Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Spinel
avatar

☯ Légendaire ☯


✘ AVENTURES : 26
✘ SURNOM : L'Arrachée
✘ AGE DU PERSO : Elle ne sait pas compter

✘ DISPO POUR RP ? : Oui !
✘ LIENS : Une Histoire
Des Contes

MessageSujet: Echos de l'âme. [libre]   Sam 22 Avr 2017 - 13:35

Il faut que tu cesses de partir seule, sans prévenir personne. Ils vont...
Il savent où je suis.
Tu es insouciante Spinel...
N'est-ce pas quelque chose que tu aimes au fond ?
Tu es dangereuse, pour toi même.
Ton sourire te trahit, Amour.
Tiens, regarde.
Qu(est-ce que...? Oh non, il ne fallait pas...
De cette façon je serais toujours avec toi.
Et l'île capricieuse ne pourra pas te faire m'oublier.
Alors prend des miennes. Je ne veux pas que tu m'oublies.
Cela ne risque pas d'être le cas.


Un sursaut. Tu ouvris des yeux larmoyants. L'oublie. C'était une sensation que tu détestais, plus que tout. Même plus que ces Enfants Perdus. Tu vins alors serrer contre toi ce crâne d'oiseau orné de plumes d'or qu'il t'avait offert. Mais déjà, tu ne parvenais plus à redessiner les courbes de son visage. Était-ce son cas à lui aussi ? Avait-il du mal à imaginer ton visage ? Te cherchait-il en ce moment ? Tu étais une experte pour te cacher, et lorsque tu ne voulais pas être retrouvée, tu savais disparaître. Mais sans doute qu'à cet instant, tu aurais tout donné pour qu'il te retrouve.

A cause de la pluie, tu avais fini par te perdre dans la Jungle. Tu n'étais pas parvenue à retrouver le nid de fortune que tu avais construit, et qui résistait tant bien que mal au ciel pleureur. Mais aujourd'hui, c'était agité, alors tu avais trouvé refuge dans une grotte, avant de t'assoupir un instant, épuisée par l'eau. L'eau était l'élément que tu appréciait le moins, avec le feu. Pour cause, tu étais un être de l'air, tu ne savais pas nager et tes plumes n'étaient pas assez étanches pour lui résister.

Tu ajustas d'ailleurs ta petite cape et ton aile sur tes épaules. Tu avais froid,
tu était fatiguée, et tu étais perdue. Tu ne reconnaissais en aucun cas les lieux où tu te trouvais. Et si cela aurait du t'inquiéter, tu étais plutôt curieuse de voir ce que réservait cette grotte. Tu relevas la tête, les oreilles, pour les tourner vers l'intérieur de la grotte. Aucun son, le silence total, à part sans doute quelque gouttes qui chutaient du plafond pour atterrir dans l'eau. Cependant, tu n'arrivais pas à évaluer la profondeur de la grotte, car tu ignorais d'où tombaient ces gouttes. Un léger sourire sur les lèvres, tu attrapas ta guitare de fortune, qui avait surtout servit à te couvrir la tête. Le bois était humide, tellement que tu doutais fort que le moindre son s'en échappe. Mais tu tentas le coup, grattant deux cordes. Le son en était plus effroyable que d'habitude, mais tu l'entendis se répercuter rapidement contre les parois de la grotte. Bon sang qu'elle avait l'air profonde.

Tu jetas un oeil distrait au dehors. Plus ça allait, plus tu avais l'impression que l'eau s'immisçait dans la grotte. Il ne t'avait pas semblé t'assoupir aussi proche de l'eau. Si cela continuait ainsi, Pan allait noyer son île. Mais il n'en avait pas conscience. Seule sa petite personne comptait, il était égoïste, et même ses garçons n'avaient aucune importance. Tu serras les dents, les faisant grincer, avant de te relever pour t'enfoncer un peu plus dans la grotte, rasant les parois pour éviter d'aller dans l'eau. Car déjà, la grotte semblait inondée, bien que tu y étais entrée par un passage terrestre. Tu abandonnas rapidement ton instrument de mauvaise musique, tu t'en fabriquerais un autre, lorsque les beaux jours reviendront. Et à ce moment tu pourras danser avec Beryl.

Mais pour l'heure, tes oreilles s'agitaient sur ta tête, attirées par des bruits dont tu ne parvenais pas à comprendre l'origine. Alors tu rasas d'avantage les murs, décrochant ton couteau de fortune de ta ceinture. La haine qui t'animais pour cette pluie et son créateur n'irait qu'en grandissant, et tu avais peur des créatures qui trouveraient refuge, à leur tour, dans la grotte. Tu étais devenue méfiante, malgré toi. Car tu étais désespérément seule.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wrath
avatar

♣ Soigneur ♣


✘ AVENTURES : 28
✘ SURNOM : La flamme
✘ AGE DU PERSO : 15 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Yes !
✘ LIENS : You can have more than one home. You can carry your roots with you, and decide where they grow.


MessageSujet: Re: Echos de l'âme. [libre]   Sam 22 Avr 2017 - 16:05

L'humidité semblait permanente, et c'était l'unique constante que Wrath était parvenu à isoler depuis son arrivée. Tout sentait le bois mouillé vers les cabanes, et l'infirmerie n'était pas épargnée. Sans compter qu'il ne fallait pas s'éloigner à cause de la rivière qui ne cessait de gonfler et de tout inonder. C'était étouffant, d'être enfermé sans être autorisé à se promener sur cette île supposée être merveilleuse. Ou bien magique. La différence était trop subtile pour qu'un enfant avec une imagination aussi terne ne puisse la comprendre.

Si leur grand leader était en mesure de contrôler la météo, et tout le reste, alors il devait les punir pour quelque chose. Pas qu'il soit en mesure de poser la question avec son vocabulaire trop limité. Ce fut également ce qui l'autorisa finalement à partir pendant quelques heures. Après tout, Wrath n'était coupable d'aucun crime, s'il ne réalisait pas qu'il ne devait pas s'éloigner du grand arbre. Dangereux, certes, et sa paranoïa habituelle ne se garda pas de le lui faire comprendre.

S'imaginer être exécuté devant les autres soigneurs n'était pas nécessaire, surtout que ici c'était le bannissement qui primait. Sauf que tenter de se raisonner aurait été une perte de temps, et que Wrath n'avait pas que ça à faire. Bientôt, la pluie trempa ses vêtements, et il se retrouva forcé d'attacher ses cheveux pour ne pas que le vent ne les balance dans son visage. Où était-il exactement ? L'adolescent l'ignorait, peu habitué à ce type de promenade en solo.

C'était relaxant, malgré l'air gorgé d'eau, et un peu de temps par lui-même ne pourrait que lui faire du bien. Ses pas le conduisirent de plus loin de ce qui était sa demeure, et le soigneur cessa bien vite de se retourner pour mémoriser sa route. Ce n'était pas important, de savoir où il était, tant qu'il ne s'arrêtait pas pour accepter son geste.

Fuir, c'était vraiment un truc de lâche.

La jungle ne lui inspira guère confiance, et bientôt la pluie devint trop similaire à une tempête. Alors Wrath se mit à courir, cherchant le premier abri qu'il trouverait. Heureusement que le garçon était adroit, car le terrain était hostile, le faisant presque tomber dans la boue à plusieurs reprises. Chouette, en plus maintenant ses chaussures étaient dégueulasses. Il lui faudrait les retirer avant de rentrer dans la cabane des soigneurs sous peine de tout salir.

Et d'agacer ses supérieurs. Ou chefs. Le terme était secondaire.

Wrath se glissa dans la grotte en espérant y trouver un refuge, même si l'eau à l'entrée le força rapidement à aller plus loin. Tout cela ne lui disait rien de bon, un peu comme s'il s'enfonçait dans un piège. Le gamin était trop peu soucieux de sa propre vie pour s'arrêter et rebrousser chemin, et opta pour marcher autant que possible. Même lorsque son pied heurta quelque chose dans l'eau vers l'entrée. On aurait presque dit un instrument de musique, et il décida de le garder avec lui.

Peut-être que c'était une vraie trouvaille, une qui pourrait l'amuser plus tard, et il ne se donna pas le temps de tester la bête. Enfin, à cet instant précis, il avait surtout froid. Lorsque ses pieds trouvèrent finalement un sol moins trempé, Wrath se rendit compte qu'avancer avec ce qui paraissait être une guitare dans les profondeurs risquait d'être compliqué. Tant pis, même si le bois avait été pourri, il s'y serait accroché de toutes ses forces. Il était un peu borné, le Coréen.

Par contre si ses chaussures avait cessé de faire pouic-pouic dès qu'il faisait un pas, ça aurait été mieux. Ce n'était pas franchement discret tout ça.
En un sens, il doutait de croiser quelqu'un par ici.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spinel
avatar

☯ Légendaire ☯


✘ AVENTURES : 26
✘ SURNOM : L'Arrachée
✘ AGE DU PERSO : Elle ne sait pas compter

✘ DISPO POUR RP ? : Oui !
✘ LIENS : Une Histoire
Des Contes

MessageSujet: Re: Echos de l'âme. [libre]   Mar 25 Avr 2017 - 0:10

Tes pattes glissaient sur les pierres humides de la grotte. Tu tentais cependant de faire le moins de bruit possible, car le moindre son émergeant dans l'enceinte, risquait répercutions sur des kilomètres. Autant ? Nullement l'idée de visiter la grotte aujourd'hui, ni demain d'ailleurs, tu pensais toutefois qu'un jour ta curiosité raviverait ce souvenir qu'elle aurait créé dans ta tête. Et tu voudras à ce moment précis la visiter en profondeur. Dans un autre contexte que de t'abriter de la pluie battante. Celle qui t'irritait au plus profond de ton être, tellement que parfois tu ne te reconnaissais qu'à peine. Parfois, tu te rendais compte à quel point tes pensées pouvaient être virulentes, et encore, s'il ne s'agissait que de tes pensées... Mais, il ne fallait pas que tu oublies que tu n'étais qu'une créature sauvage. Alors, on te pardonnerait bien si jamais tu avais des excès de violence contre qui que ce fut. N'est-ce pas ?

