Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: [FLASHBACK]Tatouer tes peines sur ma peau [PV Jabiru]   Lun 22 Aoû 2016 - 19:09

En boucle, dans son esprit, tournaient les mêmes images. Il n’avait jamais été prompt à ressasser les bons comme les mauvais moments. Vécus ils étaient, en sa mémoire ils restaient, mais pas pour se réchauffer le cœur dans les jours froids. Simplement parce qu’ils étaient là. Pourtant celui-ci… Larmes salées d’un monde qu’il avait vu s’écrouler sous ses pieds. Feux éteints d’une passion ravageuse. Mépris glacé jusque l’âme qui l’avait regardé et vu jusqu’aux tréfonds. Faible il était. Une déception. Une honte. Si son père l’avait su. Une nouvelle passerelle, fine comme la glace qui l’enserrait, cédant sous le poids de sa culpabilité. Il savait, avait été présent, avait arraché à coups de fouet mental les mots de la bouche de son fils, devant l’innocente Sentinelle qui l’avait séduit sans même le savoir. Réminiscence d’un regard langoureux remontant le long de jambes musclées, d’un torse dessiné surplombant un ventre plat, d’un cou fort et d’un visage si viril, si décidé, qui générait un feu qui n’aurait su s’éteindre. Que rien n’aurait pu tuer. Rien… sauf le dégoût de ces mêmes yeux sombres qui, de Papoose étrange et un peu dérangeant, le considérait maintenant comme abomination.

Monstre. Ce qu’il était maintenant. Ce qu’il vivait. Jamais la conscience de pouvoir être vu de la sorte ne l’avait effleuré. Sa grand-mère, rendue au vent depuis longtemps maintenant, aurait compris. L’aurait aimé. Pas les hommes, pas cet homme. L’étouffement prit le dessus même sur les larmes qui sillonnaient sans fin son visage. Pluvier Doré était devenu aussi terne qu’un jour sans fin. Les cheveux emmêlés, défait, sans parure ni ramage, il errait plus qu’il ne marchait, ne souriait plus, ne dansait plus. Ses gestes, devenus saccadés, avaient perdu toute grâce. Il était devenu une ombre. Ombre de lui-même, sans sens ni substance. Sans désir, sans amour, sans joie, et, finalement, sans peine. Vide. Désespérément vide.

Brisé, son cœur. Les morceaux épars avaient éclaté par-delà les frontières du camp. Un regard fixé, toujours, vers cet extérieur. Possibilité, espoir fugace et sans objet, un peu fou, d’aller mieux s’il les retrouvait, les fixait, les réparait. Même le Panache qui toujours l’avait maintenant, depuis le début de cette déviance, cette déchéance qu’il n’avait jamais vécue comme telle jusqu’alors, l’abandonnait. Sans force, il ne parvenait à le maintenir. Hagard et déprimé, la seule échappatoire était, justement de s’échapper. De fuir ces regard qui se démultipliaient, l’épiaient, le scrutaient, rient dans son dos, et sur son sort. Les Sqaws parlaient. Et le vent portait la rumeur plus loin que ne portaient leur voix. Pourtant le vent encore l’appelait toujours plus loin. Vers le ciel et loin des abysses immorales de son âme.

Quelques vêtements, à peine de quoi manger. Aucune arme. Il n’avait jamais suivi l’entraînement adéquat, n’avait jamais été intéressé par celui-ci. Le couvert de la nuit, un baiser volé à la joue de sa mère, seule à le soutenir, avant que ses pieds nus ne le mènent dehors. Ironie de parler d’un camp qui l’enfermait par son espace ouvert. Rien n’était fermé, mais impossible pourtant de voir au-delà de son mur d’enceinte. Nulle peur n’ébranlait le pluvier alors qu’il marchait, faussement silencieux sur ses deux jambes, vers une liberté fantasmée dans un monde qui l’était tout autant, source d’aventure autant que de frustration, dans sa finalité insulaire. Il ne fut pas aisé d’échapper aux Sentinelles, mais bien plus de se perdre dans la plaine, montant vers le bas, courant lentement vers la côté, mais laquelle, porté par un désespoir enragé qui le laissait épuisé. Et seul, malgré la présence rassurante de la volute de fumée scintillante, fidèle et loyale, sur son épaule.
Revenir en haut Aller en bas
Jabiru D'encre
avatar

♐ Tatoueuse des Delaware ♐


✘ AVENTURES : 55
✘ SURNOM : La Petite Marqueuse
✘ AGE DU PERSO : 23 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 4 pour l'instant, mais si tu as une idée ?
✘ LIENS : Laissez-moi marquer votre peau avec l'encre noire qui imprègne votre âme.

