Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Fib Steiner
avatar

☠ Gabier du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 119
✘ SURNOM : Le Tétrodon
✘ AGE DU PERSO : Inconnu

✘ DISPO POUR RP ? : Nope
✘ LIENS : Pour obtenir un grain de folie
Il faut déjà une bonne recette...

MessageSujet: Regardez-moi ces magnifiques peaux... et ces cheveux... rien de mieux que de belles têtes sans corps.    Mer 30 Aoû 2017 - 20:47

Fib avait des rêves, parfois. Non c'est vrai, de grands et beaux rêves, des rêves magnifiques. Et là son rêve ? Il pensait être accueilli sur le bateau comme un héros. Il pensait être resté longtemps dans les Landes et qu'au Roger on s'était rendu compte de son absence. Il avait vite déchanté en se rendant compte que ce n'était pas le cas. Personne n'en avait rien à foutre.
Certains l'avaient regardé d'un œil morne mais sans plus. On imaginait sans doute qu'il était encore allé se fourrer quelque part pour éviter les corvées, et qu'il était arrivé à dormir tout son saoul jusqu'à ce qu'on l'oublie.
Ok c'était son genre, mais franchement... n'était-il pas assez chiant ? N'avait-il pas assez marqué leurs esprits par ses farces et ses bobards ? Non vraiment... il était vexé. Ces gens-là ne méritaient pas son talent : quelle bande de pâles suce-cailloux !

Piqué au vif, le gabier ne resta pas longtemps sur l'eau et se décida à aller noyer son orgueil dans une bonne bouteille de rhum. A la taverne on lui servit ce qu'il demandait mais il soupirait encore et toujours, ne parvenant à oublier l'affront, le terrible affront !
Le cœur lourd il sortit, jouant les dramaqueen avec la magnificence d'une diva éplorée. Ses pas le menèrent près d'une masure qu'il connaissait bien, celle du taré coupeur de tête. Avec agilité il se porta vers une fenêtre pour regarder la boutique. Ça faisait presque du bien de voir que rien n'avait changé...

Le gabier s'installa à son aise, non sans jeter un coup d’œil inquiet vers le ciel. Il avait peur de voir la nuit tomber et surveillait, pour ne pas être pris au dépourvu.  
Mais en bas quelque chose n'allait pas. Le chapelier semblait pris d'une crise irrationnelle et évoluait au milieu de ses œuvres en les...
En les détruisant !
Mais non !
NON !
De si jolis bijoux, de belles têtes d'enfants magistralement découpées et arrangées !
C'était un meurtre !

Hors de lui, en colère après ce monde qui n'avait même pas remarqué son absence et qui, en plus, détruisait des œuvres d'art, il donna un violent coup de pied dans la fenêtre, à plusieurs reprises, jusqu'à ce que le cadre cédât sous son poids. Il se jeta ensuite à bas, s'écorchant la peau puis hurlant :
« Putain le taré, t'es pas bien ! Faut pas détruire ça, c'est un crime ! »
Oui, la notion de crime était très... différente sur l'île.






Fib parle en #666666

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azel Von Kopfenwald
avatar

☠ Chapelier du Port ☠


✘ AVENTURES : 58
✘ SURNOM : Le Chapelier
✘ AGE DU PERSO : 28 ans

✘ LIENS : As Mad as a Hatter

MessageSujet: Re: Regardez-moi ces magnifiques peaux... et ces cheveux... rien de mieux que de belles têtes sans corps.    Jeu 7 Sep 2017 - 14:21


Les choses n’allaient pas vraiment comme il l’aurait souhaité. Malgré la fin de l’apocalypse pluviale, du moins, une fin temporaire en cachant peut-être bien une autre. Depuis le temps… Azel avait laissé tomber tout espoir de calme dans ce monde. À peine un problème réglé, un nouveau apparaissait comme par magie. Sans doute en effet par magie.

Le Chapelier, perdu dans ses pensées agacées, mettait en place sa collection de têtes. La rendant la plus parfaitement rangée possible, toujours inquiet du moindre millimètre. Alors que sa demeure et boutique avaient tout d’une brocante débordante de babioles au point de ne plus en voir les murs.

Cependant, tandis qu’il mettait une mèche de cheveux derrière l’oreille d’une de ses précieuse pièces-souvenirs… Tout sembla s’arrêter. Le temps, déjà déjanté, puis toute vie autour de lui. Comme si quelque chose aspirait son esprit dans le néant. Qu’est-ce qu’il faisait là ? Pourquoi y avait-il une tête d’enfant sous ses doigts ? Le commerçant sursauta, faisant sept pas en arrière. Il observa tout autour de lui, absolument tout. Rapidement, nerveusement, le dégoût lui montait de l’estomac à la bouche. Il dû retenir des élans de gerbe. Un rire nerveux prit place après la panique, puis la rage monta et s’ensuivit le massacre de la partie visible à ce moment, de sa collection.

Des têtes furent jetées sur les murs menaçants de tomber sous le poids du décor, d’autres furent écrasées sous ses chaussures immaculées.

Azel qui était pourtant si soigné se retrouvait dans un état fort décrépit. Mais, quelque chose arrêta cet étrange élan de… lucidité. Cet élan où il comprenait ce qu’il faisait et que ça ne correspondait pas à une chose normale.

Pourquoi ça arrivait parfois ? Parce qu’il n’était pas satisfait et fouillait trop profondément dans son esprit afin de trouver une solution à « l’imparfait ».

Bref, ce qui se passait, maintenant, à cet instant, c’était une intrusion très bruyante.

Le Chapelier cessa son massacre pour voir ce qui venait de tomber dans sa demeure, ce qui venait de lui crier dessus. De l’insulter de taré. Sans aucune forme de politesse.

