Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Pétrole
avatar

☼ Fée des Marais ☼


✘ AVENTURES : 115
✘ SURNOM : l'Or noir
✘ AGE DU PERSO : Plutot agé

✘ DISPO POUR RP ? : 3/3
✘ LIENS : Fiche

Dé a coudre

MessageSujet: Dissiz a men's warld   Sam 2 Juil 2016 - 14:40

Pétrole observait.
Du haut d'une gouttière qui crachait de l'eau de pluie sur le sol a moitié boueux, a moitié pavé de planches pour faciliter la circulation, il observait.
Qu'ils étaient laid.
Qu'ils étaient moche!

Le visage des hommes.

Ho, pas celui avec un grand H, non! De toute manière, l'Or noir détestait user de ce terme pour designer les humains.
Ceux avec un petit h. Tout petit.
Petit petit!
Par ce qu'ils ne méritaient pas de majuscule de toute manière, même pas a leurs prénoms!
Les mâles!
Stupides, violents, mal élevés, sales.
Ils étaient la! Ils allaient et ils venaient, d'une échoppe a un autre magasin! Ils braillaient, vivaient, respiraient!
Mais pourquoi la fée les regardait comme ca?
Juste pour médire!
Juste pour maudire!

Personne ne l'avait remarqué, tout en haut perché, hors de porté! Ses ailes violettes vrombissaient de temps en temps pour se débarrasser des gouttelettes d'eau qui s'y nichaient!
Et puis, en bas, une couleur vive attira son attention dans le gris morne ambiant.

Une petite fille?
Pétrole ne redressa sur ses deux jambes, étirant ses ailes, ne quittant pas la chevelure rousse de ses yeux noirs dégoulinant de larmes sombres.

Et cet homme, non loin derrière elle..? Il la suivait?
Était-elle en danger?
Il était trop près dans la foule non?
Il la regardait!
Pétrole en aurait mis sa main a couper!

La fée décolla, piquant une tête dans les airs, fonçant vers le sol et redressant le cap au dernier moment, arrosant de noir tout ce qui l'entourait, et en l’occurrence, pas mal de chevilles, chaussures et autres pantalons, slalomant au ras des pâquerettes entre les badauds pirates, direction cette couleur de feu qu'il avait aperçu juste avant!

Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne du Bayou
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Dissiz a men's warld   Sam 2 Juil 2016 - 23:06

Innocence. Pure et belle, elle s'envole et enlace le corps de tous ceux qui n'ont pas conscience qu'elle existe. Elle s'étend avec volupté au-delà des yeux émerveillés d'un enfant du monde. Fragile mais sans peurs, cet enfant là se pense à l'abri de tout. Il n'y a rien à craindre, il n'y a rien à espérer. La vie et le jeu entrent dans la danse, valse mélancolique et sublime. N'y a-t-il rien pour les arrêter à part la mort ? Peut-être la naissance d'une douleur au creux des lèvres. Une main qui se referme sur ce corps de sucre, et qui le brise, encore et encore. Mais tant que personne ne l'attrape, l'enfant de sucre continue à courir.

Elle court, et les seules prémices existantes sont le sourire qui fend son visage, si lumineux qu'il percerait la plus opaque des obscurités. L'innocence devient insouciance, quand au milieu de la foule ignorée, une ombre malveillante se met à suivre sa proie du regard. Une proie facile. Sans force. Sans volonté. Il en est sûre. Et le meilleur dans tout ça, c'est qu'elle ne se rendra compte de sa présence qu'au dernier instant. Et qu'à cet instant précis, il sera déjà bien trop tard.

Sous la pluie diluvienne, les jeux d'Ember prennent une toute autre mesure. La petite fille tremblote sous les effets du froid et de l'eau glacée sur son corps à demi-nu. Pourtant, ce temps est sûrement celui qu'elle préfère. Les flaques qui se forment sur les terres éclatent lorsqu'elle saute dessus, repeignant sa peau pâle d'un brun qui lui est familier. Un brun qui dessine les traits de tous ceux qu'elle côtoie au quotidien. Sa famille.

Ember ne comprend pas ce que signifient les liens de sang. Elle a entendu cette expression de nombreuses fois, et elle croit encore qu'il s'agit de véritables fils faits de sang, qui se tendent entre deux êtres proches. Elle n'a jamais vu de telles choses. Alors elle continue de croire qu'elle n'a pas de lien de sang avec ceux qui la chassent jours et nuits pour l'enfermer toujours dans le même "quelque part", et la forcer à travailler. Le véritable problème dans tout cela, c'est que l'Enflammée transforme absolument tout en jeu. Et elle devra apprendre qu'il y a certaines choses avec lesquelles on ne joue pas.

On ne joue pas impunément en étant une enfant qui se balade seule dans un port fréquenté par des adultes, des ivrognes, des putes ou des assassins. On ne court pas au milieu de fauves affamés sans risquer de les attirer. Le regard brûlant de l'un d'entre eux menace d'embraser l'Enflammée. Les braises d'Ember ne sont jamais éteintes, même sous la pluie torrentielle. Le monde de la petite fille tourne au ralenti, au rythme de son rire qui fait écho à l'eau et ses flics et ses flocs, ses glouglous et ses splotchs.

