Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Pretty
avatar

♣ Livreur ♣


✘ AVENTURES : 475
✘ SURNOM : La Fausseté
✘ AGE DU PERSO : Environ 13 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Nope.
✘ LIENS : She is a Boy

MessageSujet: Re: A little sunshine dans la grisaille.   Lun 20 Fév 2017 - 14:09

Dans la mesure où Pretty n'était ni sourd, ni aveugle, et n'avait point le nez bouché, l'anomalie lui sauta aux yeux aussitôt qu'il pénétra dans la Cabane des Chasseurs. D'abord, un mouvement très brusque sur les bords de son champ de vision attira son attention, puis des chuchotements qui n'avaient de discrets que leur nom lui parvint aux oreilles -le tout, d'une voix qui lui était étrangement familière. Enfin, une odeur extrêmement désagréable, qu'il ne parvint pas à identifier à cause de sa rareté sur l'Île, lui chatouilla les narines et il recula instinctivement de plusieurs pas en hésitant à se boucher le nez.

Il s'apprêtait à ignorer la drôle de scène qu'il avait sous les yeux, à vrai dire, car la sensation d'avoir vu un truc qu'il n'aurait jamais dû voir était beaucoup trop forte et que c'était effectivement très zarb' ces formes sous la couette et qu'il n'avait en fait pas du tout envie d'en savoir plus.
Seulement.

Putain Apache t'en rates pas une.

Pretty se figea, fit les gros yeux, grimaça puis soupira -abdiqua. Freckles venait de les griller tous deux : d'une part car il était inconcevable que le Livreur soit incapable d'identifier la voix furax de son Chef, et d'autre part parce que... Parce que Apache, quoi. Il n'y avait qu'un Apache dans tout le Grand Arbre, plus particulièrement encore quand on parlait des ennuis qu'il pouvait attirer.

Alors, qu'est-ce qu'il faisait, maintenant ? Il leur laissait leur... Moment d'intimité ou que savait-il, ou bien il les grillait officiellement et franchement ? Il n'était pas vraiment d'humeur à jouer depuis cet épisode avec Dummy, dans les bois -avec la violence de la Jungle, les cadavres, la peur. Il avait juste envie de dormir et d'attendre que la boule qui lui tordait l'estomac s'en aille.

Un soupir. Encore. Résigné, cette fois.

Si ce n'était pas lui qui les prenait en flagrant délit, ce serait quelqu'un d'autre. Dans cette perspective, il préférait que ce soit lui, puisqu'il ne s'empresserait pas de les dénoncer quoi qu'ils étaient en train de faire.

La Fausseté s'avança vers eux d'un pas déterminé, agrippa avec fermeté les bords de la couette, puis tira dessus résolument.
Les deux petits malins à découverts, Pretty laissa de longues secondes s'écouler juste histoire de leur foutre le trac.

Vous êtes cons, conclut-il sans pitié pendant qu'il s'agenouillait à leur hauteur -plissant le nez à cause de la mauvaise odeur. Et très suspects.

Que Freckles, son Chef, soit inclus dans le « vous êtes cons » ne l'empêchait nullement de les insulter quasi gratuitement l'un comme l'autre.
Avant que ledit l'un ou l'autre soit d'ailleurs en mesure de rétorquer, il fronça les sourcils en découvrant plus exactement la position dans laquelle ils étaient empêtrés et il asséna une petite claque derrière le crâne d'Apache.

Bouge de là Pachou, on dirait que tu vas le violer. L'absence de filtre ce soir était officiel.

Est-ce qu'il avait envie d'enfin l'engueuler au sujet de Her ? Oui, totalement. Est-ce que c'était le moment ? Pas du tout.
Il prendrait donc son mal en patience.
A la place il grimaça cette fois plus franchement, supportant comme il le pouvait une odeur qu'il ne parvenait décidément pas à identifier.

C'est quoi cette odeur, sérieux ?

Ah, s'il savait.
Il en foutrait décidément une au punk.







©️ Avatars par Lpip & tofuvi sur Zerochan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 833
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : caca masqué.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: A little sunshine dans la grisaille.   Lun 6 Mar 2017 - 2:33

"Putain Apache t'en rates pas une"
En guise de réponse, un grand sourire rigolard dans le noir et une main qui se plaquait contre le visage du rouquin avec des Shhhht insistants.
S'il avait compris les signaux envoyés par son camarade d'une journée ? Pas une seule seconde.
Bah quoi ?
Déjà que quand c'était clair, pour Apache c'était fou, alors imaginez dans l'état !

Dans la pièce, on pouvait nettement entendre que ça se déplaçait au son du parquet qui craquait. Alors tout planqué sous la couette qu'ils étaient, le punk se rapprocha plus encore si ce n'était possible du chef, s'étalant sur lui comme de la confiture sur une crêpe, comme s'il cherchait à en faire un genre de substitut de matelas, le visage collé contre le sien alors qu'il le baillonait toujours de la main.
Il faisait chaud la dessous, et l'odeur du dissolvant montait à la tête, faisant un peu tanguer les esprits.
Peut êtres que Freckles allait finir par s'enfoncer dans le matelas, disparaitre dans les couvertures et puis voilà ?
Rien qu'à cette idée, l'Hérissé se mit à sourire de plus belle.
Ce que ça pouvait rendre con, le dissolvant.
Et même défoncé il s'en rendait compte, c'était dire.

Et puis soudain, de la lumière, violente ! Et dans le même temps une vague de froid, glaciale comparée à la douce chaleur qui les entourait jusque la.
A découvert, les deux compères ! Le punk littéralement à cheval sur le lionceau, se protégeant les yeux de sa main en espérant ne pas trop souffrir de la lumière trop brutale qui lui brulait les rétines.

Et un silence. Juste de quoi s'habituer de nouveau aux sensations extérieures. Les nerfs à vif, trop aiguisés et à la fois endormis par la drogue, Apache peinait à se ré adapter, restant pour le coup parfaitement immobile, baissant cependant les bras pour mieux fixer ses yeux plissés sur le coupable de cet attentat au confort.

Ho merde...


"Pretty ?"

"Vous êtes cons" Fit soudainement le blond tout en s'agenouillant à leur hauteur, le nez retroussé, la mine circonspecte. "Et très suspects."
Le chasseur ouvrit la bouche, pas tellement sur de ce qu'il allait rétorquer, mais de toute manière, l'autre ne lui laissa le temps de rien, lui assenant une petite claque derrière la tête qui le fit grimacer.

"Heeey..."
"Bouge de là Pachou, on dirait que tu vas le violer."

Avec une bouille outrée, le dit Pachou se redressa en position assise, toujours parfaitement installé sur sa victime.
"J'ferais jamais ça sans son consentement !"
Et ça se voulait être une ligne de défense... En mode défonce. "Il est juste venu me réconforter !" Et ça s'enfonçait.
Apache n'était déjà pas vif en terme de répartie en temps normal, alors complètement perché, ça devenait du grand art, frisant le génie incompris.

"C'est quoi cette odeur, sérieux ?"


Un temps de vide, et l'instant d'après, le punk releva la main lentement, brandissant ce qui restait du dissolvant au trois quart vidé, le lançant ensuite à la Fausseté sans trop prévenir, comme pour tester ses réflexes, sans rien préciser.
Inutile non ?
Peut être.
Peut être pas.
Et au T shirt rouge d'Apache qui lui servait de pyjama, toujours cette médaille tranquillement accrochée, certifiant d'un titre fauché.






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1332
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: A little sunshine dans la grisaille.   Mar 7 Mar 2017 - 17:57

Apache trouvait ça drôle.
Il le voyait - non, le constatait avec horreur - à son immense sourire qu'il distinguait dans le noir. Il s'étalait sur lui comme s'il voulait qu'ils fusionnent, comme s'il pensait une seule seconde qu'à deux ils pouvaient prendre moins de place qu'une personne seule. Et il se marrait comme si tout était normal. Freckles avait l'impression d'être en train de bouillir, le cœur en pleine panique et la tête qui tanguait dans l’atmosphère sursaturée en dissolvant. Les pas se rapprochaient, Apache ne faisait pas mine de se dégager, et chaque seconde qui passait le livreur ne pensait pas en survivre une seule de plus.

