Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 761
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : caca masqué.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Comme une ombre. /!Pegi 16/!   Sam 14 Jan - 19:59

Il avait froid.
Froid froid froid.

La pluie arrosant son corps qui se relâchait et qui pourtant restait tendu à l’extrême, les mains solidement ligotées au dessus de sa tête, fixées à une cordes épaisse elle même attachée à une branche d'arbre.
A ses pieds également attachés entre eux, une souche pesait lourdement sur ses chevilles, empêchant tout mouvement.

Froid.
Un vent glacial qui soufflait, lui donnant la chair de poule puisque sa peau était nue. Découverte et offerte. Volée, surtout. Ses vêtements arrachés, découpés, son T-shirt en lambeaux dans un carré d'herbe humide, son pantalon et son legging à l'abandon.
Il faisait glacial.
Il était glacial.
Immobile.

Le punk était mort.

Son âme était morte.
Son corps était mort.
Mort ?
Son cœur battait pourtant encore.
Sa respiration irrégulière, sifflante.

Mais il restait la, inerte.

En face de lui, un homme.
Ou un monstre.
Ca ne dépendait pas du point de vu. Il était les deux à la fois, ou un entier dans toute sa grandeur; plus de deux mètres à vu de pif, une gueule dégueulasse à faire frémir, des airs de droitard à gerber, avec ses sales cheveux blond délavés jaunâtres et ses petits yeux noirs froids et inexpressifs au possible.
Son nom, il l'avait gravé brulé sur la peau sombre de l'aine du métisse à l'aide d'une lame chauffée à blanc, en grandes lettres capitales, comme pour être sur que ça ne se raterait pas:
BIG JACK.

Sa propriété.
Apache était devenu sa propriété, l'espace d'un instant.
Un instant ?
Plus de 15H déjà, même si par ici ça ne se décomptait pas.
Le punk avait fait cette mauvaise rencontre au milieu des bois, en début de soirée, et y avait passé la nuit, seul, dans le froid. L'enfoiré l'avait démoli, l'avait laissé la, comme ça, avant de revenir au petit matin, et de reprendre son travail.
Il avait hurlé comme un fou, braillé à qui voulait entendre. Mais personne n'avait entendu.
Personne n'était venu.
Alors il avait pleuré.
Ses premières larmes avaient coulé au moment ou le pirate l'avait déshabillé, l'avait regardé, avait posé ses sales pattes sur lui, le tâtant, le testant, montrant que ce qu'il voyait, ça lui plaisait.
Connard.
Ses affreuses mains l'avaient caressé, de la pire des manières, mais déjà l'Hérissé faisait tout pour effacer ça de sa tête.
Ce putain de cauchemar devait disparaitre !
Mais il était toujours la, le mauvais rêve, en face de lui, un canif à la main, un sale sourire satisfait aux lèvres, le contournant et entamant sa peau une énième fois, ramenant le garçon en une seconde parmi les vivants, le faisant hurler de douleur alors que l'homme s'amusait à lui dessiner de longues rayures dans le dos.
Punk zébré.
Comme ses caterpillars qu'il avait encore aux pieds.

Et il sanglotait, entre deux gémissements de douleur, ses larmes qu'il pensait taries à jamais dévalant encore et encore ses joues déjà couverte de sang.
Et sa voix, brisée d'avoir hurlé au vent toute une nuit, détruite par le froid, elle n'avait plus sa force habituelle. Un gémissement qui ne portait pas. Qui ne portait plus, ou si peu, et qui dégringolait en pleurs sur la fin, mourant dans les larmes.

Nu, le punk, seulement habillé de son propre sang qui le recouvrait du haut jusqu'en bas.
C'était qu'il s'était débattu.
Il ne s'était pas laissé faire.
Mais cela n'avait pas suffit, et le pauvre chasseur s'était fait massacrer.
Son calvaire cependant ne semblait faire que commencer.
Combien de temps encore ?
Combien de temps devrait-il encore le supporter ?

Si au départ, l'iroquois pensait tout simplement se faire tuer, la vérité s'était rapidement imposée à lui avec violence et horreur.
La mort, il s'en foutait, pas vrai ?
Mais qu'en était-il de perdre toute dignité ?
De perdre jusqu’à son humanité ?

Une grimace et un nouveau hurlement, alors que le pirate lui enfonçait son couteau dans la cuisse d'un mouvement sec, brusque, sans concession, et l'arme resta la, fichée dans sa chair alors que l'autre s'éloignait.

"Je reviens ma biche. Juste le temps de chercher un peu de matos pour s'amuser tous les deux."

Sa voix grasse et dégueulasse résonnait dans sa tête, au punk, l’étourdissant. A moins que ce ne soit le fait d'avoir perdu trop de sang ? A moins que ce ne soit le fait d'avoir passé une nuit blanche et rouge, ligoté à poils dans les bois ?
Ca vacillait dans son crane. La lumière allait et venait, le sel de ses larmes lui brulant le visage et ses plaies.

Aucun espoir en l'avenir.
La lumière allait s'éteindre.
Sa flamme sur le point d'être soufflée.

Un peu plus loin, sa lame dorée plantée dans le sol à la manière d'une Excalibur en tour de Pise, celle la même qui avait en première attiré l'attention du monstre pirate. Et pas très loin encore, son blouson de cuir, abandonné au sol.






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"







Dernière édition par Apache le Lun 16 Jan - 19:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacerate
avatar

♣ Chef des Chasseurs ♣


✘ AVENTURES : 394
✘ SURNOM : La Gueule Cassée
✘ AGE DU PERSO : 17 plaies

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : Razor sharp like a knife.
Sujets en cours : I - II - III - IV

MessageSujet: Re: Comme une ombre. /!\Pegi 16/!\   Dim 15 Jan - 1:34

Don't you need me, you baby boy
'Cause I'm so happy without your noise


.Puscifer - The Arsonist.

Elle n'était pas partie chercher Apache, ce matin-là. Elle n'était pas partie pour le retrouver, s'était cassée en ignorant totalement ce que le punk vivait à quelques kilomètres de là. Elle était allée chasser, ignorante mais pas heureuse pour autant.

Pour cause, l'Hérissé avait totalement disparu de sa vie.

Ça avait été volontaire, elle se le répétait. Après leur dernière entrevue, elle avait dû faire un choix. Sévir ou passer l'éponge, punir ou lâcher. Pourtant elle n'avait rien eu l'impression de décider, s'était contentée de s'arranger pour - tout simplement - ne plus le croiser. Ne plus voir sa grande gueule toujours ouverte, ne plus chercher à se rappeler qu'il l'aurait descendue sans hésiter.
Ah, pour tenter d'oublier, elle en avait fait, des conneries.
Le pire, c'est que ça n'avait pas marché.

Elle ne voyait plus Apache mais y repensait. Le revoyait en train de la menacer, oscillait entre rage sourde et lamentations internes. Elle n'en avait parlé à personne, ni Freckles, ni Soul, ni Ghost. En rêvait toute les nuits jusqu'à se réveiller baignée de sueur dans la Maison Souterraine.

Alors quoi ?
Elle se perdait dans le boulot, disparaissait dans la chasse. Rentrait et s'arrangeait pour s'endormir à coup d'alcool volé aux Pirates. Et la nuit, descendait au cachot, là où Wire - l'un de ceux qui avaient tabassé Apache - croupissait encore parce qu'il avait été le seul à ne pas accepter de punitions, parce qu'il était celui qui lui résistait le plus longtemps.
Ses souvenirs étaient flous, pourtant il n'y avait pas besoin d'être un génie pour deviner l'objet de ses visites. Au début, c'était juste faire peur, mais il fallait avouer que son insubordination était l'alibi parfait pour que l'intimidation se change en. En autre chose.

Seulement, Lacerate n'avait plus les détails. Comme pour la protéger, sa mémoire lui faisait défaut. Elle se souvenait juste que, la veille, Wire avait pleuré lorsqu'elle était sortie. Et que lorsqu'elle s'était réveillée, des heures plus tard, il y avait des tâches brunâtres sous ses ongles.

