Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Jim Crazyleg
Jim Crazyleg

☠ Mousse du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 206
✘ SURNOM : la Demi-Portion
✘ AGE DU PERSO : 16 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours !
✘ LIENS : Fiche clic | Dé clic

MessageSujet: Mama, let this heart be steel   Jeu 12 Jan 2017 - 21:33


Lucky sentit un frisson lui parcourir le dos de bas en haut.

La Machine. Il y faisait plus froid qu’il n’y pensait. Et porter un simple t-shirt n’arrangeait rien. Les enfants pressèrent le pas pour en finir au plus vite. C’était parce qu’ils se trouvaient dans un secteur apparemment hors service que la température avait brusquement chuté.
Ici, tout différait du reste de l’étage. L’obscurité y était complète, à peine éclairée par les lueurs jaunâtres de quelques vieilles ampoules éparpillées. Quant au vacarme des engrenages, il se faisait si lointain qu’il se trouvait réduit en un ronronnement grave. Ronronnement couvert par le claquement métallique de leurs pas à mesure qu’ils avançaient.

Comme il était de plus en plus difficile d’y voir quelque chose, Sissy s’agenouilla au pied d’un faisceau et tira de son sac une vieille lampe à huile. Mais ce fut Lucky qui fit craquer l’allumette avant d’enflammer la mèche.
Sissy avait peur du feu, après tout. Comme il avait peur de bien d’autres choses.
Le Chanceux tenait la lampe à bout de bras pour éclairer le plus loin possible devant eux. Il n’était pas un meneur mais il était beaucoup trop fier pour refuser d’ouvrir la marche quand son ami le lui proposait.

Tout comme il avait été trop fier pour refuser de l’accompagner jusqu’ici.
Ils avaient été envoyés chercher des pièces de métal pour les armuriers, en manque de matière comme d’habitude ! Certes, des livreurs habitués aux longues marches et aux lourdes charges étaient tout indiqués pour accomplir ce genre de travail, mais Lucky ne pouvait s’empêcher de penser qu’envoyer deux enfants de moins de dix ans restait une idée foireuse.
Et il avait accepté. Sans broncher, pour une fois. Il allait falloir s’y tenir.

Les deux garçons auraient préféré trouver ce qu’ils cherchaient à l’entrée des lieux et repartir aussitôt. Mais aucun d’eux ne s’était senti la force ou la témérité d’essayer de démembrer l’une de ces machines en mouvements, capables de les couper en deux en un geste.
Ils s’étaient donc résolus à s’enfoncer dans l’antre, là où les machines se figent et rouillent.

- Lucky… j’aime pas cet endroit…

L’intéressé se crispa entendant ces mots. Lui non plus, il n’aimait pas cet endroit. On ne percevait pas les limites de cet espèce de dédale obscur, d’une géométrie complexe et menaçante. Et il priait pour ne pas y croiser le minotaure.
Mais ce qu’il aimait encore moins, c’était d’entendre son ami lui rappeler sa propre angoisse.

- Arrête de pleurnicher, tu me casse les oreilles.

Lucky n’avait fait que marmonner. Il n’osait pas hausser le ton en ces lieux.

- On peut rentrer ?

Ce qu’il aurait aimé accepter ! Mais ce n’était pas tant la volonté d’accomplir leur mission que la parfaite conscience qu’ils seraient punis puis renvoyés ici pour terminer, qui le poussait à répondre :

- Pas moyen. Regarde, on a trouvé.

Lucky désigna du doigt ce qu’il aurait pu appeler un nid. Il s’agissait d’un tressage de fil de fer, un empilement de plaques de taules et de fragments métalliques, de ressorts, de clous, de vis, d’engrenages et même des débris d’automates rouillés. Une mine d’or pour Sharpy.
Les deux enfants se mirent à genoux et commencèrent à lier les objets entre eux à l’aide de cordes et de câbles pour former des espèces de fagots. La lampe posée à leur coté ne projetait que l’ombre de leur sac.

Lorsqu’ils eurent terminé, il se chargèrent comme des mules, avant de se redresser d’une manière peu assurée. On aurait cru qu’un simple coup de vent les auraient renversés tant ils peinaient à la tâche.
Jusqu’ici tout c’était passé sans problèmes… et assez vite. Lucky se sentait déjà un peu plus en confiance car il ne leur restait plus qu’à rentrer désormais.

Mais ils ne firent que trois pas avant que tout ne dérape.


Dernière édition par Jim Crazyleg le Dim 22 Jan 2017 - 0:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kadath
Kadath

☂ Enchanté ☂


✘ AVENTURES : 83
✘ SURNOM : La Majestueuse
✘ AGE DU PERSO : inconnu

✘ LIENS : Kadath l'inconnue
Kadath, la Cité des Dieux

MessageSujet: Re: Mama, let this heart be steel   Jeu 12 Jan 2017 - 23:09

Dans les profondeurs de la Machine, les profonds recoins du Garage, la luminosité n’était pas la même. Plus obscure, quelques étincelles bleutées, quelques unes orangées. Un monde antique.

C’était dans cette partie plus ternie que se détachait un endroit un peu plus éclairé, les métaux plus soignés.

Cependant, l’un de ceux qui habitaient cette zone s’était éloigné dans les recoins anciens mal entretenus. Loin du cœur d’or, un lieu riche entouré de l’obscurité de la jungle métallique à l’agonie.

Celui qui était parti de ce cœur dessina sa silhouette face à des enfants. Pourquoi y avait-il des enfants ici ? Lui aussi en était un, bien plus grand, bien plu massif. Emballé dans des tissus, on ne pouvait pas deviner ce à quoi il ressemblait. Mis à part sa carrure épaisse, tout était caché dans le textile un peu comme un homme du désert.

