Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14, 15  Suivant
Seiche
avatar

≈ Sirène Simple ≈


✘ AVENTURES : 57
✘ SURNOM : Le Caméléon
✘ AGE DU PERSO : Apparence juvénile. Mais pas si jeune.

✘ DISPO POUR RP ? : Pas plus de 3/3 aventures sous la dent en même temps.
✘ LIENS : - La Juste Seiche
- Encre & saucissons
- Fraîchement Tranchées: I - II - III


MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Mar 4 Juil 2017 - 5:18

OùtéSeicheOùté:
 

Si elle connaissait la voie ? Le Caméléon n’y avait pas vraiment réfléchi. Il s’agissait du monde d’en Haut n’est-ce pas ? Celui que craignaient les petits poissons comme les plus grands ! Celui dont les échos parvenaient, déformés. Des rumeurs comme des ondes qui s’étalaient, grandissaient. Devenaient terrifiantes.
Ce n’était plus simplement lunaire, mais de vrais raz-de- marées, ce que provoquait les histoires, oh oui ! Les histoires du monde Ordinaire.

Alors Seiche ne sait pas. Non, non, non ! Mais Seiche sent. Et pour l’heure, c’est bien suffisant.

C’est la voie.

Parce qu’il s’agit parfois… seulement d’écouter, tu vois ?

Il lui suffit de suivre, de danser avec les courants ! La voie, les voix, tout est inscrits là. Dans les milliers, les millions de petites bulles. D’eau. Et d’air. Les consciences environnantes.

Écoute Coquillage ! Écoute ! Le muet de leur chant. Pour qui est attentif. Il te dit où aller, il te raconte comme c’était, ce fut, ce sera sûrement.
Écoute ! Voilà que le chant de O se joint aux éclats. Là. Là.

Et la petite sirène se laisse à son tour submergée par cette joie contagieuse, ses slaves de bonheur incendiaire, que la Doyenne éructe d’elle. Seiche chante à son tour, comme embrasée. Heureuse comme jamais.
Elle a oublié la faim. Comme O.
Elle n’a pas oublié ses sœurs. Non !
Mais son transport va vers elle. Son cœur bat à l’unisson.

Flot ! Flot ! Sœurs !

Nous arrivons. Sœurs. Nous n’abandonnerons aucune d’entre-vous. Non ! Oh non ! Toutes, nous vous délivrerons !

Et il sera puni, le vilain instigateur.
Deux-Longues-Jambes.
Bientôt fini. Fini.
On ne joue pas avec les sirènes. Non.
On se laisse. Juste. DÉVORER.

***

Il est temps.
Seiche regarde la bouteille qu’on lui a tendue avec dégoût. Elle n’a vraiment, mais alors VRAIMENT PAS envie de l’ingurgiter. Elle est sûre que ça fait mal. Elle est sûr que ce sera désagréable.
Elle n’a pas envie de rejoindre le monde d’en haut ! Il pue ! Il n’est pas beau ! Oh comme elle donnerait tout pour revenir en arrière ! Rester avec Moby ! Oh oui ! Il allait s’ennuyer non ? C’était désormais l’un de leur compagnon !
Leur Grand Mère, il fallait s’en occuper, non ?

Oh non, oh non ! Pourquoi fallait-il boire cette boisson ? Pourquoi ?

Seiche qui se méfiait déjà de tout ce qui lui était étranger. Seiche qui n’avait jamais franchit le pas. Céder à cette vilaine (et terrifiante] réalité.
Oh non, Seiche ne voulait pas ! Non ! Elle ne voulait pas !
Alors pourquoi on l’y obligeait ? – Se lamentait-elle. Bien en peine.

Mais résignée.

Elle avale la mixture d’un coup. D’une goulée. Et se met à tousser violemment.
La sorcière lui a expliqué. Comment cela marchait. La sorcière a pris un malin plaisir à décrire chaque étape, le processus du devient-deux-jambes. Il faut s’accrocher. A quelque chose qui flotte. Quelque chose proche du bord du monde d’en haut. Car sans nageoire, on peut sombrer ! C’est logique !
Les deux-jambes ne tiennent jamais bien longtemps… C’est à ce moment là, qu’ils sont si… succulents.

Et Seiche observe à la dérobée tout ces innocents. Louve au milieu d’un troupeau paisible d’ovidés, si proches… Si appétissants.
L’estomac gargouille. L’estomac trahit. Mais l’estomac change aussi. L’estomac. En bas.
Cela se déchire. Fend en deux.

Et Seiche crie. Seiche pleure.
Seiche a terriblement peur.

Elle appelle ses sœurs. Coquillage. O. Et au loin, très loin ! Il y aura Flot !
Elle se raccroche à cette pensée. A ce filet d’espoir dans la douleur. Courageuse. Courageuse petite sirène qui a tellement, tellement peur !
Elle se raccroche à Rouge sans vraiment savoir pourquoi. Elle s’accroche à tout ce qui peut l’être, pour ne pas céder à la panique. A la souffrance.

Oublié le repas !
Pour cette fois.

Seiche a l’apparence d’une toute jeune fille gracile. Au jugé ? On ne lui donnerait sûrement pas plus d’une quinzaine d’années. Elle pourrait si facilement se fondre parmi les garçonnes. Elle ne détonnerait pas. Pas même ici en tout cas. Le teint pâle, les cheveux d’un blond presque diaphane. Et des yeux d’argent.
Seiche est un reflet nacré, est un reflet lunaire. Aux jambes qui tremblent, au corps pris de spasmes, de convulsions tortionnaires.
La sirène lutte avec « ce nouveau-elle ». Pas très encline à l’accepter totalement, ni ce qu’il pourrait impliquer.

Faire partie des Debouts. Des terrifiants. Du Monde d’En Haut.

Et les larmes glissent comme diamants. Piteuse, mais étonnante de grâce. Celles des filles de l’eau. Car même à la surface, même ainsi polie…

Les Sirènes.
Les Sirènes.

Un cri rauque. Seiche a tenté de se redresser. Les paupières closes, elle résiste, vaillante mais toujours vacillante. Oh qu’elle voudrait ne plus avoir à bouger !
Ici, l’encre d’en Haut ondoie d’avantage que le pire de leurs orages. Le Caméléon se sent prise dans une tempête avec laquelle elle ne peut se jouer.  Il n’y a pas de courant pour se laisser porter. Pas d’esquif, de mammifère, de Flot (Oh Flot !) sur qui s’accrocher.
Il n’y a vraiment rien pour en rire. Non ! Oh non…
Mais qu’en pleurer.

Des perles qui dégoulinent encore, sur ses joues opalines à la lueur de leurs artificielles étoiles…
Seiche ne peut pas se concentrer sur ce qui l’entoure. Seiche ne veut pas. Seiche voudrait juste se lover dans un coin, bien au chaud, une proie en son sein. Pour la réconforter. Oh oui ! C’est qu’elle le mériterait !

Il y a cette main qui se dresse, comme on attaque. Seiche recule, manque de s’évanouir sous la douleur de ce pas d’infortune. Elle ne comprend pas ce que lui veut cette chose là. Blonde comme elle, aussi filiforme, reflet hésitant qui pourtant maitrise, de la terre ; ses courants.
Et Seiche se prend à l’envier, soudainement. Elle saisit ce que la mère lui a tendue. N’en comprend pas l’utilité. Cela sent bon. Cela sent familier. Et la petite sirène ne peut s’empêcher de frotter l’étoffe à son visage, de l’inspirer. De se rassurer.
C’était peut-être à ça qu’il servait ?! Seiche, réellement reconnaissante, voudrait remercier la deux-jambes mais elle semble s’être éclipsée.
Ils étaient en troupeau. Les deux-jambes. Elle la retrouverait.

La voix de sa sœur la fait tressaillir. Elle s’adresse à l’une des multiples voix du poisson de fer. Seiche reconnait ! Il a les cheveux blanc. Blanc. BLANC ! Comme Coquillage. Un instant, la sirène est subjuguée. Elle n’a rien entendu, ni suivi de ce qui se disait. Se contente d’hocher doctement la tête, les mains toujours jointes au tissu porté à son menton.
Seiche parait comme se cacher, sans rien dissimuler pourtant ; de sa nudité.

