Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 783
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : caca masqué.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: Fair game   Ven 23 Sep 2016 - 8:14

Fair play...
Fair play hein?
"Mon cul, ouais." Avait marmonné Apache juste après l'affirmation de Freckles.
S'il y avait bien une chose que le punk ne nourrissait pas a l’égard de Pit, c'était bien la confiance.
Ce mec était bizarre. Il avait un truc derrière la tête, et même lui le disait! Il était comme ca le Joker, toujours a faire des coups tordus en douce! C'était sur! Et pas franc du collier pour un sous! Tout ce que l'Hérissé exécrait, et tout ce qu'il n'était pas, d'ailleurs.

Le rouquin, lui, s'était étalé sur la table, de toute évidence assommé par le joint. "Bein alors, lionceau, tu tiens pas la distance ou quoi?" Le punk ricana en lui tapotant doucement l'épaule.
"Alala... Ces chefs. A peine une taff de sifflée et déjà sur le point de se pieuter!"
Nouveau rire, un peu moqueur, un peu attendrit, au final. Il était vraiment défoncé, lui aussi, donc ça lui allait bien de l'ouvrir.

Cependant, Freckles se redressa finalement pour redistribuer les cartes pour ce qu'il semblait être un dernier tour de manège. Pendant ce temps la, le grand blond brodait des sortes d'insignes sur les deux vêtements récupérés, sous le regard lourd de reproches d'Apache lorsqu'il passa au T shirt Hello Kitty.
Rha l'enfoiré...
Enfin, au moins les couleurs choisies étaient plutôt pas mal! Rouge et noir, ca lui parlait plutôt, a l'Anarchiste, même si cela juraient parfaitement avec le rose du vêtement.

« On en fait une dernière ? Faudrait pas qu'Apache se retrouve encore plus à poil que maintenant. »

- Allez.. Le chasseur avait marmonné tout en récupérant ses cartes, y jetant un œil peu intéressé, ne relevant même pas la remarque de rouquin.
Petit coup de fatigue, petit coup de vide, l'esprit révolté s'était mis a voguer ailleurs, très loin... Très très loin.

Il bloqua de cette manière pendant presqu'une minute entière.
Absence.
Votre interlocuteur est actuellement en déplacement, veuillez rappeler ultérieurement, merci de votre compréhension.


Et puis, brusquement, il sursauta, les cartes toujours en main, ses yeux noirs semblant les voir de nouveau, se concentrant dessus pour au final les rabattre devant lui comme ils l'avaient fait jusqu'ici, sans trop savoir ce que cela donnerai, attendant comme d'habitude les réactions de ses partenaires de jeu.
Pour patienter, comme s'il en avait besoin, Apache avait sorti du papier et de l'herbe, se focalisant sur le roulage d'un second joint, passant sa langue sur la feuille avant de rouler le tout entre ses doigts dans des gestes habitués, experts auraient dit certains.

"Alors ? Cha donne quoi ?" Avait-il demandé, la clope entre les lèvres tout en l'allumant a l'aide d'une allumette précédemment craquée.
Cela donnait que l'Hérissé avait gagné, mais ca, il ne le savait pas encore, trop occupé a aspirer une nouvelle bouffé délirante, a l'en faire frissonner. A moins que ce ne soit le manque de vêtements qui soit concerné.

HRP:
 







"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit
avatar

♣ Chef des Raccommodeurs ♣


✘ AVENTURES : 719
✘ SURNOM : Le Joker
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ LIENS : Quelques fleurs perdues dans un fossé de cartes
le SWAG


MessageSujet: Re: Fair game   Jeu 29 Sep 2016 - 14:08

Ils allaient arriver à la fin de la partie. La chance semblait faire un tournus, chacun sa victoire. Ce serait joliment harmonieux, ça plaisait bien au Chef des Raccommodeurs. Mais il ne fallait pas parler trop vite, il y avait beaucoup de hasard, et peu de maîtrise du poker à cette tablée.

Apache n’avait apparemment pas grande idée de ce qu’il tenait entre les doigts, selon la question posée par ce dernier. Pit en eut un large sourire, puis un rire en arrêtant le fil. Le Joker n’avait pas encore regardé ses propres cartes, plus intéressé par le résultat de sa broderie improvisée que par la partie. Pour le moment. Parce que l’esprit se tournait déjà un peu plus sur Freckles et Apache.

Pit posa ses affaires, portant son regard bien trop vert sur les cinq cartes au centre. Il y avait deux rois. Les deux rouges. Une dame de cœur et deux sept. L’un de trèfle et l’autre de pique.

- Hm.

Il observa les siennes, un as de carreau et un huit de pique. Un rire perça le silence temporaire du Joker, puis il donna un large sourire à l’Hérissé au style si… anticonformiste.

- On dirait que tu nous as fait la réunion des rois.

Un joli carré, deux et deux, double paires, bref… que du nombre pair.

Restait à savoir ce qu’avait Freckles, mais on dirait que pour le moment, pour ce que voyait Pit précisément à ce moment… le Chasseur gagnait ce coup. Le débutant absolu. Ce n’était pas si dérangeant, c’était très drôle en fait. D’où les multiples ricanements du Chef, bien qu’il faille encore savoir qu’est-ce qui pouvait bien faire marrer le Joker… rien de particulier laissait un indice. Pit s’amusait simplement, supposons.

Large sourire. Parce que c’était toujours ainsi.

- Freck’, qu’est-ce que t’as de beau pour ce dernier tour ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1265
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: Fair game   Jeu 29 Sep 2016 - 23:10

C'était drôle. Il avait eu tellement hâte de jouer et maintenant il avait hâte que ça se termine. C'était là l'inconstance de son humeur du moment. Il s'enflammait et se lassait. La pluie n'aidait pas ; il voyait presque sa motivation dégouliner sur le sol en même temps que les gouttes. Il ne pouvait pas le nier : il s'amusait. Leur partie n'avait plus rien de sérieux et tout se jouait au hasard, oui. Mais réunir Apache et Pit autour d'un jeu de cartes, c'était un sacré miracle et il aimait l'idée de s'en sentir partiellement responsable. Seulement l’enthousiasme passait. Maintenant, Freckles se sentait tout à fait fatigué, et un peu nauséeux. Le punk avait raison pour le coup. Il ne tenait rien du tout. Ce qui ne l’empêcha pas de lorgner sur le deuxième joint qu'il s'allumait, levant un sourcil – l'air de demander « encore? ».

Il haussa les épaules à l'intention de personne en particulier et regarda ses cartes.
As de pique, dix de cœur.
On s'en fout.

"Alors ? Cha donne quoi ?"
- On dirait que tu nous as fait la réunion des rois.

Il se pencha pour regarder, de nouveau presque grimpant sur la table. Il était comme un gamin qui a le besoin irrésistible de tenir les choses dans ses mains pour mieux les voir. Il fit glisser les cartes d'Apache sous ses doigts et constata qu'il avait le plus beau jeu de toute la partie.
Et sans même s'en rendre compte ! Le con.

« C'est drôle parce qu'Apache déteste les rois », il déclara en se rasseyant comme si c'était une nouvelle exceptionnelle et pas une vérité mondialement connue.
- Freck’, qu’est-ce que t’as de beau pour ce dernier tour ?
« Que dalle. »

Il déposa ses cartes devant lui avec un sourire grimacé pour cacher sa déception.