Azel qui aimait tant la politesse… il fut déçu.

Cependant, ce qui titilla ses oreilles bien trop blanches pour la lumière solaire sans risquer de prendre un coup de soleil, attira toute son attention. Un crime, détruire ces têtes serait un crime.

Un délit.

Un temps, sept secondes de réflexion. L’artisan de chapeaux, qui semblait si paniqué, retrouvait lentement ses esprits en se passa lentement les mains sur le visage. Comme après un cauchemar tortueux.

À nouveau, observation de l’invité défenseur des numéros. Les têtes.

Pourquoi donc se faire tant de souci ?

Un temps, puis deux, jusqu’à sept.

Finalement, Azel se coiffa rapidement les quelques mèches qui s’étaient échappées de l’ordre sur sa tête, la position du corps reprit la droiture.

- Voilà une entrée bien particulière. Et c’est donc moi que vous traitez de « taré » ? Je vous retourne le compliment.


Disant ces mots, il tira à sept reprises quelques parties de son manteau afin de le mettre parfaitement en place. Puis, il ramassa sa canne qu’il avait délaissée avant de se soucier de ses têtes.

- Cependant, je dois avouer ne guère saisir le sens de votre intervention. Ces numéros m’appartiennent entièrement.

Changement, de la panique il reprit le calme habituel. La bienséance montrait à nouveau le bout de son nez.

Monsieur Von Kopfenwald avait tout de même un peu de son égo vexé par cette intrusion et ces insultes. Malgré le léger sourire poli qui se dessinait péniblement sur les lèvres pâles de l’habitant albinos.

- À moins que l’une d’elles soient de votre connaissance, dans ce cas vous m’en verrez navré.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fib Steiner
avatar

☠ Gabier du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 119
✘ SURNOM : Le Tétrodon
✘ AGE DU PERSO : Inconnu

✘ DISPO POUR RP ? : Nope
✘ LIENS : Pour obtenir un grain de folie
Il faut déjà une bonne recette...

MessageSujet: Re: Regardez-moi ces magnifiques peaux... et ces cheveux... rien de mieux que de belles têtes sans corps.    Jeu 21 Sep 2017 - 11:26

Le visage du timbré reprenait un calme bienvenu. Le bonhomme, toujours sacrément siphonné sous ses airs d'homme « bien comme il faut », était sorti de sa petite crise existentielle pour reprendre pieds sur terre.
Le compliment du type le faisait presque rougir. S'il avait été du genre à minauder en baissant les yeux il l'aurait fait, sans aucun doute. C'était toujours agréable de se faire traiter de taré et le ton sur lequel son camarade lui offrait le mot, avait quelque chose de particulièrement flatteur. Il n'y avait rien d'agressif ou d'acrimonieux ; Fib en était tout chose.

Le terme « numéros », par contre, lui fit moins plaisir. Comment osait-il ?! De simples numéros ? Ces petits bijoux ? Fib ne les connaissait pas intimement et pourtant il leur avait tous donné un petit surnom. Oh rien de bien exotique, il avait simplement cherché ce qui allait le mieux : « le rouquin », « le bigleux », « la dégueux ». Oui, il aimait bien se centrer sur un défaut, c'était toujours bien plus remarquable qu'une qualité. Les qualités c'est surfait, tout le monde a les mêmes. Les défauts par contre... ils ont un petit quelque chose de singulier qui fait battre le cœur plus fort.

« Évidemment que je les connais ! Je les connais toutes, intimement, elles font toutes parties de ma vie, je les caresse du regard depuis des années, je les étreins chaque nuit. Vos œuvres d'art me font rêver dans un monde où on ne rêve plus, elles me remettent du baume au corps quand la folie me quitte et que j'ai besoin de repos. Oui monsieur ce sont ces jeunes gens qui me donnent envie de me lever chaque matin, et vous n'avez pas le droit de les détruire ! »
Le ton était exalté, le regard brillant. Il les chérissait, il les aimait, et il se demandait si ses camarades de piaule seraient d'accord qu'il en fixe une sur une étagère. Ce serait du plus bel effet dans leur chambre. De quoi veiller sur leurs sommeil.
« C'est de l'art et l'art n'appartient plus à son créateur lorsqu'un spectateur la contemple ! Vous me vexez en leur faisant du mal ! Vous semblez parfaitement civilisé mais au fond vous n'êtes qu'un monstre ! »
Il n'y avait qu'un monstre pour détruire de si précieux objets. Un monstre ou un fou.






Fib parle en #666666

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azel Von Kopfenwald
avatar

☠ Chapelier du Port ☠


✘ AVENTURES : 58
✘ SURNOM : Le Chapelier
✘ AGE DU PERSO : 28 ans

✘ LIENS : As Mad as a Hatter

MessageSujet: Re: Regardez-moi ces magnifiques peaux... et ces cheveux... rien de mieux que de belles têtes sans corps.    Dim 1 Oct 2017 - 15:18


Sans aucun doute, jamais le Chapelier ne serait attendu à cette réponse. Celle donnée par le visiteur particulier en cette journée. Le vent frais de cette nouvelle phase semblait définitivement annonciateur d'étonnantes choses.

Les yeux sans couleur de du commerçant s'ouvrirent plus grand d'étonnement. Que répondre à ce genre de passion spectatrice ? L'insulte finale le traitant de monstre lui arracha une vague grimace, il frappa légèrement à sept reprise le sol avec sa canne. Une canne destinée aux lundis, même si dans ce monde... les jours étaient compliqués à suivre. Une canne pour chaque jour, car il y avait sept jours dans la semaine. Enfin... peut-être que sur l'Île il y en avait 14 ? Impossible d'en être certain.

