Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ancienne Mère
avatar

Invité



MessageSujet: rain and orcas upon our heads — freckles   Sam 18 Mar 2017 - 23:10

RAIN AND ORCAS UPON OUR HEADS




Plic ploc plic ploc mes souliers s'enfoncent sur le bois de l'arbre et je joue un peu à la funambule car je sais qu'à chaque instant mon pied peut déraper.
..........Je dois faire attention.
Plic ploc plic ploc la pluie bat contre mes joues creuses trop creuses et sa caresse glacée me fait pousser un soupir de soulagement.
Aujourd'hui je vais voir Freckles
et je crois que cette pensée me fait chaud au cœur.
Freckles ah Freckles toujours le mot pour rire toujours le sourire aux lèvres.
Je ne sais pas ce que je ferai sans lui
et j'espère que lui non plus que sait pas ce qu'il ferait sans moi.
..........Mais je ne me fais pas d'illusions.

Plic ploc plic ploc je vois la tignasse rousse plus loin entre les branches et je me rapproche rapidement, le pas alourdi par ma robe chargée de pluie couleur de ciel, portée par cet unique rayon de soleil.

Freckles !

Je suis là maintenant juste en face de toi et les bords de ma jupe frôlent tes jambes dangereusement découvertes.
..........Comment fais-tu Freckles.
Ma voix est pleine d'un profond respect et pendant une seconde j'ai hésité à t'appeler chef
mais je sais que tu n'aimes pas ça.
Alors je me contente de te sourire un petit peu c'est léger Freckles, je n'ose pas te regarder dans les yeux alors les miens tracent des constellations dans tes tâches de rousseur.
Non vraiment c'est très joli.

J'espère qu'on arrive pas trop tard.

Et je sens mon sourire qui s'efface mes mains qui se crispent sous la pluie.
Un petit livreur (un de mes petits) était tombé des hautes branches voilà quelques heures quelques minutes peut-être et
je crois que c'est le devoir de le retrouver qui nous réunit maintenant.
Non le petit ne sait pas nager.
Moi non plus d'ailleurs.
Et mes yeux glissent jusqu'à la barque attachée qui flotte à nos côtés dieu que l'eau monte vite.

Il-Il a pas plus aller (couler) trop loin en si peu de temps.

Je me rends compte que je n'arrête pas de parler de temps et
je crois que l'ironie m'échappe.
Mes mains agrippent le lourd tissu qui entourent mes cuisses pour le soulever et je pose un pied sur la barque, les deux puis c'est tout le corps qui suit.
Non la vie d'un enfant vaut bien plus que toutes les précautions du monde.

Alors je tends ma main (squelettique mes phalanges ressortent) vers toi, je sens la barque qui tremble sous mes jambes tendues (d'où elle sort d'ailleurs) et je te lance un regard en biais Freckles
je crois que j'ai peur pour lui.
Et sûrement pour nous.
BY MITZI
Revenir en haut Aller en bas
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1345
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: rain and orcas upon our heads — freckles   Dim 19 Mar 2017 - 19:10

Il attend, les mains dans les poches, sautillant sans y penser d'une jambe sur l'autre. Pour passer le temps il regarde les vagues, qui emmènent la barque amarrée se cogner aux racines du Grand Arbre. Il a froid. Il a mis un sweat jaune aujourd'hui, une couleur qui pète les yeux, comme pour essayer de contrer le bleu qui bouffe tout autour, mais ça ne change rien au fait qu'il a froid.
Il attend Abbie.
Abbie la nouvelle maman, cette fille toute douce et toute maigre dont il a vachement de mal à se rappeler le nom. Quand elle est venue le voir, affolée, il a bien mis trente secondes à le retrouver, et s'en est voulu. Il lui a dit t'inquiète pas et retrouve moi en bas aussi vite que tu peux. Il a laissé Nuwala dans les pattes de Pretty et a dégringolé les étages récupérer une barque, une de celle qu'ils construisent à la chaîne chez les artisans et sans qui c'est impossible de s'éloigner de l'arbre.