« J'ai bien peur qu'Apache aie gagné, » fit-il d'un air plus dramatique que nécessaire. « C'est bien, ça fait une victoire chacun ? Tout le monde a gagné. Hourra. » un sourire peut-être plus pétillant, cette fois. « Vas-y, fais péter le gage, mon pote. Pas un truc trop bizarre. »

Il replia sa jambe sous lui pour arrêter de la taper nerveusement sur le sol. Lançant avec les yeux un implicite je ne vise personne dans la vague direction de Pit.
Il espérait d'Apache le gage le plus classique, drôle, et idiot qu'il soit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 783
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : caca masqué.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: Fair game   Mar 4 Oct 2016 - 18:27

- On dirait que tu nous as fait la réunion des rois.
- C'est drôle parce qu'Apache déteste les rois.
Le punk se mit à rire, faisant écho avec les ricanements intempestifs du raccommodeur.
"Je les déteste pas tant que ça... La tête tranchée au bout d'une pique." Ca sonnait un peu comme une blague, sauf qu'en l’occurrence, le trait d'humour restait relativement flou. Pour qui connaissait les idées profondes du révoltés, cela aurait pu sonner comme une réelle menace.

"J'ai bien peur qu'Apache aie gagné"
Vraiment ? Il avait emporté cette partie ? Toujours trop enfumé et son deuxième joint entamé, le chasseur avait quelque peu de mal à suivre. "C'est bien, ça fait une victoire chacun ? Tout le monde a gagné. Hourra." "Ca fait plaisir un peu d'égalité, c'est rare dans les parages !" Nouvelle remarque, nouvelle pique à l'encontre du système. Apache était en roue libre, et cela ne présageait rien de bon pour lui comme pour ses camarades. " Vas-y, fais péter le gage, mon pote. Pas un truc trop bizarre."
Nouveau rire alors que le punk ramenait la cigarette à ses lèvres, tirant longuement sur le pétard, se délectant de sa saveur et de ses effets, silencieusement, fixant tour a tour les deux chefs qui l'entouraient.
Pit...Freckles...Freckles...Pit.
Quel gage allait-il bien pouvoir inventer ? Pas de problème pour trouver des idées, Apache était du genre imaginatif.
Il pourrait par exemple les forcer à se mettre a poils et leurs faire faire trois fois le tour du Grand Arbre en braillant l’Internationale, en Français.
Mouais, pas mal !
Mais l'apprentissage de la chanson serait peut être un tantinet longué !
Alors il pourrait demander à Freckles de foutre le feu à toute les créations du Joker ici présente ?
MmMm Pas mal, pas mal...
Méchant, très méchant ! Digne de Nasty ! Il pouffa, recrachant la fumée de son joint au rythme de son ricanement sifflant.
Et pourquoi pas leurs demander de sauter du haut d'une falaise, voir s'ils pouvaient voler comme leur maitre ?
Cruel.
Utile, mais cruel ! Ho et puis non... En vrai il aimait quand même bien Freckles.
Les idées se suivaient et s'empilaient.
Raser le crane de Pit, tatouer le front de Freckles, graver une addition sur la tronche du raccommodeur, faire boire du lait périmé au livreur... warg.. dégueulasse !

Tenant sa cigarette entre son index et son majeur, Apache décrocha une seconde, fixant la fumée qui s'échappait de l'herbe brulée, faisant sans doute s'impatienter ses deux collègues de jeu. C'était qu'il prenait son temps, l'Anarchiste, complètement ralentie par la drogue, il ne se rendait pas compte du temps qui filait.
Et soudain, l'éclair de génie... Ou pas.

Il releva ses yeux noirs vers les deux chefs, un sourire se peignant sur son visage, le genre pas sympa, le genre qui présageait le pire.

"Pit, tu vas griller la moitié de ce joint en une seule latte, et Freckles, tu l'termine pareil ! C'est ca votre gage !"

Rien que d'y penser, le sourire du métisse se faisait plus dévorant.
Finit la maitrise, Pit, terminé le contrôle ! Tu vas morfler sévère, par ce que cette herbe, elle tapait sec derrière la tête, surtout pour quelqu'un de pas habitué, et surtout si on la tirait de moitié d'un coup !
Nan...
Ils avaient aucune chance !
Ca promettait d'être drôle ! Festival de rire en approche, et toujours tout sourire, Apache tendit la cigarette vers le blond, une lueur flou au fond des yeux.






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit
avatar

♣ Chef des Raccommodeurs ♣


✘ AVENTURES : 719
✘ SURNOM : Le Joker
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ LIENS : Quelques fleurs perdues dans un fossé de cartes
le SWAG


MessageSujet: Re: Fair game   Sam 8 Oct 2016 - 19:29

Ces histoires de gages avaient du bon, c’était hilarant. Et le Joker n’était pas peu fier de ses broderies. Maintenant qu’il était concentré sur autre chose que sa couture, il attendait avec curiosité ce qu’allait annoncer le Chasseur. Large sourire. Mais, la sentence qui tomba lui fit des yeux ronds, suivit d’un éclat de rire. Un éclat qui se ponctua d’un point sur la table et une inspiration. Comme pour une bonne blague.

- T’es sérieux ? Tu veux perdre un de ces trucs en entier pour une partie de cartes ?

Le Joker tendit quand même la main pour prendre le fameux objet de la défaite de la troisième partie de poker. Que penser ? Qu’il allait être aussi à l’ouest que Joy ? C’était drôle de profiter un peu quand elle n’était pas tout à fait à son affaire. Il allait sans doute être dans les profondeurs de la fosse, au même niveau que le gamin que le pion du joueur essayer de noyer dans la boue. Ce gamin ne réagissait presque plus, il ne faisait qu’influencer les choix du Joueur et de Pit. Un peu. Une sorte de raison. Piétiner le reste de ce qu’il ne voulait pas être, de ce qu’il ne voulait plus être. Ils étaient à Never Land, pas dans le monde ordinaire. Qu’est-ce qu’il se passait dans le monde ordinaire ? Grande question. Juste le fait qu’il était encore moins qu’une poupée. Un jouet peut-être, façonné par ceux qui pouvaient le louer et son propriétaire.

- Si tu veux qu’on se pelote t’as pas besoin de me rendre plus inconscient que toi, tu sais ?


Un sourire plein de sous-entendus, puis encore une autre crise de rires. Parce qu’évidemment qu’il blaguait.
Puis il observa, toujours munit du large rictus, le joint. La moitié d’un coup ? C’était du gâchis ? Le Joker n’en avait aucune idée, le nombre de substances de ce type qu’il avait pu fumer devait se calculer sur les doigts d’une seule main. Parce qu’au début il avait fallu l’assommer un peu, pour qu’il ne panique pas. Puis il avait fallu recommencer, pour qu’il n’ait pas l’idée de s’en aller trop facilement, pour qu’il puisse supporter ce qu’il faisait. Pour que s’il disait quoi que ce soit… on puisse accuser la drogue. Enfin, malgré ces éléments, le Joker n’avait pas de grande histoire d’amour avec l’herbe comme celle d’Apache.

Et puis, Pit n’en avait aucun souvenir.

Il n’avait pas particulièrement envie de se coller à ce gage, il perdrait son contrôle. Mais d’un autre côté, le jeu était le jeu. Il s’agissait du cadre du poker, et non du Jeu. Il s’agissait d’être fair-play comme les autres l’entendaient. Donnant-donnant, Freckles et Apache s’étaient pliés au gage du Chef des Raccommodeurs. Ce dernier devrait donc faire de même.

Puis le Bouffon du Tyran réalisa alors la sentence, finissant à peu près sa moitié. Difficile à dire, il n’avait pas calculé avec une règle la longueur à prendre. Les trois facettes étaient floues. Malgré le rire mou et une rapide toux, le Joker passa le joint à son collègue. Il avait déjà un peu mal à la tête, mal de ne pas savoir comment se comporter. Comme s’il était bloqué avec de la boue dans la gorge. Le sourire large n’était plus là, il n’y avait que quelques rires mous, et aucun sourire. Presque amorphe, la tête à observer le plafond qui tournait. Pit tomba de sa chaise, sur le dos, d’autres rires vagues.