Quand un maître vilain se lasse des putains,
que son regard éteint croise un enfant malin,
les larmes ou les cris n'étouffent par magie,
ni leur sang fait de gris ni leur souffle maudit


Lorsque la main se pose sur son épaule, les yeux d'Ember s'agrandissent sous l'effet de la surprise. Concentrée sur son jeu, elle ne l'a pas vu s'approcher. La petite fille dérape sur le sol trempée, tombe sur ses genoux et ses paumes. Elle sent la douleur aigüe et le liquide chaud qui fait glouglou, lui aussi. Mais Ember ne pleure pas. Cela fait partie du jeu, elle le sait. La chute, la douleur, le sang. Et puis on se relève, et on fait couler le sang à notre tour.

Ember se relève péniblement, et fait face à la main coupable. La tête de la petite se lève progressivement, jusqu'à ce que son regard puisse capter celui de l'homme. Sur son visage, différentes émotions se mélangent. Il y a d'abord la surprise, suivie de près par l'amusement. La curiosité se cache derrière le bonheur, profond et incandescent. La petite fille fixe l'étranger avec une sérénité liée à l'infini. Du bout des doigts, elle le touche.

- C'est toi l'chat !

Un éclat de rire perce ses boucles rousses, tandis qu'elle fait volte face pour se remette à courir. Les lèvres de l'homme se retroussent en un sourire carnassier. Le temps semble ralentir un instant, et quelque part, loin, très loin d'ici, la Grande Horloge du Temps résonne plus lentement que jamais. Tic. Tac. Tic. Tac. L'homme s'accroupit au près de l'enfant, et avant qu'elle ne lui échappe, lui attrape le bras.

- Oh oui ma petite, je te confirme, c'est moi le chat.

L'enfant regarde l'homme, perplexe. Ses yeux tracent un chemin invisible entre les gros doigts sales qui emprisonnent son bras, et le visage tordu en un affreux rictus. Une odeur de vinasse et de saleté se dégage de sa bouche. De sa main libre, l'enfant se bouche le nez et fait une moue dégoûtée.

- Beuuuuurk ! Monsieur, t'es moche et tu pues, j'veux pas jouer avec toi.

L'emprise de l'homme se referme encore davantage sur son petit bras, tandis qu'elle se débat. Ce jeu l'ennuie profondément. Elle ne veut plus y jouer. Les flaques étaient bien mieux élevées que celui-là. Et elles au moins, elles ne sentaient pas mauvais. Le rire qui s'échappe de la gorge de l'ivrogne est mauvais. Mais la seule chose que voit Ember, c'est qu'il s'amuse, et elle non.

- Oh si mon petit chat, on va jouer toi et moi, et crois moi, on va bien s'amuser.

C'est alors que quelque chose de sombre et visqueux fait perdre l'équilibre à l'homme. Ember en profite pour se dégager de son emprise. Son regard s'éclaire à nouveau, alors qu'elle a un léger sursaut, comme si elle avait compris la nature du nouveau jeu. La petite fille se baisse, et ramasse une poignée de boue. Elle forme une boule entre ses doigts malhabiles, et la projette contre l'homme accroupi, visiblement surpris par l'attaque soudaine. Un rire heureux perce la barrière de ses lèvres.

- Bataille de gadoue !!!

Et de ses petites mains ouvrières, elle forme de nouvelles munitions.
Revenir en haut Aller en bas
Pétrole
avatar

☼ Fée des Marais ☼


✘ AVENTURES : 115
✘ SURNOM : l'Or noir
✘ AGE DU PERSO : Plutot agé

✘ DISPO POUR RP ? : 3/3
✘ LIENS : Fiche

Dé a coudre

MessageSujet: Re: Dissiz a men's warld   Dim 3 Juil 2016 - 14:31

Il avait eu raison, Pétrole!
Mais il fallait dire, il se trompait rarement lorsqu'il s'agissait d'homme! Du moins, c'est ce qu'il aimait a se targuer!

Il avait foncé a toute vitesse, comme une petite fusée lancée a cent a l'heure, et PAF, l'Or noir avait brusquement changé de direction alors qu'il remontait le long du corps du pirate, jusqu’à hauteur de son visage, lui aspergeant les yeux, le nez et la bouche de pétrole pure!
L'homme hurla, déséquilibré, relâchant la petite dont il s'était saisit l'instant d'avant!

"Bas les pattes, odieux mâle!"
La fée avait crié de sa petite voix, faisant demi tour dans les airs et revenant a la charge, bien décidé a ce que l'homme déguerpisse!

"Bataille de gadoue !!!"
La petite se décida a participer elle aussi! Faisant rire Pétrole qui arrosa de nouveau le gars qui s'était recroquevillé, les yeux brulés, crachant et fulminant! Il se retrouvait maintenant recouvert de boue, blessé et humilié!
Autour d'eux, d'autres adultes s'étaient arrêté, délaissant leurs occupations pour voir ce qu'il se tramait!

Aie aie aie ce n'était pas bon!

Le pirate attaqué se mit a agiter les bras en hurlant, cherchant a percuter la petite créature sans aucun succès car complètement aveuglé!
Ca devait faire atrocement mal se se prendre une giclé de pétrole dans les mirettes! Peut être terminerait-il aveugle pour toujours?
Mal voyant au pire!
L'idée fit rire la fée de plus belle!
C'est qu'il pouvait se montrer méchant l'Or noir, lorsqu'il s'agissait de mâle!