Tu t'arrêtas nette, alors que ta tête était tournée vers l'ouverture béante de la grotte, celle par laquelle tu étais entrée. Tes oreilles étaient elles aussi tournées dans cette direction, alors que tu retenais ton souffle. Tes yeux cherchaient dans le vide, pour vérifier que tu avais bien entendu autre chose que le son de l'eau coulant dans la grotte, et frappant le sol en dehors. Tu serras la mâchoire, ainsi que ton couteau entre tes doigts. Il ne s'agissait peut être que d'une créature qui cherchait aussi un abri ? Tu n'allais pas partir à sa rencontre, préférant la laisser tranquille. Quelle qu'elle fut. Tu fis alors quelques pas de plus, posant ta main libre contre la paroi, à la recherche d'un quelconque soutient.

Un autre arrêt. Ils avançaient, les pas avançaient. D'abord dans l'eau qui s'étaient agglutinée dans l'entrée de la grotte, mais en dedans maintenant. Tu retins ton souffle, ne souhaitant plus bouger. Elle allait sans doute s'arrêter là, la créature, elle cherchait juste à se mettre au sec après tout. Tout comme toi. Mais tu ne respirais plus, car elle bougeait. Tu te baissas lentement, autour de toi il y avait un peu plus de parterre sec. Tant mieux. Tu posas alors ta main droite sur le sol froid, alors que tu mettais un genou à terre. Ton chaperon glissa, te couvrant d'avantage les épaules, alors que ton aile vint recouvrir l'intégralité de ton bras gauche. Et dans ta main gauche, tu serrais encore ton couteau.

De drôles de couinements te vinrent ensuite, te faisant légèrement sourire. Mais ce sourire disparu aussitôt qu'il était apparu. Aucun animal ou créature que tu connaissais n'émettait ce genre de son. Et cela voulait dire qu'il s'agissait d'un Homme. Tu fronças les sourcils, sur les nerfs, tu aurais sans doute du choisir la fuite, comme n'importe quelle créature, mais avec un peu de chance, il ne voudrait pas de tes plumes. Tu vis alors apparaître un pied, puis un autre, avant d'apercevoir la silhouette d'un garçon. Tu retins ton souffle une fois de plus, alors que tes yeux commençaient à s'habituer à l'obscurité de la grotte. Heureusement pour lui, il ne s'agissait pas de l'un de tes chasseurs. Tu l'observas, encore, étonnée de voir l'objet qu'il transportait. Mais, tu avais peur. Tu avais toujours eut peur des Enfants de Pan, en tout cas des plus âgés. Surtout depuis que tu t'étais faite attrapée.

Tu avais peur qu'il ne tente quelque chose en réalité. Mais tu étais positionnée de telle sorte que ta détente pourrait te permettre de fuir rapidement. Et tu te doutais qu'il réussirait à te rattraper. Quitte à te perdre d'avantage dans la grotte. Tu tendis tout de même ton bras droit en sa direction, avant qu'il n'arrive face à toi et surtout, trop proche de toi.

« N'approche pas ! » Lanças-tu, alors que ton bras tremblait légèrement.

Non, tu ne voulais pas qu'il approche plus. Cependant, tu regrettas bien vite tes mots. Tu ne pensais pas avoir parler aussi fort. Pourtant, ta voix avait été douce, et tu avais tenté de la modérée. Tes oreilles s'agitaient de nouveau vers l'arrière, écoutant ta voix se répercuter contre les parois, jusqu'à ce qu'elle ne devienne qu'un murmure. Et tes yeux s'étaient abaissés, comme pour voir comment les sons s'entrechoquaient avec la roche, avant de se reposer sur le garçon. Tu avais eu un mouvement de recul, prête à bondir pour t'échapper. Tant pis si tu glissais où te blessais, tu n'étais plus à ça prêt, tu ne voulais seulement pas être un gibier, encore une fois.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wrath
avatar

♣ Soigneur ♣


✘ AVENTURES : 28
✘ SURNOM : La flamme
✘ AGE DU PERSO : 15 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Yes !
✘ LIENS : You can have more than one home. You can carry your roots with you, and decide where they grow.


MessageSujet: Re: Echos de l'âme. [libre]   Dim 7 Mai 2017 - 14:49

Les règles défilaient dans son esprit, se mélangeant sans qu'il ne parvienne à les retenir. Rien de ce qu'il avait vécu auparavant n'aurait été en mesure de le préparer au pays des enfants éternels, et Wrath était déstabilisé dans ce monde où il devait tout apprendre de nouveau. Pourtant, il lui aurait été impossible de ne pas se soucier de ce qui pouvait se trouver dans la grotte. La méfiance était le meilleur allié pour survivre, quelque soit le lieu. Et celui-ci était un brin trop sombre à son goût, lui rappelant la foret de son pays natal lors des nuits sans lune. Son regard ne s'était pas encore parfaitement ajusté à la pénombre qui régnait, et c'était désagréable.

Alors Wrath chercha à marcher un peu plus lentement, à calculer le poids qu'il mettait sur chaque pas. Bien qu'enlever ses chaussures pour ne pas se faire entendre était une idée intéressante, il n'était pas assez idiot pour se coller une pneumonie à cause de sa paranoïa. Enfin, pas dans cette situation. L'objet dans sa main était humide et le contact du bois contre sa paume meurtrie le fit frissonner. Il avait l'impression de tenir un morceau de bois mort. Sauf que s'il y avait la moindre chance qu'une note puisse encore s'échapper de l'instrument, alors le Coréen ne pouvait l'abandonner et continuer sa route.

Il n'était plus à un cas désespéré près.

Tandis qu'il avançait, le garçon se concentra sur un bruit de bruit qui semblait bien éloigné de la tempête qui régnait dehors. Un peu comme si les parois autour de lui étaient habitées par une magie qui résonnait encore et encore. Même si le son était encore faible, cela le dérangea, lui qui écoutait plus qu'il ne s'exprimait. Une de ses mains se leva, sans doute pour presser contre la pierre et résoudre ce mystère. La magie, ça ne pouvait pas véritablement exister, qu'importe ce qu'il voyait chaque jour depuis son arrivée.

Par contre, un ennemi caché dans l'ombre si. Il l'entendit avant de la voir, maudissant son regard qui ne parvint à distinguer qu'une silhouette sombre un peu plus loin. Wrath arriva à comprendre, approximativement, les paroles juste au ton employé. Un mélange de colère et d'autre chose de plus sournois, sans doute de la crainte. Son analyse était loin d'être infaillible, et le garçon se méfia juste assez pour s'arrêter.

Son unique souhait était de rester au sec, et l'éclat de la lame au loin n'était pas de bonne augure. Oh, lui aussi pouvait jouer ainsi et tirer sa propre arme de sa poche. Sauf qu'il était un peu trop tôt pour ça. Quitte à attaquer, autant faire croire qu'il n'était pas dangereux. Pas trop en tout cas. L'adolescent changea l'instrument abîmé de main, pour avoir la forte de libre, juste au cas où.

Avec un peu de chance, son adversaire ne verrait pas ça comme une attaque directe. Avec ses doigts couverts de coupures, Wrath tira un peu sur le foulard qu'il portait sur le bas de son visage. Son expression était loin d'être amicale, et il était évident qu'il n'hésiterait pas à attaquer si elle désirait lui faire du mal. Enfin, il n'était même pas sûr qu'il s'agisse d'une fille, même si sa voix paraissait l'indiquer.

Tout comme tout dans son attitude suggérait la peur de l'autre, un besoin évident de maintenir une distance de sécurité. Et ça, Wrath était en mesure de le comprendre. Il fut celui qui effectua un pas en arrière, attentif à la façon dont elle réagirait. Plus tard, le garçon ferait plus attention aux détails, au fait que ce n'était pas une humaine qui se tenait en face de lui. Pour l'instant, ce fait était secondaire. Le mouvement de recul de la jeune fille signifiait qu'elle se sentait peu en sécurité, tout comme lui.