Un soupir s'échappa finalement de la bouche d'Azel.

- Mein Gott. Vous m'en voyez désolé, il m'était impossible de savoir que mes créations avaient trouvé pareil admirateur.

Un peu sarcastique, mais mêlé à de la sincérité. Difficile à savoir.

- J'ose imaginer que votre coeur ne s'est pas trop déchiré à chacune de mes... "crises".

Ce n'était pas la première fois qu'il prenait peur devant ses oeuvres, ce n'était pas la première fois que la lucidité le reprenait. Cependant, il se débrouillait pour rapidement remplacer les numéros détruits, en trouver des meilleurs et les magnifier. Les rendre encore plus parfaits.

- Je me hâte de réparer, de toute manière.

Il se pencha pour ramasser l'une des têtes, quelque chose s'en échappait. Des asticots. Une odeur putride.

- Parfois j'oublie de les traiter correctement. À moins que je ne le fasse dans l'intention de voir le temps s'écouler au travers de la putréfaction d'un souvenir...

Haussement d'épaules. Bizarrement, là, il n'était plus dégoûté. Sans doute parce que la lucidité se trouvait à nouveau sous verrous au fond de l'esprit admiratif du chiffre sept.

- 14, elle a un très beau sourire. Elle ne traite personne de monstre, et elle adorait les sirènes même si elle en était un peu jalouse aussi.

"14" était une tête aux cheveux noirs, une tête de jeune fille. Peut-être avait-elle 17 ans ? Ses paupières étaient clauses, du cou s'échappaient des fluides et des petites créatures. À regarder de plus près, elle n'avait plus rien d'attirant pour les personnes appréciant les vivants. Le Chapelier la posa sur un socle. Il la videra et nettoiera plus tard. Ses pas, calculés au nombre de sept, il les comptait dans sa propre tête, le mena ensuite à une relique en meilleur état. La récupérant entre ses mains gantées, il y reposa un petit chapeau enfantin.

- Cette demoiselle est 5. Elle aime beaucoup les biscuits.

Monsieur Von Kopfenwald n'avait pas omit de l'empaillée, cette petite Récolteuse attirée par les odeurs sucrées.

Tout en caressant la chevelure de la fillette -la tête- d'environs 14 années, Azel revenait vers le visiteur. Comptant ses pas, pour avoir un nombre égal à sept. Ou un multiple. Il fit d'ailleurs un pas sur le côté afin d'obtenir le bon chiffre.

- Je dois avouer que cette... admiration, me déroute quelque peu. Ces oeuvres, portent des souvenirs. Et jamais elles n'ont eu peur de moi. Jamais le terme "monstre" n'est venu à leur esprit.

Parce qu'il ne les attrapait que lorsqu'ils devenaient "amis".

- Pourquoi n'être jamais venu leur dire bonjour si elles comptent tant ?

Il n'y avait pas de sarcasme, une réel question. Même si elle pouvait sembler absurde, elle n'était que très logique venant du Chapelier. On ne peut plus sincère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fib Steiner
avatar

☠ Gabier du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 119
✘ SURNOM : Le Tétrodon
✘ AGE DU PERSO : Inconnu

✘ DISPO POUR RP ? : Nope
✘ LIENS : Pour obtenir un grain de folie
Il faut déjà une bonne recette...

MessageSujet: Re: Regardez-moi ces magnifiques peaux... et ces cheveux... rien de mieux que de belles têtes sans corps.    Lun 23 Oct 2017 - 19:08

« Admirateur » était encore un mot bien faible, Azel allait rapidement s'en rendre compte. La pluârt du temps Fib détestait de toute la force de ses tripes mais, parfois, il aimait ; et lorsqu'il aimait sa passion était totale et dévorante, passionnée et passionnante. Il n'aimait jamais des personnes, bien sûr, plutôt des idées ou des babioles, des aliments ou des endroits. Il aimait comme aiment les enfants, avec égoïsme et possessivité, et cette faculté incroyable à s'accaparer ce qu'ils désiraient.
« Oh j'ai été absent un moment, j'ai pas pu venir et c'était bien dommage d'ailleurs. Mais c'est la première fois que tu me fais un coup comme ça et si ça recommence je te retire ces œuvres ! »
Le vouvoiement avait rapidement sauté, remplacé par le tutoiement. C'était idiot cette histoire de respect. Fib ne respectait rien d'autre que le chaos, et lui-même. Les autres ? Rien à foutre. Il allait pas leur coller des formes de politesse à ces bandes de glandus, aussi géniaux fussent-ils... bon il faisait peut-être une exception pour le cap' peut-être.

Fib se cura le nez puis les oreilles, roulant les substances obtenues pour mieux les jeter contre le mur. Les asticots qui s'agitaient sous les têtes le fascinaient et faisaient battre son cœur plus fort. Quel génie, non mais quel génie... conserver ainsi une partie du corps de ces sales mioches, les rendre immortels et tellement plus intéressants... il ressentait comme un peu d'admiration, tout de même.

« Ah oui, pue du bec... elle a une tête à puer du bec, non ? »
Il les avait toutes nommées, toutes. Chacune d'entre elles avait une petite histoire intime avec son imagination. La 14 ? Elle sentait mauvais de la bouche, ça lui paraissait évident. Désormais ses chicots étaient de travers. Pour Fib c'était une preuve qu'elle refoulait du goulot.
Puis il y avait cette autre, la « 5 » dont parlait le créateur. Pour lui c'était « yeux bigleux ». Ils ne biglaient pas du tout mais il trouvait que ça lui allait à merveille comme nom doux. Comme un gant.