Il n'y avait pas de parade, pas d'excuse, aucun moyen de rendre la situation moins compromettante.

La couverture disparut d'un coup et avec elle, la chaleur, l'obscurité, et une grande partie de l'odeur chimique. Plutôt que de se sentir soulagé, Freckles se demanda s'il ne préférait pas mourir sur le champ que de savoir qui les avait découverts. Il jeta tout de même un regard résigné, qui tomba sur une cascade de blondeur et une moue circonspecte.

"Pretty ?"
"Vous êtes cons. Et très suspects."

Pretty.
Il n'arrivait pas à savoir si ça valait mieux qu'un parfait inconnu. Dans un sens, oui. Le livreur les connaissait. Il allait pas les balancer sans savoir de quoi il s'agissait (du moins il l'espérait). Mais d'un autre côté, c'était pire que tout. Parce que Pretty était une petite chose pleine de jugement, qui comprenait trop vite et surtout, qui n'avait déjà aucun respect pour lui.
Ils étaient foutus, donc.

"Bouge de là Pachou, on dirait que tu vas le violer."
"J'ferais jamais ça sans son consentement !" Freckles émit une onomatopée inintelligible, choqué autant par l'affirmation de Pretty que par la réponse d'Apache. "Il est juste venu me réconforter !"

C'était encore pire.
C'était vrai, en plus ! Alors pourquoi ça sonnait encore pire ?!

« C'est pas vrai ! » protesta-t-il en se redressant sur les coudes, enfin libéré – partiellement – du poids du chasseur. « Enfin si c'est vrai mais c'est pas-, fin, ça a aucun rapport- »

Il fit un geste vague en direction d'Apache et du lit, mais Pretty ne le regardait pas, le nez soudain froncé et une grimace sur le visage.

"C'est quoi cette odeur, sérieux ?"

Il regarda Apache lui lancer la canette de dissolvant sans un mot.
Et lui il avait l'impression horrible d'être un enfant qui a oublié son texte pour la pièce de théâtre de son école.

« J'sais pas ce que tu crois. Mais c'est pas ce que tu crois. »

Il gigota pour se dégager d'Apache, toujours fièrement assis sur lui, et regarda autour de lui à la recherche du seul truc qui pouvait l'innocenter, ou au moins lui trouver une excuse. Mais la thermos de chocolat avait disparu dans la nature, son odeur remplacée par celle du dissolvant. Disparition des preuves. « Putain », lâcha-t-il, fort à propos.
Il prit un air un peu résigné et se laissa retomber sur le matelas.

« A la base je venais pour euh … Je venais voir ... » il chercha un nom pendant une ou deux secondes, se rendit compte que son lamentable mensonge ne marcherait jamais avec Pretty. « J'sais plus trop. Mais c'est pas ce que tu crois. »

Il finit par se rendre compte qu'Apache portait encore sa médaille.
Ça, plus le dissolvant, c'était un peu foutu.

« De toutes façons qu'est-ce que tu fous là ? » finit-il par demander, défiant, changeant de stratégie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Pretty
avatar

♣ Livreur ♣


✘ AVENTURES : 475
✘ SURNOM : La Fausseté
✘ AGE DU PERSO : Environ 13 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Nope.
✘ LIENS : She is a Boy

MessageSujet: Re: A little sunshine dans la grisaille.   Mar 7 Mar 2017 - 18:42

Mais qu'il était con, Apache.
Mais qu'il était con, putain.

Pretty se pinça l'arrête du nez, l'air carrément contrarié d'entendre la réponse -l'argumentaire inutile- du punk. Bien, bien. La notion de viol semblait encore lui échapper, contrairement à celle de la stupidité. Il n'était franchement pas d'humeur à gérer ses bêtises et il regrettait soudain très fort d'avoir retiré cette couette.
Le couinement de Freckles faillit arracher un rire à La Fausseté, en revanche. Ce n'était pas tous les jours qu'il le découvrait si sincèrement et profondément perturbé. Malgré tout il fit un plutôt bon travail pour chasser le sourire fleurissant de ses lèvres et maintenir une expression agacée sur son visage.

C'est pas vrai ! Enfin si c'est vrai mais c'est pas-, fin, ça a aucun rapport-

Pretty eut à vrai dire pitié de la détresse de son Chef ; néanmoins ce n'était pas seulement pour cette raison qu'il détourna aussitôt la conversation sur l'odeur désagréable qui régnait.
Tout était trop suspect et maintenant qu'il avait mis les pieds dans le plat, autant savoir dans quoi il traînait.

Pour toute réponse, Pachou lui lança un drôle de truc -visiblement l'origine de l'odeur, que le Perdu rattrapa sans trop de mal. Il avait l'esprit clair, lui, malgré ses yeux rougis d'avoir pleuré sa grande sœur.
Il remarqua du coin de l’œil la médaille de Freckles que portait Apache, sentit la situation gagner en confusion, avant de décider de gérer un problème à la fois.

Rapidement, il porta la canette à son nez, renifla, puis grimaça quasi instantanément tandis que ça faisait tilt dans sa tête. Du dissolvant. Il dévisagea Apache et Freckles, les jugea très fort et conclut que, oui, ils avaient été assez cons pour se shooter avec ce truc.
Il eut soudainement très envie de vider ce qui restait du liquide sur leur tête mais quelque chose lui disait qu'à ce stade ce n'était pas une idée très judicieuse.

J'sais pas ce que tu crois. Mais c'est pas ce que tu crois.

Le Lionceau avait un air coupable et perdu que Pretty ne lui avait jamais vu. C'était bizarre.
Un instant, il songea à venir renifler juste au creux de son cou pour bien le mettre mal à l'aise et vérifier si, effectivement, « ce n'était pas ce qu'il croyait ».

A la base je venais pour euh … Je venais voir ...

Les mirettes bleutées du Livreur étaient toutes concentrées sur Freckles et elles signifiaient clairement qu'il était inutile de le baratiner. Il était plus perspicace que ces deux-là réunis -surtout en l'état actuel des choses.

J'sais plus trop. Mais c'est pas ce que tu crois.

Et qu'est-ce qu'il croyait qu'il croyait, hein ?

De toutes façons qu'est-ce que tu fous là ?

Pretty sourit. Et ce n'était pas un sourire rayonnant ou lumineux ou chaleureux. C'était celui qui disait que ça l'amusait de voir un poisson se débattre inutilement sur la terre ferme.

Tu te crois en position de m'interroger, Frecky-chou ? J'pourrais facilement vous dénoncer et ce ne sont pas les preuves qui manqueraient, nota-t-il en désignant la canette de dissolvant du regard puis la médaille.

Mais il ne les dénoncerait pas. Pas eux, admit-il en les observant tour à tour.

Pretty abandonna son sourire, soupira, et s'installa finalement en tailleurs. Il prit soin de poser le dissolvant à la fois loin de l'étrange duo et à l'abri des regards d'éventuels autres intrus.

De mon point de vue, je dirais qu'Apache a voulu te tuer et te voler ta médaille pour prendre ta place de Chef. Même si vu que c'est pas un combat officiel la manœuvre aurait foiré.

Connaissant Apache, la seconde partie était hautement improbable, mais il émettait les hypothèses indépendamment de ces détails -tant que ça l'arrangeait.

Mais comme toujours quand Apache se bagarre, ça a finit en discussion profonde et philosophique, à cœur ouvert, et il a fini par te convaincre de te shooter aussi, et parce que t'es très con et que t'as pas pensé aux conséquences tu l'as fait.

Avec précaution, La Fausseté se pencha en avant et détacha la médaille de L'Hérissé tout en poursuivant :

Comme vous êtes maintenant tous les deux shootés, c'est devenu bizarre, et vous avez paniqués quand vous avez entendu quelqu'un arriver.

Il lança ensuite la médaille à son légitime propriétaire. Si quelqu'un débarquait, vu qu'il était maintenant en apparence inclus dans la situation bizarre, il préférait prendre ses précautions.

Alors, je brûle ?

