Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Azel Von Kopfenwald
avatar

☠ Chapelier du Port ☠


✘ AVENTURES : 38
✘ SURNOM : Le Chapelier
✘ AGE DU PERSO : 28 ans

✘ LIENS : As Mad as a Hatter

MessageSujet: Chapeau Perdu   Dim 4 Déc 2016 - 11:40

Le soleil disparaissait enfin. Pourvu que la nuit soit longue. Le soleil était une épreuve, Azel craignait toujours pour ses yeux, pour sa peau. Il avait beau mettre de longs vêtements et de grands chapeaux, il avait toujours l’inquiétude des rayons solaires. Heureusement que le temps des pluies et nuages volaient déjà une partie de la lumière. C’était donc dans un environnement bien plus rassurant que ça, que le commerçant se déplaçait. Il avait entrepris d’aller à la rencontre d’un Garçon Perdu qu’il était en train d’apprendre à connaître. Faire ami-ami. Enfin, juste pour savoir ce qu’il y avait dans la tête du jeune personnage. Pour avoir des réponses à des pourquoi.

Un simple haut de forme décorés de quelques éléments comme une montre à gousset qui ne fonctionnait pas, et un long manteau blanc, détachaient la silhouette de l’albinos. Qu’il ne faisait pas bon vivre sur une île pareille pour un être de ce type.

Un, deux, trois, quatre, cinq, six et sept. Azel comptait ses pas, avec soin. Pour toujours obtenir ce fameux nombre, ce chiffre divin. Par envie ? Ou par nécessité ? Boum au sol, qu’elle horreur, le manteau avait failli être tâché. Mais il n’en était rien. C’est avec quelques jurons que le Chapelier se releva, dépoussiérant ses vêtements. Il remit son couvre-chef en place et repartit dans le compte de ses pas jusqu’au point de rendez-vous. Courage, il n’aimait pas les enfants mais, il fallait absolument se faire violence, être souriant, sympathique, pour savoir ce qu’il y avait dans la tête. Pour un jour la découper. L’arranger dans la collection.

Il se contredisait souvent, se faisait violence pour un bien. Ou sans raison, sans le savoir. Quelle source d’agacement. Il ne fallait pas penser aux crises de panique en voyant les têtes qui le regardaient. C’était absurde… puisque c’était lui-même qui les adulait en temps normal.

La zone atteinte, parmi les arbres, une buche au sol. Un petit cours d’eau en face, un joli endroit. Azel savourait ces moments nocturnes où il n’avait pas besoin de trop se soucier du ciel, il déposa le chapeau à l’autre bout de son siège de fortune. Il posa la canne qui l’accompagnait contre le bois et sortit de ses poches quelque chose enrobée dans des serviettes en tissu. En les ouvrant, il découvrit ainsi des biscuits sucrés aux fruits. Il n’en prit qu’un seul, le reste serait pour la future tête ajoutée à la collection. C’était comme apprivoiser un animal. Et aussi, ce sera un enfant tout silencieux, une fois la tête coupée.

Une jolie tête en plus, quel numéro sera-t-elle ? Il verra sur place, le moment venu.

Le temps passa. Capricieusement. Toujours personne, et le Chapelier commençait à s’impatienter. Le petit avait deviné ce qu’il adviendrait de lui un jour prochain ? Le pirate tapota sept fois le bois de ses doigts. Brusquement, sous le coup de l’agacement, Azel se releva, emportant canne et biscuits. Les pas, soigneusement comptés par tranches de sept, portèrent le jeune homme plus profondément dans la forêt, suivant le chemin de l’eau. Un pas décidé et qui montrait tout son agacement. La canne se plantait presque dans la terre. Dieu merci qu’il ne s’était pas mis à pleuvoir.

Il ne se rendit pas compte tout de suite qu’il manquait son chapeau, là, il ne pensait qu’à une nouvelle pièce de collection.

Au final, ce n’est pas un enfant qu’il croisa au bout de son chemin. Azel s’arrêta, mais se rendit compte qu’il n’avait pas fermé la boucle de ses pas. Il fit alors encore trois pas, deux en avant et un sur le côté. Pour ne pas non plus trop s’approcher. Il ne voulait pas quand même envahir l’espace.

Il frappa légèrement sept fois sa canne sur le sol, observant les alentours. Il ne parvenait pas à bien voir. Sa vue n’était pas des plus excellentes.

- Bonsoir mon bon, aurais-tu vu une sale petite pièce de collection trainer dans les parages ?

Un temps, il refrappa à sept reprise le sol avec sa canne.

- Enfin… je veux dire, un gamin. Ces choses qui braillent.

Il reprit un sourire qui se voulait courtois mais qui jurait affreusement avec le discours qu’il venait de tenir en deux répliques.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salazar Reis
avatar

☠ Navigateur du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 93
✘ SURNOM : Le flutiste
✘ AGE DU PERSO : 35 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Bientôt
✘ LIENS : Dans le désert, suis le son de la flute

Mon présent est pluvieux.
Mon passé est rempli de trésors.
Mon futur te regarde Invité



MessageSujet: Re: Chapeau Perdu   Jeu 8 Déc 2016 - 13:06

L'après midi touchait à sa fin quand Salazar referma finalement son cahier. Il était rempli de dessins et de notes diverses. Aujourd'hui avait été une bonne journée. Il était parti tôt, peu avant midi, craignant les averses orageuses de l'après midi. Le temps s'était pourtant montré clément, à son plus grand soulagement. Il avait, une fois encore, longé le long de la rivière, parcourant les abords du Bois Joli, écrivant tout les changements qu'il rencontrait. Il avait dessiné la forme d'une feuille d'érable, le contour d'un Arbrabouf nouveau, le travail religieux et méthodique des fées qui s'activaient ça et là, ne prêtant guère attention à lui. Il avait pénétré le bois aux alentours de deux heures et continuait son travail avec application.

Et c'est là qu'il l'avait vu, quelques heures plus tard. Un petit bout, garnement de l'arbre, probablement récolteur ou quelque chose dans le genre, qui cherchait une victuaille à se mettre sous la main. Sa journée n'aurait pas pu être mieux. Oh, bien sûr, l'enfant avait sursauté en le voyant et s'était montré méfiant de prime abord. Mais il était habitué à tout cela... Il avait su, par un sourire tranquille, par ses dessins, en ne bougeant pas d'un pouce, gagner sa confiance. N'était il pas qu'un simple cartographe ? Quoi que, même ce détail, il ne le savait surement pas. Il avait sans doute dû penser, comme tous, qu'il était un peau-rouge, un indien vivant non loin de là, ami de Peter et qui ne faisait que son travail. Ah ah, pauvre naïf.