La progression est lente. Et la sirène ne réfléchit qu’au pas suivant. Qui sera sans doute le dernier. Se dit-elle pour s’encourager. Avant d’en entamer un autre. Et encore un. Se retenir de s’écrouler. S’accrocher aux voix. A la pâleur des deux-jambes qui évoluent-là. A leurs odeurs. A leurs fumets.
Il en est une un peu plus forte, un peu plus musqué.

« Rouge !! » - Seiche s’est exclamée

La sirène ne s’est pas rendue compte de la distance parcourue. Mais elle sent. Oh oui. Elle sent.
Et ce qu’elle sent la terrifie.

Il y a une odeur de mort.
Une odeur de presque-vie.
De sœurs péries.
De sœurs pérennes.
De fosses à l’arène.

« ROUGE !!! » - elle se jette sur lui. Se réfugie dans ses bras. Les yeux brouillés, encore, des larmes qui sombrent plus bas.

« Mes sœurs ! » - hoquete-elle.

C’était si terrible, si affreux. Si intense et douloureux.

La sirène pointe une main gracile. Là où la peine et les complaintes sont les plus fortes. Suivez-là. C’est par .

Synthèse – Coquillage, Bambi, Scar:
 







Juste Seiche:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Susuarana
avatar

☽ Artifice ☾


✘ AVENTURES : 39
✘ SURNOM : Le Taquin
✘ AGE DU PERSO : Jeune

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Fiche
Liens

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Mar 4 Juil 2017 - 10:55

Susuarana acquiesça mollement après la remarque du Chevalier. Il se sentait effectivement nauséeux, mais pas vraiment au point d'avoir les molaires qui baignent, pour dire les choses de manière imagée. Le petit animal s'agrippa donc de plus belle au dos de son comparse, le temps d'arriver à destination.
L'artifice n'avait jamais rien vu de tel : la ville, les voitures, le rayonnage propre et rangé d'une supérette. Tout était nouveau et extraordinairement intéressant, pour lui. Il en oublia même son malaise, tant ces couleurs et ces lumières brillantes captaient son regard. Peu à peu, ses grandes prunelles noires chassèrent la peine, pour laisser place à une brillante curiosité.
Oh, bien sur, il avait toujours mal au crâne. Il était toujours faible, bien sur... mais son enchantement était immense. Ça le réconfortait. Être accroché au dos de Dude : ça aussi, ça le réconfortait. Jamais il n'oublierait la bienveillance du Chevalier. Non, jamais. Et c'est pourquoi, à cet instant précis, il se sentait bien. C'était dur, il avait mal, mais il était serein. À peu près... à peu près.

Des choses se passèrent ensuite, sans qu'il n'y prête vraiment attention. Son regard était capté par les logos de couleur vive, les paquets de choses, les boites de machin, sur les étagères. Après des semaines de disette, voilà que le temps de l'abondance revenait. Il y avait tout. Tout plein de nourriture, dans des petits sachets de couleur.
On aurait dit la jungle, quand les arbres sont plein de fruits. Sauf que ça ne sentait pas bon. Il y avait des relents de javel : une odeur que Susuarana ne connaissait pas, mais qu'il trouvait fort désagréable. Pas de terre, pas d'herbe... L'essence, les particules fines. C'était beau, pourtant ça sentait mauvais... quel étrange paradoxe.

A un moment, Wrath s'en vint le voir. Susuarana dressa les oreilles, renifla, quand il approcha. Voir la Flamme lui faisait plaisir : c'était un ami, lui aussi. Il avait toujours été gentil avec lui, en dépit de son caractère farouche.
« Vulassu.
Répliqua-t-il, après le jeune coréen. Ce dernier s'en alla ensuite et Susuarana de remarquer qu'il se servait dans les rayons. Le petit animal décidé de faire de même. Comme Dude était tout près d'un présentoir, il attrapa un paquet de bonbon sur lequel on pouvait lire, en lettres rondes « Dragibus ». Un sac de baies de couleur, pensa-t-il.
En vérité, ces baies étaient remarquablement sucrées, comparativement aux baies ordinaires. Le Taquin émit un roucoulement de plaisir, tandis qu'il les gobait une à une. Cette dose de sucre le requinqua drôlement.

Mais le tracas ambiant semblait tourner au vinaigre. Un peu. Il n'y prêtait pas vraiment attention. Mais quand Dude décida de s'interposer entre un humain que Susuarana n'avait pas spécialement remarqué et Nasty, il fut bien obligé de se remettre dans l'ambiance.

La bouche pleine de Dragibus, il dégaina donc son boomerang d'os et le brandit d'un air menaçant... et l'une des dragées de tomber au sol.
« Ush !
Articula-t-il avec peine, pour approuver après le Chevalier. Quelqu'un voulait du mal à ce garçon et Dude souhaitait le protéger ? D'accord : le Taquin serait fidèle au poste. Par curiosité, le petit animal tourna la tête en direction du pauvre caissier, victime fortuite de leur raid. Les deux êtres s'échangèrent un regard plein d’incompréhension... puis, le pauvre homme s'évanouit. Assurément, la vue d'une créature telle que Susuarana faisait office de « goutte de trop », dans l'océan d'émotions contradictoires par lesquelles il venait de passer. Le taquin afficha une moue contrite en réponse, avant de tirer doucement sur le col de Dude.
« Dood... Susu ana woo mo...
Il était désolé.

Team supérette:
 







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coquillage
avatar

≈ Sirène Simple ≈


✘ AVENTURES : 67
✘ SURNOM : La curieuse
✘ AGE DU PERSO : 70

✘ DISPO POUR RP ? : oui !
✘ LIENS : Fiche
dés à coudre
aventures en cours : 12
3

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Mar 4 Juil 2017 - 12:36

groupe:
 

Ses sœurs semblaient aller plus ou moins bien. Coquillage vit Seiche parmi elles, elle semblait perdue mais elle tenait sur ces jambes. Elle tenait quelque chose, un morceau de tissus ?
En tout cas, ça lui fit un peu mal au cœur de voir sa sœur dans cet état. Elle qui était si à l’aise dans l’eau…
Elle qui lui a enseigné temps durant le voyage jusqu’ici... Qu’il faut sentir, savoir écouter… Coquillage se souvient de ses paroles mais leur signification lui semble floue. Était-elle encore trop jeune, trop peu expérimentée pour comprendre le sens des choses ?

Le groupe se mit en marche, et Coquillage se mit à suivre le cortège, tout en regardant si Seiche et ses autres soeurs n’avaient pas de problème. Un pas en avant, un pas en arrière… Si simple pourtant si difficile… le sol de pierre n’était pas agréable sous ses pieds, elle pensait avec regret à la douceur du sable de sa lagune.

Soudain, Seiche se mit à crier quelque chose et avant que Coquillage ne puisse en comprendre la raison, elle  ressenti une douleur traverser son esprit.

Ses sœurs ! Elle les entendait enfin ! Elles étaient là, si près et si loin !
Elles étaient à l’étroit, elles avaient mal, elles avaient faim !
Elles…souffrent… La mort ! Certaines sont déjà… Non !

Quand coquillage reprit ses esprits, l’écho des voix de ses sœurs toujours en tête, elle vit que Seiche était blotti dans son Rouge et pointa du doigt la provenance de leurs voix. Oui, c’est par là qu’il faut aller !

Elle marcha alors vers la tête du groupe, où elle reconnaissait deux des enfants qui étaient dans le bébé nautilus sur laquelle elle était tombée durant le voyage. Elle aurait pu les saluer mais ses sœurs, elles étaient…! Il n’y avait pas de temps à perdre !

« Ma sœur et moi avons ressenti l’esprit de nos sœurs prisonnières ! Il faut aller par là ! » Elle indiqua l’endroit que Seiche venait de montrer du doigt.

Elle se mettait en tête du groupe, et essaya de se concentrer. Elle a entendu les appels à l’aide de ses sœurs… Pourraient-elles entendre son appel à elle ?

« Mes sœurs, on est là ! Vos sœurs, les enfants, les fées, on est venu pour vous sauver ! Attendez encore un peu, on vous délivrera ! »

Il faut faire vite ! Mais cette cité est si sombre, elle se sentait perdue… Elle se tourna alors vers un point brillant qu’elle n’avait pas remarqué avant. Une fée !  

