Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Clumsy
avatar

♣ Chef des Récolteurs ♣


✘ AVENTURES : 688
✘ SURNOM : L'Intrépide
✘ AGE DU PERSO : 11 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours !
✘ LIENS : " Si je tombe, je me relève toujours. "

MessageSujet: Une guerre gagnée uniquement avec des sacrifices, c'est misérable ; V.2 Clumsy   Jeu 25 Fév 2016 - 17:11

Clumsy




Trucs

Surnom : L'Intrépide
Groupe : Garçons Perdus
Age : 11 ans, presque 12
Rôle : Chef des Récolteurs


Révérences

Et le voilà qui court à travers les bois, ce drôle d'ourson qui semble se déplacer sur les pattes arrières. Mais où va-t-il ainsi ? Aurait-il le Croquemitaine à ses trousses ? Non, bien sûr que non, car un large sourire traverse son visage enfantin ; car sous ses airs de bête sauvage, c'est bien un garçon perdu que vous voyez traverser la forêt en prenant appui sur le sol de temps à autres avec son bâton. Parfois, il se tentera même à prendre appui plus fort avec ce dernier, comme si c'était une troisième patte - et ne vous méprenez pas, ce n'est pas Maxence qui est là - mais parfois, eh bien.. Crac, le bâton n'a supporté son poids alors qu'il sautait au-dessus d'une branche, et voilà que l'enfant-ours s'écrase la tête la première dans la terre, au point d'avoir des feuilles, des brindilles et même sans doute des insectes dans les cheveux. Il ne suffit que d'un coup d’œil pour voir que ce ne sont sans doute pas les premiers à rencontrer sa chevelure sombre, pleine de nœuds et de trucs en tout genre.

Encore sonné, le garçon perdu ne tarde pas à se relever et à laisser sa capuche d'ours retomber dans son dos. Il saigne du nez à cause de la chute, mais ça, il ne semble pas vraiment y faire attention. C'est qu'il est habitué à toujours tomber de la sorte, c'est un grand maladroit, ce qui lui a valut son nom : Clumsy. Aujourd'hui n'était pas la première fois qu'il chutait, et à moins qu'il ne perde la vie dans l'instant, ce ne serait pas la dernière.

D'un geste un peu brusque, il s'essuie alors le nez avant de laisser un nouveau sourire étirer ses lèvres, un drôle de sourire d'ailleurs. Non pas qu'il soit différent de celui d'autres enfants - il était tout aussi brillant - mais il lui manquait quelques dents ; sans doute deux ou trois, mais comme l'une d'elles était une incisive, cela se remarquait dans l'instant. Au fond, il ne saurait dire si c'était des dents de lait ou non, mais elles n'ont jamais poussé depuis qu'il est arrivé sur l'île, et comme il ne se souvient pas avoir déjà perdu des dents ou non dans le monde réel et bien.. il fait avec. Bon, en réalité, le petit homme n'a perdu qu'une seule dent en tombant un jour, les deux autres, elles ont été volées par la fée des dents et il avait reçu de chouettes cadeaux de sa part ; qui lui ont d'ailleurs sauvé la vie à deux reprises, face à une sirène et au terrible Wendigo. Qui a dit qu'un cheval à bascule animé et un bouclier antivirus ne servaient à rien ?

Remit de sa chute, la tête encore vacillante, le polonais ne tarde pas à se relever en époussetant ses habits du mieux qu'il peu ; même si au fond, cela ne sert pas à grand chose vu l'état de sa tenue. En effet, il porte habituellement un short beige sale recousu par endroits, de même que son t-shirt qui autrefois du être blanc, et s'il n'a pas sa peau d'ours sur le dos, c'est tout ce qu'il possède comme habits. Des chaussures ? Clumsy ne se souvient pas d'en avoir jamais porté que pour aller à l'école, il n'en a de ce fait plus jamais eu besoin sur le pays de jamais. Puis, il se sent plus agile sans rien sur les pieds ; et quand on passe son temps à tomber, eh bien, un peu d'agilité en plus ne fait jamais de mal. C'est alors qu'une fois un peu décrassé, le petit homme se rend compte de quelque chose de terrible : sa médaille est tombée ! Oh, non pas qu'il soit quelqu'un qui soit très proche de ses affaires, mais quand on est un chef, on évite de perdre son insigne, surtout quand elle vient de Peter Pan. Heureusement, il la retrouve rapidement dans l'herbe, et une fois raccrochée, il reprend son chemin.

Même s'il tient à sa médaille, le chef des récolteurs n'a jamais vraiment cherché à devenir chef. C'est que c'est une personne humble, qui lorsque par un concours de circonstances l'ancien chef perdit la vie et qu'il fut désigné pour prendre sa suite, eh bien, il fut totalement dérouté. Depuis son arrivée sur l'île, Clumsy craint ne de pas faire les choses toujours bien comme il faut, même s'il donne toujours son maximum pour le faire : il pose des questions, demande des conseils, n'hésite jamais à montrer qu'il est dans le besoin, et ça, ça n'a pas toujours été comme ça.