TATOUAGES :
Encre et eau - L'encre de deux enfants - Terribles Histoires d'Encres - Tatouer tes peines sur ma peau

MessageSujet: Re: [FLASHBACK]Tatouer tes peines sur ma peau [PV Jabiru]   Mar 23 Aoû 2016 - 2:05

Tatouer tes peines

Sur ma peau


         
La nuit, tu sais, j'ai toujours du mal à dormir. La peur de laisser mon esprit divaguer et de tout oublier s'empare de moi. Mais plus que tout, j'ai la crainte que d'autres peurs viennent s'agripper à mon corps... Elles me font sursauter et j'ai ensuite l'impression que mon cœur ne s'arrêtera plus jamais de battre aussi vite. Il me fait alors terriblement souffrir, contraignant ma respiration à un rythme qui ne lui plaît pas.

La nuit, ce n'est pas le sommeil qui m'appelle, mais autre chose, qui vient caresser mon cœur et le rassurer. Le bruit du vent m'enivre de promesses qu'il, je le sais, ne tiendra jamais. Un peu comme les hommes, mais c'est agréable, parce qu'il est l'un des seuls à le faire : me parler, m'avouer certains secrets. Depuis longtemps il m'invite à m'évader, gentiment, le temps d'une nuit, comme un rendez-vous d'amour, sauf qu'il n'est jamais vraiment là, que je ne suis jamais vraiment seule pour autant. Peut-être n'est-ce qu'une excuse enfatine : Mère, c'est le vent qui m'a prise ! Quelle jolie poésie, bien trop naïve pour une jeune fille de mon âge, beaucoup étrange pour l'enfant trop jeune que j'étais.

Mais l'habitude de s'éloigner du lit est restée. Cette folie me plait, ce danger qui m'attend m'attire. Je sais bien que le vent ne me sauvera pas, il est mesquin et moqueur. Il aime me faire des frayeurs. Mais le jeu devient plus difficile pour lui, car les années passent et la peur s'efface. Elle persiste dans un sommeil que j'évite, me donnant ce regard sombre qui ne pétille pas autant que celui des autres filles de mon âge... De mon âge... et qui grandissent. Je suis la plus petite, on me dit que c'est à cause de ces cernes, de cette fatigue qui s'accumule et pèse sur mon corps, l'empêchant de s'épanouir. Laissez-moi... Qu'est-ce qu'ils peuvent bien en savoir ?

La fuite ce fait tout les jours, plus ou moins, je trouve des excuses pour aller loin, mais c'est la nuit qu'elle prend tout son sens. Mes pas se perdent dans la pénombre, de plus en plus loin, comme le cœur m'en dit, là où le vent souffle doucement sur mon cœur et ses rêves. Ce soir, c'est sur une plaine que ma douce folie d'évasion s'est posée. Un endroit calme, où le vent soupire calmement sans méchanceté, où les bêtes dorment d'un sommeil tranquille ou surveille amicalement mon passage.

Il me faut quelques arbres, auprès desquels me poser, me reposer après la longue marche, sur lesquels grimper peut-être, ou plutôt faire glisser mes doigts pour suivre les lignes fantaisistes de l'écorce saine, robuste et irrégulière. Je murmure aux feuilles quelques pensées tristes, puis danse doucement sous les branches. Le vent m'accompagne de mélodies que je suis maladroitement avec ma voix, que je n'ai pas échauffer. Mes bras dessinent des motifs dans le vide, alors que mes paupières closent imaginent les couleurs et les tissus.
Pourquoi dormir si je peux vivre un tel rêve, éveillée ?