Elle arrive avant qu'il aie le temps de s'ennuyer, elle l'appelle avec sa voix cassée et elle déverse son inquiétude. Comme à chaque fois il l'observe avec curiosité. Il regarde sa jupe immense et trempée et se dit qu'elle doit peser une tonne.
Puis il lève les yeux vers elle et lui fait un sourire qu'il espère lumineux.

« Ça va aller. T'as réagi vite. T'inquiète pas. On va le retrouver. »

Il essaie d'avoir l'air convaincu mais il ne l'est pas. Il y a du courant, et beaucoup de hauteur. Au mieux, le gamin s'est accroché à une branche et a dérivé. Au pire, il s'est déjà noyé. En l'espace de quelques jours Freckles a redécouvert ce qu'était une noyade. C'est rapide, silencieux et terrifiant. Ça peut ne mettre que quelques secondes.
Quelques secondes, et plouf.
Il ne dit rien. Peut-être qu'Abbie espère vraiment. Elle monte sur la barque, et il et accepte sa main osseuse pour monter à son tour, un peu à contrecœur. Il a l'impression que c'est à lui de l'aider, pas l'inverse. L’embarcation tangue un peu sous leurs pieds; Freckles se laisse tomber à genoux pour être plus stable et se bat quelques secondes avec le nœud qui les amarre aux racines, leur dernier lien avec le sol. Il parle à Abbie sans se retourner vers elle.

« Prends une rame. Tu sais ramer ? Tu veux que je te montre ? »

Il parle super vite, comme son temps de parole se déduisait de l'espérance de vie du petit tombé de l'arbre. Il finit par réussir à défaire le nœud, et la barque commence à dévier tout doucement. Il attrape la deuxième rame et teste son poids dans ses mains.

« Tu te rappelles de quel côté il est tombé ? »

Son ton est plein d'urgence et un peu impérieux. Il ne fait pas exprès. Il ne veut juste pas se dire que leur mission est perdue d'avance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: rain and orcas upon our heads — freckles   Lun 20 Mar 2017 - 18:37

RAIN AND ORCAS UPON OUR HEADS




Eh oui Freckles je m'inquiète un peu (beaucoup) mais tu sais moi je ne connais pas la Mort
moi je ne connais pas l'Île.
Et l'idée de voir un de mes petits y être confronté me terrifie à un point que toi, grand Chef à qui l'Île a déjà dévoré un doigt
tu n'imagines sûrement pas.

Quand la barque se met à dériver je m'assois lentement en face de toi ( c'est sûr, je risque pas de faire pencher la barque haha ) et j'attrape la deuxième rame à mes pieds; son contact ne m'est pas familier,

------on dirait presque une arme.
Et pendant que tu me parles j'essaye de la prendre en main correctement, je la fais tourner entre mes doigts, entre les vagues. Et je relève les yeux quand tu me proposes ton aide (ils sont si clairs) (je n'ai pas envie de te retarder Freckles).

Je. T'en fais pas.

Comme tout le monde j'apprendrais sur le tas.
L'air est si frais autour et le tissu de ma robe de plomb se fond se colle, je sens mes bras qui se rétractent contre mon torse à la recherche d'un peu de chaleur.
Mais je ne me plains pas.
------Le petit lui doit avoir si froid.

Oui, il est tombé de la branche des Sentinelles.

Une moue inquiète, les yeux qui brillent.

Et je l'ai entendu crier vers là-bas (je fais un vague mouvement de bras vers le Bois Joli). Il dérivait en suivant le courant.

Et en disant ça j'espère de tout cœur qu'il a réussi à s'accrocher aux feuillages
que le froid n'a pas eu raison de lui.
Les pleurs la mélancolie me gagnent mais je me retiens devant toi Freckles (de quoi j'aurai l'air).
J'affiche seulement cet air excessivement inquiet alors que je plonge ma rame je donne un coup dans l'eau pour nous éloigner un peu plus du bord.
C'est comme ça qu'il faut faire Freckles ?

D-Dis Freckles.

J'ai une question qui veut traverser ma gorge depuis tout-à-l'heure.
Alors je relève lentement les yeux vers tes joues (jamais tes yeux) dans l'espoir d'une réponse parce que
je crois que j'ai un peu peur.