Elle n'était pas partie chercher Apache, ce matin-là, pourtant la voilà qui marche. Qui cherche des traces de gibier sous la pluie, indifférente à la beauté de l'Île qui revit. Elle a un peu la gueule de bois, la Cheffe, et toujours cette rage matinée de tristesse qui la bouffe au ventre. Elle n'est pas partie chercher Apache, ce matin-là, pourtant d'un coup elle voit des traces. Ne reconnait pas les siennes, les suit presque machinalement - peut-être c'est un de mes Chasseurs, peut-être que je peux l'aider. Se fait ironiquement furtive pour arriver jusqu'à l'endroit du Bois Joli où la forêt se fait plus dense, s'immobiliser en entendant des voix.

Puis un cri

La Cheffe s'immobilise, souffle coupé par la violence du hurlement.

Merde.

Cette voix, même éraillée et déformée par la souffrance, elle la reconnait. Pour l'avoir fuie des jours durant, pour avoir appris à la haïr.
Cette voix qui hurle, appelle à l'aide.
Sans en identifier la cause exacte, Lace sent son estomac se tordre de rage.

- Je reviens ma biche. Juste le temps de chercher un peu de matos pour s'amuser tous les deux.

Elle ne reconnait pas qui d'autre parle. Elle n'identifie pas cette voix grasse et dégueulasse, d'où suinte une armée de mauvaises intentions. Elle ne reconnait pas cette voix d'adulte mais frissonne en identifiant le sens de ses mots.

Merde merde merde.

A croire qu'elle a débarqué en plein cauchemar.
Et encore, elle n'a pas le visuel.

Au loin, des silhouettes. Lacerate se fait très courbée, avance précautionneusement. La plus grande - géante- est debout et s'éloigne de l'autre. Silencieuse, la Gueule Cassée pose les yeux sur ce qu'elle redoute de voir.

Le choc manque de lui faire rendre le contenu de son estomac.

Ça ressemble à Apache, un peu. Sauf que celui qui se tient à sa place est couvert de sang, la peau zebrée de plaies toutes plus moches et plus ouvertes les unes que les autres. Que celui qui se tient là, immobilisé, a le regard éteint et les joues creusées par les larmes, qu'elle le reconnait à peine.

Putain, non. Dites-moi que je rêve.

Lace sent son regard se brouiller, se pince violemment - comme en réflexe. Mais rien ne change, la scène reste toujours aussi insoutenable, toujours aussi présente. C'est ça qui arrive, lorsqu'elle ignore un pote ?

Un pote, hein.

Qui a essayé de la tuer.


Ses poings se serrent à lui blanchir les jointures, ses yeux s'écarquillent. C'est pas le moment, y'a pas le temps pour ça. Le géant a dit qu'il reviendrait, ça lui laisse un temps pour agir, non ?

Un regard sur le côté. Le Pirate a disparu un peu plus loin, la voie est libre. Alors Lace surgit, se précipite vers sa recrue. Ne dit rien, lèvres pincées - comme si quelque part, elle essayait encore de l'ignorer. Ses mains tremblent alors qu'elle se penche vers lui, commence à attaquer la corde qui noue ses poignets. Ses mains tremblent et glissent sous la pluie, elle a l'impression d'halluciner. Vite, vite, vi-

- Hé !

Le cri a résonné derrière elle mais manquerait presque de conviction. Lacerate se retourne aussitôt, fait face au Pirate qui, à quelques mètres, la fixe de ses yeux porcins.
C'est drôle, sa face lui paraîtrait presque orange au milieu de la forêt bleue.

Ses mains tremblent, de choc et de rage. Lace fait face, interposée entre l'adulte et sa victime. Le truc qui la bouffe griffe de plus en plus fort, demande à sortir. Comme la nuit dernière, dans la cellule de Wire.

- Je peux savoir ce que tu fous, petite chienne ?

Si elle avait une arme à feu, elle lui aurait déjà tiré une balle dans l'estomac.

- Je récupère mes affaires, grand con.

Ce n'est pas elle qui a parlé, c'est ce truc qui se débat.

Un sourire sinistre fend les lèvres du Pirate et Lacerate sent ses muscles se raidir alors qu'il s'avance. Sa prise se raffermit autour du manche de son poignard.

- On va voir si tu me traiteras encore une fois de con une fois que je t'aurais chopée...

Pas contrarié pour un sou, le type. Et trop sûr de lui.

Tant pis pour lui.

Férale, Lace donne un violent coup de pied dans la souche qui retenait les pieds d'Apache et bondit vers ce pirate qui fait 3 têtes de plus qu'elle, engageant par la même occasion le combat le plus inégal qu'elle aurait à mener de toute sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 761
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : caca masqué.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: Comme une ombre. /!\Pegi 16/!\   Dim 15 Jan - 6:53

Il s'en allait, le monstre. Il s'éloignait. Mais le punk n'était pas dupe. Il reviendrait.
Au début, il avait eu l'espoir.
A chaque fois qu'il était parti, il avait eu l'espoir que le cauchemar se termine.
Mais toujours.
Toujours il était revenu pour lui faire vivre pire que ce qu'il avait vécu jusqu'ici.
Un jeu d'allée et retour qui lui avait brisé le mental, alternant espoir et désespoir. Un yoyo émotionnel qui faisait parti de la torture.
Alors il ne bougea pas, ou à peine, tirant vaguement sur ses liens, ses poignets lacérés d'avoir autant insisté pour se libérer les heures d'avant.
Les heures ou il y croyait encore.
Et puis...

Et puis.

Les yeux noirs fatigués s’agrandirent.
Il rêvait pas vrai ?
Son cœur s'activa de nouveau, tapant dans sa poitrine alors que sa respiration s’accélérait.

Lace ?

Il hallucinait.
C'était pas possible.

C'était fini ?
Non.
C'était une putain d'illusion. Il perdait la boule, voila tout. Et voila que la Gueule cassée s'attaquait à la corde qui le maintenait attaché, et ça sciait.
Il le sentait, le raclement de la lame sur cette corde maudite.
Alors c'était vrai ?
De grosses larmes dégringolèrent sur ses joues alors qu'un tremblement le parcourait.
Lace.
Lace Lace Lace.
Elle était devenu en un instant le centre de son monde.
Il se foutait d'être nu.
Il se foutait de sa position.
Il se foutait qu'elle ai été sa cheffe.
Tout ca paraissait tellement superficiel maintenant.
Elle ne disait rien.
Et lui non plus.
Pourtant ses yeux hurlaient "sauve moi" "Tire moi de la" !

- Hé !
Frisson d'horreur, Frisson d'angoisse.
Le monstre était revenu sur ses pas ?

- Je peux savoir ce que tu fous, petite chienne ?


Une envie de hurler à Lace de se barrer. De se tirer avant de se retrouver dans la même merde que lui. Et d'un autre coté, un espoir dingue de s'enfuir avec elle. Et une peur insoutenable qu'elle ne le laisse la.
Tout seul.
Face à lui.

- Je récupère mes affaires, grand con.

Le monstre sourit. On dirait que la réplique lui fait plaisir.
Enfoiré.

- On va voir si tu me traiteras encore une fois de con une fois que je t'aurais chopée...


La suite, Apache n'a pas vraiment le temps de la voir, car la chasseuse donna un grand coup de pied dans la souche qui le maintenait au sol, le faisant basculer, la pression sur la corde au trois quart sciée la faisant céder.
Blam.
Il se vautra au sol, incapable de se tenir debout après toute ces heures passées tendu et massacré.
Ca faisait mal. Ca brulait. Tout son corps hurlait.
Et son premier réflexe fut de ramener ses bras devant lui, recroquevillé au sol. le garçon tremblait comme un presque mort et tout ses muscles gémissaient de l’intérieur.

Les mains toujours liées l'une à l'autre, il parvint cependant à les tendre vers ce couteau resté planté dans sa cuisse, l'attrapant de ses doigts crispés et bleuis pour l'arracher non sans difficulté.
Une grimace, mais un soulagement d'une seconde alors que l'objet sortait progressivement de sa chair.
Ca en ferait presque du bien.

Au dessus de sa tête pourtant, un combat faisait rage.
Lace allait affronter le pirate.

Il fallait se tirer de la. Il fallait courir ! Et pourtant le punk savait bien qu'il en était absolument incapable, même pas dans la capacité à se relever seul.
A se relever tout court.
Ses jambes lui faisaient atrocement mal. Plus encore que cette fois ou il s'était fait rouer de coups par ses petits camarades.
Bien plus.
Cette expérience la faisait pale figure de blague, en comparaison.
C'était pas ça, souffrir.
C'était pas ça, non.
Maintenant il savait.