 « S’il te plait, petite fée ! Accompagne moi, guide nous jusqu’à là-bas ! » Elle remontra encore du doigt la direction.

résumé ( interaction avec Seiche, sirènes dans le musée et Amanite ) :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ladyfrany.tumblr.com/
Rainbow
avatar

♣ Grimpeur ♣


✘ AVENTURES : 110
✘ SURNOM : Le Carambar
✘ AGE DU PERSO : 16 ans par légère anticipation

✘ DISPO POUR RP ? : Oui et Non, à voir ♥
✘ LIENS : Over the rainbow, there is a quiet companies

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Mar 4 Juil 2017 - 13:00

La peur. L’abandon. La Mort.
Face à la coque du Nautilus, Rainbow n’espère plus rien. Il va mourir. Il en est sur à présent et si la baleine semble s’être calmée, il pense que ce n’est que pour mieux se déchaîner.
Il inspire lentement, ses joues humides. Que cela se finisse le plus vite possible et qu’il ne souffre pas, c’est tout ce qu’il espère à présent.

Il ferme les yeux pour ne pas voir la mort le faucher et surpris, frisonne mécaniquement, rouvre ses paupières et tourne la tête quand il sent une pression sur la corde. Il voit un visage alors par le hublot. Celui de Whistle. On l’a remarqué. On vient se sauver.
Son regard s’humidifie derechef, de soulagement cette fois, et quand il voit la trappe s’ouvrir, se hisse vers elle malgré les douleurs de son corps. Il entre, lentement, défait son scaphandre et, sous le silence d’un « merci » muet, comme si Whistle était la personne la plus chère à son corps, vient l’enserrer, mouiller son épaule des ses larmes chaudes.
Il est à l’intérieur, sauf.
Peut-être pas pour très longtemps car le Nautilus s’ébranle, file comme un comète dans la bouche de la baleine.
Rainbow n’a pas vraiment le temps de réaliser. Il chute sous l’accélération, entraîne son sauveur avec lui et tout deux vont embrasser le sol. Quand ils se relèvent le sous-marin a émergé dans la bouche sombre de Mobydick.
Ils se sont fait avaler et l’angoisse prend derechef le grimpeur quand celui-ci sent la course des pas résonner dans les couloirs supérieurs.
Il serre Whistle, sonde de son regard anxieux le visage attentif de l’armurier à la recherche d’une réponse qu’il ne peut pas entendre.
Il ne se décrispe pas jusqu’à ce qu’un sourire vienne étirer les lèvres du Merle.
Rainbow comprend alors.
Ils sont sauvés.
Il n’y croit pas.

------------------------------------------------------------------------


La baleine a accepté de les accompagner. Elle navigue paisiblement jusqu’à Londres, accompagnée des filles de l’Océan, le Nautilus dans son ventre, vulgaire gélule pour son immensité. Arrivé au port, l’appel est fait, tous se réunissent pour le débarquement. Le Nautilus est recraché, ses trappes s’ouvrent. Chacun peut sortir à présent et Rainbow malgré l’appréhension et sa surdité est impatient.
Il trépigne dans son cœur. Ça fait si longtemps qu’il n’a pas revu le monde ordinaire. Dix ans au moins. Il a compté. Pour ne pas oublier.

Premier pied à terre. Première bouffée et les retrouvailles se trouvent plus amères qu’espérées.
La nausée le prend et quelque chose d’invisible serre ses entrailles à croire que cet air veut l’asphyxier.
Rainbow ouvre la bouche, respire lentement et lourdement, les mains posées sur ses côtes. Ses paupières se ferment pour l’aider à se concentrer et à lutter contre le mal et, dans sa cécité, il ne voit pas que Peter apparaît. Il ne l’entend pas non plus et quand il rouvre les yeux, deux petits groupes se sont mis à se former. D’un côté, Stealth, certains des perdus les plus courageux, les sirènes transformées et nues et les fées. De l’autre, Freckles et la plupart des enfants les plus jeunes ou moins aguerris.
Le choix de l’Arc-en-ciel est vite fait. Il sera lâche et choisira son camarade lionceau.

Sans plus attendre, il suit son nouveau groupe qui se met en mouvement et en chemin, observe les rues. Rien n’a changé vraiment.
Il sourit. Tout ça le rend nostalgique. Il aimerait rester ici, loin de Neverland et du fantôme de Laila même si cela signifiait repartir de zéro et avoir à jamais du mal à respirer.
Il inspire. Plus les minutes passent, meilleur est son souffle. Il doit s’habituer même s’il reste essoufflé, le pas lent en queue de peloton.

Il est d’ailleurs un des derniers à voir la superette et ses néons, à comprendre la mission qui leur a été assignée.
Le groupe s’est déjà dispersé quand il se décide à bouger. Il va vers l’arrière du magasin, du côté du petit parking, à la recherche de caddies. Il y en a une petite dizaine empilés les uns dans les autres. Ça devrait être suffisant.

Rainbow tire dessus mais les chariots sont retenus les uns aux autres. Il jure entre ses dents. Satanés système de jeton. Il allait falloir aller chercher des pièces dans la superette.
Il soupire avant de froncer les sourcils. A quelques mètres, une vieille rentre dans sa voiture, démarre le moteur et s’en va.
Injure silencieuse de nouveau. Putain, qu’est ce qu’elle foutait là ? Les autres avaient pas barricadé la superette ?

Son cœur s’accélère et il court vers le magasin, rentre par son arrière et face à la scène chaotique réunissant Freckles, Lace, Red, Dude, Susu, Tick Tock, Nasty, Wrath et le vendeur ligoté, reste bouche-bée, muet.

Ses lèvres s’étirent sous une moue grimaçante. Quelle bande de bras cassés et en plus, impossible pour lui de parler.

Il les abandonne, se faufile dans les rayons et après quelques minutes d’exploration, attrape un cahier et un stylo, deux poêles et s’assoit, griffonne négligemment un caddie et une pièce sur le papier. Il se relève quand la lumière s’éteint et une nouvelle fois, « un putain » sans force s’échappe de ses lèvres presque muettes.

Il se relève, accourt vers les caisses et avec force, pour ordonner le silence, frappe les deux ustensiles métalliques l’un contre l’autre avant de les poser et de montrer à l’assembler son dessin dans son carnet. Il fait des grands gestes pour indiquer l’extérieur du magasin avant de se stopper net, fasciné.

Il a vu la clef de l’automobile dans la main de Freckles, lui arrache sous un mouvement vif avant de se taper la poitrine du plat de la main sous un faible « moi, moi, moi. »
Ça, il sait faire. Pas légalement mais il a déjà conduit de nombreuses fois le camping-car et la voiture tractant le vans à chevaux de ses parents.
Il sourit.
Les manœuvres et la conduite, c’est la spécialité des gens vivant en itinérance.



résumé trop long sorry:
 







Merci Joy. Ton LSD, c'est de la bonne *_*

Playlist du bonheur

Les pensées de rainbow :

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mirka
avatar

★ Mère en Chef ★


✘ AVENTURES : 127
✘ SURNOM : La Comédienne
✘ AGE DU PERSO : 16 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 5/4
✘ LIENS :

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Jeu 6 Juil 2017 - 20:44

Team Musée



Tu as mal. Tes viscères, tes muscles, tes os. Tout te fait souffrir, absolument tout. Mais tu sais que c’est moins que les autres. Tu sais que tu es chanceuse. Que tu es nouvelle. Que ce monde qu’on voit, c’est le tien. Alors tu ne dis rien, tu sers les dents et les poings, tu ravales tes larmes et oublies la douleur. Sauf qu’on n’oublie pas des choses pareilles. On fait de son mieux, mais ça ne s’en va jamais.

Tu as choisi le musée. C’est la raison de votre venue. Il fallait sauver les sirènes. Il fallait sauver l’île. Non. Tu n’es pas venue pour elle. Tu es venue pour Peter. Tu crois. Tu ne sais plus. La douleur t’embrouille. La peur t’embrouille. La fatigue t’embrouille. Tu t’embrouilles. Peut-être. Tu ne sais pas. Tu es perdue Mirka.

Autour de toi, ça parle. Ça donne des ordres. Ça donne des idées. Ça agit. Ça se rend utile. Mais pas toi. Toi tu restes silencieuse. Toi tu suis, tête baissée. Tu attends l’idée. Celle qui te rendra utile. Celle qui sauvera tes camarades. Celle que tu n’as pas eue, lorsque la Baleine tentait de vous tuer.