« C'est que je suis timide moi... je regardais de loi, t'sais ? Je les caressais du regard et je me demandais si j'pouvais pas faire pareil avec mes petites victimes à moi, histoire de garder un bon souvenir. »
Maintenant que la peur était passée, Fib se sentait apaisé et l'admiration qu'il éprouvait pour cet homme reprenait le dessus. Il se rendit compte qu'il avait été bien cavalier et se recula, offrant sa révérence la plus affreuse pour expliquer :
« J'suis Fib Steiner, gabier de son état et ton plus grand admirateur le blanchot. T'es une sorte d'idôle... »
Et il ajouta :
« Et quand tu détruis pas tes œuvres, le plus grand génie de tous les temps. »






Fib parle en #666666

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azel Von Kopfenwald
avatar

☠ Chapelier du Port ☠


✘ AVENTURES : 58
✘ SURNOM : Le Chapelier
✘ AGE DU PERSO : 28 ans

✘ LIENS : As Mad as a Hatter

MessageSujet: Re: Regardez-moi ces magnifiques peaux... et ces cheveux... rien de mieux que de belles têtes sans corps.    Mer 24 Jan 2018 - 12:48

Le discours eut de quoi surprendre le Chapelier. Il n'était pas sûr s'il devait craindre ou non cette... admiration. Son égo aurait pu déborder, cependant il se retient en bon "gentleman". Du moins, ce dont il était capable avec ce qui lui restait de bonne attitude après avoir passé du temps chez les Garçons Perdus.

Azel ne jugea pas nécessaire de reprendre le Gabier sur les noms donnés à ses chères têtes, peu importait. La seule chose qui avait droit à de l'intérêt était l'attention que portait le pirate face à lui pour les oeuvres quelque peu macabres. Immondes par moment, mais bel et bien magnifiques. Azel adorait ces créations, malgré ces crises de folies. Bien qu'il était plutôt question de prise de conscience de quoi il s'était entouré. Un combat interne entre la lucidité et la folie.

La situation prit enfin une forme de discussion civilisée par la présentation du Tétrodon et sa révérence, bien qu'amusante elle ait pu paraître venant d'un brigand qui ne semblait pas des plus inoffensifs. Azel en esquissa une lui-aussi, histoire de ne pas laisser l'étrange admirateur seul. Sans doute bien moins théâtral. Le tutoiement ne dérangea pas le Chapelier, il faisait avec l'attitude habituelle des habitants du Port et des matelots.

Le commerçant avait acquiescé de sept hochements de tête l'éventualité que le Tétrodon imaginait. Azel n'allait pas contredire la bonne idée de garder des souvenirs.

Mieux valait ne pas accorder trop d'importance aux formules de langages parfois.

Même si le comportement de Fib avait tout de déroutant pour qui aime la bienséance. Azel tapota à sept reprise le sol de son pied sans faire de grand bruit. Juste ses tics. Le sept était partout.

Azel avait dessiné un visage surpris et plutôt heureux d'apprendre être un génie doté d'un admirateur pour ces arts.

- Eh bien, voilà qui flatte ma personne !

Il remit une mèche de cheveux de la tête en place, comme un père maniaque.

- Je vois que vous avez excellent goût en matière d'art. Et de souvenirs.

Le fin sourire poli s'en alla pour laisser place à une expression toujours aussi calme, ordonnée, mais dont les yeux brillaient de la splendeur que l'idée suivante leur apportait.

- Cette île dévore nos souvenirs... il est alors légitime de garder des témoins physiques. Si tu souhaites t'y mettre, je pourrai t'aider. Du moins pour la théorie, ensuite, c'est à toi de décider à quoi ce souvenir devra ressembler.

Toujours droit, toujours tiré à quatre épingles, mais toujours cette odeur particulière qui lui collait aux vêtements. Évidemment, en vivant au milieu de cadavres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fib Steiner
avatar

☠ Gabier du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 119
✘ SURNOM : Le Tétrodon
✘ AGE DU PERSO : Inconnu

✘ DISPO POUR RP ? : Nope
✘ LIENS : Pour obtenir un grain de folie
Il faut déjà une bonne recette...

MessageSujet: Re: Regardez-moi ces magnifiques peaux... et ces cheveux... rien de mieux que de belles têtes sans corps.    Dim 11 Mar 2018 - 21:14

Le gabier remonta ses manches sur ses avant-bras musculeux, pas peu fier de sa petite présentation. Ah il avait de la gueule le Tétrodon, lorsqu'il gonflait le torse et se montrait poli. En même temps face à un artiste, face à une idole, il se devait de bien présenter. On était pas chez les sauvages après tout, on pouvait être un minimum civilisé.

« Oh oui, oui j'suis amateur c'est vrai, je m'y connais un peu, c'est parce que je suis de la partie voyez ? Un peu du genre conteur, un peu acteur. J'suis pas peu fier de mon p'tit talent et du coup j'apprécie d'autant plus le tien. »

Son regard s'alluma, brilla d'une lueur plus mauvaise et plus folle encore. Oh que non, l'île ne dévorait pas tous les souvenirs, ou disons plutôt qu'elle pouvait parfois les rendre. Les Landes avaient ravivées chez Fib toutes ces idées jadis perdues et qui flottaient à nouveau dans son esprit dérangé, rappelant des leçons apprises il y a longtemps, ramenant une intelligence qu'il pensait éteinte à tout jamais.
Il n'aimait pas les souvenirs et aurait donné cher pour les perdre à nouveau. Pour se perdre à nouveau, c'était plus simple pour sombrer dans le chaos.

