Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 1149
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : C'est chaud mais j'suis ouvert d'esprit.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Saoulé par l'ennui, un infirme rit    Dim 27 Aoû 2017 - 17:14

"Salopards" Dit Redrick. "Ordures"
L'homme fourra sa main dans la poche intérieure de sa veste et lança sur la table une liasse de billets. Les billets s'éparpillèrent de tout les cotés.
"Et bien !" Prononça le capitaine Quaterblood. "Maintenant ramasse moi tout ça."
- A d'autre ! Lui dit Redrick, en se croisant les bras derrière le dos. Tes larbins ramasseront. Toi tu ramasseras !
- Ramasse l'argent Stalker. Dit le capitaine QuaterBlood sans élever la voix, penché en avant, les poings appuyés sur la table.
Pendant quelques secondes ils se regardèrent silencieusement dans le blanc des yeux, puis Redrick, marmonnant des jurons, s'accroupit et se mit à ramasser les billets à contrecœur. Les Noirs ricanèrent derrière son dos, le type de l'ONU pouffa avec une mauvaise joie.
"Rigole pas trop ! Lui dit Redrick. Sinon tu vas faire dans ta culotte !"


Apache soupira, refermant un instant son livre qu'il avait sans doute déjà lu mille fois, se passant une main sur les yeux comme pour se réveiller un peu.
Le temps n'existait pas, par ici, mais dans l'infirmerie, il paraissait bien long.
Il n'aurait sans doute plus si longtemps à tirer, coincé dans son lit, mais comme il l'avait pressenti, sa nouvelle blessure avait quelque peu étiré son séjour parmi les soigneurs.

Il ne savait plus vraiment depuis combien de temps il était arrivé. Depuis combien de temps Lacerate l'avait ramené ici, inconscient.
Trois jours ?
Une semaine ?
Deux semaines ?
Pas un mois quand même.
Aucune idée.
En attendant, les bandages et les pansements se réduisaient, se faisant moins nombreux, mais certaines blessures persistaient.
La nouvelle était encore bien fraiche, et Soul ne l'avait pas encore vu de ses yeux. Est ce qu'il allait se faire engueuler ?
Au fond, il s'en foutait.
Ca casserait peut être la monotonie de ses journées.
Ce qui l’embêtait un peu plus, c'était que certainement Freckles en prendrait pour son grade aussi.
Un nouveau soupire avant de se replonger dans son livre, sachant pertinemment que le héros de l'histoire, Redrick Shouhart, allait se carapater vitesse grand V avec toute la classe qui le caractérisait.






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"


Justice veille.:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soul
avatar

♣ Chef des Soigneurs ♣


✘ AVENTURES : 1170
✘ SURNOM : L'Immuable
✘ AGE DU PERSO : Un peu trop mature.

✘ DISPO POUR RP ? : Difficilement (exception faite pour de nvx soigneurs ou trame précise); demandez toujours !
✘ LIENS :
L'âme naît vieille dans le corps; c'est pour la rajeunir qu'il vieillit.

Points de Sutures:
 


MessageSujet: Re: Saoulé par l'ennui, un infirme rit    Mer 6 Sep 2017 - 7:44


« J’amène une urgence. »

Qu’elle avait dit, à la fois rudement, à la fois d’épuisement. D’avoir trop tenu, d’avoir trop traîné. D’avoir…

Le chef des soigneurs s’était précipité à la suite, jurant sans mot dire, rattrapant in-extremis Lacerate qui sombrait, le chasseur pourtant toujours fermement arrimé.
Le chasseur.
Apache.

Il n’a pas le temps des questions, Soul. Il n’a pas le temps de trouver les jonctions, elles se feront plus tard. Entre la blessure de Her, son « accident », survenu en leur compagnie. Her qui n’avait jamais fait la moindre vague. Green le lui avait expliqué, et il n’avait pas manqué de l’interroger (Pourquoi Lace était si blême et fuyante, pourquoi la tension, les silences, pourquoi… qu’est-ce que Green avait senti, observé ce jour-là). Ce n’était pas simplement par curiosité ou soucis de professionnalisme, non. Soul était véritablement… inquiet. Comme l’on sent tous les signes précurseurs d’une tempête sans pouvoir l’endiguer.
Avec seul l’instinct pour trahir, les os, la peau de frémir et au loin… la rumeur.

Et les voilà tout deux. Elle et sa jambe sanguinolente, son visage tuméfié et lui…
Lui.

Oh Apache…

Soul n’a pas besoin d’ausculter. Il sait. Il devine, il reconnait. Les trop nombreux signes. Il a pâlit. C’était de ces traces qu’il préférait ne jamais trouver. Et ton corps en est perclus, ton corps… en est lézardé.

Les consignes ont fusées. On attèle Apache sur l’une des couches « dures », on place Lacerate à côté. Et Soul demande qu’on tire le drap pour les cacher. Car il a croisé le regard inquiet de la sentinelle, Soul. Impossible de ne pas remarquer ce qui les liaient à la fréquence des visites du hérissé.

Le chef des soigneurs passera un temps infini à traquer la moindre plaie, la moindre ouverture. A colmater chacune des lacérations, de la morsure, aux traces de ceintures, des liens sur ses chevilles et poignets. A soigner, mâchoire prête à se briser sous la tension qu’il retient… le nom que son bourreau aura gravé au feu et à la lame : « Big Jack ».

« Big Jack ».

Soul ne pourra pas l’oublier. Il ne le connait sûrement pas sous cette appellation-là, cette ordure, mais son impassibilité coutumière ne fait que flancher. Autour de lui, les autres soigneurs n’osent plus le déranger.

Il leur aura demandé d’ailleurs, de le laisser faire. De lui laisser s’en occuper. De s’axer sur Lace et les autres patients.
Parce qu’Apache n’aimerait pas savoir qu’autant d’yeux auraient pu remarquer, auraient pu comprendre… Ce qu’il avait vécu. En dehors. Comme au-dedans.
Soul sait. Il sait car ces patients là le marquent au fer blanc. Il sait qu’il n’a pas besoin de le retranscrire dans son carnet pour ne pas oublier. Chacun, chaque visage, chaque plaie lui apparait au Présent.

Scar. Banshee. Light. Charcoal. Slimy. Neat. Hammer…

Ils étaient nombreux. Trop.

Ceux qui avaient subi…. La faim des plus avilis.

Quand le Hérissé faisait mine de s’éveiller, Soul l’aidait à replonger. Les préparations de Sugar couplé aux herbes de Jay aidaient. Apache ne devait pas émerger trop tôt. Il ne devrait pas réaliser. Il serait toujours assez vite rattrapé. Le temps que son corps au moins, ait récupéré. Ensuite, viendrait la psyché. Ensuite. Bien après.

Et Soul veillait à son chevet. Soul veillait toujours. Il était revenu à son poste, à son rôle, aux responsabilités qu’il avait été désespéré de ne plus pouvoir tenir.
Soul, après sa quête, après l’embuscade aussi… Soul avait arrêté de fuir.
Et il était revenu. Pour tenir.
Même si ses mains n’étaient pas tout à fait remises, même si elles étaient aussi couverte de bandages que ses patients, même s’il portait toujours, toujours, ses gants blancs.

Lacerate avait filé, peu de temps après avoir repris conscience et à peine soignée, comme un grand fauve blessé. Elle l’avait habitué, Lace ; à ce genre de fugue des responsabilités mal assumées. Depuis le temps. Cela n’avait jamais changé.
Mais là, de quoi exactement était-elle coupable ? Car ce n’était pas de l’état d’Apache, il en était convaincu, et avait d’ores et déjà tordu le cou à toutes rumeurs contraires. La cheffe des chasseurs n’avait probablement fait que le sauver.

Peut-être pas seulement.