Ça te sert, ça te fait mal. D’abord ta gorge, puis ton estomac et enfin ton cœur. Tu as l’impression que ça arrête de fonctionner là-dedans. Pourquoi ? Parce que ce monde n’est plus le tien ? Non. Enfin si. Mais ça, ça cause tout le reste. Mais pas l’impression d’étouffer. Ça, c’est autre chose. C’est plus vicieux. C’est la culpabilité. Et comme le veut l’adage, la voilà qui te ronge.

Tu vois leurs regards, tu vois leurs curiosités. Peut-être qu’ils veulent revenir. Peut-être qu’ils veulent abandonner l’île. Mais ça n’est pas possible. Ça tuerait Peter. Il vous attend, il l’a dit. Et ça les tuerait. Ça n’est plus leur monde. Ça n’est plus le tien. Enfin, tu t’en fous bien toi. Tu ne veux pas revenir. Tu ne sais pas pourquoi. Tu ne te rappelles pas. Mais tu ne veux pas rester ici. Tu veux être sur l’île.

Ton cœur s’arrête. Tu crois. Tu ne sais pas. Pourquoi ? Pourquoi tu as envie de pleurer comme ça. Vous avez presque atteint votre destination, c’est ce qu’ils ont dit. Tu crois. Tu ne sais pas. Et ça t’épuise de ne pas savoir. De ne plus avoir le contrôle sur cette chose aussi conne qu’est ton corps. il faut que tu te ressaisisse. Mais attends. C’est pas genre la millième fois que tu te dis ça ?

Quand Peter dormait, quand il y a eu la falaise, quand il y a eu la Baleine, quand il a fallu tirer, quand vous avez été avalés, quand tu as du nager, quand tu as du soigner, quand tu as dû réparer.

Et ça n’a pas marché, à chaque fois. Car tu es pathétique, Mirka. Tu souris, tu ris, tu rassures, tu réconfortes. Mais au fond, c’est tout ce que tu sais faire. Tu n’as pas les idées qui sauvent. Tu n’as pas le courage qui guide. Tu n’as qu’un cœur, qui semble avoir cessé de marcher.

Mais pourtant, tu respires toujours. Tu avances toujours. Tête baissée. En silence. Tu marches. Un pas après l’autre. Car il faut sauver les sirènes. Il faut sauver l’île. Il faut sauver Peter. Il faut partir d’ici. S’éloigner de la douleur. S’éloigner des souvenirs, qui ne demandent qu’à revenir. S’éloigner de plus de douleur encore. Il faut que ça s’arrête. Alors tu vas faire de ton mieux, Mirka. Tu vas te ressaisir. Et cette fois-ci, ça va marcher. Et après.

Après, tu seras de nouveau pathétique. Après tu ne seras de nouveau plus qu’un cœur, et des larmes, et des rires, et des sourires, et des histoires, et des mains qui bougent, et des bras qui réconfortent.

Mais pas aujourd’hui. Aujourd’hui tu dois être tout ça et plus. Aujourd’hui tu dois être les idées et le courage. Tu dois suivre et écouter. Tu dois agir et te concentrer. Tu dois sauver les sirènes.


Résumé (de l'inutilité):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stealth
avatar

♣ Chef des éclaireurs ♣


✘ AVENTURES : 758
✘ SURNOM : L'Ardente
✘ AGE DU PERSO : Aux portes du bannissement...

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours partante pour une aventure !
✘ LIENS : Une flamme dans la nuit, un sourire dans les ombres.

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Ven 7 Juil 2017 - 2:38

Team Musée





Secourir les Sirènes
Versunmondeoublié
Event





Scar te rattrape et te tend un bonbon sentant bon l'orange, l'orange de chez vous.
Tu l'acceptes d'un hochement de tête et le savoures : ton estomac se détend et ta vue s'éclaircit.

"Merci." tu dis finalement, profondément reconnaissante.

Tu acquiesces aux mots du Rouge en lançant un regard à la troupe qui vous suit : certaines sirènes titubent et trébuchent alors que la plupart des enfants arborent une hideuse teinte allant du gris au vert.
Tu es soulagée que Scar s'occupe des malades et des maladroits, tu ne t'en sens pas capable.
Alors qu'il disparaît dans le groupe Amanite se fige devant toi et tu fais signe de s'arrêter.
Une dernière reconnaissance des alentours par tes garçons et tu t'apprêtes à demander la suite du chemin à la fée agaçante lorsqu'un sirène pousse un cri étranglé. C'est celle qui nageait autour de la capsule de Scar lors de l'assaut contre la baleine, d'ailleurs elle est dans ses bras musclés et pointe un direction de son doigt fin et diaphane.
Malheureusement l'indication est trop vague et tu te prépares à lui faire remarquer lorsqu'une autre sirène - celle qui s'est écrasée sur votre capsule - débarque au bord de l'hystérie : elle aussi a senti l'appel de ses sœurs.
Tu te masses l'arrête du nez, agacée par l'absence de précision mais luttant pour ne pas perdre patience.

"Amanite, en avant, tu sais où c'est." tu lances à la fée sans même la regarder.

Tu traverses la rue en premier, lançant des regards partout, progressant dans les ombres aussi naturellement qu'en plein soleil. Tu suis la vague direction du doigt tendu de Seiche en attendant d'être aiguillée par la fée-je-sais-tout.



(C) MEI SUR APPLE SPRING - retouché par Gao & Cid



Résumé:
 








♥ Stealth's Song ♥

Composée, écrite, chantée par Peter Pan et Stealth

Stealth's Voice
Dessins d'avatar par Carne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amanite
avatar

☼ Fée des Forêts ☼


✘ AVENTURES : 117
✘ SURNOM : La Guêpe
✘ AGE DU PERSO : C'est SECRET (mais pas jeune, pour une Fée).

✘ LIENS : Ego & Trouvailles
Sujet en cours : I - II

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Dim 9 Juil 2017 - 21:03

Les Sirènes font la grimace et Amanite - sans posséder leur empathie - ignore pourquoi. Elle note cependant la direction que Seiche indique, confirmée par une autre Sirène qui s'approche d'elle.

- S’il te plait, petite fée ! Accompagne moi, guide nous jusqu’à là-bas !

- Ok !


Elle a retrouvé son assurance, la Guêpe : c'est que les indications des filles de l'Océan sont vagues mais suffisante pour écarter son hésitation : et puis, de toute façon, si elle se trompe, d'autres Fées se chargeront de la remettre dans le droit chemin, non ?
Ce serait humiliant mais pas mortel.

- Amanite, en avant, tu sais où c'est.

Stealth lui passe à côté et s'adresse à elle avec une amabilité délicate (pas du tout). La Fée ne s'en formalise pas, fait signe à la Sirène de la suivre et commence à voleter en avant, prenant les devants. Son regard se perd dans les rues, entre les silhouettes de bâtiments... jusqu'à ce que des contours familiers la fassent bourdonner de plus belle.

Par chance, elle a eu raison.

Le Musée n'est plus qu'à quelques mètres, désormais.

Se retournant vers le reste de la procession, la Guêpe en appelle à ses confrères et consoeurs.

- Il faut qu'on s'occupe de l'entrée. Allez !

Avec une assurance exaltée - c'est que toute énigme la stimule, et l'ouverture de l'enceinte d'un Musée en fait partie - Amanite file vers la porte principale.

Résumé:
 






Amanite invente en olive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Scar
avatar

♣ Chef des Sentinelles ♣


✘ AVENTURES : 243
✘ SURNOM : Le Rouge
✘ AGE DU PERSO : 17 ans - Il en avait 12 à son arrivée sur l'Île mais s'est forcé à grandir pour pouvoir venger sa soeur jumelle.

✘ DISPO POUR RP ? : -
✘ LIENS : De la Vengeance à l'Acceptation

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Dim 9 Juil 2017 - 21:21

Le Rouge n'est pas tranquille. Il craint une agression si on les surprend ou qu'on signale leur bande étrange à la police. Alors, tout en gardant un oeil perpétuel sur son groupe, il reste à l'affût et vérifie à chaque fois que personne ne se trouve dans les nombreuses petites rues transversales qu'ils passent en chemin. Honnêtement, il se prend un peu au jeu et s'amuse de cet environnement qui lui donne plus l'impression d'être tueur à gage que Sentinelle.

