Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Peter Pan
avatar

♛ Roi des Garçons Perdus ♛


✘ AVENTURES : 2594
✘ SURNOM : L'Enfant Roi
✘ AGE DU PERSO : Eternel

✘ DISPO POUR RP ? : Un peu chaud !
✘ LIENS : Je suis un petit oiseau à peine sorti de l'oeuf.
Et aussi tout ça !

MessageSujet: [FLASHBACK] Les Contrées du Rêve   Jeu 23 Juin 2016 - 22:56

Suite de cette aventure.



les contrées du rêve

PAN & ANNABELLE





Bow tentait vainement de les retenir, mais la fièvre s'était emparée de Peter Pan. Quiconque aurait effleuré le bout de ses doigts aurait senti un petit courant électrique le parcourir. Ça n'aurait pas fait mal, mais c'était fort.
Ce n'était pas seulement du son excitation croissante. Il réagissait à son île comme à un organe, son corps était en ébullition car ce qui incarnait son esprit – le Pays de Jamais – grouillait présentement de choses importantes, des choses extraordinaires.

Je prends mon poignard. dit-il d'un ton assuré en glissant l'arme à sa ceinture de résine. Et aussi ma flûte. ajouta-t-il en accrochant cette seconde arme de l'autre côté.

Majesté, c'est de la folie. Vous ne savez même pas dans quoi vous vous lancez ! Imaginez seulement que... Mais précisément, il était bien plus sage que Peter n'imaginât rien du tout. Vous devriez arrêter tout cela avant qu'il ne soit trop tard.

Pauvre Bow, c'était bien là un domaine où tu ne pouvais le suivre et le chaperonner. Aucun de tes pièges, aucune de tes emprises ne pouvait officier là-bas. Dans ces mondes inaccessibles que seul l'Enfant Roi, l'Enfant Fée, pouvait fouler avant tant de facilité. Le danger était absolu pour toi, sans brèche, tu n'avais aucune arme et aucun pouvoir.

Peter Pan te fixa alors, l'expression presque perplexe.

Mais enfin, Bow. Il est déjà trop tard.

Et il prit la main d'Amnesia. Et il intima à Tinkerbell, qui ne songea même pas à résister car on ne résistait pas quand le roi prenait ce ton-là, de saupoudrer sa nouvelle favorite d'un bon dosage de poussière dorée. Et ils s'envolèrent.
Nul besoin de pensée heureuse, quand l'effervescence naissait des tréfonds plus pélagiques encore de l'âme. Il n'y avait d'autre pensée que la certitude d'assister bientôt à l'une des plus grande aventures dont l'Imaginaire ait jamais accouché.  


*



Le vent était particulièrement agité, il les ballottait avec force dans la nuit. Il chantait mais sa litanie transportait une violence étrange. Le vent était fiévreux, comme son ami.
L'Esprit Nuit marchait lentement sur la grande forêt, dispersant ses astres dans la voûte noire, et les Sylvains accompagnaient le vent en cadence. Ils aperçurent l'Esprit Lune, aussi, qui tournoyait dans le ciel et éventrait le paysage nocturne de son éclat blanc.
Pour impressionner la Dormeuse, Peter sorti sa flûte, sans cesser de zébrer l'air, et entama un petit air. L'Esprit dressa l'oreille et serpenta jusqu'à eux avant de danser allègrement autour de leurs deux petites silhouettes.

Ne le touche pas, regarde le simplement.

L'Esprit Lune s'accordait bien à Amnesia et Peter trouva cela joli.

Ils survolaient l'Océan à présent. Peter arrêta leur vol et ils lévitèrent à une centaine de mètres au dessus de la mer. L'Esprit les quitta car il comprit que quelque chose de mémorable et de puissant allait se dérouler. Les yeux de l'Enfant Roi scrutaient avec intensité les eaux sombres bercées par la houle. En se concentrant, on pouvait voir un petit endroit légèrement tourbillonnant. Des queues de sirènes jaillissaient parfois de l'écume et s'éloignaient en cercle, comme pour fuir un lieu inospitalier.

C'est ici, n'est-ce pas. C'est juste sous nos pieds.

Il tourna sa tête vers Amnesia. Leurs mains ne s'étaient pas lâchées.

Si ça se trouve, on va mourir.

Et ses yeux brillèrent, et ses dents de lait aussi, luisantes comme des morceaux de fumerolles.





Codage by TAC







La musique que je joue au gré du vent : Flûtes de Pan
Les dessins que je peins au gré du temps : Crayons de Pan



Je tyrannise en forestgreen.
Portraits par Kim Minji.





le merveilleux cadeau de mes enfants trouvés:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org/
Miss Annabelle
avatar

☠ Fille de Joie ☠


✘ AVENTURES : 129
✘ SURNOM : La Dormeuse
✘ AGE DU PERSO : 20 années

✘ LIENS : L'entrée des Contrées est par la mer, mais Il y dort... prenez garde au Dormeur qui rêve et attend

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Les Contrées du Rêve   Sam 25 Juin 2016 - 16:22


Bow avait tenté de se mettre en travers du chemin du Roi, est-ce qu’il avait seulement idée de ce qui se préparait ? Amnesia lui accorda un regard sombre, parce qu’elle savait. Elle connaissait le culte qui résultait du prêtre Cthulhu.

Mais Peter savait déjà, que c’était déjà trop tard. Il fallait rendormir le Dormeur.

La Soigneuse fut un peu surprise de l’envole, elle serrait donc la main du Roi des Perdus, comme s’il tomberait dans le cas contraire. Elle n’avait rien pris avec elle, à part son imaginaire sculpté par un paria de la littérature de son époque. Un original misanthrope, dégoûté par le monde.

Never Never Land n’était pas ce Monde. Il ne méritait pas de disparaître dans le règne des Grands Anciens. Ici, ils ne seraient pas comme eux, non ?

Inquiète, apeurée, mais aussi pleine de confiance et d’espoir, Amnesia suivait Peter Pan.

Dans le ciel, au début, la fillette n’osait qu’à peine regarder le sol lointain, elle sentait qu’il les choses n’étaient pas à leur état normal. Cependant, une fois qu’elle eu le courage d’observer, elle sentit un sourire s’inscrire sur son visage. Malgré le danger qui plânait. Les esprits, puis la flûte de l’Enfant Roi qui se fit entendre, émerveilla déjà la Garçonne. Et cela s’accentua à la venue de l’Esprit Lune dont le reflet brillait dans les prunelles de la Dormeuse. Elle écouta bien le Roi et ne tendit pas la main pour toucher l’être lumineux.

Puis, l’océan.
Ils descendirent, lévitant au-dessus de la surface d’eau. Amnesia fronça les sourcils, cherchant quelque chose, elle vit comme une source un peu plus agitée. Un tourbillon ? Et les sirènes, elles s’en allaient ? Pourquoi des êtres de l’océan s’éloigneraient ainsi d’un des leurs ? Simplement parce qu’il s’agissait d’autre chose. Cthulhu. Il venait des étoiles. Son corps n’était pas fait de nos mêmes matières, c’était une autre.

Amnesia acquiesça à la phrase de Peter. Puis, à la seconde… la Dormeuse quitta le regard du Tyran pour jeter ses yeux fantomatiques sur la surface de l’océan. Elle serra un peu plus sa main, et son visage prit un air des plus déterminés en revenant s’adresser au Roi des Enfant Perdus.

- Peut-être, mais peut-être que non. Il tue les humains, depuis quand les simples humains peuvent-ils voler ?

Un sourire fin, c’était différent dans ses livres. Ce n’était pas comparable.

- Moi, j’ai confiance. Et sinon… tant pis, je serais contente d’avoir vu un Grand Ancien de si près.

La Dormeuse n’était pas sans peur, au fond, elle avait déjà le cœur qui battait fort. Mais encore, partagée entre l’excitation et la terreur, elle ne pouvait pas reculer. Elle aimait être ici, elle ne voulait pas que l’île sombre.

- Je suis prête ! Ici, Cthulhu est un « invité » puisqu’ici ce n’est pas la Terre.

Puisqu’ici ce n’était pas le monde des adultes qui nourrissaient la puissance des Grands Anciens.






Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn




Spoiler:
 


Dernière édition par Miss Annabelle le Dim 4 Sep 2016 - 11:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peter Pan
avatar

♛ Roi des Garçons Perdus ♛


✘ AVENTURES : 2594
✘ SURNOM : L'Enfant Roi
✘ AGE DU PERSO : Eternel

✘ DISPO POUR RP ? : Un peu chaud !
✘ LIENS : Je suis un petit oiseau à peine sorti de l'oeuf.
Et aussi tout ça !