Tu crois qu'il y a des requins en dessous ?

S'il-te-plaît ne te moque pas.
BY MITZI
Revenir en haut Aller en bas
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1345
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: rain and orcas upon our heads — freckles   Jeu 23 Mar 2017 - 23:05

Abbie tient sa rame entre ses mains pointues comme si c'était un objet extraterrestre ou une arme et qu'elle avait peur de tuer quelqu'un avec. Il se retient de sourire, en voyant ça, alors que lui-même n'était pas beaucoup plus à l'aise quelques jours plus tôt. Sa formation en matière de navigation a été rapide, intensive, et basée sur une nécessité absolue. Sans barque, pas moyen de sortir de l'Arbre. Sans sortir de l'Arbre, à quoi sert-il ?
Il prend alors la sienne, s'assied mieux, et la plonge dans l'eau. Il est face à Abbie, dos à l'avant de la barque, c'est peut-être idiot de lui laisser la direction alors qu'elle débute, mais il préfère pouvoir lui parler. Il grimace quand elle parle de la branche des sentinelles.

« C'est haut. »

Il se demande si on peut survivre en tombant de si haut. Même si on ne touche aucune branche au passage, le choc avec l'eau doit être rude. Il ne veut pas en rajouter à l'inquiétude d'Abbie, qui a déjà l'air sur le point de craquer. Alors il sourit de nouveau. Avec la mère apprentie, il fait que ça, tout le temps.
Ça va aller.

Ils s'éloignent des racines, et pour l'instant tout va bien. Ils croisent une ou deux barque qui vont dans l'autre sens, vers le bois joli. Ça doit être des récolteurs. Non, ils n'ont vu personne. Dommage, leur répond Freckles, en haussant les épaules.

D-Dis Freckles. Tu crois qu'il y a des requins en dessous ?

Il se marre d'un rire à peu près sincère. Il avait pas pensé aux requins. Il a une seconde d'hésitation, et son regard s'éclaire.

« J'en ai vu ! L'autre jour on est sortis avec les autres, pour estimer les dégâts, tu vois. On est descendus pas mal. On est tombés sur un truc, du genre, énorme. J'sais pas si c'était un requin mais ça avait un aileron. »

Il fait une pause d'une demi-seconde, pour réfléchir.

« Et y a aussi d'autres trucs qui devraient pas être là, dans la rivière. C'est parce que la mer déborde je crois. »

Il a l'air sincèrement affligé, maintenant, alors qu'il parle du sort de sa pauvre rivière. Il est près à embrayer sur tous les problèmes que ça pourrait causer à l'écosystème, puis il se rend compte en voyant l'expression d'Abbie que c'est pas du tout ça qu'il doit dire. Que c'est pas comme ça qu'on rassure quelqu'un. Son visage se décompose à son tour. Il essaye de se rattraper. Il rame dans tous les sens du terme.

« Mais je pense pas qu'on va en voir par ici. On est vachement loin de la mer. »

Il donne un coup de rame un peu fort qui les fait dévier à gauche, alors il attend que la mère apprentie rattrape de son côté.

« C'est qui déjà qui est tombé ? » il fait pour changer de conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: rain and orcas upon our heads — freckles   Sam 8 Avr 2017 - 18:21

RAIN AND ORCAS UPON OUR HEADS





J'espère, Freckles, que tu sais à quel point je t'admire.
À quel point je t'envie de pouvoir paraître si joyeux dans cette situation, à quel point j'ai envie de faire comme toi mais
je suis nouvelle ici
et je m'attache trop vite
(moi je n'oublie pas encore assez).
Alors rien que de penser au corps du petit qui dérive sans bouger j'ai envie de pleurer de crier de le rejoindre là-bas juste pour l'étreindre une dernière fois
Freckles
je pense que tu ne comprends pas l'amour qu'une mère a pour ses enfants.

------Je me raccroche à ton sourire pour ne pas tomber
-----moi-même à la dérive.