« C'vrai ? Tu s'rais prêt à me montrer comment tu fais ? »
Il agita la main, se déplaçant avec de grands mouvements de bras, se représentant, tortillant son cul, évoluant sur le bout des pieds, aérien et timbré.
« Ca me ferait bien plaisir ouais, juré ! Le truc c'est que j'suis pas trop un tueur et un collectionneur tu vois ? Moi mon petit plaisir c'est de faire peur... »
Il sourit, un sourire immense qui se passait de masque.
« Cela dit tu pourrais m'aider à fabriquer un truc pour faire flipper mes victimes : j'veux du fou, j'veux du noir, je veux de quoi leur faire se pisser dessus à ces chiards. »
Et les dents montaient de plus en plus haut dans une grimace à peine humaine qu'il avait soigneusement préparée, peaufinée, en vrai artiste perfectionniste.
« Montre-moi comment tuer leur enfance. J'suis sûr que tu sais faire ».






Fib parle en #666666

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azel Von Kopfenwald
avatar

☠ Chapelier du Port ☠


✘ AVENTURES : 58
✘ SURNOM : Le Chapelier
✘ AGE DU PERSO : 28 ans

✘ LIENS : As Mad as a Hatter

MessageSujet: Re: Regardez-moi ces magnifiques peaux... et ces cheveux... rien de mieux que de belles têtes sans corps.    Sam 31 Mar 2018 - 19:05

La proposition semblait être alléchante pour le Tétrodon. Mais, pendant que le Chapelier se demandait d'ailleurs pourquoi un tel surnom... la suite vint. Théâtrale. Ma foi digne des plus grands fous probablement. Cette bouche d'où coulait le miel, les ordures et les menaces en même temps... souriait à s'en déchirer les joues.

Ce qui vint ensuite, donna l'explication à son interrogation de quelques instants auparavant. Faire peur. Faire peur à en tuer l'enfance.

Azel prit une mine pensive, tapotant à sept reprise sa canne. Puis ses yeux ne laissant paraitre que le pigment de son propre sang contemplèrent la porte menant au couloir, dans la partie qui lui servait d'habitation.

- Ce concept, celui de tuer l'enfance, a quelque chose de poétique. J'apprécierais bien entendu à apporter mon aide à une telle oeuvre. Pour cela, voudrais-tu bien me suivre dans la salle annexe ? Nous pourrions nous asseoir autour de biscuits.

Il entama la marche vers la pièce dont il parlait.

- Il y a d'autres de mes oeuvres que tu pourras voir aussi. Elles m'accompagnent pour les repas généralement.

La salle dans laquelle il s'engouffra après avoir traversé le couloir grinçant et décoré de babioles, se présenta comme une salle à manger plus ou moins classique. Bien que la décoration restait très chargée avec de lourds rideaux aux quelques fenêtres, le centre offrait une tablée rectangle très allongée entourée de chaises et de têtes. Sept têtes mises en scène comme s'il s'agissait d'invités. Des bocaux renfermaient divers biscuits et gâteaux. Oui, Azel prenait le temps de cuisiner. Lui qui voulait faire un peu de thé de manière distingué.

Le Chapelier incitait à prendre place où bon semblait à son invité surprise.

- Dis-moi juste, saurais-tu me décrire ta plus grande réussite dans ton oeuvre ? J'aimerais savoir ce que tu as déjà fait, ce que tu as adoré faire, cela pourrait m'aiguiller à t'apporter quelque chose de nouveau.

Tous ses pas étaient calculés par tranches de sept, même s'il commençait déjà à réfléchir à comment apporter son aide. Il était question d'un projet plus complexe que la simple tuerie ou collection.

Heureusement qu'Azel s'était vite détaché des Garçons Perdus pour se lancer de cette situation. Ça lui avait presque fait oublié le désordre qu'il avait créé plus tôt.

Le Chapelier ouvrit un bocal, il en sortit sept biscuits qu'il aligna. Sans raison apparente. Juste le nombre sept.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fib Steiner
avatar

☠ Gabier du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 119
✘ SURNOM : Le Tétrodon
✘ AGE DU PERSO : Inconnu

✘ DISPO POUR RP ? : Nope
✘ LIENS : Pour obtenir un grain de folie
Il faut déjà une bonne recette...

MessageSujet: Re: Regardez-moi ces magnifiques peaux... et ces cheveux... rien de mieux que de belles têtes sans corps.    Mer 25 Avr 2018 - 18:03

Des biscuits ? Fib avait-il réellement la gueule du type qui posait son fessier sur une chaises pour becqueter quelques gâteaux secs avec une cup of tea ? Non, bien sûr que non. C'était probablement là une vilaine habitude d'artiste : ces gens n'avaient pas les pieds sur terre, pour sûr ! Mais ma foi, Fib se plierai au rituel, juste parce qu'il était bien sympa, et bien intéressé.

Il siffla en entrant dans la nouvelle pièce. Sympa la déco. Y'en avait pas vraiment à bord du JR – hormis celle dans la cabine du capitaine bien sûr – et Fib n'avait jamais été très sensible aux napperons et autres bouts de tissus ayant pour but d'égayer une pièce. Son cœur de pierre eut plus envie de vomir qu'autre chose mais il se contint. On ne vexait pas son idole après tout. On pouvait avoir du talent pour conserver des têtes d'enfant mort et rater la déco du salon. C'est humain.

Fallait bien dire que les sept têtes, par contre, c'était plus de son goût. Quelle charmante mise en scène, digne d'un Hamlet. Où se baladait Yorick ? Bonne question... il devait être dans le coin, pas loin du créateur dingo de cette scène superbement macabre.