Peu s'en souviennent mais lorsque le petit homme arriva sur l'île, il passa un long moment reclus dans son coin, n'adressant la parole à personne tant son cœur avait été éprouvé dans le monde réel. Oh, on dut sans doute le punir plus d'une fois lorsqu'il refusait de travailler et qu'il restait assit par terre, les genoux ramenés contre lui, mais à force, il commença à sortir de son mutisme et son inactivité. L'enfant qu'il était commença à découvrir les merveilles de l'île, à se lier avec les siens et depuis, plus rien n'a jamais été pareil. Clumsy a prit conscience de sa chance, de la seconde vie qu'on lui offrait, un nouvel espoir de racheter ses péchés passés afin de devenir une personne meilleure. Au fond, c'est sans doute ce changement radical qui l'a amené au rang de chef malgré son jeune âge.

Depuis cette période de renouveau, l'Intrépide s'est fait un nom - ou plutôt, un surnom - en parcourant l'île qu'il s'est mit à tant aimer. Qu'il pleuve, qu'il vente, qu'il neige ou qu'il y ait la canicule, l'enfant-ours ne s'arrête jamais d'avancer, repoussant toujours plus loin ses limites, au point de faire face à de nombreux dangers. Oh, il ne compte plus les fois où il a faillit mourir, mais à ses yeux, la vie ne se vit pas sans danger ; tout du moins.. tant que c'est lui qui y fait face.

Car oui, ce petit homme qui marche dans les bois pour rentrer chez lui n'aime pas que ses camarades aient à affronter le danger, surtout si ses derniers sont des récolteurs ; et donc, sous sa responsabilité. S'il en a la possibilité, Clumsy préfèrera les faire rentrer au Grand Arbre lorsqu'un danger potentiel se fait entrevoir. Jamais plus il ne veut que quelqu'un périsse par sa faute. Alors, lorsqu'il mène des patrouilles dans la forêt, le petit chef essaye d'emmener les récolteurs dans des régions sures, gardant les coins éloignés et dangereux pour ses propres excursions. Toutefois, il n'a rien contre le fait que des plus grands l'accompagnent dans ses balades, il est même très friand d'aventures en tout genre, et est toujours heureux de partir en mission ; quand bien même cela ne l'empêchera pas d'en avorter une si le danger est trop grand pour ses camarades. On ne compte plus les fois où il est revenu bredouille de mission, au point que Peter n'ait pas obtenu son habit de nuage tant désiré ou bien récupéré sa cape engloutie par le Géant. S'il est un garçon perdu pas fiable ? Disons plutôt qu'il est prudent dans son imprudence, tant que cela ne le concerne pas lui.

Au fond de lui, le chef des récolteurs craint de mal agir à nouveau, de voir un de ses amis mourir par sa faute et ça.. ça ce serait un terrible échec à ses yeux. Jamais il n'aurait pu abandonner Tinea, l'ancienne cheffe des raccommodeurs - même s'ils ne l'ont jamais retrouvée - jamais il n'aurait pu laisser Tick Tock aux griffes du Wendigo ou Loony à celles d'une goule. C'est qu'il s'inquiète, il s'inquiète même beaucoup pour ses camarades, mais ça, vous ne le remarquerez sans doute jamais, sauf si au détour d'une cabane, la nuit, vous le verrez éveillé et incapable de trouver le sommeil. Car si son visage est toujours éclairé de sourires, Clumsy a peur, il est même terrifié à l'idée que son monde s'écroule. Voyez cela comme un puzzle géant, où chaque personne représenterait une pièce : si une disparait, le puzzle ne ressemble plus à rien. Bien sûr, il ne peut pas sauver chaque pièce, il lui arrive même de combler les trous par d'autres nouvelles pièces.. mais certaines restent vide à jamais, et à chaque fois qu'une personne disparait, son monde s'écroule un peu plus.

C'est qu'il n'est pas un grand justicier, ce n'est pas un héros, il n'a pas de pouvoirs, il n'a rien hormis un vieux poignard et ses poings ; mais s'il doit se battre jusqu'à la mort pour sauver quelqu'un, alors il le fera. Même si c'est pour sauver Zombie, oui, même lui. Alors, et sans doute à cause de tout ça, l'Intrépide est un petit chef bien gentil, qui évite d'imposer des choses à ses récolteurs, allant même jusqu'à faire leur travail à leur place si quelque chose ne va pas. Souvent, il lui arrive de rattraper leur travail l'après-midi, mais ça, il le fera toujours pas le sourire, convaincu au fond de lui que c'est ce qu'il y avait de mieux à faire. Il est même gentil sur les punitions, n'en donnant jamais vraiment, ou alors des fausses pour faire genre ; par exemple ranger le garde-manger, ou faire le lit des autres garçons perdus. A ce jour, il n'a encore jamais envoyé quelqu'un au cachot, et n'hésite pas à hausser le ton face à Sugar ou la mère apprentie si elles venaient à décider de le faire. D'autant plus que les mères, ben, c'est pas sa tasse de thé.