A l'aide de sa main libre, il effectua un geste de salut, prenant son temps. Maintenir sa paume ouverte lui prouverait sa bonne foi, ou quelque chose de similaire. Malgré ça, son visage resta fermé, et Wrath ne fit rien de plus. Au jeu de la proie et du chasseur, chacun pouvait fonctionner dans les deux rôles au vu de la situation.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Susuarana
avatar

☽ Artifice ☾


✘ AVENTURES : 28
✘ SURNOM : Le Taquin
✘ AGE DU PERSO : Jeune

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Fiche
Liens

MessageSujet: Re: Echos de l'âme. [libre]   Dim 7 Mai 2017 - 22:14

Depuis l’œil du grand mastodonte, Susuarana observait le monde sombrer. Cela faisait longtemps que la pluie tombait... Tant et si bien que la terre n'en pouvait plus de boire. Les ruisseaux étaient devenu des torrents en colère et le moindre promontoire, une cascade furieuse.
Susuarana ne savait qu'en penser. Depuis qu'il s'était réveillé de sa pétrification, il n'avait vu que de la pluie. Chaque jour, de la pluie. La pluie salée qui ronge et fait pourrir. Et, peu à peu, le monde se délitait sous les yeux des impuissants. Qu'allaient-ils tous devenir ?

Le petit artifice se sentait bien seul, au fond de sa maison crâne. L'ossuaire préhistorique semblait un lac bardé d'épines ivoirines. Les squelettes dormaient sous l'eau, d'autres dépassaient encore, mais guère pour longtemps. A ce titre, Susuarana avait dû abandonner son rez de chaussée. Il ne restait que la boite crânienne de la bête, pour tout refuge. Une cavité sèche et étanche : mais pour combien de temps encore ?

Susuarana avait faim. Ses réserves de nourriture commençaient à se tarir et il devenait bien difficile de trouver de l'eau douce : paradoxe. L'artifice fit un énième inventaire de ses ressources, l'air inquiet. Quand il constata que ce qui lui restait avait pourrit, en raison de l'humidité, son visage esquissa un grand tracas. Il passa une patte fébrile sur son front, tout en laissant échapper un soupir, puis s'en retourna doucement vers l'orbite.

Impossible de savoir si le temps allait s'arranger ou empirer. Il ne pouvait prendre le risque d'attendre. La fortune ne lui laissait donc guère le choix : il allait devoir sortir et chercher à manger tant qu'il en était encore temps.
Résolu, Susuarana s'équipa donc d'un petit sac en peau, qu'il sangla dans le dos, son précieux boomerang sur le côté. Du courage, il lui en faudrait beaucoup. Le monde mangeait les téméraires. Il les noyait et les recrachait ensuite sous la forme de cadavres gonflés, flottant. Horrible vision.

L'artifice sorti avec un grand sentiment de peur. L'île semblait vidée de tous ses habitants. Hormis la litanie entêtante de la pluie, on n'entendait rien. Les bêtes et les gens se cachaient. Ils attendaient que ça passe.
Susuarana avait peur de se faire manger par ce monde hostile. Loin de ses amis, ses compagnons aux visages variés. Personne ne l'entendrait appeler, s'il venait à lui arriver quelque chose. Pauvre créature : elle avait peur de mourir seule.


Trempé et fourbu, Susuarana se réfugia dans la grotte. Il avait tant marché, tant bravé la pluie et le vent, qu'il s'était perdu. Où était le monde ? Ses repères n'étaient plus. Plus rien n'avait la même odeur. Il ne savait plus où aller pour trouver à manger : les oiseaux avaient désertés les nids, les fruits étaient tombés, les insectes emportés ou terrés dans les troncs. Il n'y avait plus rien de bon. Son sac de provision ne contenait que des mets peu ragoutants et de fraîcheur douteuse. Pauvre créature : comment rentrer à la maison ?

Constatant la misère de sa propre situation, l'artifice se mit à sangloter. Son pelage trempé le faisait grelotter. Il était seul, il avait peur.

C'est alors que résonna, comme un faible murmure, une voix. Susuarana dirigea son regard vers le fond de la grotte, soudain plein d'espoir. Sans hésiter, il se mit à galoper à quatre patte, le sac battant sur son flanc, dans l'obscurité.

L'animal s'arrêta quand la silhouette d'un être humain se dessina sous ses yeux. Scrutant l'ombre, il ne tarda pas à apercevoir un deuxième protagoniste. Une capuche et des plumes que le petit artifice connaissait bien.
« Supi-nalee !
S'écria-t-il aussitôt. L'intonation de la bête trahissait un grand soulagement. Des larmes se remirent à couler le long de ses joues velues, comme une décharge d'émotion, après ce long épisode de désespoir.
« Supi-nalee ! Répéta-t-il. Susu ana wei mo !
Il lui fit signe, tout en passant sous les jambes du garçon perdu. Susuarana semblait si heureux de la retrouver qu'il ignora complètement cet autre protagoniste. La petite boule rousse se contenta simplement de galoper vers la harpie, pour lui sauter dans les bras.
« Gouva na vriih hui susu ana ganaloo !
Expliqua-t-il alors, la voix tremblante d'émotion. Ce n'est qu'après l'avoir brièvement informé de la situation que l'artifice consenti à se tourner en direction du garçon et demander :
« Supi-nalee woo moo ?


Coucou, c'est moi Joe l'incruste !







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spinel
avatar

☯ Légendaire ☯


✘ AVENTURES : 26
✘ SURNOM : L'Arrachée
✘ AGE DU PERSO : Elle ne sait pas compter

✘ DISPO POUR RP ? : Oui !
✘ LIENS : Une Histoire
Des Contes

MessageSujet: Re: Echos de l'âme. [libre]   Jeu 11 Mai 2017 - 19:36

Tu serrais fort ton couteau de fortune dans un main. Mais tu étais déséquilibrée, car seules tes pattes touchaient le sol. Tu étais penchée en avant,
prête à détaller à tout instant. Mais tu savais que tu allais glisser, et cela allait être ridicule. Encore un pas en arrière, mais le garçon s'arrêta. Tu fronças légèrement les sourcils en l'observant, et ton air de crainte fit place à de la surprise. Tiens, mais qu'avait-il dans la main ? Ce ne pouvait pas être... Si, c'était bien ton instrument que tu avais abandonné à l'entrée de la grotte. Mais pourquoi diable l'avait-il ramasser ? C'était typiquement le genre d'objet lourd et encombrant, et surtout plein d'eau et certainement moisi. Tu semblas te détendre un instant, alors qu'il le changeait de main.

L'atmosphère était tendue, et c'était un fait palpable. Peut être que lui aussi ne cherchait qu'à s'abriter ? Mais tu avais perdu confiance en ces enfants depuis le début de la pluie salée. Tu avais perdu confiance depuis qu'on avait fait de ton aile, une vulgaire cape. Tu grinças des dents. Il fit un autre geste. A chaque geste qu'il faisait tu semblais sursauter. Mais il semblait vouloir se faire pacifique, peut-être devais tu te détendre un peu. Avec un peu de chance il ne te voudrait pas trop de mal. Tu soufflas lentement, avant de détendre un peu tes muscles. Cela ne servait à rien de se faire des films, à imaginer tout ce qu'il pouvait t'arriver, alors que tu n'avais qu'à courir. Tu semblais plus grande que lui, en tout cas tes pattes te permettaient de courir assez vite pour semer un être humain. Normalement.

Mais un son te fis relever la tête et dresser les oreilles. « Quoi...? » Tu connaissais cette voix. Tu ouvris grand les yeux en voyant le petit artifice débouler d'entre les jambes du garçon. Tu rangeas rapidement ton couteau dans ta ceinture pour poser un genoux au sol et tendre les bras vers la créature qui se précipitait vers toi. Tu serras l'artifice contre toi, venant enfouir ton visage
contre le haut de son crâne velu. Bon sang, mais que faisait-il ici aussi loin de l'ossuaire ? Tu le serras doucement contre toi, alors que tu comprenais vaguement ce qu'il passait une fois qu'il t'expliqua la situation. Cependant, son langage avait quelque chose d'un peu exotique, mais tu arrivais tout de même à capter les idée principales ! Même lorsqu'il te demanda qui était le garçon. Du moins, c'était ce que tu imaginais.

« J'ignore de qui il s'agit... fis-tu pour Susuarana, avant de continuer pour l'enfant perdu Ami ou Ennemi ? » Au moins, avec cela vous alliez être rapidement fixé. A présent tu n'avais plus envie de te battre ou de fuir. Car tu te trouvais en supériorité numérique avec l'artifice à tes côtés. En plus, à la base, tu n'étais une créature qui voulais du mal à qui que ce fut, tu étais globalement gentille. Il ne fallait juste pas te chercher des noises, ou te prendre au dépourvu. Ou être un être qui éveillait ta méfiance. Mais l'arrivée du Taquin t'avais globalement détendue. Tu lui caressas d'ailleurs le dessus de la tête, machinalement, comme si tu avais l'habitude de le faire, avant de reposer les yeux sur le garçon.

Et maintenant ? Il n'allait pas rester là sans rien faire, bien que ce fut ton premier conseil. Et alors que la tension semblait s'être calmée, seul le son de la pluie tombante et des gouttes d'eau glissant des stalactites dérageaient le silence. Pourtant, tu avais un désagréable mauvais pressentiment. Tu te sentais étrangère à cette grotte, et tu pensais que votre intrusion ici était complètement mal venue. Tu ne te redressas que très légèrement, laissant un bras sous Susuarana pour le soutenir. Mais tu ne pouvais t'empêcher de dresser tes oreilles sur ta tête, pour essayer de capter les moindre bruits venant de l'intérieur de la grotte. Il devait forcément y avoir autre chose que vous, à l'intérieur.