Vu le soin qu’elle avait pris jusque-là… à l’éviter. Est-ce que Lacerate avait encore plus peur de son jugement ? Le chef des soigneurs ne peut s’empêcher d’être gêné. Il s’est sans doute trop donné, il n’a pas assez de recul. Et ni le droit de s’attacher. Pas autant qu’il le fait.
Ce ne devrait donc pas l’affecter.

Mais Soul a changé. C’est un dragon qui l’aura révélé.

Pour l’instant, seul l’état du chasseur était important. C’est à son éveil que l’on jaugerait de ce qu’il avait de cassé. Et autant qu’il ait à ce moment-là, le plus de regards amis. On avait fait déplacer Her à côté de lui.
Il aurait tôt fait de faire la lumière sur les nombreux mystères les auréolant. Soul pensait en avoir déduit une majeure partie. Ne restait qu’à vérifier ses théories… Et réparer ce qui pourrait encore l’être, même à demi.




Quand le chasseur s’était éveillé, l’immuable au fond de l’infirmerie, le drap tiré pour plus d’intimité, veillait silencieusement à retranscrire sur ses carnets ce qu’il avait manqué de faire des jours durant.
Il avait, entendant du bruit, entamé les gestes pour s’élever mais… C’est la voix de Her qui l’avait arrêté. Et Soul n’avait plus osé bouger, sentant que ce moment était important, qu’il ne faudrait rien interrompre ni brusquer. Il attendrait que ces deux-là eut finit. Il attendrait qu’ils se soient rendormis, il attendrait…

Ce n’était pas le bruit d’un pansement qu’on arrache ?

Soul grimace. Ne pas intervenir. Ne pas intervenir. Her est un rocher d’amarrage, Her est ici sa rive où s’échouer là où Soul ne pouvait… que guider.
L’immuable inspire longuement, et très doucement pour ne pas être entendu. Il ne veut pas écouter mais il est impossible de ne pas le faire. Pas avec ses mains qui ne pourront atténuer les bruits, il n’y a guère que les plus bas murmures qui ne parviendront à lui.
L’instant est crucial, l’instant ne doit être écourté. Soul prie ; que la sentinelle soit bien inspirée, qu’elle sache trouver les mots, les sens. Le sens.
Ce qui rattache à l’humain. L’important.

Il ne les interrompra que si cela dérape. Pour limiter la casse.

Ils étaient peu nombreux, ceux avec les épaules pour encaisser ces drames. Ils étaient peu nombreux et, sur l’île… ne faisaient pas de jeunes os. A pousser, malhabile, hors du Grand Arbre. De la maladie terrible que tout perdus voulait ignorer. Celle que Soul connaissait. Et vivait.

Il a fermé les yeux aux confessions lui parvenant par bribes, au filet de voix de ce garçon qu’il avait toujours connu si bravache, si railleur. Il a fermé les yeux aux sanglots, aux pleurs. Soul comme Her a serré les poings et toutes jointures, jusqu’à la douleur. Mais il n’a rien dit, rien laisser perlé.

Bien sûr que si, Apache, il t’a baisé. Mais il n’y avait là rien de honteux à n’avoir pu l’empêcher, certains avaient eu bien moins de liens et pourtant… S’étaient laissé faire. La stupeur et l’effroi suffisait à vous tétaniser. Et que pouvait un enfant face à la haine, à la vindicte et à la faim d’un plus grand ? D’un plus âgé ?
Il n’y avait pas que chez les pirates. Non. La lie de l’humanité se répandait sur tous ceux qui refusaient de lutter contre leurs pulsions, pour s’en délivrer et pour en jouir. Que les autres en subissent l’oraison et l’ire. Que les autres soient marqués et trahis à jamais.

Et changé. Bien sûr Her. Changé. Tu as bien deviné. Personne ne pourrait être indifférent, personne ne pourrait demeurer… Immuable.

L’île vous changeait.
L’île.
Et ses gens.

Quand Apache héla à tout va, Soul manqua d’y aller lui-même, mais fut devancé. Il écarta légèrement le drap qui les séparait, observant la scène et la bouteille d’alcool offerte.
De la surprise sur son visage. Depuis quand ? Qu’est-ce que ? QUI soignait en embrumant encore plus l’esprit ? Pas avec de l’alcool. L’alcool ne servait qu’à aseptiser ou en dernier recours quand il n’y avait rien d’autre sous la main.
Ce n’était pas ainsi que les choses marchaient ici. Mais prendre son soigneur sur le fait ne ferait que révéler sa présence et son rôle de spectateur involontaire.
Le mal est fait. Mais il ne manquera pas d’en corriger l’erreur.

Quand Owl, son soigneur, ausculta de force Le Hérissé, Soul manqua de bondir ; avait-il ne serait-ce qu’une once de jugeotes ? Il avait bien fait passer à tous la consignes qu’IL s’en chargeait.
Owl voulait probablement bien faire, et se faisant, alimentait la défiance et récalcitrance des patients. Soul secoua la tête. Le garçon manquait considérablement de tact, même si son inébranlable nonchalance faisait aussi figure d’atout au milieu des colères, des douleurs, et des impatiences de leurs patients.

L’Immuable devait aussi les laisser apprendre par eux-mêmes, faire des erreurs, du moment qu’elle ne coutait pas de vies.
Owl apprendrait. Soul le guiderait. Il n’avait pas le droit de juger ce qui avait été commis en son absence. Chacun faisait de son mieux avec des bouts d’infimes et de rien. Un bricolage humain.

Et Her avait aidé, prenant pour acquis ce remède bien mal administré.
Avait-il bien fait de ne pas se montrer ? De ne pas réagir ? La migraine poindrait. Il le sait. Soul attendrait. Terminant d’abord ce qu’il avait laissé choir.
Il irait aussi la voir. Lace qui avait tué. Lace qui ne pouvait pas de sitôt… affronter son regard.

C’était sans compter l’intervention d’un renard. Et des « remis à plus tard ».



Fourbu et passablement mouillé, le chef des Soigneurs revenait d’une de ses excursions vaseuse. En ayant manqué de se noyer un peu trop souvent à son goût, l’eau se faisant dangereusement attractive pour ses pieds dérapant. Mais il n’avait pas eu le choix, et déguisait cet état par la découverte de champignons à étudier (avec un peu de chance, l’homme se remettrait et réussirait à trouver sa route, avec un peu de chance ; à moins qu’une sentinelle ne le découvre en premier). La pénicilline avait été découverte par hasard, et l’île offrait généreusement… certain de ses secrets. Il se promit de les faire voir aux Delawares, doutant que Jay puisse connaître ce spécimen-là.

Au regard fuyant du soigneur qui l’accueillit, Soul comprit qu’il y avait eu un problème, du genre de ceux que l’un d’entre eux semblait prendre un malin plaisir à multiplier ;

« Apache ? »

Le soigneur opina. Soul hâta son pas, légèrement boitillant, pris d’une inquiétude soudaine. Il n’avait pu le voir qu’à de trop brèves entrevues depuis qu’il les avait recueillis, lui et Lacerate. Il n’avait pu se fier qu’à Owl en dépit de ses erreurs répétées (le soigneur n’aurait plus le recours à l’alcool systématiquement depuis, il l’espérait).

Le Hérissé avait meilleure mine que ce qu’il avait craint, mais du sang mouchetait de nouveau les bandages autour de l’aine. Depuis le temps, cela aurait dû cicatriser, qu’est-ce que… ?

« J’ai quelques romans en français, si tu veux. »

Le Chef des soigneurs vient en paix, la tête pleine de questions, mais le frontal n’est pas toujours la solution.