Il avait fait quelques pas dans la cour des grands, comme on disait.

"Elle est à toi cette petite pute ? C'est ta propriété ? J'aurais du m'en douter vu qu'il porte un collier. Mais il est mal dressé, ce nègre !"
Big jack fanfaronnait. Le punk avait du mal à voir ce qu'il se passait vraiment de la et l'état ou il était. Il entendait juste la "conversation". "Regarde, il m'a mordu, ton clebs !"

C'était vrai, il avait réussi à lui chiquer la main droite jusqu'au sang. Il s'était pas laissé faire, qu'on vous avez dit.
Mais bon, la tout de suite, l'Hérissé n'aurait pu en tirer aucune fierté. Ce n'était pas comme si l'échange avait été équitable.
Et puisqu'on faisait un peu moins attention à lui, pour l'instant, qu'on se battait pour son cul semblait-il, l'un pour lui faire les pires choses et l'autre le lui sauver, Apache s'activa autant qu'il le pouvait, ramenant ses poignets jusqu’à sa bouche, tentant de ronger la corde qui les gardait toujours prisonnier.
Vu comme ça, peut être que ça donnait l'impression que c'était peine perdu.
Mais au fond, c'était peut être aussi qu'il reprenait un peu vie, l'iroquois.

Le punk était mort, mais son cadavre remuait encore.

Un éclair de lucidité qui passa dans ses yeux.
Le couteau, bordel !
Plus efficace que des dents.
Alors il le récupéra, toujours tremblant, ses gestes lents et mal foutu, il tentait de scier ces liens qui lui rongeaient la peau.






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacerate
avatar

♣ Chef des Chasseurs ♣


✘ AVENTURES : 394
✘ SURNOM : La Gueule Cassée
✘ AGE DU PERSO : 17 plaies

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : Razor sharp like a knife.
Sujets en cours : I - II - III - IV

MessageSujet: Re: Comme une ombre. /!\Pegi 16/!\   Dim 15 Jan - 16:23


Animée par la rage et l'adrénaline, Lace avait bondi et fut presque aussitôt cueillie par une gifle monumentale qui l'envoya quelques mètres plus loin. Sonnée, elle se réceptionna tant qu'elle put, porta sa main à sa joue et sentit un goût ferreux envahir son palais.
Son adversaire la gratifia d'un rire gras, avant de foncer à toute allure vers elle. Une esquive, elle prit ses distances ; le Pirate n'était pas particulièrement preste mais ses coups faisaient mal. Il était imposant, aussi.
Et chacun de ses mots lui donnaient de nouvelles envies de meurtre.

- Elle est à toi cette petite pute ? C'est ta propriété ? J'aurais du m'en douter vu qu'il porte un collier. Mais il est mal dressé, ce nègre !

L'insulte lui fit froncer les sourcils : cela faisait depuis longtemps qu'elle n'avait plus entendu un tel mot. Elle marchait en crabe, tournait alors que son adversaire faisait de même.

- Regarde, il m'a mordu, ton clebs !

Le Pirate lui désigna sa main droite, et Lacerate se surprit à sourire.

- C'est moi où t'as des mains vachement petites pour ta taille ?

Il y eut une seconde de flottement, puis l'adulte s'immobilisa. Elle-même cessa de tourner, glissa son autre main à sa ceinture pour en sortir un nouveau poignard.

- Mes mains sont de tailles parfaitement respectables, salope. Je vais te montrer !

Il s'élança, chargeant à nouveau comme un taureau furieux. La Chasseuse attendit et, au moment où il tenta de l'atteindre de son arme, fit un bond de côté. Vite, elle se retourna et, profitant de son élan, planta ses deux lames dans le dos de son adversaire. Avant de les tirer sèchement, vers le bas.

Elle le sentit se raidir, l'entendit jurer mais c'était tout, il ne hurla pas. A croire qu'elle n'avait pas frappé assez fort.

Qu'elle retenait ses coups.

Le Pirate pivota, emportant l'une de ses lames avec lui alors qu'elle retirait violemment l'autre. Reculant, elle esquiva un coup de machette. Il était trop proche, elle perdait l'avantage.

Elle réfléchissait trop.

- Tu penses vraiment que tu vas pouvoir me battre ?

Elle para un coup, ne se donna pas la peine de répondre. Une faille, il fallait qu'elle trouve une faille. Et qu'elle cesse d'avoir peur, qu'elle libère le fauve.

Cela faisait longtemps qu'elle n'avait plus tué d'être humain.

Une ouverture, elle avait besoin d'une ouverture. Elle ne faisait que parer, là, faisait très attention à ne pas se laisser découper en morceau. Mais pour qu'elle - qu'ils s'en sortent, il allait lui falloir plus que ça.
Elle allait devoir changer de stratégie.

Je veux sauver Apache, ou pas ?

Nouveau coup, qu'elle para tout en reculant de plus belle.

La réponse lui paraissait claire, maintenant. Même si ça semblait un peu trop tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 761
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : caca masqué.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: Comme une ombre. /!\Pegi 16/!\   Dim 15 Jan - 17:28

Alors que Lacerate faisait face au monstre, Apache continuait de se démener, finissant par libérer ses poignets, grimaçant alors qu'il retirait la corde, les mains tremblantes, le lien s'étant carrément incrusté dans sa peau par endroits, les fibres collés dans l’hémoglobine séché qui maculait ses poignets.
Ce n'était pas comme si c'était tant douloureux que ça. Juste qu'il ne sentait plus ses mains, bien qu'il arrivait encore à les mouvoir maladroitement.
Petit a petit, il pouvait sentir une sensation de brulure lui remonter jusqu'aux doigts, des picotements désagréables alors que la circulation reprenait correctement son cour dans ses veines.
Pas le temps de s'y attarder, les dents serrées, il s'attaqua aux liens qui cisaillaient toujours ses chevilles. La tache serait moins compliqué et donc moins longue.
Il reprenait vie, le punk.
Même s'il tremblait toujours comme s'il faisait moins vingt degrés dans les environs, rendant ses gestes moins précis.
Ses dents claquaient, et il ne parvenait pas à calmer ses larmes qui dévalaient encore et encore ses joues dans une continuité nerveuse.
Les derniers évènements lui tournaient dans la caboche, encore et encore. Les horribles mains du pirate. Sa bouche dégueulasse sur lui. Sa langue visqueuse sur sa peau et ses morsures répétées. Il en garderait quelques marques de dents, incrustées dans sa hanche. Ca et les coups de sa propre ceinture cloutée que Big Jack avait utilisé pour le fouetter.
Enfoiré, connard, vicelard !
La haine et l'horreur.
Et sa main de salop de pervers de merde. Sur lui. Dessiné au couteau dans sa chair, a l'aine aussi, mais de l'autre coté. Comme s'il avait voulu qu'il s'en souvienne pour toujours. Qu'il ne puisse jamais l'oublier.
La nausée qui remontait.
Une envie de gerber et la tête qui tournait.

Non loin de lui, les deux adversaires se jaugeaient, se tournaient autour, passant parfois à moins d'un mètre du chasseur à terre et qui tachait de garder un œil sur l'affrontement à venir.
Lacerate avait-elle réellement une chance face à ce putain de monstre ?
La cheffe avait de l’expérience, et elle en imposait plus que lui en taille, voir même en carrure, mais ce pirate était gigantesque, avait une force de tout les diables.
Ferait-elle le poids ?
Le punk avait beau espérer de nouveau, les doutes l'assaillaient.
Ne valait-il pas mieux pour elle qu'elle se taille d'ici vite fait ?

Un assaut violent, et la Gueule cassée planta ses deux lames dans le dos large du flibustier qui jura à peine. Un putain de robot !
Il ne sentait rien ou quoi ?
Lacerate putain, barre toi !
Casse toi !
Ses chevilles enfin libérée, le canif en main, Apache voulu tenter de se relever, tremblant sur ses guibolles couvertes de sang comme un faon nouveau né.

- Tu penses vraiment que tu vas pouvoir me battre ?

