Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
L'Ombre
avatar



✘ AVENTURES : 1451

MessageSujet: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Sam 13 Mai 2017 - 17:32

Event 5


le Tourbillon





C'est le grand jour.

En dehors de quelques volontaires, les participants ont été choisis au hasard. Certains enfants envient les aventuriers qui se risquent, pour la première fois, à franchir les frontières de leur monde d'origine. La plupart, pourtant, les regardent partir la boule au ventre. Ils savent sûrement qu'au fond, un Garçon Perdu, ça ne se retrouve pas.
Chacun a fait son sac et aiguisé son courage. A la queue leu leu, on se met en route en silence. Le vaisseau patiente au coeur de la Lagune aux Sirènes. Il est bien plus grand que ce que vous pouviez imaginer. Les yeux et les bouches s'arrondissent alors que la troupe d'enfants, de fées et des créatures s'approche. Les sirènes qui prendront part à l'expédition sont déjà là, la tête sortant de l'eau, comme des sentinelles veillant sur leur frère de métal. Le Nautilus.

A l'intérieur, vous découvrirez d'abord un long couloir suturé de gros tuyaux, câbles et autres boursouflures de bronze. Il donne accès aux cabines où vous dormirez, par petits groupes. A l'avant du sous-marin, un immense dôme de verre bombé offre une vue imprenable sur l'Océan tout entier. Le poste de pilotage s'étend au centre du gigantesque cockpit, pointillé de tant de commandes qu'on se demande si certaines ne sont pas là pour faire joli. Il y a trois sièges, pour les pilotes.

Au sein des étages inférieurs se situent la salle des Machines, sifflante, bruyante, crasseuse, sombre.  
Au sein des étages supérieurs se trouve la salle de contrôle, avec les outils de surveillance, les cartes, les commandes d'arme.
Dans les flancs du vaisseau se trouvent, dissimulées dans la coque, lesdites armes. Des missiles, des harpons... On a toujours besoin d'armes, pas vrai ?
Tous les participants ont sur eux une conquie walkie (c'est un talkie walkie en forme de conque).


Chacun se voit donc affecté à une besogne spécifique :  

Répartition des rôles:
 


Pendant ce temps, dans le Monde Ordinaire, les Sirènes sont prisonnières. Au sein d'un musée aux airs de prison, les filles de la Mer luttent ou agonisent dans d'énormes aquariums à l'eau verdâtre, se dissimulant au regard des visiteurs avides. Les terrifiant parfois, folles de rage et de douleur. Certaines sont déjà mortes. Faute de matériel, leurs conditions de détention les vident d'énergie chaque jour. On les nourrit mal. On les traite mal. Surtout, on les sous-estime. Leurs soeurs arrivent, pourtant le voyage est long, l'attente interminable.


Mais alors que les aventuriers, si tendus qu'ils sont presque tous silencieux, se rassemblent dans la grande salle des commandes où le gigantesque dôme leur dévoile déjà ce qui sera leur monde pendant des lunes et des lunes... Alors un dernier rebondissement fait sursauter leur coeur battant. Dans les bras de Scar, dissimulé jusqu'alors dans une couverture de laine, un petit corps faible, argenté, bleui, se révèle. Peter Pan.
Peter Pan est venu. La Reine Mab a préféré ne pas prendre le risque. Seul celui qui prend, est capable de rendre. Seul celui qui vous a arraché à votre monde peut vous y ramener. Sa présence, aussi orageuse et faible soit-elle, est peut-être gage de survie. Quoiqu'il en soit, le risque ne vaut pas la peine d'être tenté, pas vrai ?

Scar est clair dès le commencement : Peter ne participera à aucune tâche et ne donnera pas de directive. Il restera dans sa cabine. Et les enfants évitent les yeux de leur roi, qui malgré la débilité de son corps d'argent, darde sur eux un regard furieux, chargé d'éclairs. Chargé de souffrance. Il ne dira pas un mot. Mais on sait ce que ce regard dit.
Il dit :

"Ne vous avisez pas de m'abandonner. Vous le paierez, plus cher que jamais".


Que le voyage commence.



Répartition des cabines - uniquement pour dormir:
 


Liste des PNJs présents:
 


PRECISIONS – A LIRE ABSOLUMENT:
 



Dernière édition par L'Ombre le Dim 14 Mai 2017 - 12:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org
Cyber
avatar

♣ Artisan ♣


✘ AVENTURES : 67
✘ SURNOM : Le Hacker
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ LIENS : Welcome in the Deep Web

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Sam 13 Mai 2017 - 20:36


Ce Nautilus était… un bijou. Cyber en aurait presque eu les larmes aux yeux. Des écrans ! Des pixels ! Des programmes ! Du soft et du hard ! Il était heureux. Peu importait le carnage qui régnait, il était même prêt à rester vivre dans le Nautilus s’il le pouvait.

Rêve toujours.

Bref, il avait même allumé son téléphone pour guetter un possible signal. Quelque chose qui dirait qu’internet est là. Que le monde ordinaire était à leur portée. Enfin… il faisait attention à ne pas trop l’utiliser. Il ne voulait pas non plus risquer de pomper l’énergie du sous-marin pour lui. Certes, ce n’était pas ça qui allait déranger un monstre de métal mais… on savait jamais. Il profitait parce que ça venait de la Machine, et comme il avait déjà parfois pompé de l’énergie là-bas… il avait supposé que ses appareils pourraient venir avec eux.

Cyber avait vite appris à gérer les manœuvres, il adorait ça. En plus, c’était cool de bosser avec Meteor. Y avait Heaven aussi, mais bon, il savait supporter plus facilement les gens avec toutes ces doses de lumières bleues qu’il s’envoyait dans le cerveau. Ici, Cyber était devenu bien plus détendu qu’au Grand Arbre.

Sa dépendance était comblée en partie. Manquait internet, mais le contrôle était là dans ces manettes qu’il devait gérer. En équipe en plus, il avait un peu l’impression de revivre quelques coups qu’il avait fait avec ses « collègues ».

Le Hacker se sentait aux anges.

Il dormait peu, il avait les yeux un peu plus rouges que de coutume. Il usait et abusait des facultés que le Nautilus offrait.

Il préférait passer un maximum de temps à gérer les commandes, à surveiller que le pilotage se passe au mieux pour ses deux autres collègues. L’Artisan était sûr de lui, peut-être trop. Enfin, il fallut parfois le forcer à aller dans sa cabine pour dormir. Le forcer à quitter son ordinateur. Des fois, il le prenait en salle des commandes et laisser tourner de la musique en fond. Même les bandes-son de Star Wars pour faire plaisir à Meteor.

Ici, le Hacker se sentait terriblement mieux.

Là, il était bien installé dans son fauteuil, surveillant les commandes. La musique d’Undertale pour mettre un peu d’ambiance.

- Hey cette machine je l’adore, j’espère qu’on pourra se la garder après. Hein Meteor ?

Il sirotait un sirop dans son gobelet fermé avec une paille, ponctuant sa phrase par ce son spécifique.

- Heaven, tu joues pas les noobs, hein ? Je veux pas de rayures sur le matos.

Un coup d’œil à son téléphone.

- Je me demande si en arrivant j’aurai ma 4G.

Cyber détendu, pas trop virulent, c’était rare. Ou seulement avec ceux qu’il aimait vraiment bien.

Spoiler:
 






Spoiler:
 
can't hack this:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wrath
avatar

♣ Soigneur ♣


✘ AVENTURES : 28
✘ SURNOM : La flamme
✘ AGE DU PERSO : 15 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Yes !
✘ LIENS : You can have more than one home. You can carry your roots with you, and decide where they grow.


MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Sam 13 Mai 2017 - 20:52

On ne lui confia rien au sujet de leur mission, tout du moins pas dans une langue qui lui était familière. Rien de cela n'empêcha Wrath de se présenter avec les autres le jour du départ. Le saut dans l'inconnu était grand et le nautilus également. Un objet de métal qui l'inquiéta au départ, sans doute plus que l'inconnue qu'était le voyage. Rien ne paraissait fonctionner comme sur la terre ferme, et il ne lui fallut que peu de temps pour regretter la présence de Mary. La jeune fille connaissait par cœur la manière de diriger un groupe et elle aurait sans doute effectué un meilleur travail que les autres leaders présentes. Des mères qu'il ne connaissait pas plus que la majorité des autres enfants. Ce n'était qu'un détail, et Wrath n'avait pas à leur parler.