« C'est un peu de ton espoir, ce que les années
en ont perdu. On dirait ton ombre et qu'elle
cherche à se mettre debout. N'appelle personne.
Ton cœur ce n'est pas toi, c'est un enfant qui se
tourmente avec la crainte de tomber. »
- Bousquet
☤ Et des croquis ☤

Still trying:
 


Dernière édition par Soul le Dim 29 Oct 2017 - 16:35, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://cidiene.wordpress.com/
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 1149
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : C'est chaud mais j'suis ouvert d'esprit.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: Saoulé par l'ennui, un infirme rit    Jeu 7 Sep 2017 - 17:48

Ça casserait la monotonie, hein. Et pourtant, quand Soul débarqua dans l'infirmerie, Apache ne pu s’empêcher de se ratatiner quelque peu, espérant au fond de lui que ce pas pressé ne lui était pas destiné.
Pas de chance.
Si l'on pouvait considérer que le sort y était pour quelque chose.
Bien sur que c'était pour sa pomme. C'était évident. Il y avait eu ce nouvel événement. Il y avait eu cette nouvelle blessure qui lui tirait affreusement. C'était que les soins avaient été foutrement rapide, non ? Suffisant selon l'Hérissé, mais peut être que l'autre immuable penserait autrement.

Il avait l'air bien fatigué, d'ailleurs, le grand soigneur. Le chasseur l'avait remarqué alors qu'il s'était approché de son lit et que ses yeux noirs avaient un peu timidement quitté son livre pour se poser sur lui.
Ouais.
Crevé même.
En même temps l'avait-il déjà croisé en pleine forme, ce chef la ? L'iroquois du macadam n'en avait aucun souvenir, se re concentrant sur les lignes de son bouquin sans vraiment y parvenir.

« J’ai quelques romans en français, si tu veux. »


Le punk ravala sa salive, re focalisant une seconde fois son attention sur Soul qui venait de lui adresser la parole.
Peut être que le soigneur n'avait rien remarqué de la nouvelle blessure ?
Foutaises, il n'y croyait pas une seule seconde.

"Euh... Ouais, c'est gentil."
La voix pas très assurée et carrément pas à l'aise le métisse, alors qu'il refermait à demi son livre, le tordant entre ses mains un peu nerveusement. "Mais je vais pas moisir ici encore trop longtemps... " Une hésitation alors qu'il se mordait la lèvre inférieure. "... Si ?"
Et les yeux noirs se fixèrent dans ceux clairs du chef, interrogateurs. Pas fier ? Nageant visiblement dans l’appréhension.
C'était qu'il savait bien qu'il avait fait une grosse connerie, ou plutôt que ce qui allait en découler ne lui plairait pas forcément.
Alors l'Anarchiste attendait, avec une certaine nervosité, la sentence d'un soigneur transformé en un drôle de juge à blouse blanche.






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"


Justice veille.:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soul
avatar

♣ Chef des Soigneurs ♣


✘ AVENTURES : 1170
✘ SURNOM : L'Immuable
✘ AGE DU PERSO : Un peu trop mature.

✘ DISPO POUR RP ? : Difficilement (exception faite pour de nvx soigneurs ou trame précise); demandez toujours !
✘ LIENS :
L'âme naît vieille dans le corps; c'est pour la rajeunir qu'il vieillit.

Points de Sutures:
 


MessageSujet: Re: Saoulé par l'ennui, un infirme rit    Dim 29 Oct 2017 - 16:36

Ses paupières se sont un peu plissées, disséquant le moindre geste, le moindre mouvement de son patient, l’appréhension qui augmente, la nervosité et les tics que l’on ne peut empêcher.
Au moins avait-il conscience d’avoir merdé. Signe qu’il serait plus à même d’assumer les conséquences de ses (trop nombreuses) impulsions.

« Je t’apporterai de quoi supporter l’attente. »

Il n’a pas répondu à la question. Il leur apprenait toujours plus par des chemins détournés, ce qui les faisaient réfléchir, même si cela les frustrait.

« On peut discuter aussi, pour passer le temps. Quand tes amis ne sont pas présents. »

C’est une proposition qu’il lui tend, comme l’on irait « boire un verre » dans le monde ordinaire.

« Jusqu’à cicatrisation complètes de toutes tes plaies, je crains que tu ne doives encore me supporter. »

Il lui a répondu. Finalement.


Ps:
 






« C'est un peu de ton espoir, ce que les années
en ont perdu. On dirait ton ombre et qu'elle
cherche à se mettre debout. N'appelle personne.
Ton cœur ce n'est pas toi, c'est un enfant qui se
tourmente avec la crainte de tomber. »
- Bousquet
☤ Et des croquis ☤

Still trying:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://cidiene.wordpress.com/
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 1149
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : C'est chaud mais j'suis ouvert d'esprit.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: Saoulé par l'ennui, un infirme rit    Mer 22 Nov 2017 - 7:49


"Tu vas rester moisir ici encore 100 ans p'tit con"


Et Apache avait serré les dents, fixant tout d'abord Soul avec des yeux tout particulièrement noir avant de le lâcher du regard, tirant une mine de travers qui voulait tout dire.
Un soupire un chouilla exagéré, voir même exaspéré, comme un accusé de réception.
Ce qu'il avait entendu, le chasseur, ce n'était pas exactement ce qu'avait dit l'immuable, mais c'était tout comme non ? C'était de cette manière la qu'il l'avait perçu dans tout les cas.
Putain... Qu'on pouvait lire en grosses lettres sur le front du punk. Fais chier !

"On peut discuter aussi, pour passer le temps. Quand tes amis ne sont pas présents."

Genre la, tout de suite, maintenant ?
La mâchoire de l'Hérissé restait crispé et son regard noir ne revenait toujours pas au soigneur.
S'il boudait ? C'était presque ça, oui. En tout cas il n'était pas content, n'ayant pas vraiment apprécié la réponse du chef.
Bien sur, il aurait pu réfléchir à ses actes. Y méditer. Comprendre que rester à l'infirmerie, ce n'était pas une punition mais désormais une nécessité du fait de son état.
État qu'il avait lui même pris soin de dégrader.
Un peu plus et on finirait par croire qu'il aimait bien rester coincé la, dans l'antre du chef le plus chiant de la création, selon ses propres considérations.

"Jusqu’à cicatrisation complètes de toutes tes plaies, je crains que tu ne doives encore me supporter."
Et il en rajoutait une couche en plus.
Rha le con !
Nouveau soupire exaspéré alors que les yeux aiguisés du métisse revenaient enfin à son interlocuteur, le fixant par en dessous comme si l'autre était l'unique responsable de la sentence.
Mauvaise foi quand tu nous tiens.

"Et tu veux qu'on parle de quoi ? Du temps qu'il fait ?"
Il avait lâché ça presque comme une insulte, l'air de dire j'ai rien à te dire, avant de se pencher et de farfouiller sous son matelas comme s'il n'y avait personne à coté de lui pour le regarder et d'en tirer une petite boite de ferraille à moitié rouillée.
Un vrai petit trésor planqué la et qui une fois ouvert révélait son contenu, soit des feuilles bien fine et ce qui semblait être un genre de mélange d'herbes.
C'était joli, ca tirait entre vert et violet.
Et de ses mains agiles et rapides, trop habituées à l'exercice, Apache se roulait une cigarette, comme ça, tranquille.
Un coup de langue, faisant briller un instant le bijou qui l'ornait, et la voila qui était prête à se faire fumer.






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"


Justice veille.:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soul
avatar

♣ Chef des Soigneurs ♣


✘ AVENTURES : 1170
✘ SURNOM : L'Immuable
✘ AGE DU PERSO : Un peu trop mature.

✘ DISPO POUR RP ? : Difficilement (exception faite pour de nvx soigneurs ou trame précise); demandez toujours !
✘ LIENS :
L'âme naît vieille dans le corps; c'est pour la rajeunir qu'il vieillit.