Alors oui, derrière ce visage souriant, il arrive parfois de voir des grimaces énervées étirer le visage de Clumsy. S'il n'aime pas imposer ses décisions, il n'a aucun mal à contester celles des autres, surtout s'il les trouve injuste ou inappropriées. Dans ces moments-là, le petit chef n'aura aucun souci à écraser son poing sur le nez d'un garçon qui s'en prend à plus petit que lui, ou à crier sur un autre. L'injustice, ça, il ne supporte pas, et s'il doit se montrer brusque pour ça, eh bien il le fera.

On ne peut pas se faire aimer de tout le monde, ça, l'Intrépide en a bien conscience. Pourtant, là, comme à chaque fois qu'il arrivera au Grand Arbre, un sourire continuera de traverser son visage, et sa voix continuera de saluer ses camarades, avec tout l'entrain dont il est capable de faire preuve.

Jusqu'à son dernier souffle, il continuera de marcher.



Unique au monde

✡ Comme tous les chefs, il porte une médaillée militaire dorée sur la poitrine, généralement accrochée à son T-shirt et plus rarement à sa peau d'ours. La bande de tissu est bleue et rayée de deux fines bandes blanches, tandis que la médaille en elle-même représente les points cardinaux entourés par une branche de laurier. Clumsy ne le dit peut-être pas, mais il est très fier de sa médaille et fait très attention à ne pas l'abimer, encore à moins à la perdre. Après tout, c'est un cadeau de Peter Pan !

✡ Il est très rare de le voir se promener sur l'île sans un fidèle bâton de marche, lui assurant une certaine stabilité lorsqu'il se déplace. En règle générale, ce bâton n'a rien de particulier, est parfois dépourvu d'écorce, voire taillé par endroits, ou tout simplement moisi : son compagnon de route change tout le temps. Clumsy ne prend pas vraiment soin de ses bâtons, les oubliant à certains endroits, en retrouvant à d'autres, se servant dans la forêt de tous les morceaux de bois possible et imaginables. Un jour, il serait peut-être avisé qu'il s'en fasse fabriquer un, robuste, par les armuriers mais.. il finirait sans doute par le perdre.

✡ Lorsqu'il se bat, il arrive au petit chef d'utiliser ses bâtons, mais c'est plutôt rare. Comme ils sont instables et souvent fragiles, soit ils cassent, soit il ne les utilise tout simplement pas. Au contrario, lors de ses combats face à des ennemis, Clumsy se munit d'un petit poignard forgé un jour par Sharpy ; n'étant de toute manière pas vraiment à l'aise avec de grosses armes. Il lui arrive également d'utiliser les griffes d'ours aiguisées qui sont accrochées à sa cape pour combattre plus au corps-à-corps.

✡ En parlant de peau d'ours, le petit chef est presque toujours affublé de cette dernière, sauf lorsqu'il se trouve dans la Fourmilière ou qu'il fait trop chaud. Cette cape est pourvue d'une capuche qu'il peut glisser devant son visage - étant capable de voir grâce à deux trous au niveau des yeux - ainsi que de deux manches dans lesquelles il peut mettre ses bras pour se réchauffer, ou pour se battre en ayant accès aux griffes enfoncées au bout. Si ce n'est pas lui qui a tué l'animal qui a donné cette cape, cela n'empêche pas l'Intrépide d'être très attaché à ce morceau de tissu ; au fond, il lui apporte même une partie de son courage, il en est persuadé.

✡ Pourtant, malgré ce sentiment de courage, le petit homme a une grande phobie : celle des chiens, des loups, et de tout ce qui y ressemble de près ou de loin. Lorsqu'il en aperçoit un, l'Intrépide perd ses moyens et se fige, terrorisé comme jamais. Il garde d'ailleurs une vilaine cicatrice au torse après avoir affronté - ou plutôt été agressé par - un loup-garou lors de la Grande Bataille d'Halloween.

✡ En parlant de cicatrices, le petit homme en possède des tas, tant et si bien qu'il serait incapable de dire où et quand il se les ait toutes faites. Il y a les traces de griffure sur son torse, des entailles sur son visage, une près de sa lèvre, deux autres près de son œil droit, ainsi que des tas et des tas sur ses bras et ses jambes. Certaines datent de combats, mais la plupart sont dues à des mauvaises chutes. Au fond, Clumsy est plutôt fier de ses cicatrices, qui lui rappellent qu'il est bien vivant et qu'il a réussi à se relever de ses échecs.

