Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Wrath
avatar

♣ Soigneur ♣


✘ AVENTURES : 44
✘ SURNOM : La flamme
✘ AGE DU PERSO : 15 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Non
✘ LIENS : You can have more than one home. You can carry your roots with you, and decide where they grow.


MessageSujet: One good thing about music, when it hits you, you feel no pain.    Dim 23 Avr 2017 - 23:17

Le rythme qu'ils devaient suivre était presque trop lent à certains moments. Le sentiment était complexe à décrire, et Wrath n'était pas sûr que le temps existait tel quel dans ce monde. Un peu comme si tout pouvait soudainement s'accélérer ou ralentir. Les jours où il n'y avait guère à faire à l'infirmerie, le garçon ignorait comment s'occuper. Se concentrer sur l'apprentissage de l'Anglais était la bonne réponse, sauf que l'adolescent colérique ne comptait pas véritablement s'y intéresser.

Peut-être plus tard. Dans un futur trop lointain pour qu'il ne doive s'en soucier et accepter de quelconques conséquences. Alors, il se contentait de gérer ses tâches matinales puis d'observer un peu ce qui se passait autour durant le reste de la journée. Tant de visages et de noms à mémoriser, à jauger également. Qui était un traître et qui comptait un jour mourir pour sauvegarder le régime. Wrath savait que ce n'était pas malin, de considérer que tous pouvaient s'en prendre à lui d'une façon ou d'une autre, mais la survie reposait sur la sécurité. Et la paranoïa également.

Le déjeuner allait bientôt avoir lieu, comme l'indiquait une musique familière qui retentissait parfois. Sauf que, ce jour-là, Wrath avait bien l'intention d'en trouver la source. Un peu comme dans ce conte qu'il ne connaissait pas, où des enfants se faisaient charmer par une flûte. Bien qu'ici l'instrument soit différent. Quelque chose d'assez fort pour faire vibrer l'intérieur de sa cage thoracique. La mélodie était supposée cesser, alors que les perdus se rendaient tous sur le lieu du repas. Et pourtant elle continua, s'intensifiant même.

Et puis l'air changea, et Wrath s'éloigna de ses camarades pour marcher dans la direction opposée. Sauter un repas n'était pas dramatique. Il mangeait un peu trop de toute manière, par peur de ne rien avoir le lendemain. Le processus restait compliqué cependant, puisque l'adolescent attendait qu'un autre ne goûte avant de se servir. Histoire de ne pas mourir par empoisonnement. Il n'avait pas les connaissances nécessaires, ce qui était bien dommage. Enfin, il n'avait jamais été studieux en science en premier lieu.

Perdu dans ses pensées, Wrath manqua de ne pas s'arrêter lorsque son regard capta la raison de son état. Une trompette. Un instrument bien étrange, qu'il n'avait que peu fréquenté. Oh, si le Coréen avait été en mesure de jouer à Pyongyang, sans doute aurait-il été en mesure de rencontrer de talentueux musiciens. Une pensée que le soigneur chassa rapidement pour se concentrer sur la personne qui tenait l'instrument. Un autre enfant, garçon ou fille. Il ne parvint pas vraiment à se prononcer là-dessus, et puis ça ne le regardait pas.

Tout ce qui comptait, c'était la façon dont les doigts glissaient sur la trompette, la manière dont la personne paraissait danser avec son instrument, comme prise dans un moment privilégié. C'était ça la musique, et il aurait apprécié la présence de Whistle pour lui demander le nom du mystérieux musicien.

Autant le faire lui-même. Soit par la gestuelle, soit en faisant un énorme effort de communication. En voulant croiser les bras, le soigneur réalisa qu'il était en train de jouer avec son couteau depuis plusieurs secondes. Typique. Agacé par ce tic nerveux, il glissa l'arme dans la poche de sa veste, conscient que ce n'était pas bien vu d'entamer une conversation ainsi.

Discussion qu'il ne commença pas d'ailleurs pas, optant pour une autre méthode. Il resta debout vers l'autre enfant sans oser s'approcher. Doucement, avec ses mains couvertes de marques diverses, Wrath se mit à taper dans ses mains au rythme de la musique, comme un encouragement. Il avait définitivement loupé le déjeuner maintenant. Et ça n'avait aucune importance.