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Les Contrées du Rêve   Ven 19 Aoû 2016 - 22:58



les contrées du rêve

PAN & ANNABELLE





Depuis quand les simples humains peuvent-ils voler ?

Ah, décidément, le roi l'aimait bien, cette petite. Il s'étonnait de ne pas l'avoir remarqué plus tôt.
Ce qu'il aimait surtout, c'était la tranquillité naturelle, avec laquelle elle parlait fort positivement de Neverland. On ne percevait dans sa voix aucun enthousiasme chevronné, aucune volonté de prouver au roi son allégeance en caressant son domaine d'éloges énergiques ou doucereuses. Elle parlait sur le ton de la conversation, et ces conversations-là, Peter les appréciait beaucoup.

Je suis prête ! Ici, Cthulhu est un « invité » puisqu’ici ce n’est pas la Terre.

Puisqu'elle était prête, Peter le serait aussi. Amnesia le rendait confiant, et plein d'excitation. Rien ne pouvait se dresser sur leur chemin ! Car l'appel de l'aventure l'emportait. Il l'emportait toujours.

Serrant le plus fort possible la main de la Dormeuse, Peter descendit en piquée, poursuivi par son rire qu'il laissait trainer derrière lui comme la queue d'une comète.

Le contact avec l'eau fut si soudain qu'ils mirent quelques secondes à comprendre qu'ils avaient traversé sa surface. La mer collait toute entière à leur peau comme un infini cocon. C'était lourd, effrayant et agréable.
Un poisson-chat – tel qu'ils existent au Pays de Jamais, c'est à dire un gros poisson avec des moustaches, des oreilles pointues et des coussinets – vint courtoisement leur offrir deux grosses bulles d'air qu'ils placèrent autour de leur tête.

Tu vois là-bas ? dit le petit tyran d'une voix rendue trouble par la pression de l'océan, tout en désignant une sorte de ville en ruine qu'on devinait bien au-delà de leurs pieds mouvants. C'est la Cité Engloutie. Atlantide. Sens-tu les vibrations qui montent de ses façades ? Quelque chose vit là-dedans.

Son visage était sombre et rayonnant tout à la fois.
Il sourit de nouveau avant de brusquement pousser sur ses jambes, nageant gracieusement (Peter n'était certes pas un mauvais nageur) en direction de la cité.
Des sirènes curieuses et ravies les accompagnèrent un moment en gloussant, et Peter résista à l'envie de jouer avec elles. De toutes façons, elles abandonnèrent les deux enfants dès qu'ils eurent approchés les hauts remparts.

Légèrement ballotés par les flots tranquilles, ils se posèrent délicatement à l'entrée, composée d'une grande arcade encadrée d'imposantes colonnes érodées. Cela ressemblait, en vérité, en tous points à une projection classique de ce que pouvait être l'Atlantide.

Est-ce qu'Il est bien ici ? Toi, tu peux le sentir, n'est-ce pas ? Tu le sens ? Où est-ce qu'il se cacherait, dis moi. Dans... Dans un endroit sombre. Hein, Amnesia ?

La ville paraissait si grande, et ils étaient si petits.





Codage by TAC







La musique que je joue au gré du vent : Flûtes de Pan
Les dessins que je peins au gré du temps : Crayons de Pan



Je tyrannise en forestgreen.
Portraits par Kim Minji.





le merveilleux cadeau de mes enfants trouvés:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org/
Miss Annabelle
avatar

☠ Fille de Joie ☠


✘ AVENTURES : 129
✘ SURNOM : La Dormeuse
✘ AGE DU PERSO : 20 années

✘ LIENS : L'entrée des Contrées est par la mer, mais Il y dort... prenez garde au Dormeur qui rêve et attend

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Les Contrées du Rêve   Dim 4 Sep 2016 - 12:56


C’était comme entrer dans un autre monde. C’était comme passer un portail, la Porte. Une frontière aussi difficile à percevoir que le changement entre l’eau et l’air lorsque les enfants entrèrent dans l’environnement aquatique. Si Peter avait ri en descendant en piqué, Amnesia dû laissé un cri de surprise s’envoler. Elle aurait elle aussi ri à la fin, s’il ne s’agissait pas d’une mission des plus importantes.

L’océan les engloutissait, ce lieu qui cachait des mystères dans les abysses, ce lieu où l’eau écrasait progressivement lorsqu’on rejoignait de plus en plus le fond privé de lumière.

L’ambiance avait ce quelque chose d’angoissant que la Dormeuse retrouvait dans les nouvelles de celui qui avait construit tout l’imaginaire de la fillette. Une touche de peur mêlée à la joie de vivre une aventure comme celles des pages que la Soigneuse lisait.

L’attention de la jeune fille s’en allait vers l’infini des profondeurs, s’attendant sans doute à voir apparaître des Profonds… L’air aller manquer mais, non en fin de compte. Un poisson-chat avait offert des bulles d’air. Amnesia gloussa un peu, le Roi et elle ressemblaient à de vrai plongeurs avec leur casque sphérique. De vrais explorateurs.

La Dormeuse nota quand même le poids de l’eau en observant à quelle distance la surface pouvait bien se trouver. Elle en eut un bref vertige, effacé par l’excitation d’être dans ce nouvel univers. Elle tourna la tête lorsqu’elle entendit les mots de Peter. Elle écouta attentivement et regarda longuement la ville que le jeune Tyran désignait, tandis que ses mains s’occupaient à descendre les pans de sa robes délivrés par les mouvements aquatiques. Un large sourire se peignit sur le visage de la petite demoiselle, le sourire d’une grande admiratrice.

- R’lyeh, selon Lui sans doute…

Peter avait l’air grave un peu, et amusé peut-être ? Elle ne saurait réellement le dire, elle ressentit une angoisse dans l’estomac, un poids. C’était l’immensité qui l’inquiétait. Amnesia suivit d’une nage un peu improvisée, le grand chef de l’Arbre. Un peu inquiète à la présence des sirènes, elles semblaient si proches des Profonds… Cependant, elles ne restèrent pas à leurs côtés lorsqu’ils arrivèrent à l’entrée.

La nuque pliée en arrière, tant la ville semblait imposante de par ses remparts, la Dormeuse avait l’impression d’avoir sous les yeux le plus grand des trésors. Pour elle, c’était R’lyeh. Alors qu’en effet, ce devait être l’Atlantide d’après la majorité de l’imaginaire des gens, des enfants. Mais pour Amnesia, c’était R’lyeh, les Hommes lui avaient simplement donné un autre nom.

- Il est là ! J’en suis sûre ! C’est… une ville engloutie, une ville immense qui dépassent ceux qui vivent à la surface… Tu sais, on lui a donné pleins de noms différents mais selon mon livre : c’est R’lyeh. Sur Terre en tout cas, alors il a peut-être confondu, et il a cru que c’était ici.

Amnesia s’avança, elle avait presque l’impression d’être un fantôme à cause de la manière de marcher sous l’eau et les tissus qui volaient.

Une grande allée principale attira l’attention de la jeune demoiselle, un grand sourire s’afficha et elle se tourna vers son Roi pleine d’entrain.

- C’est assez grand pour Lui, par-là, il doit y avoir un grand temple ou un grand palais ? Un grand bâtiment important avec une salle dans laquelle Il pourrait dormir ?

Elle sentait son cœur battre, et aussi la lourdeur de ce qui était apparu ici. Celui qui rêvait et attendait. Il se fichait des humains, ils n’étaient qu’insectes pour Lui. Mais Amnesia était fascinée par le Mythe, par ce qui l’avait faite. Par cet univers qui apportait des réponses à tous les grands mystères qui n’en avaient pas. Dont l’Atlantide.

Est-ce qu’en dormant elle pourrait même atteindre les Contrées du Rêve ? Amnesia s’emportait dans son enthousiasme, là, il était question de Cthulhu. Du risque présent. Du danger qui les dépasserait sans doute, mais ils avaient Peter Pan. Ce n’était pas un simple humain, non ? Cela expliquerait peut-être le fait que la Dormeuse ne soit pas encore morte de terreur alors qu’elle avait connaissance de tous les écrits parlant du Dormeur.

Joignant les mains, elle se retourna vers l’Enfant Roi. Elle s’était déjà engagée dans ce qui semblait être une allée. Amnesia était convaincue qu’elle risquait moins en étant avec le maître de Neverland, que Cthulhu ne serait qu’un invité. Un invité dont il était question de rendormir. Tuer Cthulhu était absolument impossible.

- Peter, je sens qu’il est au cœur de ce qui est pour lui R’lyeh. Il communique par les rêves, en temps normal. Mais là, il s’est peut-être réveillé… je ne sais pas à quoi on doit exactement s’attendre. Mais on devra le rendormir s’il est réveillé.