✡ Toutefois, il cache certaines de ses cicatrices derrière des bandages, ne souhaitant partager leurs histoires avec personne ; sauf de très rares compagnons comme Green ou Grenouille. Ses poignets et ses chevilles sont toujours entourées de bandages, et il évite de découvrir son dos dans la mesure du possible, car il est également parsemé de profondes cicatrices, semblables à des entailles très irrégulières. Toutes ces plaies datent de sa vie avant l'île, lorsqu'il avait tenté de fuir la misère de son camp, et que sa chaire avait été dévorée par les fils barbelés. Aujourd'hui, la simple vue de ces cicatrices le fait tourner de l’œil, même s'il ne souvient plus exactement pourquoi. Il sait juste que c'était douloureux.

✡ L'oubli a rongé son esprit vis-à-vis de sa vie du monde réelle, il ne souvient que d'ombres, même s'il lui arrive fréquemment de faire des cauchemars qu'il ne comprend pas toujours, revivant des moments sombres et violents de son passé. Dans ces cauchemars, il voit une femme qu'il voit comme sa mère tomber pour ne plus se relever - parfois c'est Sugar qu'il voit à la place de cette femme - ou bien un enfant se faire dévorer par des chiens enragés ; et souvent, il lui arrive de voir le visage de ses récolteurs à la place de celui oublié de l'enfant, comme Tick Tock ou bien Poo. Alors, quand personne ne le regarde la nuit, il lui arrive de pleurer à cause de ces horreurs qu'il voit, afin d'essayer de les chasser et de pouvoir mieux sourire le lendemain.

✡ Il essaye de faire de son mieux pour ne pas oublier ceux qui sont tombés au combat, ou qui ont été tués, comme Tinea, Vinyle ou bien Dolly. Mais à force, leurs noms disparaissent dans sa mémoire et il ne se souvient plus que de leur mort, sans pouvoir savoir de qui il s'agit exactement. Et bien sûr, il en fait des cauchemars. Tout le temps.

✡ Inutile de préciser que du coup, à cause de ces cauchemars récurrents, Clumsy dort très mal la nuit et il lui arrive souvent de se lever en pleine nuit, incapable de retrouver le sommeil. Cela se voit sur son visage creusé par les cernes, car même s'il est toujours étiré par un large sourire, la fatigue est toujours là.

✡ Ayant du mal à se voir comme un chef - donc avec un rang hiérarchique plus haut que ses camarades récolteurs - il ne passe en général qu'une nuit sur trois dans la Cabane Souterraine, aimant beaucoup dormir avec les autres récolteurs. Toutefois, les nuits où il dormira avec les autres chefs, il se lèvera toujours aux aurores pour rejoindre les autres afin de prendre le petit-déjeuner et les écouter raconter leurs rêves comme leurs cauchemars. Même si lui ne racontera jamais les siens.

✡ Clumsy n'a plus aucun souvenir de son père ou de sa mère, tout ce qu'il sait, c'est qu'elle, elle avait les yeux verts comme lui. Il fait tout ce qu'il peut pour se raccrocher à ce souvenir, car pour lui, il n'a eu et n'aura qu'une seule mère. De ce fait, il n'est pas très proche des mères du Grand Arbre et les méprise un peu, sans pour autant se montrer vache avec elles comme pourraient l'être Fang ou Sharpy. Ce n'est pas qu'il les aime pas, ou les trouve inutiles, c'est juste qu'il n'a pas besoin de mère. Il sait qu'au fond, elles se doivent d'être là pour les autres ; mais pas pour lui.

✡ Il a conservé un certain accent de ses origines polonaises : fort, mais ne témoignant pas de son ancien lieu de vie. Il est juste différent de celui des autres garçons, et du coup, on a souvent l'impression qu'il mâche ses mots.

✡ Il ne souvient d'aucun mot de sa langue natale.