Cependant, Salazar aussi s'était montré imprudent. Il n'avait pas remarqué que l'enfant était bien plus docile que d'autres, plus coopératif, qu'il répondait à ses questions sur lui avec moins de prudence. Certes, il avait déjà vu des garçons perdus naïfs qui tombaient aisément dans ses pièges, mais ils étaient généralement plus jeune ou alors on lisait facilement sur leur tête ce trait de caractère. Sur celui ci, point du tout. Ce n'est que sur le chemin du retour qu'il avait entrevu une raison à tout cela, quelque chose qu'il aurait dû se douter. Car en revenant de la rivière où un... malencontreux mais néanmoins nécessaire incident s'était produit, il avait croisé un de ses semblables, entraperçu rapidement au port, là où il travaillait. Ou plutôt non, ils n'avaient rien à voir. C'était un ancien garçon perdu, devenu Pirate, de Terre qui plus est. Le flutiste n'avait jamais eu réellement confiance en ces gens là, lui qui avait servi le Capitaine toute sa vie (ou en tout cas tout son temps sur l'île) et qui en était devenu méfiant des nouveaux venus.

Sans compter que cet... individu était des plus excentriques. Il n'y avait qu'à le voir ainsi, avec son haut de forme, sa canne et ses habits d'un autre âge. Oh, il aurait très bien pu sortir d'un siècle passé ainsi vêtu. Et dès qu'il se mouvait, chacun pouvait voir qu'il y avait dans sa posture ou sa marche une manie des très étranges. Et pourtant, en tant que "Collègue", Salazar ne pouvait laisser transparaitre sa méfiance ou son scepticisme. Et probablement en était il de même pour lui car il abordait un sourire poli, qu'il lui rendit.


-Azel, le salua-t-il.

- Bonsoir mon bon, aurais-tu vu une sale petite pièce de collection trainer dans les parages ?

Le flutiste ne comprit pas de suite ce qu'il entendait par là et attendit que l'autre ne s'explique d'avantage.

- Enfin… je veux dire, un gamin. Ces choses qui braillent.

Oh. De suite, il pensa au gamin et à la tête qu'il venait de fracasser contre un rocher et il eut un mauvais pressentiment. Il n'avait tout de même pas tué une proie de quelqu'un d'autre, n'est ce pas ? Enfin, c'était peut être une coïncidence (et il espérait franchement que c'était le cas car il n'aimait pas les ennuis).

-Oh des gamins, il y en a des tas sur l'île. Il faudrait être un peu plus précis l'ami.

Cependant, il ne pu s'empêcher de laisser s'échapper, d'un ton à demi moqueur :

-Ceci dit, il me semble en avoir entraperçu un près de la rivière. Mais ne t'inquiètes pas, tu ne l'entendras plus brailler de si tôt.

Lui ? Pas vouloir d'ennui ? Ah ah ! La blague. Si cela avait été Dogfish ou un compagnon de longue route, oh pour sûr, il se serait senti mal. Mais face à ce jeune freluquet ? Que nenni. C'était lui le plus vieux !

-Les pierres sont tellement glissantes et les accidents arrivent si rapidement. Quel dommage.

Qu'est ce que tu allais faire maintenant Azel ? Hein ? Hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azel Von Kopfenwald
avatar

☠ Chapelier du Port ☠


✘ AVENTURES : 38
✘ SURNOM : Le Chapelier
✘ AGE DU PERSO : 28 ans

✘ LIENS : As Mad as a Hatter

MessageSujet: Re: Chapeau Perdu   Sam 10 Déc 2016 - 16:48

Demande de précision, certes. Salazar ne pouvait pas deviner de quel enfant précisément il était question.

Sept tapotements du sol avec la canne, mais la voix du Cartographe retentit encore. Un gamin avait cessé de brailler, un gamin sans aucun doute mort. Sur des pierres glissantes, un accident. Vraiment ?

- Hm.

Mains jointes sur la canne devant lui, le Chapelier semblait plongé dans une grande réflexion. Cherchant une caractéristique. Un gamin blondinet, avec des yeux bruns. Des habits rapiécés, comme beaucoup. Décidément, difficile d’être très précis. Sept tapotements des doigts sur le métal du haut de la canne.

- Cette tête avait-elle des cheveux blonds ? Avait-elle l’air de suivre la rivière ?


D’un côté, Azel était presque sûr qu’il s’agissait en effet de la pièce qu’il cherchait à obtenir. Observant les eaux, le pirate, plus commerçant que forban, se disait que le nombre risquait de demeurer à quatre encore pour un moment. Il fallait toujours prendre son temps avec les cerveaux, les relations prenaient du temps. Beaucoup de temps.

Sans vraiment attendre de réponse du « gentilhomme » qu’il venait de rencontrer, il piocha dans sa poche les petits trésors sucrés qu’il avait emportés.

- 4, 2, 1 et 7 devront sans doute attendre encore un peu avant d’avoir des frères. Qu’il en soit ainsi. Les relations ne doivent jamais être source d’empressement. Cela n’amène jamais rien de bon.

Il calla sa canne fidèle, la numéro 6 telle était la gravure en symbole romain qui la nommait, au tronc d’un arbre avant de s’adonner au grignotage de ses douceurs comestibles. Il fit en sorte d’en manger sept à suivre avant de poursuivre la discussion avec son collègue des mers.

- Mon ami y est-il pour une raison, sans doute tout à fait louable, l’auteur de l’accident ? Il n’est nullement question de reproche ou de sarcasme, cela fait parti du nettoyage de cet environnement.

Un temps, sept secondes plus tard, le Chapelier tendit ses sucres colorés et sablés au Flutiste.

- En veux-tu ? Je doute qu’une tête morte puisse en manger.


Morte, mais pas décorée ou empaillée. Azel avait parfois l’habitude de proposer du thé à ses pièces de collection, celles qui décorent sa maison. Dans la salle à manger, autour de la table perpétuellement mise et prête à recevoir l’heure des quatre heures. Ou des sept heures.

Toujours courtois dans ses paroles, le commerçant avait bien plus de respect pour ses pairs que les enfants, évidemment.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salazar Reis
avatar

☠ Navigateur du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 93
✘ SURNOM : Le flutiste
✘ AGE DU PERSO : 35 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Bientôt
✘ LIENS : Dans le désert, suis le son de la flute

Mon présent est pluvieux.
Mon passé est rempli de trésors.
Mon futur te regarde Invité



MessageSujet: Re: Chapeau Perdu   Sam 10 Déc 2016 - 18:37

- Hm.
Dans un sens, Salazar était déçu. Il s'était attendu à ce que l'autre tombe dans sa provocation, qu'il réagisse, peu importe comment. Mais non. Il semblait, au contraire, très pensif, comme si les sous-entendus du flutiste lui était passé au dessus de la tête ou bien qu'il ne les avait pas compris. Ce qui revenait en fait au même.

- Cette tête avait-elle des cheveux blonds ? Avait-elle l’air de suivre la rivière ?

Salazar réfléchit à tout allure. Oui, oui. Le gamin qu'il avait noyé était blond effectivement. Cela lui disait vaguement quelque chose, même si c'était un vague détail dans le fond. Après tout, des blonds, il y en avait beaucoup, surtout parmi les enfants. Ne disait on pas d'eux qu'ils étaient les têtes blondes ?

- 4, 2, 1 et 7 devront sans doute attendre encore un peu avant d’avoir des frères. Qu’il en soit ainsi. Les relations ne doivent jamais être source d’empressement. Cela n’amène jamais rien de bon.