Les récolteurs s'éloignent sans que je leur ai adressé un mot, si ce n'est un sourire (j'essaie Freckles j'essaie, mais c'est un sourire de clown triste). L'air est lourd au-dessus de nous, comme un drap mouillé et invisible collé sur notre front.
Et je t'écoute, les yeux rivés sur les mouvements de ma rame - mais je t'écoute.
C'est quand même fou Freckles,
tout ce que t'as vécu.
Car moi je ne vois pas plus loin que l'entrée de la Citerne.
Alors cette triste aventure c'est comme un apprentissage,
(et tu es le meilleur de tous les professeurs).

Enfin je déglutis à ta dernière question; car on m'a appris à ne pas prononcer le nom des défunts, car ils étaient destinés à l'oubli et qu'oublier tu sais c'est très important.
Mes yeux se décollent de la rivière pour venir se poser sur les arbres, comme des oiseaux ne sachant pas nager.

------Ne soyons pas défaitistes.

C'est Wonder.

Je cherche quoi dire d'autre - je ne trouve pas.
Le blanc s'installe entre nous et je ne cherche pas à le combler.
Je suis absorbée par ce nom, qui tourne dans ma tête, vient se nicher dans ma gorge pour ne jamais en ressortir.

-----C'est Wonder.
Juste Wonder.
Juste mon enfant.
Je nous vois dériver sur la gauche et je donne un coup,
je frappe l'eau,
avec une force bien trop brutale,
un regard bien trop noir et des poings trop serrés.
tu vois Freckles,
j'apprends vite.

Je m'entends renifler et quand les larmes commencent à dévaler mes joues (j'ai l'habitude tu sais mais devant
 t o i
), je porte rapidement une main à mes yeux, s'il-te-plaît
ne me regarde pas.

J'suis- j'suis désolée, c'est juste le choc haha.

Tu vois Freckles,
j'arrive à rire moi aussi.




BY MITZI


Dernière édition par Abbie le Lun 24 Avr 2017 - 12:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1345
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: rain and orcas upon our heads — freckles   Lun 17 Avr 2017 - 14:58


Parfois Abbie l'énerve à être triste.
Il préférerait qu'on zappe cette phase là, et qu'on passe directement à celle où elle oublierait, où elle trouverait tout normal, même les morts. Il sait qu'il manque de patience, et d'indulgence. Il ne va pas la pousser, il sait que c'est difficile, avec la pluie, de ne pas être triste. Mais des fois il voudrait bien qu'elle fasse un effort, pour ne pas toujours avoir une expression aussi tragique.

C'est Wonder, elle dit, et Freckles jure entre ses dents. Pourquoi lui ? Wonder porte bien son nom. C'est un gosse charmant, un gosse merveilleux. Il aurait préféré que ce soit quelqu'un d'autre, même si c'est horrible de penser ça. Il rame un peu plus fort comme si ça pouvait changer le monde. Abbie ne dit plus rien, et il n'insiste pas, il hoche juste la tête. Il ne veut pas qu'elle se mette à pleurer.
Elle se met à pleurer.
En silence. Il met du temps à s'en rendre compte, il l'entend juste renifler et ne lève pas les yeux d'abord. En ce moment tout le monde renifle, parce que tout le monde a la crève. Ça ne veut rien dire. Il n'a pas de mouchoir à lui proposer ou autre. Puis il finit par relever la tête et voit le visage de l'apprentie couvert de larmes. Elle porte sa main à son visage comme si elle voulait se cacher. Elle s'excuse et elle a un rire super faux, ça se voit à des kilomètres qu'il est faux.

« C'est pas grave », marmonne Freckles.

Il se sent un peu irrité. Même si c'est injuste. Il n'aime pas voir les gens pleurer. Il ne sait pas comment faire avec les gens qui pleurent. Quand c'est des gens qu'il ne connait pas, ça le soule. Quand c'est des gens qu'il aime, ça le fait paniquer. Abbie pour l'instant n'est dans aucune de ces catégories, et ça le met juste un petit peu mal à l'aise. Il voudrait lui dire que tout ira bien, qu'il ne faut pas s'inquiéter, mais il sait qu'il est un très mauvais menteur.