Cette fois, La Fausseté leur lança un sourire taquin. Il semblait presque redevenu de bonne humeur.







©️ Avatars par Lpip & tofuvi sur Zerochan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 833
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : caca masqué.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: A little sunshine dans la grisaille.   Ven 17 Mar 2017 - 19:29


"J'sais pas ce que tu crois. Mais c'est pas ce que tu crois."

Mais qu'est ce que Pretty croyait, hein ? La était la question.
Apache n'eut pas vraiment le temps de la poser puisque déjà le lionceau s'était mis à gigoter, faisant vaguement tomber son cavalier qui se contenta de poser ses fesses ailleurs que sur lui, soit, juste à coté, laissant cependant ses jambes en travers du corps du chef toujours allongé.
A l'aise.
Et puis la tronche du blondinet alors qu'il reniflait le dissolvant... Cela arracha un sourire à l'Hérissé qui des trois semblait être le seul à ne pas avoir saisi qu'il y avait moyen qu'on le foute dans une sacrée merde.

"Putain" Ouais, vraiment la merde.

"A la base je venais pour euh … Je venais voir ...  J'sais plus trop. Mais c'est pas ce que tu crois."

Bah quoi ? C'était pas la vérité ce qu'il avait dit un peu plus tôt, l'iroquois ?
Bien sur que c'était la vérité.
Freckles était venu lui apporter du réconfort. Et puis quoi ?
Ou était le mal la dedans ?
C'était quoi le problème ?

"De toutes façons qu'est-ce que tu fous là ?"

Un mouvement de sourcils vers le haut suivit d'une grimace l'air de dire "Mauvaise idée"
Jouer sur ce terrain la avec Pretty, c'était pas ce qui se faisait de mieux, et même défoncé, Apache en restait conscient.
Ses yeux noirs et flous glissèrent alors vers le livreur, attendant sa réponse qui bien sur ne tarda pas.
D'abord, un sourire. De ceux qui ne présageaient rien de bon par ce qu'ils soulignaient à quel point la Fausseté nageait dans ses eaux troubles que lui seul connaissait.
"Tu te crois en position de m'interroger, Frecky-chou ?"
Et Bim, ca ne manqua pas. Cependant, le punk avait bien l'intention de soutenir son camarade d'infortune, tout chef qu'il puisse être.
"J'pourrais facilement vous dénoncer et ce ne sont pas les preuves qui manqueraient"
Tout en parlant il avait désigné la canette du regard, et ensuite la médaille toujours fièrement accroché à la mauvaise poitrine.
"Nous dénoncer pour quoi ?" Tenta le chasseur avec une mine lointaine. "Rénovation de meuble ?" Il ricana, inconscient du coup de pelle qu'il venait de donner pour creuser sa propre tombe.

Pretty fini par s’installer un peu plus confortablement, comptant visiblement s’éterniser, mais ce qui frappa bien plus le métisse, ce fut la distance qu'il avait mis entre lui et son précieux dissolvant, une moue moitié tristoune moitié contrariée marquant ses traits asiatiques alors qu'il fixait le produit de loin.

"De mon point de vue, je dirais qu'Apache a voulu te tuer et te voler ta médaille pour prendre ta place de Chef. Même si vu que c'est pas un combat officiel la manœuvre aurait foiré."
Le dit tueur de chef lâcha un éclat de rire qu'il ravala cependant de travers, toussant tout en grimaçant. C'était qu'il venait de se souvenir qu'il avait manqué d'égorger la sienne, de cheffe, il n'y avait pas si longtemps, lui arrachant tout envie de se marrer.

"Mais comme toujours quand Apache se bagarre, ça a finit en discussion profonde et philosophique, à cœur ouvert, et il a fini par te convaincre de te shooter aussi, et parce que t'es très con et que t'as pas pensé aux conséquences tu l'as fait."

Un reniflement alors que la mine de l'Hérissé se faisait plus sombre, plus contrariée.
Silencieusement, il laissa le blond s'approcher et lui arracher sa médaille.

"Comme vous êtes maintenant tous les deux shootés, c'est devenu bizarre, et vous avez paniqués quand vous avez entendu quelqu'un arriver."


Comme pour conclure, le Sherlock improvisé lança la dite médaille à son propriétaire. "Alors, je brûle ?" Cependant, Apache fut le plus rapide, la rattrapant d'un geste vif et parfaitement inattendu au vu de son état.
"Aussi glacial qu'un grincement de porte de prison, Candy !"

Il joua une seconde avec l'objet tout en le fixant avec un regard plein de brouillard.
"Bizarre..." Une hésitation, comme s'il se repassait le disque dans sa tête pour mieux comprendre le sens de la chanson. "C'est devenu bizarre..." Ses yeux se re concentrèrent sur Pretty, comme dans une volonté de le scanner. "Comment ça c'est devenu bizarre ?" Ca pédalait dans la semoule dans le crane mal coiffé du garçon. Sévèrement. Et pourtant, une lueur fini par poindre.
"Si tu crois qu'on s'est roulé des pelles, t'es arrivé trop tôt pour ça !"
Et il lança a son tour la médaille au lionceau. "En plus le rouquin est même pas défoncé ! Il a rien pris pratiquement !" Lui par contre, il était bien perché et ça se voyait. Un ricanement un peu bizarre comme pour le prouver. "Mais quoi ? On a rien fait d'mal, putain !" C'était dit sans aucune animosité malgré le choix des mots bien particulier.

"On s'amusait, c'est tout."






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1332
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: A little sunshine dans la grisaille.   Mar 21 Mar 2017 - 0:00

Ensemble Apache et Pretty étaient le pire du pire. La combinaison gagnante capable de le plonger dans le désespoir le plus profond. Le livreur, avec son regard empli de jugement, et l'air de tout savoir : pour qui il se prenait ? Et Apache, est-ce qu'il faisait tout son possible pour rendre la situation plus compromettante encore ?
S'il existait une solution miracle pour le faire disparaître de la surface de la terre, Freckles l'aurait sans hésiter échangée contre tout ce qu'il possédait.

"Tu te crois en position de m'interroger, Frecky-chou ? J'pourrais facilement vous dénoncer et ce ne sont pas les preuves qui manqueraient."
« Quelles preuves ? » lâcha l'intéressé, incrédule, à peu près sûr que la médaille et la canette n'avaient aucune valeur en la matière.
"Nous dénoncer pour quoi ? Rénovation de meuble ?"

Le chef pouffa sans pouvoir s'en empêcher mais son regard resta un peu froid lorsqu'il rajouta :

« Ta parole contre la mienne, Pretty. »

Il ne se rendit pas compte que ça sonnait très hautain et un peu chef. Qu'il avait l'air bien sûr de lui et de ses privilèges. A vrai dire il ne se sentait pas aussi confiant qu'il aurait aimé le montrer. Qu'on le croie ou pas, les rumeurs avaient la vie dure.
Se redressant enfin maintenant qu'Apache s'était dégagé, il regarda Pretty s'installer, visiblement très satisfait à l'idée de déballer son exposé.
Sale petit monstre, pensa Freckles.

" De mon point de vue, je dirais qu'Apache a voulu te tuer et te voler ta médaille pour prendre ta place de Chef. Même si vu que c'est pas un combat officiel la manœuvre aurait foiré." Freckles lança un regard soupçonneux au chasseur qui s'étouffait de rire. " Mais comme toujours quand Apache se bagarre, ça a finit en discussion profonde et philosophique, à cœur ouvert, et il a fini par te convaincre de te shooter aussi, et parce que t'es très con et que t'as pas pensé aux conséquences tu l'as fait." Grimace. " Comme vous êtes maintenant tous les deux shootés, c'est devenu bizarre, et vous avez paniqués quand vous avez entendu quelqu'un arriver."

Sale petit monstre perspicace, rajouta le chef dans sa tête.
Le début de sa théorie était foireuse. Apache n'avait pas tenté de le buter, et puis s'il voulait devenir chef, il cachait bien son jeu. En plus, il n'était pas vraiment shooté (ce qui rendait presque les choses pires). A part ça, le livreur avait tapé dans le mille, sur plusieurs points. C'était même assez flippant. Mais Freckles ne comptait pas lui accorder ça.