Cependant, le garçon réalisa rapidement, après ces quelques jours, que le lieu où il travaillait était dangereux. La mer le rendait peut-être un peu nerveux également, surtout qu'il avait manqué de se noyer quelques années plus tôt. Ou alors c'était l'atmosphère étouffante qui régnait dans la salle des machines qui provoquait ça. Difficile à dire, et il n'avait pas le loisir d'y songer outre mesure. Les cheveux attachés en un chignon, Wrath s'appliquait à sa tâche. Un tissu recouvrait le bas de son visage, et il faisait de son mieux pour assumer la tâche difficile de nourrir le feu intense qui alimentait les machines.

Une tâche dangereuse qui força rapidement le soigneur à laisser un seau d'eau dans la pièce, avec un chiffon baignant dans cette dernière. Ainsi si l'un d'entre eux se brûlait, les soins immédiats seraient plus rapides. Malgré la présence d'un autre soigneur au sein de son équipe, il avait l'impression que c'était son rôle d'agir ainsi. Enfin, tout du moins c'est sans doute ce que Soul aurait souhaité. L'absence de l'infirmerie se fit sentir trop rapidement et le déraciné réalisa qu'il subissait cette impression si douloureuse d'être loin de chez lui une fois encore.

Pour s'en distraire, outre en travaillant, il se jura de faire un effort pour mémoriser ce qu'il verrait lors du voyage. Même sans l'Anglais, il pourrait toujours dessiner maladroitement ses impressions à son retour. Ou bien leur rapporter un présent. Qu'est-ce que Mary aimerait le plus ? Peut-être un couteau pour la cuisine, ou alors quelque chose de rare ? Enfin, ça c'était s'ils accostaient un jour. Chose dont Wrath doutait un brin. Ses compagnons d'infortune étaient tous un peu étranges, d'origines variées, et il ne parvenait pas à les cerner par leur gestuelle. Sans doute car il n'avait pas le temps de le faire.

La salle des machines paraissait vivante, réclamant toujours plus de sacrifices. Alors, lorsque venait son tour de se reposer, Wrath s'écroulait dans son dortoir sans même faire attention aux autres personnes présentes. Pour le coup, sa paranoïa était atténuée par le rythme infernal de la vie sur le Nautilus. Peut-être n'était pas une si mauvaise chose.

Tout en travaillant, il jetait de temps à autre des regards à ses camarades. L'un d'entre eux paraissait bien trop jeune pour être coincé ici, et il le perdait souvent du regard, à cause de sa taille. A l'inverse du rouquin qui lui faisait penser aux flammes qui brûlaient les cristaux.« Attention, » murmura t-il à l'intention des autres tout en enfilant ses gants pour s'occuper de la cendre. Si quelqu'un se blessait, tout risquait de très vite dégénérer.

C'était le moment qu'il appréciait le moins, celle où il balançait la matière dans les réservoirs des fours, et que les flammes lui chatouillaient la peau.
Peut-être aurait-il mieux fait de faire plus attention à ses gestes qu'à ce que faisaient ses camarades.

Spoiler:
 








Dernière édition par Wrath le Dim 14 Mai 2017 - 13:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit
avatar

♣ Chef des Raccommodeurs ♣


✘ AVENTURES : 709
✘ SURNOM : Le Joker
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ LIENS : Quelques fleurs perdues dans un fossé de cartes
le SWAG


MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Sam 13 Mai 2017 - 21:55

Il fallait régler tout ce bordel. Enfin, le but c’était de retrouver les Sirènes. Ça, c’était ce qui intéressait moyennement le Joker. Lui, il voulait que les choses reviennent à la normale. Pas que partager une cabane avec ses Raccommodeurs le dérange, mais plutôt tous les dangers dus à cette situation. Et Peter Pan qui se désintéressait de ses tours de magie. Il n’aimait pas être un Bouffon inutile.

Il avait suivi cette expédition, forcément. Sans trop réfléchir. Pour une fois.

Quelque chose le mettait mal à l’aise, l’idée d’aller dans le monde ordinaire lui faisait restreindre son sourire. Il ne reprenait place qu’en se souvenait qu’il devait sourire.

Enfin bon, ces jours écoulés, il prenait ses marques. Et franchement, l’armement l’éclatait. Là, il se marrait bien. Même s’il fallait faire gaffe, avec ces bestioles qui venaient des fois rôder.

Il devait faire des efforts pour ne pas se déconcentrer. Il mourrait d’envie de faire des croquis de tenues, de vêtements. Alors c’était ça qu’il faisait en temps libre, il se faisait bizarrement discret. Un peu taciturne. Ailleurs. Mais le sourire revenait lorsqu’on s’adressait à lui ou lorsqu’il remarquait qu’on l’observait.

Il semblait toujours réfléchir à quelque chose quand il n’était pas en train de s’occuper des torpilles et autres trucs.

Le Joker était assez passif jusqu’ici, dans son coin. C’était plutôt le Joueur qui était là. Parce qu’ils se trouvaient tous en dehors du Jeu à ce moment précis.

Quelque chose pressait les entrailles de Pit, quelque chose l’angoissait. Mais il ne savait pas quoi. Pour le moment, tant qu’il n’y avait rien à signaler, il était en train de griffonner dans la zone des armements.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glucose
avatar

☼ Fée des Eaux ☼


✘ AVENTURES : 95
✘ SURNOM : L'espiègle
✘ AGE DU PERSO : Huum... Jeune

✘ DISPO POUR RP ? : Euuh...
✘ LIENS : Tu m'attraperas pas
Mes lotus sucré

En cours :


Fini :





MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Sam 13 Mai 2017 - 22:56

Glucose n'était jamais allé-e dans le monde ordinaire et n'aurait sans doute jamais songé qu'yel y irait dans des conditions pareils mais li voilà, à bord du Nautilus, en route pour sauver les sirènes. Pour ne rien cacher, yel était un peu, beaucoup, stressé-e. Avant le voyage, yel n'avait pas arrêté de tourner auprès de certaines fées pour savoir ce serait comment là bas mais rien de ce que l'espiègle avait pu glaner ne li rassurait totalement. De plus, même l'océan, yel ne s'en était jamais approché-e, ayant tellement peur des profondeurs, de se noyer, ce genre de truc. D'ailleurs, yel n'avait pas réellement compris qu'ils y allaient en sous-marin, aussi avait-yel fait une drôle de tête quand yel avait vu l'engin.

Ses motivations étaient un peu flous, même pour yel. Il y avait un mélange de curiosité, d'envie d'agir, de pitié envers les sirènes capturés, d'ennui, de claustrophobie à force de rester au palais, de peur de cette maladie qui touchait les autres fées... Un beau coktail en somme, qui variait sans arrêt en intensité. Et quand l'on sait que le coeur des petites fées n'était pas fait pour ressentir plus d'une émotion à la fois, il n'était pas étonnant que tout cela se transforme en bouillasse plus ou moins cohérente, rendant Glucose encore plus lunatique que d'habitude. Mais tout de même, l'émotion qui dominait le plus était le stress.

Mais au final, yel était tout de même monté-e dans ce sous-marin... juste qu'yel avait une boule dans l'estomac. La venue de Peter l'avait tout de même surpris-e et pendant un instant yel en avait même oublié qu'yel avait peur de ce qui les attendait. Cependant, on ne pouvait pas vraiment lui parler et il n'était pas dans sa cabine donc cela faisait retour à la case départ. A savoir : le sous-marin qui s'en va sous l'eau. En soit, le Nautilus était cool quand on était à l'intérieur et qu'on oubliait ce léger détail qui était "On est sous la mer". Yel en avait même été excité-e. Et puis on lui avait annoncé son travail et là, ça lui avait moins plus. Pour les deux raisons cités plus haut, yel était. Totalement. Inutile. En salle de commande. Si bien qu'yel avait prétexté-e aller aider les autres pour se trouver une petite place et avait donc zoné pendant toute une journée en ayant toujours l'impression de déranger tout le monde, ce qui li rendait encore plus mal à l'aise.

Ce ne fut que le deuxième jour qu'yel arriva à se poser quelque part, proche du poste où yel aurait dû aider : en salle de surveillance. Après avoir demandé son accord à un garçon perdu avec un drôle de casque et prévenu les autres, yel donnait un coup de main là bas. Parfois yel prenait une garde, généralement yel faisait joujou avec le périscope, et décrivait à son nouveau "copain" tout ce qu'yel voyait. Mais la plupart du temps, yel tentait de se rendre utile au maximum et obéissait à tout ce qu'on lui disait. Ce qui était franchement une première pour l'Espiègle, vu son comportement habituel.