- Tout tourne… haha…


C’était bizarre, c’était comme si ce n’était pas Pit, mais encore un autre type. Avec d’autres préoccupations, en plus du mal de crâne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1265
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: Fair game   Dim 9 Oct 2016 - 0:39

Apache était lancé. Pas aidé par le joint, peut-être. Il avait toujours été admiratif de cette spontanéité (ou stupidité, peut-être) qui poussait le punk à balancer tout ce qui lui passait par la tête. Histoires d'égalité et de têtes de roi sur une pique. Superbe crime de lèse-majesté en présence de ses plus fidèles servants. Freckles claqua de la langue d'un air d'avertissement, comme pour l’empêcher d'aller plus loin dans ses pensées. Mais il ne rajouta rien. C'était inutile, et une part de lui s'amusait presque de ces éclats.
Et puis pour laisser Apache réfléchir : il semblait avoir besoin de temps.

"Pit, tu vas griller la moitié de ce joint en une seule latte, et Freckles, tu l'termine pareil ! C'est ca votre gage !"

Et il était ravi, le con ! L'information monta au cerveau de Freckles, et un sourire se dessina lentement sur ses propres lèvres.

« Meeeeec », lâcha-t-il, à mi-chemin entre l'exaspération et l'hilarité.

Cette fois, il avait clairement un désavantage. Il avait entamé la partie avec quelques lattes d'avance, après tout. Et il se voyait déjà terminer sous la table. Triste vision. Humiliante vision. Ce serait mentir que de prétendre qu'il ne voulait pas fumer, comme la première fois l'avait laissé sur sa faim. Mais quand même …
Il eut un rire gêné à la blague de Pit. Ouvrit la bouche pour faire une énième remarque sur le fait qu'il tenait la chandelle, mais finit par la refermer, mal à l'aise. Un peu égoïstement, il n'avait pensé qu'à lui pour ce gage. Il avait oublié que Pit aussi était concerné. Pit qui fume ... Au moment où le Joker porta le joint à ses lèvres, il eut une pensée vivace et lucide.
Il va se passer quelque chose de vraiment bizarre.

Ses yeux se fixèrent sur le bout du joint, les braises qui remontaient lentement sous l'inspiration de Pit. Il retint sa respiration en même temps. Il va se passer quelque chose. Il va se passer quelque chose. Il ne savait pas bien s'il était inquiet ou excité. Peut-être un peu des deux. Ça lui tordait les entrailles. Pit lui rendit l'objet et il le glissa entre ses doigts sans même le regarder, en le laissant se consumer lentement.

« Ça va ? »

Il se sentait ridicule. Pit n'était pas en sucre. Et il aurait détesté qu'on le materne comme ça ; le raccommodeur l'avait fait plus tôt, et ça l'avait vexé. Se rappelant de son propre gage, il respira un grand coup avant de tirer une latte à son tour. Toussa parce qu'il l'avait fait trop vite -évidement. Il trouva ça nettement moins agréable que la première fois. Peut-être parce que le joint presque terminé lui brûlait les doigts.
Il se tourna de nouveau vers le raccommodeur : il était clair que ça n'allait pas.

Pit ne souriait plus. Pit ne sourit plus! Ceci n'est pas un exercice ! Sans son expression habituelle plaquée sur le visage, ses rires sonnaient comme des hoquets de peine. C'était tellement bizarre et pathétique que Freckles en avait pitié. Émotion qui se confirma lorsque Pit se ramassa de sa chaise.

« Merde ! »

Il se leva d'un bond et vacilla un peu, s'agrippant au dossier de sa chaise. Tout tourne… Yep. Il fit le tour de la table avec précautions, et vint se pencher au dessus de Pit allongé sur le sol. Le gloussement qui échappa de sa gorge était involontaire et quasi hystérique.

« Hey Pit. Pit. Piiiit. » il s'accroupit auprès de l'autre chef et lui tapota le visage dans ce qu'il pensait être une gentille caresse. Avant de se tourner vers Apache avec les yeux écarquillés « J'crois que tu l'as tué. » Et d'un coup tout montait, la nausée, l'étourdissement, l'euphorie, et Freckles se cramponnait au sol comme s'il allait s'effacer sous ses pieds. « T'as fait exprès. Putain de gage ! Putain de toi Apache ! »

Et il se marrait comme un con. Si Apache avait la soudaine envie de se débarrasser de deux chefs sans rencontrer de résistance, c'était bien le moment idéal.
Ha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 783
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : caca masqué.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: Fair game   Lun 17 Oct 2016 - 20:00

"Meeeeec"

Le Joker avait éclaté de rire, littéralement et avait ensuite frappé du poing sur la table. Si en temps normal, une telle attitude aurait pu faire sursauter le chasseur, à ce moment la, il n'en fut rien.
Une mine paisible inscrite sur son visage, Apache se contentait de fixer Pit, un sourire étirant lentement ses lèvres.
"T’es sérieux ? Tu veux perdre un de ces trucs en entier pour une partie de cartes ? "

Tiens tiens, ca discutait le gage ?
Le sourire du punk se fit plus grand et ses yeux plus brillant, en guise de réponse. A dire vrai, encore une fois, totalement lui même, sans doute que l'Hérissé aurait pesté a l'idée de griller un joint en entier pour un stupide jeu, mais la, tout de suite, il n'en avait rien à foutre. La fumée le rendait généreux, de toute évidence.
Et la cigarette changea de doigts.

- Si tu veux qu’on se pelote t’as pas besoin de me rendre plus inconscient que toi, tu sais ?
Et Pit s’esclaffait, encore et encore.
C'était étrange. Vu de la ou il était, c'est a dire un peu perché, Apache aurait juré percevoir de la peur dans les mots du raccommodeur.
Tentative de blague (très bizarre cet humour d'ailleurs) pour se détendre ? C'était qu'il était tendu hein ?
Le chasseur ricana avec un petit air mauvais, comme s'il riait de l'allusion tordu du blond, alors qu'en réalité bien sur, il n'en était rien.

Et enfin, les grésillements du papier qui brulait se firent entendre.
ENFIN.
Il allait se passer quelque chose. C'était certain !
Quelque chose de vraiment bizarre.

Apache et Freckles fixaient désormais Pit, clairement attentifs à la suite des évènements, ne voulant surtout rien en rater!

La cigarette changea de nouveau de doigts alors que chacun retenait sa respiration.
Pit allait-il exploser ?

« Ça va ? »

Ca n'avait pas l'air, du coté du Joker. Et a mesure que le sourire éternel disparaissait, celui du français s'agrandissait, comme un drôle de vase communiquant.

"Ho putain la gueule qu'il tire..!" Il avait lâché la remarque tout en ricanant. Méchant, l'iroquois. La drogue le rendait mauvais ce jour la.

Et.. PLARF!
Ramassage en beauté. Apparemment la chaise était trop haute avec un demi joint de grillé en une fois.
« Merde ! »
Alors que Freckles se levait brusquement pour rejoindre son collègue affalé sur le planché, vacillant au passage puisque lui aussi avait cramé la clope, Apache le suivit, prenant tout de même un peu plus son temps.
C'était qu'il était a la cool le chasseur, la tout de suite, un petit sourire en coin et le regard taquin.

- Tout tourne… haha…
"Ho ouais ca touuUuuurne..." Il répétait pour se foutre du blond étalé comme une crêpe, agitant la tête de façon circulaire comme pour illustrer ses propos.
" Hey Pit. Pit. Piiiit." Et le lionceau tapotait la joue du raccommodeur, clairement inquiet pour son copain. "J'crois que tu l'as tué."
L'Hérissé lâcha un rire, regardant les deux chefs à ses pieds, pas peu fier de lui. "Arrête de m'faire rêver va"
Et si c'était vrai ?
Et si Pit en mourrait vraiment ? Une petite pique d’adrénaline enflamma le cœur ramolli par la drogue du punk, le réchauffant et éclairant ses yeux d'une drôle de lueur.
Ce serait la un bien triste accident...
Bien triste, oui...
Et il le fixait silencieusement, comme s'il attendait le dit moment, cet instant rêvassé ou les yeux vert de Pit se videraient de toute vie.
"T'as fait exprès. Putain de gage ! Putain de toi Apache !"