"Alors, je brûle ?"

Pretty lança la médaille qu'il avait récupéré en direction de son propriétaire, mais Apache l'intercepta, étrangement joyeux.

"Aussi glacial qu'un grincement de porte de prison, Candy !"
« Nous invente pas une vie. »

Freckles ramena ses genoux contre lui, une moue boudeuse sur le visage. La gêne redescendait un peu, remplacée par l'habitude de ces aller-retours verbaux avec Pretty. Avec cette fois, Apache de son côté.
(Ce qui n'était pas forcément un avantage.)

"C'est devenu bizarre... Comment ça c'est devenu bizarre ? Si tu crois qu'on s'est roulé des pelles, t'es arrivé trop tôt pour ça !"
« Ferme ta gueule Apache, j'te jure ferme la. »

Il rattrapa à deux mains la médaille lancée vers lui, ce qui l'empêcha d'y enfouir son visage pour hurler. C'était pas le premier truc gênant qu'Apache lui avait sorti, mais la présence de Pretty décuplait l'effet. Il avait l'impression que son visage frôlait la combustion, et ça devait se voir.
Il ne devrait pas être gêné.
Il. ne. devrait. pas. être. gêné.

"En plus le rouquin est même pas défoncé ! Il a rien pris pratiquement !" L'intéressé ouvrit la bouche pour protester, et la referma. "Mais quoi ? On a rien fait d'mal, putain ! On s'amusait, c'est tout."
« Mais tais toi putain ! C'est hyper glauque quand tu le dis comme ça ! »

Il donna un coup de pied au chasseur avec la ferme intention de le faire tomber de son propre lit. Puis se tourna vers Pretty, une sorte d'admirable fureur au fond des yeux.

« C'était pas bizarre. C'est bizarre que depuis que t'es là. C'est de TA faute si c'est bizarre. »

Il glissa sa médaille dans la poche de son jean histoire qu'on l'oublie.

« On a juste parlé. » il réfléchit une seconde, et ajouta : « A cœur ouvert ouais. » il ricana.

C'est alors qu'il percuta, qu'il capta la teneur de l'hypothèse de Pretty. Il fronça le nez, changea d'expression, elle se mua en quelque chose d'un peu plus insolent et même un brin de sourire.

« Mais dites donc, Pachou, Candy, je savais pas que vous vous connaissiez si bien. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Pretty
avatar

♣ Livreur ♣


✘ AVENTURES : 475
✘ SURNOM : La Fausseté
✘ AGE DU PERSO : Environ 13 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Nope.
✘ LIENS : She is a Boy

MessageSujet: Re: A little sunshine dans la grisaille.   Lun 27 Mar 2017 - 15:48

Ta parole contre la mienne, Pretty.

Ohoh. Pretty soutint le regard froid et en apparence impassible de son Chef. Il se sentait presque mis au défi, d'autant qu'il se jugeait tout à fait capable de parvenir à ses fins s'il choisissait de les dénoncer. Ce serait probablement une tâche très compliquée et délicate ; mais il savait se faire persuasif. C'était tentant.

Néanmoins ses intentions restaient les mêmes : il ne les dénoncerait pas.

Il préféra donc enchaîner sur ses hypothèses pas si tarabiscotées que cela afin de comprendre un peu mieux ce qui se passait ici. Bien sûr, il aurait pu directement poser la question, mais quelque chose lui disait qu'entre Freckles qui essayerait probablement de lui mentir et Apache qui ne parviendrait quant à lui pas à aligner deux informations cohérentes, il n'irait pas bien loin.

Et, tandis qu'Apache interceptait la médaille (il y tenait, décidément), il eut ses réponses les plus significatives.

Aussi glacial qu'un grincement de porte de prison, Candy !
Nous invente pas une vie.

Le sourire de Pretty se fit plus large et son regard plus perçant.

Je vois.

Soit il avait tout faux, soit il avait tout vrai, donc. Il aurait presque pu se faire avoir par L'Hérissé ; cependant les mots qui avaient suivi de la part de son Chef lui mettaient la puce à l'oreille. Tous deux avaient l'habitude de ces échanges verbaux, et La Fausseté finissait par plutôt bien reconnaître ses intonations.
Plus particulièrement lorsque ce dernier se roulait en boule de la sorte. C'était fichtrement révélateur.

Bizarre...

L'attention de Pretty fut reporté sur le punk, qui triturait la médaille entre ses doigts, l'air de déployer des efforts surhumains pour aboutir à sa réflexion. À vrai dire, il avait l'air prêt à sortir une autre connerie.

Ce qu'il fit, d'ailleurs, sous les yeux discrètement écarquillés de surprise du Livreur. Ah bon. Il était arrivé trop tôt pour les prendre en « flagrant délit ». Donc c'était vraiment prévu au programme ?
Le tout sans parler des doubles-sens douteux, bien entendu.

Mais tais toi putain ! C'est hyper glauque quand tu le dis comme ça !

L'étonnement passa avec l'indignation de Freckles puis son coup de pied à Pachou, auquel La Fausseté ne réagit qu'en pouffant. Il n'offrira pas son aide au révolté : il l'avait cherché.

Son amusement fut néanmoins de courte durée, car lorsque les yeux noisettes du Lionceau se posèrent sur lui, le Perdu y décela une lueur furieuse qui ne lui disait rien qui vaille. Cela lui passa étrangement toute envie de rire, laissant à la place l'ombre d'un sourire se figer maladroitement sur son visage par réflexe.

C'était pas bizarre. C'est bizarre que depuis que t'es là. C'est de TA faute si c'est bizarre.

Il haussa un sourcil, cette fois plus du tout intimidé. En fait, il était à présent carrément irrité.
Sa faute ? C'était trop facile de reporter sur les autres comme ça !

Tu t'es foutu dans une situation compromettante tout seul, assume, siffla-t-il entre ses dents.

Bon, peut-être pas tout seul, mais quand même.

« On a juste parlé. A cœur ouvert ouais. »

Pretty aurait pu profiter du temps de pause effectué pour cracher sur Frecky-chou tout comme lui se permettait de l'accuser à tord. Mais l'expression qu'il arborait retint le Livreur de dire quoi que ce soit. Il faisait de drôles de grimaces et c'était franchement bizarre.

Mais dites donc, Pachou, Candy, je savais pas que vous vous connaissiez si bien.

Ah, c'était donc là qu'il voulait en venir.
Puisque c'était ainsi.

Le monde tourne pas autour de toi Frecky-chou, rétorqua-t-il aussi sec. Bien sûr que je connais d'autres personnes, et aussi surprenant que ça puisse paraître je peux m'entendre avec elles.

Il effectua ensuite une petite pause, poussa un soupir agacé et passa une main dans ses cheveux. La situation était soudainement devenue très emmerdante.

Écoute, Freckles, tu fais chier. Pachou est défoncé et tu t'es retrouvé embarqué dans son truc : je vous ai vu, et t'auras beau rejeter la faute sur moi ça changera rien aux faits.

Après quoi il s'appliqua à détendre les traits de son visage. Allez, un petit effort. Ca n'allait pas le tuer d'essayer de détendre l'atmosphère foutrement tendue.

J'vais pas vous dénoncer alors vous n'avez pas de soucis à vous faire. En plus y'a pas grand-chose à dénoncer, vu que... Il sourit, taquin et cette fois relativement innocent. J'suis arrivé trop tôt pour que puissiez vous rouler des pelles.

Il jeta un coup d’œil grandement amusé et complice à Pachou.
Il n'allait pas tarder à voir si ç'aura valu le coup de s'en prendre une -parce qu'il allait s'en prendre une, n'est-ce pas ?







©️ Avatars par Lpip & tofuvi sur Zerochan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 833
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : caca masqué.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: A little sunshine dans la grisaille.   Dim 23 Avr 2017 - 7:36

"Mais tais toi putain ! C'est hyper glauque quand tu le dis comme ça !"
Et Bim, un coup de pied qu'Apache se reçu en se marrant, le faisant tout de même perdre l'équilibre et se ramasser derrière le lit, les guibolles en l'air.

