. Her t'écoute, elle boit tes paroles. Un sourire douloureux, quand tu parles de normalite : c'est son discours à elle, ça, normalement. Tu la perds, et elle se demande si c'est plutôt en rapport avec ce que tu as vécu toi. Comment dire ? Vous n'en avez pas reparlé, depuis. Mais c'est une possibilité, oui. Sans doute plus logique, même.

Mais quand tu parles de veiller sur toi, ou plutôt de ne plus vouloir le faire, Her se dit que ça il faut pas. C'est déjà fou de voir que tu l'acceptes pleinement maintenant. Plus encore que tu comptes dessus. Alors maintenant que tu viens d'admettre ça, comment croire qu'elle pourrait se détourner ? Oh, tu ne la connais pas si bien que ça, n'est-ce pas ? Ou alors c'est qu'elle a trop changé, pour que tu réalises que ça, c'est un truc qui ne flanchera pas ?

Veiller sur toi. D'un coup, puisque tu sembles douter, parce que tu sembles douter, Her réalise. Elle réalise qu'en effet c'est une constante dans son lien avec toi. Malgré la douleur, les doutes, la colère parfois. Malgré la peur, aussi, de tes coups de folies et de ton regard de tueur. Veiller sur toi, même quand il s'agit d'être capable de se battre aussi bien pour te protéger des autres que de toi même. Her réalise, et ça lui fait un peu bizarre. C'est comme une respiration, une bouffée d'air après l'apnée : ça brûle et ça soulagé en même temps. S'attacher aux gens. L'expression est décidément parfaite.

Elle se retourne doucement, pour ne plus te tourner le dos. Ne plus se fermer, plus autant. Tu as réduis la distance physique. Her baisse un peu ses barricades. Il y en aura toujours, la Fille vient de le comprendre en même temps qu'elle en abaisse certaines. Au moins, la sentinelle peut peut-être choisir lesquelles garder.

Her t'observe, comme si elle te redecouvrait. Elle se tient un peu plus droite, en te dévisageant. Elle a peur, elle aussi. De ton regard, de ce qu'elle impose aux gens. D'elle même. Mais elle a encore plus peur de se couper de son entourage.  C'est une des grandes révélations d'aujourd'hui. Une part d'elle voudrait du contact, n'importe lequel, pour se prouver que le lien entre vous existe encore. Une autre le redoute, comme s'il pouvait être plus douloureux qu'autre chose. Perdue au milieu de tout ça, Her se sent seule. Très seule.

- Tu devrais pas te soucier de ce qui est normal ou pas. C'est mon domaine, ça, et même moi je le trouve un peu à chier.

Her se tente à sourire. Ça foire un peu. La poker face est à la fois une protection, et une prison. Il faut maintenant qu'elle se souvienne comment actionner quel muscle pour faire quoi. C'est compliqué. Ses yeux tombent sur le coeur dessiné sur ta pommette, bloquent un très bref instant dessus avant de revenir vers toi, ton regard.

- Je peux pas te détester. Je sais même pas pourquoi je le ferais, de toute façon. Même si tu fais n'importe quoi. Moi aussi, je fais n'importe quoi. Je peux pas te juger pour ça.

Léger silence.

- T'engueuler, selon les cas, ouais. Quand même.

N'abusons pas, ok ? Un profond soupir qui lui gonfle la poitrine, qu'elle expire.. Her a quand même l'impression de ne pas avoir assez d'air. Elle se sent épuisée, réellement épuisée. Depuis combien de temps son sommeil n'a-t-il pas été simple ? Simplement reposant ?

- Pardon.

Et lourdement, sa tête vient chuter contre ton buste. Difficile de dire si c'est volontaire, ou juste Her qui a besoin d'un appui. Le résultat est le même : contact.

Enfin.. Sauf si tu t'écartes.