Tu cherchais à y voir plus clair dans cette immense grotte trop sombre. Avant que ton regard ne se pose encore une fois sur le pauvre garçon perdu. Cette fois-ci, tu l'invitas à vous rejoindre, d'un signe de la main. Et s'il tentait quoi que ce fut, tu serais prête à réagir. Tu pensais, avec un sourire intérieur, lui jeter l'artifice dessus avant de riposter avec ton couteau de fortune. En espérant que rien de tout cela n'arrive. Et puis, il n'allait pas rester là debout, sans bouger, avec ton instrument entre les mains ? Avec un peu de chance, il arriverait même à faire sortir des notes plus agréables que celles que tu parvenais à jouer...






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wrath
avatar

♣ Soigneur ♣


✘ AVENTURES : 28
✘ SURNOM : La flamme
✘ AGE DU PERSO : 15 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Yes !
✘ LIENS : You can have more than one home. You can carry your roots with you, and decide where they grow.


MessageSujet: Re: Echos de l'âme. [libre]   Ven 12 Mai 2017 - 15:29

Dans le pire des cas, ça ne serait qu'un énième combat qui aurait pu être évité. Une bavure de plus, mais ce n'était pas comme si Wrath avait l'habitude de les compter, et encore moins de mémoriser ses terribles choix. Il était difficile pour le Coréen de rester calme, prisonnier de cette grotte malsaine qui semblait presque en vie. Le garçon fit de son mieux pour ne pas montrer l'agacement qui grandissait en lui, au point de le ronger de l'intérieur. Un mal qui finirait par demander à son couteau de venir tout arrêter. Ce n'était pas encore le moment, et s'il était chanceux, rien de trop dramatique ne risquait de se produire.

La violence était épuisante, et Wrath abhorrait ce besoin permanent qu'il ressentait de faire souffrir les autres. Même lorsqu'il s'agissait d'inconnus. Quelque chose était étrange à propos de la jeune fille, et à présent que ses yeux s'habituaient à la pénombre, le Soigneur commençait à le réaliser. Il lui fut pourtant simple de détourner légèrement le regard et de prétendre qu'il n'y avait pas comme une masse qui n'avait rien à faire là. La technique de l'autruche marchait remarquablement bien lorsque la magie décidait de faire son apparition.

Tout comme celle qui lui passa entre les jambes sans crier gare. Le Coréen n'appréciait décidément pas ce monde qui paraissait habitué par des créatures qui n'existaient pas de là d'où il venait. Son poing libre se serra, comme pour prouver son manque d'assurance face à se développement. D'autant plus que ce qu'il confondit d'abord avec un animal domestique était doté à la fois d'une apparence déroutante, pour ce qu'il parvint à en déduire, et du don de parole. Une langue de plus, parfait. Exactement de quoi Wrath avait besoin, lui qui adorait se sentir exclu des conversations.

Quelque chose changea pourtant, comme si une partie de la méfiance de sa vis-à-vis s'effaçait en la présence de son compagnon. Wrath, seul contre deux, ne possédait pas un tel luxe, et il serra ses doigts un peu trop fort autour du manche de l'instrument de musique. Faire demi-tour et affronter la pluie n'était pas acceptable, alors le garçon s'assit dans un coin plus ou moins sec. Juste aller loin du duo pour être en sécurité, tout en étant en mesure de les surveiller du coin de l’œil. Le dos contre le mur qui émettait un son à peine audible, le soigneur afficha un visage impassible face à la question.

La gestuelle et le ton étaient moins agressifs que plus tôt, ce qui l'amena à en conclure qu'on lui demandait soit la raison de sa présence, soit son identité. Ou tout du moins quelque chose d'approchant. Quel était le mot pour parler de l'eau qui ne cessait de s'abattre dehors déjà ? Wrath était persuadé de l'avoir entendu en cours, dans une autre vie. Sauf que ça ne lui revint pas, le forçant à trouver une solution pour se justifier. Ce qui était ridicule à ses yeux, il n'avait de comptes à rendre à personne.

« Je ne parle pas Anglais. » Ses paroles étaient hésitantes, et sa phrase était sans doute un énorme effort de sa part. « Wrath. Soigneur. Je n'ai rien d'autre à dire. » Ses dernières paroles, en Coréen, étaient remplies d'agacement.

L'instrument de musique sur les genoux, l'adolescent osa se désintéresser un peu du duo pour analyser l'état du bois plus en détail. Les dégâts étaient plus importants que prévu et ses sourcils se froncèrent. En faisant sécher le bois, peut-être qu'il pourrait en faire quelque chose, même s'il commençait à en douter. Plus les secondes passaient, plus l'attention de Wrath envers les deux autres diminuait et il se retrouva bientôt incapable de faire autre chose que de tenter d'obtenir une note correcte. Difficile, et les sons étaient étouffés par l'eau qui engorgeait le bois.

Quel gâchis.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Susuarana
avatar

☽ Artifice ☾


✘ AVENTURES : 28
✘ SURNOM : Le Taquin
✘ AGE DU PERSO : Jeune

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Fiche
Liens

MessageSujet: Re: Echos de l'âme. [libre]   Dim 14 Mai 2017 - 17:34

La douce chaleur de la harpie réconforta aussitôt le petit artifice. A l'instant même où il se retrouva blotti dans son étreinte, sa peine s'effaça et il se senti rassuré. Enfin : il n'était plus seul. Susuarana avait eu si peur de périr, sans personne autour. Il n'avait jamais éprouvé l'angoisse de la solitude auparavant, lui, qui vivait entouré d'animaux et de bêtes. Mais Spinel était là et tout allait mieux, à présent. Susuarana en était persuadé.

Peu après ces retrouvailles, l'attention se reporta sur le garçon perdu, qui se tenait là sans mot dire. Susuarana l'observa longuement, tandis que Spinel l'interrogeait sur ses intentions. Il avait un visage différent de celui des autres enfants du grand arbre. Après un moment, on l'entendit prononcer quelques mots. Son intonation traduisait un certain agacement, fruit probable de la frustration que l'on éprouve lorsqu'on ne comprend pas ce qui est dit, et qu'on ne connaît pas les mots pour s'exprimer en retour.
Susuarana ouvrit grand ses yeux noirs, dont le fond brillaient d'une lueur bleuté à la manière des chats. Il distinguait clairement le garçon dans l'obscurité : ses expressions, ses mimiques. Lui, qui ne parlait pas, captait mieux que quiconque le sens des gestes. Scrutateur, il le regarda donc s'installer dans un coin, avant de murmurer :
« Vu-la-su. Soo-gneu.
Après un court instant, l'attention du petit artifice se reporta à nouveau sur Spinel. Son regard était empli de bienveillance, comme le juste retour à la gentillesse dont elle avait témoigné. Il se laissa aller à un ronronnement profond, serein. Puis, sa patte s'en alla effleurer délicatement les plumes dorées qu'elle portait en broche, serties sur un petit crâne de volatile.
« Be-lil mani neen ganoo Supi-nalee ?
S'enquit-il. Rien n'était plus malheureux que deux âmes sœurs séparées. Susuarana espérait qu'ils étaient mutuellement rassurés de leur sort. A cette heure, les fées se terraient autour de leur reine, bien au fond de leur arbre merveilleux, dans le palais de cristal. Quel dommage que Spinel ne puisse rétrécir, comme les fées grandissent parfois, pensa Susuarana.  

L'artifice vint frotter affectueusement sa tête contre la joue de la harpie, afin de mieux lui témoigner sa compassion et son attachement.
Puis, il glissa lestement hors de ses bras, afin de se tourner tout à fait en direction du garçon perdu. Un bref regard en direction de Spinel, après quoi il se hasarda à approcher à petit bond.

Il s'immobilisa à une trentaine de centimètres de Wrath. Ce dernier tentait de jouer de son instrument, mais en vain. L'eau avait détérioré l'objet, au point de fausser les notes. Et même s'il parvenait à le faire sécher correctement, il n'était pas garanti que le sel l'épargna de séquelles irréversibles.
Susuarana s'assit sur un rocher, pour le mieux regarder. Il ne comprenait pas bien son acharnement. Était-ce un prétexte pour ne pas avoir à parler avec eux ? Ou bien refusait-il de renoncer à cet objet ? L'artifice ne connaissait pas l'attachement aux choses. Quand son boomerang était abîmé, il en cherchait un autre. Si sa maison se fissurait, il partait trouver un nouveau crâne de mastodonte à investir.
Les humains raisonnaient d'une autre manière. Ils avaient besoin de fétiches. Il fallait qu'ils donnent de la valeur aux choses, pour mieux s'attrister de leur perte ensuite.