Sometimes by losing a battle you find a new way to win the war.
I don't display emotions. I have every feeling that everyone else has, but I've developed ways to suppress them. Anger is one of my most comfortable feelings.+ ms.palmer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trompette
avatar

★ Mère des Armuriers ★


✘ AVENTURES : 22
✘ SURNOM : la Rafistolée...
✘ AGE DU PERSO : Entre 14 et 16 ans.

✘ LIENS : - Blues
- Jazz

MessageSujet: Re: One good thing about music, when it hits you, you feel no pain.    Ven 28 Avr 2017 - 2:23

Le réveil s’était, comme toujours, fait en fanfare. Il n’y a pas beaucoup de personnes qui sont capables de se réveiller comme toi, en fait. C’est fascinant de voir que malgré ton air grognon, le fait que tu traine la patte et que tu insultes le premier qui te parle avant que tu ne m’attrapes, tu continues à ne rester que le temps de 4 battements de cils dans le fond de ton lit à partir du moment où tu reprends conscience (Oui, reprends conscience.) (Vu l’énergie que tu déploie dans la journée, ton sommeil ressemble à un évanouissement.) du monde merveilleux du sommeil. Ce monde que tu refuses à quiconque de dire combien tu le détestes. Il est plus plein de monstre que n’importe quel recoin de l’île, plus sombre que n’importe laquelle de ses grottes et plus répugnants que de faire un bisou sur les joues d’un enfant malade (yerk).  En sommes, donc, tu t’étais levée comme une tornade en ouvrant les rideaux aussi raccommodés que toi, pour prendre une graaaande inspiration de l’air matinal.

« FUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! »

Et ainsi commence la journée. Par un bâillement tonitruant qui, si tu avais réussi à te couper et recoudre le coin de ta bouche, t’aurais fait sauter les points de suture. Déjà que l’étirement qui va avec, bras relevés vers le ciel pluvieux, ne garantis en rien la tenue des autres plaies un peu partout sur ton corps valétudinaire. Elle est chétive, comme toujours, elle est pale (encore plus avec le temps pluvieux) et elle est en pantalon depuis qu’elle a ouvert les rideaux en grands, appuyée sur le rebord de sa fenêtre, à observer le calme des lieux. A profiter du vent sur sa peau avant de s’habiller et descendre de sa cabane.

Depuis que t’es mère, tu n’as plus tellement de problème avec le réveil. C’est toi qui le décide (enfin c’est ce que tu te dit) et c’est elle qui l’inflige. Un petit coup de trompette devant les chambres, les garçons et garçonnes se lève pour descendre pendant qu’elle commence son inspection des chambres. Sergent cheffe Trompette, avec sa fidèle Lieutenante Fidèle !  Et la journée continue en un claquement de doigt, alors qu’elle s’agite et file un peu partout à ses occupations. Elle est presque aussi forte que les raccommodeurs pour s’occuper des draps déchirés, des chaussettes à repriser… Elle a de l’expérience.

Mais tu attends, tu attends avec impatience l’heure du repas. Difficile de rester plus de cinq minutes sans me regarder, les yeux plein d’un désir pleinement artistique. Parce que tu te retiens. Pour certains, tu en fais déjà trop. Tu joues trop souvent, trop longtemps, trop tout le temps. Mais toi, toi tu le sais : Tu ne joues pas à moitié aussi souvent que tu le veux.  Souvent, tu demandes à Peter de t’autoriser à partir un peu plus loin en foret et il accepte. C’est tellement plus facile depuis que tu lui dis que c’est pour s’entrainer à mieux jouer pendant les combats.

Et enfin, l’heure vint ! Un gamin, pas plus haut que sa hanche, approcha pour lui faire signe de venir. Pas un son, pas un mot. Jacasse était un petit garnement dont tu étais fière et que tu aimais beaucoup. Un garçon joufflu, étrange, qui ne disait jamais un mot (bizarre comme nom, du coup) et qui portait une théière métallique en guise de casque la plupart du temps.  C’était souvent lui nous accompagnait pendant nos dés à coudre, avec un petit tambour ou simplement à nous regarder.