Hidden truth:
 

Her parle en #99cccc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 1149
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : C'est chaud mais j'suis ouvert d'esprit.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: Sous la Lune; les étoiles    Jeu 11 Oct 2018 - 18:01

Elle s'était retournée, la Fille, doucement, cessant enfin de tourner le dos au punk. Celui ci retint un instant sa respiration alors que les yeux sombres de Her croisaient de nouveau les siens, et puis, elle resta ainsi pendant un bon moment, le fixant avec attention, alors que lui se taisait, la laissant le regarder un peu comme si elle ne l'avait pas fait depuis des siècles.
Pourtant ce n'était pas vrai, ça.
Ils se regardaient ces deux la. Pas si rarement.

"Tu devrais pas te soucier de ce qui est normal ou pas. C'est mon domaine, ça, et même moi je le trouve un peu à chier."
Accompagnant ces mots, Elle eut un genre de sourire un peu cassé, et comme pour la soutenir, servir de béquille à cette mine hésitante, Apache se mit à sourire lui aussi. Un sourire sincère, franc et chaleureux. Un sourire qui faisait comprendre que les nuages gris s'éloignaient un peu.
C'était vrai, la normalité, c'était son domaine à Elle... Elle avait raison.


Les grands yeux bruns de la sentinelle descendirent d'un cran, se posant au niveau de la pommette de l'iroquois sans qu'il ne comprenne pourquoi. De ce fait, il eut un léger froncement de sourcils, juste le temps que le regard de Her ne revienne au sien et qu'elle reprenne la parole, brisant cet instant un peu bizarre, un peu de rien.

"Je peux pas te détester. Je sais même pas pourquoi je le ferais, de toute façon. Même si tu fais n'importe quoi."
Et sans doute que ça s'était vu, la, en cet instant précis, à quel point ce qu'elle venait de dire comptait pour le chasseur. Ca avait du se refléter au fond de ses yeux noirs, comme une lueur de soulagement, comme un éclat reconnaissant. "Moi aussi, je fais n'importe quoi. Je peux pas te juger pour ça." Le sourire du métisse s'agrandit un peu plus alors qu'il lâchait la sentinelle des yeux, juste le temps d'une seconde, revenant illico à Elle sans plus tarder.

- T'engueuler, selon les cas, ouais. Quand même.

- Ouais, il faut ! Et le sourire ne se départissait pas, dévorant la mine du garçon alors que la Fille, Elle, elle soupirait profondément.

"Pardon."

Pardon ?
L'Hérissé aurait bien voulu lui demander de quoi elle s'excusait, mais il n'en eu pas vraiment le temps, la jeune fille basculant en avant, sa tête heurtant le torse nu du garçon sans qu'il ne s'y attende.
Par réflexe, pensant sur le coup qu'elle allait s'écrouler pour de bon, il l'avait encerclé de ses bras, mais même lorsqu'il compris qu'en réalité elle tenait toujours plus ou moins droite sur ses jambes, il ne la lâcha pas pour autant, resserrant même un peu sa prise tout contre lui.
Il n'était pas très habillé, le punk, mais qu'est ce que ca pouvait bien faire après tout, ce ne serait pas la première fois pour Her un câlin comme ca avec lui, non ?
Non.
Et pas la dernière non plus.
Il n'y avait pas de raison hein.
Aucune raison.

Alors il la serra tout contre lui, soufflant de l'air chaud dans son cou comme il le faisait toujours.
Apache faisait toujours ça avec Her, quand elle allait mal, quand il voulait lui réchauffer le cœur. Il lui soufflait au creux du cou. Ca avait marché jusqu'ici... Mais plus qu'une réelle volonté que cela fonctionne, c'était comme un rituel qui s'était installé pour lui.
Et il la berçait tout doucement, de façon presque imperceptible, un peu comme pour la rassurer, beaucoup par ce que ca le rassurait lui.
Elle était la.
Elle partirai pas.
Sa veilleuse.

"T'excuse pas..." Qu'il souffla tout contre sa peau. C'était souvent qu'il lui disait ce genre de chose. C'était souvent qu'il trouvait qu'elle s'excusait sans raison. "On a fait n'importe quoi tout les deux, alors." Faute partagée pesait moins lourd à porter, non ? "Si on continu de faire n'importe quoi alors j'préfère qu'on fasse ca ensemble..." Oui par ce que.. "Tout seul, c'est trop triste." Quitte à faire de la merde autant la faire à deux, main dans la main.
Doucement, il se recula, ses mains remontant au visage de la fille, l'entourant et le relevant délicatement pour qu'elle lui fasse de nouveau face, plongeant ses yeux noirs dans les siens, cherchant à lire en Elle, voulant mieux la comprendre, et surtout combler définitivement cette distance qui s'était installée entre eux deux.
Il n'en voulait plus, de cette distance.
Plus jamais.