Confiante, était aveuglément confiante en Peter Pan. Si seulement il avait pu amener Lovecraft ici lorsqu’il était enfant, et qu’ainsi elle aurait pu le voir inventer éternellement. À moins que ça ne puisse justement que l’empêcher de se construire comme celui dont la Soigneuse lisait les mots.

Un bruit étrange fit tourner la tête de la fillette en direction du centre, il y eut comme un grondement, un tremblement. Des bulles s’échappèrent des constructions créant la ville engloutie.

Elle avait peur, mais incroyablement hâte de voir Cthulhu.






Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peter Pan
avatar

♛ Roi des Garçons Perdus ♛


✘ AVENTURES : 2594
✘ SURNOM : L'Enfant Roi
✘ AGE DU PERSO : Eternel

✘ DISPO POUR RP ? : Un peu chaud !
✘ LIENS : Je suis un petit oiseau à peine sorti de l'oeuf.
Et aussi tout ça !

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Les Contrées du Rêve   Lun 19 Sep 2016 - 21:25



les contrées du rêve

PAN & ANNABELLE




Amnesia l'étonnait de seconde en seconde.
Elle avait cette façon de reconstruire le monde que lui prenait pour acquis, puisque après tout, ce monde, c'est lui qui l'avait bâti. Elle lui apprenait ainsi avec un naturel déconcertant que sa fameuse cité aquatique possédait d'autres noms, des noms dont il n'avait pas connaissance. Amnesia possédait un savoir de l'imaginaire et cela le subjuguait tout à fait.

Du fait qu'Amnesia se mettait sérieusement à impressionner Peter, Peter s'en trouvait confus et parvenait de plus en plus difficilement à prendre les devants.

Un temple... Oui, oui bien sûr il y a un temple. répondit-il en faisant quelques pas.

En vérité, il n'en savait fichetrement rien.

A l'intérieur de la cité, la pression de l'eau disparaissait. On pouvait se déplacer presque aussi légèrement que sur le sol terrestre. Pour autant, on continuait de croiser des poissons, des hippocampes et des requins qui circulaient tout aussi librement. Ce jour-là, aucune sirène ne se montrait, une exception qui en disait long sur le danger qui dormait au sein de ces pierres antiques.

Intimidé mais baîlonné par la bravoure inébranlable de sa compagne, Peter Pan marcha d'un pas résolu à travers les chemins dallés. Amnesia, elle aussi, évoluait avec une détermination tranquille - tranquille en effet, et c'était là toute la différence qui la démarquait de celle de Peter.
Le petit roi ne craignait pas les profondeurs de l'océan. Les sirènes l'aimaient - du moins était-il convaincu qu'il s'agissait là d'une grande généralité — et il nageait fort bien. Mais ainsi surplombé de voûtes, de colonnes et de façades austères tout au fond de l'eau, seul son orgueil l'empêchait d'admettre que tout cela avait des airs de cauchemar. Il sentait son coeur battre fort en lui, mais il l'ignorait. En outre, l'excitation n'était pas morte, elle vacillait parfois mais luisait encore au fond de ses pupilles.

Il est là ! J’en suis sûre ! C’est… une ville engloutie, une ville immense qui dépassent ceux qui vivent à la surface… Tu sais, on lui a donné pleins de noms différents mais selon mon livre : c’est R’lyeh. Sur Terre en tout cas, alors il a peut-être confondu, et il a cru que c’était ici.

R'lyeh... Il écouta attentivement Amnesia, s'imprégnant de ces paroles importantes.[/color] Alors... Peut-être que nous sommes dans un rêve.[/color]

Après tout, il n'avait aucune idée de comment faire la différence.
Mais soudain...

LA ! C'EST LUI !

Son bras se tendit dans une direction rendue floue par les abysses qui les emmitouflaient. Au loin, entre deux ombres de façades en ruine, avançait une ombre plus vaste encore. Elle se rapprochait, se rapprochait, se rapprochait, émettant des sons étranges et profonds que la cité reproduisait en écho.
Les deux enfants fixaient l'ombre mouvante qui nageait sur eux, hallucinés.

Mais lorsque la silhouette se révéla, il s'avéra qu'il s'agissait d'une baleine bleue. La chose était colossale, mais leur imaginaire fouetté s'était attendu à tellement plus monstrueux qu'elle leur sembla bien modeste.

A peine, toutefois, eurent-ils le temps de se laisser aller au soulagement, car un étrange son guttural, comme un cri de rage, de douleur, un appel qui n'avait non seulement rien d'humain mais rien qui pouvait se rapprocher de la moindre créature terrestre, retentit des profondeurs. Les ruines qui les entouraient tremblèrent de peur et quelques morceaux de pierre poussiéreux leur tombèrent délicatement sur la tête.

Les enfants se regardèrent et leur regard disait : c'est lui. C'est Cthulhu.


*



Peter se retourna lentement vers l'édifice dans son dos. C'était effectivement un temple, encadré d'énormes statues représentant des gardiennes sirènes, casquées et munies de tridents. Une façade à colonnes rappelant la devanture des monuments grecques débouchait sur une obscurité totale et inquiétante. Tous deux savaient que le son était sorti de cette bouche noire et profonde.

Peter, sans quitter des yeux la bâtisse, attrapa la main d'Amnesia.
Le goût de l'aventure en lui tentait d'accrocher un sourire à ses lèvres, mais le sourire tressautait sous la puissance tout aussi effective de la peur qui le tenaillait.

Ils marchèrent, lentement, sans un mot, sans un mouvement brusque, comme des automates attirés par quelque signal mystérieux.


Une fois à l'intérieur, l'obscurité ne se dilua guère et ils durent se placer l'un derrière l'autre et tater le mur pour ne pas risquer une chute mortelle que la faible pression de l'eau n'aurait pu empêcher.
A un moment, tout en progressant à petits pas dans le noir, Peter voulut dire à Amnesia d'appuyer son autre main sur son épaule, mais il se rendit compte que sa voix restait bloquée dans sa gorge. Il prit alors la main de la Dormeuse et la plaqua dans son dos. Ses doigts étaient tout froids. Les siens aussi.

Regarde... parvint-il à souffler au bout d'un moment.

A quelques mètres, une lueur verdâtre émanait d'un endroit plus bas.
Ils s'approchèrent, toujours à demi aveuglés par l'obscurité.

Attention !

Toujours dos à elle, Peter plaqua son bras contre le torse d'Amnesia.
Il lui fit signe de se taire, car une litanie bizarroïde s'échappait d'un étage inférieur. L'éclat verdâtre, que diffusait des feux follets marins posés sur des coupes, leur dévoila alors le spectacle qu'ils avaient si vaillamment quêté, sans avoir pu concevoir l'étendue de son horrifique majesté.

Devant eux, à deux pas à peine, le sol s'éventrait sur un puits gigantesque, de largeur comme de profondeur. Au sein de cette cavité, on ne distinguait que les éclats verts, mais une masse semblait remuer faiblement. Une masse d'où leur parvenait les sons étranges, cosmiques. Peter plissa les yeux, mais on ne distinguait toujours rien.

Tu le vois, Amnesia ? murmura-t-il, le souffle coupé.

Ils s'étaient accroupis pour mieux regarder par dessus le bord.

Est-ce... Est-ce que c'est lui ?

Mais il connaissait la réponse.





Codage by TAC







La musique que je joue au gré du vent : Flûtes de Pan
Les dessins que je peins au gré du temps : Crayons de Pan



Je tyrannise en forestgreen.
Portraits par Kim Minji.





le merveilleux cadeau de mes enfants trouvés:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org/
Miss Annabelle
avatar

☠ Fille de Joie ☠


✘ AVENTURES : 129
✘ SURNOM : La Dormeuse
✘ AGE DU PERSO : 20 années

✘ LIENS : L'entrée des Contrées est par la mer, mais Il y dort... prenez garde au Dormeur qui rêve et attend

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Les Contrées du Rêve   Dim 9 Oct 2016 - 11:27

Un rêve ? Peut-être. Amnesia ne saurait dire si elle s’était endormie, elle avait été trop hâtive de se lancée dans l’univers imaginaire lovecraftien. Trop hâtive, trop fascinée alors qu’elle avait en tête toutes ces images… l’abomination sans nom, des horreurs que nul esprit humain aurait pu décrire sans en perdre la raison. Elle avait pourtant dans ses pensées, les souvenirs de la Couleur Tombée du Ciel… et s’ils croisaient cette même couleur ? Que tout ne serait plus que cendres et qu’une mort lente les décomposeraient… La Dormeuse avait tout cela en tête, mais elle avançait tout de même. Parce qu’elle ne pouvait pas s’en empêcher. Parce qu’elle Les sentait dans son dos, dans les ombres. Parce qu’elle entendait les murmures d’ailleurs. Et parce que Peter Pan pourrait garder un équilibre entre ces univers… Never Land n’était pas la Terre qu’Ils avaient possédée.