- C'était pas bizarre. C'est bizarre que depuis que t'es là. C'est de TA faute si c'est bizarre.

- Tu t'es foutu dans une situation compromettante tout seul, assume.

- On a juste parlé. A cœur ouvert ouais.

Ça échangeait sévèrement entre les deux livreurs pendant que le chasseur, lui, peinait à se remettre à l'endroit, s'agrippant au matelas pour s'aider, grimpant de nouveau sur son lit dont il avait été chassé.

"Mais dites donc, Pachou, Candy, je savais pas que vous vous connaissiez si bien."

"Le monde tourne pas autour de toi Frecky-chou. Bien sûr que je connais d'autres personnes, et aussi surprenant que ça puisse paraître je peux m'entendre avec elles."
"Ouais on a même dormi ensemble. Quel putain de squatteur ce Pretty !"
Et Apache ricanait, toujours à quatre pattes sur le lit, finissant enfin par s'y assoir plus tranquillement.
"Écoute, Freckles, tu fais chier. Pachou est défoncé" "Paas TAaaannnt que ça... Holala" "et tu t'es retrouvé embarqué dans son truc : je vous ai vu" "Mais y'avait rien à voir !" "et t'auras beau rejeter la faute sur moi ça changera rien aux faits." Le chasseur planait toujours, un sourire en coin, ne se démontant pas une seule seconde, heureusement pour lui, pour eux même, Pretty n'était pas un mauvais bougre.

"J'vais pas vous dénoncer alors vous n'avez pas de soucis à vous faire. En plus y'a pas grand-chose à dénoncer, vu que... J'suis arrivé trop tôt pour que puissiez vous rouler des pelles." Alors que les yeux bleus de la Fausseté croisaient ceux noirs et flou du punk, celui ci éclata de rire. "Exaaaactement ! T'es déçu hein, petit mateur-squatteur !" L'hérissé ébouriffé s'écroula presque sur Freckles, passant son bras autour des épaules du rouquin pour le rapprocher de lui dans un geste qui se voulait amical mais en l’occurrence parfaitement inopportun. "Mais tu vois ce mec c'est pas un chef facile !" Oui oui, Apache parlait bien du lionceau en ces termes TRÈS élogieux. "C'est un PUTAIN de gentleman, tu vois !"  Tout en parlant, le métisse fixait Pretty avec une mine ahurit, un demi sourire en coin, un brin plus agité que jusqu'ici, le regard bizarrement bizarre. "C'est pas le genre a profiter que j'sois perché pour me passer dessus ou me tripoter ! Par ce que c'est un mec BIEN !" Belle façon de soutenir le pauvre Freckles et effacer toute ambiguïté. Non ? "Il est juste venu m'apporter du chocolat chaud. Hey. Du chocolat chaud putain. Un PUTAIN de chocolat chaud, Candy ! Tu t'rends compte ?"
Un silence alors qu'il tenait toujours le chef des livreurs contre lui. "Putain ouais.. Alors que j'étais tout seul et que j'étais triste... Putain de merde..." Un gros soupire.

"Un chocolat chaud... Ouais."






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1332
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: A little sunshine dans la grisaille.   Mar 25 Avr 2017 - 16:22

Apache s'était royalement vautré à cause de son coup de pied. C'était beaucoup plus satisfaisant qu'il l'aurait pensé.
Mais Pretty, non, il ne pouvait rien contre Pretty, créature la plus fourbe de l'Arbre. Qui se faisait un malin plaisir à démonter tout ce qu'il disait, alors qu'il était pourtant sûr d'avoir raison.

"Le monde tourne pas autour de toi Frecky-chou. Bien sûr que je connais d'autres personnes, et aussi surprenant que ça puisse paraître je peux m'entendre avec elles."
"Ouais on a même dormi ensemble. Quel putain de squatteur ce Pretty !"

Freckles ouvrit la bouche pour réagir à la réponse pleine de mauvaise foi de Pretty, mais la referma aussitôt. Il fusilla du regard Apache qui grimpait sur le matelas en gloussant. C'était quoi, ça ? Ils se connaissaient même carrément là ! Est-ce qu'il fallait ajouter Pretty à l'espèce de palmarès romantique d'Apache ? Freckles se rendit compte que cette idée le dégoutait pas mal.
Il garda les sourcils froncés et une attitude défensive alors que le livreur continuait, ponctué par les remarques traînantes du punk.

"Écoute, Freckles, tu fais chier. Pachou est défoncé" "Paas TAaaannnt que ça... Holala" "et tu t'es retrouvé embarqué dans son truc : je vous ai vu" "Mais y'avait rien à voir !" "et t'auras beau rejeter la faute sur moi ça changera rien aux faits."
« Ah parce que toi t'as le droit de tout faire, et direct quand c'est moi, c'est la fin du monde ! »

La frustration se faisait un peu sentir dans cette dernière exclamation. Pretty dormait tout le temps avec tout le monde, et c'était normal. Et lui, il avait même pas dormi avec Apache ! Il s'était juste passé un truc un peu bizarre, et il avait fallu que le livreur arrive à ce moment là. Freckles trouva que tout ça était résolument très injuste.

"J'vais pas vous dénoncer alors vous n'avez pas de soucis à vous faire. En plus y'a pas grand-chose à dénoncer, vu que... J'suis arrivé trop tôt pour que puissiez vous rouler des pelles."
« Mais arrêteeeeeez ! »
"Exaaaactement ! T'es déçu hein, petit mateur-squatteur !"

Freckles avait attrapé le coussin avec la ferme intention de l'envoyer à pleine puissance dans la petite gueule satisfaite de Pretty, mais Apache lui fit perdre l'équilibre en s'écroulant à moitié sur lui.

"Mais tu vois ce mec c'est pas un chef facile ! C'est un PUTAIN de gentleman, tu vois ! C'est pas le genre a profiter que j'sois perché pour me passer dessus ou me tripoter ! Par ce que c'est un mec BIEN !"

Apache s'agitait, il lui paraissait super lourd. Et lui, pour une fois, ne bougeait pas d'un pouce, comme s'il avait peur de finir dans une autre situation compromettante. Il avait l'impression que son visage était écarlate, et s'efforçait de garder un air impassible, pour compenser.
Avec Pretty, peu de chances que ça passe.
Peut-être qu'Apache essayait de recoller les morceaux, mais il ferait mieux de se TAIRE.

"Il est juste venu m'apporter du chocolat chaud. Hey. Du chocolat chaud putain. Un PUTAIN de chocolat chaud, Candy ! Tu t'rends compte ? Putain ouais.. Alors que j'étais tout seul et que j'étais triste... Putain de merde..." Une pause, un soupir. "Un chocolat chaud... Ouais."

L'ambiance venait de changer d'un coup, et de lui rappeler dans quel état il avait trouvé Apache en arrivant. Il pleurait.
Mais c'était pas son chocolat ni ses mots qui y avaient changé quoi que ce soit, pensa-t-il amèrement. C'était la canette de dissolvant.

« Comme si j'avais envie de te rouler des pelles », lâcha-t-il avec une hargne qui le surprit lui-même.

Il attrapa le bras d'Apache et le retira de son épaule avec précautions.

« Si tu veux pas que les gens profitent de toi t'as qu'à pas te droguer aussi », lâcha-t-il.

Il se mordit la lèvre, nerveusement. Il se sentait coupable d'avoir dit ça : la façon dont Apache avait dit ça inspirait plus la pitié qu'autre chose. Mais il ne comptait pas s'excuser, parce qu'il avait l'impression que tout le monde dans la pièce se liguait pour lui foutre la honte.

« Pretty t'es carrément viré », ajouta-t-il histoire de se donner une contenance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Pretty
avatar

♣ Livreur ♣


✘ AVENTURES : 475
✘ SURNOM : La Fausseté
✘ AGE DU PERSO : Environ 13 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Nope.
✘ LIENS : She is a Boy

MessageSujet: Re: A little sunshine dans la grisaille.   Mer 26 Avr 2017 - 2:21

L'échange de regard passé, Pachou éclata tout bonnement de rire. Et, étrangement, Pretty eut la sensation que son comportement ne dénotait pas tant que ça lorsqu'il était défoncé. Il réagissait juste de façon un peu plus aléatoire, et excessive, avec une incapacité encore plus poussée à lire dans l'atmosphère et à réagir en conséquence, certes, mais rien qui sorte réellement de l'ordinaire.