Points de Sutures:
 


MessageSujet: Re: Saoulé par l'ennui, un infirme rit    Ven 9 Fév 2018 - 13:39

L’Hérissé semble être né sur la défensive. Il lui évoque un chat tout gonflé, crachant et feulant à tout va. Peut-être pour se défendre, mais surtout parce qu’il est terrifié. Nombre des enfants ici, ne pouvaient se détacher des horreurs qui peuplaient encore leur cœur, même si leur mémoire les avait effacées.

Il aurait presque soupiré, mais Soul s’en empêche. Il ne lâchera rien, il connait trop bien ce genre d’énergumène. Le geste suit, très naturel. Le Chef des Soigneurs confisque boite et cigarette, pour les placer tranquillement dans une des larges poches de sa chemise.

« On ne fume pas à l’intérieur, Apache. »

Surtout pas avec les patients aussi fragiles qui l’entouraient. C’était une règle qu’il avait édictée en remarquant combien les enfants toussaient à ses côté… quand il fumait.

Délicatement, il ressortit la boite, l’ouvrit pour en analyser le contenu.

« Et surtout pas n’importe quoi, tu ne sais pas ce que ça pourrait provoquer dans ton état. Inutile de me jeter un regard encore plus noir que les précédents ; tu as rallongé toi-même la durée de ton séjour. »

Il referma la boite, la remis au fond de sa poche.

« Je l’aurai fait tu sais. »

Son regard s’est plongé dans celui du chasseur.

« Je te les aurai colmaté. » - ce sont les plaies, les scarifications brûlées qu’il désigne, d’un doigt encore bandé.

« Je n’aurai pas laissé paraitre la marque de qui que ce soit. »

Et ce, même s’il ne s’agissait pas de toi, Apache. Soul est rentré dans le vif du sujet, l’air de rien, comme s’il avait adopté la fausse nonchalance de son patient, s’était glissé au même rythme tout en déviant soudain le court du torrent. On ne parlerait... sûrement pas du temps.






« C'est un peu de ton espoir, ce que les années
en ont perdu. On dirait ton ombre et qu'elle
cherche à se mettre debout. N'appelle personne.
Ton cœur ce n'est pas toi, c'est un enfant qui se
tourmente avec la crainte de tomber. »
- Bousquet
☤ Et des croquis ☤

Still trying:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://cidiene.wordpress.com/
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 1149
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : C'est chaud mais j'suis ouvert d'esprit.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: Saoulé par l'ennui, un infirme rit    Mer 28 Fév 2018 - 22:27

Sans grande surprise, la cigarette et tout ce qui l'accompagnait furent confisqués sans aucune forme de procès, sans que l'Hérissé n'esquisse ne serait ce qu'un geste pour les récupérer, se contentant de tirer une gueule de travers et de lever les mains en soupirant d'exaspération.
Si Soul avait un instant eu l'audace d'oublier ce qu'était un adolescent, Apache avait l'air de vouloir lui rafraichir la mémoire et de s'assurer d'en faire la parfaite démonstration, levant même les yeux au ciel en prime.

"On ne fume pas à l’intérieur, Apache."
Nouvelle moue de travers alors que les yeux noirs du punk revenaient paresseusement au médecin en chef, le regardant ressortir la petite boite pour en contrôler le contenu.
"Et surtout pas n’importe quoi, tu ne sais pas ce que ça pourrait provoquer dans ton état."
Son état ? Quoi son état ? Le regard du chasseur se fit plus noir, fusillant l'immuable comme jamais, ouvrant la bouche et prenant une inspiration, s’apprêtant à lui balancer un quelque chose de bien acéré. "Inutile de me jeter un regard encore plus noir que les précédents ; tu as rallongé toi-même la durée de ton séjour." Et la boite fut refermée, en même temps que la bouche de l'iroquois qui ravala sa salive, détournant le regard, vexé mais pas de mauvaise foi au point de penser que l'autre n'avait pas visé juste.
Putain...
Les dents serrées, le métisse rageait intérieurement, torturant le drap qui recouvrait ses jambes, le tordant et le froissant dans ses mains sans pour autant rien exprimer de plus.

Son état.

Qu'est ce qu'il voulait dire par son état, hein ?

Il ne parlait certainement pas de ses bleus et de ses plaies... Qu'est ce qu'un joint aurait pu y faire de plus de toute manière...

"Je l’aurai fait tu sais."
Interpellé, Apache releva un regard désemparé vers le plus grand, mi colère, mi blessé, et ce fut les yeux de Soul qui accueillirent les siens, rendant un regard profond, peut être désolé ?
Le chasseur ne su pas dire, mais il y avait un quelque chose de désarmant dans ces yeux la, un quelque chose de touchant dans sa voix.
Le révolté avait beau vouloir le croire, Soul n'était pas son ennemi.

"Je te les aurai colmaté."
La main toute enrubannée de blanc désigna les nouvelles plaies de l'Anarchiste, lui faisant de nouveau baisser les yeux de gène et de colère, la mine encore peinte de cette expression de souffrance et de haine mélangées.

"Je n’aurai pas laissé paraitre la marque de qui que ce soit."


Le jeune garçon ferma les yeux, encaissant comme si l'immuable venait de lui coller un coup de poing dans le ventre, relevant une main tremblante à son visage pour le cacher, dissimuler au moins un peu la souffrance qui s'y affichait.
C'était frais.
Encore trop frais.
Et rien que faire référence à l'évènement, à ce à quoi ca le ramenait directement avait de quoi être hautement perturbant.
Un reniflement, et le jeune chasseur s'essuya les yeux, tentant vainement de reprendre contenance, de retenir ces larmes qui troublaient déjà sa vu.
C'était dur. Tellement dur.
Il releva finalement la tête, prenant une grande inspiration.

"C.Comment ?" Il se mordit la lèvre inférieure, ne regardant toujours pas le soigneur en face, se maudissant de cette voix qui ne lui ressemblait pas. Tremblante, lui donnant des airs fragiles.
Blessé.
Irrémédiablement brisé.
Comment est ce qu'il aurait pu s'y prendre, ouais. Pour "colmater" ? L'Hérissé n'était pas médecin, mais il voyait mal comment Soul aurait pu faire disparaitre "ça".
Impossible.
Non.
Il n'aurait pu rien faire...
Il en était persuadé.
Alors il hochait doucement la tête à la négative, comme pour faire savoir son opinion sur la question.

"Tu l'as vu ..."
Sa voix s'était faite plus basse, plus douloureuse encore. "Tu l'as lu..?" Moitié question, moitié affirmation alors qu'enfin, doucement, les yeux noirs avaient fini par de nouveau se relever vers Soul, visiblement dans l'attente. Plus encore dans la crainte.






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"


Justice veille.:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soul
avatar

♣ Chef des Soigneurs ♣


✘ AVENTURES : 1170
✘ SURNOM : L'Immuable
✘ AGE DU PERSO : Un peu trop mature.

✘ DISPO POUR RP ? : Difficilement (exception faite pour de nvx soigneurs ou trame précise); demandez toujours !
✘ LIENS :
L'âme naît vieille dans le corps; c'est pour la rajeunir qu'il vieillit.

Points de Sutures:
 


MessageSujet: Re: Saoulé par l'ennui, un infirme rit    Sam 14 Avr 2018 - 18:13



Il ne cille pas. Comme si Apache agissait normalement comme s’il n’était pas en plein effondrement. Pas de complaisance dans ses yeux, de la compassion distillée qu’il oblige à la pudeur. Pour ne pas gêner. Bien sûr, il savait. Il avait vu. Il avait décrypté. Il s’était douté, avait eu des échos, des confirmations de bribes de voix et de son comportement là.

Comme tant d’autres avant lui.
Des portraits qui défilaient.
Où chaque mot pourrait être couperet.