Et quand yel n'était pas à son poste, c'était qu'yel était dans la cabine, avec les autres, en train de dormir ou juste le soir. L'ambiance lui paraissait alors si bonne qu'yel en oubliait la mission ou son stress et même qu'yel avait envie de sympathiser avec tout le monde, sentiment renforcé par la présence d'une fille qu'yel cotoyait déjà toute la journée. Mais ce sentiment le quittait bien vite au matin, quand il fallait reprendre le poste.

Même si techniquement, jusqu'ici, tout se passait bien.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Redeemed
avatar

★ Mère des Grimpeurs ★


✘ AVENTURES : 69
✘ SURNOM : La macho
✘ AGE DU PERSO : 16 ans et un tiers

✘ DISPO POUR RP ? : toujours
✘ LIENS : La violence était son langage.
Mais elle veut se racheter.

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Sam 13 Mai 2017 - 23:44

La gothique était stressée.

Ça fait plusieurs jours déjà, mais Redeemed n'en revenait toujours pas. On lui avait collé des tonnes de responsabilités. Elle n'avait pas emmené de maquillage ou quoi que ce soit pour entretenir son style goth. Ce n'était pas le moment. C'est pour cela qu'elle était redevenue toute blanche, un vrai cadavre. La voir dormir était pour le moins étrange. Elle avait remplacé ses gants habituels par un autre modèle, qui montaient beaucoup plus haut et étaient beaucoup plus résistants et protecteurs. Pareil pour ses bottes : elle avait remplacé les normales par un modèle de new rocks  avec une semelle beaucoup plus basse afin de faciliter la marche, mais avec une matière épaisse qui protégeait bien des attaques extérieures.
Le fait de renoncer à son physique ne la dérangeait pas tellement, juste qu'elle allait faire encore plus peur aux petits, et elle ne savait même pas si Peter verrait la différence. Il ne fallait pas que celtte absence de peinture sur le visage le dérange, elle n'avait pas vraiment  besoin qu'il pique une crise à cause de ça, vu son état actuel.

Cependant, le pire du pire, pour Redeemed, c'était la cuisine. Elle a toujours été calée en cuisine, qu'on le reconnaisse ou pas, qu'on la jalouse pas, les faits étaient là. Encore plus en ce moment. En effet, Redeemed prenait cette situation comme un défi et portait une attention toute particulière quant au fait de nourrir tout le petit monde d'ici.
Les provisions étaient ce qu'elle étaient -limitées-, il lui fallait au plus vite mettre au point tout un attirail de recettes et d'astuces pour réussir à faire supporter le poisson à tout le monde pendant tout ce temps.

Pour les grands, il lui suffirait de leur faire comprendre la notion de rationnement, d'économie d'énergie et de se forcer à manger ce qu'on aime pas, ce qui sera facile à faire comprendre (normalement ?). Le cœur du problème, c'était les petits : il fallait leur faire de quoi leur donner de l'énergie, et réussir à varier un aliment pas tellement populaire chez eux. Heureusement, Redeemed connaissait une astuce de taille pour l'aider : le gras. Cuisiner gras leur permettrait de leur faire faire des réserves et le gras est généralement apprécié chez les petits, à défaut de sucre en abondance.

Redeemed était là, comme tous les jours, debout dans la réserve, avec un calepin à la main et un tablier blanc autour de la taille ainsi qu'une toque sur la tête (elle adorait les toques), en train de faire l'inventaire sur une feuille, faire des calculs rapides sur une autre, et dessiner une grille des menus sur une troisième feuille. Elle remplissait des cases, et laissait certaines vides, à cause de la limitation des stocks et du fait qu'elle avait oubliée les épices qui piquent. Elle soupirait.

"Quand il faut ..."

Elle écrivait à contre-cœur "Poisson" dans absolument toutes les cases non-remplies, suivi du plat dans lequel serait servi ledit poisson. Il y avait une majorité de brandades, filets, et trucs panés.

"Je vais devoir leur demander s'ils pourront choper de trucs variés, comme des fruits de mer ou des algues. Ce sera pas parfait, mais ça facilitera un peu. Le must ce serait un genre de calmar géant ou de monstre imaginaire, fait de vraie viande."

Elle écrivait le menu de demain : matin, midi, soir sur une ardoise blanche qu'elle accrochait à l'entrée du réfectoire, puis reposait son tablier et sa toque avant de verrouiller la salle des réserves et laisser des instructions à quelque mère qui passerait par là, puis s'en allait vers les cabines des petits en prévoyant d'ensuite faire un petit tour de l'engin pour vérifier que tous les plus jeunes tiennent le coup, et éventuellement mener au lit ceux qui en ont besoin.

"J'espère que les autres mères seront pas jalouses que je m'occupe autant de la cuisine ..." ajoutait-elle dans sa barbe, stressée.

résumé:
 






les blagues sur les goths sont les meilleures:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coquillage
avatar

≈ Sirène Simple ≈


✘ AVENTURES : 57
✘ SURNOM : La curieuse
✘ AGE DU PERSO : 70

✘ DISPO POUR RP ? : oui !
✘ LIENS : Fiche
dés à coudre
aventures en cours : 12
3

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Dim 14 Mai 2017 - 11:47

Quand Coquillage entendit la nouvelle, elle ne pouvait contenir sa joie : Les enfants perdus avaient décidé d’aller au monde ordinaire afin de sauver ses sœurs ! Même les fées venaient les aider ! Coquillage en ressentit une profonde gratitude !
Peu après, elle entendit que les sirènes pouvaient aussi venir prêter main forte.
Face à cette information, Coquillage fit une pause. Devait-elle… venir ? Au début, elle pensa qu’ils n’avaient pas forcement besoin de son aide, qu’elle pouvait rester à la lagune et espérer mais cette pensée la dégouta quand elle compris sa véritable nature : Une excuse, une piètre excuse, pleine de couardise et de lâcheté. Coquillage n’ira jamais à l’encontre du danger mais il s’agissait de ses sœurs. Elles étaient prisonnières dans le monde ordinaire... Que devaient-elles ressentir ? Quel genre de souffrances enduraient-elles ? Elle ne pouvait pas rester dans la lagune à ne rien faire. Elle devait tout à ses sœurs, elle ne pouvait ne pas agir.
Elle décida donc de se porter volontaire.

Quelques jours après l’annonce, un incroyable spectacle attendait les sirènes de la lagune.  Un énorme poisson est apparu près de la plage ; son corps était dur, fait de métal et sa tête était fait de verre transparent.
Coquillage n’en crut pas ses yeux. Elle savait que l’île était pleine de merveilles mais elle n’aura jamais pu imaginer pareille chose. Etait-ce vraiment une chose crée par les humains ?? C’était tellement immense, une créature digne des abysses !
Plein d’enfants perdus étaient assemblé devant le poisson-machine.
Coquillage pouvait ressentir la tension parmi eux. Elle fit de son mieux pour les écouter et essayer de comprendre un peu mieux la situation: ils appellent le poisson métal « nautilus ». Ceux qui partaient en mission étaient tirés au sort. Elle entendit quelques termes qu’elle ne comprenait pas, comme « périscope» ou « torpillage ».

Les fées aussi étaient là, Coquillage n’en avait encore jamais vu ! Elles étaient si petites, des petites boules de lumière, semblable à l’appât d’un poisson pêcheur ! Elles virevoltaient ici et là et entraient aussi à l’intérieur du poisson géant de pair avec les enfants perdus.