L'homme blessé et enragé, ne parvenant pas a se venger de la bestiole reporta son attention colérique vers la petite fille, se précipitant brutalement vers elle en grognant presque a la manière d'un animal, et ni une, ni deux, Pétrole attrapa l'un des doigts de la gamine, tirant dessus pour l'entrainer avec lui, ne parvenant cependant qu'a soulever son bras et très légèrement la tirer dans sa direction

"Viens! Viens! Cours avec moi!"
Le ton restait au jeu, l’émotion de la peur n'ayant pas eut le temps de remplacer celle de l'amusement dans le petit corps de la fée! "Il ne faut pas que celui la t'attrape!"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne du Bayou
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Dissiz a men's warld   Mar 5 Juil 2016 - 23:00

L'obscurité n'atteint pas Ember. Ses doigts crochus et son visage macabres sont deux viles inconnus qui n'ont pas d'autres choix que de regarder l'enfant enflammer la plus sombre des nuits. Pourtant, la fillette a d'autres ennemis bien pires que l'obscurité, qui guettent son coeur innocent et encore trop pur. Les aiguilles du temps se tordent en un rictus qui ferait frémir le plus endurci des guerriers. L'appel de la Mort n'est plus un mystère pour personne : tout le monde sait qu'un jour, elle sera là, à notre porte. Et personne ne peut jamais lui refuser l'entrée.

Ember connait la mort. Elle connait certains secrets qui ont une importance primordial dans le mode de vie du Bayou. Elle est une enfant de là-bas, après tout. Et rien ni personne ne pourra la préserver de sa pire ennemie : elle-même. Ember n'est pas consciente de tout cela. Elle ne sait pas, elle ne connait pas la peur, ni le dégoût, ni toutes ces choses qui persécutent l'âme humaine. Mais c'est inéluctable : un jour ou l'autre, le jeu devra s'arrêter. Et ce jour là, Ember sera la petite fille la plus brisée de toutes.

Mais elle est encore loin de tous ces problèmes affreusement tristes pour l'âme d'un enfant. Malgré son don inéluctable pour s'attirer les pires ennuis au monde, Ember a des gardiens d'une extrême bienveillance. Toutes ses mésaventures trouvent leurs happy endings, et son coeur d'innocence s'en trouve toujours préservé. Elle ne saura jamais que l'homme qui la suivait ne voulait pas jouer avec elle. Elle ne saura jamais que cet esprit décharné voulait lui faire du mal, jusqu'à l'en briser. La violer, la torturer peut-être, la tuer à coup sûr.

Et la plus belle récompense qu'offre l'ignorance, est sans nul doute le rire cristallin qui s'échappe de ses lèvres largement ouvertes, dessinant le plus beau des sourires. Un petit ange malicieux, qui a les mains noires de boue, et qui s'amuse à en jeter toujours plus sur l'inconnu. Jusqu'à ce que le jeu prenne une tournure encore plus fantastique pour la petite Ember.

- Viens ! Viens ! Cours avec moi ! Il ne faut pas que celui la t'attrape !

Le rire d'Ember fait rayonner la petite de mille feux. Ses yeux brillent comme ils ne brillent que lorsqu'elle s'amuse. Elle regarde un instant la petite fée-gadoue et avec la facilité qu'offre l'esprit d'un enfant, elle fait ce qu'il dit. Elle lâche la dernière salve de boue qu'elle tenait dans ses petites mains, fait volte face, et se met à courir avec la fée. C'est qu'elle court vite, petite Ember. Le vent secoue ses cheveux fait de pluie et de feu, tandis que la foule lui permet d'échapper au regard pervers du méchant. On entend ses cris de rages qui s'élèvent. La fillette n'y prête même pas attention.

Alors qu'il est déjà loin derrière, Ember finit par ralentir, jusqu'à s'arrêter. Elle se cache derrière une sorte de pilier, et observe autour d'elle. Son regard balaie l'écume de l'océan, les quelques arbres pauvres et malades qui parsèment l'endroit, et les toits des maisons au loin. Il n'y a plus personne, à part la fée-gadoue et elle-même. Parfois, quelques inconnus passent un peu plus loin. Mais il n'y a plus aucun doute. L'homme-chat a disparu. Peut-être devrait-elle aller le chercher ? A moins qu'il ne veuille plus jouer... Elle fait une moue déçue.

- Pourquoi le monsieur chat il veut plus jouer avec nous ?

Mais bien vite, elle hausse les épaules, signe incroyablement simple pour montrer qu'elle passe à autre chose. Son attention précaire se focalise désormais sur la petite fée-gadoue. Elle ouvre des grands yeux émerveillés en la détaillant. Elle dégouline d'une boue noire, qui sent fort. Ember retrousse légèrement le nez, mais ne fait aucun commentaire, trop absorbée par la contemplation du liquide qui dégouline. Brusquement, elle lâche un rire doux et léger.

- Eh, dis donc toi ! T'es tout rigolo ! C'est quoi ton nom ?

Elle fait une moue pensive - semblant d'imitation d'une mimique qu'elle avait dû voir sur un visage d'adulte. Elle s'accroupit sur le sol, et prend une nouvelle poignée de boue. Elle la lève au-dessus de son visage, à peu près à la hauteur de la fée. Sa moue s'accentue, jusqu'à ce qu'elle soit ridicule.