Aucun son ne sortit de sa bouche. Au fond, un reflet doré apparaissait dans un léger faisceau de lueur factice. Ce qui provoquait cette dorure produisait aussi de légers points lumineux, un système semblant déjà plus vivant que ce qui se trouvait en ces lieux. Celle silhouette avait un aspect humain. Aucun son ne se fit entendre.

Mais… voilà déjà que le molosse leva son lourd bras pour frapper les visiteurs.

Les êtres de chairs devaient être corrigés. Peu importait l’âge ou la santé. Par contre, Inquanok devait calculer un minimum sa force afin de ne pas trop anéantir les humains. Il fallait les garder en vie pour les remettre sur le droit chemin.

C’était donc sous les yeux de Kadath, se rapprochant doucement de la scène, que le molosse avait décidé d’essayer d’assommer les enfants.

Finalement la Majestueuse ne fit entendre sa voix que pour rappeler à Inquanok de faire attention aux visiteurs.

Ne pas les anéantir.

Presque invisible, elle surveillait, ses lumières et sa silhouette plus visible que les traits précis de son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jim Crazyleg
Jim Crazyleg

☠ Mousse du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 206
✘ SURNOM : la Demi-Portion
✘ AGE DU PERSO : 16 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours !
✘ LIENS : Fiche clic | Dé clic

MessageSujet: Re: Mama, let this heart be steel   Dim 22 Jan 2017 - 0:00

Il y avait quelqu’un.

Il était sorti de nulle part et durant un bref instant qui lui sembla durer des siècles, Lucky découvrit une silhouette aussi sombre que massive, couverte de guenilles, et dont les phares qui lui servaient d’yeux n’exprimaient aucune émotion perceptible.
L’enfant resta tétanisé et vit le bras de la créature s’élever au-dessus de sa tête, menaçant.

Sissy fut le premier à réagir, il recula en poussant un cri strident. Ramené à la réalité, Lucky eut tout juste le temps de se jeter sur le côté pour esquiver l’attaque. Ce fut une grave erreur : emporté par le poids de son chargement, il tomba sur son épaule.
Le chanceux retint un cri de douleur, et jeta un regard incrédule vers la silhouette imperturbable.

Ce truc a essayé de me buter !!

Sissy recula lentement, les yeux écarquillés. Sa bouche était si largement ouverte qu’on aurait dit qu’il hurlait. Mais comme il n’émettait aucun son, il semblait plutôt en train d’asphyxier.

Lucky, lui, avait retrouvé le don de la parole :

- Hein ! Mais qu’est-ce que cette chose ? Sissy, vite ! Barrons-nous d’ici !

Il se releva, aussi maladroitement que précipitamment. Il lui fallut lutter de toutes ses forces contre le poids de son sac et en ignorer la lanière qui attisait langoureusement la douleur dans son épaule.
Se blesser tout seul comme ça, c’était pas de pot.

Les deux enfants prirent le pas de course en direction de ce qui leur semblait être la sortie. Sissy, plus rapide, ouvrait la voie et se permettait quelques coups d’œil inquiets derrière lui.

- Il nous suit !

- Tant pis, laisse-tomber le sac !

Sissy ne se fit pas prier. D’un geste vif, il se dessangla. Son chargement tomba derrière lui dans un boucan du diable.
Lucky éprouvait bien plus de peine. Il s’acharnait sur ses boucles et ses lanières, sans résultat, peut-être en les embrouillant d’avantage. Son regard passait de ce dédale de nœuds à son ami déjà si loin.

Bon sang. Bon sang. Bon sang. Bon sang.

A mesure que Sissy le distançait, sa panique le rattrapait.
Et derrière lui, il entendait la chose approcher.

- COURS !

Un mot adressé à Sissy, ou peut-être à lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kadath
Kadath

☂ Enchanté ☂


✘ AVENTURES : 83
✘ SURNOM : La Majestueuse
✘ AGE DU PERSO : inconnu

✘ LIENS : Kadath l'inconnue
Kadath, la Cité des Dieux

MessageSujet: Re: Mama, let this heart be steel   Dim 5 Fév 2017 - 22:45

Ils couraient. Les êtres imparfaits. Kadath se contenta de suivre des yeux, surveillant la hargne de Inquanok. Celui-ci pouvait s’avérer bien trop brusque, et pouvait ainsi tuer ce que les Dieux n’avaient pourtant pas voulu mort.

La course était rapide, et les pas lourds du cyborg résonnaient. La Majestueuse suivait ces sons, et le cri d’un des enfants. La fuite était leur seule sortie pour ces êtres, affronter un cyborg déjà aussi transformé que Inquanok, était un gros risque pour de jeune enfants comme ceux qui s’étaient aventuré trop profondément dans la Machine. Comme des aventuriers qui aurait frôlé de trop près l’Eldorado perdue.

Puis le Robot pressa le pas. Elle avait entendu un son plus fort, elle imaginait déjà le fluide rouge étalé. L’idée ne lui plaisait absolument pas si l’enfant en mourrait sur le coup.

Lorsqu’elle arriva derrière Inquanok, celui-ci tenait l’un des Garçons Perdu dans sa main qui n’avait plus rien d’humain. Malgré les aillons, les tissus qui le couvrait et le cachaient presque entièrement, on pouvait ainsi distinguer le métal qui avait remplacé ce qui fut autrefois de la chair.

Elle ne dit rien, ce contentant de constater que l’autre être de chair s’était enfui très loin. Au moins, le restant était en vie.