"Je l'ai fait.. Exprès..." Le chasseur avait répété la phrase d'une manière un peu absente, observant toujours les deux chefs au sol, Freckles mort de rire, Pit ailleurs... Tout les deux, la.
A ses pieds, ouais.
Un accident...
Un bête accident.
Et si un stupide accident arrivait, la, tout de suite, hein?
Les yeux noirs, plus noir encore que d'habitude d'Apache se relevèrent, avisant une armoire juste derrière d'eux.
Une grande et lourde... Très lourde armoire.
Son regard revint aux deux loques défoncés, puis se posèrent de nouveau sur le dit meuble.

Ce serait bête qu'elle tombe.
La.
Maintenant.

Vraiment dommage.

"Mmmm..." Au lieu de précipiter cette chute comme l'esprit colérique de l'Hérissé le lui prodiguait, Apache s'accroupit juste au dessus de Pit, le regardant avec une mine faussement attristée.
"Hey, Joker !" Prenant exemple sur le rouquin, le punk colla une tarte au blond, mais contrairement a celles du livreur, celle ci brula sans doute un peu plus fort la joue du raccommodeur. "T'es avec nous ? Hein ? Qu'est ce que tu vois ? T'es ou ?" Et il se pencha sur lui, comme s'il cherchait a voir dans les yeux émeraudes si quelque chose apparaissait en reflet.
Une réponse à cette question que tant se posaient.
"Pourquoi Pit est-il aussi taré ?"

"T'as peut être raison rouquin, je l'ai peut être tué... J'devrais peut être l'achever."
Pour abréger ses souffrances hein ?
Une armoire aurait pu s'en charger pour lui, et deux pour le prix d'un.
Mais on l'avait déjà dit, si en temps normal Apache n'aurait pas tant hésité, ce jour la, la fumette le rendait généreux.
Mais rien ne disait qu'il ne changerait pas d'avis d'ici deux minutes.






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit
avatar

♣ Chef des Raccommodeurs ♣


✘ AVENTURES : 719
✘ SURNOM : Le Joker
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ LIENS : Quelques fleurs perdues dans un fossé de cartes
le SWAG


MessageSujet: Re: Fair game   Jeu 20 Oct 2016 - 19:13


Y avait un truc qui n’allait pas. Comme un retour, ou l’impression que la suite allait mal tourner. Le Joueur et le Pion regardaient le cadavre du gamin dans la boue, il remuait un peu. C’était bizarre, c’était un brin dégueu. Le Joueur restait figé devant cette vision d’une chose qui remuait au fond de la fosse. Le Pion avait les pieds dans la boue, la batte de baseball dans les mains, il fallait éclater le crâne du gamin dans la Boue. Il ne devait plus exister. Il n’avait plus de nom, plus d’ombre, il n’existait plus. Il n’avait même plus les réponses au pourquoi il se retrouvait étouffé dans la boue. Vite éclatez-lui le crâne. De toute façon il avait connu plus douloureux, sauf quand il était shooté par une bouteille d’absinthe ou des drogues trop fortes. Juste les « luxes » du début. Après, plus besoin d’éduquer, il avait compris qu’il n’était qu’une poupée de cartes.

Le cadavre au fond de la fosse remuait, quelque chose le réveillait. Le joint ? Trop proche sensation détestée. Celle de quand les rôles n’étaient pas encore inversés. Celle qu’il fallait absolument éliminer. Le Joker divaguait sur cette scène bizarre, un ancien lui en cadavre au fond de la fosse, un Bouffon de Tyran en train de rire nerveusement en regardant les restes de son ancien être. Au sommet, le Joueur « lucide » qui observait debout, les semelles dans les cendres. Juste au bord de la fosse. Il n’y avait que des kilomètres de terre grise et poussiéreuse, parsemée de porcs qui rampaient. Il y avait quelques fleurs, vertes radioactives. Et surtout, un petit voile tout coloré, tout joli, qui donnait les couleurs fausses. Pour cacher ce que le monde était.

La véritable apparence du Jeu. Un vaste monde en plusieurs plateaux, couvert de cendres et de porcs qui rampaient de case en case dans la Fosse.

Pourquoi les Porcs ? C’était écœurant. Pourquoi voir les choses comme ça ?

Les tapes de Freckles ramenaient un peu le Chef parmi la « réalité », de nouveau dans les plateaux du Jeu. Dans les couleurs. Pit se mit à rire. À reprendre son rire, son large sourire, jusqu’à l’exagérer. Là, il n’avait pas envie qu’on le touche, du tout. C’était trop comme avant. Ça provoquait une sensation de dégout.

Par contre, la tape d’Apache brouilla les couleurs, pour que la vision lucide montre que ce serait plus beau de tout brûler, d’arrêter de créer des conneries, personne ne méritait quoique ce soit. Tous plus pourris les uns que les autres sans doute, à voir mais à laisser les porcs de toutes races jouer. Que ce soit des gars qui en faisaient chanter d’autres, des égoïstes, des pervers, des tueurs, … Ils étaient tous si pourris. Le Joker eut finalement un sourire plus tranquille, ne comprenant pas lui-même les pensées qui lui passaient dans la tête. Une seule chose était restée : à tout prix garder les rôles inversés. Et le problème c’était que la situation remontait des angoisses, la drogue rendant presqu’amorphe, un porc penché au-dessus. Très honnêtement, Pit n’était pas foutu de se rendre compte qu’il s’agissait d’Apache. Ce qui aurait dû le calmer un peu, ça n’avait rien d’un adulte, la situation toute entière n’avait rien à voir avec le passé. Rien. Mais seules les sensations écœurantes se montraient pareilles, alors l’esprit confondait. L’esprit ne savait plus comment juger la personne accroupie au-dessus.

Un autre rire, moue mais déjà plus fort que les autres. La main du Chef des Raccommodeurs vint frotter la joue endolorie, encore des rire, un grand sourire alors que les yeux semblaient refléter un truc. De la rancune, pas vraiment. C’était plutôt du dégout, il n’y avait que ça. Sinon ce ne serait pas dans la boue que le gamin aurait été étouffé. Non ? Ou peut-être que ça n’avait aucun rapport, après tout… Pit avait bien réussi à mettre encore plus de bordel dans sa tête, allant jusqu’à assimiler les autres à des porcs qu’il avait pu connaître. C’était qu’il était bien enfoncé dans un délire.

- Haha, m’approche paaas… t’as l’air putain de louche dude…

Encore des rires et un large sourire, la lucidité n’était pas vraiment au rendez-vous. Mais c’était quand même plutôt proche, enfin, déjà plus que de coutume. Si on se basait sur les ressentis, les assimilations.

Ça partait dans tous les sens. Le Jeu n’ordonnait pas tout. C’était la « belle » vision grise et pourrie de la lucidité.

Le Joker se redressa un peu maladroitement, se dirigea vers une des tables de travail et s’y appuya.

- Hahahahhaa ! C’est pas parce que… parce que je suis paaaaaaas bien que je vais me laisser approcher par un truc dégueu. Plus jamaaaaaaais, hahaha...

Forcément, ça avait pas du tout l’air d’un machin que le Joker aurait pu balancer. Pas son style habituel, et encore moins s’il fallait s’adresser à Freckles et Apache. Même si Pit n’aimait pas les t-shirt hello kitty, ce n’était pas au point de parler de dégout ou d’évoquer des porcs. Tout de même. C’était comme si, ce n’étaient pas eux. Pas le Livreur et le Chasseur.

Pit se retourna finalement, mains sur le visage, comme pour chercher à se réveiller. Lee sourire était encore plus exagérer. Il ne fallait absolument pas arrêter de sourire, c’était encore plus nécessaire, vital, que de coutume.

- Bordel, c’est bizarre…

L’esprit embrumé essayait de rationnaliser, d’éloigner la sensation liée aux épisodes glauques d’avant. Alors que la mémoire n’arrivait pas à se souvenir, les habitudes, les mécanismes étaient encore conditionnés.