.... Il n'était pas vraiment sûr de comprendre de quoi son "collègue" parlait mais en même temps, il n'était pas sûr d'avoir envie de le savoir. Il le regardait donc, avec un air décontenancé manger ses... Friandises tout en tenant cet étrange discours.
Les jeunes de nos jours, tous des hippies mystiques.

- Mon ami y est-il pour une raison, sans doute tout à fait louable, l’auteur de l’accident ? Il n’est nullement question de reproche ou de sarcasme, cela fait parti du nettoyage de cet environnement.

Il mit quelques secondes, probablement cinq sur les sept que le chapelier lui accorda, à comprendre que c'était de lui qu'il parlait par "mon ami". Ah oui, ils étaient... "Amis" ? Ou bien n'était ce là qu'une formule de politesse, parmi toutes les belles formules qu'il avait employé. Le terme "nettoyage de cet environnement" le fit bien rire intérieurement. Tant d'effort à embellir la réalité.

- En veux-tu ? Je doute qu’une tête morte puisse en manger.

Il jeta un regard sceptique à ces étranges sucres et gâteaux. Certes, il ne semblait pas empoisonné, vu qu'il les mangeait lui aussi. Cependant, l'attitude d'Azel lui semblait tellement incompréhensible qu'il ne savait plus vraiment sur quel pied danser. Après une légère hésitation, il décida que, vu que le jeunot était fort poli et pas spécialement agressif, alors même qu'il l'avait provoqué quelques secondes auparavant, il pouvait continuer sur un ton plus calme lui aussi.


-Non merci, refusa-t-il poliment. Je n'ai pas très faim.

Il se positionna contre un arbre, afin de lui faire face et croisa les bras en le dévisageant d'un regard perçant.


-Peut être bien que j'en suis responsable. Mais vois tu, j'aime parcourir l'île à ma guise et avoir l'étiquette de "meurtrier" sur le front ne me sied point. Cela m'empêcherait d'aller où bon me semble. De plus, je n'ai fait que lui poser... des questions. Pour mon travail. C'est lui qui a fui et glissé. Sa tête est allé se fracasser d'elle même.

Semi-mensonges, semi-vérités, il voulait voir ce que cela provoquait.
Sans compter que sa curiosité était également réveillé.

-Mais toi, l'ami, je suis surpris de te voir ici. J'avais connaissance de l'attrait pour les pieds de Dogfish, des actes inavouables de Lòng. Toi, je n'ai... jamais entendu quoi que ce soit à ton sujet. Aussi, je suis... curieux. Que comptais-tu faire de cette chère tête blonde ?

Son sourire se fit quelque peu carnassier.

-Il y a tant de choses à faire à un enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azel Von Kopfenwald
avatar

☠ Chapelier du Port ☠


✘ AVENTURES : 38
✘ SURNOM : Le Chapelier
✘ AGE DU PERSO : 28 ans

✘ LIENS : As Mad as a Hatter

MessageSujet: Re: Chapeau Perdu   Dim 11 Déc 2016 - 12:02


Face au refus poli de son interlocuteur, Azel se remit à grignoter quelques biscuits. Parmi les sons de mastication, les oreilles de l’albinos remarquèrent la voix de Salazar. Explicative, quelque chose à préciser. Quelque chose qui donnerait une réponse plus précise encore.

La tête était donc fracassée. Voilà une bien triste nouvelle. Mais cette histoire d’étiquette fit légèrement plisser les yeux laissant passer le rouge du sang pour les « colorer », des fenêtres transparentes vers l’âme trouée par l’Oubli.

Une interrogation suivit de près le reste. Et une précision qui pouvait sembler bien déroutante.

Le Chapelier finit sa bouchée de gourmandise, frotta vaguement les mains l’une contre l’autre afin d’en retirer des miettes. Il récupéra ensuite sa chère canne. Il tapota à sept reprise le bout métallique de l’objet avec son index.

- Je n’ai pas connaissance de tes plans habituels. Accident ou non, peu m’importe réellement. Le résultat seul m’intéresse, et il est donc résumé en une tête broyée sur des rochers humides. Voilà qui est suffisant pour me faire économiser du temps, il ne me sera pas utile d’aller voir le cadavre.

Un regard sur les pierres sur le bord de la rivière, Azel imagina l’état d’un crâne rencontrant violemment le sol minéral. Il ne devait pas en rester grand chose à récupérer.

- Il est parfaitement normal que tu ne saches rien de ma personne. Je me fais aussi discret qu’un fantôme, je ne sors pas beaucoup aux heures où la vie grouille. Ce qui m’intéresse n’est autre que les têtes de ceux que je rencontre. Et que j’apprends à connaître. Cela prend du temps, pour savoir ce qui se passe dans les cerveaux. Je ne m’intéresse qu’à ceux que je connais bien.

Toujours le sourire poli aux lèvres décolorées, le commerçant parlait encore avec toute la courtoisie qu’il jugeait nécessaire. Impossible de faire autrement, même avec un rustre forban en face de lui. Il avait été éduqué ainsi, même avec l’Oubli certains mécanismes demeuraient.

Il pouvait tout de même déborder, se laisser emporter. Ça ne se traduisait que par sarcasmes et légers tics plus agacés. Des mots lui échappaient aussi dans ces cas. Azel avait tout d’un vieil aigri parfois, lorsqu’il perdait son attitude d’homme bien éduqué. Précieusement absurde sur une île pareille.

- Je ne fais que nourrir ma collection de tête, qui se renouvelle de temps à autre. Toujours au nombre de sept, pas une de plus. Le nombre varie un peu, parfois je me vois dans l’obligation d’en détruire, de les congédier de la salle à manger.

Rangeant les sucreries dans sa poche, il replaça ses mains sur la canne. Il exécuta ensuite sept pas dans la direction de la rivière. Observant dans la direction de la possible situation du cadavre.

- Donc, si la tête est dans un mauvais état, je doute pouvoir l’ajouter à ma collection. À moins que je cache un peu…


Encore sept autres pas, il pointa la canne dans la direction présumée être le chemin.

- Serait-ce par là-bas qu’il gît au sol ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salazar Reis
avatar

☠ Navigateur du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 93
✘ SURNOM : Le flutiste
✘ AGE DU PERSO : 35 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Bientôt
✘ LIENS : Dans le désert, suis le son de la flute

Mon présent est pluvieux.
Mon passé est rempli de trésors.
Mon futur te regarde Invité



MessageSujet: Re: Chapeau Perdu   Dim 11 Déc 2016 - 18:24

- Je n’ai pas connaissance de tes plans habituels. Accident ou non, peu m’importe réellement. Le résultat seul m’intéresse, et il est donc résumé en une tête broyée sur des rochers humides. Voilà qui est suffisant pour me faire économiser du temps, il ne me sera pas utile d’aller voir le cadavre.

Comme toujours, Azel semblait calme et poli, même quand il exprimait les pires atrocités, même quand on le provoquait. Il semblait que le pirate aurait pu insulter sa mère, sa femme et son chat, le chapelier lui aurait répondu d'un ton égal à lui même comme s'il n'avait rien entendu d'injurieux et seulement à la place une longue dissertation sur la manière de boire le thé.
Fichtre, il semblait tellement BRITISH quand il agissait de la sorte.