Déjà il réfléchit à ses choix au cas où ils croiseraient quelqu'un susceptible de leur poser des problèmes. Le plus simple était sans doute de laisser aux fées le travail de faire diversion afin d'éviter au mieux le bruit et les blessés. Du moins si elles en avaient le pouvoir. Sinon, il s'en occuperait.

« Rouge !! »

À l'appel, Scar redresse la tête. La voix lui semble familière sans l'être, il ne parvient pas à placer un nom dessus.

« ROUGE !!! »

Tout juste a-t-il le temps de se retourner pour réceptionner la jeune femme nue et en larme qui lui saute dans les bras. Il ne voit rien du visage enfoui dans son épaule mais la peau blanche à la limite du transparent et les cheveux blonds neigeux lui donnent suffisamment d'indices pour confirmer son identité.

« Mes sœurs ! »

D'une main délicate, sa Sirène éplorée pointe une vague direction, vite confirmée par l'une de ses sœurs qui prend soudain les devants. S'assurant d'abord que Stealth s'en sort avec elle, le Sentinelle baisse finalement les yeux sur la fille menue qu'est devenue Seiche, tentant de faire abstraction de sa nudité et du gênant de la situation. Il s'est bien amélioré depuis quelques temps, parviendrait presque à apprécier le contact de temps à autres. C'est comme s'il découvrait un tout nouvel aspect au langage corporel.

Il lui dit d'un ton qu'il espère réconfortant « Ne pleure pas, on va les sauver tes soeurs. Il faut être forte encore un peu, Seiche, je sais que tu peux le faire. »

Se rappelant soudain, comme sortant de sa bulle, que c'est une Sirène au potentiel anthropophage qu'il est en train d'étreindre et non pas l'une de ses paires, Scar entreprend de l'écarter gentiment mais sûrement. Pas qu'il la soupçonne de vouloir le bouffer dans l'immédiat, mais il se sent tout de même plus à l'aise sans ses dents à quelques centimètres de sa gorge.

« Je ne peux pas rester avec toi maintenant, mais ça va aller n'est-ce-pas ? »

Il lui fallait retourner à l'avant afin de discuter d'un plan d'approche, voir plan d'attaque avec Stealth puisqu'ils n'étaient visiblement plus très loin du musée. Et puis, il voulait aussi l'avis de Meteor sur leur stratégie. Le gamin était un peu suicidaire mais il avait déjà prouvé sa stratégie. Il méritait de participer à la décision.


Spoiler:
 







No pain no gain
''Showing off is the fool's idea of glory.'' - Bruce Lee

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glucose
avatar

☼ Fée des Eaux ☼


✘ AVENTURES : 100
✘ SURNOM : L'espiègle
✘ AGE DU PERSO : Huum... Jeune

✘ DISPO POUR RP ? : Euuh...
✘ LIENS : Tu m'attraperas pas
Mes lotus sucré

En cours :


Fini :





MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Mer 12 Juil 2017 - 11:36

Depuis l'épisode désastreux de la baleine, Glucose se sentait encore plus inutile qu'avant. Ce qui était un exploit en soit. Yel n'avait servi-e à rien là bas, si ce n'était blesser la baleine, ce qui n'avait pas été la bonne décision à prendre apparemment mais comment aurait yel pu être au courant ? Et pour la suite, yel avait eu un peu de mal à suivre ce qui se passait aussi yel avait juste suivi le mouvement jusqu'à... Londres.

Quand l'espiègle sortit pour la première fois dans le monde ordinaire, yel en demeura choqué-e. Ce n'était pas vraiment comme cela qu'yel se l'était imaginé. Déjà il faisait noir, ensuite ça sentait mauvais et troisièmement la plupart des gens en était malade. Mais plus que tout, ce qui li décevait au plus haut point c'était que... tout était bien trop monotone, il ne ressentait aucune magie dans l'air, aucune trace de fantaisie. C'était ça le monde ordinaire ? C'était ça le lieux méga important avec lequel on l'avait bassiné pendant des mois ? Ce lieu si important que si yel voulait devenir adulte, yel était obligé de s'y rendre ? C'était ça l'endroit dans lequel Pétrole et tant d'autre aimait tant rester fourrés plutôt que de venir jouer avec yel ?

C'était CA ?

Nul besoin de dire que li fée était très déçu-e. Amèrement déçu-e. Rien que pour CA, yel aurait voulu retourner dans le sous-marin et ne plus jamais en ressortir. Mais bon, on avait besoin d'yel... Ou pas ?

Effectivement, si deux groupes s'étaient formés et qu'on l'avait assigné, plus ou moins de force, dans celui musée, c'était à cause de l'idée sous-jacente que les fées connaissaient mieux Londres que les garçons perdus. Sauf que, ben, du coup, c'était pas vraiment son cas et une fois de plus, le rôle de "Boulet du groupe" échoua à Glucose. Aussi se contenta-t-yel de virevolter un peu partout autour du groupe, à la recherche d'un coin où se poser. Yel pensa d'abord aller vers la mère apprentie qui semblait triste et surtout sur le point de se barrer. Yel aurait bien voulu s'enfuir avec elle, oh que oui. Cela aurait été plus amusant que rester ici -et puis une partie de lui pleurnichait qu'yel aurait voulu partir avec Freckles car cela avait l'air milles fois plus amusant qu'ici mais on ne lui avait pas laissé son avis. Cependant, Larme li prit de vitesse et yel n'osa pas aller les déranger. Aussi finit-yel par reposer son attentions sur la fille au cheveux roses avec son gros animal dans les bras. Yel n'avait jamais rien vu de pareil, aussi yel était très intrigué-e et voulait voir ce que c'était.

-C'est quoi ? C'est quoi ?

Probablement qu'il y en avait déjà eu près du grand Arbre mais Glucose avait dû louper ce détail. Cependant, pour l'animal, et surtout pour un chat, voir une petite chose virevolter au dessus de sa tête, avec un son de grelot en plus, c'était une merveilleuse distraction et future proie. Aussi, quand yel remarqua que la bestiole se débattait quelque peu dans les bras de sa maitresse et manqua de peu de lui envoyer un coup de pattes, yel déguerpit sans demander son reste un seul instant.

Yel se demandait si yel pourrait enfin trouver sa place quand les sirènes se mirent à s'agiter. Rapide comme l'éclair, yel fonça voir ce qu'elles racontaient... et trouva cela fort bizarre dans un premier temps. Pourquoi la madame nue elle grimpait sur Scar ? Qu'est ce qu'il y avait là bas ? (Oui car il ne fallait pas trop en demander à Glucose. Yel arrivait à suivre le groupe sans trop se disperser, cela tenait déjà de l'exploit).

Au final, ce fut la présence d’Amanite et de Stealth qui lui fut la plus utile. La seconde ordonnant à la première de montrer le chemin, yel suivit sa grande sœur abeille sans poser plus de question. Elles arrivèrent à un bâtiment qui devait surement être la destination finale, vu comment tout le monde semblait heureux de le trouver. Mais yel ne comprenait pas vraiment à quoi il servait. Tout cela li laissait perplexe.


- Il faut qu'on s'occupe de l'entrée. Allez !

On ? On ? Mais c'était qui ce "on" ? C'était yel aussi ? Mais yel n'avait strictement AUCUNE idée de comment faire pour entrer. Alors yel s'approcha du plus prêt qu'yel pouvait de l'entrée et scruta le moindre de ses coins, à la recherche d'une idée. Et puis yel laissa totalement car elle avait cru voir quelque chose en haut. C'est sûr, c'était une joli bâtisse -ou du moins l'aurait yel pensé si elle avait un peu de gout architectural. Et en haut, au niveau du premier étage, il y avait... des grilles d'aérations !


-Amanite ! Regarde !

Yel est tout content-e de sa trouvaille, si content-e qu'yel ne prit pas le temps d'écouter la réponse et fonça à l'intérieur... ou du moins tenta du mieux qu'yel put, ce qui lui demanda quand même de se contorsionner un peu. Mais au moins yel était à l'intérieur du musée ! Aussi fonça-t-yel de nouveau le long du conduit, sortit à la première bouche, qui par un heureux hasard, donnait sur le hall du premier étage. De là, yel fila en bas et se retrouva de l'autre côté de la porte vitrée. Ca avait marché.