Dernière édition par Jabiru D'encre le Mer 24 Aoû 2016 - 23:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/ephemisma
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: [FLASHBACK]Tatouer tes peines sur ma peau [PV Jabiru]   Mar 23 Aoû 2016 - 20:45

Un pas dans la nuit. Silencieux, peut-être. Suivant des yeux le vol majestueux des esprits libres et ailés qui sillonnaient de leur robe ombragée le ciel étoilé. Il marcha et trébucha, sautilla un peu pour reprendre son équilibre, s'arrêta, baissa la tête sur le sol meuble, s'assit, s'allongea, pleura dans son âme, se redressa, essuya son visage sec, repoussa ses cheveux emmêlés, remit un pied devant l'autre. Marche lente et inexorable vers un ailleurs inconnu, qui ne réservait aucune réelle échappatoire, juste une poursuite triste et morne de cette vie qu'il n'avait plus aucune envie de poursuivre.

Derrière la lanterne vive d'un Panache moins flamboyant que jamais, affecté également par l'humeur morose de celui à qui il était plus attaché qu'il l'aurait jamais imaginé. Compagnon de tous les instants, confident visible et habituellement plus vivace qu'un arbre sempervirent. Actuellement éteint comme une bougie qui aurait été soufflée depuis des heures déjà, maigre fumerolle mourante. Si le désespoir pouvait s'emparer d'un Esprit, il lui volait en ce moment-même après. Anxieux à l'idée de laisser le pluvier terni seul sur ce chemin disparu, maintes fois foulé, mais en un temps qui avait donné à la nature celui de reprendre ses droits, il ne pouvait que s'élever et chercher, guider sans un mot, rassurant par sa seule chaleur, et sa présence qui, si elle n'était pas des plus tangibles, n'en était pas moins réconfortante.

Et l'étincelle, soudain, reprit. Un arbre, un mouvement. Les longues branches dansaient dans l'air mobile, charriant le pollen vers des compagnons de fortune, les odeurs encore trop prégnantes du Feu. Souvenir douloureux d'un village qui l'avait rejeté, entité anthropomorphe, tout représentant une poignée d'individus, quand l'inverse aurait dû être la norme. Mais à l'ombre plus sombre des branches mouvantes, une silhouette douloureusement pâle dans l'opalescent clair de lune. Incitation, caresse, tentation, l'Esprit entraîna son triste sir dans cette direction. Oublieux de la destination de ses pas, sans question aucune à poser derrière ses lèvres, sans étincelle, perdue, dans son regard, il laissa ses pas le mener.

Jusqu'à apercevoir enfin ce pour quoi il était là. Panache... Un regard sombre, marqué du rouge des larmes et de la matité de la colère, rencontrant une émanation de l'objet honni de son départ. Honni et aimé. Beaucoup trop aimé pour pouvoir être indifférent à sa réaction, à son rejet, à la lame chauffée au rouge plantée dans son cœur par la chair et le sang qui lui avaient donné naissance. Il aurait voulu hurler et s'agacer, crier au monde la douleur qui brûlait son âme, défiance véhémente face à ce monde qui le rejetait. Mais il ne put que fixer le regard sur la personne lui faisant face. Il l'aurait reconnue s'il avait été apte à réfléchir.

"Pourquoi avoir guidé mes pas jusqu'ici, traîtresse fumerolle..?"

Aucune réponse. Il fixait la jeune fille, mais ne lui parlait pas, trop au-delà de lui-même pour être poli, base de la stricte éducation qu'il avait reçue, et qui avait cruellement échoué.
Revenir en haut Aller en bas
Jabiru D'encre
avatar

♐ Tatoueuse des Delaware ♐


✘ AVENTURES : 55
✘ SURNOM : La Petite Marqueuse
✘ AGE DU PERSO : 23 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 4 pour l'instant, mais si tu as une idée ?
✘ LIENS : Laissez-moi marquer votre peau avec l'encre noire qui imprègne votre âme.