« AH ! ENFIN ! Tu ne peux pas savoir depuis combien d’temps j’attends ça. Pas de tambour ? Je joue toute seule aujourd’hui ? T’pas marrant, quand même. J’m’étais dit qu’on pourrait s’faire un p’tit duo jazzy, t’vois ? Un truc cool, qui déboite et donne envie de bouger… Oh et puis trainons pas, là, en avant. Tu m’fais perdre du temps ! »

Le petit bout d’homme se redressa de tout son long (donc pas bien haut, vous avez suivi.) et te fit signe de le suivre avant de s’élancer vers une destination que tu connaissais bien : l’estrade. C’est là que tu fais tes concerts, c’est là que tu joues, c’est là que ta vie est la meilleure et surtout c’est là où tu peux être entendue par tout le monde sans exception parmi les garçons perdu, les mères et Peter.

« Bon okay, il faut que je sois bien. Tu en penses quoi ? Mh, bien c’que je me disais. Et là ? Ouais c’mieux hein ? Pis quoi encore !? Va t’asseoir au lieu d’me r’garder comme ça !»

Nan, tu n’es pas folle. Pas du tout. Malgré le coup que tu portes à l’arrière de la tête de Jacasse qui s’éloigne en souriant, s’asseyant sur l’un des sièges du premier rang. Parce que tu as déjà entendu Jacasse pleurer le soir, quand tu viens lui faire le check de bonne nuit. Et tu ne sais pas tellement pourquoi. Alors tu essayes de l’aider. C’est pas facile, comme il parle pas. C’est comme… Essayer de rendre heureux un petit chat. Sauf que Jacasse a moins de poils.

Et tu te mets à me jouer. Sans plus attendre, je chante à en perdre la voix, je hurle tout ce que je sais, je module grace à toi les gammes de mes accords et j’en tremble d’extase. Derrière moi, tes lèvres m’entourent et souffle alors que ton corps se met lentement à onduler, d’abord parce que tu souffles aussi fort que tu le sais… Tu joues un air familier, un air que tu joues toujours quand il faut manger, trois petites notes répétées très vites. Puis enfin… La libération. Enfin tu peux, tu as le droit, nous avons le droit !  Et tu danses, et je chantes, et tu joues, et je hurle, et nous sommes. A l’unissons, nous sommes. Plus rien n’avait d’emprise sur nous : Ni le soleil ; ni le vent ; ni la terre ; ni le feu ; ni la pluie… Rien. Plus que le son, et nous deux. Les yeux fermés, ton corps souple qui saute, se dandine, roule sans jamais Ô GRAND JAMAIS cesser de jouer.

Et enfin tu te calmes, pantelante, les joues roses, le regard vitreux. Tu es repue. Tu es soulagée. Tu es réjouie.

Et un grand gaillard te regard avec ses yeux presque fermés, en plus de Jacasse qui applaudit jusqu’à s’en faire mal aux mains. Un admirateur en plus ? Quoi de plus normal. Tu t’assieds sur le rebord de l’estrade en laissant tes talons tapoter contre le bois, me posant sur tes genoux en raccrochant la chaine à mon corps.

« T’es qui ? »

Oui… C’est une entrée en matière comme une autre…






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wrath
avatar

♣ Soigneur ♣


✘ AVENTURES : 44
✘ SURNOM : La flamme
✘ AGE DU PERSO : 15 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Non
✘ LIENS : You can have more than one home. You can carry your roots with you, and decide where they grow.


MessageSujet: Re: One good thing about music, when it hits you, you feel no pain.    Dim 7 Mai 2017 - 15:29

La force du musicien, ou musicienne, le frappa avant tout le reste. La trompette, ce n'était pas un instrument simple, c'était bruyant et ça possédait quelque chose d'agressif. C'était sans doute pour ça que les armées affectionnaient tant d'en avoir dans leurs rangs lors des parades, ou juste pour guider des soldats dans des contrées reculées. Un appel au combat, à la férocité. Une façon de célébrer chaque instant comme s'il s'était agit du dernier. Wrath appréciait la portée de la bête, la façon dont ce qui ne devait être qu'un rappel du repas s'était transformé en un concert endiablé. Ses mains se pressèrent l'une contre l'autre, et il emmêla ses doigts tout en songeant que s'il avait ramené sa guitare avec lui ça aurait été merveilleux de pouvoir jouer à ses côtés.

Quoique non, tant que Wrath ne serait pas en mesure de maîtriser à la perfection un instrument, alors il n'en jouerait pas en public. La rigueur était le meilleur moyen de progresser, et également le seul que le Coréen connaissait. Ce n'était pas comme s'il possédait un quelconque talent en ce qui concernait la musique après tout, il était seulement habitué à subir une éducation qui le poussait encore et encore jusqu'à ce qu'il s'écroule. Et tenace aussi.