L'espiègle en était tellement heureuxe qu'yel fit de grand signe à Ammanite de l'autre côté de la porte, avant de souffler sur la vitre pour écrire "And now ?". Ce qui leur apparut à l'envers bien entendu. Li fée ne pensait pas aussi loin.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dude
avatar

♣ Armurier ♣


✘ AVENTURES : 224
✘ SURNOM : Le Chevalier
✘ AGE DU PERSO : 11 ans trois quart !

✘ DISPO POUR RP ? : Of course !
✘ LIENS : Shmow-zow ! It was weird but I liked it.

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Jeu 13 Juil 2017 - 20:28

Team Supérette


Secourir les Sirènes
Event


A peine le duo héroïque fut en position de défense que la créature rousse tira légèrement sur le col du garçon et lui parlant. Ce dernier, étant convaincu qu'il comprenait la langue étrange de Susuarana, fit volte-face et posa son regard sur le caissier évanoui. Il fronça les sourcils un instant avant de hausser les épaules en disant :

« C'est mieux comme ça, il se débattra pas. »

Et il reprit sa position défensive, l'épée levée et le postérieur se déhanchant sur la musique endiablée. Le boucan produit par un garçon aux boucles noires lui fit quasiment perdre son arme alors qu'il essayait de se boucher les oreilles. Quel sot, les badauds et les ennuis allaient arriver sous peu avec tout ce vacarme ! La discrétion était fichue.
Fort heureusement pour le bruyant garçon, il sembler maîtriser l'art de la conduite et Dude s'en vit soulagé d'une façon fort étonnante. Ce fut de courte durée car l'adolescente aux cheveux blancs et aux yeux noirs lui arracha les clés en le noyant sous des cris et des insultes dont le sens échappait fort au Chevalier. Elle disparut dehors et le garçon se détendit légèrement : cette furie était la menace la plus grande menace pour le caissier évanoui ; elle était loin désormais.
Le groupe se mit en branle pour charger le véhicule.
Dude ne bougea pas une seconde de sa place, la méfiance l'habitait tout de même : cela aurait été une trop belle occasion d'en finir avec le pauvre et faible caissier et il ne pouvait permettre une telle atrocité.
Il attendrait que chacun soit monté dans la charrette avant de laisser le jeune homme, peut-être le libérerait-il, si il y pensait au moment venu.

codage par Junnie sur apple-spring


Résumé:
 






True Nature of the Knight:
 


Le Chevalier cherche son destrier et meilleur ami !


Dernière édition par Dude le Ven 14 Juil 2017 - 18:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Photon
avatar

☼ Fée Aristocrate ☼


✘ AVENTURES : 46
✘ SURNOM : Le Précieux
✘ AGE DU PERSO : Jeune

✘ DISPO POUR RP ? : Nope.
✘ LIENS :
De la Poésie au Théâtre

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Ven 14 Juil 2017 - 12:49

Jours éteints, vides, ascétiques. Dans le monstre de fer infernal, Photon, après son humiliation, avait encore davantage joué les ombres. D’une cape avait-il masqué son rayonnement, cherchant les coins les plus sombres et s’y dissimulant pour pleurer à foison. Encore.

Rien, aucun mot ne lui venait. Ni vers ni prose, la page blanche le tenait en étau. Pour cet érudit, cet amoureux transi, c’était d’une tristesse infinie que de ne plus savoir écrire. Que n’aurait-il pas donné pour fuir quelques heures ; contempler William ou dormir tout contre le cœur de sa muse.

L’agitation des humains, la fée l’avait bien sentie. Elle aurait presque pu goûter leur peur, comme une baie pas mûre et amère, si elle n’avait pas été occupée à être horriblement tourmentée.

La petite créature fit nombre de lamentations avant qu’enfin, après un voyage si long qu’elle eut le temps de s’imaginer Ulysse, le Nautilus ne libère ses passagers de leur cage de métal.

Ceux-ci, hésitant sur leurs pattes comme de jeunes poulains, firent d’abord rire l’aristocrate si heureux de retrouver l’air libre dans une si belle ville d’un si fameux pays. Mais son euphorie se trouva malheureusement de courte durée car, à l’instant où le premier de ces héros des fonds marins dégorgea, d’affreuses mémoires ressurgirent dans l’esprit de la fée.

Sur un tintement d’effroi, Photon, filante étoile, abandonna toute la bonne mais insoutenable compagnie et se perdit dans le Londres nocturne où sa rapide lumière fit lever quelques têtes.

Dans la rue, il fut témoin de l’embrassade d’un jeune couple s’en retrouva si émoustillé qu’il dut filer faire un bisou à la première statue qu’il trouva. Et que ne fut sa surprise lorsqu’il entra dans un bâtiment étrange et tomba nez à nez avec multitude de belles dames et beaux messieurs qui avaient une allure vivante sans l’être. Des répliques de perfection. Un instant il s’imagina lui aussi ainsi modelé à leurs côtés lorsqu’il deviendrait auteur reconnu.

Et Ô comble de la chance, jeu du sort de merveilleux augure, la fée reconnut soudain un visage, une prestance toute familière. Sans seconde pensée, celle-ci se jeta tout contre son idole, son dieu, son amant de rêve et bisouta son front, accrochée d’une main à son nez et l’autre posée contre sa pommette. Jamais auparavant, même lors de sa précédente mésaventure, sa brillance ne fut plus intense. Cette fois pas de rage mais de passion déchaînée.

« Oh William, mon beau William, quel honneur de vous retrouver ici. Permettez-moi ces émois, laissez-moi vous tenir dans mes bras grand érudit ! »

Qui aurait ensuite imaginé pareille fin à de telles retrouvailles ? Quel mauvais diable pouvait bien avoir choisi d’infliger semblable chose à un être si pur ? Car l’aristocrate sentit bientôt un chaud liquide couler sur son bras et sortit de son extase pour se rendre compte que par sa lumière il avait fait fondre les traits de William.

Poussant un piaillement déchirant, Photon s’enfuit, zigzaguant dans le ciel à la recherche de ses pairs, ne pouvant imaginer rester seul à un tel moment, se sentant l’obligation de confesser son crime.

Lorsque, finalement, il les aperçut, il fonça tout droit vers la Guêpe, lui rentrant dedans en hurlant :

« AMANIIIITE !!! J’AI TUÉ SHAKESPEARE. »

Il fondit en larme.

Spoiler:
 






Merci Azel ♥
Avatar : Fool-ish Golden Lord by A6A7
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nasty
avatar

♣ Artisan ♣


✘ AVENTURES : 211
✘ SURNOM : le Panda
✘ AGE DU PERSO : 16 piges

✘ LIENS : + "So Raw !"
+"Deeper in the dirt, making bodies hurt !"
+"Deep Down !"


MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Ven 14 Juil 2017 - 14:35



Les lumières s'éteignent, ne laissant qu'un néon faiblard éclairer leur scène de crime. On se croirait dans un de ces MMO que Cyber affectionne tant, avec un halo pour souligner la découverte d'un artefact important. Nasty fredonne inconsciemment la chanson qui aurait du fêter leur victoire. Au lieu de cela c'est une bleuette K-pop qui embaume de sucrerie tout les rayonnages. Nasty découvre un truc sur Wrath qui lui colle un étrange sourire sur sa face blafarde. ChingChong et son appli GPS prennent une autre ampleur dans son échelle de valeur tout à fait biaisée : elle aura de quoi l'emmerder à vie, c'est merveilleux !
L'instant magique est brutalement brisé par un concert de casseroles qui s'abat sur eux. Un gogole frisé en dégaine bariolée - qu'elle connait vaguement sous le délicieux vocable de "Grosse tarlouze qui aime grimper au plafond plus qu'aux arbres" - fait irruption et arrache les clés des mains du Lionceau. Il se tape la poitrine comme un demeuré ce que le Panda prend directement comme un affront.

- WOW Gros pédé, tu t'es cru où ???!!!! Fait-elle en sautant du comptoir d'un air venimeux. T'as perdu ta langue à force de sucer des queues ou tu t'es tellement pignolé que t'es devenu sourd ? C'est MOI qui conduit !