Exaaaactement ! T'es déçu hein, petit mateur-squatteur !
Oh là là oui, j'en pleure, répondit-il au tac-au-tac, à moitié blasé seulement.

Il vit Freckles s'emparer du coussin, et il était tout à fait résigner à ne pas l'esquiver : c'était l'effet qu'il avait recherché, après tout. Il pensait être capable de rebondir là-dessus pour apaiser l'ambiance tendue à cause de son arrivée inopinée.
Néanmoins, il fallut que Pachou y mette son grain de sel -celui de trop, probablement, en s'effondrant littéralement sur le Chef des Livreurs.

Adieu, coussin volant et bataille de polochon.

Apache embraya sur quelques arguments bien sûr remplis de bonne volonté, mais... Définitivement malvenus dans une situation pareille. Quel crétin crêteux, soupira intérieurement La Fausseté en l'observant, impuissant, réduire à néant ses efforts pour tranquilliser Freckles.

Quoi qu'il admettrait tout de même que, sans lui, il n'aurait jamais eu l'occasion de voir Le Lionceau ainsi rouge écarlate.
C'était un spectacle qu'il graverait à jamais dans sa mémoire.

Il est juste venu m'apporter du chocolat chaud.

Pretty haussa un sourcil, l'air vaguement surpris. Du chocolat chaud ? C'était carrément sympa, quand on savait que le chocolat chaud n'était pas si simple à dénicher au Grand Arbre. Mais pourquoi Freckles aurait-il fait ça pour Pachou ?

Du chocolat chaud putain. Un PUTAIN de chocolat chaud, Candy ! Tu t'rends compte ?
Oui, Pachou, oui. J'me rends compte.

Pas vraiment, en fait, mais il préférait faire comme si et parler à L'Hérissé comme à un gamin de trois ans plutôt que faire durer le débat du chocolat chaud plus longtemps que nécessaire.

Putain ouais.. Alors que j'étais tout seul et que j'étais triste... Putain de merde...

Le regard de Pretty s'attendrit puis se durcit successivement en l'espace d'un millième de seconde.
Il savait. Pourquoi Apache était si triste. Il n'avait pas envie de lui pardonner cette erreur stupide qu'il avait faite. Si cela ne tenait qu'à lui, ce qui n'était malheureusement pas le cas, il l'aurait éviscéré sur place en apprenant la nouvelle.
Mais Her l'en aurait empêché.
Alors il avait étouffé le conflit dans l’œuf, non sans ruminer sa rancune et la rendre tangible même pour quelqu'un comme Apache.

Comme si j'avais envie de te rouler des pelles.

Le Perdu cligna des yeux tandis que toute trace de fureur quittait instantanément son regard. Il en avait oublié la présence de Freckles. La sorte d'agressivité dans son ton était d'ailleurs surprenante : La Fausseté n'y était pas habituée.

Si tu veux pas que les gens profitent de toi t'as qu'à pas te droguer aussi.

Il avait rajouté cela en se dégageant soigneusement de l'étreinte du punk, pendant que les mirettes du Livreur s'écarquillaient définitivement de surprise et que la mâchoire l'en tombait un peu.

Il avait dépassé les limites, là, non ?

Ouais, enfin, c'est plutôt Pachou qui profite de toi là, répondit-il un tantinet faiblement, l'air peu sûr de lui malgré son sourire en coin.

Il jeta un coup d’œil du côté d'Apache. Est-ce que ça l'avait blessé ?

Pretty t'es carrément viré.
Aw.

Ses mirettes bleutées revinrent au triple galop vers Frecky-chou et ses lèvres s'étirèrent un peu plus largement encore. Il était de nouveau en terrain connu.

33ème fois ?

Il avait en vérité perdu le compte du nombre de fois où il avait été viré, hélas, malgré tous les efforts qu'il faisait pour garder le nombre en tête. C'est que parfois il s'écoulait un certain temps avant qu'il n'enquiquine son Chef.
Du coup, il avait sorti ce trente-trois le plus hasardeusement du monde.

De toute façon, ce n'était même pas le plus important.

Sans plus de cérémonie, Pretty se pencha, chopa le coussin et l'écrasa sur la face Pachou.

T'es un idiot, Pachou. Mais un idiot chanceux, parce qu'elle pourra pas t'étrangler elle-même quand je lui dirai que tu t'es shooté.

Il avait voulu dire quelque chose qui le consolerait un peu, par égard pour Her ; néanmoins, au final, ça ne sonnait pas du tout réconfortant. Ni même gentil, à vrai dire.

Bon. Il se tourna vers Freckles, réfléchit un instant. On en profite pour torturer notre punk préféré ? Ou tu veux la jouer sage et on le ramène au lit ?

Il ne prenait cependant pas exactement en compte la frustration accumulée par Freckles à cause de ses taquineries, et, de fait, n'imaginait pas un seul instant que sa réponse puisse être un charmant va te faire foutre des plus légitimes.







©️ Avatars par Lpip & tofuvi sur Zerochan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 833
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : caca masqué.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: A little sunshine dans la grisaille.   Dim 28 Mai 2017 - 9:57


- Comme si j'avais envie de te rouler des pelles.
Et ni une ni deux, Freckles avait viré Apache, une fois n'était pas coutume avant d'ajouter un cinglant : "Si tu veux pas que les gens profitent de toi t'as qu'à pas te droguer aussi."
"Les gens profitent pas de m..." Réflexion trop courte, l'iroquois avait dégainé de la voix un peu trop vite, se stoppant avant même de terminer sa phrase, une information lui remontant au cerveau de façon inespérée mais un peu tardive, lui coupant littéralement la chique.
"Ouais, enfin, c'est plutôt Pachou qui profite de toi là"

Cette phrase aurait pu faire office de soutient, mais malheureusement fut un peu insuffisante. La douche froide avait été reçue, glaçant le chasseur de l’intérieur, le laissant un peu figé, étrangement silencieux, une mine entre interrogation et choc, sourire fracassé pour petite gueule boudeuse.

- Pretty t'es carrément viré.

- Aw. 33ème fois ?

L'Hérissé, lui, ne disait plus rien. La tête baissée, dans son coin, l'esprit ailleurs.
Il était un peu difficile en cet instant pour lui de fixer les choses dans sa caboche. Tout se barrait en couille, et à peine arrivait-il à esquisser une idée, une réflexion, qu'elle partait en eau de boudin en mode Fuck off le cerveau, va t'faire foutre l’intellect.
Tout ce qui restait c'était un putain de malaise qui lui tordait les tripes et un papillon noir qui voletait devant ses yeux sur fond d'odeur de dissolvant tenace.

Cependant, ce drôle d'instant fut brutalement coupé par un coussin qui s'écrasa sur sa bouille, le sortant de sa torpeur puisqu'en l’occurrence il était un peu difficile de causer de réflexion.

"T'es un idiot, Pachou."
"Hein ?" Pas vif, le punk. Mais il avait quand même récupéré le coussin, l'arrachant des mains du blond par réflexe. " Mais un idiot chanceux, parce qu'elle pourra pas t'étrangler elle-même quand je lui dirai que tu t'es shooté."
Le punk ouvrit la bouche, la mine déconcertée, ne saisissant pas immédiatement les tenants et aboutissants de ce que venait de lui lancer Pretty.
Elle.
Her ?
Her pourra pas l'étrangler mais pourq...
Le garçon referma illico la bouche, visiblement pas très bien dans ses basquettes.
Ho merde.
Ca c'était moche.
Et pas sympa.
En un instant Apache avait subit une retombée hyper brutale de son humeur, passant de l'euphorie à l'angoisse et le malaise en moins de 5 minutes.
Pas facile à gérer, en somme, et ça tanguait bizarrement avec comme une envie de gerber.
De gerber ou de pleurer.
Il ne savait pas trop.
Même ca, ce n'était plus très clair pour lui.