L'île

Comment vis-tu ton séjour à Never Never Land ? Que représente ce lieu pour toi ?  
« Ben, c'est ma maison et j'en voudrais jamais une autre. J'me sens vraiment bien ici et j'ai l'impression de servir à quelqu'chose, de pouvoir apporter mon aide aux autres. J'sais pas si j'suis un aussi bon chef que Soul, Sharpy, Pit ou Fang - 'fin j'dis pas que Freckles et les autres sont pas d'bons chefs, mais eux c'sont les plus vieux quoi - mais j'fais de mon mieux et j'leur demande des conseils quand j'ai des doutes. Alors, oui, j'peux dire que je vis très bien mon séjour sur l'île. J'ai enfin trouvé mon chez-moi. »


Regrettes-tu ta vie d'avant ? Voudrais-tu pouvoir retourner dans le monde ordinaire ?  Si tu n'en as jamais connu d'autre, désirerais-tu une autre vie ? L'autre monde te fait-il envie ?
« J'me souviens pas de tout ce que j'ai pu vivre dans l'monde ordinaire, mais croyez-moi, ça n'avait rien d'bon. J'me souviens d'ombres menaçantes, de coups d'fusils, de gens qui hurlaient, tombaient, puis des chiens qui attaquaient. A dire vrai, j'sais pas si ce sont juste des cauchemars, ou si j'ai vraiment vécu ça mais.. 'fin, d'après Grenouille, tout ça a vraiment existé, parce qu'il les a vécu aussi. Donc franchement, j'vais pas regretter ce monde-là. Le notre est peut-être dangereux, mais on s'serre les coudes et on s'en sort très bien comme ça. Pour rien au monde j'voudrais retourner dans l'monde ordinaire. Jamais. »


Comment vois-tu Peter Pan ? Quels sont tes sentiments envers lui ? A l'inverse, que ressens-tu pour le capitaine Hook ?
« C'est notre chef à tous et notre Roi ! Il apporte l'Soleil et c'est grâce à lui qu'tout fonctionne sur l'île. J'suis pas sûr que tout c'qu'il fait soit toujours bon, mais j'peux pas m'permettre de juger. A mes yeux, s'il décide de quelque chose, ben, c'que c'est la seule solution possible. C'est qu'c'est pas facile d'être un bon chef, parfois faut prendre des décisions difficiles. Moi j'pourrais pas bannir un garçon perdu, donc euh.. faut bien que quelqu'un le fasse s'il r'présente un danger pour le Grand Arbre. Je sais que c'que Peter fait, ben c'est pour notre bien. Il m'a sauvé et m'a donné une raison d'vivre, j'le suivrai jusqu'à en mourir s'il le faut. C'pas juste mon Roi, c'est mon ami, il est comme un frère pour moi. »

« Ah c'vieux Crochet ! Il nous en fait voir des vertes et des pas mûres, ça c'est clair. Sans lui, l'île s'rait plus calme et on s'rait plus en sécurité. J'suis pas du genre à souhaiter la mort des gens, alors j'crois qu'le mieux, ce serait juste qu'il quitte l'île. On s'rait tous plus heureux comme ça. »




Bout d'aventure

De son passé, Clumsy n'en garde que des flashs dans ses pires cauchemars : des cris, des pleurs, des coups de feu, la souffrance, le froid, la faim, les allemands, les chiens, la mort. C'est un excellent résumé de ce qu'il a put vivre il y a des années et des années de ça ; pour rien au monde, il ne souhaiterait revivre ces moments-là. Néanmoins, il est temps de les ressortir, rien qu'une fois, pour que vous compreniez comment il a pu en arriver là.


Son enfance, Marian - car tel était son nom, l'équivalent polonais de Marion - l'avait passée dans la ville de Varsovie. Né d'une mère polonaise et d'un père anglais, tous deux juifs, la petite famille n'avait jamais vraiment eut à se plaindre de leur vie. Certes, ce n'était pas la vie de château, mais que demander de plus lorsqu'on a une famille ? Le petit garçon évoluait avec d'autres enfants de son âge, pratiquant le polonais à l'école puis l'anglais à la maison. D'après son père, ça pouvait l'aider pour plus tard, maîtriser plusieurs langues pourrait l'aider dans la vie, " l'anglais est la langue de demain ! ". Au fond, lui, ça ne l'intéressait pas plus que ça. Tout ce qui occupait le gamin, c'était les moments passés après l'école, loin de l'immobilité des bureaux et de ce qu'on tentait de lui faire rentrer dans la tête.

Sortir avec ses amis, aller au parc de jeu, faire des parties endiablées de cache-cache dans les ruelles - quelques bêtises aussi parfois, parce que personne n'était parfait - il n'y avait pas à dire, la vie était belle !

Cependant, l'année où Marian fêta ses neuf ans, la Pologne fut envahie par l'Allemagne, puis, très rapidement et indéniablement, ce fut le tour de la capitale de tomber sous le joug allemand. Le pays n'était plus sûr ; étaient-ils encore chez eux ? Pas vraiment. Fallait-il fuir ? Oui. Pour aller où ? Allez savoir. Du côté de leurs foutus alliés russes ? Mauvaise idée. Il n'y avait rien d'autre à faire que d'attendre, attendre que les choses se tassent, qu'on les oublie.. La guerre n'a rien d'une idylle ; l'hiver qui précéda cette conquête fut le début de la fin.