- Tu la trouves où, ta boue ? Elle est bien plus beaucoup jolie qu'a mienne... Je veux la même que toi !

L'instant d'après, Ember semble se désintéresser du petit homme volant, pour s'approcher de la côte, où les vagues tapent mollement contre les parois. Elle s'approche du bord, inconsciente des dangers.

- Oh ! Comme elle est belle l'océan !

Une seconde. Une hésitation. Une maladresse. Ember n'a pas le temps d'esquisser le moindre geste, qu'elle se sent inéluctablement attirer vers les vagues tremblotantes. La petite fille est déséquilibrée. Elle glisse, elle tombe. Que la chute soit longue.
Revenir en haut Aller en bas
Pétrole
avatar

☼ Fée des Marais ☼


✘ AVENTURES : 115
✘ SURNOM : l'Or noir
✘ AGE DU PERSO : Plutot agé

✘ DISPO POUR RP ? : 3/3
✘ LIENS : Fiche

Dé a coudre

MessageSujet: Re: Dissiz a men's warld   Mer 6 Juil 2016 - 7:04

Et elle s'était mise a courir, la petite, écoutant le conseil de la fée!
Courir courir! Plus vite! Plus vite!
Ils n'eurent pas grand mal a échapper au pirate déjà presque a terre!
Bien fait pour lui! Bien fait pour lui!
Il fera un exemple pour tout ses frères!

L'enfant finit par s’arrêter de cavaler et la fée quand a lui se contenta de voleter autour d'elle, vrombissant de ses ailes un peu a la manière d'un colibri.

- Pourquoi le monsieur chat il veut plus jouer avec nous ?
Elle avait posé la question tout en faisait une petite moue déçue qui avait tout de mignon, mais qui en l’occurrence était assez inappropriée a la situation!

- Le monsieur ne voulait pas jouer! Il voulait te faire du mal!
Pétrole croisa les bras avec un petit air de "monsieur je sais tout" "Tu dois te méfier des garçons et des hommes, ils sont mauvais a l’intérieur, de naissance! Retiens bien ça, petite fille! Les mâles sont le mal!"

Mais la petite fille semblait déjà s’intéresser a un tout nouveau sujet, sujet tout trouvé puisqu'il s'agissait de lui même! Elle le détailla du regard, avec ses grands yeux clairs et curieux! Cependant, l'Or noir ne manqua pas la petite grimace qui lui passa sur le visage, le piquant légèrement.

"Eh, dis donc toi ! T'es tout rigolo ! C'est quoi ton nom ?"
Rigolo? Un sourire se dessina sur le petit visage dégoulinant de noir de la fée alors qu'il regardait la petite ramasser une nouvelle poignée de boue, la relevant jusqu’à sa hauteur dans une volonté évidente de comparaison.

"Tu la trouves où, ta boue ? Elle est bien plus beaucoup jolie qu'a mienne... Je veux la même que toi !"

Il y eut un petit temps pendant lequel la créature volante ne su pas dire s'il s'agissait la d'un compliment ou d'une insulte! Être comparé a de la boue, c'était vexant, mais être considéré comme joli... Moui! Ce serait un compliment!

"Je m'appelle Pétrole! Et ce n'est pas de la boue ça!"
Il tendit son bras devant lui, laissant couler le liquide noir et poisseux qui formait de longues lignes a l'aspect visqueux, se détachant lentement avant de s’écraser mollement sur le sol.
Splotch
"Ça c'est très précieux tu vois? La boue c'est sans intérêt! Ça, c'est du pétrole et ca a une très très grande valeur!" Tout arrogant qu'il était, l'Or noir faisait le fier, visiblement flatté et très enclin a corriger les propos maladroits de l'enfant. "Ailleurs, certains se font la guerre pour en posséder!"
Très valorisant aux yeux de l'Or noir! Dommage que ce ne soit une majorité d'hommes qui lui couraient ainsi après!

"Et toi? Comment est ce que tu t'appelle?"


Les enfants pouvaient parfois être semblable aux fées les plus dissipé, et déjà, la petite aux cheveux de feu semblait penser a autre chose, s'approchant du rebord de la falaise ou ils se trouvaient désormais.

"Oh ! Comme elle est belle l'océan !"

"Tu ne devrais pas autant t'approcher..."


Mais bien sur, il était déjà trop tard!
S'était-elle jeté dans le vide? Avait-elle été déséquilibré par une bourrasque? Ou avait-elle été prise de vertige face a l'immensité de l'océan?
Difficile de savoir!
Une chose était sur cependant, elle tombait!

"Attention!!!!!"


Pétrole tenta de rattraper l'enfant par le bras, mais bien trop léger, il ne fut qu'entrainé avec elle dans sa chute! Elle aurait été un petit plutôt qu'une petite, la fée n'aurait pas bougé d'un pouce! Ou peut être que si, juste pour mieux regarder.
Mais la, il s'agissait d'UNE enfant! Impossible de ne pas réagir!
Mais que faire??

La chute vertigineuse était si rapide qu'il était même compliqué pour Pétrole de rester aux cotés de la rouquine, tout assaillit par le vent qu'il était!
Et ils tombaient, tombaient!
Il fallait faire quelque chose!!!
Pétrole n'avait qu'a battre des ailes, mais elle?
Il fallait qu'elle vole!