« Le corps tu le sais, peut être sculpté. » - Il désigne d’un doigt son oreille, et implicitement, les nombreux piercings de l’Hérissé.

« Comme on peut l’amputer, on peut aussi, parfois… arranger. Transformer un cauchemar en un symbole bien différent. »

Sa voix est tranquille, son ton pourtant, demeure implacable. Déterminé.

« Je t’aurai fait quelque chose… d’un peu plus soigné, un peu moins long à guérir. »

Il a un demi-sourire. Il n’a pas répondu à tout, c’est une mauvaise habitude… ou certaines questions n’ont simplement pas besoin des réponses… qu’on attendait.

« J’abhorre toutes les marques imposée. Alors oui, jamais je ne te l’aurai laissé. »

C’était encore lui qui opérait le mieux, non ? Et il y pourrait toujours compter ensuite sur Needle, la brodeuse de cicatrices. Quitte à faire appel, s’il le fallait à plus ancien. Plus secret. Aux peintures vivantes de La Mémoire. Le Sphinx, sûrement… accepterait.

« Pardonne-moi Apache, j’aurai du agir plus vite. »

Pas de sermon. A quoi cela servirait-il. N’était-ce pas déjà fait ? Au lieu de ça, il préfère s’amender… d’avoir été tant occupé, même s’il n’était pas coupable, c’était son rôle ; d’être à tous… à leur chevet.






« C'est un peu de ton espoir, ce que les années
en ont perdu. On dirait ton ombre et qu'elle
cherche à se mettre debout. N'appelle personne.
Ton cœur ce n'est pas toi, c'est un enfant qui se
tourmente avec la crainte de tomber. »
- Bousquet
☤ Et des croquis ☤

Still trying:
 


Dernière édition par Soul le Lun 21 Mai 2018 - 18:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://cidiene.wordpress.com/
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 1149
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : C'est chaud mais j'suis ouvert d'esprit.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: Saoulé par l'ennui, un infirme rit    Mer 18 Avr 2018 - 8:50

"Le corps tu le sais, peut être sculpté." Comme dans un reflex engourdi, Apache releva la main jusqu'à son oreille percée, effleurant l'épingle à nourrice qui traversait sa peau depuis bien longtemps maintenant, celle la même désignée par Soul. "Comme on peut l’amputer, on peut aussi, parfois… arranger. Transformer un cauchemar en un symbole bien différent." Le punk comprenait très bien l'allusion du médecin. Il comprenait ce qu'il disait, et sa mine se faisait au calme, l'écoutant silencieusement sans pour autant le regarder.

"Je t’aurai fait quelque chose… d’un peu plus soigné, un peu moins long à guérir."
Un sourire d'arraché sur la mine sombre de l'iroquois en berne, faisant écho sans même qu'il ne le voit avec l'expression de celui qui lui parlait.
Cependant, le sourire se fana bien vite, remplacé par une expression entre vide et souffrance. L'horreur au fond de ses yeux noirs, le cauchemar qui continuait au loin, en toile de fond. Un hurlement dans la nuit.

"J’abhorre toutes les marques imposée. Alors oui, jamais je ne te l’aurai laissé."


Le chasseur ne disait rien, mais c'était un peu comme s'il répondait intérieurement.
Il n'aurait pas pu attendre. Le besoin d'effacer ça avait été trop fort.
Et comme en réponse, comme s'il l'avait entendu, Soul continua;

"Pardonne-moi Apache, j’aurai du agir plus vite."

Un reniflement, et pourtant le révolté ne pleurait pas. Il secoua doucement la tête à la négative, ravalant sa salive.
"T'excuse pas... T'y es pour rien. T'es déjà bien assez occupé."

Et ça faisait bizarre de l'entendre dire chose pareille, lui qui était toujours le premier pour descendre ce chef, pour l'insulter. C'était comme si soudainement il avouait qu'il voyait bien le travail fou qui était mené au jour le jour.
Bien sur qu'il le voyait.

"J'voulais pas que ce soit soigné."
Et sans que l'on sache pourquoi, Apache s'était mis à parler en français. Était ce volontaire ? Rien n'était moins sur, peut être la fatigue qui jouait, et ses yeux noirs ne regardaient toujours pas son interlocuteur, comme s'il était ailleurs.

"Je voulais que ça fasse mal. Que ça soit laid. Je voulais..."
Un soupire et une mine un peu dégoutée. "J'voulais le faire moi même." Mais il avait échoué. Il baissa un peu plus la tête. "Fallait que personne le voit... Tu comprends ?"
Et sur le drap, une larme s'écrasa, mettant fin à cette torture qui était de ne pas vouloir pleurer face à cet autre garçon la.
Ne plus vouloir pleurer, puis ce qu'il l'avait déjà tant fait. Trop fait selon lui.

Il fallait qu'un minimum de gens voit ça. Moins de gens l'avait vu, et plus vite ça s'effacerait des mémoires. Plus vite ça disparaitrait.
Il ne s'était rien passé.
Rien.






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"


Justice veille.:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soul
avatar

♣ Chef des Soigneurs ♣


✘ AVENTURES : 1170
✘ SURNOM : L'Immuable
✘ AGE DU PERSO : Un peu trop mature.

✘ DISPO POUR RP ? : Difficilement (exception faite pour de nvx soigneurs ou trame précise); demandez toujours !
✘ LIENS :
L'âme naît vieille dans le corps; c'est pour la rajeunir qu'il vieillit.

Points de Sutures:
 


MessageSujet: Re: Saoulé par l'ennui, un infirme rit    Lun 21 Mai 2018 - 19:19

Il laisse les mots, les gouttes de douleurs qu’Apache laisse tomber dans leur langue, en cette intimité et confiance nouvelle émergeant. Le visage de Soul s’est un peu crispé, ses sourcils se sont froncés, plus appuyés. Il essaie désespérément de ne pas laisser éclater la colère, la frustration devant la souffrance des êtres qu’on ne pourra soulager. Il ne peut que faire à sa manière, espérer que le temps sera de son côté et tenter de panser les plaies du corps et un peu… de l’âme.

Le soigneur se rapproche un peu plus, sa main hésite puis vient s’affirmer sur l’un des poings serré du Hérissé.

« Je crois. Tu as voulu… il essaie d’être le plus délicat possible ; peut-être te punir de ne pas l’avoir empêché, de ne pas avoir pu… »

Comme lui quand il s’abrutissait jusqu’à plus soif de toutes ses gorgées d’ambre, jusqu’à qu’une migraine ne le terrasse, comme lui, dans un momentané oubli qu’on ne terrasse.

« Je crois que je comprends un peu… Ta douleur. Là. »

Il pointe de son autre main, vers le cœur de son patient.

« Je sais combien il est presqu’impossible de ne pas se laisser submergé, même quand on retient avec ses ongles, tout ce qui pourrait nous empêcher… de réaliser. D’enlever toutes les traces.

Ses propres cicatrices qui tentent de lui rappeler en vain, que certains humains choisissent de demeurer des monstres.

« Je crois Apache, que je sais très bien ce que ça fait de vouloir tout oublier. Et de ne pas forcément pouvoir. »

Ou même d’en avoir le droit.

« Ce qui se passe à l’Infirmerie reste à l’Infirmerie. »

Sa main s’est resserré un peu plus fort, rendant l’effort un peu douloureux sous la pulpe de ses doigts toujours abimés. Le contact sobre, qu’il voulait pourtant continuer de maintenir.