Quoi qu'il en soit, l'artifice s'inquiétait du caractère renfermé de ce garçon. Il trouvait cela étrange, inhabituel.
« Vu-la-su shaba noofa.
Commenta-t-il, après un moment. Les notes, qui résonnaient dans la grotte, animaient l'air d'une tonalité particulière. La dissonance des sons donnait aux murs une couleur lugubre. Susuarana senti son échine vibrer, sous l'impulsion de son propre imaginaire.
« Woohee woooo wooohee woooo woohe !
D'une voix profonde, le petit artifice se prit à accompagner les notes éparses d'un chant tribal approximatif. Il commença ensuite à taper dans ses mains. Avec l'écho, sa voix ressemblait à un didgeridoo. Les images qui lui venaient en tête appelaient à la nature. Les aventures passées, au goût de terre et d'herbe. Ça sentait la fourrure. Susuarana rêvait tout éveillé.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spinel
avatar

☯ Légendaire ☯


✘ AVENTURES : 26
✘ SURNOM : L'Arrachée
✘ AGE DU PERSO : Elle ne sait pas compter

✘ DISPO POUR RP ? : Oui !
✘ LIENS : Une Histoire
Des Contes

MessageSujet: Re: Echos de l'âme. [libre]   Jeu 18 Mai 2017 - 16:46

Il y avait beaucoup trop d'éléments auxquels il fallait faire attention. Tu étais sur le qui-vive, tous tes sens étaient en alerte. Tu faisais attention à tout, tout les sons environnants, les faits et gestes du garçon duquel tu te méfiais beaucoup. Et en ce qui concernait l'artifice que tu tenais encore contre toi, tu le savais inoffensif. En tout cas avec toi. Mais ce qui était le plus inquiétant c'était que la grotte ne t'était finalement pas si étrangère que cela. De part son odeur d'ailleurs, tu savais qu'il y avait quelque chose de pas très nette là dedans, sans pour autant pouvoir mettre le doigt dessus.

Et alors que tu étais préoccupée à t'inquiéter sur ce qu'il se passait tout autour de toi, le garçon te fit redresser les oreilles sur ta tête. L'anglais ? Tu penchas la tête sur le côté, tu voyais bien qu'il parlait mal ta langue, la langue de l'île. Mais l'anglais ? C'était comme ça qu'on appelait la langue que tout le monde parlait ? Ou presque ? Tu fronças légèrement les sourcils, du moment que vous pouviez vous comprendre à peu de choses près, cela devrait aller. N'est-ce pas ? Il se présenta alors rapidement. C'était donc un soigneurs, avec un peu de chance il n'était pas violent. Pour toi, et en règle générale, les gens qui soignaient les autres n'étaient pas bien violents. Mais tu comprenais facilement que sur l'île et à ce moment précis, un écart ne serait peut être pas étonnant.

Tu baissas pourtant tendrement la tête vers la créature que tu tenais toujours contre toi. Tu devais avouer que la petite boule de poile te réchauffais le coeur. Et c'était aussi imagé que vrai. Susuarana te tenais chaud, autant qu'il pouvait te détendre. C'était une bonne chose. Tu étais moins sur les nerfs et c'était tant mieux. Tu souris quand tu l'entendis répéter les informations qu'avait donné le jeune soigneur. Son élocution te faisait sourire, bien que tu ne la comprenait pas toujours. Mais ton sourire s'affaissa doucement lorsque tu observas l'une de ses petites pattes venir effleurer les plumes dorées. Tu devins instantanément plus triste, avant de faire renaître un sourire presque contraint, pour répondre à l'artifice.

«Beryl... Il me manque terriblement...» lui soufflas-tu, bien que tu n'étais pas certaine de ce qu'il te demandait.

Tu la laissas cependant filé, alors que tes oreilles s'agitèrent de nouveau sur ton crâne. Tu t'accroupis au sol, dans une position un peu plus confortable que celle que tu avais, pour pencher la tête sur le côté, un doux sourire peint sur ton visage, malgré ta tristesse passagère. Wrath venait de frotter les cordes de ton jouet. Tu observas le Taquin sautiller en direction du garçon d'ailleurs. ET tes yeux se baissèrent sur le sol. Ta fée te manquait, et tu ignorais comment il se portait. Tu espérais de tout coeur qu'il ne soit pas affaibli ou malade. Mais il devait avoir trop de travail là bas, donc à aucun moment il ne pourrait venir te voir. Au moins, il s'occupait peut être à autre chose.

Mais la pseudo musique qui émanait d'entre les doigts du garçon te sortit de ton angoisse. Ce n'était pas si terrible une fois remplie d'eau. Tu pensais que le bois aller gonfler, ou peut être fissurer. En fait, tu n'en avais aucune idée de comment pouvait réagir le bois dans une telle situation. Tu grimaças un instant en entendant que certaines des notes semblaient bien pires que celles que tu parvenais à jouer. Finalement, l'eau n'était pas du tout une bonne idée pour l'instrument ! Ton visage se tourna rapidement vers Susuarana, que tu regardas avec étonnement. Tu n'avais pas compris un traitre mot de ce qu'il avait pu dire. Mais tu fus encore plus étonnée lorsqu'il se mit à chanter. Mais quelle idée venait-il d'avoir ?

Tu gloussas doucement, amusée par le comportement de la créature avant de te relever doucement. Tu fis plusieurs tours sur toi même, écartant tes- ton aile, pour finir dans une révérence maladroite. Une danse approximative, pour un chant et une musique approximative. Cela se mariait à merveille. Mais tu ne pus t'empêcher de rire doucement à tout ceci, avant de te remettre en place alors qu'ils continuaient. Tu caressas distraitement tes plumes, calmée brutalement. La pluie ne t'animais pas comme avant, tu étais plus maussade, morose. Tu étais triste, constamment triste. Tu te mordis doucement la lèvre avant de regarder derrière toi. Vous faisiez du bruit, beaucoup trop de bruit. Tu posas une main contre la paroi, tu la sentais vibrer, presque trop fort. Un dernier regard vers tes compagnons de route, tu avais soudainement peur. Peur que vous n'ayez réveiller quelque chose par mégarde.

Tu t'éloignas de quelques pas, te rapprochant du bord de l'eau. C'était déjà assez profond, mais tu n'allais certainement pas te risquer à mettre une seule patte là dedans. Tu y aperçus d'ailleurs des crânes posés au sol. Cela n'avait à priori rien d'inquiétant, et tu trouvais cela même normal. Mais tu devais avouer que là, tout de suite, tu n'étais pas rassurée. Tu reculas du bord de quelques pas, sans doute effrayée de voir une sirène ou tout autre poisson trop gros te sauter au visage et te noyer.

Un grondement. Tu sursautas, et te tins droite. Il résonnait trop fort, et tes oreilles s'agitaient beaucoup trop sur ta tête pour parvenir à savoir d'où cela venait. Intérieur ou extérieur ? Il ne s'agissait peut être que d'un coup de tonnerre. Pan était sans doute en colère, pour ne pas changer. Tu serras les dents avant de soupirer longuement. Tu pris alors la décision de revenir vers tes deux compagnons de route, bien que tu ne te sois pas beaucoup éloignée. En cas de problème, tu préférais largement être près d'eux. Sans doute que l'esprit de groupe t'apportait un genre de sentiment de sécurité. Tu ignorais s'ils l'avaient entendu, pourtant ce bruit n'était sans doute pas passé inaperçu. Mais avec le bruit d'un chant et de la musique, peut être qu'il avait été avalé.

Non, tu n'étais pas rassurée du tout à cet instant. Pourquoi étais-tu sortie hors de ton nid déjà ? Mais enfin, tu n'allais pas passer tout ton temps à hiberner dans ta tanière, tu avais besoin de voir la lumière absente du jour. Pitié que ce calvaire finisse rapidement. Car tu n'en pouvais plus. De toute cette pluie.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wrath
avatar

♣ Soigneur ♣


✘ AVENTURES : 28
✘ SURNOM : La flamme
✘ AGE DU PERSO : 15 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Yes !
✘ LIENS : You can have more than one home. You can carry your roots with you, and decide where they grow.


MessageSujet: Re: Echos de l'âme. [libre]   Mar 23 Mai 2017 - 14:40

L'unique espoir pour l'instrument était d'être reproduit à l'identique, car il n'y avait plus grand-chose à tirer de ce qu'il tenait entre ses mains. Pourtant, ça n'arrêta pas Wrath, qui s'obstina, comme il le faisait toujours si bien, et il tenta de balancer ce que l'eau avait endommagé avec ses connaissances en matière de musique. Qu'importait la mélodie, tant qu'il pouvait au moins s'entraîner, faire vivre la musique d'une manière ou d'une autre. Avec son couteau, peut-être qu'il parviendrait à fabriquer quelque chose de similaire. Une grande première pour l'adolescent qui achetait généralement ses instruments. Sauf que ce n'était plus son ancien monde, et que certaines choses devaient être totalement repensées.

La créature n'était plus si terrifiante, maintenant qu'il l'écoutait chanter. C'était un peu trop fort, et inattendu également. Pas forcément de mauvaise augure non plus. Wrath avait connu assez de souffrance et de malheur pour ne plus jamais croire au mauvais sort. Il s'agissait simplement d'apprécier cet instant, sans chercher à le comprendre. La nature en elle-même de son chanteur passa au second plan, remplacée par le rythme qu'il tapait dans ses mains. Un que le Soigneur tenta de suivre, plutôt que l'inverse. Après un moment, il parvint même à sortir quelques notes qui n'étaient pas une catastrophe.

Il vit, du coin de l’œil, une aile suspecte, une nouvelle anomalie de ce monde qu'il ne parvenait pas à comprendre. Et, pour une fois, le garçon décida de tout ignorer, de jouer plutôt que de s'interroger. Ce n'était pas si mal, d'être coincé dans cette grotte gorgée d'eau avec ces étranges compagnons. Une danseuse, un musicien et un chanteur à fourrure. Quel mélange fascinant, et l'ombre d'un sourire naquit sur ses lèvres, furtivement. L'adolescent se mit à fredonner, cherchant à ne pas perdre le fragile équilibre qui venait de se créer. Le bois trempé sous ses doigts allait bientôt cesser de donner quoi que ce soit d'acceptable, et ce n'était qu'un partage éphémère. Un qui s'arrêta plus vite que prévu, sous l'impulsion de quelque chose d'incertain.