Elle lui reprend le trousseau des mains sans la moindre douceur, attrape son panier ras la gueule de spiritueux et passe la porte du magasin en quête de la fameuse camionnette. Quelques pressions hasardeuses sur le bitoniau en porte-clé, suivi d'un bruit de sonnette en ping-pong et la voilà prête à être chargée. Nasty fourgue sa came dans le ventre de la bête et s'installe à la place du chauffeur pendant que 'Ti Dude et Boule de Poil assurent la vigie.

Clé dans le moteur, toussotement de la machinerie sous impulsion électrique, démarrage. Le moteur vrombit.

Bon.
Ça c'est fait...
Maintenant il faut conduire.

Un ricanement s'échappe de la gorge de Nasty, aux consonances vaguement inquiétantes.

Résumé:
 






Never was a girl with a wicked mind
But everything looks better when the sun goes down
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1239
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Ven 14 Juil 2017 - 19:01

- Euh... moi.

Les clés toujours brandies dramatiquement au bout de son bras, Freckles considère Nasty d'un œil critique. Elle a du chocolat plein la gueule et l'air moyen convaincue. D'instinct, il regarde autour de lui, cherche à capter le regard des autres dans l'espoir d'un meilleur candidat. Pit et Buster s'occupent du charbon. Wrath tripote un smartphone, l'air peu concerné. Lace a disparu dans les rayons. Dude est posté devant Justin, épée brandie, les défiant de tenter quoi que ce soit sur le caissier ; comme Tick Tock, il est hors jeu pour d'évidentes raisons. Freckles commence à considérer sérieusement l'idée de conduire lui-même, même s'il a aucune foutre idée comment faire ;  l'idée de laisser leurs vies entre les mains de Nasty lui file la nausée.
Ça, ou la barre chocolat-caramel qu'il vient de bouffer.

Avant qu'il aie l'occasion de répondre, la musique démarre et les lumières s'éteignent. Quelques protestations fusent, mais très vite leurs yeux s'habituent à l'éclairage dispensé par le dernier néon. L'ambiance est encore plus bizarre, comme ça. On dirait que la scène se fige.

« Wrath ... », il soupire.

Le soigneur a l'air si content d'écouter sa musique bizarre qu'il n'a pas trop le cœur de l'engueuler. Et puis il fait quand même des efforts spectaculaires pour se faire comprendre.

« J'ai le plan, dedans. Plan GPS. »

Il désigne l'écran du téléphone. Freckles lève le pouce en signe d'approbation, même s'il pige pas bien comment ce truc marche. Sans surprise la paix relative éclate en morceaux : l'injure sonore que lâche le livreur se perd dans le choc des casseroles.
C'est Rainbow.
Il doit avouer, il a complètement oublié la présence de Rainbow, jusqu'à cet instant où le grimpeur se rappelle à eux de la pire des façons possibles. Peut-être parce que depuis qu'ils sont sortis, il n'a pas ouvert la bouche. Il gesticule et agite un dessin illisible. Et d'un geste, lui arrache les clés des mains.

Donc ils ont le choix entre la connasse ou le mec sourd et muet. Cool. Cool, cool, cool. Freckles lance à Rainbow son regard le plus meurtrier. Mais c'est Nasty qui gueule.

- WOW Gros pédé, tu t'es cru où ???!!!! T'as perdu ta langue à force de sucer des queues ou tu t'es tellement pignolé que t'es devenu sourd ? C'est MOI qui conduit !

Il a beau savoir que Nasty est la meuf la plus vulgaire du grand arbre, il ouvre des yeux énormes devant ça. Il a tout juste eu le réflexe de boucher les oreilles de Tick Tock du plat de ses mains – et l'odeur du gosse lui arrache un haut le cœur.

« Putain mais ferme ta gueule ! Il t'entend même pas !  », qu'il l'agresse.

L'artisane récupère les clés d'un geste vif, et se casse sans plus de façons.
Il échange un regard contrit avec Lace, puis hausse les épaules. Ça reste peut-être leur meilleur choix, malheureusement.

« Bon ben tout le monde dehors.»

Ils sortent par la porte de derrière, se relayent les sacs de charbon et de provisions sur le parking. Le camion est facile à trouver, il porte le même logo que la supérette et le tablier de Justin. Nasty est déjà assise à la place conducteur, moteur ronronnant. Le coffre est immense, et s'ouvre sur l'avant de l'habitacle. Ça promet un joyeux bordel quand il faudra conduire.
Freckles lance un vague regard au groupe de perdus amassés sur le parking.

« Wrath tu montes devant, t'as le machin. La carte. Tu peux trouver le musée ? » il mime vaguement à son intention, mais il n'est pas sûr que ce soit très clair. « Je viens aussi devant, et Tick Tock, tu peux venir sur les genoux de quelqu'un. »

Ils vont bien réussir à se serrer à trois sur le siège passager. Il ne veut pas laisser Nasty sans surveillance. Wrath est le seul à savoir se servir du téléphone, et Tick Tock risque de gerber partout à l'arrière. Et aucun d'entre eux ne compte comme de la surveillance.

« Les autres vous allez à l'arrière. » Son ton est un peu dur, d'un coup, alors il marmonne, un peu penaud : « Si ça vous va.»

T'es le chef putain!
Il grimace à l'intention de personne en particulier, et ouvre la portière côté passager, signalant à Wrath de grimper près de Nasty. Il s'apprête à hisser Tick Tock à son tour, mais la supérette sombre et silencieuse attire son regard.

« Eh, attendez. On va pas laisser le mec, euh, Justin, là dedans. Si quelqu'un rentre et le voit comme ça on va se faire cramer. »

Il parle à ceux qui sont encore dehors. Mais n'ose pas donner d'ordre. Ça impliquerait de ramener le caissier, encore attaché, à l'arrière de leur camion.
Ce qui est carrément du kidnapping, en fait.
Et après, ils en font quoi ?

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meteor
avatar

♣ Artisan ♣


✘ AVENTURES : 55
✘ SURNOM : Le Court-Circuit
✘ AGE DU PERSO : 14 ans

✘ DISPO POUR RP ? : oui
✘ LIENS : May the force be with you.

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Ven 14 Juil 2017 - 19:35


Ne me lâche pas.

Meteor reconnaît un morceau de lui-même dans la dignité de Jerk. Mais il voit bien, aussi, que de peau-rouge, Jerk est devenu peau-verte. C'est pourquoi il ne le lâchera pas, même si sa main est froide, sûrement. Elle l'est toujours.

Meteor s'est écarté des sirènes. Elles n'ont pas besoin de lui. Elles ne peuvent pas. L'urgence ne leur offre pas le luxe du temps, du réconfort, ou quoi que ce soit de ce genre. Coquillage n'a pas besoin de lui. Il devine que la voix des sœurs est plus forte, même si loin, que la sienne. Coquillage court déjà sur ses jambes qui tremblent, dans la rue moche, vers l'avant. Et l'autre, toute blanche et toute grêle, c'est contre Scar qu'elle trouve refuge. Sans trop comprendre pourquoi, ça grignote un peu les nerfs de Meteor, alors il s'écarte aussi.
Quant à O. Sa transformation a l'air si douloureuse, si extraordinaire, qu'il ne se sent pas le droit d'y poser son pauvre regard de simple mortel. Peut-être qu'il a juste pas le courage, aussi.

Me lâche pas, il répète.

Jerk est sa mission, son protégé, c'est clair, c'est admis. C'est définitif. Il s'agrippe à Jerk autant que Jerk s'agrippe à lui.
Les yeux et les oreilles du Court-Circuit errent dans la rue qui ne résonne que sous leurs pas et leurs éclats de voix. Tout l'atteint de plus en plus lentement. Il a refusé le bonbon à l'orange, c'est con. Il est con, franchement.
Il comprend rien de ce qui se passe avec Heaven et il se demande même s'il a pas oublié l'anglais. Parce qu'il n'a rien, rien compris quand elle a parlé.

Cyber, reste pas là. il dit, de sa voix toute enrouée.

Dans les yeux de Cyber, il a vu un éclat fiévreux qui lui rappelle celui des drogués, des malades en manque ou en extase morbide. Ce monde de merde est déjà en train de les foutre en vrac.
Peut-être qu'ils reviendront pas.
Peut-être que la Baleine, c'était rien.