Kadath avança alors à distance raisonnable du prisonnier, ses lumières n’avaient pas changé de couleurs, elle était satisfaite de l’état général des choses. L’humain n’était pas en pièces détachées.

Elle se mit alors en marche, et Inquanok la suivit. Durant quelques minutes, il fallut se déplacer parmi la jungle métallique. Et enfin, ils arrivèrent au cœur de cette partie presque abandonnée. Plus dorée, plus décorée et illuminée d’une étrange lumière factice. Comme s’il s’agissait d’un lieu sacré. Il y avait comme une sorte de trône improvisé, allant parfaitement de paire avec les méandres de la Machine. Mais le chemin prit tournait à droite, dans une sorte de geôle. Le Cyborg y jeta, sans ménagement l’enfant avant de déplacer une sorte de lourde caisse métallique devant ce qui servait d’entrer à la cage. Kadath, quant à elle, prit place face aux barreaux qui séparaient le visiteur du monde libre.

La Majestueuse s’était éloignée, mais elle restait de face. Mise en tailleur, elle semblait écouter quelque chose ailleurs.

Inquanok, lui, avait disparu dans l’obscurité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jim Crazyleg
Jim Crazyleg

☠ Mousse du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 206
✘ SURNOM : la Demi-Portion
✘ AGE DU PERSO : 16 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours !
✘ LIENS : Fiche clic | Dé clic

MessageSujet: Re: Mama, let this heart be steel   Lun 13 Fév 2017 - 17:44

Lucky parvint enfin à dénouer le chargement qui ralentissait sa course et embarrassait ses mouvements. Il suffisait de tirer sur le bon bout, et les nœuds se délassaient d’eux-mêmes, emportés par le poids de son sac. Dès qu’il sentit ses efforts porter leur fruit, le livreur se sentit plus léger, et ce avant même que le sac n’est chuté de ses épaules.

Mais l’espoir qu’il entrevit mourut aussitôt, quand une main se posa sur son épaule endolorie. Elle eut l’effet d’un grappin mais aussi celui d’un frein mal coordonné : car comme il freinait d’un côté, de l’autre il virait de bord, emporté dans l’élan. A la manière d’un vélo dont on aurait arrêté qu’une seule roue.
Lucky voulut se libérer d’un coup d’épaule, mais les doigts se resserrèrent sur cette dernière. Ils pressèrent son épaule comme un fruit pour en tirer le jus. La douleur lui arracha un hurlement atroce. La main le repoussait vers le sol. L’enfant voulait s’arracher à cette poigne, mais elle était si forte qu’il crut qu’elle lui emporterait le bras s’il s’agitait trop.
Sous la pression, il mit un genou à terre.
Puis vaincu, il s’étala au sol.

Vaincu ? Jamais ! La main venait à peine de le relâcher qu’il se mit à ramper à toute vitesse pour s’en éloigner. Mais il sentit qu’on le saisissait par la jambe et qu’on le traînait en arrière. Lucky laissa échapper un autre cri tandis que ses doigts griffaient le sol métallique, à la recherche de quelque chose pour s’accrocher.
Puis ce furent deux mains qui le saisirent par la jambe, qui se serrèrent, qui tordirent… Et pour finir… crac.

Insultes et cris hystériques remplirent le silence. Lucky sentit la chose l’empoigner violemment pour mieux le soulever de terre. Et lorsqu’il vit une main s’approcher de son visage, il éclata en sanglots. Mais la patte se plaqua sur sa figure, étouffant ses cris, lui retirant sa vue, déjà bien réduite. Quelque chose de pointu lui éraflait la tempe, quelque chose de froid et de métallique.

Il était dans le noir, paralysé et bâillonné. L’enfant se secouait comme il le pouvait mais ne laissait échapper que des cris étouffés. Il se serait cru mort si des bruits de pas n’avaient pas rempli le silence dans lequel il s’était finalement retiré, la gorge en feu.
C’étaient les pas de ses ravisseurs.

Lorsque la main s’arracha à sa figure, Lucky eut à peine le temps de voir qu’il y faisait déjà plus clair et que la porte d’une cage venait d’être ouverte. Il fut aussitôt balancé à l’intérieur, sa tête se cogna violemment contre le fond de son nouveau logis.

Il resta inerte, assommé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kadath
Kadath

☂ Enchanté ☂


✘ AVENTURES : 83
✘ SURNOM : La Majestueuse
✘ AGE DU PERSO : inconnu

✘ LIENS : Kadath l'inconnue
Kadath, la Cité des Dieux

MessageSujet: Re: Mama, let this heart be steel   Mer 22 Fév 2017 - 8:16


La scène n’avait rien eu de reposant, de silencieux. Ça ne l’était absolument jamais de toute manière. Ils ne voulaient pas toujours être corrigés, être plus proches de la Machine et des Dieux. Un jour, Kadath parviendra à entrevoir ses Divinités. Elle en était sûre. Sinon, pourquoi serait-elle là ? Elle n’existait que pour cela, et uniquement pour ça. À l’écoute des Dieux par de-là les nuages et le ciel.

Dans les contrées du rêve.

La cité des Dieux.

Impassible, Kadath avait observé la scène. La mise en cage. Ses yeux étaient rivés sur le petit être de chair qui n’avait plus conscience pour le moment. Qu’il dorme ainsi, cela permettait d’avoir du silence. Après quelques murmures étranges que même Inquanok n’avait jamais su interpréter, la Majestueuse prit place en tailleur face à la cage. Regardant au travers des barreaux si l’enfant n’était pas trop endommagé. S’il fallait prendre soin de lui plus particulièrement. Elle jugea que la vie de l’humain n’était pas en danger. Du moins, selon ses principes.