« Absolument tout. ; son regard s’est adoucit ; tu peux aussi y laisser la honte ; car tu n’as rien fait de mal Apache. Je suis certain, que toi plus que quiconque, aura tout fait pour t’en sortir. On est pas coupable, jamais, de ce qu’on nous fait subir. »






« C'est un peu de ton espoir, ce que les années
en ont perdu. On dirait ton ombre et qu'elle
cherche à se mettre debout. N'appelle personne.
Ton cœur ce n'est pas toi, c'est un enfant qui se
tourmente avec la crainte de tomber. »
- Bousquet
☤ Et des croquis ☤

Still trying:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://cidiene.wordpress.com/
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 1149
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : C'est chaud mais j'suis ouvert d'esprit.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: Saoulé par l'ennui, un infirme rit    Ven 25 Mai 2018 - 20:00

Alors qu'il ne le regardait toujours pas en face, le punk entendit le médecin se rapprocher un peu, puis, l'une des mains bandées entra dans son champ de vision, lui qui s’évertuait à fixer ses poings fermés et crispés. Doucement, cherchant visiblement à le réconforter, Soul posa sa main sur l'une des siennes.

"Je crois. Tu as voulu… Peut-être te punir de ne pas l’avoir empêché, de ne pas avoir pu… "

De ne pas L'avoir empêché...

Et une vague glaciale traversa l'iroquois de part et d'autre, le raidissant, son corps tout entier se crispant à l'évocation de ce "Il" dont il n'avait pas été question directement, jusqu'ici.
Se punir...
Oui.
Oui il y avait sans doute de cela.
Il n'avait pas pu... L’empêcher.
Et le froid lui étreignit la gorge, comme une main immense et lourde.
Comme SA main.
Cette main qui l'avait saisit à la mâchoire pour s'assurer qu'il le regardait droit dans les yeux pendant... Pendant...

"Je crois que je comprends un peu… Ta douleur. Là."


Un peu tremblant, un peu plus pâle aussi, et le regard franchement hagard, Apache avait relevé les yeux vers l'immuable.

"Je sais combien il est presqu’impossible de ne pas se laisser submergé, même quand on retient avec ses ongles, tout ce qui pourrait nous empêcher… de réaliser. D’enlever toutes les traces."
Silencieux, le chasseur l'écoutait, comme dans l'attente d'un quelque chose. D'un soin magique que le chef était sur le point de lui prodiguer par les mots.
Lui.
Soul.
Il avait forcément la solution miracle.
Il savait tout soigner, non ?
C'était pour ça qu'on lui avait refilé cette foutue médaille, hein ?

"Je crois Apache, que je sais très bien ce que ça fait de vouloir tout oublier. Et de ne pas forcément pouvoir."

L'Hérissé ravala sa salive avec un peu de difficulté, la gorge toujours nouée, ne lâchant plus l'autre des yeux.

"Ce qui se passe à l’Infirmerie reste à l’Infirmerie."

Et une pression un peu plus forte se fit sentir sur son poing, attirant un bref instant les yeux noirs avant qu'ils ne reviennent aux clairs du jeune médecin. "Absolument tout. Le métisse fronça un instant les sourcils, sa mine se fracassant un peu. Il ne pleurait plus, ses larmes s'étant tarie aussi vite qu'elles étaient apparues, et doucement, il avait secoué la tête à la négative comme pour répondre à une question qui n'avait pourtant pas été posée. "Tu peux aussi y laisser la honte ; car tu n’as rien fait de mal Apache. Je suis certain, que toi plus que quiconque, aura tout fait pour t’en sortir. On est pas coupable, jamais, de ce qu’on nous fait subir."

Le punk fixait l'autre avec de grands yeux aux airs horrifiés, sa lèvres inférieure tremblante alors qu'il ouvrait la bouche pour répondre quelque chose.
"Il.. Il..." BigJack. "Il m'a pas..." Et il secouait de nouveau la tête dans un non qui accompagnait le tout. "Il s'est r.rien passé." Il n'avait pas crié. Juste bégayé presque de façon mécanique, comme s'il répétait une formule apprise par cœur.
Ce n'était pas loin d'être le cas, à vrai dire.
"Il m'a rien f.fait sub..." Agacé par son propre manque d'éloquence subite, le garçon fermât les yeux, les sourcils froncés, comme si soudain une migraine venait de débarquer et coupant dans la foulée tout contact visuel.

"Il s'est rien passé."
Qu'il répéta alors que les draps crissaient sous sa prise nerveuse, les dents serrées. "Y'avait personne." Et pourtant il tremblait, le révolté. Et sous sa paume, et sous ses yeux, Soul n'aurait pas pu le manquer. "Il m'a pas baisé." Leitmotiv rassurant qui ne trompait personne. "Y'avait personne." Et il se répétait. Et il se contredisait. "Personne..."






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"


Justice veille.:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soul
avatar

♣ Chef des Soigneurs ♣


✘ AVENTURES : 1170
✘ SURNOM : L'Immuable
✘ AGE DU PERSO : Un peu trop mature.

✘ DISPO POUR RP ? : Difficilement (exception faite pour de nvx soigneurs ou trame précise); demandez toujours !
✘ LIENS :
L'âme naît vieille dans le corps; c'est pour la rajeunir qu'il vieillit.

Points de Sutures:
 


MessageSujet: Re: Saoulé par l'ennui, un infirme rit    Dim 3 Juin 2018 - 3:07

Le déni le submerge par vagues convulsées, se fracassant sur l’Immuable, comme autant de lames acérées, comme autant de drames… qui se répétaient.

« Il y a eu quelqu’un. Je t’ai ausculté. »

Peut-être apparait-il impitoyable, mais Soul sait très bien ce que trop nier peut provoquer.

« Même si tu ne l’as pas voulu, même si tu voudrais le gommer. La cicatrice va rester. Plus profondément que celle de Freckles. »

Oui, il savait et si sa voix se montre inflexible, sa main est toujours réconfortante, son regard adoucit plus que jamais. Soul comprend pour y avoir trop assisté.

« Tu en feras des cauchemars. Ils te poursuivront longtemps. Et plus tu ne voudras y croire, plus ils seront violents. Il y aura aussi les réflexes inconscients, ceux qui pourront te couter tout autant. »

Son regard s’est abaissé un peu, presque songeur. Ce n’était pas pour rien que Soul ne dormait jamais.

« Mais tu peux encore gagner Apache. A ta manière. Sans le fuir. C’est arrivé. Ça s’est passé. »

Et c’est seulement en l’admettant que la peur et la douleur pourront se déliter. Pourront se diluer dans la lente acceptation de l’esprit sur ce qui s’était produit, sur quoi on ne pourrait revenir… juste avancer.

« Il te faudra du temps Apache. Quoi qu’il se soit produit. Tu n’es pas le premier, des plus aguerris se sont fait avoir. C’est l’une des faces les plus horribles de l’ile. Tu n’es pas responsable, pas coupable. »

Un mouvement en fond, des bruits, une cavalcade. Un nom prononcé, murmuré avec hésitation : « Soul ? », le soigneur se penche en arrière, tirant légèrement le drap qui les séparait des autres patients, son autre paume toujours sur la main du métisse. Il avise l’intervenant, un éclaireur qu’il reconnait, l’air contrit, un peu angoissé. Son regard s’est fait interrogateur sans pour autant bouger.

« C’est Seamy… » Balbutie l’éclaireur.

« On l’a retrouvé. »

Les doigts du soigneur se sont resserrés un peu trop fort sur la main du Hérissé, comme s’il s’agrippait pour ne pas tomber. Intuitivement il a compris, il a deviné ce qui suivrait.

« Il est mort. » le gamin s’est avancé mais affronter les yeux assombri du Chef du soigneur le fige dans son élan.

« On l’a torturé. » qu’il parvient encore à exhaler.