Le voyage commença et Coquillage fit de son mieux pour paraître à peu près calme pendant les premiers jours, nageant toujours auprès de ses autres sœurs. De temps en temps, elle alla près du nautilus et laissa ses mains parcourir sa peau de métal, un geste qui la rassurait pour une raison qu’elle ne saurait expliquer.
Elle essaya de voir cette mission de secours comme une aventure, c’était ce qu’elle voulait n’est-ce pas ? Aller au delà de la lagune, découvrir de nouvelles choses… Mais au fond d’elle, elle était saisie par l’angoisse. Aller dans le pays ordinaire… Elle n’a jamais pensé aller un jour là bas, un endroit qui a l’air si étranger et hostile. Elle voulait une aventure certes mais pas comme ça, pas dans ses conditions…

Elle essaya de se calmer, vraiment, elle devait le faire, pour guider au mieux les humains, pour sauver ses sœurs mais quelque jours après le départ, quelque chose n’allait pas. Elle sentit un sentiment d’appréhension parcourir l’esprit de ses sœurs, un sentiment qui allait en grandissant.  Coquillage commença à s’en apercevoir aussi : les créatures des eaux se comportaient bizarrement et Coquillage crut ressentir de la peur. Une sourde panique s’empara d’elle peu à peu, l’idée même de fuir et de retourner à la lagune lui traversa l’esprit. Elle chassa vite cette idée et fit de son mieux pour garder son sang-froid.  Quelque soit cette chose, elle devait être prête.

résumé:
 


Dernière édition par Coquillage le Dim 14 Mai 2017 - 14:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ladyfrany.tumblr.com/
Susuarana
avatar

☽ Artifice ☾


✘ AVENTURES : 28
✘ SURNOM : Le Taquin
✘ AGE DU PERSO : Jeune

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Fiche
Liens

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Dim 14 Mai 2017 - 13:42

C'était la première fois que Susuarana était choisi pour une mission. Il n'avait pas très bien compris pourquoi, d'ailleurs. Cependant, cela ne l'avait pas empêché de se rendre au grand rassemblement, le jour du départ, bien à l'heure et habillé. Le petit artifice s'était muni d'un vieux tricorne de pirate, récupéré on ne sait où. Avec cet accessoire sur la tête; le Taquin pensait faire bonne impression. Pour lui, c'était une aventure, un grand jeu extraordinaire.
Ces histoires de sirènes à sauver, il en avait vaguement entendu parler. Mais à dire vrai, ça n'avait pas grande importance à ses yeux : ils auraient tout aussi bien pu faire le tour de la lagune, pour revenir au soir. Susuarana ne comprenait pas ce genre d'enjeux. Ce n'était jamais qu'une créature, un animal à la conscience limitée. Tout ce qu'il savait, c'est qu'il devait être là et « faire des choses pour aider ».

Quand il découvrit le Nautilus, Susuarana manqua de défaillir. Il n'avait jamais rien vu de tel. C'était une machine incroyable. Un genre de grotte sous-marine, faite de fer et de feu. Une merveille. L'artifice était fasciné par tous ces tuyaux fumants, ces engrenages, des câbles.
Le premier jour, il en explora chaque recoin. Cette jungle métallique le rendait fou. Il était constamment excité, ne parvenant pas à rester tranquille cinq minutes. On le voyait marcher à deux pattes sur les tuyaux brûlants, protégé grâce à ses coussinets de pierre. Il sautillait, fouinait, reniflait.  Parfois, il allait s'asseoir devant un hublot, afin de contempler les abysses. Au dehors, il y avait les sirènes. Elles guidaient le navire avec bienveillance, leur dangereuse beauté rendu inoffensive par la protection de l'épaisse carlingue. Tant de choses qui nécessitaient d'être vues, tant de prétextes à s'amuser. Assurément, de voir tout ceci, Susuarana était heureux.

Le deuxième jour, le petit artifice comprit que la vie s'organisait au sein du bâtiment. Chacun semblait assigné à une tâche précise et n'y dérogeait pas. Il y en avait qui s'occupaient d'appuyer sur des boutons, à la proue du navire. D'autres regardaient des aiguilles bouger sur des cadrans et scrutaient des jauges. Il y en avait aussi qui serraient des boulons, tandis que certains frottaient les choses, pour que ça brille. Enfin, il y en avait qui faisaient à manger pour tous les autres.
On avait dit à Susuarana qu'il devait veiller à « l'entretien » du navire. Malheureusement, la bête ne savait pas en quoi cela consistait. Alors, dans les premiers temps, il alla embêter chaque membre de l'équipage, pour aider. Il tournait autour de ses coéquipiers, espérant que l'un d'eux saurait guider ses actions. Babillages, couinements et gémissements : c'était comme si on n'avait pas le temps de lui expliquer. L'artifice sentait bien qu'il gênait, à ne savoir que faire.

Heureusement, après quelques quiproquo et autres malentendus, le petit artifice fini par trouver sa place dans le grand bal des travailleurs. Il devint expert dans la chasse des créatures parasites, qui parvenaient à glisser à l'intérieur du vaisseau, de temps à autre. Susuarana aimait beaucoup chasser : remplir cette mission le divertissait beaucoup, en plus de le rendre utile. Grâce à sa petite taille et la résistance de ses pattes à la chaleur, il pouvait se glisser dans les trous et déloger les intrus sans difficulté.
Après trois jours passé à bord du Nautilus, le Taquin était devenu un véritable expert en poulpe avaleur de visage. Ainsi, quand l'un d'eux se prenait à lui sauter dessus, la bête dardait les crocs. Et en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, le céphalopode était occis. Susuarana en avait attrapé une petite dizaine. Il les trimbalait dans son sac de peau, sur le flanc.

Ainsi, quand le sac fut plein, l'artifice décida de faire profiter tout l'équipage de ses prises. Il remonta le couloir, depuis la salle des machines et grimpa encore jusqu'aux cuisines. Sur les lieux, il entreprit de fouiller les placards, en quête d'une grande marmite. L'instant d'après, on pouvait voir les poulpes barboter, certains encore agités par quelque réflexe nerveux, dans une bave visqueuse, tous bien calés qu'ils étaient, dans la marmite. Susuarana apporta son plat à la cuisinière, non sans fierté.
« Gouva Shuba noofa ! Dit-il, tout en ajustant la position de son chapeau de pirate. Om nom nom ! Rao !
A ces mots, il mordilla une tentacules, pour afficher ensuite un air satisfait. Il fallait qu'elle comprenne que c'était très bon.

Résumé:
 







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meteor
avatar

♣ Artisan ♣


✘ AVENTURES : 46
✘ SURNOM : Le Court-Circuit
✘ AGE DU PERSO : 14 ans

✘ DISPO POUR RP ? : oui
✘ LIENS : May the force be with you.

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Dim 14 Mai 2017 - 14:28


Chaque matin, il se demande si c'est vrai.
Il ouvre les yeux sur des murs en bronze et en métal. Il soupire, de soulagement, de choc, c'est dur à dire. Ses doigts rongés caressent les tuyaux apparents qui courent sur les façades. Il est souvent l'un des premiers à se réveiller. Même la petite fée qui les accompagne et qui lui fait penser à lui dort encore dans une espece de panier. Il est dans le Nautilus. Ça fait trois jours, qu'il est dans le Nautilus.

Bambi lui donne une gamelle, il la gratifie d'un sourire timide et endormi. Il ne sait pas s'il fait jour, loin là-haut, puisque dans le fond de l'eau, la nuit avale tout. Même eux. Meteor lisse ses cheveux grésillants (toujours un peu, le matin), enfile une sorte de combinaison et se rend au poste de pilotage. Il aime parcourir les couloirs qui crachent, sifflent et râlent sur son passage.
Il rencontre Wrath et Nasty, couverts de suie et de ce qui ressemble à des paillettes multicolores. Leurs bras sont chargés d'outils, leurs joues rougies par la chaleur. Il leur lance un sourire encourageant. Ceux qui travaillent aux Machines ont l'air de galérer à fond.
Il y a quelques chose de différent, une ambiance différente, dans le vaisseau. Entre eux. Quand ils se croisent, ils se disent bonjour, ils se souhaitent bon courage. Ils s'entraident. Meteor se prend à rêver que le voyage durera longtemps. Meteor se prend à rêver qu'ils ne reviendront jamais. Peter avait l'air si faible, peut-être que... Meteor secoue la tête avec violence. Non.

Cyber est déjà là. Le poste de pilotage ne doit jamais être laissé sans surveillance. Heaven aussi, elle équilibre quelques manettes, quelques boutons. Ce sont tous des enfants, ils apprennent vite. Et puis, l'Océan, ça ressemble fort à l'Espace. C'est noir, c'est mystérieux, c'est infini. C'est ailleurs. Loin de Tout.

Hey cette machine je l’adore, j’espère qu’on pourra se la garder après. Hein Meteor ? dit Cyber alors que Meteor s'installe, accroche sa ceinture, règle son siège. Il remarque que le chemin qu'ils empruntent est plus étroit, maintenant.

Ce serait super.

Cyber n'a pas de mal à rêver, lui. Il est drôle avec sa 4G. Meteor est soulagé de les avoir comme co-pilotes. C'est grâce à eux qu'il a résisté à la pression. D'ailleurs, ses cheveux et ses doigts ne grésillent presque plus maintenant.