TATOUAGES :
Encre et eau - L'encre de deux enfants - Terribles Histoires d'Encres - Tatouer tes peines sur ma peau

MessageSujet: Re: [FLASHBACK]Tatouer tes peines sur ma peau [PV Jabiru]   Mar 20 Sep 2016 - 19:45

Tatouer tes peines

Sur ma peau


La danse me semble sans fin et agitée par des lumières spiritueuses qui volent autour de moi et me protègent. Connues ou non, elles sont là et chantent avec moi, dans mon cœur. Je n'arrive pas à savoir si leur présence est bien réelle ou simplement l'effet d'une rêverie incertaine. C'est doux, doux et chaud, comme beaucoup d'autres nuits. Mais la valse ne dure pas si longtemps que ça.

Tout à coup, les lucioles bleutés s'évaporent dans des murmures de craintes et de surprises, dérangées. Par quoi ? Étonnée, je me figes à mon tour et regarde autour de moi l'obscurité qui envahit peu à peu l'espace. L'envie de danser et de chanter s'est évaporée, changées en craintes subite et sourde. Les esprits ne s'éloignent pas sans raisons...

Tout à coup un bruit.

Je me retourne, sur mes gardes, faisant trembler mes cheveux d'un mouvement vif. Mes yeux tentent de percer la nuit pour distinguer quelques choses. C'était une friction entre les feuilles des arbres, un mouvement rapide et diffus. Je cherche la source des yeux lorsqu'un filet de lumière flou passe près de moi, me frôle tout à coup. Un esprit. Un autre esprit. Étrange et vif. Je l'entendrais presque rire, se moquer ou s'amuser... Fascinée, je le suis des yeux en tournant sur moi-même. Rassurée par sa présence rafraichissante. Il s'éloigne, et sa lumière disparait. Quel joli esprit... Quel étrange esprit... D'où vient-il ?

À nouveau, un bruit. Derrière moi.

Beaucoup plus fort et invasif, celui-ci est d'une autre nature. Je sursaute en lâchant un hoquet de surprise et me retourne. Une silhouette se rapproche, d'une stature forte et puissante, c'est un garçon qui écarte les branches qui l'entoure en s'avançant vers moi sans le savoir. Je reste muette, interdite, pétrifiée par méfiance. Mon corps qui était si léger se crispe. Mon poing droit se serre tandis que mon autre main glisse sur ma hanche pour agripper mon petit couteau. Mais je m'arrête lorsque la lumière timide de la nuit éclaire le visage que je pensais étranger...
C'est un visage fin et délicat qui m'évoque le secret, la tristesse... Une douceur désenchantée. Un confrère de clan, un Delaware, comme moi. Exclus, comme moi. Son regard larmoyant se pose sur moi, mais ne me vois pas tout à fait. Je le reconnais, je sais que le danger n'est pas présent. Je me détends jusqu'à ce que j'entende sa voix.

« Pourquoi avoir guidé mes pas jusqu'ici, traîtresse fumerolle..?»

Je fronce les sourcils, perplexe. Il y a de la voix virulence dans sa voix, une colère sourde et retenue qui me fait frisonner. Traitresse ?... Qu'ai-je fais ?? De nouveau, je me crispe, ébranlée dans mon assurance d'être en sécurité. Même s'il ne m'attaquerait jamais, je ne me sens pas très à l'aise.

« P-pardon ? »

Je me rends immédiatement compte qu'il ne m'a pas reconnue...

« Pluvier D'oré... C'est bien toi ? Je suis Jabiru d'Encre... Tu ne me connais peut-être pas beaucoup... »

Ma voix hésitante et tremblante l'interpelle doucement. Je l'avais souvent vu, admiré. Comment ne pas le remarquer... Beaucoup le reconnaisse pour de soit-disant "mauvaises" raisons, mais en ce qui me concerne, je ne le vois qu'avec beaucoup de douceur, d'envie et de gentillesse. Il me fascine. Et le voir ce soir, dans l'obscurité, rajoute à l'aura de mystère et de beauté qui l'entoure dans mon imaginaire. Mais je ne suis pas certaine que cette impression soit réciproque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/ephemisma
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [FLASHBACK]Tatouer tes peines sur ma peau [PV Jabiru]   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Druide, quelle couleurs de peau va avec quelle couleurs ?
» [Question] Couleur de peau
» Zéliä, la mage à peau bleu.
» stratégie verte de peau...
» Dans la peau de la fureur du volcan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Villages Peaux-Rouges :: Le Village des Delaware :: La Plaine des Bisons-