« Ça sert à rien de pleurer, tu sais », il dit quand même, un peu trop rude.

Il force sur son visage un sourire encourageant. Il tend une main pour la poser sur celle, squelettique, d'Abbie.

« Je te promets qu'on va pas rentrer avant de le retrouver. » vivant ou mort. « Et je te promets qu'on va pas se faire attaquer par des requins. »

Il met dans ses paroles un peu de bravade superflue. Il a l'air bien sûr de lui, pour quelqu'un qui ne peut rien garantir. Il agite un peu sa rame au dessus de l'eau comme s'il s'agissait d'une lance ou d'un bâton de combat.

« Et si on se fait attaquer, je les défonce ! »

Moitié pour rire, et moitié sérieusement, il affiche un sourire insolent.
Il lève la tête finalement, pour distinguer dans la végétation la cabane des sentinelles. Il est sûr qu'ils y sont presque, mais pas moyen de le vérifier. Il veut se mettre debout sur la barque pour mieux voir, mais quelque chose heurte la coque de bois, par en dessous.
Il se rassied sans se faire prier.

Ça cogne de nouveau, tout doucement, sur le côté cette fois.
Freckles se penche, les mains sur le rebord de la barque, sans bien mesurer le danger. Quelque chose fend l'eau avec élégance, quelque chose de gros et de noir et blanc.
Ce n'est pas un requin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: rain and orcas upon our heads — freckles   Lun 24 Avr 2017 - 14:11

RAIN AND ORCAS UPON OUR HEADS





Ça sert à rien de pleurer, tu sais.

Oui Freckles mais ça je ne le sais pas
parce que tu sais Freckles je me demande,
si tu ne pleures pas - tu fais comment pour évacuer ?
Tu te sens jamais triste Freckles ?
----Les questions se logent dans ma gorge et restent
----coincées entre les larmes et les tourments.

Petite pique silencieuse, moue tout juste boudeuse
je peste en secret (Abbie jalouse ton bonheur insouciant Freckles).

Oui, pardon, oui.

Je m'excuse comme un automatisme mais sans doute que ça va juste t'énerver encore plus (désolée d'être désolée).

J'écoute tes promesses lancées dans l'eau comme des vérités
je ris à la dernière et (ça sonne déjà un peu plus juste).

Puis je me recroqueville au fond de la barque un peu honteuse parce que tu sais
y a des gens comme ça
comme moi
qui pleurent comme ils respirent.

Et je te vois te pencher sans prudence (fais attention Freckles),
tu ne sais pas ce qui se cache en-dessous.
Je pense une seconde aux requins,
à Wonder la seconde d'après, enfin ce qu'il reste de lui.
----Je n'ai pas séché mes larmes elles se mêlent à la pluie - les sœurs salées.

Je ne vois pas l'aileron noir mais je sens bien la barque qui tangue
alors je me rapproche un peu plus de toi (je tente un petit pas vers le danger),
qui finalement n'aura servi à rien.
Car nous coulons Freckles,
avant d'en avoir idée.
Nous basculons,
renversés par cette force noire et blanche qui fend la mer et le ciel.
----La barque se retourne et nous passons de l'autre
----côté.

J'ai froid je crois
j'ai peur je crois
tu es là (je crois),
je n'entends plus rien si ce n'est la sourde mélodie des abysses.
Je file lentement vers le fond et je sens l'eau qui se meut à ma droite,
ou peut-être est-ce la gauche.

Je reste en apnée, réflexe de survie,
j'ouvre les yeux une seconde (le sel les brûle plus que les larmes),
et je croise le regard aveugle de notre hôte qui a replongé de l'autre côté
(joli saut madame).

Une orque.
Un ogre.
Je ne sais pas mais j'ai un mouvement de panique alors qu'elle me regarde
certainement amusée par mes mouvement de bras frénétiques.
Freckles,
c'est possible de pleurer sous l'eau ?

La lumière de la surface m'éblouit, mais j'arrive à apercevoir la tignasse rousse
que je m'empresse de rejoindre,
je tends la main,
et des mots inaudibles formés de bulles.



(Sauve-moi Freckles).