Il pose ses mains sur le volant. Même si le stress s'est atténué, il sent toujours son coeur s'affoler à cet instant. Il sait qu'à la moindre erreur, à la moindre imprécision, il risque de les envoyer se planter dans le décor. Il peut tout voir dans sa tête, l'explosion, les noyades, les morts. Il faut qu'il garde son sang-froid.

Cyber, mets-moi le visuel de l'extérieur steplait.

Un écran virtuel apparait à son côté. Dessus, une image tremblote : des scaphandres qui lévitent et s'agrippent aux toitures hérissées du Nautilus. Il y en a trois. L'un d'eux est trop loin. Le visage raide de Meteor s'agite d'une grimace. Il appuie sur un bouton, son conquie walkie s'allume.

Poste de Surveillance.

La conque grésille puis semble se fixer sur une fréquence. Une voix répond.

C'est toi, Crackers ? Écoute, un des gars en scaphandre est trop loin, il risque de s'empêtrer dans une falaise ou je sais pas. Dis à Scar de bien le surveiller. Terminé. Il éteint la conque. Heaven, réduis un peu la vitesse.

Son oeil lui fait mal, mais il l'ignore. Ses yeux dépareillés alternent frénétiquement entre les écrans de contrôles, les manoeuvres et la bouche avide de l'Océan. Sa concentration est absolue. Il n'ose même pas se défoncer depuis qu'il est là.

Cyber, actionne la petite hélice droite. On va virer à gauche, c'est par là que la sirène veut aller je crois.

Car aussi, son regard scrute sans cesse les petites silhouettes, à demi mangées par les abysses, des sirènes qui les escortent. L'une d'elle, toute en bleu et blanc, a l'air particulièrement agitée, anxieuse. Elle continue de sillonner l'eau toutefois, elle continue d'avancer. Meteor la suit.
Ses doigts se serrent sur le volant, tandis qu'il tourne légèrement, tandis que des gouttes de sueur froide tapissent ses tempes.
Une seconde grimace crispe ses traits.
Il actionne la conque.

Salle des Cartes. Il attend. Stealth, Buster ? La sirène me mène vers une sorte de canyon, il y a plein de... C'est des sortes de colonnes rocheuses. Il y a aussi des espèces de crêtes, escarpées. Le chemin est pratiquement tout droit et on y voit plutôt clair mais ça fait beaucoup d'obstacles. C'est le bon itinéraire ? Terminé.

Cyber augmente la puissance des phares.
Meteor croit voir une ombre sur le côté, mais dès lors que son regard se porte en cette direction, il ne voit rien d'autre qu'un bleu sombre et opaque. Il déglutit.

Sang-froid, sang-froid, sang-froid. Tu n'as pas le choix.


Résumé:
 










Meteor voyage en lightslategray






Dernière édition par Meteor le Dim 14 Mai 2017 - 20:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bambi
avatar

★ Mère Apprentie des Chasseurs ★


✘ AVENTURES : 100
✘ SURNOM : La Cascade
✘ AGE DU PERSO : Seize ans

✘ LIENS : and before you know it, you're walking on air

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Dim 14 Mai 2017 - 14:41

Bambi entra dans le Réfectoire, d'un pas décidé, probablement parce qu'elle pensait qu'il n'y avait personne pour la voir. C'était difficile, dans les profondeurs, de bien mesurer le temps qui passe, et de régler les horaires de tout l'équipage : travailler, dormir, manger. Doucement, ils commençaient à s'organiser.
Bambi s'était portée volontaire. Surexcitée à l'idée de vivre dans le sous-marin, et un peu -elle devait l'admettre- anxieuse de retourner à Londres. Elle s'y était préparée en secret, avait embarqué sa plus jolie robe pour l'occasion, comme si elle risquait de retrouver de vieilles connaissances dans la rue. En attendant, elle portait des vêtements d'emprunt, trop larges, mais efficaces. Elle essayait de cacher sa déception devant le rôle qu'on lui avait attribué. Un rôle logique, d'accord. Mais vexant. Elle aurait voulu piloter. Ou même faire les cartes. Elle savait faire, elle était certaine de savoir faire. C'était injuste qu'on ne la laisse pas.

Il y avait déjà quelqu'un dans le Réfectoire. Redeemed, elle constata avec un certain déplaisir. L'autre mère s'était mise en tête depuis leur arrivée de gérer toute la cuisine. Elle portait même une stupide toque. Un coup d’œil au menu affiché sur le mur. Poisson, poisson, poisson.
Bambi ne se vantait pas d'être une bonne cuisinière ; les chasseurs se plaignaient tout le temps de ce qu'elle préparait. Mais une part d'elle-même refusait de se laisser distancer par cette fille que personne n'aimait.

Bambi se mordit la lèvre. D'accord, c'était pas sympa de penser ça.
Elle croisa Redeemed et se força à afficher un sourire poli :

« Tu parles toute seule ? »

Puis elle se dirigea vers un poste de travail, sortit une planche à découper et un bocal plein d'algues. Elle rejeta sa tresse en arrière avant d'ajouter, sans se retourner :

« Si tu peux, passe en cabine six, un des petits a de la fièvre. »

Est-ce que donner un ordre à Redeemed la soulageait ?
Carrément.
A la fois pour justifier sa propre utilité et se venger de cette liste d'instructions placardée sur le mur.

Elle commença alors à découper quelques algues, écrasa une pomme de terre pour les mélanger. Avec un pincement au cœur, elle songea que c'était peut-être le dernier jour pour leurs réserves de fruits et légumes. Elle fit quelques boulettes de son mélange, et les plaça délicatement dans deux boites en plastique séparées. Une pour Jerk, parce que le petit éclaireur ne mangeait pas de viande. Et une pour elle, parce qu'elle ne pouvait pas endurer un régime aussi gras.
Et puis il paraissait que les algues étaient bonnes pour la santé.

Un bruit la fit sursauter. Quand elle tourna la tête, elle vit une drôle de petite créature, en train de fouiller les placards, un poulpe mort dans la gueule.

« Oh coucou toi ! T'es perdu ? Tu as besoin d'aide avec ça ? »

Ce truc était trop mignon.

Résumé:
 






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1192
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Dim 14 Mai 2017 - 15:30

Attention, murmura quelqu'un.
Freckles tourna la tête, irrité ; l'injonction du garçon venait une seconde trop tard. Une giclée d'étincelles venait déjà d'éclabousser les bras du livreur, qui, les mains dans les rouages, ne les retira pas. Ce n'était pas la première fois que ça arrivait, ni la deuxième. Depuis les quelques jours qu'ils avaient passé dans cette salle, il avait chopé une bonne dizaines de brûlures. La plupart du temps, c'était de sa faute. Il ne desserrait pas les dents pour se plaindre.
La Machine était énorme, bruyante et capricieuse. Elle grinçait pour qu'on la nourrisse, lâchait parfois des jets de vapeur dès qu'un boulon craquait sous la pression. C'était stupide, bien sûr, mais parfois Freckles avait l'impression qu'elle le faisait exprès, ou que ce con d'Esprit Feu cherchait sa vengeance. Parfois, il se surprenait à regarder l'intérieur aveuglant des cages à fusion, bien plus longtemps que nécessaire.

Au moins, travailler non-stop, souffrir beaucoup, et s'écrouler de fatigue le soir, ça empêchait de trop penser au vrai but de leur mission.
Freckles aurait passé encore des jours et des jours à foutre des cristaux au feu plutôt que de retourner dans le Monde Ordinaire.

Il termina de revisser le boulon fautif, non sans insulter copieusement tout ce qui passait à portée (le boulon, sa clé à molette, lui-même). Il essuya du revers du coude le cambouis qu'il avait sur le nez et leva la tête vers ses autres compagnons. Compétents, oui, mais pas de très bonne conversation. Wrath, le soigneur, ne parlait pas anglais, Seedy était mortellement timide, et Tick Tock … Tick Tock ne s'arrangeait pas. Freckles avait encore du mal à retenir les noms des autres. Il y avait Nasty, aussi, qui était probablement la personne la plus détestable que Freckles connaisse. Mais elle avait le bon goût de savoir y faire avec le feu, alors il la laissait dire ce qu'elle voulait, sans (trop) s'énerver.
Lui, les mécanismes, ça lui passait au dessus de la tête. Il écoutait avec plus ou moins de bonne volonté les propositions des autres, plus calés que lui. Parfois, il avait ces petits accès d'autorité, mais c'était une déformation professionnelle, pas vrai ?