Du temps passa.

Inquanok avait reçu la charge de trouver de la nourriture mangeable pour le Garçon Perdu, il devait le faire pour lui-même alors Kadath trancha qu’il serait un gain de temps de prendre pour deux portions en un voyage. Il ne fallait pas prévoir trop. La magie de la Machine transformait parfois très vite.

Impossible de savoir combien de temps était passé.

Inquanok voulu achever l’enfant, ses sautes d’humeur étaient difficilement prévisibles. Et violentes. Même Kadath ne parvenait pas toujours à se mettre en travers du chemin haineux qui se formait sournoisement. Elle dû le calmer, le remettre en place, et chantonner une étrange berceuse qui résonnait lugubrement dans le ventre de la Machine. Le Cyborg l’aimait bien, apparemment. Celle qui s’autoproclamait grande prêtresse des Dieux avait depuis longtemps appris que son comparse était resté un enfant malgré le corps visiblement adulte et muté par la magie.

Du moins, si l’on observait sous les masses de tissus le cachant de toute part.

Le temps passait étrangement à Neverland.

Kadath se privait d’aller observer les étoiles qui lui évoquaient l’immensité de ses divinités, afin de surveiller le Garçon Perdu captif. Sacrifice minime pour permettre aux Dieux de transformer la chair en métal.

À la lumière étrangement colorée de cet abysse de fer, la Majestueuse méditait pour les Dieux. Inquanok était à nouveau parti en quête de nourriture, et passer ses nerfs.

Le temps semblait long mais pourtant, ce ne devait pas dépasser un jour peut-être. Ou bien quelques malheurses heures élargies par la dimension sans sens du temps du pays imaginaire.

Le temps était étrange.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jim Crazyleg
Jim Crazyleg

☠ Mousse du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 206
✘ SURNOM : la Demi-Portion
✘ AGE DU PERSO : 16 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours !
✘ LIENS : Fiche clic | Dé clic

MessageSujet: Re: Mama, let this heart be steel   Dim 5 Mar 2017 - 16:54

Lorsqu’il reprit conscience, Lucky ne mesurait pas à quel point il était fait. Avec lui s’éveillèrent ses blessures, du moins la douleur qu’elles lui infligeaient. Heureusement ou malheureusement, son mal de tête semblait étouffer ses autres sensations si bien qu’il en oublia presque sa jambe et son épaule. Il voulut porter la main à son crâne et peut-être y trouver une bosse ou une plaie responsable de la nausée qui le parcourait. Mais il avait le tournis et craignait de vomir s’il s’agitait plus que nécessaire. Il resta donc couché et immobile durant une trentaine de minutes avant d’essayer de se redresser.
Il s’appuya sur son bras valide et prit soin de ne pas trop bouger sa jambe dont le moindre tressaillement lui arrachait des grimaces et des gémissements.

Puis lorsqu’il leva enfin les yeux, il la vit.

- AAaaah !!

Lucky recula vivement. Son corps le lui fit payer aussitôt.

Il réalisa où il était. Le décor qui l’entourait, les barreaux, l’obscurité, le métal, les bruits, l’absence de Sissy, les blessures et surtout la créature qui se tenait en face de lui. La créature et ses yeux de flambeaux. Il était enfermé, il s’était fait attrapé. On l’avait attaqué, on s’était jeté sur lui et il avait eu tellement peur.

- Putain mais vous êtes qui ??

Il s’arrêta puis fixa la chose qui se tenait devant lui. Ce n’était pas la même que tout à l’heure, mais elle y ressemblait. Il ne doutait pas un instant que les deux créatures étaient de mèches, c’était évident.
Le livreur vida donc son sac, et sans ménagement :

- Qu’est-ce vous me voulez ?? On est où ici ?? Vous m’avez niqué la jambes, enfoirés !! J’ai mal, je sens plus mon bras… C’est pas normal, c’est pas normal !! C’est quoi votre putain de problème ?! Laissez-moi sortir tout de suite !! Vous être qui d’abord, hein ?? Et Sissy ?? Qu’est-ce que vous lui avez fait ??

L’enfant poursuivit sa tirade et ne semblait pas prêt à s’arrêter. Il répétait les mêmes questions, et les mêmes jurons mais se fichait bien de radoter. La colère et la terreur transpirait dans ses cris mais il s’en foutait.

Il l’avait ouverte et il n’allait plus la fermer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kadath
Kadath

☂ Enchanté ☂


✘ AVENTURES : 83
✘ SURNOM : La Majestueuse
✘ AGE DU PERSO : inconnu

✘ LIENS : Kadath l'inconnue
Kadath, la Cité des Dieux

MessageSujet: Re: Mama, let this heart be steel   Sam 18 Mar 2017 - 17:25

Un son finalement, humain, désagréable. Certes, mais signifiant que l’enfant était bel et bien vivant. Ce que les dieux voulaient : qu’il reste en vie. Pour le moment du moins, et sauf cas extrême. Cependant, Kadath doutait de devoir en arriver là. Une interrogation vint, n’arrachant aucun geste au robot qui demeurait immobile. Aucune réponse de sa part d’ailleurs, elle sentait la suite arriver. Et cela arriva.

La panique, la colère peut-être. La Majestueuse le voyait et l’entendait très bien. Rarement les êtres à corriger étaient dociles.

Kadath jugea que répondre ne servirait sans doute à rien, l’esprit de cet humain ne semblait pas capable d’entendre pour le moment.