- Il est parfaitement normal que tu ne saches rien de ma personne. Je me fais aussi discret qu’un fantôme, je ne sors pas beaucoup aux heures où la vie grouille. Ce qui m’intéresse n’est autre que les têtes de ceux que je rencontre. Et que j’apprends à connaître. Cela prend du temps, pour savoir ce qui se passe dans les cerveaux. Je ne m’intéresse qu’à ceux que je connais bien.

Au moins, ceci, expliquait cela.

- Je ne fais que nourrir ma collection de tête, qui se renouvelle de temps à autre. Toujours au nombre de sept, pas une de plus. Le nombre varie un peu, parfois je me vois dans l’obligation d’en détruire, de les congédier de la salle à manger.

Ah, nous y voilà. C'était donc cela que le pirate de terre faisait avec ses têtes. Diantre, décidément l'île donnait de bien drôles de lubies à ses habitants ! Salazar avait connu maintes et maintes équipages, qu'ils soient de flamboyants français ou de fiers ottomans mais jamais ô grand jamais, il n'avait vu autant de fétichistes aussi divers et variés en si peu d'espace. Et le pire dans tout cela était qu'il en venait à en être habitué. Entre celui qui collectionnait les pieds, un autre les doigts, un troisième les dents et maintenant celui ci les têtes... Il avait à peine levé un sourcil à cette explication. Un jour quelqu'un viendrait lui dire qu'il collectionnait les coeurs ou les utérus et cela ne l'étonnerait plus du tout.
Il regarda son collègue s'avançait dans la direction dont il était venu, raisonnant à voix haute, s'arrêtant puis reprenant, de sa démarche des plus étranges.

- Serait-ce par là-bas qu’il gît au sol ?
-Eh bien, il git dans la rivière mais oui, c'est bien par ici, à une dizaine de minutes, sauf si le courant l'a délogé mais j'en doute fort.

s'il le laissait faire, il était fort à parier que ce jeunot s'en irait, remontant le cours à la recherche de sa tête, et de ce fait, le laisser seul. Or, d''une certaine manière, ce gamin avait accroché son attention. Aussi, se décolla-t-il de son arbre et changea radicalement de ton :

-Mon ami, je me sens quelque peu... fautif, de ta perte. Je ne pensais pas que tu suivais ce garçon depuis un moment. Sinon je ne me serais pas permit de prendre ta proie.

Enfin, peut être. En tout cas il ne l'aurait pas dit de manière aussi franche dès le départ. Il s'approcha de lui et continua :

-Je sais très bien également à quel point il peut être dur de gagner la confiance de ces enfants. Non, réellement, je m'en veux de t'avoir couper l'herbe sous le pied. Aussi vais-je t'accompagner et t'aider à retrouver ta tête.

Cette phrase, comme toutes les autres, sonnait tellement bizarre hors et même dans leur contexte, et pas seulement parce qu'elles puaient l'hypocrisie. Mais sur ces douces paroles, ils se mirent en route, allant chacun à leur rythme vers cette funeste destination.
Le flutiste avait dit vrai tout de même sur certains aspects : ils ne mirent pas longtemps à arriver au lieu de... l'accident. Dix minutes, voir douze, peut être à peine plus mais en tout cas moins d'un quart d'heure. Le corps était toujours là, flottant et étant retenu par les pierres à la fois. Du sang apparaissait dans les environs, un peu. On ne distinguait pourtant pas, d'ici, la marque de l'impact, comme le petit avait les cheveux tournés vers le haut. Il ne bougeait plus, il était mort et même les mouches semblaient déjà l'avoir compris car plusieurs d'entre elles lui tournait autour.

-Eh bien, c'est celui là assurément. Alors Azel, est ce là la tête que tu cherchais ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azel Von Kopfenwald
avatar

☠ Chapelier du Port ☠


✘ AVENTURES : 38
✘ SURNOM : Le Chapelier
✘ AGE DU PERSO : 28 ans

✘ LIENS : As Mad as a Hatter

MessageSujet: Re: Chapeau Perdu   Dim 11 Déc 2016 - 22:29

L’eau, sort cruel, il fallait espérer que des poissons ou des Sirènes n’aient pas décidé de dévorer la carcasse. Si l’enfant s’avèrerait encore utilisable au niveau de la tête, ce serait dommage.

Les informations poussèrent le Chapelier à suivre la route, doucement, comptant déjà les pas. Cependant, la suite des mots l’arrêta. Il compta dans son esprit jusqu’à sept. Quelque chose semblait étrange. Des remords de la part d’un collègue, depuis quand était-ce le cas pour des pirates sans cœur ? Haussement de sourcils. Azel n’était pas sûr de comment il devait prendre les mots de Salazar.

La suite parue fort pompeuse aux oreilles de l’albinos légèrement myope. Il tapota encore, comme à son habitude, à sept reprises sur sa canne. Un haussement d’épaules, et le chemin fut emprunté.

- Voilà qui est fort aimable.

Peut-être un léger sarcasme, mais Azel ne voulait pas sembler impoli face à la bienséance de son homologue de clan. Même s’il trouvait ça étrange.

Plus tard, après plusieurs groupements de pas aux nombre de sept chacun, le Chapelier observa ce qui fut désigné par le Flutiste.

- En effet, c’est bien cette tête que je cherchais à acquérir.

Un peu maladroitement, Azel s’approcha du cadavre. Toujours en fixant son nombre fétiche. En usant de la poignée de sa canne, il attira le reste humain à la berge. Non sans risquer de tomber à l’eau à son tour.

Puis il examina la tête, pensif, attentif aux défauts.

- Ce cher Book avait la tête dure il semblerait.

Les doigts dénués de pigmentation parcouraient la caboche, analysant la gravité des blessures. Surtout pour savoir s’il était possible d’en faire une jolie création. Un chapeau masquerait sans doute la difformité née de la confrontation au pirate, une sorte de morceau en moins sur l’arrière du crâne.

- Mon Bon Salazar, si cet incident t’attriste tant que cela, je serais ravi de te soulager en demandant une infime service de ta part.

Dit le Chapelier en se redressant et se retournant mains jointes sur la canne. Sourire courtois toujours de sortie.

- Ce qui me déplait le plus dans mes quêtes, c’est la décapitation. Puis-je solliciter de ta part une aide pour ce spécimen ?

Azel se pencha à nouveau, en faisant en sorte d’être sur le côté du mort. Afin de laisser Salazar voir ce qu’il comptait désigner avec plus de précision. L’index du commerçant vint appuyer un point à la nuque de l’enfant.

- Pas besoin d’une infinie précision, juste rompre le lien à ce niveau-ci.

Reprenant une position plus agréable. Debout. Le pirate de terre attendait de savoir si le Flutiste allait apporter son assistance. N’avait-il pas dit qu’il regrettait ? Le Chapelier ne lui en tenait pas rigueur, il n’avait pas marqué son nom sur le pauvre petit Book qui ne serait bientôt plus qu’une tête, un numéro.