Ni une, ni deux, l'Or noir se mit a tourner a toute vitesse sur lui même, tourbillonnant et éclaboussant l'enfant de sa poussière de fée sous forme de gouttelettes sombres.

"Pensées agréables! Pensées agréables!"
Il fallait l'aider!. "Regarde! Regarde comme l'océan est belle! On vole!" Il avait imité l'enfant en reprenant le féminin pour designer l’étendue d'eau, c'est que ca lui allait bien mieux ainsi!

Il fallait voler maintenant!
Voler pour ne pas s’écraser sur les récifs et mourir noyé!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne du Bayou
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Dissiz a men's warld   Dim 17 Juil 2016 - 0:29

Et le feu enfoui jusqu'aux tréfonds de cette âme pure fait boum boum pour celui qui sait écouter. Le monstre qui se terre en toi n'est pas si éloigné de la surface. Regarde le, fais lui face. Affronte cette réalité que tu prends tant de plaisir à nier. Elle te crache à la figure comme la plus vile des abominations, et le pire dans tout ça, c'est peut-être ce ramassis de crétins qui te hurlent que tu l'as bien mérité. Oh ça oui, tu l'as bien mérité. On mérite tous de mourir un jour où l'autre. Mais personne ne s'attend jamais à pouvoir dire "déjà ?".

Les ombres sur son coeur rient à plein poumons, encore et encore, tant et si bien qu'elles finissent par s'étouffer. Une, d'abord, puis une seconde, puis toutes. Une hécatombe bienheureuse. Personne ne viendra les pleurer, celles-là. Personne ne viendra te pleurer non plus, d'ailleurs. Pour ça, il faudrait déjà que tous ces gens qui te regardent crever inlassablement daignent venir t'aider à ôter les doigts répugnants et dégoulinants qui enserrent ton cou depuis ta naissance. Tu n'es pas aussi saute que tu en as l'air. Tu sais très bien que tu ne peux rien faire seule. Et tu sais encore mieux que personne ne te viendra en aide.

La décadence a un triste goût de déjà-vu sur les lèvres ourlées de sang de la fillette. C'est drôle comme ton sang a le goût d'un rire d'enfant. C'est drôle comme il a le son d'une larme d'ange. C'est bien connu, de nos jours, plus personnes n'a de pitié pour les anges. On préfère les écraser de tout notre poids avec nos bottes souillées. Peut-être pour montrer que nous aussi, on peut être supérieurs - ou peut-être pas, d'ailleurs. Mais qu'importe. L'histoire n'est plus ici, désormais.

Non, l'histoire est dans la chute. Lente et funeste, ralentie par le vent, qui se moque bien des lois de la gravité, sans jamais pouvoir les effacer. Tombe les étoiles et des milliers de perles salées couleront à jamais sur le front glacé - bon dieu, ce que tu es froide Ember. Tu trembles, mais ce n'est pas la peur. Ce n'est jamais la peur, mais tout au plus la surprise.  Je crois que tu ne t'attendais pas à tomber ainsi, du haut de ton piédestal sacré par quelques types un peu bourrés qui voulaient se donner bonnes consciences.

Oh ça, ils l'auront leur bonne conscience, en venant à ton enterrement. Ils verront ton tout petit corps, déchiffreront ton âge sur ton visage - bon Dieu, quel âge as-tu maudite enfant ? - et leurs vies reprendront leurs misérables cours. Comme si tu n'avais pas existé, en somme. Et avec un peu de chance, les habitants du Bayou n'essaieront pas de te ramener parmi eux, et tu vivras ta vie d'enfant dans un monde meilleur. Mais ça, personne n'y croit plus.

Et en attendant, la chute. Ton petit esprit - vif mais pas assez - examine tant bien que mal la situation. Le jeu est amusant, et tes yeux rient malgré la surprise qui s'affiche sur ton visage. Et dans la surprise, elle repense aux paroles que la fée lui a offerte quelques instants plus tôt. Les mots avaient papillonné autour d'elle, sans jamais réussir à l'atteindre réellement. Elle avait juste compris que la fée s'appelait pet-troll, et avait trouvé cela particulièrement rigolo.

Pour elle, les trolls faisaient parti de l'univers très particulier de l'imaginaire. Ce monde dans lequel elle s'enfermait dés que son esprit s'évadait un peu trop loin dans les méandres de ses pensées. Un monde qu'elle adulait particulièrement. Elle imaginait que la fée devait être bien particulière pour porter un nom pareil. En revanche, son petit esprit ne parvenait pas à assimiler comment un pet de troll pouvait être de cette consistance noire et visqueuse - quoi que l'odeur était venue confirmer les croyances de l'enfant. Lorsqu'il lui avait donné son nom, la petite s'était figée l'espace d'un instant, et avait répété avec amusement "Pet-troll ?" avant de s'intéresser à nouveau à tout autre chose.

Mais maintenant, elle tombait. Et si la mort n'était qu'un énième jeu pour elle, ça n'était plus aussi amusant lorsque l'on se cognait au mur Réalité. Un cri. Un avertissement de la fée. Pouf, disparue. Envolée, l'enfant enflammée, dérobés, les rires innocents. Et alors qu'elle tombe vers une mort certaine, le regard de l'enfant s'accroche au petit être qui vole autour d'elle. Elle est aspergée de petite gouttelettes sombres, et aussitôt, elle se met à rire. Ce jeu là est nouveau pour elle. Ce sera peut-être son dernier, mais jamais elle ne s'est autant amusée. Les rochers se rapprochent à une vitesse vertigineuse tandis que la voix de la fée résonne dans ses oreilles.