Il se posa sur une chaise, repliant ses jambes pour caler ses pieds crasseux sur le rebord. Il se sentait toujours mieux un peu recroquevillé : une sorte de position rassurante, quand l'ensemble de sa personne se retrouvait près, bien près du corps.
« C'est que j'ai un sacré palmarès... »
Il en avait fait pleurer plus d'un des gamins, des fées, d'autres pirates même parfois. Il avait même arraché les ailes d'une fée – ok c'était un accident mais quand même, ça comptait.
« J'ai mon masque, déjà, qu'est plutôt connu. J'enlève les gamins, des petits chéris perdus dans la forêt. J'adore leurs regards affolés quand ils comprennent que je les amène au port, et qu'ils vont finir en pâté pour des zombies. Je prends mon temps, je leur fait croire que tout va bien, qu'ils sont en sécurité... et c'est un plaisir de voir cette lueur de compréhension soudaine dans leur regard. Je me sens tellement vivant ».
Sa plus belle réussite cette alliance avec le baron Samedi. En plus il pouvait dépouiller les mioches pour refourguer leurs affaires au copain Xen.
« Je fouille leurs secrets aussi. J'ai une bonne mémoire et j'ai pas toujours été pirate... je cherche dans les douleurs, j'interroge les copains... parfois il faut pas grand chose, juste rouvrir sans cesse les plaies avec un bon couteau... »
Sa voix devenait de plus en plus doucereuse, parfois hantée de petits ricanements spasmés.
« J'suis pas très impressionnant tu vois ? Je suis pas très grand, musclé mais sans plus, paraît que je suis même mignon »
De grands yeux gris/bleus, une belle chevelure blanche, toujours soyeuse malgré les années passées dans la crasse. Des doigts fins d'aristos – un corps souple et puissant. Ça ne lui allait pas, mais il avait trop peur de se défigurer. Il n'osait pas.
« … alors je joue sur d'autres tableaux, je fouille les peurs, je les exploite, je détruis l'espoir puis je l'agite à nouveau et ils craquent, tout doucement. Pauvres petits enfants... »
Dire qu'il avait été l'un d'eux...

« Dit. Pourquoi tu fais tout par sept, comme ça ? »
Curieux, attentif. Ça lui tapait sur les nerfs. C'était beaucoup trop ordonné pour son grand être plein de bruit et de fureur.






Fib parle en #666666

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azel Von Kopfenwald
avatar

☠ Chapelier du Port ☠


✘ AVENTURES : 58
✘ SURNOM : Le Chapelier
✘ AGE DU PERSO : 28 ans

✘ LIENS : As Mad as a Hatter

MessageSujet: Re: Regardez-moi ces magnifiques peaux... et ces cheveux... rien de mieux que de belles têtes sans corps.    Lun 18 Juin 2018 - 11:39


Alors que l'invité surprise se mettait à l'aise, Azel ne broncha pas à la posture du pirate. Ils étaient dans un endroit qui s'y prêtait. Un port de pirates.

Sans gens, il s'agissait de self-service. Tout était à portée de main sur la table, à peu près. Alors le Chapelier dégusta son thé en écoutant attentivement le Tétrodon. Juste après avoir soufflé sept fois sur la vapeur qui s'échappait de la tasse.

Des gens, un ou deux serviteurs pour s'occuper du bazar et surtout des saletés quand le maitre des lieux détruisait ses créations... Ce serait une bonne idée, mais là n'était pas l'intérêt du moment.

Les oreilles de l'albinos étaient toutes entières aux paroles de Fib.

La peur, les réactions. Un genre de torture peut-être bien.

Interrogatoires, tortures physiques.

Il y avait quelque chose dans la tonalité, dans la voix de Fib qui donnait un quelque chose d'inquiétant. Mais qui était la preuve sans doute du goût pour la déco des têtes. Azel ne changea pas d'attitude, prenant un biscuit qu'il mâcha, puis qu'il mâcha encore en comptant sept coup de molaires.

Le palmarès était déjà bien fourni.

Et la "raison" semblait accessoire, il fallait tout de même être capable de ne pas se plier aux enfants suppliants. Ne pas être dégoûté des horreurs.

Tout cela n'avait rien à voir avec le physique d'une personne, l'important c'était ce cher cerveau. Selon Azel, la tête était toujours la base. Tiens... une tête pourrait-elle vivre seule ? si on maintenait un système de pompe ou un truc du genre ? Cette pensée parasite ne restait que sept millisecondes avant de redonner toute l'attention à Fib.

Fib était intéressant, du moins, Azel aimait l'attention donné aux émotions.

Puis la question qui vint fit cligner à sept reprises les paupières du Chapelier. Les prunelles colorées du sang de leur porteur se figèrent sur le Tétrodon.

- Voilà une question dont je n'ai pas la réponse. Cela date peut-être d'avant ma venue ici. Mais il ne me reste rien de ce monde passé, pas un seul souvenir. C'est pour cela qu'il faut préserver les têtes, d'ailleurs. Le siège des émotions et des souvenirs.

Azel bu une autre gorgée.

- Mais revenons à ton oeuvre. Ne pourrais-tu pas... jouer avec comme des sculptures toi aussi ? Tu aime faire peur à ces gamins. Je me demande s'il serait judicieux de prendre leurs visages... chacun représentant un style spécifique de peur. Ce sentiment est si complexe, et tu sembles le dessiner assez bien sur les enfants.

Qu'est-ce que cela faisait de porter le visage de quelqu'un d'autre ?

Le bruit de la tasse rencontrant l'assiette miniature éternelle partenaire du récipient, ponctua la parole d'Azel. Celui-ci semblait pensif, réellement en train d'imaginer la création dont Fib était capable. Selon lui du moins.

Un fin sourire, tout ce qu'il y avait d'enjoué mais demeurant élégant, prit place sur le faciès dénué de couleur.

- Qu'en dis-tu ? Comment étoffer ou améliorer cela ? Ou encore... cela inspire une autre création ?