- Hahaaaaaa… je suis désolé Freck’ et Apache, je crois que… je peux pas vous supporter proche de moi làààà.

Un fou rire, plus fort. Pour mieux cacher l’angoisse inconnu, et préférer regarder le plancher devenu gris. Parce que d’un coup, la distance privée était devenue importante. Pour ne pas subir encore. Par contre, impossible de dire quel était le danger.

- Apaaache, t’es pas malin de de dire des conneries… comme caaaa…

Et le Joker se laissa glisser au pied de la table, commençant à dessiner des trucs dans la cendre imaginaire.

- Tu sais, ton style, on dirait que tu cries : je veux la mort du système, de Peter et des chefs. L’autorité quoi. Faaaais un peu gaaaffe à tes putains de fringues… Si tu tombes sur quelqu’un qui connaît aussi ça, il pourrait aller parler de ce langage à Peter. T’es marrant, ce serait dommaaaaaage. Même si làà maintenant, je sais pas pourquoi t’avais l’air d’un gros dégueu. Freck aussi, aucune idée pourquooooooi.

Un rire, c’était drôle en fait, quand ça allait mieux, quand les autres étaient plus loin.

Le gamin dans la boue était prévenant, il savait parfois à quoi s’attendre suivant le style du gars ou de la nana qui débarquait. Le gamin dans la boue était sympa, il pensait un peu aux autres. Il n’était pas question de manipulation, juste de signaler une image. Parce qu’évidemment, tout ce que Pit savait de l’Hérissé, c’était le style vestimentaire et les séjours au cachot.
Mains fourrées dans les cheveux, le Chef des Raccommodeurs sentait sa tête qui avait l’air de valser ou de laisser le cerveau frapper sur les parois du crâne.

- Eeeeet Freck’ Freck’, faut pas qu’on caaause de ça à Peter, heeein ? Qu’Apache dit des trucs comme le gueule ses fringues. Heeeeeein ?

Encore des rires, ça fichait un mal de tête pas possible.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1265
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: Fair game   Ven 21 Oct 2016 - 21:24

Il passa sa langue sur ses lèvres trop sèches, écoutant Apache se foutre de la gueule de Pit, comme en sourdine. Le chasseur avait l'air si ravi de la situation. Comme si tout l'avantage avait changé de camp d'un coup. D'une aspiration. Freckles lança un coup d’œil vers lui, avant de glisser :

« Il est défoncé. »

Il avait déjà dit cette phrase exacte plus tôt, et c'était comme boucler la boucle. Seulement, la première fois, il l'avait dit en parlant d'Apache, alors que lui était en pleine possession de ses moyens. Maintenant, il était accroupi sur le sol sale, sa tête tournait et Pit était dans le pire des états.

"T'as peut être raison rouquin, je l'ai peut être tué... J'devrais peut être l'achever."
« M'appelle pas comme ça », marmonna-t-il machinalement.

Il fronça les sourcils en regardant Apache, suivant son regard jusqu'à l'armoire. Avant de revenir au visage du punk, sceptique. Il n'était pas sérieux. Il bluffait, oui ? Freckles n'en était plus si sûr. La haine que le chasseur vouait aux chefs n'était un secret pour personne. Sa haine envers eux. Même lui. Il l'oubliait parfois, quand ils étaient pris dans des discussions ou des jeux comme celui-ci. Mais il suffisait que celui-ci parle de les tuer, comme si c'était la chose la plus normale du monde, pour que ça lui revienne.
Il choisit d'oublier ce petit sentiment de déception pour lui lancer un regard accusateur, comme on gronde un enfant.

« Personne ne tue personne. T'es vraiment pas sympa ce soir Apache. Tu vois bien qu'il est pas bien. » Il ajouta, comme un constat : « il me fait grave de la peine. »

Et c'était vrai. Pit délirait. Pit riait et bafouillait des trucs et les regardait tous les deux comme s'ils étaient soudain devenus des monstres. C'était vraiment bizarre. Et gênant, surtout. Il ne savait plus quoi dire ou faire ou penser. Bien sûr, il était curieux de ce nouveau Pit qui avait complètement perdu les pédales, mais il était lui-même trop pété pour analyser ce qu'il essayait de dire.

- Hahaaaaaa… je suis désolé Freck’ et Apache, je crois que… je peux pas vous supporter proche de moi làààà.

Freckles recula, à quatre pattes sur le sol. Même si son instinct lui criait l'inverse, de rester près de Pit et de le secouer jusqu'à ce qu'il redevienne normal. Dans le fond de conscience qui lui restait, il savait que les gens ne supportaient pas toujours sa tactilité et que il fallait savoir les laisser respirer. Mais Pit ne lui avait jamais dit quelque chose d'aussi violent, et il continuait, avec ce mot « dégueulasse ». Freckles ne pigeait rien.

« Tu te sens pas bien, t'as envie de vomir ? » s'inquiéta-t-il.

Il lança un nouveau regard interrogateur à Apache. Comme pour lui demander : qu'est-ce qu'on a fait de mal? Un bad trip ! C'était ça, non ? Pit voyait sûrement des trucs bizarres, peut-être que son bout de joint était composé d'herbes hyper puissantes, ou quelque chose du genre.
Et il se mettait à parler du « style » d'Apache maintenant, d'une façon lucide et naïve à la fois.
Naïve ?

- Eeeeet Freck’ Freck’, faut pas qu’on caaause de ça à Peter, heeein ? Qu’Apache dit des trucs comme le gueule ses fringues. Heeeeeein ?

Il eut envie de rétorquer qu'ils n'avaient pas besoin de le dire à Peter, que tout le monde était déjà au courant parce qu'Apache criait sa haine à qui voulait bien l'entendre, drogué ou pas. Mais il hocha la tête : « ouais ouais, on dira rien. »

Bon. Il fallait qu'il fasse quelque chose si il ne voulait pas qu'Apache mette sa menace à exécution ou que Pit meure subitement d'une surchauffe neuronale. Il s'approcha de nouveau, doucement, sans toucher le chef des raccommodeurs, et lui offrit un sourire encourageant.

« Pit, tu sais que je vais pas te faire de mal, pas vrai ? »

Il ne fit pas l'effort de dire nous parce que ce serait un sacré mensonge.

« C'qu'on va faire c'est que je vais t'aider à rentrer à la maison souterraine d'ac ? Et puis ça ira beaucoup mieux demain. »

Il se sentait plein de confiance d'un coup, et tenta de se relever. Et se rendit compte que lui non plus n'allait pas mieux : il eut besoin de s'accrocher au bras d'Apache pour se retrouver debout sur ses pieds dans un équilibre approximatif. Puis il pensa aux passerelles et escaliers et cordes qui les séparaient de la maison souterraine, et sa résolution faiblit.

« Bon, en fait tu vas plutôt dormir ici. Y a bien un hamac dans la mercerie, hein ? » il lâcha Apache pour s'appuyer sur la table à la place : cartes abandonnées et jetons éparpillés dessus. « J'peux t'aider à te lever. Mais si tu veux pas, je le fais pas, ok ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 783
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : caca masqué.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: Fair game   Mer 2 Nov 2016 - 10:53

Il était défoncé.
Ho ça oui, et pas qu'un peu !
Il fallait dire que pas un seul des trois n'échappaient à cet état de fait, mais deux d'entre eux avaient moins l'habitude de se retourner la tête et de faire nager leurs cerveaux dans la fumée, et l'un des trois ne s'était pas amusé à griller un demi-joint en une seule inspiration.
C'était pourtant ce dernier qui en avait été inspiré !

"Personne ne tue personne."
Les yeux noirs du punk se plantèrent dans ceux du livreur. Pour l'instant. "T'es vraiment pas sympa ce soir Apache. Tu vois bien qu'il est pas bien" En guise de réponse, le chasseur leva les yeux en l'air, faisant une moue d'enfant tout en soupirant, un peu comme un gamin qui regrettait un peu d'avoir tenté de tuer quelqu'un. (en fait c'était exactement ça)

"Il me fait grave de la peine."

