Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Une ancienne mère
avatar

Invité



MessageSujet: les jardins de lumière •• Scar   Sam 12 Avr - 23:00

La nuit s'était étendue comme une pénombre maritime, détruisant les formes et les couleurs de son touché ténu. Elle éructait des souffles de brume de ses entrailles, des soupirs de pénombres qui s'apprêtait à enlacer les enfants dans le monde des rêves. Mais avant que le sommeil ne plisse leurs paupières tâchées d'euphorie, Elza chantait toujours. Sa voix s'élevait comme un songe embrumé de douceur, un sentier constellé de champs de cotons où les enfants se laissait docilement guider, où leur inquiétude était exorcisé pendant un moment, jusqu'à ce qu'ils se laissent emportés par leurs rêves. Le rêve, c'était comme une seconde vie au Pays de Jamais. On ne résistait jamais trop longtemps à percer les portes d'ivoire des songes et qui nous séparait de ce monde invisible, c'était un engourdissement nébuleux qui saisissait les pensées et qui les polissaient sous une autre forme d'existence ; le rêve.

Elza quittait toujours les chambres avec cette allure silencieuse, délaissant dans le sillage de son passage, deux petits yeux lumineux qui guettaient les enfants, et qui scintillaient comme la tendresse des étoiles. Elza effectua plusieurs tournées, déposant des baisers un peu partout sur les joues et sur les fronts, en murmurant des paroles à moitié audible en disant qu'elle n'était jamais loin d'eux, qu'elle serait là,  prête à les serrer dans ses bras. Puis elle s'en allait, toujours, comme si elle était absorbée par le néant et la nuit.

En vérité, toutes les nuits, après qu'elle allait coucher les petits ; Elza préparait une sorte de nectar à sa manière, c'était quelque chose de sucré et de très bon selon ses goûts - ce n'était jamais pour elle.

En sortant de la dernière cabane, une tasse de terre chaude logée entre ses paumes, lui ébouillantant presque les mains. Elza cherchait toujours Scar dans la nuit. Elle voulait que Scar se heurte à son monde de chaleur – une chaleur abondante et bienveillante pour lui contaminer l'âme afin d'écarteler sa solitude empoisonnée pendant quelques minutes, quelques heures peut-être.

Elle s'avançait, et ses yeux captèrent un peu plus loin la présence de Scar. Il cisaillait la nuit de sa silhouette trop sombre et trop grande. Elza maintenait toujours la tasse de thé, puis elle sentit l'hésitation lui hérisser la chair, Scar était intimidant, il insufflait un froid vénéneux – un trop de froid qui congelait tout à son contact. Scar était un solitaire, Elza ne supportait pas cela. Elle voulait le réchauffer, chasser cette solitude néfaste qui lui rongeait le cœur et effritait son esprit. Elza voulait l'aider. Ses pieds la guidèrent instinctivement près de lui, puis ses lèvres s’essoufflèrent pour murmurer un doux :

_ Hey...

La douceur de sa voix se brisa dans un sourire, juste pour l'informer de sa présence. Elza lui tendit la tasse chaude.

_ C'est pour que tu puisses tenir toute la nuit, il fait pas super chaud et tu verras, c'est agréable.

Ses genoux se plièrent pour qu'elle puisse confortablement s'asseoir, elle enveloppa un peu plus autour d'elle sa veste. Ses yeux le dévisagèrent un peu timidement – sa peur qu'il la rejette lui explosait presque les poumons, parce que Elza ne voulait pas être une mauvaise mère. Elle voulait juste nicher sa chaleur dans le vide de Scar, elle voulait combler son néant de ses comètes de sourire. Scar était comme une étoile éteinte depuis que le stigmate d'une brûlure lui consumait la paupière, Moineau voulait déchiffrer la combine pour le rallumer et qu'il brille à nouveau.

_ Eh, Scar. Ca te dérange pas si je surveille un peu avec toi ? J'ai pas grand chose à faire, les garçons se sont plus facilement endormis ce soir là.

Elle étira légèrement ses bras vers le haut en réprimant un bâillement.

_ J'aimerai savoir pleins de choses ! Par exemple, comment tu fais si tu vois un intrus ? Tu mimes un cri d'animal?