Soudain, l’exclamation de Peter fit sursauter la fillette qui planta propre yeux sur la silhouette qui se dessinait. Elle plissa les yeux, bouche bée, Cthulhu était en train d’avancer vers eux ? Elle n’osa plus bouger durant ces longues minutes d’observation.

Le souffle fut repris par un long soupir presque soulagé, et un léger rire presque inaudible. Il ne s’agissait que d’une baleine, la Dormeuse la regarda nager avant d’être à nouveau interpelée par autre chose. Cette fois-ci, son cœur battait plus fort, toujours dans ce conflit de la peur et de la fascination. Ce son qui provenait des profondeurs était comme ceux qu’elle avait imaginés lors de ses lectures, une ambiance similaire. Quelques poussières de de ruines tombèrent sur les épaules de la Soigneuse, tandis qu’elle tournait la tête pour adresser un regard à Peter Pan. Un fin sourire s’était même dessiné. C’était Cthulhu. Et sa joie semblait pour le moment plus grande que l’angoisse qui rongeait l’estomac.

Les yeux fantomatiques tournés sur l’étrange temple qui semblait être le lieu de repos du Grand Prêtre Cthulhu, Amnesia se laissa entrainer par l’Enfant Roi. Le sourire qu’elle avait pu accroché disparaissait un peu par l’inquiétude, et l’incapacité de se décider. Peur ou Joie ? Est-ce qu’elle sauterait dans les tentacules ? Non, dans aucun des livres il n’était question d’un être qui pouvait approcher la créature sans craindre.

L’esprit enfantin dans le cœur d’Amnesia lui soufflait que c’était différent ici, non ? Difficile de ne pas avoir peur face à un être qui dépassait tout ce que l’humanité avait pu concevoir… tout ce que l’imaginaire pouvait de même… Car même dans les livres, il y avait plus d’une créature qui était décrite : une horreur indescriptible. Une horreur impossible à retranscrire… une horreur impossible à imaginer ?

La lente marche avait quelque chose de cérémonieux pour la Soigneuse, c’était comme entrer dans l’univers de ce qui fut la base de son imaginaire.

L’intérieur était si sombre, tant que la fillette n’appréciait guère mais tentait de se concentrer sur le but : Cthulhu. Elle suivit le Roi, prudemment, concentrée. Ce ne fut que lorsque Peter lui reprit la main pour la mettre dans son dos, qu’elle se rendit compte qu’ils étaient glacés. Evidemment, ils étaient si bas dans l’océan, et la lumière ne parvenait pas à réchauffer ces lieux. Amnesia trembla un peu, mais son attention était si happée par cette aventure qu’elle n’eut pas de mal à s’en débarrasser de la conscience.

Puis… Peter lui montra une lueur, celle qui était un peu comme la Couleur. Mais ce n’était pas ça, c’était Lui. Ses yeux s’agrandirent, comme si cela les débarrasserait de l’obscurité lourde qui habitait ce monde à part. Elle voulu s’avancer mais Peter l’arrêta par son bras, il fallait faire attention et se taire. Elle se pinça les lèvres, les iris pâles fixées sur la créature. Enfin, sur ce qui se dévoilait par les lueurs des quelques feux follets.

Accroupie au bord de cet étrange puits immense, Amnesia avait l’impression que sa fascination et sa peur était en train de s’entre dévorer. Il fallait fuir loin, il fallait tendre la main pour toucher l’être cosmique. La Dormeuse de ne cherchait pas de logique, de réponse claire, peut-être était-ce cela qui la préservait de la folie. À moins qu’elle ne soit déjà folle à lier ?

Aux questions du jeune Tyran, la fillette répondit dans un murmure.

- Oui… c’est lui…

Les sons étranges malmenaient les esprits logiques qui refuseraient d’imaginer l’immensité d’un univers qui engloberait le leur, mais les deux enfants n’étaient pas des êtres de logiques. L’imaginaire permettait peut-être de ne pas tomber dans la démence.

Un frisson parcourut la fillette lorsqu’elle entendit à nouveau les sons étranges, tandis que ses yeux virent les tentacules si emblématiques.

Prise d’un sursaut, Amnesia tomba en arrière. Les ombres tout autour d’eux l’inquiétaient, elle avait peur de voir surgir la Peur qui Rôde. Mais vite ses visions de souvenirs des livres s’effacèrent. Ils étaient sous l’eau. Et la Peur qui Rôde était sous terre.

- Peter… Il… il sait que nous sommes… ici.

Encore ces sons étranges, comme s’Il essayait de leurs parler. Cependant, ces sons ne ressemblaient à rien. Des sons qu’il semblait impossible à reproduire pour la voix humaine.

- Il… Il ne faut pas qu’il s’attaque à l’Île.

Lança la Soigneuse au Roi, il fallait s’assurer que Cthulhu comprenne où il était. Qu’ils étaient ailleurs, que ses fidèles n’étaient pas ici.

- Je pense que nous pouvons lui parler, puisqu’il essaie de nous interpeler. Sinon il ne nous écouterait pas… Mais toi, tu n’es pas un insecte pour lui, tu n’es pas juste un humain. Alors il pourra t’écouter et prendre tes paroles en considération !

Amnesia était sûre d’elle, malgré les grondements effrayants qui s’échappaient du puits. Malgré la fièvre qui naissait peu à peu. Malgré les yeux qui devenaient vitreux. La Dormeuse ne semblait pas si bien, et lorsqu’elle s’en rendit compte elle s’empressa d’expliquer. Elle reconnaissait ce qui se passait. La fièvre ne visait qu’à rendre inconscient, à emmener dans une contrée ailleurs, là où Cthulhu montrait et parlait.

- Peter… c’est comme, c’est comme dans l’un des nouvelles. Je crois qu’Il veut nous montrer quelque chose, et pour ça on doit être inconscient… Je sens que je vais m’effondrer bientôt, il faut avoir confiance. Tu as confiance ?

La fièvre était forte, la tête bouillonnait. Mais Amnesia reconnaissait ce qui avait fait sculpter à des artistes les statuettes, les bas-reliefs.

- Quand on sera là-bas, ce sera comme un rêve. On pourra… se réveiller, c’est… comme dans mes livres.

Un fin sourire, pour qu’ils aient confiance. C’était effrayant, et Cthulhu n’était pas particulièrement un être plein de bonté. Mais il semblait vouloir le dialogue avec Peter Pan.

Bien sûr que la Dormeuse craignait le Dormeur, mais elle ne voulait pas le montrer.






Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peter Pan
avatar

♛ Roi des Garçons Perdus ♛


✘ AVENTURES : 2594
✘ SURNOM : L'Enfant Roi
✘ AGE DU PERSO : Eternel

✘ DISPO POUR RP ? : Un peu chaud !
✘ LIENS : Je suis un petit oiseau à peine sorti de l'oeuf.
Et aussi tout ça !

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Les Contrées du Rêve   Jeu 29 Déc 2016 - 14:12



les contrées du rêve

PAN & ANNABELLE




Il sentit un brusque mouvement de recul d'Amnesia et son coeur, déjà surexcité, cogna encore plus fort. Toujours sur les genoux, il recula lui aussi et s'approcha de la Dormeuse qui s'était recroquevillée dans l'ombre. Leurs gestes étaient encore un peu alourdis par la pression de l'eau, mais pas autant que dans l'Océan. La Cité Engloutie était un monde à part, un monde à part entière. Elle possédait sa propre atmosphère.

Au dessous d'eux, dans le gigantesque puits, des sons gutturaux, résonnants et indéfinissables, leur parvenaient, faisant vibrer les fondations en même temps que leur propre squelette. Ils étaient si sonores qu'ils ébranlaient la pensée, la foi et le courage de Peter Pan.
C'est pourquoi sa voix était bien plus tremblante qu'il ne s'y attendait lorsqu'il dit, en fixant avec inquiétude Amnesia :

Qu'est-ce qui se passe ?

Peter… Il… il sait que nous sommes… ici.

Un frisson le traversa de part en part, malgré l'eau qui poissait sur sa peau.

Il… Il ne faut pas qu’il s’attaque à l’Île.

Les yeux noirs de l'Enfant Roi fixaient avec une intensité douloureuse le visage poupon d'Amnesia. Il se sentait à présent tout à fait dépassé, comme si le jeu avait, pour une fois – en vérité, ce n'était pas la première fois, mais il avait oublié les autres – pris le contrôle sur lui, et non l'inverse. Peter était prisonnier de son propre jeu. Son propre imaginaire.
C'était là pour lui, le pire, le pire des dangers.