"Qu'est ce qui te tracasse..? Dis moi ce qui va pas... Ce qui te met si mal."


Il voulait savoir.
Elle, elle savait tout de lui. Il fallait partager, il fallait parler. Il voulait l'aider.






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"


Justice veille.:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Her
avatar

♣ Sentinelle ♣


✘ AVENTURES : 245
✘ SURNOM : La Fille
✘ AGE DU PERSO : 14

✘ LIENS : #normalité

MessageSujet: Re: Sous la Lune; les étoiles    Ven 19 Oct 2018 - 19:32

Her peine à retrouver sa spontanéité, à chasser le grand vide. Mais à son sourire cabossé, tu réponds avec un vrai. Un vrai joli sourire, parce que toi tu n'as pas oublié comment faire. Alors ça lui réchauffe un peu le cœur. Timidement, le sourire s'assouplit. Il ne grandit pas, non, mais il devient un peu plus naturel. Discret, mais vrai.

Mieux encore, tes yeux ensuite se mettent à sourire ensuite. Elle le voit, parce que tu es si expressif. C'est un truc qu'elle aime bien, chez toi, ça. Tu ne te caches pas, jamais. Trop franc, pour ça. Mais à elle, ça semble courageux. Fou. Parce que ce n'est pas quelque chose que la Fille fait avec aisance. Comme avec Just, qui justement la hérisse de tant lui ressembler. Ou en tout cas c'était son impression à l'époque. Et maintenant ? Elle ne sait plus trop. Là maintenant tout de suite, elle n'a pas l'impression de savoir grand chose tout court, il faut dire. Rien, même. Rien, si ce n'est que ton sourire lui réchauffe l'âme, et que ça lui fait du bien. Peut-être que c'est pas cassé, finalement.

Quand elle lâche un peu plus prise -litteralement elle se laisse tomber contre toi- ça lui fait bizarre. Le contact lui fait bizarre. Douloureux et libérateur en même temps. Ça lui rappelle le bassin, quand tu l'avais tiré de la noyade. Elle avait froid en dedans, dans les deux cas. Tu étais brûlant, ces deux fois là. Tu l'empêchais de tomber, déjà.

Une fois de plus, Her se demande : qui veille sur qui ?

Tes bras s'enroulent autour d'elle, et sans qu'elle ne réalise vraiment la Fille fait pareil. S'agripper, s'accrocher pour ne pas faire naufrage. Pour ne pas se noyer à nouveau, mais différemment. Her se cale un peu plus contre toi, te serre sans savoir pourquoi. Ses mains, les deux, tremblent un peu. Elle a froid, Her. Mais un froid qui n'appartient qu'à elle. Un froid qui vient d'elle. Le froid du Rien.

Ça chauffe, dans son cou. Une fois, deux fois, trois fois.
À nouveau.
Encore.
Et encore.

Et ça marche. Avec un gros, gros soupir, Her se détend un peu contre toi. L'air qu'elle expulse, c'est un peu l'angoisse, un peu le trou béant qui menaçait de l'engloutire. C'est encore là, quand même. C'est pas fini. Mais tu fais barrage, et pu à peu la Nuit recule. Her se souvient des sensations, et ta chaleur est contagieuse. Comme avant, déjà. Des cendres, tu fais renaître des braises. C'est timide, à peine visible sous l'épaisse couche de poussière blanche. Mais c'est là.

C'est encore là.

T'arrives même à la faire s'esclaffer un peu, quand tu parles de faire n'importe quoi à deux, parce que tout seul c'est trop triste. Des miracles, Apache, tu fais des miracles. Tu te rends compte d'à quel point elle revient de loin ? Et pourtant, c'est encore là, à fleur de peau.

La preuve, elle sursaute quand tu la lâches.
Se crispe un instant, quand tu attrapes son visage.