Elle se leva légèrement, ayant aperçut des petits lampions lumineux virevoltaient non loin du visage de Scar. Des lucioles valsaient près d'eux, comme pour apaiser les maux, comme des veilleuses autour d'eux. Elza inspecta avec une grande attention le visage du chef des grimpeurs, appesantit par cette solitude morcelée, ce sérieux un peu tourmenté. Mais elle ne pouvait pas s'empêcher de sourire, elle aimait ce calme un peu froid qui s'échappait comme des courants d'air de lui. Dans un sens, Scar l’apaisait aussi.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Scar
avatar

Invité



MessageSujet: Re: les jardins de lumière •• Scar   Dim 13 Avr - 20:49

Une nouvelle nuit pour le Chef des sentinelles. Une nouvelle nuit à guetter, surveiller, faire des rondes en toute discrétion, glissant lentement tantôt entre des branches, tantôt sur le sol. Armé d'une lance qui lui était attribuée de par son rôle simplement, mais également d'un couteau dont il ne se séparait jamais. Sa lame était plus acérée que celle d'un rasoir grâce aux nombreux soins qu'il lui prodiguait et cette compagne si fidèle était probablement la seule qu'il autorisait à le toucher parfois.

Ses expériences passées lui avait appris la crainte du contact chaleureux et maintenant, il ne touchait plus une peau que pour la blesser. C'est aussi pour cela qu'il ne touchait personne si ce n'était lui-même. Son regard pouvait aisément sembler perdu dans le vague mais il n'en était rien. Il avait développé ses capacités intrinsèques, comme celle de voir de côté, ainsi, tout en fixant un point devant lui parvenait-il sans grande difficulté à savoir ce qu'il se passait ou se profilait de chaque côté de son visage.

C'est ainsi qu'il sut que quelqu'un venait peut-être même avant que celle-ci ne s'en aperçoive. La silhouette lui était reconnaissable, forcément puisqu'il s'agissait de sa "mère" et de celle des autres sentinelles comme il se devait. Est-il besoin de préciser que cette "mère" qui n'était pas la sienne et dont il se fichait éperdument autant que de sa vraie mère par ailleurs, lui était inutile? Mais enfin, il n'avait rien contre elle et rien à lui reprocher si ce n'était d'être dehors à cette heure où la plupart des Garçons Perdus devaient dormir excepté lui et ses hommes qui patrouillaient, le plus souvent en baillant, au long des cabanes.

La jeune fille surnommée le Moineau avançait doucement dans sa direction. Le seul fait qu'il n'y ait aucune précipitation dans se pas démontrait l'absence d'urgence ou du besoin des capacités du gardien qu'il était. Scar restait impassible en attendant qu'elle se rapproche encore. Clairement, elle venait le voir. Pourquoi? Il n'aurait même pas imaginé les raisons qui pouvaient pousser Elza à chercher sa fréquentation. Après tout, la plupart des gens avaient plus tendance à prendre le chemin inverse au sien et cela, il pouvait le comprendre, voire même l'apprécier.

Un salut timide, une tasse tendue. Voici donc les raisons de son approche, du moins, celles visibles. Le Rouge observait la Mère de côté et d'un geste vif, saisit la tasse proposée en ne bougeant que son seul bras droit. Malgré son attitude que l'on pouvait difficilement décrire autrement que froide et distante, il était resté un garçon d'une grande politesse le plus souvent. Tant que le calme l'habitait sans quoi, il aurait probablement pu faire fuir des charretiers à coup de jurons et d'insultes bien senties.  Mais la demoiselle n'était pas de ceux-là.

"Merci."

Plat, laconique. Scar donc. Le garçon finit par se retourner, tenant toujours la tasse dans sa main vers la porteuse de ce breuvage dont les effluves venaient s'insinuer aux narines du Rouge.

"Je ne crains guère le froid. J'y suis habitué ce qui n'est clairement pas ton cas."

c'était un sous-entendu, mais il fallait vraiment avoir l'oreille fine et l'esprit aiguisé pour le comprendre. Scar souhaitait simplement qu'elle rentre au chaud plutôt que de rester auprès de lui sans même une raison valable. C'était plutôt gentil donc mais il ne savait pas parler aussi simplement. Ses propos se voulaient cassants voire blessants. Jamais il ne se permettrait d'agir autrement car il n'avait que mépris pour presque tous les habitants de Neverland. Quand ce n'était pas de la haine ou autre forme de sentiments plus ou moins destructeurs. Et il se comprenait dans le lot de ces habitants.