Bon... On en profite pour torturer notre punk préféré ? Ou tu veux la jouer sage et on le ramène au lit ?


Une froncement de sourcils, encore complètement à la masse. C'était bien évidemment a Freckles que Pretty parlait, et de lui, l'air de rien, comme s'il n'était pas la et qu'il n'avait pas vraiment son mot à dire sur la question.
Mais en fait, ce n'était pas vraiment comme s'il avait un réel avis à donner, plus occupé a pédaler dans la semoule de dissolvant qui lui avait fondu les neurones pour encore un petit moment.






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1332
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: A little sunshine dans la grisaille.   Mer 31 Mai 2017 - 16:07

L’aller-retour verbal avec Pretty était tout naturel. Étrangement, il lui redonnait de l’assurance, et l’impression qu’il était en terrain familier, ce qui lui manquait beaucoup depuis le début de l’après-midi. Il se demanda vaguement si le livreur tenait vraiment les comptes de toutes les fois où il l’avait “viré”. Trente-trois ça lui semblait pas tant que ça.

Pendant ce temps, Apache se faisait mortellement silencieux.
Freckles ne s’en rendit compte que lorsque Pretty se tourna vers lui, visiblement lassé de sa première victime.

"T'es un idiot, Pachou." "Hein ?" " Mais un idiot chanceux, parce qu'elle pourra pas t'étrangler elle-même quand je lui dirai que tu t'es shooté."

Il fronça les sourcils, perplexe.
Avant de comprendre.
Pretty parlait de Her. Qui pourrait étrangler personne. Parce qu’elle avait plus de doigts. Il n’eut pas le temps de se féliciter de cette rare présence d’esprit, trop perturbé par la sauvagerie de cette affirmation et par l’expression du chasseur : celle de quelqu’un qui va se mettre à vomir.
C’était l’effet que Pretty avait sur les gens, peut-être.

"Bon... On en profite pour torturer notre punk préféré ? Ou tu veux la jouer sage et on le ramène au lit ?"
« Arrête de l’emmerder. C’était un accident », s’entendit-il lâcher.

Si quelques minutes plus tôt il avait voulu faire bouffer à Apache tous les coussins de la pièce, le voir comme ça faisait fondre ses défenses. Le malaise avait changé de camp, et c’était de sa faute ; en voulant se défendre il avait allégrement jeté Apache dans les griffes de Pretty. Trop content qu’on ne parle plus de lui, de sa gêne, de roulage de pelles qui n’étaient jamais arrivés.

« Il a pas besoin qu’on l’enfonce encore plus », marmonna-t-il.

Ce dont Apache avait besoin, mystère.
Freckles avait l’impression que rien de ce qu’il n’avait fait n’avait changé grand chose, au final. Parler, réconforter, écouter. Ça finissait dans le dissolvant.

« On devrait le laisser tranquille », ajouta-t-il, sans regarder personne en particulier.


Dernière édition par Freckles le Lun 19 Juin 2017 - 14:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Pretty
avatar

♣ Livreur ♣


✘ AVENTURES : 475
✘ SURNOM : La Fausseté
✘ AGE DU PERSO : Environ 13 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Nope.
✘ LIENS : She is a Boy

MessageSujet: Re: A little sunshine dans la grisaille.   Dim 18 Juin 2017 - 17:53

Elle était sacrément marrante, la tête que tirait Pachou. À mi-chemin entre horreur et indignation. Pretty ne s'en lasserait jamais ; néanmoins il n'avait malheureusement pas le temps de s'attarder là-dessus. Il fallait faire évoluer les choses avant que la tension dans l'air, aux airs de bombe à retardement, n'explose définitivement. Et jouer sur le fil du rasoir en total improvisation, c'était déjà beaucoup moins drôle, il fallait l'avouer.

La réponse immédiate de Freckles laissa La Fausseté perplexe. L'un de ses sourcils était levé et il paraissait vaguement surpris, bien que d'un autre côté il ne trouvait pas plus mal que ces deux-là finissent du même côté. En quelque sorte. Ça voulait dire que c'était lui le méchant ?

Il a pas besoin qu’on l’enfonce encore plus.
Sûr, il s'en sort très bien tout seul, lâcha-t-il à demi-mots sans se départir de son sourire.

Mais le cœur y était soudain beaucoup moins.
Un coup d’œil à Apache, à l'impression qu'il donnait d'être sur le point de vomir ses larmes (dans tous les sens possibles du terme), et le malaise s'intensifia encore un peu plus. Il n'allait vraiment pas bien, hein ?

Ben, tant pis pour lui. Ça lui servirait de leçon. Peut-être même que la prochaine fois, il y réfléchirait à deux fois avant de faire une connerie qui pourrait nuire à toute la révolte. Cette fois les conséquences ne concernaient que Her, mais ce n'était selon le Livreur définitivement pas une meilleure solution.

Pretty lâcha un soupir lourd de résignation puis passa négligemment une main dans ses cheveux afin de dégager son visage, le regard pourtant fuyant. C'était fatiguant.

Ça va, ça va. Pardon. Je comptais pas cafter pour de vrai de toute façon. Mais si tu recommences, Apache, j'hésiterai pas.

Ses yeux étaient désormais rivés sur le concerné et ne le lâchaient plus d'une semelle. C'était plus fort que lui.

T'as déconné. Une pause, le temps que tout le monde comprenne qu'il mettait officiellement les pieds dans le plat. T'as foutu Her dans cet état alors assume, bordel, et veille sur elle au lieu de faire ta victime, tu lui dois bien ça ! Elle t'a protégé de ta stupidité et toi, tu t'y enfonces encore plus profondément ! C'est pas une façon d'honorer ce qu'elle a fait pour toi !

Le sermon avait des airs un peu mélodramatiques, et son ton exprimait le reproche plutôt qu'un remontage de bretelle respectable et mérité. Mais c'était pensé sincèrement, du premier au dernier mot.
Étant donné sa proximité à Her, cette histoire le touchait personnellement et Pretty était totalement incapable de ne pas être partial -de ne pas en vouloir à Apache. Si ce dernier n'avait pas été aussi misérable, il aurait probablement laissé libre court à son envie de le secouer comme un prunier.

Mais ce n'était pas le cas. Il était misérable, et en plus il y avait Freckles en guise de spectateur.
Et en plus il y avait Freckles en guise de spectateur, réalisa-t-il.
Merde. La Fausseté espérait qu'il était déjà au courant de toute l'histoire -révolte exceptée, bien sûr. Dans le cas contraire, eh bien... Ça venait juste de devenir plus compliqué.

L'air de rien, comme s'il ne venait pas d'engueuler ou presque L'Hérissé, Pretty se réinstalla confortablement et lança à son Chef un sourire ravivé par la malice.

Si toi aussi t'as des conneries à confesser et le besoin d'un coup de pied au cul, je suis tout ouïe, hein.

Il ne prenait pour l'heure par la peine de vérifier si son discours avait eu l'effet escompté sur Pachou.







©️ Avatars par Lpip & tofuvi sur Zerochan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 833
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : caca masqué.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: A little sunshine dans la grisaille.   Mar 20 Juin 2017 - 15:27

"Arrête de l’emmerder. C’était un accident"
Un accident ouais.
Un putain d'accident.

"Il a pas besoin qu’on l’enfonce encore plus"

- Sûr, il s'en sort très bien tout seul
Apache restait silencieux, en proie avec un quelque chose qu'il ne contrôlait plus. Ses sensations, ses sentiments. L'impression d'être soudainement hyper sensible, et surtout pas capable de se défendre, de répondre, de se révolter. C'était aussi ça les effets de cette putain de drogue.

"On devrait le laisser tranquille"


Le laisser tranquille...
Le laisser tout seul ?
Le punk n'en avait pas tellement envie, non. A vrai dire, il avait réellement apprécié la présence de Freckles, tout aussi chef qu'il ai put être.
Le rouquin avait su le réchauffer un peu de son soleil irradiant, et sa rousseur avait quelque peu fait roussir le cœur tout froid de l'anarchiste.
Il y eut un soupire, lourd de sens, et Pretty reprit;

"Ça va, ça va. Pardon. Je comptais pas cafter pour de vrai de toute façon. Mais si tu recommences, Apache, j'hésiterai pas."