Les paupières de Soul retombent, sa respiration comme son pouls s’est un peu trop accélérée. Il répond presque posément, d’un timbre un peu brisé :

« Amenez-le derrière, couvrez-le, que personne ne l’approche. Je viendrais après. »

Incertain l’éclaireur opine et rebrousse chemin. Avec lenteur, Soul referme le drap pour les couper de l’extérieur. Lui aussi s’est mis à trembler. Mais pour l’heure, ce n’est pas de ça qu’il s’agit. Les vivants sont sa priorité.
Il revient au chasseur, sans pouvoir se délester de l’accablement qui le traversait.

« Tu vois… » dit-il, la voix écrouée.

« Il y a toujours d’autres victimes. »


Le Passé:
 






« C'est un peu de ton espoir, ce que les années
en ont perdu. On dirait ton ombre et qu'elle
cherche à se mettre debout. N'appelle personne.
Ton cœur ce n'est pas toi, c'est un enfant qui se
tourmente avec la crainte de tomber. »
- Bousquet
☤ Et des croquis ☤

Still trying:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://cidiene.wordpress.com/
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 1149
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : C'est chaud mais j'suis ouvert d'esprit.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: Saoulé par l'ennui, un infirme rit    Jeu 14 Juin 2018 - 16:32

"Il y a eu quelqu’un. Je t’ai ausculté." Et Soul avait coupé l'Hérissé dans ses pensées, le sortant de force de ce déni qu'il se construisait pierre par pierre.
Comme un enfant pris en faute, l'iroquois referma automatiquement la bouche, la mine crispée. Face à celui la, il ne pouvait pas inventer. Il ne pouvait pas faire comme si de rien était. Il avait vu. Il avait lu.
Après Her, juste après Lace, Soul devait être celui qui en savait le plus sur ce qu'il s'était réellement passé dans les bois, cette trop longue nuit la.

"Même si tu ne l’as pas voulu, même si tu voudrais le gommer. La cicatrice va rester. Plus profondément que celle de Freckles."


Une grimace mal contenu, et le chasseur serrait les dents, encaissant silencieusement ce qui lui paraissait de plus en plus comme des coups, de violentes claques qui frappaient trop fort dans son esprit, raisonnant dans sa tête.
Pourquoi est ce qu'il disait ça, le médecin ?
Pourquoi est ce qu'il faisait ça ?

"Tu en feras des cauchemars."
"tu vas avoir peur de dormir." "Ils te poursuivront longtemps." "Tu vas avoir peur des gens" "Et plus tu ne voudras y croire, plus ils seront violents." "Peut-être que tu auras peur qu'on te touche, aussi." "Il y aura aussi les réflexes inconscients, ceux qui pourront te couter tout autant."
- D.. Des réflexes inconscients ?

Apache n'était pas sur de comprendre.
Pourquoi est ce qu'ils faisaient ca ?
Pourquoi est ce qu'ils voulaient à toute force lui dire comment il allait réagir ? Comment il allait changer.
Je changerai pas.
Il me changera pas.
Sinon...

"Mais tu peux encore gagner Apache. A ta manière. Sans le fuir. C’est arrivé. Ça s’est passé."
- Il me changera pas... Qu'il répéta cette fois a voix haute, visiblement secoué. Pas bien le punk. Il avait la gerbe. Il avait mal a la tête.
Il se passa la main libre sur le visage.
C'était rude. Trop rude.

"Il te faudra du temps Apache. Quoi qu’il se soit produit."
Une nouvelle envie de dire RIEN mais a la place il ne dit rien. "Tu n’es pas le premier, des plus aguerris se sont fait avoir. C’est l’une des faces les plus horribles de l’ile. Tu n’es pas responsable, pas coupable."
Responsable.
Coupable.
Le nom des deux lames qui le transpercèrent soudainement en plein cœur, faisant remonter comme un gout de fer, comme un gout de sang.

Et puis une interruption. Des bruits, des murmures. On vint chercher Soul. Il y eut un échange qu'Apache pu entendre sans grande difficulté.
Un mort.
Un torturé.
Un de plus.
Un de moins.
Et la main du soigneur qui se resserrait sur la sienne.

Ca le touchait, Soul... Bien sur que ca le touchait. C'était un peu bizarre car c'était un peu comme si l'iroquois avait nié jusqu'ici que le chef ai pu avoir un cœur tout en ne doutant pas que tout cela devait le détruire au jour le jour, de l’intérieur. Comme deux réalités qui s'entrechoquaient et qui pourtant paraissaient logique, en un sens, l'une auprès de l'autre.
C'était juste que la, en cet instant bref, le punk ne se souvenait pas le pourquoi du comment.

"Amenez-le derrière, couvrez-le, que personne ne l’approche. Je viendrais après. "

Après... S'être occupé du cas du punk.
Ouais.
Et comme dit, l'immuable revint à son patient. Cependant, le métisse voyait bien qu'une partie de son esprit avait suivit cet autre gamin, l'accompagnant jusqu'auprès du cadavre qu'il avait ramené.
Il tremblait.
Le révolté pouvait le sentir sur sa main qu'il tenait toujours sous la sienne bandée.

"Tu vois…" Les yeux noirs d'Apache s'accrochèrent à ceux clairs du jeune médecin. "Il y a toujours d’autres victimes."
Il y eut un silence.
Un moment de vide.
Un moment de calme ou simplement, Apache regardait l'autre.

La.

C'était ça.

C'était la.

Ca le touchait, ca le détruisait.
Mais...

Il y a toujours d’autres victimes.


Il fallait l'accepter.

C’est arrivé. Ça s’est passé.


C'était ça.

Il y avait des morts. Il y avait des viols. Il fallait l'accepter.
C'était ca, sa solution.
C'était ca, son médicament.

L'acceptation.
La résignation ?

Comment accepter... Comment continuer tout en sachant que ça allait recommencer. Immuable vérité ?
L'immuable...
L'immuable système...

Les yeux noirs effilés n'avaient pas lâchés une seule seconde ceux de Soul, s'y plongeant comme s'il cherchait à y lire quelque chose au plus profond de son âme.

"Tu penses qu'on ne peux rien y faire ?"









"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"


Justice veille.:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soul
avatar

♣ Chef des Soigneurs ♣


✘ AVENTURES : 1170
✘ SURNOM : L'Immuable
✘ AGE DU PERSO : Un peu trop mature.

✘ DISPO POUR RP ? : Difficilement (exception faite pour de nvx soigneurs ou trame précise); demandez toujours !
✘ LIENS :
L'âme naît vieille dans le corps; c'est pour la rajeunir qu'il vieillit.

Points de Sutures:
 


MessageSujet: Re: Saoulé par l'ennui, un infirme rit    Dim 24 Juin 2018 - 17:24

Il y a un frémissement, comme un léger courant électrique qu’il perçoit dans l’attitude un peu changée de son patient. Toujours à l’agression, à chercher la faille qui devrait absolument corroborer ses assertions. Cela avait toujours été la méthode d’Apache qui n’écoutait pas vraiment si ça n’allait pas dans un sens réconfortant. Qu’il s’agisse de réflexions ou d’opinions. Le reste n’existait pas n’est-ce pas ? Ou pouvait être balayé, remis à l’espace secondaire des conséquences dont on se foutait.

L’Immuable n’a pas envie de jouer, pas quand la partie fait de trop mortelles oppositions. Ni quand l’état mental du garçon était encore à ce point ébranlé. Ni quand sa propre main n’arrivait plus à s’arrêter de trembler.
Il ferme les yeux, inspire longtemps. Il sait que le métisse l’attend au tournant, c’était son bouclier, sa sûreté, pour être légitime à attaquer.

Autant se replonger en ce qu’on lui avait appris là-bas, les enseignements qu’il absorbait avidement, comme pour combler les tiraillements de n’être ni d’ici, ni de là-bas. Déchiré entre deux culture, entre deux pays. Ni complètement accepté de l’un, ni de l’autre. Enfant métissé, jamais complètement intégré aux sociétés, quelles qu’elles soient.