Je pense que nous pouvons lui parler, puisque il essaie de nous interpeler. Sinon il ne nous écouterait pas… Mais toi, tu n’es pas un insecte pour lui, tu n’es pas juste un humain. Alors il pourra t’écouter et prendre tes paroles en considération !

Peter eut un vague mouvement de recul.
Derrière eux, la créature lança un cri encore plus puissant que les autres et Peter dut retenir une sorte de hoquet. Il saisit les mains de la Dormeuse et les pressa. Elle était toute pâle.

Et tandis qu'elle parlait, tandis qu'elle parlait de l'inconscience, de la confiance et des livres, Peter les pressait plus fort, plus fort, comme pour la retenir.

Attends !

Nouveau hurlement de Cthulhu. Peter se retourna, le souffle court, vers le Puits. Les lumières dansaient, comme possédées, étalant leur éclat moite sur les façades sombres du Temple.

Où est ce qu'il nous emmène ? C'est quoi, là-bas ?

Il avait chaud, tellement chaud à présent. Son crâne lui pesait, comme lorsqu'il fumait le calumet chez les Delaware. Ses rétines étaient brûlantes et sa bouche sèche.

Qu'est-ce qui m'arrive ? gémit-il en se tenaillant le crâne.

Des larmes coulèrent sur ses joues.
Sous la pression, sa bulle d'air éclata et il crut se noyer, mais il respirait tout aussi librement. Seul l'angoisse entravait le chemin de l'air dans ses poumons.

Avec son poignard, il perça celle d'Amnesia aussi et prit son visage entre ses paumes.

Ne me laisse pas ici, c'est toi qui le connais ! Où est-ce qu'il nous emmènera ?! Dis-moi !

Il ne sentait déjà plus le bout de ses doigts. Un bourdonnement vrombissait au creux de ses oreilles. Il avait le vertige, le vertige, le vertige.
Mais la Peur le maintenait encore, le préservait de l'inconnu.

Dis-moi où on va...

Car un roi n'est roi qu'en son royaume.







Codage by TAC







La musique que je joue au gré du vent : Flûtes de Pan
Les dessins que je peins au gré du temps : Crayons de Pan



Je tyrannise en forestgreen.
Portraits par Kim Minji.





le merveilleux cadeau de mes enfants trouvés:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org/
Miss Annabelle
avatar

☠ Fille de Joie ☠


✘ AVENTURES : 129
✘ SURNOM : La Dormeuse
✘ AGE DU PERSO : 20 années

✘ LIENS : L'entrée des Contrées est par la mer, mais Il y dort... prenez garde au Dormeur qui rêve et attend

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Les Contrées du Rêve   Ven 6 Jan 2017 - 12:52


Elle entendait ces hurlements inhumains, ces grondements indescriptibles. Cthulhu le Rouge, sans doute une référence à son âme guerrière venue conquérir la Terre. Les eaux l’empêchaient de mener son projet à bien. Il ne devait pas sortir des eaux. Ni lui, ni ses rejetons à têtes de pieuvres. Mais ici, Peter Pan et Amnesia étaient si proche du Dormeur, cependant, le liquide salé demeurait protecteur de leurs esprits.

Avec peine, Amnesia tenait ses yeux ouverts, elle vit l’état de l’Enfant Roi. Bien que flouté, elle devinait de la détresse peut-être. Ils avaient à quelques mètres d’eux une entité qui ne répondait pas aux normes physiques de Terre, mais peut-être à celles de l’imaginaire ? Quoi qu’il en soit, il demeurait une sorte « d’extraterrestre » contre lequel les Choses Très Anciennes s’étaient opposées. Ne lui accordant que R’lyeh.

La bulle éclata, par le poignard de Peter, elle allait étouffer ? Mais elle écoutait ce que l’Enfant Roi disait, demandait. Elle voulu répondre, avec le peu de force qui lui restait, mais sa voix était comme bloquée. La Dormeuse avait l’impression de partir, et que le monde tremblait autour d’eux.

Ce n’était pas une impression, une fissure encercla les deux visiteurs du monstre. Amnesia trouva le moyen de s’accrocher aux poignets du Roi de l’Île.

- Juste, vers lui…

Avec de la peine, laissant s’échapper des bulles d’air, elle indiqua le puits où commençait à les mener la pièce de sol qui se détachait du bord.

Doucement, puis plus brusque, plus brutal, la descente jusqu’au Dormeur se fit. La physique semblait ne plus être aquatique. Comme si le puit était une bulle d’air. Lorsque la limite entre l’eau et l’air des tréfonds fut passée, Amnesia inspiration, et réussi à lâcher un cri de sa voix un peu cassée. Peut-être à cause du fond marin. Elle chercha à s’accrocher à la pierre qui tombait à plus grande vitesse.

L’éboulement raisonna dans toute l’étage salle. Cthulhu était là. Immobile, mais pourtant, il avait fait entendre ses hurlements.

L’atterrissage ne fut pas si brutal, comme si quelque chose avait retenu le bout de la chute. Amnesia tourna la tête vers Peter, elle avait l’impression que sa propre fièvre se faisait déjà moins forte. Mais elle demeurait encore un peu faible. Puis son regard parcouru les alentours. Elle découvrit des colonnes monumentales. L’eau restait en suspens au sommet du puit, ici il y faisait sec et humide à la fois. Les allées créées par les colonnes menaient à des paysages nuits, impossible de savoir ce qui pouvait bien se trouvait par-delà cette pièce principale.

Brusquement, Amnesia tourna la tête vers Cthulhu. Il était immense, colossal. Son corps reposait encore plus profond, la structure où étaient atterris les aventuriers permettait d’être face au Dormeur. Au niveau des tentacules titanesques. Ces dernières bougeaient, il était comme en train de sortir d’un sommeil.

Impossible pour la Dormeuse de se lever, mais elle parvint à se tourner vers Pan, pour lui expliquer. Pour rassurer comme elle pouvait, au cas où.

- Peter, Il est là. Il n’est pas encore totalement réveillé. C’est… C’est pour ça qu’on s’est senti mal, il essayait de parler avec nous. Mais il n’y parvenait pas bien à cause des eaux. Maintenant, on pourra l’entendre et il nous entendra. Enfin, toi, il t’entendra.

Elle, elle n’était qu’un insecte pour ce monstre conquérant. Les grognements la firent se retourner. C’était étrange de voir cette créature verte pâle, peut-être aux yeux rouges. La matière dont elle était faite avait un aspect entre la transparence et le solide, cependant, il paraissait déjà bien plus concret que dans les livres. Ceci s’expliquant sans doute par les lois physiques bien différentes à Neverland, après tout.

Une voix la fit serrer les tissus de sa robe, une voix étrange, basse, d’abord incompréhensible. Usant de cette langue des Anciens. Puis doucement des images vinrent habiter la vue de la Soigneuse. Elle reconnu R’lyeh.

- Il nous montre, au lieux de parler. Il explique par des images, Peter tu reconnais la Cité Engloutie ?

Impossible pour Amnesia de ne pas sourire, et pourtant, elle savait pertinemment que Cthulhu n’était pas synonyme de joie. Loin de là. Horrifiée aurait sans doute été plus juste. Cependant, elle était comme rassurée de ne pas être folle. Tout ce qu’elle craignait dans les ombres, tous ces sons étranges qu’elle entendait, tout était vrai.

Une boule dans l’estomac demeurait, elle grandissait, pesait et s’entrechoquait avec la fascination.

Les images qui défilaient, rappelaient une à une les nouvelles que la Dormeuse avait lues. Sans doute l’entité ancienne venait scruter jusqu’au fond de l’esprit. Malgré la lueur verdâtre, aucune ombre de la jeune fille n’était dessinée sur la pierre froide. Amnesia effaça peu à peu son sourire en cherchant à rejoindre Pan.

Une des visions ne lui plaisait pas du tout, c’était celle d’une petite maison, une ferme, au milieu de son domaine, de champs. Il y avait des arbres, il y avait un puit. La Dormeuse crut reconnaître, puis elle fut sûre d’elle lorsqu’une lumière d’une étrange couleur éclatante déchira le ciel et vint s’écraser non loin du puit.

- La couleur tombée du ciel.

La mort qui avait résulté de cet évènement était affreuse, est-ce que le Dormeur était en train de la projeter pour le Pays de Jamais ? Amnesia ne voulait pas que cela puisse arriver, l’Enfant Roi devait s’affirmer face à ce conquérant de l’éther. La Soigneuse ne savait même pas l’origine de la couleur tombée du ciel, dans la nouvelle elle n’avait pas réussi à faire de lien concret, mais l’imaginaire lui avait toujours soufflé que les Grands Anciens avaient sans doute quelque chose à voir.