Le regard du révolté se détourna de nouveau vers Pit, le fixant avec un peu plus d'attention et peut être un peu plus de réflexion.
C'était vrai qu'il était dans un état assez pitoyable, à se trainer par terre, à maugréer, pester tout en riant. Le métisse grimaça, une pointe de regret inscrite sur sa mine.

"Haha, m’approche paaas… t’as l’air putain de louche dude…"

Un peu surpris, l'iroquois haussa un sourcil et se releva, s'éloignant du pauvre raccommodeur qui visiblement délirait complétement.
C'était qu'il ne voulait pas qu'il lui vomisse dessus, ou un truc du genre.

"Hahahahhaa ! C’est pas parce que… parce que je suis paaaaaaas bien que je vais me laisser approcher par un truc dégueu."

Un truc dégueu ?
Le punk cligna des yeux avant de froncer les sourcils. C'était de lui qu'il causait comme ça ?
Il était peut être pas le plus beau, mais de la a dire qu'il était dégueu, y'avait des limites, merde !

"Plus jamaaaaaaais, hahaha..."

Plus jamais quoi ?
Que de trucs dégueu ne l'approche ?
Tout enfumé qu'il était, Apache tentait néanmoins de comprendre ce que baragouinait le chef des raccommodeurs, et d'ailleurs, la cigarette le poussait certainement à s'y intéresser particulièrement, car à dire vrai, une personne clair dans sa caboche n'aurait pas prêtée grande attention à ces délires de démoli du bulbe.

Le français le regarda se relever avec difficulté, et ne pu s’empêcher de faire un pas vers lui, les mains en avant, comme s'il s’apprêtait à le rattraper au cas ou il se vautrerait au sol comme une bouse. "Ho, vas y doucement !"
Et bein quoi ? Qu'est ce qu'il lui prenait ? Un coup il voulait le tuer, un autre il voulait l'aider ?
Cherchez pas, simple reflex que, selon Apache, Pit ne méritait pas.

"Bordel, c’est bizarre…"

" Tu l'as dit !"
Le pauvre garçon était la, complètement out. Après s'être appuyé les mains sur une table, comme s'il allait dégobiller son repas pour en faire une belle omelette, il s'était retourné, se frottant le visage de ses mains, mais derrière celles ci, il était facile de deviner l'immense sourire qui lui découpait le visage.
Toujours ce putain de sourire.
C'était carrément angoissant.

- Hahaaaaaa… je suis désolé Freck’ et Apache, je crois que… je peux pas vous supporter proche de moi làààà.

Ho ouais ca faisait flipper. Apache ravala sa salive alors que le Joker était prit d'un nouveau fou rire, plus fort celui la, plus dingue aussi. Le punk n'était vraiment pas rassuré, la, tout de suite, et il jeta un œil à Freckles qui s'était éloigné comme demandé, mais toujours à quatre pattes au sol.
"Tu te sens pas bien, t'as envie de vomir ?"


Le regard du lion s'accrocha un instant à celui de l'iroquois, comme en recherche d'une réponse à ses questions muettes. Le problème, c'était que ce ne serait pas Apache qui l'aiderait sur ce coup la. Il y avait en effet toute les chances que le blond se mette à gerber de partout et ce a tout instant, mais en dehors de ça...
Le punk haussa les épaules, une mine quelque peu déconfite à l'adresse du rouquin, mais très vite, son attention fut de nouveau attirée par le raccommodeur, ou plutôt a ce qu'il débitait maintenant. C'était qu'il parlait, le Pit, mine de rien, depuis qu'il avait pris cette bouffée de fumée.

"Apaaache, t’es pas malin de de dire des conneries… comme caaaa…"

"Hm ?" De quelles conneries est ce qu'il parlait ?
Il le suivit du regard alors que le Joker glissait jusqu'au sol jusqu’à s'y assoir, dessinant du vide sur le parquet avec un air absent.

"Tu sais, ton style, on dirait que tu cries : je veux la mort du système, de Peter et des chefs. L’autorité quoi. "
L'hérissé resta silencieux, écoutant avec grande attention. "Faaaais un peu gaaaffe à tes putains de fringues… Si tu tombes sur quelqu’un qui connaît aussi ça, il pourrait aller parler de ce langage à Peter. T’es marrant, ce serait dommaaaaaage." Des menaces ?
Ouais.
Ca sonnait comme des putains de menaces, et le punk n'écouta même pas la suite des délires de Pit. Cet enfoiré le menaçait, et l'ombre d'une grosse armoire qui se fracassait sur son joli petit crane de fashionista hantait l'esprit du français, le berçant de regrets.
L'occasion était passé, ils s'étaient déplacés, éloignés de la possible arme du crime.
Et merde... Il serra les dents et les poings.

"Eeeeet Freck’ Freck’, faut pas qu’on caaause de ça à Peter, heeein ? Qu’Apache dit des trucs comme le gueule ses fringues. Heeeeeein ?"

"Ouais ouais, on dira rien."
"Ouais c'est ça..." Il maugréa à leur suite, fixant le blond comme s'il allait lui sauter à la gorge, mais mimant une fausse attitude décontractée. "De toute manière j'm'en fou. T'as cas aller baver ça a ton chef" Le tiens oui, c'était pas comme si lui considérait Peter Pan comme étant son supérieur. "Il en a rien à foutre de toute manière." Il lâcha un ricanement un peu grinçant. Vrai ? Faux ? Difficile a dire, mais il fallait bien avouer qu'Apache n'avait rien de discret quand à certaine de ses convictions, le fait qu'il crachait sur la hiérarchie n'était un secret pour personne, et ses visites régulières au cachot en étaient témoin, au grand damn de ses camarades.
Trop voyant ?
Oui, sans aucun doute, mais cela ne faisait pas de lui l'un des principaux recruteurs pour une révolte qui s'annonçait mémorable, n'est ce pas ?

Une tension bizarre s'était emparée des lieux, pesant sur les trois garçons enfumés et chacun bien à coté de leurs pompes. Électricité dans l'air et fumée sombre, comme un orage en prévision.
Cependant, la suite des évènements se fit plus douce, alors que Freckles tentait de se rapprocher de Pit.
Le révolté ne pu s’empêcher de penser que c'était la une mauvaise idée, que peut être ils feraient mieux de se tirer et de le laisser la tout seul, à recracher l'herbe brulée de ses poumons, mais c'était sans compter sur la solidarité entre chefs.

Ha ca, quand il fallait se serrer les coudes entre privilégiés, il y avait du monde !
Le fait que le livreur s'agrippe soudain à son bras chassa un instant les idées haineuses de l'esprit du métisse, attirant son attention et l’amenant a finalement aider le rouquin a se relever, lui tenant l'épaule et ne le relâchant qu'une fois assuré qu'il tenait bien sur ses jambes.

"Bon, en fait tu vas plutôt dormir ici. Y a bien un hamac dans la mercerie, hein ?"

Automatiquement, suivant le raisonnement de Freckles, Apache se mit a chercher des yeux un endroit ou Pit pourrait dormir, ou au moins se reposer jusqu’à ce qu'il aille "mieux".
Les endroits ne manquaient pas dans la Mercerie, et si ca avait été lui il se serait sans doute tout bêtement effondré dans un coin pour dormir à même le sol, chose qu'il avait déjà faites et qu'il referait sans doute un bon nombre de fois encore, seulement....