Cependant, doucement, elle se releva. Sans quitter du regard le Garçon Perdu, ses lumières restaient de teintes douces, les rouges d’agacement ou de colère ne se montraient pas dans ce cas-ci.

- Ton bras sera réparé.

Ton calme, une voix bizarrement humaine venue de la machine enchantée qu’était l’habitante de ce lieu reculé du domaine des Trois. Elle ne cherchait pas à avoir un fort décibel, justement.

Peut-être l’enfant entendra entre ses questions répétées, peut-être non. Tant pis pour lui dans ce cas-ci, une prêtresse de son rang ou une reine – titre purement inventé mais dont elle était convaincue- n’allait pas devoir hausser la voix pour un être encore sous la panique. Un être dont la chimie interne empêchait la lucidité.

Il allait falloir un peu de temps.

La créature se tourna pour aller à la rencontre d’Inquanok, celui-ci avait rapporter quelques vivres en plus pour l’enfant. Le Cyborg ne s’attarda pas avant de se retirer dans les méandres de la Machine, ou d’en sortir. N’étant pas tout à fait transformé, il préférait rester plus longtemps dans les alentours plutôt que le cœur même.

Kadath revint alors sur ses pas, laissant résonner les entrechocs de ses multiples parures sur sa « peau ». Même sa sorte de tunique était incrustées de circuits robotiques. Peut-être que ces vêtements colorés et voyant étaient auparavant des peaux d’animaux, et que la Machine les avait transformées avec le temps.

La nourriture fut posée juste devant la cage, normalement l’humain pourrait attraper les éléments. Du moins, s’il le souhaitait. Kadath doutait qu’il se mette à manger copieusement.

- Ne laisse pas ces fruits trop longtemps, sinon la Machine se chargera de les rendre immangeables.

Conseil, à voir s’il allait suivre ou non.

Un grondement, un éboulement se fit entendre dans l’immensité du Garage, il ne perturba pas la Majestueuse qui reprit place un peu plus loin. En tailleur, écartant ses tissus étranges pour ne pas les froisser. Un robot qui prenait grand soin de ses parures, un robot qui avait encore cet étrange réflexe de se vêtir, peut-être à cause de sa silhouette demeurant très humaine et visiblement féminine.

- Je répondrai à tes questions quand tu pourras entendre.

Elle attendait de lui qu’il se calme un peu. Parlant peut-être dans le vide, en tout cas, elle imaginait être explicite sur le fait qu’elle n’allait pas faire l’effort de parler plus fort que la colère de l’enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jim Crazyleg
Jim Crazyleg

☠ Mousse du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 206
✘ SURNOM : la Demi-Portion
✘ AGE DU PERSO : 16 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours !
✘ LIENS : Fiche clic | Dé clic

MessageSujet: Re: Mama, let this heart be steel   Lun 10 Avr 2017 - 12:27


Lucky était parti. Bien malin serait celui qu’il l’arrêterait.
Mais comme il amorçait une longue série d’injures sur la génitrice de ses ravisseurs (« Ta mère suce des piles alcalines en enfer, salope. »), son auditrice se releva sans un mot. La créature, jusqu’à présent imperturbable, prenait vie sous ses yeux. Il ne s’y attendait pas : la chose était restée si longtemps immobile qu’il en avait oublié la possibilité qu’elle lui réponde.
Craignant un coup, l’enfant se tut, leva les bras au-dessus de sa tête pour se protéger.
Mais le coup ne vint pas.

- Ton bras sera réparé.

La chose pouvait parler. Pire, la chose lui parlait. Elle avait une voix douce, apaisante. Son timbre transpirait d’humanité, contrairement à ses propos. Le soigner alors qu’ils l’avaient attaqué sans raisons était une simple formalité à ses yeux. Lucky ne songea pas à lui rappeler que sa jambe était dans un état sûrement plus inquiétant car il était trop abasourdi devant sa réponse. Son regard se fit assassin.
Elle n’était même pas désolée.

La créature s’arrêta devant une forme sombre qu’il n’avait pas immédiatement remarquée. Son cœur bondit dans sa poitrine quand il reconnu la silhouette massive de son agresseur.

Cette fois il vient m’achever !!

Mais l’autre revint dans sa direction, les bras chargés de fruits. Elle déposa devant lui de sorte qu’il puisse les attraper en glissant un bras à travers les barreaux. Lucky resta immobile, un regard méfiant dardé sur son repas.

- Ne laisse pas ces fruits trop longtemps, sinon la Machine se chargera de les rendre immangeables.

Le livreur détestait les petits chefs et les donneurs de leçons qui grouillaient au Grand Arbre. Mais celle qui se tenait devant lui s’exprimait avec pédagogie, sans donner d’ordres ou de menaces. Il aurait apprécié s’il ne la détestait pas déjà. Alors il trouverait un autre motif pour nourrir sa colère.
Maniérée ! Voilà, elle était maniérée ! Elle l’approchait comme on tenait d’apprivoiser un animal blessé. Elle essayait de l’acheter avec de la nourriture et de l’amadouer en douceur. Mais ça ne marcherait pas.
Cette nouvelle excuse lui arracha une pointe de satisfaction.

Un grognement sourd déchira le silence. Il sursauta

- Qu’est-ce que c’était ?

L’autre resta impassible, ce phénomène devait être courant, ici.
Elle s’installa dans un coin de la pièce, dans une position qui invitait à la méditation. Ainsi arrangée, elle lui rappelait une statue de pierre dans un temple bouddhiste.

- Je répondrai à tes questions quand tu pourras entendre.