- Pensées agréables ! Pensées agréables ! Regarde ! Regarde comme l'océan est belle ! On vole !

Ember met quelques secondes à réaliser ce que la fée est en train de lui dire. Les secondes s'égrainent comme des minutes, tandis que la Mort ouvre ses bras en grand, prête à l'accueillir. Ember observe les vaguelettes qui se fendent sur les rochers, les bateaux qui brillent au large, et les milliers de reflets sur l'eau scintillante. Pour toi Ember, l'Océan a revêtit la plus belle de ses robes. Le rire de la petite fille se disperse en gouttelettes argentées sur l'eau pure, accompagnées par quelques perles de pet-troll.

Elle imagine un voyage. Le plus beau de tous les voyages. Perdue au fin fond d'un mirage, là où l'océan n' plus de secret pour personne, la fillette serait reine, ou peut-être déesse. Les vagues semblent rire elles aussi, et l'océan danse en un rythme parfait. Même les ombres sont de la partie, et veulent venir jouer avec la petite fille. Les couleurs se mélangent çà et là, comme une invitation à peindre sur les murs célestes et marins. L'enfant se met à battre des bras comme si elle était devenue oiseau. Oiseau de feu, oiseau de cendres.  Et alors que la vie semble vouloir s'enfuir de la fillette, alors que les roches veulent saluer son crâne avec la plus grande des majestés, Ember se met à voler.

- Vrouuuuum, je suis trop rapide ! Regarde Pet-troll, je vole tout bien ! Je suis un n'oiseau de course ! Vrouuuuuuum !

Elle continue à battre de ses bras devenues ailes, les lèvres fendues par un large sourire. A cet instant précis, elle voudrait pouvoir voler pour l'éternité. Ne jamais revenir dans le Bayou. Ne jamais plus travailler. Juste jouer avec le vent et les vagues, juste voler pour l'éternité et encore davantage. Jusqu'à ce que la Mort même n'existe plus. Elle vole et virevolte, comme si elle avait déjà fait ça toute sa vie durant. Elle vole et virevolte, encore et toujours, mais jamais comme si sa vie en dépendait. Et puis, comme si une nouvelle idée venait de germer dans son esprit, elle tord le cou pour pouvoir regarder la petite fée qui vole à ses côtés.

- Dis Pet-troll... Tu veux faire une course avec moi ?

Et avant même que la petite fée ait pu répondre, Ember rigole malicieusement.

- Je fais le décomptement ! Cinq... Quatre... Deux... Partie !

Et plus vive que l'éclair, la fillette s'élance au-dessus de la belle bleue.
Revenir en haut Aller en bas
Pétrole
avatar

☼ Fée des Marais ☼


✘ AVENTURES : 115
✘ SURNOM : l'Or noir
✘ AGE DU PERSO : Plutot agé

✘ DISPO POUR RP ? : 3/3
✘ LIENS : Fiche

Dé a coudre

MessageSujet: Re: Dissiz a men's warld   Mer 3 Aoû 2016 - 7:12

Et ils volèrent, les deux compères, portés par le vent et frôlant les eaux froides de l'océan! La petite était sauvé, elle avait su ne pas se laisser dévorer par la peur! Tel était le pouvoir magique des enfants, ce même pouvoir qu'ils perdaient bien souvent en grandissant!
Car grandir, c'était aussi se laisser emporter par la peur, les angoisses, se laisser submerger par les émotions négatives!
C'était en ca que Pétrole appréciait Peter Pan, car le petit roi avait su comprendre a quel point il était important de ne pas se laisser ensevelir!
Rien qu'un regret, qu'il soit un garçon!
Mais Ember, elle, c’était une petite fille, alors voler a ses cotés mettait le cœur sombre de la fée en liesse.
Une course?
Elle voulait faire une course?
Et elle riait la petite rousse!
Cinq, quatre trois deux...
L'Or noir eut a peine le temps de s'en amuser que l'enfant accéléra dans les airs!
Alors les petites ailes violettes s'agitèrent de plus belle, vrombissante tel un petit moteur et BZZzzzzzzzzzzzzzzz.. Pétrole prit de la vitesse, rattrapant la gamine sans aucune difficulté, s'amusant a lui tourner autour, la devancer puis revenir vers elle alors qu'Ember filait a tout allure, fendant le ciel sans aucune mesure.
Faire la course avec une fée, c'était un peu comme si l'enflammée avait défié un pirate au bras de fer!
Mais c'était drôle! Pétrole s'amusait, Pétrole riait tout en volant, tout en vrombissant! Mais ou allaient-ils comme ca?
Quelle était donc leur destination?

Ils survolèrent le Jolly Roger, glissant près du pont, zigzaguant entre quelques pirates a l'air interloqué, la fée se permettant même d'en arroser un copieusement de noir.
HAHAhahahha! Bien fait!
Et puis, la petite créature était remonté en chandelle, tournoyant autour du mat, éclaboussant les vieilles voiles blanche du bateau! Ca leur ferait un peu plus de boulot, a ces hommes la! Ca leur ferait les pieds tiens!