Il glissa la clé dans l'élastique de son jean, et l'échangea contre une pelle, pour commencer à verser dans les fours le contenu d'une caisse pleine de cendre.
Inévitablement, celle-ci se mit à crépiter, siffler, cracher. Gonfla étrangement, comme un animal dont le poil se hérisse. Et un éclat réussit à l'atteindre sur le centimètre carré de peau de ses bras qui n'était pas déjà recouvert de bandages. La brûlure était vive, il dut poser la pelle pour étouffer la flamme qui menaçait de se former.

« Saloperie », siffla-t-il.

Il aurait juré que le ronronnement du feu ressemblait à un rire.
Il avait vraiment besoin de repos.
Essayant de ne pas trop penser qu'un tas de cendres voulait sa mort, il se tourna vers les autres.

« Eh, vous avez réfléchi à un nom de team ? »

Il était mortellement sérieux. Il y réfléchissait depuis le jour un. Ils avaient des équipes, des rôles, et des talkie walkie, se trouver des noms de code était indispensable.

« Sérieux, on peut pas continuer à être l'équipe des machines, c'est naze. Faudrait un truc qui pète. »

Il reprit la pelle pour continuer à alimenter le four.

« Geeeeenre ….. » panne d'inspi. Vague geste de la main. « J'sais pas. Des suggestions ? Seedy ? »

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Buster
avatar

♣ Éclaireur ♣


✘ AVENTURES : 37
✘ SURNOM : L'Expert
✘ AGE DU PERSO : 14 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Envoie-moi un MP, pepito
✘ LIENS : Remember kids, the only difference between Science and screwing around is writing it down.

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Dim 14 Mai 2017 - 17:19

Buster n'est pas serein. Mais est-ce vraiment une surprise ? Il ne l'est pratiquement jamais, et en ce moment, presque personne ne l'est. C'est difficile de voir la vie en rose lorsque l'Océan s'apprête à avaler l'Île.
Cette histoire de sirènes kidnappées, Buster le voit comme une prise d'otage. Pas par les adultes, mais par l'Esprit Océan lui-même. Il a du mal à apprécier l'idée que, parce que quelques uns de ces monstres ont été capturés, il faille embarquer une trentaine de personnes dans un sous-marin, sous peine de perdre Never Never Land sous les eaux. À vrai dire, le fait que des sirènes se soient faites capturer dans le Monde Ordinaire lui plaît presque ; si les adultes ne sont pas trop guignols, ils pourraient peut-être enquêter pour connaître leur provenance, découvrir l'Île de Jamais, et les secourir, lui, ses frères, et tous les autres enfants qui veulent s'en aller. Mais il ne faut pas trop espérer ; avec la magie du coin, leurs recherches risquent d'être longues.

Malheureusement, et il s'en mord les doigts, il n'a pas réussi à recruter ses frères pour cette mission. C'était pourtant l'occasion rêvée ! Une mission dans le Monde Ordinaire, cette chance ne s'est jamais présentée, et d'après des témoignages de Perdus, il est ici depuis au moins 33 ans. Ils auraient pu prendre la poudre d'escampette sitôt le pied posé à Londres, malgré le regard assassin de l'autre Roi ; ils se seraient abrités dans un commissariat, et si le Bouffon Vert s'était présenté pour se venger de leur trahison, les forces de l'ordre l'auraient plombé jusqu'à ce qu'il pose ses grosses couches en feuilles par terre.
Ça, ce serait une fin presque heureuse... Mais il ne s’enfuira pas sans ses frères.

Il espère trouver là-bas de quoi y revenir, mais la situation actuelle empêche, de toute manière, de se concentrer sur l'espoir. Depuis le début de cette quatrième matinée, Buster a fait cinq fois le tour du Nautilus pour vérifier que tout allait bien, et au vu de son équipage, rien n'est moins sûr. Quelle idée géniale, pour gérer un sous-marin où chaque tâche est essentielle, de sélectionner des guignols au hasard ! Résultat, l'Expert ne dort que trois ou quatre heures par nuit, craignant que la moindre absence au mauvais moment envoie cette boîte de conserve par le fond. À force de douter de tout et de tout le monde, il se croit plus ou moins le responsable du rafiot, et a passé ces trois derniers jours à fliquer et faire chier tout l'équipage pour être sûr à 100% qu'il n'y ait aucune couille pendant le trajet. Il refuse catégoriquement de mourir pour trois sirènes.

Il est presque satisfait de l'équipe qui s'est postée aux périscopes : Scar, Mind et Northern, une fois qu'il s'est assuré qu'ils avaient bien saisi le fonctionnement des périscopes et des conques-walkies-bidules, il les a laissé tranquille. En revanche, il a un peu engueulé Crackers, qui ne voulait pas retirer son masque, ce qui, selon lui, allait gêner son observation ; mais il a abandonné en voyant qu'il ne lui obéirait pas, espérant que ses coéquipiers gèrent le reste à sa place. Il a, au départ, peu apprécié qu'une fée, Glucose, se charge aussi de la surveillance, mais en voyant qu'excepté une lenteur proportionnelle à sa taille pour tourner son périscope, elle bossait bien, il n'a pas (trop) râlé. Finalement, il leur a conseillé d'utiliser un langage codé pour communiquer avec les pilotes et les responsables des armes, afin de simplifier les échanges et les accélérer, pour que tout aille vite en cas de souci. « Obstacle » pour tous les dangers inertes, et « poisson » pour toutes les bestioles qui attaqueraient le sous-marin, suivi d'une indication de direction. Ainsi, chaque indication ressemblerait à une espèce de télégramme oral ; obstacle avant droit, poisson arrière gauche...

Les pilotes sont, pour lui, l'un des groupes les plus sûrs ; Cyber semble à l'aise, et Meteor, excepté peut-être un petit stress, paraît savoir ce qu'il fait. Un sexisme latent lui fait craindre quelques dérapages, avec Heaven aux commandes, mais avec deux garçons à ses côtés, il relativise les risques ; après tout, ils n'ont qu'à suivre les indications des observateurs et des cartographes, et tout devrait rouler. Il revient souvent les voir pour vérifier que tous suivent bien les relais ; ce serait problématique de la jouer Titanic à cause d'un bâillement.

Le groupe le plus craignos est celui de la salle des machines. Déjà, deux artisans sur sept, Buster, ça le fait criser... Seedy, avec sa timidité, donne perpétuellement l'illusion qu'il n'est pas sûr de ce qu'il fait, et Nasty, Buster ose à peine lui faire des remarques, tant elle lui paraît acide. Et ça, c'était les compétents, ceux qui savaient distinguer une clé à molette d'un chalumeau, pour les autres... Freckles est un chef qu'il estime, un très bon chef des Livreurs, et c'est pour ça que l'Expert a vu triple lorsqu'il a vu un gars expert en seaux d'eau campé à la mécanique. Mais il a vu quadruple quand il a vu les quatre autres boulets : Wrath, Alborius, Duck et Tick Tock. Ce dernier, en plus d'être jeune et d'avoir les compétences en mécanique d'une huître malade, hurle dès qu'il lui parle de manière trop autoritaire, tandis que Wrath ne bite pas un traître mot de ses instructions. Alborius, lui, a une élocution de diarrhée, si bien que l'Expert ne lui donne plus d'indications de peur qu'il lui réponde encore un truc incompréhensible.
Et Duck.
Putain, Duck.
On fout aux travaux manuels une meuf aux mains palmées.
Le cauchemar.
Ce groupe, il a passé presque l'intégralité de la première journée dans le Nautilus avec eux, à les aider, parfois contre leur gré, à saisir pleinement le fonctionnement de tout ce bazar, et c'est le groupe qu'il surveille le plus, quitte à se prendre nombre de regards noirs et de quolibets de leur part.

À l'armement, c'est cool sans trop l'être. Il n'a rien à reprocher à Whistle, qui a saisi l'importance de son travail comme presque tout le monde, mais il n'apprécie guère la sérénité apparente de Pit, avec son sourire à la gomme. Mais le pire, dans cette division, est sans doute... L'Autre. « Pretty ». Le mec qui fait le con dès qu'il a une arme en main – autrement dit, l'Expert est pas trop ouf à l'idée de lui confier des torpilles. À ces trois là, il leur a strictement interdit de tirer dans les obstacles inertes lorsque le sous-marin est proche (la détonation et les débris pouvant endommager le sous-marin) et d'attaquer les animaux marins massifs non-hostiles (un coup de queue d'une baleine bleue, il s'en passe bien), avec toute l'autorité qu'il a pu rassembler.