Angoisse. Quoi ?

Elle te regarde, donc, et ta question l'assomme. Her ne sait pas quoi répondre. Vraiment pas. Ce n'est pas qu'elle ne veut pas, tu sais. Mais ils ne viennent pas, les mots. Ni dans sa voix, ni dans sa tête. Elle te regarde, muette. Essaye de s'imprégner de ta question, parce qu'elle veut te répondre. Mais, vraiment, rien ne vient. Ou trop, trop revient. Tout. Mais tout, c'est flou comme réponse.

- Je sais pas.

Her déglutit, baisse les yeux. Mais ne se dégage pas de ton emprise, pourtant. Un lourd soupire s'échappe, comme douloureux. Doucement, elle redresse la tête vers toi. Timidement, sans trop oser te regarder trop longtemps. Mais elle te jette des coups d'oeils vifs, souvent.

- Je sais pas, Apache. Je crois que je suis juste faible. Trop faible.

Faible. Oui, c'est vrai. Faible de tête, qui réfléchis trop et pas assez à la fois. Faible de cœur, qui laisse les émotions la perdre et les cauchemars l'envahir. Faible de corps, avec sa main estropiée et ses capacités trop minimimes au combat. Faible, faible, faible.

- J'arrive pas à me protéger. Ni toi. Pretty à peine. Ni personne en fait. J'suis un piètre soldat, et j'me sens balottée par les évènements comme une brindille. J'fais n'importe quoi sur un coup de tête, j'réfléchis, je dors mal toutes les nuits après.

C'est pas encore ça, le soucis, mais ça vient. Elle le sent, ça vient doucement.

- Il s'est passé plein de trucs, en peu de temps, et je sais pas bien les digérer. Ça s'accumule. Quand je dormais de l'âme c'était plus simple, je ressentais en flou. Mais depuis quelques temps, je ressens tout plus fort, et je sais pas quoi en faire. C'est encombrant.

Ça vient. C'est là, elle le sent.

- J'suis pas qui je pensais être. Et je sais pas qui je suis au final.

Her baisse les yeux pour de bon, cette fois. Vaincue. Vaincue par elle même, alors qu'elle est davantage elle-même. Cette bonne blague.

Échec et mat.






Hidden truth:
 

Her parle en #99cccc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 1149
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : C'est chaud mais j'suis ouvert d'esprit.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: Sous la Lune; les étoiles    Ven 2 Nov 2018 - 19:47

Dans un premier temps, en guise de réponse à la question posée, Apache n'eut droit qu'à un long silence. Mais le garçon ne s'en formalisa pas. Il se doutait bien que la réponse n'aurait rien de simple. C'était le genre de question qui d'un premier abord paraissait relativement basique mais qui touchait à quelque chose de bien plus complexe que ce que l'on imaginait.
Plus profond.
Ce qui n'allait pas.
Le mal qui la rongeait.
Ce qui l'avait poussé à se renfermer.
Ce qui avait durcit son regard, et même les traits de son visage.
Ce qui l'avait amené à ce petit accès de violence, perte de contrôle qui ne présageait rien de bon pour l'avenir proche.
Le punk en savait quelque chose.
Il connaissait bien ce genre de dérapage.
Un peu trop bien.

"Je sais pas."
Elle avait fini par répondre, et sans doute que les yeux noirs de l'Hérissé, qui habituellement avaient tout d'acérés, n'avaient en cet instant jamais paru aussi doux et attentif, ne lâchant pas le visage de la jeune fille tandis que son regard à Elle se faisait plus fuyant. Elle soupira, longuement, puis, sa tête se redressa sans pour autant vraiment regagner de l'assurance semblait-il.

"Je sais pas, Apache. Je crois que je suis juste faible. Trop faible."

Le chasseur fronça les sourcils sans pour autant rien dire. Ca ne lui plaisait pas de l'entendre dire ce genre de chose.
De la voir adhérer à ces concepts la.
Pourtant lui même était le premier à s'y fracasser l’âme et le corps.
Peut être que c'était justement une raison de plus pour se dire que c'était pas une bonne idée que Her fasse de même.