"J'sais pas si c'est une bonne idée qu'il reste tout seul"
Le français renifla d'un air un peu dédaigneux, comme si le conseil qui allait venir lui été arraché de force. "T'imagine s'il gerbe en dormant ? Il pourrait se noyer." L'idée tira un ricanement un peu moqueur au punk. C'était triste à dire, mais il n'y avait rien de plus vrai. Pit n'était pas habitué à fumer, c'était évident, et laisser quelqu'un dans cette situation seul, il n'y avait rien de plus dangereux. "Et toi t'es pas trop en état de le veiller." Quand à lui, il n'en avait juste aucune envie. Veiller le Joker ? Et puis quoi encore ? L'aider à marcher ? Ha, la bonne blague.
Déjà, c'était a se demander pourquoi il donnait ce conseil au rouquin.
Il aurait mieux fait de le laisser tout seul en croisant les doigts pour qu'il lui arrive malheur.

Pas sympa Apache ? Freckles ne savait pas a quel point il s'était trompé !








"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit
avatar

♣ Chef des Raccommodeurs ♣


✘ AVENTURES : 719
✘ SURNOM : Le Joker
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ LIENS : Quelques fleurs perdues dans un fossé de cartes
le SWAG


MessageSujet: Re: Fair game   Ven 4 Nov 2016 - 21:12

Le Joker eut un rire, encore, quand il entendit Apache. C’était absurde, tellement qu’il voulait en rire.

- Mais que t’es bête Apaache, si j’vais le dire, tu pourras peut-être plus jouer avec noooous. Hahaahaaaa, c’est pas ça qu’on doit faire.

Il riait, c’était drôle, c’était hilarant. Tant qu’on lui donnait cet espace vital, privé, qu’il n’a pas en temps normal.

Par réflex, Pit « surveilla » Freckles lorsqu’il s’approcha un peu. Ce que le Lionceau disait, le Joker l’entendait. Et évidemment qu’il le savait, bordel. Evidemment que tout ce foutoir n’avait pas de sens. Il observa un instant la porte, avant de revenir sur son collègue.

- Je saaais… j’ai juste pas envie qu’on s’approche.

Et voilà que ça parlait encore, dans le désordre, ou dans le bon ordre. Freckles avait parlé de vomi non ? Juste avant, ou après. Que c’était fatiguant tout ça, même si le sourire restait là, pincé. Parce que Pit cherchait à essayer de comprendre ce qui se passait. Ça allait vite, ou bien c’était trop difficile de se rendre compte des faits quand on était coincé dans la boue au fond d’une fosse.

La question de Freckles, ça parlait de hamac. Il partait un peu dans tous les sens.

- Ouuuaais, j’m’en suis fait un nouveau qu’est trooop bien. T’as vu ? À la Maison Souterraine.

Tout fier, le Joker. De répondre, à une question qui n’était pas exactement celle qui avait été posée.

- Oh oooh, attendez attendez… vous parlez de vomi et de hamac ? Et de noyade ? Z’êtes bizarres les gars.

Un rire, dissonant. Avant de pester, il riait de toute façon, tout le temps. Il se passa encore les mains dans les cheveux et la tête. Comme si ça allait aider à se concentrer. Enfin, il arrêta de rire. Il avait dû y mettre du sien. Beaucoup. C’était bizarre. Un peu comme si le Joueur, le Pion et les restes étaient sur le même niveau. Il fallait dire que la fumée brouillait bien les idées, les notions de logiques calculées pour Pit. Ça faisait cracher de la bile d’avant, des peurs qui avaient été soigneusement enterrées, par un mécanisme d’auto-persuasion peut-être. Difficile de se convaincre que les rôles étaient inversés, difficile de se convaincre que tout était toujours sous contrôle, quand il n’y avait pas grand moyen de réfléchir. Et surtout, avec une sensation vaguement connue d’avant.

Le Chef des Raccommodeurs s’emballait dans son manteau.

- J’aime pas du tout… un truc… je sais pas quoi… hahaha…

Il ne se sentait pas bien, sans doute dormir serait mieux. C’était bien ce qui était au sujet du jour, non ? En plus, c’était Apache et Freckles qui étaient là. Ils le dégoûtaient, mais en fait, en tentant de mieux réfléchir… ce n’étaient pas l’Hérissé et le Lionceau spécifiquement, c’était le contacte. Ça écœurait le Joker.

- Sorryyy, les gars, c’est pas vous... que j’aime paas.

Difficile de savoir ce qu’il était, Joueur, Pion ou cadavre au fond de la fosse.

Il en oubliait même ses « bouffonneries », il ne serait pas du tout en état de faire des tours de magie au jeune Tyran. En plus, ça ne le faisait pas particulièrement sourire ces temps.

L’adolescent se coucha sur le côté, au sol. Il était fatigué, très, et c’était le seul moyen de calmer l’angoisse. On n’attendrait rien de lui, dans le sommeil, non ? On attendrait quoi de lui ? Il n’en avait aucune idée.

- Je, comprends rieeeen… je crois qu’on va faire comme vous avez diiit. Je crooois ? Hahaha ! Donc je… bouge plus…

Pit avait l’impression d’être au fond de la fosse, le sourire était là, mécaniquement. Ça se voyait que l’assurance était partie très loin, que le sourire était là sans le reste. Juste sourire pour ne pas faire plaisir aux autres. Qui ? Grande question, puisqu’Apache et Freckles n’étaient pas ce qui inquiétait Pit.

Il ne savait même pas dire s’il était mal installé ou non, une vague position fœtale, gardant ce sourire obligé. Comme s’il attendait un châtiment, ou une prochaine dispute à laquelle il n’aurait pas un seul mot à dire, il n’existait pas. Sauf quand on voulait l’utiliser. C’était juste le Cadavre, le reste de ce qui fut Eliott avant Pit. Content de ne pas être de l’autre côté de la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1265
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: Fair game   Ven 11 Nov 2016 - 17:25

Pit riait comme un dément et Apache braillait qu'il n'avait qu'à balancer, qu'il en avait rien à foutre et que Peter non plus, et Freckles devait admettre que c'était sûrement vrai, que leur roi en ce moment, avait d'autres choses à faire que de s'occuper du style vestimentaire d'Apache.
Dormir et pleurer, entre autres.
(Un excellent programme, si vous voulez son avis.)

"J'sais pas si c'est une bonne idée qu'il reste tout seul. T'imagine s'il gerbe en dormant ? Il pourrait se noyer." (« ew ») "Et toi t'es pas trop en état de le veiller."

Il fronça les sourcils, arrêté dans son élan. C’était exactement ce qu’il comptait proposer en fait. Rester à la mercerie pour s’occuper de Pit. Cette idée avait aussi l’avantage de l’empêcher de tomber d’une passerelle et mourir sur le chemin de la maison souterraine. Et puis il était tellement fatigué que la perspective de s’endormir sur le sol poussiéreux de la cabane lui plaisait de plus en plus. Il croisa les bras face à Apache.

« Qu’est ce que t’es en train de proposer, là ? Tu veux rester pour nous veiller toi-même ? Nous border aussi peut-être ? »

Il ricana. C’était un peu bête de sa part de se moquer de la soudaine gentillesse d’Apache alors qu’il venait de lui reprocher l’inverse. Mais c’était si étrange, ce revirement d’attitude, qu’il ne savait pas comment réagir autrement. Et puis c’est vrai quoi. Qu’est ce qu’il voulait à la fin ? Ça devrait l’arranger que Pit se noie dans son vomi.

« Je sais comment faire pour qu’il s’étouffe pas. Il faut le mettre en. Position latérale de sécurité. »

Il afficha un sourire rayonnant, visiblement très fier de ses connaissances en secourisme. Bien sûr en pratique il n’était pas bien sûr de savoir exactement en quoi ça consistait cette fameuse position, et encore moins après ce qu’il avait fumé. Mais bon il ferait de son mieux.
Il se pencha vers Pit roulé en boule sur le sol.

- Ouuuaais, j’m’en suis fait un nouveau qu’est trooop bien. T’as vu ? À la Maison Souterraine.
« Mais oui mais oui », fit-il joyeusement.

A côté de la plaque mais d’une façon presque touchante. Bon il n’y avait pas de hamac dans la mercerie. De toutes façons Pit ne voulait pas qu’on le déplace et semblait s’être amouraché durablement du sol.