Il se pencha un peu en avant pour remettre une mèche de cheveux en place dans la frange de 3 avant de reposer le dos au dossier de la chaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fib Steiner
avatar

☠ Gabier du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 119
✘ SURNOM : Le Tétrodon
✘ AGE DU PERSO : Inconnu

✘ DISPO POUR RP ? : Nope
✘ LIENS : Pour obtenir un grain de folie
Il faut déjà une bonne recette...

MessageSujet: Re: Regardez-moi ces magnifiques peaux... et ces cheveux... rien de mieux que de belles têtes sans corps.    Mar 19 Juin 2018 - 19:20

La mémoire.... aaaah cette mémoire, ces souvenirs, ce cerveau dément qui retenait ou crachait les informations selon le bon vouloir de cette île maudite. Un instant il en voulut au Chapelier, et hésita même à tordre ce long cou noble, pour se venger.
Les souvenirs étaient un calvaire, un cadeau empoisonné dont il se serait passé. Avant, quand il ne se souvenait pas, il aurait tout donné pour retrouver ces bribes de passé, ces moments intéressants qui remplissaient les neurones et le cœur.
Maintenant il voulait tout enlever, tout écraser. Parce qu'avec la mémoire revenait une certaine lucidité, une lueur ouvertement démoniaque qui faisait de lui un être sensé, ce qu'il ne voulait pas être, surtout pas.
Ce n'était pas bon pour la santé.

« Je vais être sincère vec toi, mon vieux, parce qu'entre artistes on se comprend : je fais rarement de mal physique à mes proies. J'ai jamais tué personne, tu sais ? Et blessé que pour me défendre. Mon truc à moi c'est de faire tourner en bourrique, d'utiliser les autres pour arriver là où je le veux, sans me salir les mains ».
Tout un art, une sorte de challenge. Ca ne le dérangeait pas de nuire – du moins essayait-il de le croire – mais c'était trop simple voyez-vous ? Pour s'amuser il fallait pimenter un peu cette morne vie de forban, rendre les choses difficiles et tortueuses pour qu'elles aient plus de sel. On le surnommait le Tétrodon et ce n'était certainement pas pour rien. Son arme ? La rumeur, le physique, les mythes qui pouvaient courir sur l'homme au masque grimaçant.
Il n'y avait pas grand chose de vrai dans le lot.

Le tintement de la tasse sur l'assiette attira son attention et il ouvrit une parenthèse, affirmant simplement, hors sujet :
« Tu savais qu'avant on buvait dans la soucoupe, pas dans la tasse ? C'pour ça que c'est là ce truc. On sert brûlant, on renverse et on boit dans l'assiette pour que ça refroidisse mieux »
Il l'avait appris dans un livre parce que oui, il lisait encore beaucoup : alors même qu'il prétendait ne pas savoir lire.

Il resta un moment bloqué sur l'anecdote, ricanant en y réfléchissant, se demandant si le Capitaine avait connu cette époque et si lui, le gentleman aux belles manières, buvait son thé de de cette manière.
L'idée le fit pouffer, et il mit longtemps avant de se re-concentrer.
« Si je t'amène un gamin, tu me fais un masque avec son visage ? Un que je puisse porter ? »
Ca lui plaisait beaucoup cette idée, de changer de peau, de varier, d'effrayer encore un peu plus ces foutus bambins en portant sur lui les frasques de ceux qu'ils avaient connus.
« Je veux pouvoir jouer »
Avec leurs émotions, avec leurs peurs, avec tout ce que ces petits êtres exprimaient, et qu'il voulait tant détruire.
Adieu enfance, bonjour terreur. Cet étrange binôme pourrait peut-être produire le plus macabre des spectacles.






Fib parle en #666666

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azel Von Kopfenwald
avatar

☠ Chapelier du Port ☠


✘ AVENTURES : 58
✘ SURNOM : Le Chapelier
✘ AGE DU PERSO : 28 ans

✘ LIENS : As Mad as a Hatter

MessageSujet: Re: Regardez-moi ces magnifiques peaux... et ces cheveux... rien de mieux que de belles têtes sans corps.    Ven 22 Juin 2018 - 16:49

Il ne fallait pas se tâcher de sang, du moins, Fib ne se salissait pas de la mort des enfants apparemment. Azel n'en fit pas de grimace ou une quelconque autre mimique, cela se valait comme tout autre concept. La mort, au fond, était un genre de délivrance. Azel y voyait un moyen de capturer le souvenir présent.

Mais là, le débat demeurait très subjectif, il ne pouvait que respecter la vision d'un autre. ET cela ne demandait pas beaucoup d'effort, cela gardait des enfants en vie. Et donc, plus de possibles têtes.

Il but à nouveau une gorgée de thé, alors qu'il tapota le sol du talon à sept reprises.

La remarque historique de Fib lui fit cependant bien vite hausser les sourcils d'étonnement. Son regard tomba sur le sujet, la sous-tasse. Accompagné par les rires du gabier, ou ricanements du pirate. Cela semblait particulier. Mais pas impossible. Le Chapelier ne pouvait pas dire s'il avait un jour bu de cette manière, lui qui ne se souvenait même plus de l'époque de son origine.

- Je ne le savais guère.

D'un coup l'objet accessoire semblait posséder plus d'intérêt qu'auparavant. Mais la suite de la discussion principale prit place après l'amusement de Fib.

Le sourire du Chapelier se peignit sur le faciès sans couleur. Faire un masque avec le visage d'un enfant, y mettre le souvenir à jamais gravé de la peur.

- Je le peux. Volontiers. Je suis curieux de m'exercer sur une de ces têtes blondes. De plus, il ne sera pas nécessaire de les tuer. Ou le tuer, je ne sais quelle quantité serait raisonnable. Honnêtement je dirais sept émotions, ou sept genres de peurs que tu est capable de leur inspirer.