- Peter, tu dois… tu dois lui montrer qu’ici… c’est toi la Chose Très Ancienne. C’est toi qui décide ! Cthulhu est un conquérant, il était venu pour diriger le Monde, la Terre, mais ici ce n’est pas la Terre !

Amnesia croyait en ses paroles, même si la fièvre la rendait encore faible. Doucement, elle partirait, Cthulhu n’avait plus besoin de mettre autant d’insistance pour communiquer, puisque l’eau n’était plus un rempart.

Le Dormeur grondait toujours, comme s’il essayait de se réveiller. D’insister.






Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peter Pan
avatar

♛ Roi des Garçons Perdus ♛


✘ AVENTURES : 2594
✘ SURNOM : L'Enfant Roi
✘ AGE DU PERSO : Eternel

✘ DISPO POUR RP ? : Un peu chaud !
✘ LIENS : Je suis un petit oiseau à peine sorti de l'oeuf.
Et aussi tout ça !

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Les Contrées du Rêve   Ven 13 Jan 2017 - 14:23



les contrées du rêve

PAN & ANNABELLE




Peter cria, un cri bref et plein d'angoisse, lorsqu'il sentit l'ébranlement de la structure de pierre. Il regarda la déchirure grandir sur la plateforme, comme un cercle de flammes se refermant sur des proies démunies. Tout lui échappait à présent. Tout. Il sursauta au contact soudain d'Amnesia. Amnesia.
Est-ce qu'elle avait peur ? Elle avait l'air toujours si douce, si tranquille, en parlant de ces choses énormes et terrifiantes qu'elle semblait connaitre sans jamais en dire trop. Peter était à bout de nerf. Il voulait la secouer, la presser, et même la punir !! Car c'était sa faute, à elle, tout était sa faute ! Il voulut s'essuyer les yeux car il pleurait, devant une fille en plus, mais l'air était de l'eau ici, les larmes se noyaient elles-mêmes dans l'immensité salée.

Peter ne fit rien à Amnesia. Il avait trop peur de rester tout seul. Son calme et son mystère étaient affolants, mais il devait deviner, au fond, qu'ils seraient salutaires. Elle était la guide, celle qui savait, celle qui comprenait. Il ne sortirait pas de là sans-

BRAAAAM !

La pierre s'effritait, s'écroulait pour de bon, le monde s'effondrait. Peter voulut voler mais n'y parvint pas. Son esprit était bien trop empêtré dans la peur pour songer à une pensée heureuse.
Alors. Ils tombèrent.


*



Peter attendit le choc qui ne vint pas, puis la blessure qui ne vint pas, puis n'importe quoi, n'importe qui qui s'abattrait sur eux et ne venait pas. Il n'y avait plus d'eau. Il y avait un décor bizarre, improbable, qu'il voyait flou. Son corps était tendu jusqu'à l'âme.
Peter se tourna vers l'entité en même temps que la Dormeuse, le souffle coupé.

Peter, Il est là. Il n’est pas encore totalement réveillé. C’est… C’est pour ça qu’on s’est senti mal, il essayait de parler avec nous. Mais il n’y parvenait pas bien à cause des eaux. Maintenant, on pourra l’entendre et il nous entendra. Enfin, toi, il t’entendra.

Il fallait qu'il retrouve son assurance. Où était son ombre ? Amnesia parlait trop, et trop sereinement ! Mais où diable était son ombre ??

Il y eut soudain un gagrouilli résonannt, quelque chose que Peter n'avait jamais entendu. Cela évoquait la langue des Esprits, mais sa profondeur était inédite, unique. Il se crispa et tendit l'oreille, regardant de tous les côtés. Ce ne fut qu'alors que quelque chose se mit à pulser dans sa tête, des sortes de flashs, de bribes d'images, des scènes floues et chavirantes, qui lui donnèrent le tournis. Il secouait la tête, clignait des yeux, reculait, les traits déformés. Cthulhu, car c'était lui, le bombardait à l'intérieur de son crâne, partageant tout un monde dans le théâtre d'un imaginaire qui savait tout voir, tout recevoir, tout concevoir.
Un petit filet de sang s'écoula du nez de Peter Pan. Pourtant, peu à peu, il se détendait, se laissait faire, absorbait avec de moins en moins de résistance.

Oui... répondit-il à la question d'Amnesia, les yeux fermés.

Il ne bougeait pratiquement plus. Il n'était plus qu'un réceptacle magique. Un disque dur d'imaginaire.

Ses sourcils se froncèrent brusquement, car Cthulhu avait transmis à son esprit une vision étrange avec une couleur que Peter ne reconnut pas. Une douleur lancinante incendia l'arrière de son crâne. Il ne bougeait toujours pas.

Peter...

Comme sa voix était loin, loin dans l'humanité. Peter était loin de toi Amnesia, si loin ! Il était parmi les siens, les autres siens, ceux qui créent et détruisent des mondes à la force de leur foi. Parmi les monstres sacrés. Il mit du temps à revenir à toi, à son enveloppe physique.
Ses yeux se rouvrirent, lentement.

tu dois lui montrer qu’ici… c’est toi la Chose Très Ancienne. C’est toi qui décide ! Cthulhu est un conquérant, il était venu pour diriger le Monde, la Terre, mais ici ce n’est pas la Terre !

Peter ne bougeait pas, toujours toujours pas. C'était difficile d'être enfant et roi. D'être enfant et dieu. Il lui semblait qu'il s'était changé en statue pendant au moins cent ans et qu'il se réveillait seulement.

Il releva la tête et darda sur le monstre un regard sûr, même pas fier, simplement plein d'une assurance tranquille et déterminée. Il était tout petit à côté de lui, mais il semblait, lorsqu'on plissait les yeux – ce n'est qu'alors qu'on a le plus de chance de réellement distinguer les choses tel qu'elles sont – qu'il luisait dans la pénombre.

Peter plia les jambes avant de se propulser dans les airs. Il se hissa jusqu'à atteindre les yeux, écarlates, de Cthulhu. Il le fixa un long moment, l'affrontant sans haine et sans peur. Il tâchait d'enfouir tout cela au fond de lui. Parce qu'il était le maitre. Il était la Chose Très Ancienne. Et que... Toi, il t'entendra.

Tout doucement, Peter tendit le bras, la paume, et s'avança lentement en direction du front de Cthulhu. Il ne savait pas ce qu'il faisait. Il laissait l'enfant-fée, l'enfant-magie, guider ses gestes en étouffant l'enfant-peur, l'enfant-orgueil, l'enfant-tout-court.
Lorsque sa main entra en contact avec la peau indéfinissable du Gardien, Peter ressentit une décharge douloureuse et intense parcourir son corps. Quelque chose s'ouvrit dans son âme, il ne savait pas si c'était une porte ou une déchirure. Il ferma les yeux.
Il tenta alors de transmettre, lui aussi, des images de son royaume. D'en montrer l'étendue, flexible et imprévisible. D'en montrer la diversité. D'en montrer les enfants sauvés, les combats menés, les guerres pour de vrai. D'en montrer les Esprits, les Rêves, les Cauchemars, qui l'habitaient. D'en montrer la force, celle de l'Imaginaire. D'en montrer le Soleil. Lui.
Cela lui demandait une concentration dont il n'avait pas la mesure. Il ne se rendait pas compte de l'épuisement qu'il infligeait à son être tout entier. Il se vidait peu à peu de ses forces, le visage constellé de tics nerveux, les muscles tremblants, la peau blémissante.

Presque dépouillé de toute énergie, Peter Pan fit un dernier geste. Doucement, il posa son front contre celui de Cthulhu. Ses yeux restaient fermés. Ça faisait toujours mal. C'était différent, tout de même. Plus tendre. Comme une forte chaleur très froide, mais portée par un vent apaisant. Ses paupières demeuraient closes.
Il parla mais il lui sembla que ses lèvres ne bougeaient pas. Pourtant, sa voix résonnait bel et bien dans la Cité.

Tu peux rester ici, grand Gardien. Tu es issu de l'Imaginaire et c'est ici ton île. Mais tu ne peux pas conquérir cet endroit. Cet endroit n'est pas à toi. C'est endroit est à moi et à tous les enfants.

Il savait, d'instinct sûrement, comme tout ce qu'il savait, que Cthulhu aurait besoin de temps pour se nourrir de toutes les images. Lorsqu'il les aurait toutes absorbées, il saurait s'il voulait embrasser ou embraser ce monde.

Rendors-toi.

C'était l'ordre le plus doux qu'il eût jamais donné.