- Es-tu d’accord ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salazar Reis
avatar

☠ Navigateur du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 93
✘ SURNOM : Le flutiste
✘ AGE DU PERSO : 35 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Bientôt
✘ LIENS : Dans le désert, suis le son de la flute

Mon présent est pluvieux.
Mon passé est rempli de trésors.
Mon futur te regarde Invité



MessageSujet: Re: Chapeau Perdu   Lun 12 Déc 2016 - 22:06

- En effet, c’est bien cette tête que je cherchais à acquérir.

Par Allah, ce gamin ne se séparait jamais de son sérieux ni de son ton précieux. Salazar le regarda se servir de sa canne pour ramener l'autre gamin sur la rive et ne pu s'empêcher de ricaner. L'eau n'était pas si profonde tout de même ! Pas besoin de faire autant de simagrés. En fait, il en venait à souhaiter qu'il ne tombe à l'eau, juste pour pouvoir se moquer. Il l'observait donc en train de faire son observation quand son collègue lui parla :

- Mon Bon Salazar, si cet incident t’attriste tant que cela, je serais ravi de te soulager en demandant une infime service de ta part.

Il ne savait pas trop pourquoi, il n'aimait pas vraiment que cette phrase commence ainsi. Il en avait trop soupé du temps qu'il était mousse ou matelot.

- Ce qui me déplait le plus dans mes quêtes, c’est la décapitation. Puis-je solliciter de ta part une aide pour ce spécimen ? Pas besoin d’une infinie précision, juste rompre le lien à ce niveau-ci.

La nuque. Cet individu n'était pas sot ou du moins devait il avoir un peu d'expérience en la matière. Si l'on coupait par derrière, on évitait la jugulaire et la carotide, les gros vaisseaux du cou, et par cela, on évitait qu'ils vous giclent à la gueule. C'était d'ailleurs pour cela que l'on guillotinait toujours dans ce sens. Le pirate remonta un peu dans l'estime de Salazar, c'était un bon point.

- Es-tu d’accord ?
-Ma foi, haussa-t-il les épaules. Je n'ai rien contre. J'ai déjà fait maintes fois ce geste dans ma jeunesse.

Il sortit sa dague qu'il gardait au niveau de sa jambe et la jaugea un instant. Etait elle suffisante pour lui couper la tête ? Il gagea que oui et fit tourner la lame entre ses doigts. Etudiant la nuque de l'enfant, il chercha la partie la plus molle, juste au dessus de l'Atlas. Puis il l'enfonça violemment à cet endroit. Elle s'enfonça sans problème dans le macchabé. De là, il découpa en pointant vers le bas  jusqu'à pouvoir retirer à son aise ce qu'il avait cherché à avoir. Il le présenta donc à son collègue d'un air satisfait.


-Alors mon cher Azel, est ce que cela te convient ainsi ?

C'est alors qu'il remarqua que, malgré ses précautions, des goutes avaient tout de même jaillit et qu'il en avait sur les mains et sur une partie de son haut, ainsi que sa lame (même si cette partie était moins surprenante). Il poussa un juron dans sa langue natale. Se mettant torse nu, il se dépêcha de laver la tâche avant qu'elle ne reste collé. C'est que, il portait du blanc ! Et cela se voyait, genre, énormément ! Il ne pensa cependant pas un seul moment à son camarade. Il était à espérer qu'il ne fut pas gêné de son comportement. Mais fort heureusement, le  tissu se gorga rapidement et reprit un blanc mouillé, à défaut d'être un blanc parfait. ll l'essora donc et le fit sécher sur le rocher. Puis il nettoya rapidement ses mains et sa lame.

Il ne sut vraiment pourquoi, il remarqua alors un détail : il commençait à faire nuit. C'était sans doute pour cette raison que les fées n'étaient toujours pas arrivés pour nettoyer cela. Elles s'en chargeraient surement le lendemain.

-Mon ami, il commence à se faire tard je le crains. Avez vous d'autres... occupations dans les parages ? Il ne faudrait pas que l'on tombe sur une bête sauvage ou pire, un esprit ou une créature. La plupart sont de sortie à une heure pareille.

Et de cela, il en parlait d'expérience. Il ne mentionnait qu'à demi mot par cette phrase qu'il serait de bon ton de rentrer au port. Cependant, ce gamin était d'une telle excentricité qu'il ne pouvait deviner à l'avance ses plans et intentions. Il espérait seulement qu'il saurait se montrer raisonnable. D'autre part, il était curieux de voir ce qu'il allait faire de sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azel Von Kopfenwald
avatar

☠ Chapelier du Port ☠


✘ AVENTURES : 38
✘ SURNOM : Le Chapelier
✘ AGE DU PERSO : 28 ans

✘ LIENS : As Mad as a Hatter

MessageSujet: Re: Chapeau Perdu   Mar 13 Déc 2016 - 20:10

Parfait ! Le commerçant attendit que la récolte soit faite, sourire aux lèvres. Quelle bonne journée ! Pas besoin de se salir les mains pour avoir une denrée intéressante. Alors le Chapelier se fit patient, observant la scène, en ayant reculé de sept pas.

Puis, Salazar se tourna vers lui avec la tête en main. La satisfaction semblait être des deux côtés d’actualité. À la question prononcée, Azel répondit en joignant les mains juste devant lui.

- Excellent.

Sur ces mots, l’albinos se hâta de récupérer sa canne qu’il venait d’appuyer en équilibre sur lui-même pour effectuer la gestuelle précédente. Il fallait impérativement se souvenir que le Flutiste savait parfaitement découper une tête sans l’abimer plus qu’elle l’était. L’homme en blanc s’approcha pour prendre le crâne encore couvert de chair.

Observant attentivement cette nouvelle pièce, Azel sursauta lorsqu’il entendit un son qui semblait signifier quelque chose de négatif. Selon l’intonation. Parce que malgré ses trois langues, il ne parvint pas à saisir quoi que ce soit. Bref, peu important. Analysant la situation de son comparse, il arriva à la déduction que Salazar ne se trouvait pas fort amusé par les salissures tenaces infligée à ses vêtements. Il était d’ailleurs moitié nu à laver l’habit. Le Chapelier haussa les épaules, certes le sang était agaçant.

Puis une nouvelle question. La suite ? Effectivement la nuit n’était pas des plus tendre, même si elle l’était bien plus pour le cas de l’albinos.

- Hm, il semblerait en effet que la nuit dans une forêt, ce ne soit pas la plus grande des idées. Je suppose que le mieux s’accorderait à retourner au Port. Cela me permettra d’empailler ce petit à l’extérieur, je ne peux cacher l’envie de profiter un peu de l’air extérieur. Je ne le peux durant les belles heures de la journée, à moins de prendre grandes précautions.

Finalement, il laissa sa canne tomber sans s’en soucier. Sa main glissa dans sa poche et en ressortit munie du fameux tissu qui contenait biscuits et bonbons, tout se retrouva au sol. Sauf le textile qui fut utilisé comme sac, juste pour y plonger la tête et ne pas se mettre du sang partout.

Les iris vides de couleur « correcte » se tournèrent sur le vêtement qui séchait.

- Tu me vois désolé de l’incident subit par ton habit. Blanc qui plus est.