"J'arrive pas à me protéger. Ni toi. Pretty à peine. Ni personne en fait. J'suis un piètre soldat, et j'me sens balottée par les évènements comme une brindille. J'fais n'importe quoi sur un coup de tête, j'réfléchis, je dors mal toutes les nuits après."

L'Apache écoutait, silencieusement, sagement. Il la laissait parler même s'il y avait des mots qui ne lui plaisait guère. Des mots qui cognaient plus fort que d'autre. Des mots qui, il lui semblait, risquaient d'abimer les jolies lèvres de Her en les franchissant.
Un mot en particulier.
Un vilain mot.

Soldat.

"Il s'est passé plein de trucs, en peu de temps, et je sais pas bien les digérer. Ça s'accumule. Quand je dormais de l'âme c'était plus simple, je ressentais en flou. Mais depuis quelques temps, je ressens tout plus fort, et je sais pas quoi en faire. C'est encombrant."
C'était compliqué.
Vraiment compliqué à appréhender, cette situation.
Les mains tatouées du garçon avaient glissé le long du cou de la sentinelle pour se poser sur ses épaules, la, comme pour la rassurer. Être présent. Autant que faire se pouvait.

"J'suis pas qui je pensais être. Et je sais pas qui je suis au final. "


Ce questionnement n'était pas nouveau venant de la Fille. Elle lui avait déjà par le passé parlé de ces inquiétudes. Le chasseur se souvenait même avoir tenté de lui peindre un portrait d'Elle à travers ses yeux, au travers de ses impressions. Mais il semblait bien que cela n'ai pas suffit à la rassurer.
Rien de plus normal.
S'il avait pu le temps d'un instant lui réchauffer le cœur, le punk resterait incapable de répondre clairement à ces interrogations bien trop personnelles. Qui ne concernait qu'Elle.

Qui était Her ?
Elle seule pourrait trouver une réponse.

"Je sais pas... Qui tu es.. euh.."
L'iroquois hésitait, trébuchant quelque peu sur ses mots et ses pensées, un sourire aux lèvres, tout de même, comme pour dédramatiser. "Au fond de toi j'veux dire. Ca.. Il y a que toi pour le découvrir." Affaire personnelle comme on disait.
Ses mains se resserrèrent en une pression chaleureuse sur les épaules de Her, et même à travers le tissu de son étrange robe, il pouvait sentir comme sa peau était froide. "Mais peut être que je peux t'aider au moins un peu à savoir ce que t'es pas ?"
C'était un peu dit sur le ton de la proposition alors que les mains du garçons dégringolaient des épaules de sa camarade, glissant sur ses bras et se stoppant à ses mains, les prenant dans les siennes et les ramenant doucement à lui, comme pour l'inviter à se rapprocher.

"Moi... J'crois pas du tout que tu sois faible, Her"
Et il avait toujours ce sourire en coin, attendrit, attentif. "J'crois plutôt que t'es vachement trop dur avec toi même" On avait pas dit qu'il était sensé l'aider sur ce qu'elle était pas ? Ce petit punk était décidément incapable de suivre des règles, pas même celles qu'il s'était édicté lui même.

"T'as dis que tu étais pas celle que tu pensais être..."
Il baissa la tête, une moue s'inscrivant sur sa mine, et juste après, il releva le menton, refixant ses yeux noirs dans ceux de la jeune fille, une lueur un chouilla taquine y brillant.

"Tu pensais être un soldat ?"


Il n'y avait rien de moqueur dans le ton du chasseur. Juste une curiosité et une volonté de l'aider, de l'accompagner peut être un peu sur le chemin de sa recherche d'elle même.
Juste lui tenir la main et se laisser entrainer dans son monde a Elle. Un monde dont Elle seule possédait la clef.






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"


Justice veille.:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sous la Lune; les étoiles    

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Sous la lune.
» [Réflexion] Les pensées de la lune
» Litterature guerre sous-marine
» MUSIK...... les airs à la mode sous l'occupation
» Le Mystérieux Crâne d'Acier sur la lune Dent-d'Or.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Grand Arbre :: Les Portes du Temps :: La Ville Post-Apocalyptique-