Le monstre émit un son caverneux, guttural, qui résonna lui aussi.
Peter sentit son contact lui échapper, dans sa tête, sur sa peau.
Il se sentit dégringoler, tomber doucement, comme une feuille d'automne, jusqu'au sol.

Il était pâle comme un fantôme.







Codage by TAC







La musique que je joue au gré du vent : Flûtes de Pan
Les dessins que je peins au gré du temps : Crayons de Pan



Je tyrannise en forestgreen.
Portraits par Kim Minji.





le merveilleux cadeau de mes enfants trouvés:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org/
Miss Annabelle
avatar

☠ Fille de Joie ☠


✘ AVENTURES : 129
✘ SURNOM : La Dormeuse
✘ AGE DU PERSO : 20 années

✘ LIENS : L'entrée des Contrées est par la mer, mais Il y dort... prenez garde au Dormeur qui rêve et attend

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Les Contrées du Rêve   Dim 12 Fév 2017 - 20:41


Mains serrées sur cœur, Amnesia ne quittait pas l’Enfant Roi des yeux. Lorsqu’il s’envola, elle inscrivit un léger sourire presque rassuré. Mais pas totalement.

Spectatrice, comme la lectrice qu’elle avait toujours été, elle ne ratait pas une miette. Confiante en Peter Pan, si la science les perdait… l’Imaginaire les sauverait ! Non ? La Dormeuse n’était sûre de rien, mais elle espérait. Elle croyait aveuglément que Neverland était différent, que ce ne serait pas le monde condamné que les Anciens observaient. Avides de revenir.

Sans voix, sans laisser entendre cette voix un peu cassée par l’eau, elle lisait ce qu’elle voyait.

Les doigts couvrirent sa bouche, craignant que la folie vienne, que Cthulhu voit cette île comme étant une simple parcelle de la Terre. Cependant, elle vît ce que Peter faisait. Il allait parvenir à montrer au conquérant des abysses. Il allait parvenir à lui parler d’égal à égal.

Et lorsque l’ordre final fut donné, comme celui qui avait toujours raisonné dans l’esprit du Dormeur, Amnesia n’émit plus un souffle. Comme si elle craignait de perturber ce moment.

La pression sur l’esprit semblait s’amoindrir, le sommeil semblait revenir. Ce son caverneux parut même apaisant à Amnesia. Elle-même se sentait si bien à ce moment précis, comme si elle pourrait dormir à nouveau sans se soucier des sons. Juste en se remémorant celui d’une créature qu’elle aimait et craignait.

Mais cet instant qui avait détendu le visage même de la Dormeuse, se termina vite. Elle se précipitait vers l’Enfant Roi qui tombait.

La chute ne paraissait pas violente, mais la Soigneuse se hâta pour recueillir le souverain de l’Île dans ses bras. La pâleur du jeune roi l’inquiéta, il ressemblait aux fantômes, aux internés d’Arkham… Il avait sans doute dû mettre énormément d’énergie.

Amnesia ne savait que faire. Elle n’avait rien pour soigner, malgré sa peur pour l’état de Peter, elle inscrivit un grand sourire. Pour tenter de masquer l’inquiétude, pour se concentrer sur une victoire.

- Tu as réussi !

Enfin, elle pensait. Pour un temps donné.

- Tu lui as donné de nouveaux rêves, il dormira, je pense, aussi longtemps que tu seras là.

Affreusement inquiète, Amnesia. Elle leva la tête vers la créature d’outre-monde juste au-dessus d’elle, tout se montrait étrangement paisible… Elle observa ensuite les alentours, ces étranges couloirs de colonnades sombres. Des lueurs un peu vertes en échappaient plus loin.

- Peter Pan, est-ce que… ça va ?


Finit-elle par ajouter lorsque ses yeux pâles retombèrent sur le maître du pays imaginaire. Le visage de ce dernier ne l’aidait pas à se rassurer, sans doute Bow allait la détester. Disant qu’elle était fautive… Enfin, elle n’en savait rien. Elle avait surtout retenu qu’il ne semblait pas tellement l’apprécier. La Soigneuse n’allait pas s’en soucier maintenant. Elle avait autre chose à s’inquiéter.

S’inquiéter, encore et encore.

Elle espérait que la folie n’ait pas pris le dessus, que l’Enfant Roi soit plus fort que les adultes…






Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peter Pan
avatar

♛ Roi des Garçons Perdus ♛


✘ AVENTURES : 2594
✘ SURNOM : L'Enfant Roi
✘ AGE DU PERSO : Eternel

✘ DISPO POUR RP ? : Un peu chaud !
✘ LIENS : Je suis un petit oiseau à peine sorti de l'oeuf.
Et aussi tout ça !

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Les Contrées du Rêve   Sam 18 Mar 2017 - 13:13



les contrées du rêve

PAN & ANNABELLE




Tu as réussi.

La voix lui parvenait de très loin mais résonnait tel un écho infini dans son crâne. Il la percevait comme à travers une paroi. Comme s'il était enfermé dans une bulle.
Peter Pan commandait fort à ses paupières de se redresser, mais plus rien ne lui obéissait. Lui-même ne s'obéissait plus, et c'est une chance qu'il était bien trop épuisé pour paniquer à ce constat.

Tu as réussi.
Réussi quoi ?
Le cerveau de Peter pédalait à toute allure pour reconnecter la pensée. Tout ankylosé, il rassemblait les morceaux petit à petit et le processus était morcelé de flashs, de trous noirs, de vides. Cthulhu.


Peter Pan ouvrit les yeux, tout doucement. On ne voyait qu'une fente à l'éclat puissant, encore.

Tu lui as donné de nouveaux rêves, il dormira, je pense, aussi longtemps que tu seras là.

Les paupières papillonèrent. Le regard s'agitait dans tous les sens. Peter Pan cherchait des yeux son reflet monstrueux.

Peter Pan, est-ce que… ça va ?

Le regard se figea dans celui d'Amnesia, qui dans le décor sombre et l'esprit embrumé de Peter ressemblait plus que jamais à un fantôme.
Le petit roi se redressa lentement, s'asseyant en tailleur et maintenant sa tête en plomb des deux mains. Etait-ce normal qu'il entende son coeur à l'intérieur ? Il faudrait demander à Soul.

Je suis vivant. dit-il d'un ton étrangement sobre.

Il se releva tout à fait, s'agrippant doucement au bras de la Dormeuse. Puis, il se tourna en direction du Gardien endormi, saisi comme jamais par la puissance qui émanait de son aura.
Fort étonnament, Peter était encore plus sensible à la majesté de son être à présent que ce dernier était inconscient. La peur et la confusion l'avaient empêché de recevoir autre message que la menace. A présent, son regard épousait chaque détail de l'anatomie de Cthulhu et son âme absorbait chaque morceau d'énergie.

Il ne comprenait pas très bien l'origine de sa fascination pour le monstre. Il ne comprenait pas pourquoi, finalement, il n'avait pas vraiment envie de le quitter.
Peter Pan n'avait jamais rencontré d'être aussi puissant que lui. L'immensité de sa solitude lui tomba sur la tête, comme une enclume. Un poing invisible s'était reserré autour de son coeur.
Le bruit de la respiration tranquille du gardien faisait vibrer le silence.

Est-ce qu'il ne va pas se sentir seul, ici ?

Tout seul, entouré de son pouvoir, son pouvoir, juste son pouvoir. Et quelques feux follets des eaux gravitant pour s'en nourrir un peu.

Peter se tourna brièvement vers Amnesia, avant que son regard ne soit automatiquement aimanté par Cthulhu de nouveau.

Est-ce qu'il fera des cauchemars ?


Est-ce qu'on peut rester avec lui encore un peu.







Codage by TAC







La musique que je joue au gré du vent : Flûtes de Pan
Les dessins que je peins au gré du temps : Crayons de Pan



Je tyrannise en forestgreen.
Portraits par Kim Minji.





le merveilleux cadeau de mes enfants trouvés:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org/
Miss Annabelle
avatar

☠ Fille de Joie ☠


✘ AVENTURES : 129
✘ SURNOM : La Dormeuse
✘ AGE DU PERSO : 20 années

✘ LIENS : L'entrée des Contrées est par la mer, mais Il y dort... prenez garde au Dormeur qui rêve et attend

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Les Contrées du Rêve   Dim 23 Avr 2017 - 9:33


Le ton de Peter Pan était étrange, mais Amnesia ne s’en formalisa pas. Elle se contenta de se faire moins bancale pour aider le jeune roi à se relever. Le calme était revenu, le calme glaçant du sommeil de Cthulhu. La Soigneuse se demandait encore comment cela se faisait-il qu’ils n’étaient pas encore tombés dans la folie en voyant ce Gardien plus vieux que la création. La réponse était soit qu’ils l’étaient déjà, soit parce qu’ils étaient au Pays de Jamais. La physique n’y était pas la même exacte.