Voici qu'elle voulait surveiller avec lui. Qu'imaginait-elle donc? Que ce poste se résumait à regarder autour de soi? Ce n'était pas si simple pourtant. Il fallait gérer les mouvements des sentinelles, recueillir leurs rapports à heures fixes. Agir en fonction de ces rapports et surtout, être à tout instant prêt à intervenir que ce soit pour une éventuelle attaque extérieure ou pour la sécurité interne. Et tout cela impliquait de rester éveillé.

De ce côté-là, pas de soucis au demeurant. Scar ne dormait guère plus de deux ou trois heures par nuit et encore, s'il avait la certitude que d'autres assuraient ce manque, ce qui était par trop rare. Il prenait très au sérieux sa tâche et il était exceptionnel qu'il juge une autre sentinelle aussi fiable qu'il l'était. Une forme d'arrogance ou de narcissisme dirait-on, mais ce n'était pas ainsi qu'il se voyait. Il avait réellement de bonnes capacités et le savait, voilà tout. La fausse modestie n'était faite que pour des êtres puissants. Il n'était qu'un Garçon. Et il faisait ce qu'il avait à faire.

"Ne devrais-tu pas toi-même être endormie?"

Ton froid, Ton cassant et dur qui laissait percer le reproche. Mais en même temps, il ne la repoussait pas pourtant cette fillette à peine plus jeune que lui. Il aurait pourtant pu la forcer à rentrer ou la blesser suffisamment par ses mots pour qu'elle parte d'elle-même, mais il n'en fit rien. Là encore, il fallait interpréter qu'il n'était pas forcément contre sa présence, même s'il désapprouvait de la voir rester au froid pour quelqu'un comme lui.

Elle ne savait pourtant rien de lui ou presque. Comme tout le monde d'ailleurs. Ce qui était connu de lui,c’était sa cicatrice. Certains savaient le pourquoi elle était apparue sur son visage, certains l'ignoraient. Certains connaissaient toute l'histoire, d'autre non. Mais aucun ne savait qui il était vraiment. Même ceux qui l'avaient connus avant les évènements douloureux qui l'avaient conduit à être ce qu'il était ne connaissaient plus rien de lui tant il était différent désormais.

Peut-être si Elza avait su ses réelles pensées, son être tel qu'il était quand il le regardait lui-même calfeutré dans la noirceur de son esprit, aurait-elle fuit à toutes jambes. Mais elle ne savait rien et ne saurait probablement jamais rien. Pas tant que ses desseins n'auraient pas trouvé leur accomplissement.

Alors, il se révélerait et alors seulement, il parlerait en disant toute la vérité pour la première et la dernière fois. Ce qui était dit n'étais plus à dire n'est-ce pas?

La Mère tentait de cacher un bâillement  maintenant et il ne devait qu'à son état de nervosité constant de n'en point faire autant. Pourtant, elle ne semblait pas décidée à le laisser à ses occupations et reprenait ses questions comme s'il l'avait autorisée à rester finalement.

*Bah après tout.*

Oui, il ne l'avait pas rejetée, donc, logiquement, elle était autorisée à rester. Et puis, elle était leur Mère. Elle était censée savoir ce qu'elle faisait et si elle tombait malade, cela ne le regardait pas au final.

la question sur les cris d'animaux aurait probablement fait rire nombre de ses hommes, mais le Rouge ne rit pas. Il ne rit jamais, pas plus qu'il ne sourit. Encore que, ça a bien dû lui arriver mais ces sourires, on pouvait les compter sur les doigts d'une main en une année. Une main dont des doigts avaient été tranchés. Il répondit donc le plus sérieusement du monde.

"Si je vois un intrus, j'avise. Soit je le reconnais et le renvoie à ses pénates, comme je devrais le faire pour toi. Soit je ne le connais pas. En ce cas tout dépend de son apparence. S'il est adulte, il meurt. S'il est seul bien entendu. S'il est indien ou pirate mais jeune, j'ai plus tendance à le capturer pour le soumettre au jugement de Peter. Bien sûr, s'il s'avère qu'il y a plusieurs intrus, mes hommes sont là pour ça mais je n'ai pas besoin de faire des bruits d'animaux pour les faire venir. Ma voix est assez forte si je veux qu'elle le soit pour recevoir des renforts."