- J’aime pas du tout… un truc… je sais pas quoi… hahaha…

Erk. Vomis pas.

- Sorryyy, les gars, c’est pas vous... que j’aime paas.

Freckles resta silencieux cette fois. C’est pas vous. C’est qui ? Qu’on puisse faire du mal à Pit lui semblait un signe de la fin du monde. Pit était intouchable, au dessus de tout, dans le contrôle de lui et des autres. L’inverse était impensable.
Il faillit proposer à Pit d’aller le venger mais il ne savait vraiment pas de qui ou de quoi.

Le chef des raccommodeurs déclara qu’il ne comprenait rien et qu’il ne bougerait plus, ce que Freckles prit comme une carte blanche. Il fit le tour de la mercerie d’un pas mal assuré, récupérant au hasard des trucs de droite à gauche. Avant de revenir les bras chargés et de déclarer.

« Il veut pas bouger donc on va juste le laisser dormir par terre. »

Mais pas sans confort. Pit était une diva. Il fourra la moitié de son butin dans les bras d'Apache et se pencha pour recouvrir le chef des raccommodeurs de couvertures, peluches et coussins. Puis il tourna sa tête sur le côté gentiment (pour éviter qu'il s'étouffe en dormant, oui oui). Tenta vaguement de fabriquer des rideaux avec la table et un grand drap, mais échoua devant sa pitoyable coordination.
De toutes façons Pit n'était pas en état de chipoter. Il avait l'air d'un petit garçon, recroquevillé au milieu des peluches.
Freckles finit par s'affaler sur une des chaises, la tête posée sur son sweet comme un coussin. Il était bien foutu de s'endormir là, et tant pis pour les crampes à son réveil. Il se tourna vers Apache, se demandant vaguement s'il allait se casser ou rester là, au final.

« Désolé que la partie se termine comme ça. » il tripota les jetons restés sur la table. « Mais bon c'est un peu de ta faute. »


Dernière édition par Freckles le Sam 3 Déc 2016 - 12:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apache
avatar

♣ Chasseur ♣


✘ AVENTURES : 783
✘ SURNOM : L'Hérissé
✘ AGE DU PERSO : 16

✘ DISPO POUR RP ? : caca masqué.
✘ LIENS : Punk z'nat dead
A bas la hiérarchie!

MessageSujet: Re: Fair game   Ven 2 Déc 2016 - 15:11

Et Pit babillait, encore et encore. Un peu tout seul, en fait, même si les deux autres l'écoutaient, même si de manière un peu distraite. Il fallait dire que ce que disait le Joker n'avait pas grand sens. Il y avait des choses qui revenaient, du style "J'ai juste pas envies qu'on s'approche"
Et puis, il avait dit au punk qu'il était bête.
Non mais ho.
Il allait se calmer le raccommodeur hein ? Ou c'était Apache qui allait le raccommoder vite fait bien fait ! Non mais !
"Tu pourras peut-être plus jouer avec noooous."

Plus jouer avec eux... Au poker ?
Ou peut être à autre chose.
Peut être un sombre jeu bien tordu, le genre à tourner dans la caboche bourrée de trucs malsains du grand blond.
Ca faisait vraiment bizarre de le voir perdre les pédales comme ca. Une seule chose restait.
Son putain de sourire.
Crispé.
Factice.
Forcé.

Mais pourquoi est ce qu'il souriait tout le temps comme ça ?
Pour Apache, maitre de la moue boudeuse, spécialiste du tirage de tronche avec mention je fais la gueule H24, cela paraissait parfaitement aberrant.
Il avait pas des crampes à force ?
Le pire, c'était que le questionnement était sincère.

"Z’êtes bizarres les gars."


Alors la ! L'Hérissé lâcha un vague rire moqueur. C'était vraiment l’hôpital qui se foutait de la charité.

"J’aime pas du tout… un truc… je sais pas quoi… hahaha…"
Et le chasseur lui, aurait bien aimé savoir de quoi il s'agissait. Qu'est ce qui pouvait rendre Pit aussi mal ? Pourquoi est ce qu'il ne voulait plus que personne ne l'approche ? Pourtant, en temps normal, il n'était pas du genre à rechigner aux contactes, bien au contraire !
De ce qu'en savait Apache, d'après nombre de rumeurs, le Joker était plutôt du style tactile...
Voir même du genre dégueulasse avec les filles !
Style PERVERS si vous voyez ce qu'il veut dire.
Du coup, son attitude de rejet, la tout de suite maintenant, elle n'avait rien de logique et tout d’étonnant.

"Qu’est ce que t’es en train de proposer, là ? Tu veux rester pour nous veiller toi-même ? Nous border aussi peut-être ?"


A la réaction de Freckles à ses conseils, Apache fut quelque peu surpris, voir décontenancé; ravalant sa salive et fronçant les sourcils, se refermant visiblement, croisant les bras dans une attitude typiquement de protection.
Un peu vexé, le punk, par le ton ironique du rouquin.
Et le sourire lumineux qui suivit, accompagné de la question de la fameuse position latéral de sécurité n'y changea rien.

L'Hérissé resta donc silencieux lorsque le lionceau se mit à faire le tour de la mercerie en quête de couvertures, peluches et autres accessoires moelleux; le fixant sans bouger.
Il ne dit d'ailleurs toujours rien lorsque le livreur revint vers lui, lui collant la moitié de son trésor dans les bras avant de s'atteler à confectionner un nid douillé pour son pote complètement Out.
Juste le laisser dormir par terre hein... Ouais.
Qu'est ce que ca pouvait bien lui foutre, de toute manière, à lui ?
Il s'en foutait pas vrai ?

Et puis, enfin, Freckles s'affala sur une chaise, avec la claire intention de rester dormir la.

"Désolé que la partie se termine comme ça. Mais bon c'est un peu de ta faute."


La mine renfrognée, Apache jeta un œil a Pit avant que son regard de revienne au rouquin.
C'était pas juste.
Ouais, parfaitement injuste.
Qu'avait-il fait de mal, au final ?
Il eut un reniflement alors que le silence s'installait dans la pièce. L'ambiance revenait au calme, lentement mais surement.
Et lui, qu'allait-il faire ?
Il lâcha les quelques peluches et autres coussins qu'il avait dans les bras, les laissant retomber mollement sur le sol, gardant un espèce de grand drap dans les mains, puis, se dirigea vers la sortie.
Une fois en face de la porte, il s’arrêta net, se mordant la lèvre inférieure, hésitant, avant de faire demi tour, marchant d'un pas plus ou moins assuré vers Freckles et une fois arrivé à sa hauteur, le recouvra de la couverture improvisée.

"Prenez pas froid" Qu'il balança d'un air pas plus inquiet que ça, drapé de sa fierté à défaut d'autre chose, il se tira finalement, n'oubliant pas d'embarquer son T shirt customisé et son blouson en cuir.

Les bons conseils valaient toujours seulement pour les autres.
Faites ce que je dis pas ce que je fais, comme on disait.






"Si tu ne trouves pas une raison pour vivre, trouve une raison pour mourir."
"I aspire to inspire before I expire"
"Live fast die fast"





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ombre
avatar



✘ AVENTURES : 1506

MessageSujet: Re: Fair game   Mar 3 Jan 2017 - 14:23

The End


Ce n'est pas donné à tout le monde,
De, jusqu'à la dernière seconde,
Parvenir à rester joueur,
Malgré la crasse malgré la peur !


FIN DE L'AVENTURE




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fair game   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» [JCE/LCG] Le Trône de Fer/A Game of Thrones 2nd Edition
» [Bit TV] RETRO GAME TEST Super Mario 64.
» [Bit TV] RETRO GAME TEST Alex Kidd in Miracle World.
» [Bit TV] RETRO GAME TEST Super Mario World.
» [RPG] FFJ: Abandon du poste de Master Game

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Grand Arbre :: Les Cabanes dans les Branches-