Un son se fit ressentir contre son dos, plus fort que les précédents. Une impulsion répétitive, comme s'il y avait quelque chose de prisonnier sous la paroi. Et puis quelque chose de plus lointain, comme un grondement furieux. Cette fois, Wrath décida de terminer le morceau. Ses doigts cessèrent de courir contre l'instrument malmené, et il le posa à ses côtés pour se relever. Sa main chercha le couteau dans sa poche, et vérifia la présence de sa lame fétiche, de celle qui le protégeait depuis longtemps. Si quelque chose les attendait dans les profondeurs, alors tout risquait de devenir dangereux. Enfin, tout l'était ici, et le Coréen paranoïaque l'avait déjà bien réalisé.

De sa main libre, le garçon pointa vers l'endroit dont la jeune fille revenait, de l'eau plus profonde, comme pour l'interroger sur ce qu'elle avait vu. Un second grondement, qui semblait cette fois-ci bien plus proche, ne fit qu'augmenter sa méfiance. Quelqu'un, ou quelque chose, risquait de sortir de l'ombre s'ils restaient trop longtemps dans les parages. Sauf que retourner à l'extérieur n'était pas non plus malin, au vu de la tempête qui y régnait probablement encore.

Son bras se baissa rapidement, et Wrath pressa une fois de plus son dos contre la paroi. Tant que le niveau sonore baissait, rien n'arriverait. C'était un pari risqué, mais il était prêt à courir le risque pour rester un minimum au sec. Ne serait-ce que pendant un moment. « Wrath, » répéta t-il en se désignant, avant de faire la même chose pour eux. Chacun devait avoir un nom, et à présent, il lui semblait utile de les découvrir. Sa voix était devenue plus basse, mais ça restait audible.

Tout en s'exprimant, le Coréen garda son regard fixé sur les profondeurs, pour être en mesure de réagir au quart de tour en cas de danger. Une de ses jambes poussa un peu l'instrument vers lui pour le garder à portée en cas de fuite précipitée. Si ça se trouve, il appartenait à l'un des des deux compères, mais il ignorait comment poser une telle question. Et s'exprimer uniquement par des gestes commençait à devenir épuisant pour celui qui évitait en général la compagnie des autres.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Susuarana
avatar

☽ Artifice ☾


✘ AVENTURES : 28
✘ SURNOM : Le Taquin
✘ AGE DU PERSO : Jeune

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Fiche
Liens

MessageSujet: Re: Echos de l'âme. [libre]   Mar 23 Mai 2017 - 15:49

Susuarana trouvait Spinel très élégante, avec sa grand aile. Même si elle n'en avait plus qu'une. Ça faisait comme une cape de plume, avec des reflets de couleur. Dans le noir, on les voyait ondoyer en fines raies de lumière. Quand elle fit sa révérence, il esquissa un sourire.
Mais tandis qu'elle se prenait à explorer les alentours, l'artifice retourna à sa chanson et ses rêveries bestiales. Wrath l'avait accepté dans son cercle, en continuant ainsi de jouer. Pour l'animal, c'était un signal important.

Peu à peu, l'atmosphère s'épaissit à nouveau dans le silence. Susuarana se tut, comprenant qu'on s'inquiétait au sujet de choses invisibles. Wrath reposa son instrument, tandis que Spinel revenait à pas de loup. Grondement.
L'artifice tendit l'oreille. Ça ne ressemblait pas au froissement de la pierre sur la pierre. Nul éboulement à craindre, alors. Mais cela ne ressemblait pas au tonnerre, ni à l'eau qui roule et monte. Point à redouter la punition des éléments. Non, c'était un grondement de bête. Quelque chose d'animal. Le gros qui menace le petit.

Wrath répéta alors son nom, avant de les pointer alternativement du doigt, l'un et l'autre. Le Taquin comprit immédiatement.
« Susu ana.
Dit-il à voix basse, en posant une griffe sur la poitrine. Il désigna ensuite la harpie et de dire :
« Supi-nalee.
Après un court instant, l'animal désigna l'obscurité de la grotte.
« Tik tok tik tok ?
Là était la grande question. Cela dit, le crocodile n'était pas la seule menace à craindre, car la pluie avait repoussée bien des créatures dans les profondeurs. Il pouvait tout aussi bien s'agir d'un monstre quelconque. Un fauve, ou une horreur. Comment savoir ?
« Graow graow, shhh shhh !
Ajouta le petit artifice. Pour étayer ses propos, il se mit en position de chasse, à quatre pattes et l'air menaçant. Puis, il prit un cailloux et cacha derrière trois petits cailloux. Il fallait que ses comparses comprennent qu'un prédateur ne grogne pas quand il traque. Sinon, le gibier s'enfuirait aussitôt.
Ce grognement était sans doute une réaction au bruit, mais il doutait fort que la créature les ait repéré visuellement. Autrement, elle ne gronderait pas. Elle se tairait, approcherait doucement pour leur sauter dessus au dernier moment et les entraîner tous dans l'eau.
Ils avaient donc encore une courte marge de manœuvre.
« Shhh...
Conclu le petit artifice, en plaçant son index devant sa mâchoire dentée.

Le Taquin s'abaissa à quatre pattes. Comme un félin agile, il glissa doucement, vers le fond de la grotte. Ses coussinets de pierre toquaient sur les galets, comme des cailloux tombés. Il n'en allait que plus lentement, plus lestement, pour atténuer son impact sur l'écho de la cavité. Pas après pas, prédateur à la recherche d'un prédateur plus gros encore.

Légèrement, précautionneusement, l'artifice plongea un peu plus dans le noir. Et de ses prunelles sombres, il observa les ténèbres, comme un chat dans la nuit.

Au fond de la grotte, était une toile d'eau immobile. Un lac souterrain, dont le fond débouchait probablement sur une galerie et tout un réseau de grottes interconnectées. On disait que le crocodile changeait souvent de nid. Mais à en juger par les crânes et les débris d'os répandus ça et là, les incidents n'étaient pas rare, par ici.
Susuarana plissa les yeux. Sans bouger, il était comme une pierre au milieu des rochers et des galets. L'expérience de la chasse et d'être chassé aidant, il se faisait oublier. Et tout en devenant un élément de décors parmi les autres, il scrutait les murs, les reliefs, à la recherche du moindre indice.

Soudain, l'onde se froissa. Il y avait des cercles concentriques qui s'élargissaient depuis le centre du lac. Aucun caillou, aucune goutte n'était tombée pour expliquer ce mouvement des choses. Susuarana comprit qu'il fallait faire vite.

Son regard continua de fouiller l'espace, à la recherche du moindre interstice. Des monticules derrière lesquels se cacher. Des galets à utiliser comme des projectiles. Les humains savaient faire du feu : pourquoi Wrath n'en allumerait-il pas un ? Le feu était la chose la plus effrayante, pour un animal. Susuarana ignorait qu'on ne pouvait rien allumer, avec une humidité pareille.

C'est alors que la porte du salut se dévoila devant lui. L'artifice aperçu une cavité étroite. Une fissure, peut-être, dans la roche. Et depuis cette fissure, on sentait souffler une brise glacée légère, presque imperceptible. Il n'en fallait pas plus pour comprendre que cela débouchait sans doute sur un couloir, ou une autre salle. C'était leur chance... ou bien leur perte ? Impossible à dire. Toujours est-il que le rouquin se dépêcha de rejoindre le groupe.
« Graow ! Graow !
Fit-il en désignant le fond de la grotte. Il prit alors deux cailloux, qu'il disposa de manière à laisser un mince passage entre eux.
« Susu ana nouva ! Ush !
Puis, il fit passer les trois petits cailloux dans le passage.
« Susu ana, Supi-nalee, Vu-la-su. Ush !
Conclu-t-il, l'air pressé, tout en désignant toujours le fond de la grotte. Il prit alors un quatrième caillou, plus gros, et montra comment ce dernier ne pouvait pas passer par le passage.
« Tik tok, tik tok.
A ces mots, le petit artifice retourna vers le fond de la grotte, tout en tirant sur le pan du vêtement de Spinel.
« Ush !
Ils devaient se dépêcher. Une seconde d'hésitation et la bête risquait de faire surface avant qu'ils n'aient eu le temps de rejoindre la crevasse.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spinel
avatar

☯ Légendaire ☯


✘ AVENTURES : 26
✘ SURNOM : L'Arrachée
✘ AGE DU PERSO : Elle ne sait pas compter

✘ DISPO POUR RP ? : Oui !
✘ LIENS : Une Histoire
Des Contes

MessageSujet: Re: Echos de l'âme. [libre]   Mer 31 Mai 2017 - 21:56

L'effervescence de la nature dépendait de l'eau qu'elle recevait.
Et la pluie ne te dérangeait pas d'habitude, car elle était plutôt modérée. Mais chacun sait qu'il faut de l'eau pour vivre, et cela était valable pour l'intégralité du règne de l'île. Mais trop de pluie fait changer. Les humeurs changent, tout finit par devenir pus féroce, plus sauvage. Et tu étais évidemment touchée par ce phénomène. Tu étais bien plus sur la défensive, plus en proie à l'agacement et la colère. Pourtant, en règle général, tu n'étais pas la plus violente des créatures. Tu étais même pacifiste, tant qu'on ne te dérangeait pas. Bon nombre de harpies étaient bien différentes de toi d'ailleurs, elles privilégiaient souvent les attaques sur les enfants par exemple. Toi, ça ne t'a encore jamais attiré. Un jour peut être. Oui, un jour peut-être, pensas tu alors que tes yeux se fixèrent doucement sur le garçon qui vous accompagnait.