Scar avait goûté le breuvage censé le réchauffer et le décréta trop sucré. Ses mains avaient apprécié sa chaleur, pourtant, il reposa la tassa à terre devant Elza et reprit sa position d'origine.

Les lucioles qui s'attroupaient maintenant autour d'eux le gênait. C'était autant de mouvements qui attiraient son œil et brisaient sa concentration. D'un geste ample et lent de la main, comme s'il souhaitait les attraper, il les fit fuir autant que faire se pouvait. Si ces bestioles étaient intelligentes - et pour la survie, elles l'étaient normalement - elles partiraient avant qu'il ne prenne la décision de mettre un terme à leurs mouvements de façon plus brutale.

Mais il souhaitait éviter de faire du bruit en claquant des mains et le meilleur moyen serait encore de se déplacer tout simplement. Seulement, il n'était pas encore l'heure de changer de place. Les zones de chacun étaient définies pour un temps défini et tout cela par lui-même. Il ne dérogerait pas à ses propres règles.

"C'est la curiosité qui t'a poussée à venir me voir ou autre chose? Au cas tu l'ignorerais, je ne suis pas d'une compagnie agréable. Il y a d'autres sentinelles que moi."
Revenir en haut Aller en bas
Une ancienne mère
avatar

Invité



MessageSujet: Re: les jardins de lumière •• Scar   Lun 21 Avr - 23:04

C'était un feu d'artifice à l'intérieur d'Elza, ce bouquet de rosaces enflammées un peu timides qui embrassent son cœur tout palpitant. Il y a comme ce sentiment fin, doux et chaud à la fois qui s'est déposé sur ses épaules comme un voile. Le fait de voir l'étreinte de la main de Scar autour de la tasse bouillante – de tolérer sa présence à minima cisailla un sourire un peu discret, un peu effacé sur ses lèvres. Scar est comme une poussière de rêve qui s'est égaré dans les coins des meubles, derrière  les ombres de chaque enfants perdus, un embryon de songe qui s'est fracassé contre les parois de la vie à s'en briser l'esprit. Scar, avec ses airs un peu froids, ses déplacements d'ectoplasme quand il erre dans la nuit. C'est cette ombre un peu plissé – un peu vidée. C'est cette brûlure qui consume toujours sans qu'on ne puisse un jour l'éteindre. C'est comme un incendie à ciel ouvert.

Scar est l'imprévu – ce hasard un peu incongrue. C'est comme cet hiver rebelle qui hurle à l'intérieur de Scar, comme s'il est une tempête de neige qui n'a jamais eût le temps de s'amorcer entièrement – comme s'il lui manque ce brin d'existence pour pouvoir le faire. Sa remarque gît comme une brûlure, avant d'être ensevelit par le chant du silence. Après quelques secondes éteintes, Elza reprend la parole.

_ Non – enfin si, je devrais être dans ma chambre. Mais je.

Elle s'humecta tendrement les lèvres pour marquer une légère pause, avant de reprendre.

_ J'aime toujours voir comment se porte les sentinelles avant d'aller me coucher.

Puis il répondit à sa question avec cet air toujours sérieux qui épousait ses lèvres et son visage. Toujours ce sérieux un peu froid – L'attention d'Elza s'est affûté, aussi tranchante que la lame d'un couteau. À nouveau il lui posa une question et un sourire amusé s'esquissa avec tendresse sur les lèvres d'Elza. Si lui posait une question, c'est qu'il se sentait un minimum intéressé par sa présence et c'était un réel plaisir. Sa main s'éparpilla derrière sa nuque pour se la caresser avant qu'elle reprenne. Pourquoi était-elle venue le voir ? Peut-être parce qu'elle voulait tisser un lien timide avec lui – Elza n'avait pas la prétention de se prétendre comme étant sa mère. Pas avec lui. Scar avait toujours aiguisé sa curiosité dans ses manières un peu vagues parfois violente. Elza avait eut sûrement la prétention de croire en ses dons de douceur pour désamorcer cette bombe ou de lui octroyer l'option explosion.

Elza est bien utopiste. Elle sait pourtant très bien dans les tréfonds de ses idées qu'elle n'arriverait peut-être pas à étouffer cet hiver froid – cet incendie qui consument son âme.