Elle aussi observait la Créature, un doux sourire s’affichant sur son visage fantômatique. Elle aimait et craignait ce monstre de l’esprit.

Tout était étrange. Amnesia avait l’impression de vivre l’une de ses nouvelles, d’être privilégiée en ce moment. Pouvoir contempler le Dormeur sans sombrer dans l’immensité de la folie. Grâce à l’Île sans doute.

Puis la voix de Peter la ramena de sa fascination, elle porta ses iris pâles sur l’Enfant roi. Les questions paraissaient bizarres et pourtant… Amnesia les comprenait. Ses yeux aussi furent à nouveau absorbés par la contemplation du Dormeur. De sa voix cassée, mais calme, elle répondit au jeune Tyran. Mais avant, elle avait réfléchi à ce qu’elle savait. À ce qu’elle avait étudié de tout l’univers de Lovecraft dans son livre épais.

- Il y a très longtemps, Il s’est fait bannir de sa planète d’origine. Et c’est sur Terre qu’Il retrouva un… « foyer ». Il voulait la conquérir. Mais les Choses très anciennes L’en ont empêché. Cependant, Il a toujours des fidèles. Il y a des gens qui Le prient, qui Lui vouent un culte.

Bref résumé, elle s’approcha de Cthulhu. Il semblait mort et vivant à la fois, impossible de le relier aux codes de vie qu’elle connaissait.

Elle se tourna vers Peter, avec un fin sourire.

- Ici, Il est seul. Mais des gens pensent à Lui, même s’Il est un dieu prônant la guerre. Je ne pense pas qu’Il fera des cauchemars, Il est peut-être en connexion avec Ses Cousins ou Ses sortent d’« enfants ».

Le sourire se fit un peu plus grand et tranquille.

- « Dans sa demeure de R’lyeh la morte, Cthulhu attend en rêvant. » Ne t’en fais pas, Il rêve mais ne cauchemarde pas. C’est Lui qui crée parfois d’étranges rêves aux humains qu’Il veut contacter, c’est par le sommeil qu’Il nous atteint.

À nouveau, son regard se perdit dans l’immensité du Dormeur, elle devait plier la nuque en arrière pour tenter de voir le haut de l’être étrange. Elle croisa les bras pour tenter de se réchauffer un peu des frissons que l’air frais avait créé sur elle.

- Il faudra surveiller un peu l’océan… sans doute…






Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peter Pan
avatar

♛ Roi des Garçons Perdus ♛


✘ AVENTURES : 2594
✘ SURNOM : L'Enfant Roi
✘ AGE DU PERSO : Eternel

✘ DISPO POUR RP ? : Un peu chaud !
✘ LIENS : Je suis un petit oiseau à peine sorti de l'oeuf.
Et aussi tout ça !

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Les Contrées du Rêve   Ven 26 Mai 2017 - 19:17



les contrées du rêve

PAN & ANNABELLE




Peter écoutait attentivement les paroles d'Amnesia. Il semblait, d'ailleurs, que depuis le départ, Peter avait porté aux paroles d'Amnesia une attention qui dépassait de loin celle qu'il accordait d'ordinaire à nombre de ses sujets.

Il y a très longtemps, Il s’est fait bannir de sa planète d’origine. Et c’est sur Terre qu’Il retrouva un… « foyer ». Il voulait la conquérir. Mais les Choses très anciennes L’en ont empêché. Cependant, Il a toujours des fidèles. Il y a des gens qui Le prient, qui Lui vouent un culte.

A cet instant, Peter Pan fut ramené à une réalité, ou amené tout court peut-être, qu'il occultait volontiers. Il y avait d'autres mondes, d'autres vérités, et d'autres dieux que lui-même. Dans un ailleurs qu'il survolait peu, trop occupé entre le sien et celui qu'il dépouillait d'âmes. C'était bien le coeur de son Pays qui insufflait aux autres la force d'exister puisqu'il concentrait en son sein l'imaginaire lui-même, mais tout cela lui échappait, sur tout cela, il ne régnait pas. Pas vraiment.
Lorsque Amnesia parla de ses "sortes d'enfants", Peter sentit son coeur se pincer. L'orgueil y pulsait autant que la fascination. C'était fort étrange de rencontrer un être si semblable à lui, au-delà des tentacules, du monstre. Et c'était si dérangeant. Il voulait être le seul, le seul, à avoir des "sortes d'enfants" qu'il sauverait, commanderait, accoucherait une seconde fois.

Ne t’en fais pas, Il rêve mais ne cauchemarde pas. C’est Lui qui crée parfois d’étranges rêves aux humains qu’Il veut contacter, c’est par le sommeil qu’Il nous atteint.

Le petit roi hocha la tête gravement, doublement soulagé. Son espèce de frère cosmique ne verrait pas son sommeil aussi tumultueux que le sien. Et son espèce de frère cosmique ne lui ferait aucune ombre. Peter lui laissait l'océan. Tant qu'il conservait son ciel...

Il faudra surveiller un peu l’océan… sans doute…

Nouveau hochement de tête.

Je le surveillerai tous les jours.


Il y croyait vraiment, à cet instant.


*


Alors qu'il fendaient le ciel, que l'Esprit Vent séchait l'eau qui poissait leur habit, que l'Esprit Nuit accompagnait leur retour au foyer, Peter Pan pensait beaucoup à Cthulhu. Il semblait que le monde ne serait plus pareil à présent qu'il abritait tel être.
Alors qu'ils fendaient le ciel, se rapprochant peu à peu du Grand Arbre, Peter Pan, dit :

Je n'ai pas peur. Quand Cthulhu se réveillera, nous serons là. Nous le calmerons. Tu seras comme sa maman. Tout ira bien, puisque tu seras toujours là.


Il y croyait vraiment, à cet instant.





Codage by TAC







La musique que je joue au gré du vent : Flûtes de Pan
Les dessins que je peins au gré du temps : Crayons de Pan



Je tyrannise en forestgreen.
Portraits par Kim Minji.





le merveilleux cadeau de mes enfants trouvés:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org/
Miss Annabelle
avatar

☠ Fille de Joie ☠


✘ AVENTURES : 129
✘ SURNOM : La Dormeuse
✘ AGE DU PERSO : 20 années

✘ LIENS : L'entrée des Contrées est par la mer, mais Il y dort... prenez garde au Dormeur qui rêve et attend

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Les Contrées du Rêve   Dim 25 Juin 2017 - 12:02


Il Le surveillerait, en surveillant l’océan. La fillette eut un fin sourire avant de porter un dernier regard au Dormeur.

Chemin inverse, ils avaient regagné les cieux. Les prunelles pâles d’Amnesia scrutaient encore la surface des eaux alors que l’Esprit Vent retirait les traces aqueuses, peu à peu la terre prenait place. La Soigneuse dû faire des efforts afin de ne pas jeter un encore des regards derrière eux. Où Il était. Où se trouvait cet être plus vieux que la Terre.

Puis le Grand Arbre se dévoilait, et la Dormeuse porta toute son attention sur Peter Pan.

Et les paroles qu’elle entendit lui donnèrent un grand sourire bien que l’étonnement s’était fait une place en premier.

- Oui, on sera là.

La Dormeuse y pensera toujours. Tout comme elle pensait à ces êtres invisibles, dans un autre monde, qui la frôlaient parfois. Ceux qui chuchotaient à ses oreilles quand il n’y avait pas d’autres bruits.

Elle veillera toujours l’océan. Si elle le pouvait, elle irait même chanter des berceuses à la surface des eaux.

Cependant, elle restera toujours au Grand Arbre. Alors elle y pensera, elle murmurera des mélodies un peu cassées. Peut-être que les autres créatures qui l’accompagnent, ailleurs, transmettront aussi ces musiques.

L’Enfant Roi et la Dormeuse veilleraient sur le Dormeur.






Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ombre
avatar



✘ AVENTURES : 1611

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Les Contrées du Rêve   Mar 25 Juil 2017 - 14:07

The End


Mais quand les parents dorment, et que l'enfant s'agite,
Qu'ils sont trop occupés par leurs propres tourments,
Qui veillera donc que nul événenement n'excite,
La colère menaçante de l'oublié enfant.


FIN DE L'AVENTURE




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Les Contrées du Rêve   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [FLASHBACK] Les Contrées du Rêve
» contrôleur de drones et armures Stealth
» tva à 5.5, contrôle technique, et voie bus
» [Résolu]Contrôle parental.
» Contrôleur de Drones

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Mer Imaginaire :: L'Océan Bariolé :: La Cité Engloutie-