Finissant sa phrase, Azel se pencha pour récupérer sa canne. Elle ne servait pas vraiment, juste une manière d’être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salazar Reis
avatar

☠ Navigateur du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 93
✘ SURNOM : Le flutiste
✘ AGE DU PERSO : 35 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Bientôt
✘ LIENS : Dans le désert, suis le son de la flute

Mon présent est pluvieux.
Mon passé est rempli de trésors.
Mon futur te regarde Invité



MessageSujet: Re: Chapeau Perdu   Ven 16 Déc 2016 - 12:31

- Hm, il semblerait en effet que la nuit dans une forêt, ce ne soit pas la plus grande des idées. Je suppose que le mieux s’accorderait à retourner au Port. Cela me permettra d’empailler ce petit à l’extérieur, je ne peux cacher l’envie de profiter un peu de l’air extérieur. Je ne le peux durant les belles heures de la journée, à moins de prendre grandes précautions.

Bien ! Ce garçon n'était donc pas si sot, il était en vérité, parfois capable de raison ! Quelle bonne nouvelle pour le flutiste qui ne comptait pas vraiment rester ici plus longtemps. Il le regarda donc distraitement ranger sa tête dans une étoffe de tissu tout en tenta de faire sécher du mieux qu'il pouvait son haut. La tâche de sang semblait parti, c'était un bon point. Il semblait presque sec quand il entendit Azel lui dire :


- Tu me vois désolé de l’incident subit par ton habit. Blanc qui plus est.
-Oh, ne t'en fais pas. J'ai vu pire.

Et il pensait réellement ces mots. Il se rhabilla et se leva d'un pas décidé. L'habit était encore un peu humide mais depuis quelques temps, aka la fin de la grande cannicule et le début de cette foutue pluie, il commençait à avoir l'habitude et savait qu'il sécherait bien vite, au fur et à mesure qu'il marcherait. Même si une bonne couette, un bon feu et un verre de rhum n'aurait pas été de tout refus à ce moment précis. Ah, vivement qu'ils rentrent au port.


-Bon, eh bien dans ce cas, nous pouvons y aller.

*En route, mauvaise troupe ! *
songea-t-il pour lui même. Il vérifia qu'il avait toujours sa besace et ils se remirent à marcher, descendant le long de cette rivière pour atteindre le port. Oh, à ce rythme, ils en auraient surement pour... aller, vingt minutes ? Une demi heure ? Guère plus. Enfin, si tant est que le temps soient encore une vérité sur l'île et le pirate avait bien appris à ses dépends que ce n'était pas le cas.
L'air était frais et la température chutait de plus en plus. Avec toute l'eau qu'il avait engorgé, le pirate commençait un peu à devenir bleu. Au bout de quelques minutes, il demanda, pour remplir la discussion et parce que l'idée lui était venu en tête :

-Dis moi l'ami, à tout hasard, fabriques tu autre chose que des chapeaux ? Comme, des vêtements ou des sacs ?

Il eut un petit soupire.

-Il faudrait que je passe un jour à ton échoppe j'imagine. La pluie devient de plus en plus embêtante et je rentre beaucoup trop souvent trempé ces jours ci.

Foutue pluie. La canicule lui allait très bien à lui, non mais vraiment ! Très bien ! Sauf que personne ne l'écoutait jamais et que la météo de cette île était lié aux humeurs d'un gamin. Pfft...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azel Von Kopfenwald
avatar

☠ Chapelier du Port ☠


✘ AVENTURES : 38
✘ SURNOM : Le Chapelier
✘ AGE DU PERSO : 28 ans

✘ LIENS : As Mad as a Hatter

MessageSujet: Re: Chapeau Perdu   Mar 27 Déc 2016 - 15:37

De moins en moins de lumière, et Azel se portait de mieux en mieux ainsi. Pas de souci de coup de soleil, de brûlure, de perte de vue progressive. Il essayait au maximum de se préserver, de ne pas partir en fumée. Certes, il n’allait pas mourir aussi violemment qu’un vampire, mais il portait un danger réel. Même dans ce monde imaginaire.

La marche passa assez vite, le Chapelier se trouvait concentré sur ses pas. Le nombre devait être juste. Compter jusqu’à sept puis recommencer. Faire quelques pas de plus sur place pour arriver à la bonne somme si la progression se stoppait sur un mauvais nombre.

La voix de Salazar retendit à nouveau et attrapa l’attention de l’albinos, une question de fabrication. Les pas ne s’arrêtaient pas, la marche avançait vers la plage. Le Port bientôt.

- Point de vêtement, tu m’en vois désolé.


Quelques pas encore.

- Cependant, j’ai de quoi me débrouiller. Ou bien te faire un chapeau large, ou encore d’autres types d’accessoires pouvant remplir le rôle de protecteur. Parapluie, ou sorte de tissus épais couvrant tête et épaules. Des sortes de capes en somme.

Azel s’inspirait parfois d’images accidentées qu’il voyait sur des livres colorés échoués sur le Rivage des objets échoués. Cela donnait de quoi s’occuper durant les nuits.

Le sable commençait à porter les pieds des hommes, quelques lueurs lointaines et proches à la fois montraient l’emplacement du Port tandis que la pluie revenait doucement. Le Chapelier ajusta son chapeau, à sept reprises.

- Si tu le souhaite, je peux évidemment t’ouvrir mon échoppe. Tu pourras regarder ce qu’il s’y trouve. Ou les tissus qui pourraient t’intéresser.

Bon commerçant, Azel n’avait pas de réel horaire d’ouverture ou de travail. Cela ne dépendait que de sa présence et de son réveil. Il faisait en sorte d’être à disposition, malgré son handicap.
Le magasin était simple, mais les fenêtres étaient toujours munies de rideaux épais pas tous de la même couleur. Bordeaux, rouge ou violet, seule la vitrine laissait voir un arrangement de chapeaux trônant devant un décor à nouveau simplement constitué d’un rideau épais. Le rôle était principalement de cacher la lumière. Protéger yeux et peau.

Souriant, comme une personne polie, un commerçant. Il n’avait pas parlé des têtes qui trônaient dans une salle adjacente de la boutique. Cela ne fut pas jugé nécessaire. Le Flutiste était un pirate sans aucun doute très ancien. À en jugé par l’ombre et aussi le fait qu’Azel était sûr de l’avoir toujours aperçu par-ci par-là. Même si le Chapelier n’était Pirate que depuis l’apparition du Port, étant Enfant Perdu il avait déjà eu connaissance de l’existence de bon nombre de pirates. À craindre. Réputation ou non, il n’y prêtait pas attention. Enfant, il ne faisait qu’éviter.

- Au fait, très cher, je me posais une question : les originels ont-ils encore des souvenirs du monde ordinaire ?