Le chasseur releva les yeux vers le blondinet et leurs regards s'accrochèrent.

"T'as déconné." Trois mots. Trois tout petits mots mais qui pesaient si lourd dans la balance. Ça ne parlait plus de Freckles et lui sous la couette la. Même défoncé, Apache le savait, et quelque chose lui disait qu'il allait prendre cher. "T'as foutu Her dans cet état alors assume, bordel" L'Hérissé serra les dents, encaissant alors que son regard se faisait plus noir encore, si cela était encore possible. "Et veille sur elle au lieu de faire ta victime, tu lui dois bien ça !" Le garçon ravala sa salive, une colère diffuse remontant lentement mais surement du fond de ses tripes. Dans son fort intérieur, ça hurlait quelque chose.

Injustice.

"Elle t'a protégé de ta stupidité et toi, tu t'y enfonces encore plus profondément ! C'est pas une façon d'honorer ce qu'elle a fait pour toi !"


Grincement de dents, alors que Pretty tranquillement se réinstallait près de Freckles comme si de rien était.
"Si toi aussi t'as des conneries à confesser et le besoin d'un coup de pied au cul, je suis tout ouïe, hein."
Des conneries...
Un coup de pied au cul...

Un reniflement alors que désormais, Apache arborait une parfaite expression de colère sur la face.
Ses mouvements d'humeur se faisaient brutal, le faisant passer de l'allégresse à la tristesse et enfin à la colère sourde en moins d'un quart d'heure.

"Si j'recommence quoi, Pretty ?"
L'ambiance se faisait lourde, et la voix du punk grinçait, mal-aimable. "Tu crois que je l'ai coupé volontairement peut être ?" La colère était la, et elle se faisait facilement entendre alors que le garçon parlait les dents serrées, fixant la Fausseté comme s'il allait lui sauter à la gorge à tout moment. "C'était un putain d'accident, ouais, et je m'en veux à mort par ce que merde, ce putain d'accident a eu lieu a cause de moi..." Il soupira, soulignant son exaspération. "Et si je pouvais veiller sur elle comme tu dis j'serais pas la, mais j'sais pas si t'es au courant, elle est interdite de visite, alors avant de dire de la merde..." Il se tu soudainement, fermant les yeux avant de secouer la tête à la négative et de lâcher un"Ho et puis laisse tomber." et de presque se jeter sur son lit, les bras croisés, plus vraiment d'humeur à discuter.

Tout ce qui lui restait en travers de la gorge, c'était que Pretty avait été injuste, et qu'il culpabilisait à mort de l'état de Her.
C'était sa faute.
Rien que sa faute à lui.

C'était vrai, il n'aurait jamais pu prévoir ce qui était arrivé.
Il n'avait pas vu venir Her lorsqu'elle s'était interposée entre lui et Lace.
C'était elle qui en avait fait le choix.
Mais alors...

Quoi ?

Alors.
Une fraction de seconde, il avait considéré l'idée de les trancher, les doigts de la Fille, pour atteindre la gorge de sa cheffe.
L'idée avait fait son chemin.
Il y avait pensé.
Il ne l'avait pas fait.
Mais il y avait eu cet instant.
Et ça, jamais Apache ne se le pardonnerait.

Alors brusquement, il se releva, tanguant quelque peu sur ses jambes, trébuchant puisque le sol ne semblait pas si droit par endroit, déterminé à se barrer. Mais pour aller ou ?

"J'me casse, j'retourne dans ma cabane"
Qu'il maugréa tout en se dirigeant vers la porte et percutant l'encadrure de celle ci, se faisant mal et pestant, crachant sa mauvaise humeur contre le mobilier "Putain mais ils peuvent pas faire les portes au bon endroit, MERDE !"






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1332
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: A little sunshine dans la grisaille.   Mar 20 Juin 2017 - 18:27


Règlements de compte.
Pretty changea de ton.
Ça se sentit dès ces trois petits mots, “t’as déconné”, que le livreur martela entre deux tranches étudiées de pauses dramatiques. Freckles se sentit presque anxieux. C’était bien qu’on ne parle plus de lui,  mais Apache, oh, Apache était foutu, et il ne pouvait que se sentir empathique face à son imminent tabassage verbal.

"T'as foutu Her dans cet état alors assume, bordel Et veille sur elle au lieu de faire ta victime, tu lui dois bien ça ! Elle t'a protégé de ta stupidité et toi, tu t'y enfonces encore plus profondément ! C'est pas une façon d'honorer ce qu'elle a fait pour toi !"

Tout du long le regard de Freckles passa furtivement de l’un à l’autre ; de Pretty et ses yeux brillants de fureur, à Apache de plus en plus fermé. Il ne disait rien. Il ne savait pas tout, et Pretty, sans le vouloir, lui donnait beaucoup d’informations. Des trucs qu’il n’était peut-être pas censé savoir.
Comme s’il s’en rendait seulement compte, le livreur se tourna vers lui et se para d’un sourire lumineux, comme s’il ne venait pas d’éclater Apache en direct.

"Si toi aussi t'as des conneries à confesser et le besoin d'un coup de pied au cul, je suis tout ouïe, hein."
« Non, ça va, c’est pas comme si je pouvais te cacher quoi que ce s- »
"Si j'recommence quoi, Pretty ?"

Il ferma instantanément la bouche devant le ton d’Apache.

"Tu crois que je l'ai coupé volontairement peut être ? C'était un putain d'accident, ouais, et je m'en veux à mort parce que merde, ce putain d'accident a eu lieu à cause de moi.. Et si je pouvais veiller sur elle comme tu dis j'serais pas là, mais j'sais pas si t'es au courant, elle est interdite de visite, alors avant de dire de la merde..."

Le punk était passé de l’hilarité à la détresse et à la colère, en un temps record.
Il se laissa retomber sur le lit, faisant trembler le matelas.

"Ho et puis laisse tomber."

Freckles haussa les épaules, l’air de laisser tomber.
Pourquoi foutre Her serait interdite de visites pour une blessure à la main ?

"J'me casse, j'retourne dans ma cabane"

Écarquillant les yeux, Freckles le regarda se lever et s’éloigner vers la sortie, trop surpris pour bouger d’un centimètre.

« Mais qu’il est con », murmura-t-il, alors qu’Apache jurait en se prenant l’encadrure de la porte.

Il eut un soupir, l’air buté, et se leva finalement pour le rejoindre.
(Quitter le lit lui fit un drôle de froid.)
En théorie, voir Apache se prendre une porte était le truc le plus drôle de sa journée, mais ça faisait que prouver à quel point il était défoncé. A quel point rien de ce qu’il venait de dire, ni sa défense, ni ses confessions, n’avaient de valeur.
Il attrapa le punk par les épaules, le fit pivoter et le reconduit à son lit avec toute la douceur dont il était encore capable.

« C’est ici ta cabane. »

Il avait le ton excédé et légèrement condescendant qu’on prend lorsqu’on s’adresse à un enfant stupide.

« Et j’ai dit qu’on te laissait tranquille. » Il se tourna vers Pretty, l’air carrément meurtrier. Un jour, il faudrait qu’il apprenne à se mêler de ses affaires. « Donc on s’en va. »

C’était un ordre.
Il s’éloigna, s’assurant que Pretty suivait. Au dernier moment, se tourna vers Apache, ouvrit la bouche, comme s’il voulait lui dire quelque chose, le rassurer, s’excuser, n’importe quoi. Les choses auraient pu être autrement. L’après-midi aurait pu être bien. Sans le dissolvant. Sans Pretty.

Freckles sortit de la cabane sans savoir où il en était.


hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A little sunshine dans la grisaille.   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

 Sujets similaires

-
» Racisme dans WOW
» [RESOLUE]Importer des images dans Little Big Planet
» Le moon est dans Wakfu :p
» [Lego] Besoin d'aide pour se situer dans les nouveautés
» Question sur diverses choses dans wow (Lore)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Grand Arbre :: Les Cabanes dans les Branches-