De nouveaux échanges. Ca croisait le fer et la chasseuse reculait.
Elle perdait l'avantage, si l'on considérait qu'elle l'avait déjà eu a un moment.
C'était la merde.
Lace ne devait surtout pas se faire chopper.
Une victime c'était déjà bien suffisant non ?
Elle devait partir ! Elle devait fuir, putain !
Elle devait vivre.
Lui qui avait pourtant manqué de la tuer il n'y avait pas si longtemps.
Quelques jours tout au plus.
Et maintenant quoi ?
Elle se battait pour lui sauver la peau ?
Elle prenait ce putain de risque inconsidéré pour lui ?
Un nouveau sanglot lui déchira la gorge, ses larmes redoublant, plic et ploquant sur l'herbe froide.
Pourquoi est ce qu'elle faisait ça ?
Elle devait se tirer.
Et le punk, il regrettait. Il regrettait d'avoir tenté de l'égorger.
Alors qu'elle, elle était la !
Elle devait pas être la !
Elle devait partir.
Et tant pi pour lui.

Alors quand ils passèrent une énième fois pas si loin de lui, les deux ne faisant plus tant attention à sa présence, Apache usa de ses dernières forces pour se propulser vers le pirate, s'attaquant à sa cuisse, y plantant le canif qui lui avait lui même lacéré la jambe. Échange de lame, échange de sang.
Un tremblement.
Un nouveau juron.

"Saloperie de..."


L'iroquois embraya une phrase, regardant Lacerate dans les yeux. "Casse t..." Mais une lourde main lui coupa littéralement la chique, le soulevant sans aucune difficulté, le faisant décoller du sol et lui écrasant la gorge. Quelques faibles coups de pieds pour se débattre avant de se recevoir un coup de poing d'un violence inouïe, le propulsant au sol, roulant sur quelques mètres, dans les vapes.

Assommé pour de bon.






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacerate
avatar

♣ Chef des Chasseurs ♣


✘ AVENTURES : 394
✘ SURNOM : La Gueule Cassée
✘ AGE DU PERSO : 17 plaies

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : Razor sharp like a knife.
Sujets en cours : I - II - III - IV

MessageSujet: Re: Comme une ombre. /!\Pegi 16/!\   Lun 16 Jan - 17:27

Warning:
 

Et Lace parait, reculait, esquivait et recommençait, cherchant vainement une faille qui lui parviendrait d'atteindre le colosse. Une ouverture, même minuscule, et elle saurait en profiter. Elle ne demandait que ça parce que le Pirate riait, prenait en assurance au fur et à mesure qu'il avançait et que ses coups redoublaient de force.

Elle ne demandait que ça parce que c'était ça ou crever.
Ou pire.

Merde.

Alors qu'elle commençait vraiment à avoir vraiment peur, son voeu fut exaucé.

Une silhouette rouge, dans son champ de vision. Un geste preste, le son reconnaissable d'une lame dans la chair, suivi d'un juron. L'adulte se retourna, cueillant son agresseur à la gorge. Une fraction de seconde, Lace croisa son regard.

- Casse t...

Trop tard, un poing avait coupé court à l'ordre, expédiant Apache quelques mètres plus loin. La Gueule Cassée étouffa violemment le cri qui avait manqué franchir ses lèvres. C'était pas le moment de s'inquiéter, là, c'était le moment de frapper au contraire.

Dans la seconde qu'il lui fallut pour entamer son geste, une pléthore de pensées la traversa.

Pourquoi est-ce qu'elle se retenait, déjà ?
C'était pour pas ne tuer. Pas tuer les enfants dans l'Arène, pas tuer les adversaires. Ne pas redevenir celle d'avant.
Mais là.
Là, il fallait s'en foutre.
C'était lui ou elle.
Elle allait se lâcher.
Maintenant.


Le déclic se produisit et elle y obéit immédiatement.

Lorsque le Pirate retourna sa lourde masse vers elle, elle n'était plus là. Pour cause, elle avait glissé, plié les genoux.

Frappé.

Schlack.

Il y eut comme un bruit sec et tranchant alors que l'adulte reculait, désorienté. Une douleur fulgurante se mit à sourdre de l'arrière de son genou alors qu'un jet de sang s'échappait simultanément de son dos : Lace avait sauté et récupéré sa deuxième arme.
Rapide malgré sa masse imposante, le Pirate se retourna et tenta de s'avancer vers la Chasseuse avant de trébucher : sa jambe saturée de douleur n'obéissait plus aussi bien, corrompant son équilibre. Dans son élan, il lui tenta de lui donner un coup de machette qu'elle évita, profitant pour lui zébrer du ventre d'une estafilade sanglante.

- Il t'en faudra plus pour me faire mal, salope.

- T'inquiète, ça va v-

Trop occupée à surveiller la lame, elle ne vit pas le coup de poing la cueillir en plein estomac, la soulevant du sol. Un flot de bile et de sang s'échappa d'entre ses lèvres et sa vision se brouilla alors que machinalement, elle répliquait.
L'un de ses poignard vint se planter dans l'avant-bras du Pirate. Procédant comme pour le dos, elle tira.

Cette fois, le grognement fut plus fort. Retombant sur le dos, la Chasseuse roula et se remit presque immédiatement, esquivant la machette du forban qui vint se planter au sol. Nouveau coup, porté au flanc du Pirate cette fois. Ce dernier jura, se tourna vers elle.
Se rendit compte que ce n'était plus lui qui souriait, mais elle.

Lacerate, vacillante, avait fait quelques pas en arrière et contemplait le Pirate, une expression goguenarde sur ses lèvres déchirées.

- Alors, mon grand, tu te ramènes ?

Il la foudroya du regard.

- Parce que ton petit poing, je l'ai senti à peine.

C'était mal, d'attaquer le physique.
Pourtant, ça marchait.

- JE VAIS TE CREVER !!

Il chargea, elle recula. Se retourna et... se mit à courir. Vite, là où les troncs se resserraient et où le large Pirate avait de la peine à la suivre. Elle courut jusqu'à disparaître de sa vue, l'entendit hurler :

- Si tu essaies de fuir, c'est raté, sale chienne. Je vais te trouver !

Avant d'éclater d'un rire gras, revigoré par l'illusion d'être redevenu chasseur malgré sa démarche boitillante.

Un peu plus loin, la Gueule Cassée courrait. Ses yeux bondissaient d'un arbre à l'autre avant de se figer, avisant ce qu'elle cherchait. Elle bondit, prit maladroitement appui sur une branche. Et grimpa, vite avant que son adversaire ne débarque. Un mètre, deux, elle frissonna et s'immobilisa, attendant qu'il réapparaisse.

Trois secondes, peut-être quatre puis le Pirate arriva. Et la chose perchée sur la branche, contrôlée par la haine au creux de son ventre, lui tomba dessus.
Littéralement.

Elle n'était pas le Pirate, non, mais elle n'avait rien d'une plume. Si bien que son adversaire se courba, déséquilibré par ce poids soudain sur ses omoplates. Et lorsqu'il chuta, elle était déjà en train de lui faire la peau. Littéralement. Qu'elle lacérait avec une précision aussi chaotique qu'effrayante, à faire vomir le sang d'un autre partout sur elle.

L'adulte mugit avant de porter la main à son dos. Pour l'éviter, Lace roula de côté. Et voulut se relever mais son adversaire - cette fois - fut plus preste.

Une main se plaqua sur son bras gauche, une autre sur le droit. Elle se retrouva immobilisée, surplombée par le monstre.

Ce fut immédiat, elle détendit tous ses muscles et ferma les yeux.

Un changement de rythme dans la respiration du Pirate. Molle soudain comme une poupée de chiffon, elle sentit son haleine chaude et dégueulasse s'approcher de son visage. Plus près, toujours plus près.

- Alors, tu dors ?

En réponse, elle lui mordit la joue.

Il voulut reculer, surpris comme un enfant qui jouerait avec un polichinelle sortant d'une boîte. Sa chair se déchira dans un bruit d'étoffe alors qu'elle-même reculait sa propre tête, repartant avec un lambeau de peau qui lui sortait désormais d'entre les dents.
Cette fois, son juron ressembla presque à un cri.
Presque, c'était pas assez.  

Le Pirate porta sa main à sa joue, libérant par la même occasion le bras de son adversaire. Cette dernière, d'un geste ample, vint planter son autre lame dans la dernière main qui la retenait. Nouveau mugissement, l'adulte se redressa sur ses genoux, la lâchant. La Chasseuse en profita pour replier ses jambes et se relever. Crachant la peau sanguinolente qui lui collait aux dents, elle commit l'erreur de ne pas s'en satisfaire et se jeter sur le Pirate trop vite.