Les juifs de la ville furent marqués, comme du bétail, d'un brassard jaune surmonté d'une étoile de David noire - moins douloureux que le fer à blanc, mais sans doute tout aussi humiliant. Du bétails, ils étaient marqués comme du bétail. Leurs boutiques furent marquées elles aussi, le père de Marian perdit son travail et il n'y eut rapidement plus aucun moyen de fuir la ville en train. Tout, on leur interdisait tout. Qu'avaient-ils donc fait de si mal pour être traités de la sorte ? Du haut de ses quelques années, le petit garçon avait finit par taire ses questions ; car parler était bien trop dangereux. Des gens disparaissaient, ceux qui gênaient un peu trop. Mieux valait garder le silence..

L'année de ses dix ans, tout se passa beaucoup trop vite.

Marian du dire au revoir à certains de ses amis qui furent contraints à quitter leur quartier, tandis que d'autres juifs de la ville venaient les remplacer. Très vite, leur petit coin autrefois si paisible se vit surpeuplé, puis fermé par les nazis. Il n'y avait plus aucun moyen de partir, à moins de se confronter directement à la mort.

Ils intimidaient tout le monde, ces soldats allemands avec leur brassards rouges et leurs chiens. L'enfant les entendait souvent grogner depuis son chez-lui. Les horribles bêtes dressées pour tuer n'hésitaient pas à attaquer ceux qui cherchaient à se rebeller ; souvent, le sang de ces pauvres gens souillaient la neige. Marian n'avait jamais aimé ces bêtes là, sa peur s'était alors attisée au fil du temps au point d'en devenir une phobie ; il craignait plus que tout que l'un de ces molosses ne se lance à sa poursuite.

Il y avait du monde, beaucoup trop de monde ; mais surtout, pas assez à manger. Le petit homme crut que le froid les prendrait tous lors du premier hiver. Si les vivres manquaient, les hommes retenus prisonniers dans leur propre quartier se serraient les coudes du mieux qu'ils le pouvaient. Son père continuait de donner des cours d'anglais, à des adultes comme à des enfants. Que pouvaient-ils faire d'autre de toute manière ? Certains avaient à peine de quoi s'habiller, alors tout ce qu'il leur restait, c'était la parole, puis l'espoir aussi. Quand bien même la vie était dure, ils tenaient le coup ; mais même lorsqu'il y a de l'espoir, le destin aime faire chavirer la balance.

Si beaucoup mourraient à cause du froid et de la faim, d'autres périssaient à cause de maladies infectieuses. Marian ne retenait pas leurs noms trop compliqués, seulement d'une : tuberculose. Plus mortelle et dévastatrice que les nazis, elle prit la vie de nombreux de ses proches, mais surtout, au début de l'été.. elle cloua sa mère au lit, l'année où il aurait dû avoir douze ans. Impuissant face à cette horreur, tout autant qu'il l'était face à la répression allemande, le jeune garçon ne pouvait qu'observer le visage de sa pauvre mère se torde de douleur lorsqu'elle crachait du sang dans ses mains tremblante. Il ne pouvait plus l'approcher, retenu par un père craignant pour leur vie à tous les deux.

De nombreuses fois, le gamin plus téméraire que lucide chercha à percer le secret de ces grands murs érigés dans le ghetto, cherchant la moindre petite faille capable de les faire quitter cet endroit au plus vite. Sa mère devait voir un médecin, avec de vrais instruments et de bons médicaments ; eux, ils n'avaient plus rien ici, plus depuis longtemps. Mais qui se frotte aux barbelés s'y pique : ses mains furent entaillées alors qu'il cherchait à les soulever, ses pieds de même alors qu'il voulut les repousser. Rien, il n'y avait rien à faire. Il avait juste mal, encore plus mal.

Pendant ce temps, les nazis raflaient des milliers de juif pour les emmener dans des trains qui pourtant leurs avaient été interdits deux ans auparavant. Où partaient-ils ? Personne ne le savait ; personne ne voulait savoir.

Un jour, fatalement, ce fut le tour de Marian et de sa famille, alors que sa mère pouvait à peine tenir debout. La jeune femme avait du mal à avancer sans manquer à chaque fois de tomber ; elle semblait aussi maladroite que pouvait l'être son fils, même si c'était un bien terrible mal qui la faisait vaciller. On chercha à l'aider, mais la pauvre femme finit par tomber. Nombreux furent ceux qui lui tendirent la main, qui s'arrêtèrent, mais le cri des allemands les ramenèrent à la dure réalité :

« Schnell schnell schnell ! hurla l'un des hommes. »

Elle fut laissée là, à terre, tandis que les autres continuaient d'avancer. Son fils hurla, cria comme il n'avait jamais fait. Il pleura, ne fit que répéter les mêmes mots à son pauvre père qui cherchait à rester impassible pour protéger son rejeton de la si triste vérité :

« Pourquoi on ne s'arrête pas ? Papa ? Il faut qu'on aille la chercher, on peut pas la laisser là ! Papa ? Je t'en prie, regarde-moi ! Il faut qu'on aille chercher maman ! »

Mais son regard était porté vers la gare qui approchait à grands pas ; l'ancien grand homme de lettres fut incapable de dire quoi que ce soit. Ses yeux étaient gorgés de larmes, mais il restait digne, pour son fils, pour l'espoir. Afin de le rassurer, il fit comme simple geste de lui prendre la main et de la serrer avec douceur, mais aussi avec une certaine fermeté ; il ne souhaitait pas voir mourir le peu de famille qu'il lui restait.