_ Ah non mais non, je te trouve pas désagréable. C'est juste que je sais pas.

Elle se relève puis se poste à côté de Scar quand elle remarque que sa main s’élève comme la hâche d'un bourreau pour faucher les lucioles.

_  J'avais pas vraiment de raison à la base, c'est sûrement futile pour toi, mais j'avais envie de te parler. J'ai genre pas trop d'explications à fournir, c'était spontané et voilà !

Le nuage de luciole scintillait comme des néons et avant que Scar s'apprête à passer à la manière plus brusque. Un flot de mot un peu saccadé s'extirpa hors de ses lèvres.

_ Attends ! Les lucioles ont pas mal d'avantages – si j'peux me permettre. Regarde, avec ça tu vois mieux quoi, leurs faisceaux illuminent un peu les endroits sombres. Genre c'est quand même un avantage vu qu'on voit pas vraiment dans la nuit, tu crois pas ?

Elle recueillit la tasse chaude et toujours bouillante entre ses mains.

_ Elles ont l'air de bien t'aimer, elles restent quand même pas mal près de toi. Ca t'offres une meilleure vue.

Et elle ponctua sa dernière phrase par un rire très léger et discret. Jusqu'à ce qu'un léger bruit attire son oreille, c'était comme un bruit muet, aussi insaisissable qu'un souffle. Son sourire s'avorta net puis son menton se releva vers Scar, et dans un murmure presque inaudible, sa bouche articula un faible.

_ T'as entendu ça?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Scar
avatar

Invité



MessageSujet: Re: les jardins de lumière •• Scar   Dim 27 Avr - 21:07

Comment se portaient les sentinelles ? Si celles-ci n’étaient pas capables de savoir si elles allaient bien ou non, alors elles n’avaient rien à faire dans son groupe. Une sentinelle qui négligerait ses besoins ne serait plus rien qu’encombrante puisque les besoin ou les maladies rattrapent toujours les humains qu’ils sont.

Scar fixait encore le vague alors, plus ou moins perdu dans ses pensées bien que toujours prêt à bondir quelle qu’en soit la raison et une nouvelle fois, l’absurdité de ce monde et des gens qui le composait lui sautèrent au visage. Une bande de gamins insouciants et inconscients du danger qui pouvaient eux-mêmes s’avérer bien plus dangereux que n’importe quel homme vil du monde réel, Des adultes qui passaient leur temps à vivre au large d’une seule île et qui, de défaites en défaites, suivent un seul maître qui a pour obsession un de ces gamins. Le plus cruel de tous pourtant probablement. Seul un fou continuerait ainsi à le pourchasser de cette façon.

Des fées, des sirènes et bon nombre d’autres monstres chimériques que personne ne voit jamais que dans les contes sortis de l’imagination fertile ou non d’hommes et de femmes qui, à l’instar de Peter, ne voulaient pas grandir mais se voilaient la face.

Rêve ou réalité ? Éternelle question s’il en était… Comment savoir vraiment si tout cela n’était pas qu’un rêve ou un cauchemar ? Était-ce bien réel ? La souffrance l’était de toutes les manières et les intentions malsaines existaient dans les deux mondes. A moins qu’elles n’aient pris naissance que dans l’esprit du Rouge. Si tout cela n’était qu’illusion, alors, il avait tout créé et était responsable de tout ce qu’il s’y produisait. Mais Scar ne pouvait croire cela.

Outre le fait qu’il n’aurait jamais souhaité que quoi que ce soit arrive à Cat, il y avait une chose bien plus grave. Si tout n’était qu’un rêve, que trouverait-il à son réveil ? Verrait-il à nouveau le sourire de sa sœur ? Ou ses larmes ? Et surtout…. Ô Dieu…. Que serait-il lui dans ce monde ou rien ne s’était produit de si grave… Probablement plus rien. Il était Scar, il était le Rouge et il ne trouverait plus de bonheur car il n’en voulait plus. Mieux valait souhaiter que tout cela soit bien réel car la vérité contraire serait bien trop dure à supporter.

Le Garçon eut un léger mouvement de tête vers Elza lorsqu’elle affirma ne pas trouver sa compagnie désagréable…. Aimait-elle donc souffrir ? Une raison aurait pu être plus ou moins évidente pour Scar, mais il souhaitait qu’Elza ne souffre pas de cette maladie importune à son égard…. Se pouvait-il qu’elle soit amoureuse de lui ? Vraiment, il ne pensait jamais à s’acoquiner de quelque façon que ce soit avec un autre être humain dans un but d’affection pure mais ne doutait pas en revanche qu’il soit le seul dans ce cas.