Un autre grondement. Tu tournas lentement la tête vers l'intérieur de la grotte, cherchant sans vraiment trop chercher d'où cela pouvait venir. Le plus terrible dans l'histoire, c'était que le monstre vous prévenait de sa présence. Et tu ignorais s'il vous voulait du mal, où s'il vous mettait seulement en garde. La grotte avait une telle résonnement que cela pouvait en devenir insupportable, tu en étais convaincue. Surtout par ce temps. Et puis, l'eau grimpante et l'espace qui se réduisait ne faisait qu'intensifier la chose. La grotte t'étais familière, terriblement familière, sans que tu ne puisses te souvenir de son propriétaire. Tes yeux revinrent sur tes acolytes, alors que eux aussi semblaient s'inquiéter de leur sort. Wrath se présenta de nouveau. Ah oui, tu avais omis de faire de même. Mais tu devais avouer que tu étais bien plus inquiète pas le danger environnant que par le fait qu'on puisse connaître ton nom. Pourtant, Susuarana s'en chargea pour toi, il se présenta, puis toi. Tu fronças légèrement les sourcils, concentrée sur autre chose que la conversation.

Puis l'artifice te fit ouvrir grand les yeux. Le Crocodile bien sur. C'était sa grotte. Comment avais-tu pu être assez idiote pour ne pas la reconnaître ? Sans doute parce que tu n'y étais jamais entrée par cet endroit, et que les galeries étaient nombreuses. Et que l'humidité environnante brouillait toutes les odeurs. Tu te rapprochas alors un peu plus du binôme. Tu pensais que c'était dangereux d'être ainsi groupé, mais c'était bien plus confortable. C'était plus rassurant. Tu observas un instant le Taquin observer les alentours. Tu avais compris rapidement que la bête ne vous traquait pas, mais qu'elle allait vite perdre patience. Tu enviais sa nyctalopie d'ailleurs. Toi aussi tu aurais aimé pouvoir voir parfaitement dans l'obscurité. Et bien que cela soit à moitié le cas, tu n'étais à ce moment d'aucune grande aide. Tu t'approchas alors du soigneur, un doux sourire affiché sur tes lèvres. Le temps que l'artifice y voit un peu plus clair, tu pouvais au moins te montrer un peu plus clémente avec le garçon.

Tu t'approchas alors doucement de lui, venant attraper avec tout autant de douceur ton instrument qu'il avait dans la main. Tu penchas la tête sur le côté, attendant qu'il lâche prise avant de le scruter. Il pourrait le garder, si cela lui chantait. Mais tu doutais qu'il en tire d'avantage que ce qu'il avait réussi à faire il y avait quelques minutes. Tu glissas lentement tes ongles pointues - qui s'apparentaient d'avantage à des griffes- sur le bois mouillé. Il avait souffert le pauvre. Pourtant, avant que tu ne puisses analyser trop l'objet, tu te tournas vers Susuarana qui semblait bien trop agité à ton goût. Tu penchas la tête sur le côté. Le temps pressait. Tu relevas les yeux vers le lac de la grotte, serrant distraitement la mâchoire. La créature vous fit rapidement comprendre qu'il fallait faire vite. De se presser, sans quoi il allait arriver malheur. Tu invitas le garçon à vous suivre, l'attrapant par le poignet avant de suivre le Taquin qui tirait doucement tes plumes. Il avait vu une faille, assez étroite pour que vous puissiez passer tous les trois et pour que la mâchoire du Crocodile ne vous atteigne pas.

Tu fis signe à Susuarana de vous montrer la voie, de passer en premier dans la fissure que tu avais fini par repérer toi aussi. C'était étroit. Le museau du Crocodile ne pourrait pas y passer, et si jamais c'était le cas, il ne pourrait pas l'ouvrir. Tu attiras Wrath devant la fissure, lui faisant signe qu'il devait passer. Tu ne voulais pas le laisser en arrière. Car de vous trois, tu pensais que c'était lui qui courrait le plus de risque. Ce n'était qu'un enfant. Alors, tu pris sur toi, sur ta méfiance, pour le garder en vie. Peut être qu'il t'en sera redevable, un jour ? Tu posas une main contre la pierre, avant de te tourner lentement vers le lac. Ce n'était pas Le Crocodile. Tu n'entendais rien. Et lui, il faisait du bruit même lorsqu'il était dans l'eau. Le temps allait vous manquer. Tu serras à nouveau la mâchoire, alors que tu distinguais l'eau se froisser, vibrer aux mouvements des créatures sous marines, qui semblaient beaucoup trop proches de la surface. Tu fronças les sourcils en voyant l'ombre un peu plus distinctement dans l'eau. Tu n'aimais pas ça du tout. Mais, tu étais certaine d'une chose, ce n'était pas Le Crocodile. Tu te retournas alors vivement vers Wrath. Tu ne te faisais pas de soucis pour l'artifice, il était bon gaillard malgré sa petite taille. Mais pour les soigneurs, tu avais entendu dire que ce n'étaient pas forcément des combattants.

«Wrath ! Dedans ! Maintenant ! » avais-tu crié, sous la détresse et la pression, alors que tu te pliais légèrement sur tes jambes, prête à bondir.

Et alors que ta voix résonnait dans la grotte, tu perçus un sifflement. Ce sifflement de crocodile, ou d’alligator, quelque chose de distinct, qui appelle à la chasse. Toi aussi tu avais faim, et tu aurais sans doute tout donner pour avec un peu de viande de crocodile. Mais, tu étais fatiguée et affaiblie, ce n'était aucunement le moment de chasser. Bien que cela vous aurait fait un terrible en-cas.

Mais la gueule sortit trop rapidement de l'eau. Et ta détente se fit tout juste assez rapide pour que ta patte ne frôle qu'à peine le museau du crocodile. Tu atterris avec légèreté sur le museau de la créature. Un coup d'oeil furtif derrière toi pour t'assurer que le monde était entré dans le fissure, il ne te restait qu'une petite fenêtre. Autant de temps, que d'espace. Il fallait que tu soit précise. Mais tes sauts t'avaient toujours sauvé la peau, pourquoi pas aujourd'hui. Il y eut comme un moment d'hésitation entre ton crocodile et toi, qui te parut être une éternité. Pourtant, il ne s'était écoulé qu'une seconde. La gueule s'ouvrit à nouveau, et tu profitas de sa détente et de la tienne pour sauter en arrière, et rejoindre l'entrée de la fissure. Un autre saut te permit de te faufiler au dessus de tes acolytes. Car même si la fissure était étroite, elle était haute. Tu pris alors appuie à l'aide de tes mains et tes pattes, sur les parois. Tu tremblais. Et tu voyait la créature se précipiter sur la fissure. Il fallait avancer. Mais d'abord, tu devais trouver de quoi lâcher prise tranquillement sans risquer de te faire happer par les crocs du monstre.

Et c'était terriblement inconfortable comme position.

HS:
 






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wrath
avatar

♣ Soigneur ♣


✘ AVENTURES : 28
✘ SURNOM : La flamme
✘ AGE DU PERSO : 15 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Yes !
✘ LIENS : You can have more than one home. You can carry your roots with you, and decide where they grow.


MessageSujet: Re: Echos de l'âme. [libre]   Jeu 8 Juin 2017 - 23:17

Participer à ce type d'activité était tout nouveau pour l'adolescent, plus habitué à se fondre dans le décor sans un bruit. Interagir avec ces deux-là n'était pourtant pas une corvée, loin de là. Ils comprenaient l'essence de la musique, ce qui la rendait merveilleuse malgré les fausses notes. Ensemble, ils partageaient quelque chose qui valait de se faire tremper jusqu'au os par cette pluie amère qui recouvrait l'île depuis son arrivée. Wrath n'était pas convaincu que le déluge s'arrêterait un jour, prompt à se méfier au lieu d'espérer une quelconque amélioration. Ce n'était pas surprenant, au vu de là d'où il venait, ce territoire dont il fallait s'enfuir pour avoir une chance de voir autre chose.

Susu, Supi. Ce fut ainsi que les noms s’immiscèrent dans son esprit, sans qu'il ne se dise que la prononciation de l'artifice était différente de celles des autres. Courts et simples à retenir, et le reste disparu un peu trop rapidement, effacé par le danger qui se rapprochait d'eux depuis un bon moment. Bien sûr, c'était toujours ainsi qu'une tragédie se produisait, frappant au hasard. Cette grotte était peut-être le repère d'un démon (et il croyait en eux plus qu'aux fées ou autres créatures magiques, qu'importe la présence de deux d'entre elles devant ses yeux).

Wrath s'accroupit en face de la petite créature tandis que cette dernière leur expliquait ce qui paraissait être un plan. Une façon de fuir la menace, ou bien de la combattre. Le regard attentif de l'adolescent ne quitta pas les cailloux employés pour étayer la théorie de Susuarana, et la Flamme réalisa que le but était tout simplement de les avertir de ce qui se tramait plus qu'autre chose. C'était suffisant pour comprendre l'idée générale, le danger sous-jacent, et il répondit par un hochement de tête un peu sec. Difficile de faire mieux, de demander ce qui était en train de se produire de façon plus détaillée. Le plus important était de ne pas s'éterniser, surtout au vu des bruits qui parvenaient d'un peu plus loin.