Tout comme l'était sans doute le petit qui applaudissait à ses côtés sur l'estrade. C'était important, d'avoir un bon public, qu'importe le faible nombre de participants, et il effectua un hochement de tête appréciateur envers le gosse. Sauter un repas pour profiter d'un concert privé était un concept que Wrath comprenait, bien que lui ne se permettait de le faire qu'à cause de sa santé déjà malmenée. Ce n'était pas comme s'il se souciait encore beaucoup de son corps ou de ce qu'il pouvait lui faire subir. Le gamin n'était probablement pas dans le même cas, ce qui signifiait qu'oublier de manger était bien moins acceptable dans son cas. Son attention resta un moment sur l'enfant au regard brillant, et il songea qu'on aurait pas dû avoir besoin de parler avec des mots, que les mélodies étaient suffisantes pour réunir le monde.

Bien que la paix était un concept en lequel le Coréen ne pourrait jamais totalement croire, pas alors qu'il venait d'un territoire déchiré par la cupidité des adultes.

A la question, son regard dévia vers la personne qui maniait la trompette avec fougue. Y avait-il quelque part sur l'île un lieu où l'on trouvait des instruments ou bien la trompette était-elle une grande voyageuse ? S'il s'agissait de la première réponse, alors Wrath n'hésiterait pas à s'y rendre. Tiens, il y avait un mot d'Anglais qui lui était familier dans la phrase, ce qui était rare. Son nom était quelque chose qu'il pouvait offrir, bien qu'il en ignorait le sens. « Wrath, » murmura l'adolescent au regard sombre, le prononçant comme s'il s'était agit d'un nom composé. Wu Rat. Et ce fut tout ce qui s'échappa de ses lèvres. A quoi bon se lancer dans une conversation s'il ne parvenait rien à dire.

D'ailleurs, le Soigneur ne souhaitait pas bavarder ni même faire ami-ami, uniquement profiter de l'air qui avait été joué. Dommage que le moment se soit terminé trop vite. Silencieux, il mima l'acte de jouer du piano, ses doigts glissant sur des touches invisibles encore et encore. Tant à la guitare, il la garda sous silence pour l'instant. Au moins, il avait trouvé une manière d'expliquer qu'il était également un musicien. Un qui décida de s'asseoir sur l'estrade, comme pour attendre le prochain concert. Quelque chose qui risquait de ne pas arriver avant le prochain repas. Pourquoi n'y avait-il pas un groupe dédié à la musique, hein ? Au lieu de ça, il se retrouvait enfermé à l'infirmerie la majorité du temps.

C'était presque décevant, de ne pas exister uniquement pour sa passion. Sa main gauche pointa vers la musicienne, dont il était pratiquement sûr du genre, pour lui suggérer de se présenter également. Un geste qu'il décida d'interrompre rapidement, à cause de son impolitesse. On ne pointait pas vers les autres. C'était une invitation à se faire couper le doigt ou quelque chose de similaire. Ce qui aurait rendu difficile son amour de la musique.

Remarque que sa tendance à se faire mal aux mains de son propre chef n'était pas véritablement une meilleure alternative. Est-ce qu'elle le laisserait jouer avec sa trompette ? Probablement pas. Son frère se serait mangé un coup s'il avait tenté de toucher sa guitare après tout. Wrath soupira, cachant ses lèvres avec son habituel foulard, et décida que comme ça il n'aurait pas besoin de parler plus que ça. Voir pas du tout. Oh, ça aurait été merveilleux de ne plus avoir à subir ce langage barbare qu'était l'Anglais.

Pour meubler le silence de son côté, Wrath tapa ses doigts contre le bois de l'estrade, reproduisant de façon plus ou moins juste la mélodie entendue plus tôt.







Sometimes by losing a battle you find a new way to win the war.
I don't display emotions. I have every feeling that everyone else has, but I've developed ways to suppress them. Anger is one of my most comfortable feelings.+ ms.palmer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: One good thing about music, when it hits you, you feel no pain.    

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [EDH] Wrexial, UB contrôle good stuff
» Hello! pop’n music
» Music "Ico- You were there" De Mushroom Samba
» Test de Arcade Smash Hits.
» All thing zombie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Grand Arbre :: Les Cabanes dans les Branches-