Et puis, ces émotions étaient si abstraites, si subjectives…. Le mystère pouvait être attirant, sûrement, et la force certainement. Mais si réellement le Moineau éprouvait des sentiments de telle nature envers lui, alors, il devrait l’envoyer paitre aux confins de Neverland. Autant pour la sécurité de la jeune femme que pour sa propre tranquillité.

Comme pour apporter un indice supplémentaire, la jeune fille vint se poser à ses côtés. Scar n’en éprouvait pas plus de gêne qu’auparavant. Sa seule présence le gênait un peu de toute façon, mais maintenant, il scrutait aussi ses gestes cherchant à confirmer ou infirmer son hypothèse. Les paroles même d’Elza laissaient sous-entendre toujours la même chose. Avoir envie de lui parler….. A lui ? Peu pour ne pas dire aucun auraient eu la sottise de céder à ce type d’envie. A moins…..

Une fois encore, cette idée revenait. Se pouvait-il vraiment qu’il soit l’objet d’un amour ? Bah, après tout quelle importance ? Qu’elle se fasse ses idées et tombe d’elle-même dans les méandres de sa propre souffrance lorsqu’elle sera confrontée inévitablement aux désillusions qui l’attendaient. En revanche, si Scar pouvait aisément tolérer que l’on ressente des choses positives ou négatives à son égard, puisque lui-même n’en retournerait jamais que d’un seul type, il ne pouvait en revanche pas accepter que l’on se mêle de son travail.

« Quand tu demande si tu peux te permettre, attends au moins que moi, je te le permette. Je n’ai pas besoin de toi pour apprendre mon travail. Continue à repriser des chaussettes et laisse-moi le soin de la sécurité. »

Son ton s’était durci plus qu’auparavant et ses yeux, s’ils n’étaient pas dirigés vers elle, lançaient des éclairs à l’obscurité. D’un coup affuté et acéré, son couteau apparut rapidement dans sa main et trancha prestement une luciole en deux. Pour son infortune, les comparses de la morte semblaient ne pas être affligés de cette perte subite.

« Elles ne sont qu’une gêne. » Son regard glissa de côté vers Elza. « Et elles ne sont plus les seules maintenant. »

Difficile d’être plus clair à moins de lui cracher au visage ou peu s’en fallait. Et ce n’était pas l’envie qui manquait sur le moment. Scar commençait doucement à s’énerver. Il n’y avait pourtant guère de vraie raison. Mais l’hypothèse des sentiments d’Elza en complément des ces propos malvenus sur la surveillance suffisaient là à faire battre son cœur plus vite. Et ce n’était pas l’amour qui motivait ses soubresauts.

Un bruit parvint à l’instant où le Rouge s’apprêtait à faire fuir son interlocutrice et le regard du Garçon se tourna instantanément vers la source de ce bruit incongru. Sans mot dire, il empoigna sa lance et sauta par-dessus la rampe qui jusqu’alors lui servait d’appui pour atterrir avec souplesse en contrebas.

Il se faufilait dans les ombres, glissant sur le sol comme une apparition aux teintes carmines qui disparaissait dans les ténèbres, un résumé ironique de ce qu’il était si l’on voulait. Un deuxième son similaire au premier…. Le crissement audible de feuilles piétinées et Scar avançait, se servant tantôt du couvert des arbres, tantôt  des murs des cabanes où sommeillaient les enfants.

Il n’avait pas prévenu Elza et montrait clairement n’en avoir rien à fiche de sa présence. Elle avait voulu venir, c’était son choix et donc sa seule responsabilité à elle s’il lui arrivait quelque chose….. Mais….

*Et si….*

Le visage de Cat, ravagé par la douleur et par le vide flottait devant ses yeux courroucés aux sourcils froncés. Son visage exprimait alors, dans le noir profond, un dégoût et une haine indicible. Il ne pouvait laisser une fille innocente en proie à un danger. Mais de danger, il n’y en avait aucun.