Son instinct, généralement juste, lui souffla de ne surtout pas suivre la créature vers le fond de la grotte. Wrath préféra s'adosser au mur, observant l'instrument de musique qui appartenait sans doute à Spinel. Il le lui avait rendu sans trop y penser, comprenant pourquoi le bout de bois avait été laissé vers l'entrée du lieu. Encombrant et endommagé, il lui aurait été difficile d'être utile. Il était dommage que Wrath ne sache pas comment interroger sa camarade d'infortune au sujet de l'instrument. En construire un nouveau aurait été plus simple avec des indications claires.

Il finirait sans doute ses jours ici, seul et abandonné. L'emporter était devenu dangereux au vu de sa taille, et Spinel s'en rendait sans doute compte également. L'idée de ne pas le prendre était cependant dérangeante, d'une façon que le garçon ne parvenait pas à expliquer. Ses ongles s'enfoncèrent dans sa paume quelques secondes, juste assez pour lui permettre de ne pas perdre sa concentration. Tout ça devenait fatiguant, et il avait envie de retourner au Grand arbre pour se réfugier à l'infirmerie.

Une pensée dangereuse, puisque le lieu n'était qu'une demeure forcée de plus. Et certainement pas la maison dont il avait cessé de rêver depuis bien longtemps.

Les ongles de la jeune fille n'en étaient pas véritablement, mais il était simple d'ignorer une telle anomalie. Le Soigneur savait se faire violence face à ces choses qu'il ne souhaitait pas comprendre ou analyser plus que ça. Et puis tout en profita pour déraper, les événements se bousculant les uns après les autres.

« Ne me touche pas, » siffla t-il en Coréen, se braquant immédiatement au contact. Ce n'était pas tant la nature de sa vis-à-vis qui lui posait un problème. Uniquement le fait que l'adolescent ne supportait pas qu'on le touche. L'envie de se dégager et de la repousser était forte, et Wrath fit un énorme effort pour ne pas hurler et encore moins frapper celle qui tentait sans doute de lui venir en aide.

Les pierres offrirent un message peu plaisant, celui que fuir était la seule option une fois encore. Pourquoi est-ce qu'ils ne voulaient pas tenter d'affronter ce qui se mettait sur leur chemin ? Par crainte de mourir ou bien connaissaient-ils la puissance de leur ennemi ? Dans tous les cas, le garçon commençait à fatiguer moralement, et il se massa le poignet dès que Supi accepta de le lâcher. Ses mots précédents, un peu trop durs ne nécessitaient pas d'excuse, puisque lui seul pouvait les comprendre.

Une technique un peu lâche, que Wrath n'appréciait pas plus que ça.

Pas plus que le son de l'eau en mouvement. Leur adversaire se rapprochait dangereusement, prêt à frapper en sortant de l'ombre. Pourquoi est-ce que cette île possédait autant d'eau partout, hein ? Le Soigneur n'eut pas le temps de s'interroger à ce sujet, forcé de se réfugier au travers de la fissure peu confortable. Il était difficile de trop s'y engager, étroite comme elle était.

Pourtant, il s'y força une fois devant le fait accompli. La créature était un monstre marin qu'il n'avait vu que dans les livres. Un qui lui donna l'impression que sa vie était véritablement en jeu s'il n'écoutait pas ses camarades. Même dans la pénombre, les dents aiguisées de la bête étaient immanquables, et Wrath lança un regard en biais à Susu, un peu effrayé. Pas assez pour l'admettre, et encore moins le montrer, outre l'éclat de panique qui traversa furtivement ses pupilles sombres.

Le second assaut fut terrifiant, bien plus que celui dont il n'avait pas été directement la cible. Son couteau paraissait être une arme bien maigre face à l'ennemi. Wrath était habitué aux combats perdus d'avance, ou la chance n'existe pas, ce qui expliqua la manière dont il tira la lame de sa poche sans se soucier du danger. Face à la puissante mâchoire, le Coréen se savait perdu.

Ce fut pour ça qu'il se baissa, pour s'accroupir au dernier moment et viser le cou de la créature qui tentait de les dévorer. Au moins, l'alligator (ou bien était-ce un crocodile ?) effectua un mouvement en arrière sous le coup de la surprise. La Flamme s'était cependant ratée, ne réussissant pas à causer plus qu'une faible marque sur la chair tendre. Il se redressa sans atteindre, levant sa main libre vers Spinel.

« Supi. » Il fallait qu'elle profite de cet instant pour descendre, et qu'ils se fraient un chemin dans cette fissure qui risquait bien de les étouffer vivants.

Quelques gouttes de sang s'écrasèrent alors sur le sol, et Wrath cligna des yeux, constant que sa main libre, qu'il avait posé sur le recoin de la fissure pour ne pas perdre son équilibre en attaquant, était blessée. Rien de bien grave, les crocs avaient sans doute frôlés la chair naturellement meurtrie par ses soins. Il ne ressentait plus grand-chose à ce niveau là. Rapidement, il essuya sa main dans son pantalon, sans s'en soucier.

Spoiler:
 






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Susuarana
avatar

☽ Artifice ☾


✘ AVENTURES : 28
✘ SURNOM : Le Taquin
✘ AGE DU PERSO : Jeune

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Fiche
Liens

MessageSujet: Re: Echos de l'âme. [libre]   Ven 9 Juin 2017 - 10:17

Tout alla très vite. Le garçon et l'artifice eurent à peine le temps de glisser dans la fissure que la bête surgit hors de l'eau et Spinel de bondir pour l'esquiver. Son agilité remarquable venait de sauver la harpie. Ainsi, en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, elle se retrouva perchée sur le museau de la menace, en un pied de nez aussi épatant que dangereux.
Susuarana capta dans le même temps le regard de Wrath, dont la bravoure garrottait la peur. Il y voyait briller la même crainte dissimulée que lui-même ressentait en ce instant suspendu. L'animal sentait ces choses là, lui qui vivait dans les gestes plutôt que le langage. Il n'avait pas besoin qu'on lui dise pour comprendre.
Le sable reprit son écoulement fatal, dans le grand sablier du temps. Un nouveau bond esthétique envola Spinel du monstre, droit vers la fissure. La harpie y glissa avec l'aplomb leste d'une hirondelle. Perchée au dessus du duo des déjà réfugiés, toute tremblante qu'elle était, on mesurait seulement l'ampleur du miracle.
Le monstre réalisa sa gaucherie dans l'instant qui suivit et s'en encoléra encore davantage. Susuarana, sentant l'assaut venir, se gonfla tout d'un coup. Son poil hérissé, il apparaissait deux fois plus gros qu'à l'ordinaire. Et on pouvait entendre résonné, du fond de sa gorge, un grondement semblable au puma en colère. Tout assorti d'une braise de fureur dans le regard, c'était terrifiant.

Au moment où Wrath s'abaissa pour asséner au puissant reptile un coup de couteau, le petit artifice bondit sur son dos. Armé d'une poignée de gravier et de coquillages ramassés à même le sol, il visa droit les yeux de la bête et déchargea ses projectiles en un jet rectiligne et puissant. Puis, il se rétabli en un salto arrière, bien au fond de la fissure.
L'effet combiné de ces deux attaques repoussa temporairement le monstre. On le vit reculer de quelques pas, vraisemblablement surpris par la résistance de trois proies faciles.
Susuarana savait, toutefois, que les choses n'en resteraient pas là. Mais au moment où il songea à s'enfoncer plus avant dans la fissure, une nuée de chauve-souris s'en échappa en grinçant. Un instant de pur chaos. Elles volaient en tous sens et jaillissaient depuis le mur comme le sang d'une plaie.
L'artifice s’aplatit au sol en réponse, les pattes autour de la tête et la queue du corps, en attendant que ça passe. Au dehors, on entendait la confusion du chasseur reptilien, qui ne savait plus où donner de la tête.
L'essaim de chauve-souris cessa bientôt d'affluer depuis la fissure, mais on les entendait encore s'agiter dans la cavité. La mâchoire puissante du reptile claquait, on voyait des yeux rouges danser partout. Le concert macabre résonnait dans la grotte, amplifiant encore son effet sur les cœurs.

Susuarana avait très peur. Ça le faisait couiner et gémir, comme une bête blessée. Il ne bougeait plus du tout, roulé en boule qu'il était.
Les chauve-souris n'étaient pas méchantes, mais elles se prenaient dans les poils et grinçaient en petits sons aiguës. Parfois, elles se cognaient même sur les visages. Leurs ailes toutes noires et molles produisaient la sensation d'un mollusque dégoûtant. Il n'aimait pas ça du tout.
Et de ce qu'il avait entendu dire, certaines suçaient même le sang. Heureusement qu'il n'était pas coupé.

Spoiler:
 







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Echos de l'âme. [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ville Libre de Mévry
» [Blabla] Presse Libre - Ecrivez votre commentaire!
» OU SE TROUVE LE BOUTON LIBRE CREDIT SUR JEUTEL?
» Houston ? Nous avons un problème (pv libre)
» le québec libre!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Jungle Luxuriante :: Les Profondeurs Périlleuses :: La Grotte du Crocodile-