Un éclair de douleur la transperça, la poussant à reculer immédiatement. Son bond imprévu la fit se ramasser à un tronc d'arbre. La machette avait attaqué sa cuisse, y laissant une marque plus profonde que prévue. Sa vision se brouilla, elle inspira un grand coup, tenta de se redresser.

En face, le Pirate faisait de même malgré un genou attaqué.

Et riait.

- Alors, ça fait quoi de se faire trancher à son tour ?

La douleur pulsait, le sang coulait. La main de la Chasseuse était descendue par réflexe, compressant la plaie. Son sang se mêla à celui du Pirate. C'était dégueulasse pourtant elle ne cessait pas de sourire.

Le Pirate se jeta sur elle, elle l'esquiva. L'attaqua à l'autre flanc d'un coup de poignard qui lui fendit la peau jusqu'à l'aisselle. Nouvelle gerbe de sang, qu'elle accueillit comme une pluie bienfaisante. Le Pirate se retourna, voulut l'attaquer mais elle était déjà derrière.

Nouvelle gerbe, nouvelles plaies. Au niveau des deux genoux cette fois.

Le Pirate hurla, se sentit partir en arrière. Alors qu'il heurtait le sol de son dos lacéré, elle lui bondit dessus. Un nouveau éclair de douleur, deux lames s'étaient plantées au niveau de ses paumes, les clouant au sol alors qu'elle les enfonçait en y mettant tout son poids.

Il y eut un silence, un instant de flottement infime. La fille était là et le fixait avec un regard qui lui fit peur.

- Ça t'excite d'être au-dessus, hein, salope ?

Elle lui cracha une gerbe de sang à la gueule.

- T'as pas idée.

La fille se pencha, ramassant la machette qu'il avait lâché lorsque sa main avait été transpercée. Il ferma les yeux en voyant qu'elle levait le bras et la lame se planta entre ses deux clavicules.
Il jura.

- Qu'est-ce que tu lui as fait, hein ? Tu veux pas m'expliquer ?

- Va te faire foutre. Qu'il laissa échapper entre ses dents serrées.

Bruit d'extraction, la lame fut retirée, amenant avec elle son lot de chair arrachée. Le colosse se cabra, tentant de dégager l'espèce de démone qui s'était logée sur son torse. En vain.

- Je vais répéter.

Un coup dans la même plaie, lui arrachant un grognement.

- Tu. Elle retira la lame, il sentit cette dernière se ficher plus bas et se retint de beugler. Lui. Nouvelle extraction, nouveau coup. As. Elle s'approchait de son estomac. Fait. Y arrivait. Quoi ?

La douleur saturait, provenait de partout. Son torse, ses mains, son dos, ses genoux. Avec insatisfaction, le Pirate constata que des points de couleur commençaient déjà à danser devant ses yeux.

- Rien qu'il a pas cherché.

La réponse, immédiate, lui arriva sous forme d'une lame qui transperça son globe oculaire.

Il n'hurla pour de bon qu'à ce moment.
Et en même temps qu'il criait, elle se marrait à en crever.

⚡ ⚡ ⚡

Elle marchait, son crâne hurlait.
Elle marchait la main sur la cuisse, recouverte d'un sang qui n'était pas le sien.
Elle marchait et souriait encore un peu, machinalement. Faisait un pas, deux, comme dans le coton. Un mal de crâne de tous les diables sourdait entre ses deux oreilles, s'accordant au parfum de vieux fer sur sa langue.
Elle marchait, sonnée. Encore un peu euphorique, jusqu'à la clairière.

Le garçon était là, toujours inconscient. Ses affaires trempées de pluie gisait de ça et là, formant un tableau absolument sinistre. Elle s'arrêta, le fixant quelques instants. La pluie coulait sur elle aussi sans parvenir à laver le sang.
Son regard revint se fixer vers l'autre. Elle ne réfléchissait absolument plus, se contentait de recevoir les sensations.

Il fallait que le garçon se réveille.

Première pensée, presque parasite au milieu de l'adrénaline qui saturait. Elle voulut la balayer, soupira. Ennuyée.

On pourrait le laisser là, aussi.

La pluie coulait sur elle aussi sans parvenir à laver le sang.

Elle marchait, faisait le tour de la zone. Ramassa un habit par ci, un autre par là. Voulut toucher au sabre, s'arrêta. C'était peut-être un peu risqué avant la descente.

Elle marchait, s'arrêta devant le garçon. Vint, de la pointe de sa godasse, lui soulever le crâne.

- Ah, pache. A-pache.

Nouveau poke, plus insistant. Pas taper. Pas trop.
Le garçon s'appelait Apache, c'était vrai.
Elle, c'était Lacerate. Comme dans arrête de me faire le peau s'il te plait.

- Réveille-toi.

Elle grondait un peu, les pensées revenaient. Et avec elle, la tristesse.

Il pleuvait, elle était debout devant lui et lui pleuvait dessus, aussi.
Sans savoir pourquoi.

- Apache, s'il te plait. On rentre, maintenant.

Allez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 761
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : caca masqué.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: Comme une ombre. /!\Pegi 16/!\   Lun 16 Jan - 18:17

Du son saturé.
Rien que des sons et des images qui ne voulaient rien dire. Violentes, agressives.
Blanc.
Noir.
Rouge.
Un bruit qui déraillait, trop fort, assourdissant.
Ca vrillait les tympans.
Ca brulait les pupilles.
Tout semblait aller trop vite, ou trop lentement.
C'était son esprit qui était à la traine.

Et puis un silence.
Lourd.
Des sensations qui revenaient, trop forte. Toujours trop rapide alors que lui peinait à émerger.
L'herbe détrempée.
L'odeur de la terre.
La pluie qui l'arrosait.
Le froid qui le brulait.
le froid...
Ou tout le reste.

Qu'est ce qui l'avait réveillé ?
Il avait sommeil.
Il voulait rester la.
Il était bien la.
Moins mal qu'autrement.

Il fronça les sourcils, ses yeux déjà entre ouvert sans qu'il ne voit pour autant grand chose.
Il voyait, mais les informations avaient du mal à remonter jusqu'à son cerveau.
Un mal de crane lancinant qui assombrissait sa vue à chacun de ses battements de cœur.
"Réveille toi."
Ca flottait, ca résonnait.
Ca venait d’où ?
Il était ou ?

- Apache, s'il te plait. On rentre, maintenant.


On rentre...

Un mouvement. Ses muscles tiraient affreusement. La douleur le ramenant à la réalité avec lenteur.
Il roula sur le coté, lâchant un gémissement.

Qui parlait ?
C'était qui ?
C'était Lace.
Lace.

Sa main remonta à son visage, tremblante, essuyant le sang qui le maculait sans vraiment y faire attention. Sonné.

Lace ?

Le punk abimé leva les yeux vers elle, plissant et fronçant le nez comme s'il faisait face au soleil en personne.

"Lace..." Voix cassée, il toussa, la lâchant soudain des yeux, cherchant autre chose, sa mine se décomposant de peur. "Il est.. il est parti ?" Son cœur s’accéléra en même temps que sa respiration. Terrorisé. Il allait revenir. Il revenait toujours.
Et elle.
La Gueule cassée.
Elle était toujours la, elle.
Elle le regardait un peu bizarrement.
Qu'est ce qu'elle avait dans les bras ?
C'était... Ses fringues ?
L'iroquois baissa la tête, se regardant lui même, complètement paumé, la panique le submergeant alors que tout lui revenait en tête.
Il poussa sur son bras, en grimaçant, se redressant en position assise.
Merde...

Nouveau regard vers Lacerate, digne d'un chiot battu. Ou d'un punk maltraité en l’occurrence, les larmes lui remontant aux yeux.
Ca ne s’arrêtait jamais, hein, les larmes. Il y en avait toujours, même quand on pensait qu'il n'y en avait plus. Et devant sa cheffe qu'il avait pourtant tant détesté, qu'il avait même voulu tuer, il s'écroula, fondant en pleurs, secoué par les sanglots, ramenant ses mains à son visage, comme pour se cacher.
Mais il s'en foutait, la, maintenant, qu'elle le voit comme ça.

Il s'en foutait.