Comme ici. Sur l’île.

Soul continuait à détonner, à ne pas être complètement à sa place. Même essentiel à la survie des enfants, il restait entre-deux ; à jongler sur la corde mortelle des fatalités. Ses paupières se sont soulevées, il ne détourne plus le regard.

« Je pense que la première chose à faire est de comprendre. De réaliser. C’est ce qui permet à chacun de pouvoir évoluer, et d’agir en conséquence. »

Il est un peu amer, un peu trop jeune encore, un peu trop las, trop grignoté par la douleur et les cris des enfants du trépas.

« Si on essaie pas, si on ne fait que fermer les yeux, qu’on se laisse envahir juste par ce qui nous ronge, sans chercher à se comprendre, comment et pourquoi, réaliser ce qui nous pousse, nous motive, remonter parfois plus loin… si on y arrive ; alors on s’enlisera. Tout ce qui dort en nous finira par avoir raison de qui nous sommes. Et nous ne vaudrons pas plus que les monstres qui rient des êtres qu’ils dévorent. »

Pas sûr qu’il parvienne à suivre son laïus, celui dont il baigne depuis l’enfance. Ce n’est pas une résignation que d’accepter la réalité. Si Soul n’avait été que fataliste, voilà longtemps qu’il aurait juste réussi à s’en détacher. Voilà longtemps qu’il n’aurait plus eu besoin de s’oublier.
Voilà longtemps, qu’il aurait cessé de s’acharner pour glaner encore un peu de vie pour ceux qui voudraient survivre.

« On peut y faire. Mais sans renier ce qui se passe, ou s’est passé. L’accepter ne revient pas à ne faire qu’endurer. Chacun à sa manière, peut avancer. Et faire tout ce qu’il peut… pour éviter que l’horreur ne se reproduise. Sans baisser les bras. »

Il n’existait jamais qu’une manière de faire. Chaque action, chaque choix raisonné permettrait d’évoluer, même par effet ricochet, même s’il ne s’agissait que de soutenir les plus oppressés. Et de ne jamais, jamais les abandonner.






« C'est un peu de ton espoir, ce que les années
en ont perdu. On dirait ton ombre et qu'elle
cherche à se mettre debout. N'appelle personne.
Ton cœur ce n'est pas toi, c'est un enfant qui se
tourmente avec la crainte de tomber. »
- Bousquet
☤ Et des croquis ☤

Still trying:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://cidiene.wordpress.com/
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 1149
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : C'est chaud mais j'suis ouvert d'esprit.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: Saoulé par l'ennui, un infirme rit    Jeu 28 Juin 2018 - 22:00

"Je pense que la première chose à faire est de comprendre. De réaliser. C’est ce qui permet à chacun de pouvoir évoluer, et d’agir en conséquence"
Autrement dit, analyser, et donc bien sur ne pas faire comme si de rien était.
Ca se tenait.
Tout en lui répondant, Soul avait braqué ses yeux clairs dans les trop sombre de son patient, semblant bel et bien saisir à quel point celui ci l'attendait au tournant, comme s'il attendait la moindre occasion pour foutre toute ses intentions, aussi bienveillantes puissent-elles être, par terre.

"Si on essaie pas, si on ne fait que fermer les yeux, qu’on se laisse envahir juste par ce qui nous ronge, sans chercher à se comprendre, comment et pourquoi, réaliser ce qui nous pousse, nous motive, remonter parfois plus loin… si on y arrive ; alors on s’enlisera. "

La tournure était pas claire. L'immuable avait cette façon de parler, parfois vraiment complexe et qui ne collait pas à l'adolescent qu'il était sensé être. Cela rendait ses réflexions difficiles à suivre, à cerner, surtout pour les plus jeunes et les moins avisés.
Apache pourtant parvint à garder le fil, lui même habitué aux grandes phrases et au discours étayés.

" Tout ce qui dort en nous finira par avoir raison de qui nous sommes. Et nous ne vaudrons pas plus que les monstres qui rient des êtres qu’ils dévorent."

Encore une formulation pleine de métaphores, un peu comme si ce chef avait peur de se bruler aux vrais mots. Ceux qui étaient laid, qui tranchaient et qui ne laissaient aucun doute quand à leur véritable identité.
L'iroquois cependant l'écoutait sagement, sourcils froncés, ne cillant pas une seule seconde, le regard toujours braqué dans celui du jeune médecin.

"On peut y faire. Mais sans renier ce qui se passe, ou s’est passé. L’accepter ne revient pas à ne faire qu’endurer. Chacun à sa manière, peut avancer. Et faire tout ce qu’il peut… pour éviter que l’horreur ne se reproduise. Sans baisser les bras"


C'était intéressant, ce qu'il lui avait dit la, et le chasseur n'eut pas la bêtise de tout balayer d'un revers de main, bien au contraire.
C'était que les mots de Soul, ils faisaient écho à leurs manières avec ceux de Her, ce jour la, ici même, alors qu'il avait cédé et lui avait raconté la pire histoire d'horreur qu'il connaissait.
Analyser. Comprendre. Accepter. Évoluer.

Évoluer ?
Changer.
Ou s'enliser....
... Dans quoi ?

Et nous ne vaudrons pas plus que les monstres qui rient des êtres qu’ils dévorent.


Autrement dit, une fois de plus, devenir soit même un bourreau ?

Je sais ce que ça fait, d'être un monstre.


Les sourcils du jeune indien des villes se froncèrent un peu plus, visiblement prit dans une réflexion profonde.
Et si Soul Et si Her n'avait pas tout à fait tord ?
Et s'ils disaient vrai, en un sens ? Au moins en parti.
Et si c'était de ça que Lace souffrait, au plus profond d'elle ?
Il le savait déjà, le punk.
C'était ca.
Une partie d'elle qu'elle avait totalement renié.
Totalement nié.
Tenté de faire disparaitre au profit d'un elle même comme castrée.
Incomplète au possible.

Ce serait ça qui lui tendrait les bras, à lui aussi ?

S'il niait.

Changer.
Il ne voulait pas changer.

Cette sensation que s'il changeait, alors le pirate aurait gagné.
Mais, et s'il n'avait pas vraiment le choix ?
Et si c'était changer ou changer ?
Le temps avait beau ne pas exister, le passé restait au passé. La mémoire s'effaçait, mais lui, le passé, il existait toujours, quelque part.
Marqué dans la chair.
Profondément.

Alors après un long silence. Alors que ses poings n'avaient cessé de se serrer et se desserrer sur le drap, témoin de ses réflexions, de ses hésitations. Les dents serrés par moment, le regard trouble à d'autres, enfin, une réponse, certes muette mais inratable.
Apache avait doucement remué la tête à la positive, baissant les yeux. Baissant les armes qu'il avait levé sans doute injustement, dans un reflex de défense certes naturel mais inopportun.
Soul n'était pas un ennemi.
Pas sur ce terrain la.
Ni aucun autre, au fond.

Pas pour l'instant.

"Qu'est ce que je dois faire, alors ?"
La question avait été posé d'une petite voix un peu effacé qui ne faisait pas honneur à ce qu'était l'Anarchiste.
Réfléchir, penser. Accepter. Ca, il avait bien compris. Il avait besoin de concret, maintenant.
Puisque l'immuable avait su lui montrer du doigt un chemin à emprunter, peut être pourrait-il aussi lui expliquer comment le traverser ?

"Comment je dois faire ?"






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"


Justice veille.:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Saoulé par l'ennui, un infirme rit    

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [RP] La où mène l'ennui..
» 2010 - Amber Stanhope - No Ennui. Just Me!
» De l'ennui au plaisir
» Briser l'ennui...
» A day of ennui

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Grand Arbre :: Les Cabanes dans les Branches :: L'Infirmerie-