Prenant la source du bruit à revers, il avait distingué la silhouette d’un Garçon. Et savait lequel….
D’un bond, le manche de la lance du Chef s’écrasait violemment contre la gorge de l’intrus et d’un coup sec de son pied sur la pliure du genou de cette pauvre victime, il mit le Garçon à terre. Sa pression continuant de s’exercer et provoquant force râles et glapissements.

Lentement, il vint approcher ses lèvres de l’oreille de sa proie et chuchota :

« Quand t’ai-je permis de quitter ton poste ? »

Une odeur d’urine se fit sentir. La sentinelle capturée s’était fait dessus et ce n’était que justice. Scar l’envoya bouler d’un solide coup de pied aux fesses en relâchant son étreinte.

Dans une voix calme, presque éteinte, il donna ses derniers ordres à cet idiot de Greenbean.

« Tu es relevé de tes fonctions. Va informer les autres de ta honte. Si tu ne le fais pas, tu en subiras les conséquences. »

Rien d’autre à dire. Scar s’éloigna pour retourner lui, là où il devait être en jetant un regard noir alentour et sur le visage d’Elza également. Son énervement allait croissant. S’il continuait t ne se contenait pas, il deviendrait bientôt plus que désagréable comme compagnon.

*Pourvu qu’elle parte*
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Une ancienne mère
avatar

Invité



MessageSujet: Re: les jardins de lumière •• Scar   Lun 12 Mai - 19:25

Scar l'avait envoyé valser dans les décombres sinistre de son mépris. Ça lui laissait comme un goût profondément amer au palais, comme une couche de crasse âpre qui lui hérissait la chair. Les phrases de Scar résonnaient comme une sentence, comme des balles qui lui criblaient la poitrine de trous béants – c'était comme une tempête dans ses yeux d'océans – comme si ils étaient ravagés d'un déluge, un mélange d'éclairs et de pluie. Sa poitrine éructait des élans de surprise tamisés en soupirs colériques. Elza ne comprenait pas les réactions disloquées, égarées de Scar. Elles étaient illogiques et sa compagnie plutôt agréable était devenue violente et pointue, un peu comme ce charme noir qu'ont les échardes quand elles s'implantent sous la chair.

Scar avait levé sa lame, et comme la hache d'un bourreau, vint pourfendre une luciole qui rebondit près d'Elza. Son clignement devint faible, presque imperceptible, avant de se faire éteindre par les ténèbres. Elza demeurait interdite – marbrée dans une sorte d'hautaine impassibilité, ses yeux de biches fixèrent la luciole écrasée, avant de se relever faiblement vers Scar. Il y avait comme une lueur de défi qui scintillait dans le tréfonds de ses iris, comme si le déluge allait jaillir hors ses yeux comme un lion belliqueux.

L'atmosphère était désormais ivre d'émotions négatives, elle s'était enivré de la présence de Scar et la déchargeait sur les épaules d'Elza comme un fardeau. D'un revers de main dédaigneux, elle le désigna, avant que sa voix ne reprenne un calme doux, ce même calme qu'il y a avant que la tempête ne se prépare.

_J't'en prie, si ma compagnie n'est pas à ton goût, tu peux toujours partir. Je ne te retiens pas.

Un sourire ironique ponctua ses lèvres.
Elle n'était pas vraiment comme ça Elza, c'était comme l'impression désagréable de s'immiscer dans une chair qui n'était pas la sienne. Lorsque Scar prit congé pour élucider les bruits mystérieux, Elza sentit un souffle nouveau, plus paisible et serein s'engouffrer en elle. La chamade désordonnée qui déréglait son cœur s'était désormais apaisée. La chair qui s'était craquelée d'agacement engloutissait les fissures de sa contrariété comme si ce n'était qu'un mirage – comme un l'artifice d'un souvenir qui n'avait jamais existé.

Elle détourna le regard pour éviter les éclairs vermillons de Scar qui fondaient sur elle, ils ricochèrent sur son menton indifférent avant de s'effondrer au sol. Sa main chancela et trembla un peu pour saisir la tasse de thé qui s'était refroidie – comme si toute cette froideur l'avait particulièrement affectée. Comme si le conflit la rendait légèrement maladroite – c'était comme si le trou béant dans sa poitrine absorbait un peu tout ce qu'il s'était passé, et que le temps que tout cicatrice, car les paroles de Scar lui avait fait de la peine et elle avait jugé bon de montrer légèrement les crocs. Elza n'est pas une méchante fille, elle voulait juste appartenir à la nuit, Scar lui avait hautement signifié qu'il ne s'agirait pas de cette nuit là.