Comme du bétail, ils furent parqués dans ces wagons de marchandises, aux seuls ouvertures traversés de quelques barbelés. Le père chercha à tous prix à s'en approcher, son fils désormais sur le dos ; le train allait bientôt partir, il fallait réagir. Nul ne savait où ils allaient être emmenés, ni même pourquoi. Son fils avait encore une chance, une chance de fuir loin de tout ça. Doucement, les roues de la locomotive se mirent à rouler sur les rails, tandis que l'homme parvenait à attraper deux câbles de barbelés ; la mort dans l'âme, la douleur sur le visage.

D'une faible voix muée de chagrin, Marian murmura :

« Qu'est-ce que tu fais, dis.. »

Un léger sourire traversa le visage de l'homme éploré, tandis qu'il incitait son fils à passer au travers de l'ouverture qu'il avait faite. Ses habits seraient un peu déchirés, mais vu la vitesse du train, la chute ne serait pas rude. Abasourdi, le gamin refusa, se mit à s'agiter et se réveilla de sa précédente torpeur. On lui promit de le rejoindre, qu'il ne serait pas seul très longtemps. La sortie était trop petite pour lui ; dès qu'ils arriveraient tous à bon port, le père promit à son fils de venir le chercher. Marian n'eut pas le temps de chigner bien longtemps, car déjà il se retrouvait hors du train, le dos malgré tout lacéré, mais rien de cassé. Un autre enfant tomba du train, un petit de peut-être cinq ans seulement.

Pendant un long moment, le polonais resta là, incapable de réagir, malgré les pleurs de l'autre enfant. Il regarda le train s'éloigner de plus en plus, le cœur serré et tiraillé par une douleur bien plus déchirante que celle des barbelés. Puis, le cri des chiens se fit entendre.

Réagissant au quart de tour - après tout, il ne les avait pas encore vus - Marian se redressa et prit la main de l'autre enfant, fuyant à travers les bois. De nouveaux cris s'ajoutèrent, plus humains cette fois-ci. Il avait peur, si peur, à tel point que son cœur allait finir par exploser dans sa poitrine tant il battait fort. Et l'autre gamin qui continuait de pleurer et qui ne courrait pas assez vite ! Non, il ne pouvait pas s'arrêter de courir ; pourtant, plus d'une fois, ils chutèrent tous les deux à cause des branches et des racines sur le sol. Au bout d'un moment, le petit fut incapable de courir, sans doute trop épuisé, trop meurtri, trop jeune.. Les aboiements et les cris se rapprochaient de plus en plus.. Que fallait-il faire ?

Un coup de feu fit à nouveau bouger le fuyard ; il ne pouvait pas s'encombrer de l'autre enfant, à son grand désarroi. Son père lui avait promis de le rejoindre, de venir le chercher.. Il ne pouvait pas mourir maintenant, pas après tout ça ! Égoïstement, ce fut la première et dernière fois que Clumsy abandonnait un autre enfant.

Tandis qu'il reprenait sa course, souffrant autant mentalement que physiquement, le petit homme entendit les chiens devenir fous dans son dos. Puis, petit à petit, leurs cris se firent de plus en plus lointains.

Je suis tellement désolé, songea-t-il.

Épuisé, alors que la nuit commençait à tomber, Marian ne trouva même pas la force de grimper dans un arbre pour éviter d'éventuels bergers, préférant se laisser tomber sur le sol, aux pieds d'un grand chêne.

Tout ce qui été arrivé était de sa faute, lui qui n'avait pu être qu'un spectateur, aussi faible et ignorant que le plus crétin des gamins. Était-il vraiment un nuisible qui ne méritait que la mort ? Allongé sur le sol, tremblant et pleurant, cette question tourna en boucle dans sa tête. La force ? Il l'avait perdu en même temps que sa mère. La confiance ? Il l'avait vu disparaitre au loin à bord d'un train. L'espoir ? Il le savait au fond de l'estomac d'un chien. Faible, il était si faible.. Les bêtes auraient dû le dévorer lui ; il n'aurait eut que ce qu'il méritait. Jamais son père n'allait venir le chercher, Marian allait mourir ici, seul.