- Et pourquoi pas maintenant ? répliqua Lucky.

Il se rapprocha d’elle, s’appuyant sur ses bras pour mieux se traîner vers les barreaux. Il tendit un bras et attrapa ce qui ressemblait à une pêche en nettement plus gros. L’examinant d’un air sévère, il la tâta d’un air sceptique.

- Et puis qui me dit que vous avez pas drogué ma bouffe ?

Aucune réponse.

- Vous m’entendez ou pas ?? reprit-il plus fort. Vous croyez que j’ai que ça à foutre d’attendre que vous soyez d’humeur à me répondre ?

Aucune réponse.
Son auditrice se confondait avec le décor mécanique de sa cellule.

La rage au ventre, l’enfant s’installa plus confortablement pour mieux la toiser en silence. Il détestait qu’elle l’ignore ainsi. Mais est-ce qu’il était en position de poser ses conditions ?
Il reprit la pêche qu’il avait boudée jusqu’ici et la fourra violemment dans sa bouche. Ses dents arrachèrent une large portion de chair sucrée dont le jus coulait abondamment le long de ses bras et de son menton. Il s’en fichait.

- Foilà. Che manche. il articula, la bouche pleine.

Lucky avala tout rond au risque de s’étouffer et reprit :

- Et maintenant ? S’il-vous-plaît ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kadath
Kadath

☂ Enchanté ☂


✘ AVENTURES : 83
✘ SURNOM : La Majestueuse
✘ AGE DU PERSO : inconnu

✘ LIENS : Kadath l'inconnue
Kadath, la Cité des Dieux

MessageSujet: Re: Mama, let this heart be steel   Lun 10 Avr 2017 - 16:16

L’humain parlait beaucoup, enfin, ronchonnait encore plus. La peur ou la colère, cela variait selon les spécimens. Les impurs ne pourront jamais être absolument parfaits, mais ils pourront s’en approcher.

La Créature ne donna aucune réponse, aucune réaction.

Cependant, après quelques instants, après la dernière réplique de l’enfant, elle ouvra à nouveau les yeux. D’abord, les lueurs observaient devant elles, pas l’humain. Dans le vide, comme si la concentration se trouvait à ce moment toute tournée vers un autre monde. Kadath écoutait les dieux. Et Kadath tourna enfin ses yeux sur l’être de chair, doucement.

Elle ne dit toujours rien à ce moment. Laissant comme son que les échos des machines bruyantes plus lointaines. Et le bourdonnement léger qui semblait suivre la Majestueuse.

Le robot avait noté un ensemble de mots qui lui plaisait déjà bien plus. Quelque chose qui ressemblait déjà bien plus à une demande, ce que celle qui se voyait en prêtresse de ses dieux appréciait.

- Des deux, il n’y a que toi ici. L’autre s’est échappé de la Machine. Il est parti depuis longtemps.

Une réponse à l’une des questions d’avant. L’une des dernières prononcées.

Puis la Créature sembla se remettre à méditer, les lumières qu’elle créait demeuraient dans ces teintes normales. Pas de rouge. Il était habituel de voir les humains paniquer, hurler. Cependant, elle ne savait pas si l’enfant écoutait déjà ou non.

La Majestueuse préférait les dialogues productifs, et non les monologues à plusieurs.

- Tu auras les réponses que tu voudras à condition de les entendre et les écouter. Savoir qui je suis t’intéresse-t-il vraiment ? Ou est-ce la colère qui hurle les phrases « programmées » ?

En continu, il y avait comme un son de vent s’engouffrant parmi les multiples éléments du Garage.

- Au moins, sache qu’il n’est pas question de tuer.

Tuer était bien trop humain.

Il était question de réparer, et si vraiment la question de mettre fin à une vie se pose… les dieux répondront. Comme pour le cas d’Inquanok.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jim Crazyleg
Jim Crazyleg

☠ Mousse du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 206
✘ SURNOM : la Demi-Portion
✘ AGE DU PERSO : 16 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours !
✘ LIENS : Fiche clic | Dé clic

MessageSujet: Re: Mama, let this heart be steel   Lun 17 Avr 2017 - 20:50


Dans un coin deux faisceaux s’éclairèrent, signe que la créature venait d’ouvrir les yeux. Lucky se tut, s’attendant à recevoir enfin le verdict tant attendu de sa geôlière. Rien. Le livreur était aux aguets mais ne recueillait qu’un absolu silence. Il guettait des mots qui ne venaient pas.

Ce n’est qu’après ce blanc qui virait au supplice qu’elle daigna répondre :

- Des deux, il n’y a que toi ici. L’autre s’est échappé de la Machine. Il est parti depuis longtemps.

Il s’agissait pourtant d’une bonne nouvelle, mais le soulagement qu’il aurait pu ressentir fût aussitôt balayé par sa crainte : qu’est-ce qu’il allait devenir, lui ?
Le mot longtemps raisonnait sous son crâne dans un écho sinistre. Depuis quand était-il enfermé ici ? Combien de temps était-il resté inconscient ? Il balaya d’un geste sec ces doutes qu’il jugeait irrationnels. Il n’était pas là depuis SI longtemps. Non. Impossible.

- Tu auras les réponses que tu voudras à condition de les entendre et les écouter. Savoir qui je suis t’intéresse-t-il vraiment ? Ou est-ce la colère qui hurle les phrases « programmées » ? Au moins, sache qu’il n’est pas question de tuer.