BY MITZI
Revenir en haut Aller en bas
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1345
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: rain and orcas upon our heads — freckles   Sam 20 Mai 2017 - 23:59

Il se penche plus fort pour voit la forme noire et blanche glisser sous la barque. L'eau ne fait aucun remous, mais quelque chose bouge dans son ventre comme un signal d'alarme. Il se retourne, voit Abbie s'approcher, veut ouvrir la bouche pour l'en empêcher. Comme si c'était son poids d'oiseau qui ferait pencher la balance.
Trop tard.

L'orque saute. Elle heurte la barque de nouveau, et Freckles sait que c'est délibéré.
Et elle chavire.

Tomber dans l'eau fait toujours à la fois l'effet d'une claque et d'une anesthésie. Il y a ce moment de flottement où il n'arrive pas à bouger. Trop froid. Trop noir. Le haut et le bas se mélangent, ses chaussures alourdies veulent l'attirer vers le fond tant que ses membres sont trop ankylosés pour le hisser vers la surface. C'est pas la première fois que ça lui arrive. Ni la deuxième. Ni la troisième. Alors ça va. Il panique pas. Ce n'est plus la noyade, qui l'inquiète, c'est l'orque. Il ouvre les yeux sous l'eau, tourne la tête jusqu'à voir Abbie. Elle est face à face avec la bête et sa jolie gueule pleine de dents.

Il veut attirer son attention, mais c'est elle qui se retourne. Ses cheveux flottent autour de son visage trop pâle comme des espèces de méduses. Elle lui tend la main, il l'attrape. Mouillées, les longues jupes d'Abbie font l'effet d'un boulet attaché à ses pieds.

Freckles bat des jambes pendant ce qui lui semble une éternité, avant de finalement crever la surface.
Il tire tellement fort sur le bras maigre d'Abbie qu'il va sûrement l'arracher, alors qu'il tente de la faire remonter sur le ventre de la barque renversée.

« Grimpe ! Grimpe vite ! »

Il la porte à moitié parce que l'orque est juste sous leurs pieds et qu'il commence à paniquer. Les rames flottent à côté d'eux, complètement inutiles. Cette fois il n'a rien pour les protéger, pas l'épée de Samurai, pas d'arme, rien. Il se demande si les orques savent qu'il a déjà buté une de leurs potes, et qu'elle cherchent à se venger.

Mais étrangement, celle-là n'attaque pas. Elle fait des grands cercles dans l'eau, et de temps en temps, vient pousser du bout du nez les pieds de Freckles.

« Je crois pas- je crois pas qu'elle essaie de nous bouffer », il fait, le souffle court.

On dirait juste qu'elle joue.
Il tente de se hisser sur la barque à son tour. Il se dit qu'ils auraient du essayer de la retourner avant de monter, et il regrette. Un mouvement attire son regard, et il voit une seconde forme noire et blanche glisser vers eux. Les deux orques semblent communiquer, à l'aide de sons aigus et presque charmants. Freckles remarque les teintes rouges de l'eau autour d'eux, le lambeau de tissu coincé dans les dents de la deuxième orque. Et pige.
Elles ont plus faim.

« Regarde pas », il souffle à Abbie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ombre
avatar



✘ AVENTURES : 1717

MessageSujet: Re: rain and orcas upon our heads — freckles   Dim 1 Oct 2017 - 19:35

The End


Mais le rouge aura sûrement déjà pénétré,
La rétine de la mère au coeur bien ébranlé,
Toi tu as l'habitude des capricieuses humeurs,
De l'île sur laquelle tu as bâti ta demeure,
Mais même en cachant son regard de tes deux mains,
Le mal est déjà là, le mal l'aura atteint.


FIN DE L'AVENTURE




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: rain and orcas upon our heads — freckles   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Echange - Je cherche Heavy rain contre Mafia 2
» God of War III, Heavy Rain et ModNation Racers bientôt en Platinum
» Heavy Rain - spoil free pour ceux qui l'ont fini
» Heavy Rain
» Heavy rain au cinéma=Rain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Grand Arbre :: Les Cabanes dans les Branches-