Curiosité, pour savoir si le fait de posséder encore une ombre aidait. Il lui semblait que non, selon ses observations. Cependant, il n’était sûr de rien. Et les originels étaient les plus anciens de ceux qui venaient du monde ordinaire. Curiosité simple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salazar Reis
avatar

☠ Navigateur du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 93
✘ SURNOM : Le flutiste
✘ AGE DU PERSO : 35 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Bientôt
✘ LIENS : Dans le désert, suis le son de la flute

Mon présent est pluvieux.
Mon passé est rempli de trésors.
Mon futur te regarde Invité



MessageSujet: Re: Chapeau Perdu   Jeu 29 Déc 2016 - 10:54

- Point de vêtement, tu m’en vois désolé. Cependant, j’ai de quoi me débrouiller. Ou bien te faire un chapeau large, ou encore d’autres types d’accessoires pouvant remplir le rôle de protecteur. Parapluie, ou sorte de tissus épais couvrant tête et épaules. Des sortes de capes en somme.

Salazar hocha la tête. C'était mieux que rien et cela lui serait vraiment utile. De plus, il songea que le prix serait surement moins conséquent et qu'il n'avait plus en tête combien il en possédait. Il aperçut au loin les lueurs du port, ce qui le soulagea. Ils étaient bientôt arrivés et la nuit commençait à peine à tomber. Aucun problème pour rentrer en somme. Sans compter qu'il se remettait à pleuvoter et que le flutiste espérait se mettre à l'abri le plus rapidement que possible. Aucune envie de finir de nouveau trempé. Il serra son sac contre lui, courbant légèrement le dos dans une tentative de protection contre l'humidité.

- Si tu le souhaite, je peux évidemment t’ouvrir mon échoppe. Tu pourras regarder ce qu’il s’y trouve. Ou les tissus qui pourraient t’intéresser.
-Comme tu le veux l'ami. Je ne veux pas te déranger plus que cela, je te sais... occupé avec ta tête. Je peux toujours revenir demain ou dans la semaine si cela te sied mieux.

Le ton était poli car, pour la première fois depuis leur discussion, Salazar entraperçu le marchand et non l'ancien enfant perdu. Tout, dans son ton et dans son sourire, lui évoquait un commerçant essayant de satisfaire un client, ce qui changeait grandement leurs rapports. Aussi s'adapta-t-il et répondit il comme il aurait répondu à un marchand de Zouk ou de port.

- Au fait, très cher, je me posais une question : les originels ont-ils encore des souvenirs du monde ordinaire ?

La question le surprit et son premier réflexe fut de rire.

-Evidemment que oui.

Il se calma légèrement et développa :

-Certes, nous n'avons pas une mémoire parfaite et photographique de tout et probablement que certains détails ou embrouilles se sont perdus au fil du temps, ou plutôt du non-temps. Après tout, nous autres hommes, sommes doués pour oublier ce qui nous contrarie ou ce qui nous ennuie. Mais nous nous souvenons très clairement de qui nous sommes et d'où nous venons. Je pourrais te réciter tous les bateaux et tous les postes que j'ai occupé depuis que j'ai posé pied sur mon premier navire. Et c'était il y a plus de cent ans ! Je pourrais aussi te raconter tout ce que j'ai vu et observé, tous les trésors et les richesses que j'ai trouvé. Elles me sont aussi claires qu'au premier jour.

Il fit une pause. Dans quelques minutes, ils seraient aux abords du port. Il en profita pour confier :

-Dans le monde ordinaire, c'est le temps qui est responsable de l'oubli. Mais ici, sur l'île, c'est Peter qui en est responsable. Je ne sais pas comment, même s'il me semble que c'est en lien avec l'ombre. Car, aucun peau rouge n'a de problèmes de mémoires aussi important qu'ont ces enfants. Aucune créature ou fée n'oublie d'où elle vient. Même les sirènes, et certaines ont plus de cent ans, que dis je, plus de mille ans, n'ont aucun de ces problèmes. Et de tous les enfants que j'ai interrogé depuis mon arrivé, c'était toujours les mères, apprenties ou non, qui avaient les souvenirs les plus nets. Et sais tu ce que tous ces groupes ont en commun ? Une ombre, camarade, une ombre. La clé de l'énigme est sans doute là même si je ne me l'explique pas.

Il réalisa soudainement qu'il s'était enflammé et avait commencé à raconter tous ses travaux à haute voix, ceux qui portaient sur le temps, et donc la mémoire. Il en avait révélé bien trop. Il se sentit tout de suite gêné et ajouta précipitamment :

-Enfin, du moins est ce mon hypothèse. Mais peut être n'est ce pas vrai pour tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azel Von Kopfenwald
avatar

☠ Chapelier du Port ☠


✘ AVENTURES : 38
✘ SURNOM : Le Chapelier
✘ AGE DU PERSO : 28 ans

✘ LIENS : As Mad as a Hatter

MessageSujet: Re: Chapeau Perdu   Dim 15 Jan 2017 - 18:00

Salazar avait bien l’air d’être un de ces rares hommes polis, du moins, qui prenaient le temps de répondre de cette manière à ceux qui aimaient en user. De la politesse.

- Ne te fais guère d’inquiétude, le temps ne me manque jamais. Mon organisation est infaillible sur ce point.

La théorie répondant à la question du Chapelier, laissa ce dernier sans voix. Il cligna d’ailleurs les yeux à plusieurs reprises. Comme s’il lui fallait un moment avant de tout assimiler. Il avait cligné sept fois d’ailleurs.

La réponse qui sortit de la bouche d’Azel fut simple.

- Oh.

Il était en effet impressionné par une telle hypothèse. Sans doute Salazar avait eu bien du temps pour y méditer, pour comprendre. Du moins, pour trouver un lien.

- Eh bien, voilà une théorie des plus complètes sur la complexité de ce monde.

Le marchand avait même applaudi de sept tapes dans ses mains, coinçant canne et baluchon empli d’une tête.

- Tu es une personne bien perspicace. Sans doute ton idée possède toutes les raisons d’être.

Quelques pas, toujours par nombre de sept. Le Chapelier ne se trouva pas désappointé de trouver son échoppe, d’un pas assuré, bien que toujours calculé par son nombre adoré, il se dirigea vers la porte et entama de l’ouvrir. Avant de finalement se tourner vers son comparse.

- Entre donc, il y fait meilleur temps qu’au dehors.

Tout sourire, toujours poli, jusqu’au bout des ongles. Commerçant.

Un endroit plutôt sombre se présenta, gros rideaux de couleurs foncées variant de bordeaux aux violets. Du bois en majorité. La salle s’ouvrait donc sur la boutique, présentoirs de multiples chapeaux, comptoir, et une autre porte par laquelle Azel s’apprêtait à disparaître. Il fit signe au Pirate de le suivre. Juste après avoir précisé une demande afin de fermer la porte d’entrée derrière le dernier arrivant.

Ce second passage déboucha sur un couloir offrant l’atelier d’un côté, et une sorte de salon salle à manger de l’autre. La cuisine n’était pas encore visible. Toujours ce lourd décor de teintes foncées, d’objets multipliés en sept exemplaires. Seuls les meubles semblaient faire exception au nombre. Heureusement.

Le Chapelier était donc entré dans l’atelier, il y déposa la tête qu’il dévoila du sac de fortune. Il s’en soucierait plus tard. Ses pas le portèrent vers une réserve de tissus qu’il désigna au Flutiste.

- Fais comme chez toi, très cher. Ici, je possède diverses matières pouvant peut-être t’être utile. Je te laisse voir si ton bonheur y est. Il n’est évidemment pas question de coût, ton aide pour cette tête me va tout aussi bien.