Il avait eu tellement peur.
Tellement peur.
Et elle l'avait sauvé.






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacerate
avatar

♣ Chef des Chasseurs ♣


✘ AVENTURES : 394
✘ SURNOM : La Gueule Cassée
✘ AGE DU PERSO : 17 plaies

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : Razor sharp like a knife.
Sujets en cours : I - II - III - IV

MessageSujet: Re: Comme une ombre. /!\Pegi 16/!\   Lun 16 Jan - 19:21

Il bougea, le garçon. Se retourna, elle croisa son regard. Elle pleurait un peu, machinalement, mais ses bras tremblaient toujours et elle avait du sang partout, elle allait finir par en faire goutter sur lui aussi.

- Lace...

Laaaacerate.
Comme dans je vais te lacérer jusqu'à ce que tu regrettes jusqu'au jour de ta naissance, fils de pute.
Il y eut comme un éclat de panique, dans le regard d'Aaaapache. Elle l'observa sans ressentir de compassion, comme anesthésiée. Est-ce que la pluie pourrait laver tout ça ?

- Il est.. il est parti ?

Apache se redressa, s'effondra. Une partie d'elle voulait faire pareil, mais la chose dans le ventre la retenait. Elle avait de la peine à refroidir, décrisper les griffes. Le bruit des sanglots du punk se mêla à la pluie. Elle aussi coulait mais sans c'était presque mécanique.
Elle se sentait si froide.

Avec une cérémonie presque comique, elle tendit les bras et laissa tomber les vêtements sur le Chasseur.

- Ouais, il est parti.

Elle vacilla, sa jambe lui faisait mal.
Grimaçant, Lacerate se laissa bêtement tomber par terre.

- Je l'ai eu, Apache. Je lui ai fait la peau.

Littéralement.

- Je l'ai arrachée. Partout.

Elle sourit un peu, presque tendrement.

- Habille-toi. Tu vas avoir froid sinon.

C'était si ridicule, comme si des habits trempés allaient y changer quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 761
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : caca masqué.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: Comme une ombre. /!\Pegi 16/!\   Lun 16 Jan - 20:12

Lorsque les vêtements lui tombèrent dessus, le punk sursauta littéralement, se retournant, faisant de nouveau face à sa cheffe comme s'il s'attendait à ce qu'elle le frappe elle aussi. La respiration courte, la, à ses pieds.
Putain de pitoyable.
Humilié.

- Ouais, il est parti.


Il ravala sa salive, silencieusement, ne la lâchant pas des yeux alors que ses larmes continuaient leur route.
Elle pleurait elle aussi.
Elle saignait, elle aussi.
Elle avait mal ?
Pourtant, elle paraissait si inexpressive.
L'iroquois avait l'impression de se faire écraser par son regard. Par sa présence. Démoli par le poids de la honte. Il s'était fait massacrer par un pirate. Torturé et tellement pire encore, et il était la, moins que rien devant sa cheffe qui l'avait tiré de ce pétrin sans rien en retour.
Pire que rien, puisqu'il avait manqué de l'égorger il y avait si peu.

Et elle se laissa tomber à terre, près de lui, arrachant un léger mouvement de recule au métisse.
Complètement traumatisé.
Totalement apeuré.
Il s'attendait à tout. Qu'elle le gifle, qu'elle l’humilie plus encore, ou que le monstre réapparaissent d'entre les bois.

- Je l'ai eu, Apache. Je lui ai fait la peau.

Hein ?
Il cligna des yeux, pas sur de comprendre.

- Je l'ai arrachée.


Un sourire bizarre. Inapproprié.
Vraiment ?
Il avait quelque chose de tendre dans cette mine qui calma instantanément les battements du cœur du punk ainsi que sa respiration trop saccadée.
A moins que ce ne soit le fait de l'annonce de la mort du cauchemar ?
C'était fini alors.
Pour de vrai.
Terminé.
On rentrait à la maison.
Quelqu'un était finalement venu le chercher.

- Habille-toi. Tu vas avoir froid sinon.


Il baissa la tête, une fois de plus, avisant ses vêtements, reniflant, cherchant à retenir ses larmes qui ne cessaient pas de couler, puis agita docilement la tête à la positive.
Silencieux.
Il froissa le tissu de son T shirt de sa main, se mordant un instant la lèvre inférieure déjà ensanglantée, revoyant comment BigJack le lui avait arraché, le découpant avec un couteau.
Peine perdu.
Celui la était à jeter.

Il s'appliqua cependant à ré enfiler son caleçon, son legging et son pantalon.
L'affaire lui pris du temps. Beaucoup. Et pas mal de souffrances avec ça. Néanmoins, retrouver un peu de pudeur, c'était aussi retrouver un peu d'humanité. Un peu de son identité.
Sa ceinture.
Une hésitation.
Et une image. Celle de l'homme qui lui fouettait les reins avec. Il passa son pouce sur les piques de ferrailles tachées de son sang coagulé.
Ses propres hurlements lui résonnaient dans la tête, lointains et proches à la fois. Accompagnés d'une migraine tenace.
Il l'enfila, finalement, la bouclant sans rien dire, terminant en enfilant son blouson, planquant ses multiples coupures, morsures et autres plaies sanguinolentes et malaisantes.

C'était presque comme si de rien, maintenant, non ?
Il n'y avait plus que sa bouille massacrée de visible, et cette expression détruite qu'il n'avait jusqu'alors jamais arborée.

Un regard vers sa collègue, un peu fuyant. Il se passa le revers de la main sur les yeux, cherchant à se recomposer une attitude, ou quelque chose. Peine perdu. Trop cassé. Il lui faudrait du temps.

Un silence.

Le bruit de la pluie.

"Pardon... Je... Je suis désolé."


Il aurait pu lui dire merci. Mais c'était ces mots qui lui été venu, avant de de nouveau fondre en larmes comme un enfant. Il se força cependant à se reprendre, ne voulant pas encore et encore pleurer comme ça pendant trop longtemps.
Pardon de ne pas l'avoir cru quand elle disait que pour elle ca n'avait rien changé.
Pardon de ne pas lui avoir fait confiance.
Pardon de l'avoir blessé.
Pardon d'avoir voulu la tuer.
Pardon pour le déplacement.
Pardon pour le dérangement.
Pardon d'avoir été con.
Pardon d'être une merde.
Pardon de l'avoir mis dans cette situation.
Pardon de pas avoir été capable de se défendre tout seul.
Pardon d'être faible et d'être devenu la pute d'un pirate, marqué au fer.

Pardon, Lace.






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"







Dernière édition par Apache le Lun 16 Jan - 21:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacerate
avatar

♣ Chef des Chasseurs ♣


✘ AVENTURES : 394
✘ SURNOM : La Gueule Cassée
✘ AGE DU PERSO : 17 plaies

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : Razor sharp like a knife.
Sujets en cours : I - II - III - IV

MessageSujet: Re: Comme une ombre. /!\Pegi 16/!\   Lun 16 Jan - 20:48


La pluie lui tombait dessus, se mêlant à l'hémoglobine qui la tâchait de partout. Sa blessure pulsait, respirait pour elle. Doucement, elle reprenait sa place. Tentait de retrouver l'équilibre, celle qu'elle était avant de torturer le monstre. On se calme, Mephisto, on respire.

L'odeur de la pluie, la respiration du garçon. Apache.

Pourquoi elle avait fait tout ça ? Pour lui ?

Ça lui paraissait tellement surréaliste.

Lacerate réfléchissait, fixant un point dans le vide alors qu'Apache remettait ses fringues tant bien que mal. Lace muait, quittait sa peau de monstre pour revenir dans celle de la fille. Doucement, elle y revenait, sentait son âme qui remuait sous la peau. La tristesse prenait de plus en plus de place, mâtinée de honte et d'une forme de soulagement.

Elle était en vie.
Apache aussi.

Elle leva la tête, fermant les yeux pour mieux sentir les gouttes.

- Pardon... Je... Je suis désolé.

Il y eut un silence, elle ne broncha pas. Immobile sous la pluie, accueillant chaque goutte, chaque larme qui lui sortait des yeux.

Puis un nouveau sourire - indescriptible - étira ses lèvres.

- Ok.

Elle était incapable de lui dire que ce n'était pas grave, même si au fond elle devait bien le penser. Se redressant, elle abaissa la tête et fixa le punk.