Elle se releva légèrement et éparpilla sa main derrière sa nuque. Quand Scar revint, elle la retira et lança un faible :

_ J'suis désolée si ce que j'ai pu dire t'as énervé ou quoi, j'ai pas trop compris, mais rassure-toi, je ne reste pas.

C'était un peu éteint la manière dont elle a dit, un peu comme cette luciole qui s'était fait coupée en deux. L'éclat qui luisait dans ses yeux était devenu un peu plus terne, un peu plus foncé. Elle plaça sa deuxième main sur la tasse, exécuta une série de pas en arrière pour s'enfuir.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Scar
avatar

Invité



MessageSujet: Re: les jardins de lumière •• Scar   Mer 4 Juin - 22:33

Citation :
_J't'en prie, si ma compagnie n'est pas à ton goût, tu peux toujours partir. Je ne te retiens pas.

Alors là, c’était la meilleure de l’année ! Lui n’avait fait que son travail, il était à son poste et n’avait pas demandé de compagnie. Elle s’était incrustée de son propre chef et osait lui dire qu’il pouvait partir s’il le souhaitait ! Déjà, c’était faux, pas s’il ne voulait pas mériter le courroux de Peter et de plus, c’est elle qui n’avait rien à faire ici.

« Ce n’est pas à moi de me déplacer, ce n’est pas moi qui suis venu parler à l’autre et je ne fais qu’occuper mon poste contrairement à toi qui devrais être près des Garçons endormis. »

Après avoir intercepté le Garçon qui avait déserté son poste, Scar revenait là où il devait être et il semblait qu’enfin, Elza comprenait qu’elle ne parviendrait pas à adoucir le Rouge. Certainement pas en se mêlant de ce qui ne la regardait pas.

Malgré tout, puisque la Mère avait signifié n’avoir pas compris l’agacement de Scar, il prit sur lui de mieux le faire comprendre.

« C’est simple, je ne supporte pas que l’on se mêle de mon poste, je suis le Chef des sentinelles, ce n’est pas pour rien et je n’ai ni l’envie ni le besoin d’entendre des conseils qui ne sont pas constructifs. L’art de la surveillance ne s’improvise pas. Comme je te l’ai dit, je ne mêle pas des chaussettes que tu dois repriser, je ne saurais pas le faire. Ne te mêle pas de ce que j’ai à faire. »

Ceci dit, le Rouge s’accouda à nouveau à la rambarde, les lucioles s’étant déplacées apparemment, pour reprendre son observation, sans chercher à retenir Elza  ni même la regarder. Effectivement, il n’était pas le Chef des sentinelles pour rien. Sa nomination lui avait coûté extrêmement cher, son visage le prouvait chaque jour, ou plutôt, la brulure qui l’ornait.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Crocodile & Cie
avatar



✘ AVENTURES : 258

MessageSujet: Re: les jardins de lumière •• Scar   Ven 6 Juin - 15:54

Que vois-je ?


Une lumière vive baigne soudainement les bois en contrebas. Une lueur blanche qui ne peut qu'attirer le regard. Les broussailles s'écartent et soudainement, elle est là. Pure, magnifique, solitaire. Une licorne. Elle lève la tête vers la Mère et le chef des Sentinelles. Ses prunelles noires insondables les fixent sans un mot. Aurez-vous le courage de l'approcher ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ombre
avatar



✘ AVENTURES : 1612

MessageSujet: Re: les jardins de lumière •• Scar   Jeu 25 Sep - 17:47

The End


La licorne semble d'ailleurs appeler,
Celle qui porte encore la pureté,
Aussi Elza délaisse-t-elle,
Cette compagnie si sombre,
Au digne profit de celle,
Qui sait chasser la pénombre.


FIN DE L'AVENTURE




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: les jardins de lumière •• Scar   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [extrait de WoW RPG & autres sources] La Lumière.
» 4.0.1 et tangibilité de la Lumière
» Scar of mirrondin
» Le pouvoir et la lumière sont en toi(Libre)
» [Software] Jeux Bonus d'après BIONICLE 1, le Mask de Lumière. (y compris un test de "Toa" )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Grand Arbre :: Les Cabanes dans les Branches-