Elle insistait, décidément. Il lui avait pourtant assuré qu’il était prêt, mais c’était faux. Elle le sentait, elle voyait clair en lui. Il détestait ça.
L’enfant ne lui faisait pas confiance, et elle ne lui plaisait pas. Elle lui promettait la vie sauve ? Quelle générosité, vraiment ! Mais on peut faire bien du mal en épargnant des vies, et ses blessures le confortaient dans sa méfiance.
Pire encore, elle le remettait en question et il se retrouvait à faire bêtement de même. Elle avait raison bien sûr, et ce constat l’énervait davantage : savoir l’identité de ses ravisseur ne lui apporterait rien. Et pourtant, il voulait bien croire que toutes informations pouvaient être utiles en temps de crise.
Phrase programmée, sans doute. Mais ignorance imposée, ça il refuse.

- Vous êtes qui. répéta-t-il, hachant chacun de ses mots avec un calme qui ne tenait qu’à un fil.

Il préféra ne plus se prendre la tête avec ces traits de sagesse que cette chose lui servait pour se concentrer des questions simples.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kadath
Kadath

☂ Enchanté ☂


✘ AVENTURES : 83
✘ SURNOM : La Majestueuse
✘ AGE DU PERSO : inconnu

✘ LIENS : Kadath l'inconnue
Kadath, la Cité des Dieux

MessageSujet: Re: Mama, let this heart be steel   Sam 22 Avr 2017 - 21:53

Visiblement, le petit humain semblait décidé à répéter des questions. Enfin, celle concernant l’identité du robot.

Elle nota l’attitude, la manière de parler que l’enfant avait utilisée. Elle ne répondit rien, à nouveau. Le jaugeant, elle finit par se relever pour s’approcher de l’espèce de cellule qui contenait l’être de chair.

La Créature prenait son temps, pour voir la patience. Plus l’humain était immobile, plus la purification se ferait rapidement. Cependant, il ne s’agissait de loin pas d’une science exacte. Cela variait grandement. Mais le robot était sûr que les blessures n’auraient rien de problématique à la vie.

Arrivée devant les barreaux, les lumières éclairaient un peu plus les parages. Toujours dans ces tonalités calmes. Le rouge ne se montrait heureusement pas.

- Kadath, la Majestueuse.

Impassible, ton neutre, elle-même ne saisissait pas bien la nécessité au Garçon Perdu de connaître l’identité du « ravisseur ». Cela n’allait pas faire avancer quoi que ce soit, mais… quelque chose murmurait dans les programmes de Kadath que l’on avait bien plus peur de ce que l’on ne connaît pas.

Les êtres de chairs expliquaient ce qu’ils ignoraient par des mythes, des légendes ou même des dieux.

La Majestueuse croyait en des dieux vrais. Ils lui parlaient, ils avaient toujours été là. Elle savait même qu’il fallait atteindre le haut des montagnes, et un immense désert de glace. Kadath était rationnelle, un robot ne pouvait pas imaginer autant que les êtres imparfaits.

Certains dieux pouvaient même avoir des têtes d’animaux sur des corps humains, ils avaient l’apparence qu’ils souhaitaient.

La Créature observait l’être de chair, afin de déceler animosité ou réserve. Il n’était pas temps de parler de docilité, loin de là.

- Cela avance-t-il ta situation ? Ou bien as-tu besoin d’autres réponses à écouter ? Ou demandes raisonnables ?

Écouter, et non entendre. Puis, les demandes, elle voulait bien améliorer peut-être le confort rudimentaire. Dans la mesure du raisonnable, elle se souciait plus de l’état des blessures qu’à la couleur de la tapisserie inexistante, cela allait de soit.

Kadath était infiniment calme, même le rythme du bourdonnement de sa batterie était constant. Presque en cœur avec le tempo lointain des autres machines du garage, dans la partie plus active, moins sacré aux yeux de la Majestueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jim Crazyleg
Jim Crazyleg

☠ Mousse du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 206
✘ SURNOM : la Demi-Portion
✘ AGE DU PERSO : 16 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours !
✘ LIENS : Fiche clic | Dé clic

MessageSujet: Re: Mama, let this heart be steel   Dim 14 Mai 2017 - 15:09


La créature se releva, silhouette étroite trouée par deux faisceaux inquiétants. Plus elle se rapprochait de lui et plus l’enfant était inquiet. Il faillit reculer lorsqu’elle s’arrêta devant sa cage. Si près.

- Kadath, la Majestueuse.

La. C’était une femme.
Les yeux de Lucky se baissèrent et découvrirent deux formes arrondies. Ils remontèrent avec empressement.
C’était définitivement une femme.

- Cela avance-t-il ta situation ? Ou bien as-tu besoin d’autres réponses à écouter ? Ou demandes raisonnables ? demanda Kadath, impassible.

- Euh… oui ! Plusieurs… répondit Lucky, soudain décontenancé par l’attention qu’elle daignait enfin lui adresser.

Son esprit se hâta de faire le bilan de ce qu’il avait découvert et de ce qu’il voulait savoir : il était enfermé quelque part dans cette machine - sa geôlière était une femme nommée Kadath, surnommée la Majestueuse (rien que ça) - sa vie ne semblait pas menacer - et quant à Sissy, il était parvenu à s’échapper.
Une fois que ce fut fait, il demanda d’un ton plus calme :

- Vous pouvez me laisser sortir ? Si vous voulez pas me tuer, je vous sers clairement à rien… Et puis aussi pourquoi vous nous avez attaqué tout à l’heure ?