- Ça va être difficile, au début.

Elle parlait plus doucement, plus chaleureusement. Plus gravement, aussi.
De vieux souvenirs remontaient à la surface.

- Tu vas avoir peur des gens, tu vas avoir peur de dormir. Peut-être que tu auras peur qu'on te touche, aussi.

Elle pensa à Her, à Justice. A ceux qui les verraient rentrer. Et cessa de sourire.

- Peut-être que ce sera difficile, de revenir dans la forêt. Si tu veux éviter, je comprendrai.

Pourquoi elle disait tout ça ? Pour lui ?

- Si tu as peur d'aller chasser, j'irai avec toi.

Elle voulut lui poser la main sur l'épaule, son geste s'immobilisa.
Elle venait de se rappeler de la réponse.

- Je suis désolée, Apache. De ne pas être venue te chercher plus tôt.

Quelque chose se fêla dans sa voix et ses yeux se remplirent de grosses larmes. Surprise par la déferlante, elle ramena les mains à son visage. Les heurta aux cicatrices qui le ravageaient - le rappel qu'elle ne pouvait plus jamais devenir un monstre.
Et pourtant, elle avait cédé.
Est-ce que c'était mal ?

Les questions fusaient d'un seul coup sur son crâne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 761
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : caca masqué.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: Comme une ombre. /!\Pegi 16/!\   Mar 17 Jan - 15:59

"Ok."

C'était bref.
C'était froid.
Apache eut l'impression de se prendre une nouvelle tarte dans la gueule, malgré le sourire qui avait étiré les lèvres de Lacerate. Alors, il baissa les yeux, gêné alors que sa cheffe, elle, se redressait.

"Ça va être difficile, au début."
Les yeux noirs se relevèrent vers elle, attestant de l'attention du garçon. "Tu vas avoir peur des gens, tu vas avoir peur de dormir. Peut-être que tu auras peur qu'on te touche, aussi." Son regard quitta celui de la Gueule cassée, visiblement mal à l'aise.
C'était bizarre ce qu'elle lui racontait la.
Pourquoi est ce qu'elle lui disait ça ?

"Peut-être que ce sera difficile, de revenir dans la forêt. Si tu veux éviter, je comprendrai."


Pour l'aider.

Elle avait l'air tellement forte, Lacerate.
Non.
Elle n'en avait pas que l'air. Elle l'était, pas vrai ? Pour avoir fait disparaitre un putain de cauchemar.

"Si tu as peur d'aller chasser, j'irai avec toi."

L'Hérissé secoua doucement la tête à la négative, le regard toujours perdu dans l'herbe humide.
"Nan..." Il renifla. "Nan, il me changera pas." Sinon, il aurait gagné, hein ? Ca voudrait dire qu'il aurait réellement réussi a le briser. A le dresser comme un chien.
"J'aurai pas peur."
Ca sonnait comme s'il essayait de se convaincre lui même, mais c'était toujours ça.
"Tu sais il m'a pas..." Il secoua de nouveau la tête, toussant par ce que ça gorge lui faisait mal. "Il m'a pas vraiment..." C'était difficile à dire. Difficile à formuler, hein. Ca le renvoyait un peu trop vite à cette horrible nuit passé en la compagnie d'un pirate. "Il m'a pas vraiment baisé."
Pas vraiment. Pas tout à fait. Mais un peu quand même... Hein.
Ca sentait le déni. Mais il fallait bien se raccrocher à quelque chose.

"Je suis désolée, Apache. De ne pas être venue te chercher plus tôt."


Cette fois, l'iroquois releva la tête pour de bon vers la chasseuse, surpris par ses mots, ouvrant la bouche pour répliquer quelque chose mais se bloquant instantanément alors qu'il avisait les grosse larmes qui dévalaient les joues abimées et creusées par les cicatrices. Elle se cacha le visage, craquant visiblement, refroidissant par la même le punk qui ne su quoi dire, ni quoi faire sur l'instant. Il finit cependant par trouver.

"Hey..! D.. Dis pas ça !"
Et il posa une main sur son épaule, puisqu'elle avait retenu son geste l'instant d'avant. Et puisqu'il avait dit qu'il n'aurait pas peur. Puisqu'il avait décidé qu'il la ferait mentir, il l'attira vers lui, la prenant dans ses bras. La serrant fort, espérant la réconforter un peu.
Fort ouais. Du moins de ce qu'il lui en restait. Ca ne devait pas être grand chose, et ses muscles tremblaient.
"T'excuse pas, putain... Au moins, t'excuse pas."
Un sanglot étouffé tout contre elle. "T'aurais même pas du venir. T'aurais même du m'laisser la. T'aurais du te casser, Lace ! Mais t'es resté, et tu m'as tiré de la !" Il pleurait de nouveau, mais faisait tout pour garder un minimum de contrôle sur sa voix. "J'le méritais pas, que tu m'sauve..." Même si c'était jamais une question de mérite, comme on disait.
Méritait-il ce qui lui était arrivé ?

"Merci, Lace..."






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacerate
avatar

♣ Chef des Chasseurs ♣


✘ AVENTURES : 394
✘ SURNOM : La Gueule Cassée
✘ AGE DU PERSO : 17 plaies

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : Razor sharp like a knife.
Sujets en cours : I - II - III - IV

MessageSujet: Re: Comme une ombre. /!\Pegi 16/!\   Mar 17 Jan - 17:17


C'était difficile, de revenir. De se glisser à nouveau dans la peau de celle qui réfrénait sa violence depuis 15 ans, celle qui s'en voulait à mort. Même si c'était pour une bonne cause, même si c'était pour le semblait de meute qu'elle tentait de reconstruire. C'était difficile, ça faisait mal, de revenir. Elle aurait mieux fait de rester comme avant, finalement. Rien ressentir.

- Hey..! D.. Dis pas ça !

Qu'elle le verbalise ou pas, elle se sentait coupable quand même. Elle se sentait mal, elle sentait tous les sentiments négatifs revenir à la fois. Toute cette peur qu'elle avait soigneusement bouclée lorsqu'elle s'était retrouvée face au Pirate ressortait, doublant la quantité de larmes qu'elle déversait.

Elle sentit un poids contre elle, des bras qui l'enserraient en tremblant. Merde, elle en chialait encore plus : c'était comme si le fait de revenir avait ouvert des vannes qu'elle ne pourrait plus jamais refermer.

- T'excuse pas, putain... Au moins, t'excuse pas. Il lui pleurait contre, elle faisait de même. T'aurais même pas du venir. T'aurais même du m'laisser la. T'aurais du te casser, Lace ! Mais t'es resté, et tu m'as tiré de la ! J'le méritais pas, que tu m'sauve..

Elle tiqua, sentit ses muscles se crisper.

- Merci, Lace...

- C'est normal, putain.

Elle avait grogné, légèrement irritée.

Un peu brutalement, elle saisit Apache aux épaules et le décolla d'elle, le fixant d'un air grave.

- T'es mon Chasseur, Apache. Et t'étais mon pote, aussi.

Elle pleurait encore un peu mais ça allait un peu mieux.

- Je sais ce que ça fait, d'être un monstre.

Elle s'était promise de ne plus recommencer.
Son air s'assombrit encore.

- Je sais aussi ce que ça fait de... subir des trucs. Je connais. Personne mérite ça. Elle tiqua, un sourire bref et sauvage vint étirer ses lèvres l'espace d'une fraction de seconde. Enfin, sauf ce fils de pute de Pirate.

Un temps. Elle se mordit les lèvres, chercha ses mots.

- Je sais pas si je t'en veux encore, mais je crois que c'est pas important. C'est passé. Ok ? Et maintenant, on va rentrer. Surtout ne pas pleurer, surtout ne pas se montrer faible devant Apache encore une fois. On va rentrer et on va s'occuper de toi. Ça va aller. Ça va aller. Ça va aller.

Elle le répétait à Apache et le répétait à elle.
Elle en avait tellement besoin, d'un seul coup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 761
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : caca masqué.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: Comme une ombre. /!\Pegi 16/!\   Mar 17 Jan - 18:00

Une pression sur ses épaules, et la chasseuse l'avait repoussé, le maintenant cependant avec fermeté, lui faisant face, le fixant de sa hauteur. Un peu brisé, le punk soutint son regard avec une mine déconfite, légèrement tremblante.