Le Chapelier du Port retourna vers ce nouveau numéro qu’il posa sur un socle. Jetant un œil à ses croquis, il avait déjà préparé ce qu’il comptait créer pour ce nouvel arrivage.

- Au fait, mon bon, voudrais-tu du thé ?


Il avait presque failli oublier qu’ils revenaient d’un extérieur un peu désagréable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salazar Reis
avatar

☠ Navigateur du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 93
✘ SURNOM : Le flutiste
✘ AGE DU PERSO : 35 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Bientôt
✘ LIENS : Dans le désert, suis le son de la flute

Mon présent est pluvieux.
Mon passé est rempli de trésors.
Mon futur te regarde Invité



MessageSujet: Re: Chapeau Perdu   Jeu 26 Jan 2017 - 19:00

Si Salazar avait été, dans un premier temps, un peu embarrassé par l'énergie qu'il avait mis à expliquer sa théorie, la réponse admirative et les applaudissement du chapelier gonflèrent son orgueil et il fut fort content d'entendre ces compliments. Ce fut donc de fort bonne humeur qu'il arriva au port. L'échoppe du vendeur n'était pas très loin et ils y furent en un rien de temps. Le flutiste entra, sur invitation d'Azel et referma la porte derrière lui quand ce dernier le lui demanda.

Le maure s'attarda un peu sur l'échoppe en elle même. Il y avait tant de chapeaux qu'il trouvait tout cela impressionnant. De toutes les formes et de toutes les couleurs. Même le cadre tout autour était austère et presque théâtrale avec ses gros rideaux qui pendaient et ses poutres de bois. Ceci dit, cela gardait bien la chaleur à l'intérieur et le fait de passer à un extérieur humide, voir même un peu froid à un intérieur sec et chaud lui fit le plus grand bien. Il fut donc un peu surpris quand le vendeur s'en alla vers l'arrière boutique et lui fit signe de le suivre. Cependant il ne protesta pas.

Ses yeux se firent curieux alors qu'il rentrait dans le couloir, regardant partout et faisant presque des plans, par pure déformation professionnelle. C'est que, il n'était jamais entré à l'arrière d'un magasin et cela lui semblait être une terre inconnue. Les excentricités du chapelier peuplaient un peu partout, appuyant ce côté "endroit étrange et nouveau" même s'il y avait une certaine continuité avec la partie avant de la boutique. L'atelier ne faisait pas exception à cette règle.

- Fais comme chez toi, très cher. Ici, je possède diverses matières pouvant peut-être t’être utile. Je te laisse voir si ton bonheur y est. Il n’est évidemment pas question de coût, ton aide pour cette tête me va tout aussi bien.
-Ma foi, c'est très généreux de ta part. Je t'en remercies.

Et Salazar pensait ses mots. L'idée de ne pas avoir à payer lui retirait une épine du pied.

- Au fait, mon bon, voudrais-tu du thé ?
-Avec grand plaisir. Un thé à la menthe ne serait pas de tout refus, merci. Oh et si par hasard tu possédais une serviette, mes cheveux sont bien humides.

Et il commençait un peu à avoir froid. Une fois le chapelier partit à côté pour faire le thé, Salazar se promena dans la pièce, regardant ce qui s'y trouvait. Il n'était pas très grand connaisseur en tissu, n'ayant jamais vu d'utilité à se renseigner dans cette matière. Aussi était il quelque peu embêté, ne sachant pas trop quoi chercher. Pour rajouter à tout cela, il n'était pas certain de savoir ce qui pouvait faire un "habit" de ce qui pouvait faire un chapeau. Il finit cependant par mettre la main, littéralement sur un tissu. La douceur au contact et l'épaisseur lui plurent et, alors que l'hôte de ces lieux revenait, il lui demanda :

-Je ne suis pas très connaisseur en la matière mais j'aime beaucoup celle ci. Si elle est imperméable, t'est-il possible de créer une cape ? Il me semble que tu l'avais cité en exemple tantôt. Ou quelque chose d'utile dans le même genre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azel Von Kopfenwald
avatar

☠ Chapelier du Port ☠


✘ AVENTURES : 38
✘ SURNOM : Le Chapelier
✘ AGE DU PERSO : 28 ans

✘ LIENS : As Mad as a Hatter

MessageSujet: Re: Chapeau Perdu   Sam 22 Avr 2017 - 10:52

Tandis que le Chapelier attendait que le thé soit prêt, il observa l’un des numéro qui se trouvait sur le comptoir de cuisine. Il s’en approcha pour remettre une mèche de cheveux en place, un peu nostalgique. Cette tête lui rappelait un bon souvenir. Inventé, faux. Mélangé et modifié par le temps, il ne savait uniquement qu’il s’agissait d’un point positif. À ses yeux.

Puis il tapota de l’index à sept reprise sur le comptoir en bois. Mobilier de fortune, au Port, tout n’était presque que patchwork.

La théière siffla, mettant fin à l’observation d’Azel. Ce dernier s’en alla s’atteler au service. Comptant ses pas, comptant presque les secondes dans sa tête. Imprécises puisque rien ne lui permettait de se caller justement.

Toujours en groupe de sept.

Un dernier coup d’œil à la tête en sortant de la pièce, quelque chose le dérangea… il préféra se hâter de sortir vers son invité.

Azel trouva Salazar avec un des tissus de l’échoppe. Apparemment, le Flutiste avait trouvé son bonheur. Ce fut donc avec un sourire courtois que l’albinos posa le plateau comportant les services à thé sur une table et vint s’intéresser à la matière. Il était donc question d’un genre de cape.

Il s’approcha alors, comptant ses pas.

Le Chapelier observa le tissu, l’épaisseur et la matière générale.

- L’épaisseur permettra une bonne tenue à l’eau, surtout à ces pluies capricieuses. Je possède les capacités requises à la création d’une simple cape, sans être tailleur. Cependant, je sais manier les patrons, et la complexité d’une cape n’a rien de bien laborieux.

C’était donc une réponse positive, Azel pourrait faire une simple cape pour le Navigateur. Rien de bien compliqué en vue. Il posa alors le tissu de côté, pour la commande du pirate de mer.

Il jeta ensuite son dévolu sur un carnet de feuilles sur lequel il esquissa une cape avec un capuchon, cela allait de soit, assez simple mais qui serrait efficace. Il n’était pas tailleur, mais savait manier un peu le tissu pour dépanner un Port sans couturier.

- Je puis créer une pièce de ce style-là, si cela te convient.

Dit-il en tendant le croquis à Salazar, toujours le plus courtois qu’il pouvait. Il avait même dû sortir ses mains des manches trop longues.

- Ah, n’hésite pas à prendre une tasse. Tant que le thé est encore chaud.

Fit-il finalement, en désignant le plateau qu’il avait déposé quelques instants auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapeau Perdu   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» b747-400 f UPS perdu
» photos perdu sur mon PC
» [Raid 10] Chimaeron a perdu son buff d'immortalité
» Nom du Lapin perdu ...
» La catapulte au début... (le jardin perdu du senseï)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Vallée des Fées :: Le Bois Joli-