Le groupe chargé de l'entretien est le groupe le plus sûr après les pilotes et la surveillance ; il a suffi pour l'Expert de voir avec Lacerate le fonctionnement des scaphandres et tous les autres détails liés aux possibles fuites pour que l'information soit diffusée à Dude, Rainbow, Riddle, Plum et Jerk, des camarades tranquilles en qui il a (presque) totalement confiance. Reste Clootie et Mayhem, qu'il ne connaît pas, mais il compte sur la cheffe des Chasseurs pour les diriger sans accrocs.
Il n'y a que la présence de Susura- Suruna- Susanara- … l'autre rat des champs qui l'embête un peu, surtout parce qu'il ne le connaît pas non plus, et que, en conséquence, il préfère le savoir en train de chasser les rats dans les conduits plutôt que d'emmerder les autres. L'Expert a réussi à faire cracher à Lacerate la promesse que, si elle le choppait en train de faire une connerie, elle le foutrait elle-même à la casserole.

Pour le groupe des mères, Buster ne se sent pas apte à les briefer. Après tout, elles sont censées connaître leur job et prendre leurs responsabilités elles-mêmes. Voir que Redeemed s'occupe à fond du ravitaillement lui fait plaisir, dans le sens où il n'aura pas à fourrer son nez dans la problématique du ravitaillement, et pour les autres mères présentes, Abbie, Bambi et Raspberry, il ne les surveille pas ou peu, mais il suppose qu'elles assurent de leur côté. Avoir Mirka à bord, en revanche, ne l'enchante pas ; il la voit comme une invité VIP : une mère en chef, ça se protège et on en prend soin, et le Capitaine l'Éclaireur n'a, genre, absolument pas le temps de s'assurer de son petit confort.

- Tu parles d'une croisière, grince-t-il alors qu'il pousse la porte de la salle de commande.

Il vient de finir son sixième tour, et bien que l'organisation est maintenant bien huilée, il n'a pas pu s'empêcher de chipoter sur tout, en se récoltant sa dose d'insultes et de « va te faire voir, putain » et de « lâche-moi les baskets ». Sans regarder ce que fait Stealth, il s'avance à grands pas vers les cartes, et s'appuie sur la table avec ses deux mains en fixant l'itinéraire prévu en poussant le plus grand soupir de l'univers, une expulsion de frustration, de stress et de fatigue. Ça fait presque six heures qu'il n'a pas touché à tout ce bordel de cartographie, et qu'il a laissé sa Cheffe s'en charger. Ses yeux rouges soulignés de petites cernes, à peine cachés par ses cheveux qui commencent à s'allonger, suivent les contours de cette carte très (trop ?) précise. Profondeur des récifs, délimitations des crevasses... Il se demande bien où est-ce que ça a été dégoté, tout ça. Mais pas le temps d'y réfléchir, jusqu'à maintenant, ces cartes se sont révélées correctes.
Il fronce les sourcils. Attends, ce trait, c'est notre itinéraire ?

- Stealth ?

D'ordinaire, il la laisse tranquille et ne la confronte presque jamais, surtout depuis qu'elle est devenue plus... Solitaire. Mais là, , il ne peut pas vraiment se le permettre.

- Tu peux m'expliquer pour-

Il est interrompu par un grésillement dans son coquillage-téléphone, qu'il porte à l'oreille immédiatement, tout en fixant Stealth dans les yeux avec un air de colère contenue.

- Salle des Cartes.

- Ouais, j'écoute ?

- Stealth, Buster ? La sirène me mène vers une sorte de canyon, il y a plein de... C'est des sortes de colonnes rocheuses. Il y a aussi des espèces de crêtes, escarpées. Le chemin est pratiquement tout droit et on y voit plutôt clair mais ça fait beaucoup d'obstacles. C'est le bon itinéraire ? Terminé.

- Non, c'est d'la merde en tube. Vous engagez pas là-dedans, je vois ça et je vous redonne le bon dans 5 minutes.

Il raccroche au nez de Meteor, sans même indiquer le « terminé » habituel, et revient à Stealth. Il recommence, un ton au-dessus par rapport au premier essai, sans doute à cause du fait que le Nautilus était bien plus proche de faire une erreur qu'il ne le croyait.

- T'as pété un plomb, c'est ça ?

Il enchaîne, sans lui laisser le temps de répondre, en mimant inconsciemment un pincement de doigts à l'italienne :

- Radar. Le mot « Radar », ça te dit un truc, ou bien ? T'es au courant qu'on est dans le monde réel et plus dans la lagune aux sirènes ? Le moindre, je dis bien, le PUTAIN de moindre bateau de pêche, de marchandises, de plaisance ou de mon fion qui passe, il nous repère, il nous prend pour un sous-marin russe et on se rameute toute l'armée britannique au cul. Tu piges, ça ?

Sans la moindre délicatesse, il chope la carte de la main droite en la froissant presque, et tapote un endroit du dos des doigts de la main gauche :

- Faut aller le plus profond possible au fur et à mesure qu'on se rapproche des côtes, se mettre hors de portée. La plupart des bateaux ils s'en contre-branlent de sonder loin, alors si on se cale, genre, dans cette crevasse juste là, on devrait être tranquilles jusqu'à Londres. Ce sera plus long, par contre, mais c'est une précaution vitale à prendre.

Il la regarde toujours droit dans les yeux. D'habitude, il se plie à ses décisions, mais là, c'est une question de vie ou de mort, alors il ne lâchera rien.

Spoiler:
 






WANTED : Je suis à la recherche de mon Petit Frère !

Buster analyse en #e9e9e9


Dernière édition par Buster le Lun 15 Mai 2017 - 14:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nasty
avatar

♣ Artisan ♣


✘ AVENTURES : 191
✘ SURNOM : le Panda
✘ AGE DU PERSO : 16 piges

✘ LIENS : + "So Raw !"
+"Deeper in the dirt, making bodies hurt !"
+"Deep Down !"


MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Dim 14 Mai 2017 - 18:57

Ok.
Ça pue du cul.

Nasty souffle sur une mèche de cheveux platine, plaquée sur son nez par la moiteur étouffante de la salle des machines. Elle renifle. L'air saturé de chiures colorées de licorne et d'aisselles mouillées lui picote le pif. Chier. Quel idée d'avoir foutu des rouquemoutes dans une équipe sensée transpirer ? Tout le monde sait qu'un roux dégorge plus que n'importe quel autre être humain. Les taches de rousseur, ça obstrue les pores.
Une endive moche, deux rouquins qui schlinguent, une cul-béni aux doigts palmés, une horloge sur pattes (quoi que pour celui-ci le Panda goutte l'ironie de l'avoir foutu en salle des machines ) et un cousin d'Harmony. Qui s'était amusé à faire cette répartition à la con ? Quels méandres de cerveau malade en étaient à l'origine ? Peter doit arrêter de boire sa propre urine, ça crée des typhons après.

- Attention !
- Oh l'bridé ! Tu me lâche la couenne ? J'travaille aux fourneaux H24 , je sais ce que je fais.

Après le cinquième "Pensez à" et "Faudrait faire en sorte que" de Buster, Nasty  avait perdu le peu de patience qu'elle possédait. Elle l'avait rabrouée d'un "Va te sucer l'ectoplasme dans ton sac d'aspirateur !" afin d'avoir la paix. Il n'y était pas revenu. De fait, la moindre remarque lui donnait envie de mordre. Ou de mollarder. C'était selon l'humeur.
D'un geste sec, elle triture les braises de cristaux au tisonnier. L'essence ne devrait pas tarder à se former. Elle s’inquiète de la gestion du stock de matériel. Sous la flotte n'a jamais le lieu idéal pour se réapprovisionner en minerait multicolore.

- Saloperie, couine Rouquemoute N°1.

Nasty a un claquement de langue réprobateur et pousse Freckles pour mieux refermer le four de combustion et laisser monter la vapeur.

- Eh, vous avez réfléchi à un nom de team ? Sérieux, on peut pas continuer à être l'équipe des machines, c'est naze. Faudrait un truc qui pète. Geeeeenre …..J'sais pas. Des suggestions ? Seedy ?
- Les Trouducs, c'est pas mal ça, nan ? C’est exactement ce qu'vous êtes. Tous.