"T'es mon Chasseur, Apache."
SON chasseur. A elle. Il ravala sa salive, ne mouftant pas. D'accord. "Et t'étais mon pote, aussi." Au passé. Par ce que c'était fini, ça. L'amitié. On ne tentait pas de tuer un pote. Ca se faisait pas. Lui même avait fait une croix la dessus à ce moment la.
Ca faisait mal. Les deux phrases faisaient mal. Mais il les avalait. Complètement, il les intégrait. Par ce qu'à ce moment la, il aurait avalé n'importe quoi, tout démoli qu'il était. On aurait pu faire n'importe quoi de lui, il aurait suivi, et peut être même avec le sourire.
Esprit sonné.
Esprit facile à retourner.

"Je sais ce que ça fait, d'être un monstre."
Un frisson, entre les mains de sa cheffe. Peur ? Ouais, un peu. Il y avait de quoi, non ? "Je sais aussi ce que ça fait de... subir des trucs. Je connais. Personne mérite ça." Et un sourire mauvais, un sourire effrayant. "Enfin, sauf ce fils de pute de Pirate." L'insulte arracha un très léger sourire au punk qui cependant n'osait plus trop bouger ni dire quoi que ce soit, un peu hypnotisé par sa sauveuse qui lui faisant tant de confidences.
Elle avait été le monstre.
Elle avait été la victime.
Ce n'était pas rien, ça. Pas rien du tout. Ca voulait dire qu'elle était capable du pire. Et ca se voyait dans son regard. Ca retentissait dans sa balafre. Elle en avait vu Lace. Elle était forte. Elle était solide.

"Je sais pas si je t'en veux encore, mais je crois que c'est pas important. C'est passé. Ok ? Et maintenant, on va rentrer."
Il agita la tête a la positive, silencieux, acquiesçant sans vraiment donner son avis. Quelle importance ca avait de toute façon, son avis, hein? Lui qui le donnait toujours, aujourd'hui avait juste envie qu'on lui dise ce qu'il fallait faire.
Une envie d'être guidé, que quelqu'un prenne le relais.
Lacerate prenait le relais.
Sa cheffe.

Sa cheffe. Ouais.

La tout de suite. Ca ne le dérangeait plus.
Il était d'accord.
Sa cheffe.

La rébellion reviendrait.
Vite sans doute.
Mais ce moment la, il resterait gravé.
Le moment ou il avait baissé les armes et ou il avait accepté.
Le moment ou on l'avait soumis, pirate comme supérieure, même si de deux façon bien différente.

"On va rentrer et on va s'occuper de toi. Ça va aller. Ça va aller. Ça va aller."

Nouveau hochement de tête, docile. Sage.
Et il embraya un mouvement pour se relever.
Ses guiboles tremblaient, c'était un peu pitoyable, et il ne parvint pas à rester droit plus de cinq secondes, ses genoux pliant, heurtant le sol sans qu'il ne le veuille.
C'était rageant. Ca lui rappelait ce moment avec Her, lorsqu'il s'était fait dérouiller par ses collègues chasseurs.
Moment de faiblesse.
Moment de souffrance.
Son égo avait pris cher.
Mais la, tout de suite, il en souffrait moins. C'était qu'il était un peu mort à l’intérieur, ne ressentait plus tant de chose que ça.
Assommé, le punk.
L'Anarchiste dormait.






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacerate
avatar

♣ Chef des Chasseurs ♣


✘ AVENTURES : 394
✘ SURNOM : La Gueule Cassée
✘ AGE DU PERSO : 17 plaies

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : Razor sharp like a knife.
Sujets en cours : I - II - III - IV

MessageSujet: Re: Comme une ombre. /!\Pegi 16/!\   Mar 17 Jan - 18:25


Une partie d'elle - celle qui n'avait toujours pas pardonné - avait envie de rire en voyant l'Hérissé se ramasser. L'autre l'emporta cependant presque immédiatement, se précipitant vers le Chasseur pour le soutenir.

- Force pas. Je vais t'aider.

Elle se faisait impérieuse, n'accepterait pas que l'ego d'Apache vienne l'empêcher de lui servir de béquille. L'idée qu'elle était exactement en train de se comporter comme une Cheffe ne lui avait absolument pas traversé l'esprit. Elle l'aidait, c'était tout. Lui disait quoi faire parce qu'il était perdu et s'était perdu aussi, avant.
C'était normal.

- T'as soif, dis ?

Elle porta la main à sa ceinture, s'étonna que la gourde qu'elle y avait glissé ait supporté les chocs qu'elle-même avait endurés durant son affrontement avec le Pirate.
Alors qu'elle tendait la flasque à Apache, une autre remarque lui traversa l'esprit.

- Attends.

Elle avait failli oublier.

- Ton sabre. Faut qu'on le ramasse, aussi.

Seulement à ce moment-là, ils seraient prêts.

- Tu veux que je m'en charge ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 761
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : caca masqué.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: Comme une ombre. /!\Pegi 16/!\   Mar 17 Jan - 19:09


"Force pas. Je vais t'aider."

Et elle l'aida, sa cheffe. Le soutenant sans se foutre de lui, sans se marrer. Sans hésiter ?
A priori.
Un Apache complet aurait pesté, aurait juré, l'aurait même peut être envoyé chier ! C'était ce qui était arrivé à Her après tout, lorsqu'il s'était retrouvé dans une situation similaire.
Mais la, il ne disait rien.
Le regard brillant, un chouilla admiratif, bourré de remerciements silencieux.

"T'as soif, dis ?"

Soif ? Tiens, bois. Ca peut pas te faire de mal, garçon, c'est que du bon.

Apache cligna des yeux, la vision du pirate disparaissant aussi vite qu'elle était apparue, lui refilant des sueurs froides.
Du gin.
Une bouteille de Gin qu'il lui avait enfoncé dans la bouche, le forçant à boire. Comme si... Comme...
La nausée lui remonta dans la gorge.
Il crevait de soif, en fait.
Vraiment.

"N. non ca va. Merci."

Il déclina, la mine un peu paumée, même si la flasque lui faisait envie, tout déshydraté qu'il était.
C'était pas grave hein. Il boirait plus tard.
Plus tard.

- Attends. Ton sabre. Faut qu'on le ramasse, aussi.

Hein ?
Le punk jeta un œil à l'épée plantée au sol un peu plus loin, l'air un peu ailleurs. Un peu étourdi.

- Tu veux que je m'en charge ?


Son épée.
Sa lame.
Celle la même qui avait attiré le monstre à lui.
Celle qui lui avait sans doute sauvé la vie, mais qui lui avait couté son esprit.
Il s'était acharné, le monstre. Avait décidé de le réduire en miettes, à l'état de rien puisque cette épée dorée, elle avait appartenu à l'un de ses amis.
Un certain Vlad.

"Tu sais, t'as fait du bon boulot avec Vlad. Vraiment, j'l'ai pas mal cherché avant de tomber sur lui. Dans le bois joli. T'as bien joué, fils. Bravo."


Vlad, ouais. C'était ça. Ca lui revenait. La voix grasse de BigJack lui résonnant dans la caboche.

"J'le connaissais bien, Vlad. C'était un bon pote. C'était pour lui que j'avais forgé cette épée, tu sais ?"

Vlad. Le pirate qu'il avait tué et dont il avait gardé la lame. En souvenir ? Si c'était le cas, ca n'avait pas été efficace.

"D.D'accord." Il bafouillait, le punk, la tête ailleurs. Assaillit par des réminiscences. Pourquoi maintenant ?
Et pourquoi pas ?
Son cœur fit une embardé et il tourna la tête vers la foret.
Il y avait eu un bruit non ?

Une angoisse lui remontait jusqu'à la gorge, les yeux écarquillés, braqués vers ce qui semblait être une ombre entre deux arbres. Une ombre de deux mètres.
Mais non.
Non il n'y avait rien, hein ?

Rien...

Il voulait rentrer. Maintenant.
Il voulait dormir.
Le plus longtemps possible.






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comme une ombre. /!\Pegi 16/!\   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Comme une ombre.
» Le pretre ombre.
» A l'ombre d'un grand chêne...rêverie
» carte de l'ombre et "n'importe qu'elle phase"
» arbalette ou un truque comme ca

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Vallée des Fées :: Le Bois Joli-