Il réprime un hoquet d'angoisse tandis que sa main broie les doigts de Jerk.

Son oeil noir (l'autre brûle) s'attarde sur Mirka. On la reconnaît à peine sans son sourire. Elle est toute terne, hagarde, comme le reflet terrible de son fils mort-vivant. Meteor s'avance, hésitant, gauche. Mirka est un peu impressionnante au fond, au-dela de l'aura de tendresse qui la nimbe, toujours. C'est la Mère du Roi. C'est celle qui l'approche de plus près. Peut-être même qu'elle voit la pluie tomber dans ses yeux avant qu'elle se déverse sur chacun d'entre eux.

Ça va, Mirka ? Il ose demander, un peu brusquement parce qu'il a attendu longtemps. Tu as pris un bonbon à l'orange ? C'est bête de dire ça, c'est pas qu'elle est malade, pas comme ça. On va bientôt rentrer. Et Peter ira mieux, il sera... comme avant. T'inquiète pas pour lui.

C'est la phrase la plus conne du monde ça, non ?
Pourquoi il pense automatiquement qu'elle est si accablée par l'état de Peter ? Comme si elle vivait que par lui. Si ça se trouve, elle en a rien à foutre. Elle veut juste rentrer maintenant, comme lui. Parce qu'elle en peut plus.
Il aimerait dire autre chose, un truc moins con, mais y a rien qui sort.

Et puis le musée. Il se dresse devant eux, tout moche et dur et gigantesque, comme une prison. Il se réjouit amèrement qu'il y ait pas de musée sur l'île. Le groupe s'arrête progressivement, ça parle, mais Meteor n'entend pas.  
Il jette un coup d'oeil à Jerk, mais son œil lui fait vraiment trop mal maintenant, il voit presque plus rien.
Scar rapplique dans sa direction. Oeil rouge pour œil bleu. Dans un réflexe un peu orgueilleux, Meteor redresse les épaules.

Le Chef des Sentinelles le tient au courant des actions des fées. Meteor jette un œil aux fenêtres.
Il s'éclaircit la gorge et dit d'une voix assez forte mais très rauque :

La fée qui geigne tout le temps, c'est une fée aristocrate non ? Son œil prend feu, c'est sûr. Il arrive à regarder personne. Faudrait trouver un gardien à l'intérieur et lui enchanter le cerveau pour qu'il vienne nous ouvrir. Les fées aristocrates ont ce pouvoir là. Pendant ce temps les fées entrent par la bouche d'aération et débloquent les accès intérieurs et trouvent la salle des sirènes.

Il lève le menton vers Amanite.

Il peut ?

Il a des doutes, vu l'énergumène.

Me lâche pas, il dit, tout bas.



résumé:
 










Meteor voyage en lightslategray




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wrath
avatar

♣ Soigneur ♣


✘ AVENTURES : 34
✘ SURNOM : La flamme
✘ AGE DU PERSO : 15 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Yes !
✘ LIENS : You can have more than one home. You can carry your roots with you, and decide where they grow.


MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Ven 14 Juil 2017 - 20:01

La suite du plan lui échappe encore, et Wrath est bien trop intéressé par la chorégraphie qu'il connaît par cœur qui joue sur l'écran du portable. La batterie est presque pleine, donc ça n'est pas trop problématique de s'amuser ainsi. En tout cas jusqu'à ce que le téléphone devienne utilise pour leur mission. Sa clope est presque terminée, et le Nord Coréen songe à en rallumer une autre. Autant ne pas gâcher les réserves. Tout le monde paraît s'être calmé un minimum, et le garçon hoche la tête face au blondinet en train de danser sur sa musique. Certains ont du goût.

D'autres moins, visiblement. Ses oreilles s'étant à peine remises de leur dernière aventure, Wrath n'apprécie pas l'arrivée soudaine du garçon qu'il ne connaît que de vue. Pour ne pas dire que le regard assassin qu'il lui lance est sans doute un message clair. Néanmoins, c'est suffisant pour que, dans le noir, le Soigneur coupe l'application qui lui permettait de se détendre. Ils ont du boulot. Les autres ne l'intéressent pas véritablement à cet instant. Son regard glisse un peu vers ceux qu'il connaît, juste avant que Nasty ne se décide à utiliser sa voix mélodieuse. Wrath ignore le message qu'elle tente de transmettre, même s'il se doute que ses paroles sont dénués de sympathies à l'égard de leur camarade.

Comme l'adolescent a été autorisé à faire ce qu'il voulait plus tôt, son attitude est plus nonchalante. Il aide à transporter une partie du matériel jusqu'au parking où il écrase ensuite sa cigarette. Au passage, il tend une bouteille d'eau à Tick Tock, pour éviter que sa gorge ne lui fasse mal toute la soirée.

Musée. Après avoir vérifié le mot dans son guide, pour être sûr, il sort le portable de sa poche. « Oui, » Il offre comme maigre réponse à Freckles. C'est aussi sa façon de lui dire qu'il a apprécié l'effort du mime.

Enfin, il est supposé faire quoi avec le musée ? Et quel musée ? Un peu confus, le garçon passe un moment à s'interroger à ce sujet. Ce qui vaut sans doute mieux que de se dire que Nasty va les conduire dans un fossé d'ici à dix minutes. En premier lieu, le Coréen change la langue de l'application pour la sienne, après avoir appuyé un peu partout. Le GPS lui propose le lieu le plus connu une fois le terme rentré, et c'est heureusement le bon. Sans quoi Wrath aurait pu les envoyer à l'autre bout de Londres. Bon, visiblement, ça ne va pas être trop difficile.

Outre le léger détail qu'il ignore comment donner les directions. Le guide dans la poche de sa veste offre la possibilité d'apprendre. Un peu long, malheureusement, et l'adolescent a une autre idée. Bien sûr, cet idiot de caissier n'a pas d'application de traduction. Ce qui engendre cinq minutes perdues pendant que Wrath se bat avec le catalogue d'applications. Au final, un peu agacé, il change carrément la langue du téléphone, ce qui facilite grandement le processus. Justin, c'est le caissier, non ? Est-ce que Freckles demande ce qu'ils doivent faire de lui.

Assis aux côtés de Nasty, portière grande ouverte, Wrath pose un pied contre le tableau de bord. L'écran éclaire son visage dans la nuit tandis que ses doigts tapent lentement sa participation à la conversation. Heureusement que l'application possède un mode qui lit la phrase pour lui. Au moins la prononciation ne sera pas massacrée.

« Justin? Nous devons le tuer. Ou de prendre la mer et nous jeter. Brûlons l'endroit! La preuve que personne ne peut savoir. »

Le contenu, malheureusement, n'a pas cette chance. Wrath ne paraît pas s'en rendre compte, assez content d'avoir réussi à maîtriser le traducteur automatique.

« Puis-je mettre ma musique en arrière? » L'application ajoute de sa voix de robot quelques secondes plus tard. Ce n'est pas exactement la phrase que le soigneur voulait, même si le sentiment est là. Rouler avec un fond sonore serait mieux, même si la batterie en prendrait un coup.

Il ne tape rien d'autre, rouvrant le GPS en attendant une réponse. Ce n'est pas non plus dans sa nature de se lancer dans de longues discussions, qu'importe à quel point il commence à connaître ses compagnons de voyage. A ce sujet, il vaudrait mieux ouvrir la fenêtre pour rouler, si leur benjamin monte à l'avant.
Et aussi s'il lui reprend l'envie de fumer.


Spoiler:
 







Sometimes by losing a battle you find a new way to win the war.
I don't display emotions. I have every feeling that everyone else has, but I've developed ways to suppress them. Anger is one of my most comfortable feelings.+ ms.palmer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 12 sur 15Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14, 15  Suivant

 Sujets similaires

-
» [ Event : rp ] Combat d'arène (clandestin)
» [EVENT JCJ RP OUVERT] : Vendredi 4 décembre. début 21h20
» [Event Horde]L'operation Agonie
» [Projet- Event pré 4.0.3] La vérité sur ...
» [Event Jdr JcJ] L'Attaque du Donjon de Hurlevent !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ailleurs :: Le Monde Ordinaire :: Le Nautilus-