Malgré le ton posé de sa voix, il était encore nerveux.
Dans quoi s’était-il fourré, cette fois ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kadath
Kadath

☂ Enchanté ☂


✘ AVENTURES : 83
✘ SURNOM : La Majestueuse
✘ AGE DU PERSO : inconnu

✘ LIENS : Kadath l'inconnue
Kadath, la Cité des Dieux

MessageSujet: Re: Mama, let this heart be steel   Dim 28 Mai 2017 - 14:02

Le calme semblait doucement reprendre ses droits. Enfin, l’enfant semblait capable de pensées plus réfléchies.

Les paroles venant de l’être organique possédaient de quoi prendre le temps de répondre. Une forme de logique. Pourquoi garder en captivité ? Pourquoi avoir attaqué ? Ces questionnements, sur un ton bien plus recevable, portaient de quoi rencontrer des réponses.

Kadath s’installa en tailleur, accompagnée des bruits de son être ainsi que de ses multiples parures.

- Inquanok vous a attaqué, il protège férocement ce lieu et vous représentiez des nuisibles. De plus, il ne porte pas les êtres de chair dans son cœur. Je me contente de l’empêcher de tuer, dans la mesure du possible.


La Majestueuse ne pouvait pas toujours surveiller tout ce que faisait son protégé, il s’emportait si vite, trop brutalement. Ignorant parfois même les décisions des dieux.

- Ensuite, pour ce qui concerne ta captivité, tu ne peux sortir dans ton état. La Machine se déplace, elle modifie ce qui l’entoure, les dieux ne te donnent pas plus de quelques temps avant de succomber.

Le reste de la Machine était dangereuse, d’autres robots pourraient attaquer. Une fois dehors, peut-être des créatures, peut-être des pirates, peut-être des peaux-rouges. Kadath supposait que l’enfant avait connaissance de la population féroce de l’Île.

- Tu pourras t’en aller une fois sur pied. Tu pourras sortir de cette cage lorsque je serai sûre que tu ne détruiras pas la vie que l’on a accordé à ta personne.

Puis elle sembla écouter le silence habité par quelques échos mécaniques lointains, elle écoutait ses dieux étranges. Elle accordait grande attention à ces murmures.

- Tu ne moisiras pas ici. Cela n’est nécessaire que le temps que la raison puisse atteindre tes actes.

Puis, elle sembla reprendre un genre de méditation. Pour mieux entendre les divins, maîtres de contrées au-delà du Pays de Jamais.

Un jour, elle pourra rejoindre cet endroit elle aussi. Le monde des rêves où dansent les dieux aveugles.

Les humains avaient cette chance de pouvoir être proches de leurs divinités, de ces fameux esprits. Chance qu’elle ne possédait pas, elle les jalousait un peu pour cela. Mais elle se félicitait d’être de métal, et non imparfaite organique.

- Je te conseille de te reposer, suis mon conseille ou non. Cela est à ta guise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jim Crazyleg
Jim Crazyleg

☠ Mousse du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 206
✘ SURNOM : la Demi-Portion
✘ AGE DU PERSO : 16 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours !
✘ LIENS : Fiche clic | Dé clic

MessageSujet: Re: Mama, let this heart be steel   Dim 2 Juil 2017 - 0:14


— Inquanok vous a attaqué, il protège férocement ce lieu et vous représentiez des nuisibles. De plus, il ne porte pas les êtres de chair dans son cœur. Je me contente de l’empêcher de tuer, dans la mesure du possible.

Au mot nuisible, Lucky sentit son corps se tendre. Maintenant que cette chose acceptait de lui parler, il allait peut-être le regretter.

— Ensuite, pour ce qui concerne ta captivité, tu ne peux sortir dans ton état. La Machine se déplace, elle modifie ce qui l’entoure, les dieux ne te donnent pas plus de quelques temps avant de succomber.

— Quoi ? Mais s-

— Tu pourras t’en aller une fois sur pied. Tu pourras sortir de cette cage lorsque je serai sûre que tu ne détruiras pas la vie que l’on a accordé à ta personne.

Séquestré. Elle essayait de lui faire croire qu’il était libre, que c’était pour son bien et pourtant elle le séquestrait. La colère se remit à gronder en lui.

- Tu ne moisiras pas ici. Cela n’est nécessaire que le temps que la raison puisse atteindre tes actes.

— Je suis pas cinglé, vous savez. Je vais pas aller connement me suicider. répliqua-t-il d’un ton cinglant.

Kadath ne lui répondit pas. Elle venait de se replongeait dans un de ses étranges silences. Lucky reprit, au bord de l’explosion :

— Plus sérieusement. Sortez-moi de ce truc.

Elle ne semblait pas l’entendre. Le livreur se mit à inspirer profondément pour tenter de se calmer. Il avait beau sentir que sa rage se retournerait contre lui, cette créature l’excédait.

- Je te conseille de te reposer, suis mon conseille ou non. Cela est à ta guise. reprit soudain Kadath qui venait d’émerger.

— JE VAIS RIEN DU TOUT ! hurla l’enfant. JE VEUX SORTIR D’ICI MAINTENANT ! ESPECE DE VIEILLE SALOPE, TU CROIS M’EMBOBINER AVEC TES BOBARDS ?!

Malgré la douleur dans sa jambe, dans son corps tout entier, il se mit à secouer les barreaux de toutes ses forces. Mais la cage ne tremblait qu’à peine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mama, let this heart be steel   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [MBS] Tempered Steel
» 2011 - Heart burn (tenue uniquement)
» [Fan-Fiction] BIONICLE: Dive to the Heart
» Bérénice (My Tell-Tale Heart) débarque chez Cérès
» Lonely Heart et Pru de la Convention Tonner 2008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Jungle Luxuriante :: La Machine :: Le Garage Métallique-