"Viens! Par ici!" Pétrole s'était installé tout en haut du plus grand mat du Jolly Roger, bénéficiant ainsi d'une vue imprenable sur l'océan ainsi que sur l'ile imaginaire, puis, , il avait littéralement plongé vers le sol, comme s'il se trouvait sur un plongeoir juste au dessus d'une grande piscine, avait redressé sa trajectoire au dernier moment, frôlant les lattes de bois et avait quitté le navire, se redirigeant vers le bayou d’où ils étaient partit un peu plus tôt.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne du Bayou
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Dissiz a men's warld   Ven 5 Aoû 2016 - 21:45

La petite fille ne l'aurait avoué pour rien au monde - ni aux autres,  ni même à elle - mais la petite fée était bien meilleure qu'elle pour la course. Du moins, la course dans le ciel. Sur terre, ce n'était sûrement pas la même chose. La petite filait à une telle vitesse qu'une seconde suffisait pour la perdre totalement. C'était la vitesse qu'elle aimait, la petite. L'air qui lui giflait le visage, les gouttelettes d'eau qui ruisselaient partout sur sa peau, presque à l'horizontal à cause de la vitesse. Presque. Et puis, ses petits pieds, qui touchaient le sol à peine assez longtemps pour lui permettre de prendre une nouvelle impulsion et de s'envoler - mais cette fois, sur la terre, pas dans le ciel.

Au milieu des nuages, tout était profondément différent. C'était la première fois que l'Enflammée volait vraiment. La première fois qu'elle découvrait que le monde avait la taille de ses poupées. De ses grands yeux, elle voulait tout voir, tout comprendre, et tout graver en elle. Elle voulait se souvenir des paysages, des sensations, de l'air étonné de ceux qui la voyait, comme si la scène se répétait éternellement.

Ember se sentait comme une actrice branchée, qui finit par balancer sa popularité par la fenêtre tellement elle en a. Et parfois, elle se sentait seule au monde, mais ça lui convenait tout aussi bien. Elle suivait la petite fée noire du regard, jusqu'à ce que ses yeux soient attirés par quelque chose d'autre. Quelque chose de plus captivant, qui prenait toute la place dans son regard. Le bateau capta toute son attention bien avant qu'elle ne décide de se poser sur un de ses mâts.

Et pour cause ! Son petit esprit avait élevé le Jolly roger au rang de mythe depuis bien longtemps. Elle l'avait déjà vu, quelques fois, mais toujours de si loin qu'il lui avait semblé minuscule. Si minuscule qu'elle avait ri des jours entiers en songeant à la toute petite taille que les pirates soit disant menaçants qui montaient à bord devaient avoir. Ils étaient plus petits qu'elle, plus petits qu'une fée, et plus petits qu'une fourmi encore ! Et pour preuve : lorsqu'elle tendait les bras vers le bateau, elle pouvait l'écraser tout entier d'une seule main.

Mais là, c'était curieusement différent. Comme si tout ce qu'elle avait cru auparavant était déformé par une nouvelle réalité qu'elle ne contrôlait pas. Et cette réalité là la captivait. Comment est-ce qu'un bout de bois flottant pouvait être aussi grand ? Oh, elle en avait construit elle, des bateaux. Dans le Bayou, c'était pas l'eau qui manquait. Elle avait fabriqué toute une flotte, qui abritait tantôt des poupées macabres, tantôt des petits insectes morts. Elle réalisait que son Jolly Roger à elle était finalement bien moins grand qu'elle ne l'avait imaginé. A moins que ce soit ce Jolly Roger là qui soit démesurément immense.

Et comme la réflexion naissait dans son esprit aux confins contradictoires, elle décida qu'en rentrant chez elle, elle construirait un bateau un peu moins ridicule à côté de celui là. En tout cas, elle essaierait si elle trouvait le temps. Et l'envie. Les fourmis du Jolly Roger étaient bien plus grandes que ses fourmis à elle. Elle ignorait comment elle pourrait dénicher ce genre de chose.

Elle ne tarda pas à rejoindre Pet-troll, avec une maladresse certaine. Elle souriait, et les tâches noires qui maculaient ses vêtements et son visage angélique n'entachaient en rien sa bonne humeur. Lorsque la fée reprit son chemin, elle n'hésita pas une seule seconde à se jeter à nouveau dans le vide, comme si elle avait toujours su voler. Lorsque la "poussière" de fée ne ferait plus effet sur elle, les premières chutes seraient sans doute douloureuses.

Elle vola haut dans le ciel, au côté de Pétrole lorsqu'elle le pouvait. Elle ne maîtrisait pas vraiment l'art des pirouettes en plein air, et plus le temps passait, plus son assurance montrait des failles, comme si elle prenait peu à peu conscience du vide qui se trouvait sous elle. Ca ne l'empêchait pas pour autant de s'amuser et de couvrir le monde de son rire pailleté.

L'exercice devint périlleux lorsqu'ils entrèrent dans le Bayou. Ember regardait de partout, sauf devant elle. La première branche la frappa à la cheville, la faisant tournoyer sur elle-même, et lui faisant perdre le peu d'équilibre qu'elle avait acquis. La seconde fut plus malheureuse. Elle la faucha en plein vol, au beau milieu de l'estomac, lui coupant la respiration et le vol. Elle resta accrochée là, à presque dix mètres du sol, sans savoir quoi faire. Trop surprise pour réagir, trop sonnée pour réfléchir.