La gamine le sait, elle tourne affreuse, comme le lait.
Plus que d'habitude, s'entend.
Peu habituée à vivre dans une proximité aussi exiguë, dans l'impossibilité de trouver refuge dans les jupes de l'Esprit Nuit ou en solitaire auprès de celui du Feu, elle n'a plus la possibilité de souffler le verre pour s'expurger de sa hargne. Elle compose, de plus, son peu d'intimité avec Pit dans sa cabine. En constatant la chose, elle était partie d'un fou rire incontrôlable. Lui, s'était montré d'un silence si morne et si neutre, qu'elle en avait cauchemardé toute la nuit.
Pas d'Apache pour lui tenir la main cette foi-ci.
Heureusement, trouvait grâce à ses yeux, le petit Méteor et Cyber, les deux seuls gosses à sauver de ce rafiot métallique de merde. Elle cherchait à se ressourcer auprès de leur compagnie, mutique, siestant parfois à l'ombre de leurs dos, dans l'indifférence du hacker et du petit faiseur de fusée. Courts et trop rare moments de répits. Love et son pépiement de tabac lui manque.

- Quoi ? Pas assez classe ? Tu préfères "les Suieffards" ou un truc plus poétique genre "Les Gueules Noires "  ? Nan, parce que j' t'arrête de suite : t'as beau être chefaillon ça sera pas Freckles &Cie. Garde tes idées de jazzband dans ton slip pour te réchauffer les miquettes.

Agacée, elle ponctue sa tirade en soulevant son épaisse tignasse décolorée et humide afin de les nouer en chignon. Tout en tenant l'amas capillaire, elle tend la main vers Wrath .

- File-moi un élastique.


Charmant résumé de l'amour :
 






Never was a girl with a wicked mind
But everything looks better when the sun goes down


Dernière édition par Nasty le Dim 14 Mai 2017 - 20:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Plum
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 121
✘ SURNOM : le Pudding
✘ AGE DU PERSO : 13 ans mais en parait 10

✘ LIENS : Qu'est-ce que le Plum Pudding ?
Recette du Plum Pudding
Prunes

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Dim 14 Mai 2017 - 19:55



Plum eut un profond moment d'émerveillement. L'océan, aussi dangereux était-il, demeurait un endroit fabuleux où tout paraissait danser avec une légèreté confondante. Elle n'était plus le pudding, gras et lourd, mais une ballerine en scaphandre et tubas. Harnachée par le système de treuil et de poulies, elle se laissa dériver rêveusement une poignée de secondes.
Jusqu’à ce qu'on la rappelle brutalement à l'ordre en tirant sur son tube d'oxygène.

Elle évita de justesse l'amour inconditionnel d'un poulpe avaleur de visage qui embrassa brutalement la coque du Natilus. Elle planta son harpon dans l'amas visqueux du mollusque qui rendit son dernier soupir.

- Pardon !
S'excusa-t-elle auprès de son sauveur, tout en reprenant le cour de ses tâches. Ça ne se reproduira plus !

Comme pour le raid guerrier contre les pirates, elle avait refusé le tirage au sort pour se porter corps et âme volontaire pour la mission. On l'avait assignée à l'une des positions les plus délicates et ingrates du vaisseau. Mais, forte de la présence de Dude et de Lacerate, elle montrait toute l'application dont elle était capable au travail.

Plum avait changé.
Physiquement tout d'abord : Elle paraissait plus adolescente, moins ronde et plus musclée. Elle arborait les tenues soigneusement élaborées par Curve - jolies et pratiques - et des cheveux coupés en carré plus court, net et incisif. Elle conservait la morgue de ses bottes roses à pâquerettes blanches telle une marque de fabrique et son ruban vert avec fierté. Elle dégageait, tout simplement, une impression de solidité et une présence que personne, jusqu’alors, n'avaient réellement notée.
Plum avait changée, la pluie l'avait forgée.
En mieux.

Elle s'attela immédiatement à diluer de la bave de batracide et à décoller les coques des armatures en métal en frottant avec des oursins-grattoirs. Il n'y avait pas à chaumer : On avait besoin d'elle.
Les sirènes avaient besoin d'elle.

Peter avait besoin d'elle.

Résumé:
 







NNL Awards:
 
Just pick up your shoes and go
What are we waiting for?
Today is the best we have!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mirka
avatar

★ Mère en Chef ★


✘ AVENTURES : 123
✘ SURNOM : La Comédienne
✘ AGE DU PERSO : 16 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 5/4
✘ LIENS :

MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   Dim 14 Mai 2017 - 21:04

Tu es épuisée, Mirka.

Oh pourtant, tu savais très bien que t’engager dans une telle mission ne serait pas de tout repos. D’autant plus que ces dernières semaines – mois ? – furent très durs pour toi. Il a fallu soigner, il a fallu consoler, il a fallu continuer de sourire et de rire alors qu’on souffrait, il a fallu protéger, il a fallu oublier.

Et ça, Mirka, tu as du mal à l’accepter. Tu as du mal à ne pas culpabiliser en voyant les plus jeunes mourir, comme lors de la canicule, car tu n’es pas assez compétente. Bien sûr que tu n’as pas la capacité de tous les sauver, même en faisant de ton mieux. Tu n’es pas une Déesse ou dieu seul sait quoi. Tu n’es qu’une Maman, qu’une jeune fille croulant sous les responsabilités. Mais tu ne t’en rends pas compte, comme à ton habitude. Voulant mettre du cœur à la tâche, tu oublies que tu n’es qu’une humaine comme les autres, Mirka.

C’est toute cette culpabilité, toute cette volonté qui t’ont poussée à te porter volontaire pour aller sauver les Sirènes. Il était hors de question que tu restes dans l’Arbre alors que d’autres risquaient leur vie. Pourtant, ceux restés sur l’Île sont également en danger, non ? Ils sont actifs, non ?
Ils le sont, tu le sais. Mais ce n’était pas assez pour toi.

Et tu as bien fait de venir, Petite Maman. Car ton Enfant est là également. Et tu aurais été anéantie de savoir qu’il est parti seul dans l’Ordinaire, sans que tu ne sois à ses côtés pour essayer de le rassurer, de le protéger. Même s’il t’a choisie sûrement pas hasard, il reste ton Tout Petit, que tu aimes plus que tout. Petite Imbécile.

Un sourire triste aux lèvres, tu tournes le visage en direction de Peter qui est à tes côtés. Oh oui, tu serais prête à tout faire pour lui venir en aide, pour le voir heureux de nouveau. Tu débordes d’amour pour cet enfant, comme tu débordais d’amour pour ta fratrie.  Un drôle d’amour qui réchauffe et rend heureux. Enfin, ça c’était dans ta famille. Qui sait maintenant. Avec toute cette pluie, tu as perdu de ta joie de vivre. Mais tu fais de ton mieux, tu continues de te battre pour sourire et rire, pour chanter et danser. Sinon, à quoi bon sauver l’île ? Autant tout abandonner.

Tu secoues la tête et laisses ces pensées de côté. Elles ne serviront à rien maintenant et te font oublier Peter. Tu l’abandonnes, d’une certaine façon.
« Tu as besoin de quelque chose, Peter ? » Tout doucement, tu t’approches de lui et t’assois sur le sol à ses côtes « Je peux demander à quelqu’un de te ramener à manger ou à boire, si tu en as envie » Les conques walkies sont bien pratiques maintenant que tu y repenses « Je peux te raconter une histoire sinon, avec des vaisseaux dans l’espace et des temples maudits. »
Ou tu peux ne rien faire. Après tout c’est un peu ce que tu as fait jusqu’ici, non ? Alors que tous les Enfants ont trouvé un rôle sur le Nautilus, tu as l’impression d’avoir été parfaitement inutile. Tu as câliné et sourit, comme à ton habitude. Tu as cuisiné ou remplacé les quelques Garçons Perdus blessés, mais ce n’est pas grand-chose à tes yeux.

Alors te rendant compte qu’il est en train de dormir – mais quelle imbécile – tu décides de le laisser quelques minutes, pour aller faire le tour des cabines, voir l’état des malades.
Tu veux faire de ton mieux, encore et encore, pour faire quelque chose d’utile. Pour prouver que tu es capable, toi aussi, de sauver l’île et ton Enfant.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: EVENT 5 – Secourir les Sirènes   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 8Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

 Sujets similaires

-
» [ Event : rp ] Combat d'arène (clandestin)
» [EVENT JCJ RP OUVERT] : Vendredi 4 décembre. début 21h20
» [Event Horde]L'operation Agonie
» [Projet- Event pré 4.0.3] La vérité sur ...
» [Event Jdr JcJ] L'Attaque du Donjon de Hurlevent !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ailleurs :: Le Monde Ordinaire :: Le Nautilus-