Azel posait, en finissant sa réplique, sa tasse. Puis il tapota à sept reprises son menton l'air toujours en train de réfléchir, ce qui était bel et bien le cas.

- Tu voudrais qu'une expression y soit gravée ?

Coudes sur la table, doigts entrelacés, le menton reposé sur les mains.

Le Chapelier était tout ouïe pour cette commande particulière pour laquelle le prix n'était que la satisfaction de la création.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fib Steiner
avatar

☠ Gabier du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 119
✘ SURNOM : Le Tétrodon
✘ AGE DU PERSO : Inconnu

✘ DISPO POUR RP ? : Nope
✘ LIENS : Pour obtenir un grain de folie
Il faut déjà une bonne recette...

MessageSujet: Re: Regardez-moi ces magnifiques peaux... et ces cheveux... rien de mieux que de belles têtes sans corps.    Dim 24 Juin 2018 - 19:12

Il le pouvait....
Il
Le
Pouvait.
Il ne lui en fallait pas plus, tout ce qui avait d'intérêt dans cette rencontre venait d'être posé sur la table.
Tout avait déjà si bien commencé : voyeurisme, rencontre d'un artiste et maintenant...
Coopération ?
Que de joie dans son petit esprit malade, que de perspectives !
Il allait faire entrer la peur dans une nouvelle dimension.
Des masques. Des petits visages de poupée.
La peur.
Encore et toujours la peur.

Et en prime on lui proposait de ne même pas tuer ses victimes. C'était pas beau ça ? Laisser un gamin sans visage, souffrir, peut-être même affronter des infections, le tout sans mourir.
Quelle meilleure publicité auprès des enfants ?
Il était heureux comme un pirate devant des enfants qui brûlent.

« Peu importe l'expression, je veux juste qu'elle soit naturelle. Je veux juste que les autres enfants puissent voir le visage d'un autre enfant : qu'ils comprennent, qu'ils ressentent l'angoisse dans leurs tripes et qu'ils puissent craindre qu'il leur arrive la même chose »
Il se leva, et s'empara de la main du chapelier : près, si près de lui, le regard brillant d'excitation.

« Je vais m'en aller, parce que si je reste ma joie risque de déborder »
Il avait toujours beaucoup de mal à contrôler ces petites choses-là... hors de question de péter un cable chez un génie.
« On se reverra... dès que j'aurais ce qu'il faut, on se reverra, toi artiste de génie, chapelier au nombre sept. »
Le sourire.
Ce sourire immense.
Il serra un peu plus fort la main, le regard vacillant.
Impatience.

« On se reverra vite »
Promesse trop rapide.
Il ne pouvait pas savoir que l'hiver arrivait.






Fib parle en #666666

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azel Von Kopfenwald
avatar

☠ Chapelier du Port ☠


✘ AVENTURES : 58
✘ SURNOM : Le Chapelier
✘ AGE DU PERSO : 28 ans

✘ LIENS : As Mad as a Hatter

MessageSujet: Re: Regardez-moi ces magnifiques peaux... et ces cheveux... rien de mieux que de belles têtes sans corps.    Ven 10 Aoû 2018 - 11:09

La situation semblait être parfaite, elle semblait plaire à ce cher Tétrodon. La perspective de créer une nouvelle chose, un nouvel accessoire. Des nouveaux accessoires. Azel aimait bien cette idée. Il l'avait eue, non ?

Fin sourire, il voulu prendre une nouvelle gorgée de thé en écoutant ce que voulait Fib pour les expressions. Quelque chose de naturelle. Il fallait du naturel. Le Chapelier le marqua dans son esprit et y travaillera lorsque la matière première arrivera à lui. Les têtes étaient sans doutes ravies de ce spectacle. Une satisfaction aussi douce que le liquide chaud et aromatisé glissant dans l'oesophage de l'artisan.

Douceur qui se mua en quelque toussotement lorsque le chemin naturel fut un brin dévié par un vague sursaut.

Le gabier du Jolly Roger venait de prendre la main d'Azel, celui-ci ne l'avait pas vu venir. Encore moins le regard pétillant et déviant du pirate de mer. Bien qu'un brin trop tactile selon les bonnes manières du Chapelier, aucune attention ne fut retenue contre cet envahissement. Jamais il ne fallait briser les prunelles pleines de vie. Le commerçant n'était pas de ceux-là.

Un petit acquiescement sur l'annonce du départ, il le fallait afin de poursuivre ce qui se préparait. Il le fallait absolument.

Un sourire élégant en guise de réponse à celui qui semblait s'étirer à s'en déchirer les joues. Azel aimait beaucoup "artiste de génie", l'égo ça fonctionnait toujours.

"On se reverra vite", cette affirmation portait une belle sonorité aux oreilles. Mais impossible de savoir à quoi cela se rapporterait. Le temps était si capricieux, le temps météo et celui des montres. Bref, peu importait.

- Choisis bien ton premier masque, ce sera la marque d'une belle suite de nombres.

Azel encourager des comportements immondes ? Absolument pas. Il aimait juste ce qui était créatif.Et tout cela, c'était magnifiquement créatif.

Il allait falloir attendre plusieurs suites de sept avant que cela ne commence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Regardez-moi ces magnifiques peaux... et ces cheveux... rien de mieux que de belles têtes sans corps.    

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Peaux de drakoalak?
» Sortie des peaux vertes
» [Flotte Ork] 1000 points de pillards peaux-vertes
» Vente peaux abîmées et cuirs déchirés
» [1500 pt] Peaux-Vertes contre Khemri

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Mer Imaginaire :: La Baie des Pirates :: Le Port Débauché-