La substance noire qui lui collait à la peau ne l'aidait pas vraiment à assurer sa sécurité d'une quelconque façon. Habituellement, Ember n'avait pas le vertige. La petite était connue pour son côté casse-cou très ancré. Mais à ce moment précis, le vide lui paraissait monstrueux. C'était tout juste si elle ne distinguait pas ses crocs et sa gueule béante prêts à l'accueillir tout en bas.

Presque tétanisée - mais pas encore tout à fait - Ember regardait le gouffre impressionnant qui menaçait de l'avaler. Elle avait oublié comment voler. Elle avait oublié comment grimper. Elle avait oublié presque tout ce qu'elle savait. Presque. Ses petits doigts avait crocheté la branche si fort que ses phalanges étaient blanches. Plus bas, un animal passa. Elle ne parvint pas à le reconnaître. Ses doigts lui faisaient mal. Elle allait lâcher. Et la danse des ombres naquit autour d'elle.

Danse, danse Ember. Danse. Virevolte au-delà des masques, là où la peur n'existe pas. Là où tu es née. Dans un endroit si sombre mais si beau que personne ne voudrait jamais en partir. Tu te souviens ? Est-ce que tu te souviens petite flamme ? De la couleur de la pluie et de l'odeur des nuages ? De la douceur des spectres et des baisers si tendres qu'ils déposaient sur ton front nacré ? Souviens toi. Souviens toi et danse.

Alors, Ember se hissa sur la branche, comme si elle s'était soudainement souvenue de ce qu'elle devait faire. Funambule, elle écarta les bras et trouva son équilibre tout là-haut. Elle ne volait plus, mais pourtant, elle s'appropriait le ciel à sa manière. Lorsqu'elle atteint le tronc, elle se tourna avec délicatesse, toute son attention concentrée sur l'équilibre qu'elle devait conserver pour ne pas glisser, et elle s'assit tout contre l'arbre géant. Elle fixa Pétrole pendant quelques secondes, et de du ton le plus sérieux au monde, elle posa une question. Une seule.

- Dis, tu crois que je peux devenir un oiseau ?
Revenir en haut Aller en bas
Pétrole
avatar

☼ Fée des Marais ☼


✘ AVENTURES : 115
✘ SURNOM : l'Or noir
✘ AGE DU PERSO : Plutot agé

✘ DISPO POUR RP ? : 3/3
✘ LIENS : Fiche

Dé a coudre

MessageSujet: Re: Dissiz a men's warld   Ven 19 Aoû 2016 - 16:11

Pétrole s'était délicatement posé sur la branche ou se trouvait Ember alors que la petite finissait par se hisser non sans quelques difficultés, se redressant dans le vide et se rapprochant du tronc avant de s'y assoir plus confortablement.
L'Or noir, peu attentif, n'avait pas vraiment saisit qu'a un moment donné, l'enfant s'était trouvé en danger, la rejoignant de son pas tout léger, tout a fait détendu, ravi de la petite virée que tout deux s'étaient octroyé, le sourire encore aux lèvres, le rire dans les yeux d'avoir fait tourner en bourrique quelques pirates!

- Dis, tu crois que je peux devenir un oiseau ?


La créature ailée prit un petit air étonné avant de lever les yeux aux ciels, la mine concentré, comme s'il y cherchait la réponse, prenant cette question tout a fait au sérieux.

"Devenir un oiseau? Mm.. Je ne sais pas trop! Il faudrait une sacrée dose de magie! Mais es tu sur d'en avoir envie?"
La fée fit un petit bond en avant, battant des ailes jusqu’à une plus petite branche qui pointait juste a coté du visage d'Ember. "Chanter toute la journée, tu ne crois pas que c'est un peu rébarbatif?"
S'il faisait des généralités? Oui bien sur! Ce n'était pas très joli d'être spéciste de la sorte!
"Non non, être une fille c'est bien mieux qu'être un oiseau!"

En bas, a quelques mètres de hauteur, un puma s’arrêta, cherchant visiblement la source des voix qu'il avait entendu, faisant sourire Pétrole qui le regardait de tout en haut.
Tiens tiens, un gros matou.

"Et puis picorer toute la journée! Tu imagine!"
Non non non, ce n'était vraiment pas souhaitable!
En bas, le félin avait enfin levé la tête, repérant la petite fille alors qu'il se léchait les babines, ses yeux dorés s'illuminant comme s'ils venaient de se poser sur un bon gros steak juteux.

"Regarde comment il te lorgne celui la! Ce n'est vraiment pas poli de dévisager les gens comme ca!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ombre
avatar



✘ AVENTURES : 2027

MessageSujet: Re: Dissiz a men's warld   Dim 15 Jan 2017 - 18:43

The End


L'oiseau se montre fort vexé,
Par cette remarque bien osée,
Il se met donc à te courser,
Ces fées quelle bande de saletés !
Et toi tu files à vive allure,
Tant pis pour cette brève aventure !


FIN DE L'AVENTURE




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dissiz a men's warld   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Mer Imaginaire :: La Baie des Pirates :: Le Port Débauché-