Le froid mordant de la nuit et la douleur l'empêchèrent de trouver le sommeil, sa tête allait exploser à force de songer toujours aux mêmes choses ; bien que tout tournait désormais au ralenti.

Ce ne fut que peu de temps avant le réveil du jour qu'une curieuse rencontre lui fit relever la tête ; il n'avait même pas vu son ombre approcher.

Une nouvelle vie, un nouveau nom ; pour un nouveau monde.



Invisible pour les yeux

T'as un Pseudo ? Niuty, Tom, et même Bacon
Et un âge ? Ouah, beaucoup trop.
C'est quoi ton Avatar  ? Eren Jäger (enfant) - Shingeki no Kyojin (l'Attaque des Titans)
Comment t'as découvert l'île ? Je me promenais parmi les différentes îles partenaires et une fée m'a attiré jusqu'ici ! C'était dingue !
Tu la trouves comment ? C'est ma maison. ♥
Dis, tu crois bien aux fées ? J'ai un collier avec une fiole remplie de poussière de fée, pour les jours de crise. Donc bien sûr que j'y crois !

N.B. - Le bout d'aventure n'a quasiment voire pas du tout changé vis-à-vis de l'autre fiche, parce qu'à mes yeux il restait important et je n'avais rien à dire de plus dessus. Au fond j'ai pas l'impression que cette fiche apporte grand chose de plus, si ce ne sont des détails par-ci par-là, mais j'avais besoin d'ajouter tout ça huhu. Love. ♥






Adventure is out there


Clumsy et l'Event Embuscade:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dgraymanheart.forumactif.com/
Trouble
avatar

♣ Armurier ♣


✘ AVENTURES : 155
✘ SURNOM : L'Épouvantail
✘ AGE DU PERSO : Autour de 12 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 11/4 ... NO
✘ LIENS : Anger & ANGER

MessageSujet: Re: Une guerre gagnée uniquement avec des sacrifices, c'est misérable ; V.2 Clumsy   Jeu 25 Fév 2016 - 17:20

Love.








Fuck off.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soul
avatar

♣ Chef des Soigneurs ♣


✘ AVENTURES : 951
✘ SURNOM : L'Immuable
✘ AGE DU PERSO : 16 ans... Mais sombre inéroxablement vers la maturité.

✘ DISPO POUR RP ? : Si vous n'êtes pas embêté par un rythme en toute tranquillité!
✘ LIENS :
« L'âme naît vieille dans le corps ; c'est pour la rajeunir que celui-ci vieillit. »
Ongoing : IIX - X - XII - XIII - XVII - XIIX - XX - XXI - XXII
Ended : I - II - III - IV - V - VI - VII - IX - XI - XIV - XV - XVI - XIX



MessageSujet: Re: Une guerre gagnée uniquement avec des sacrifices, c'est misérable ; V.2 Clumsy   Jeu 25 Fév 2016 - 17:33

Avec cette musique épique, hyper entrainante on prend le rythme direct dans sa course, haha!

il est toujours aussi plein de peps, de positivisme; de vie. Il fait toujours autant de bien Clumsy! Encore plus dynamique je dirais, je pensais pas ça possible en fait! Mais il est devenu plus sévère aussi, un peu plus dur j'ai l'impression!

Viens donc dans mes bras, me rejoindre lors de tes insomnies l'ami, nous serons toujours mieux à deux sauf quand je bois.


Et puis bien sûr, bah, c'était qu'on avait presque oublié le tragique. Une V2 ça permet de nous rappeler tout ce qui a été oublié. DE rendre plus frais le drame de son amnésie. *hugs l'Intrépide*

Bon retour à toi aussi Clumsy!






« C'est un peu de ton espoir,
ce que les années en ont perdu.
On dirait ton ombre et qu'elle cherche
à se mettre debout. N'appelle personne.
Ton cœur ce n'est pas toi, c'est un enfant
qui se tourmente avec la crainte de tomber. »

Joe Bousquet


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://cidiene.wordpress.com/
Maxence
avatar

★ Mère des Chasseurs ★


✘ AVENTURES : 668
✘ SURNOM : La Trois-Pattes
✘ AGE DU PERSO : 14 ans. Ou 15. Par-là.

✘ DISPO POUR RP ? : Globalement, ouais.
✘ LIENS : Naissance & La Meute

MessageSujet: Re: Une guerre gagnée uniquement avec des sacrifices, c'est misérable ; V.2 Clumsy   Jeu 25 Fév 2016 - 20:14

Aowh Clum' et rebienvenue avec cette V2 ?

Woah, le sujet est fort, et j'ai eu un peu peur en voyant la taille mais ça se lit super bien !
J'ai envie de caliner Clum' maintenant et de le réconforter le pauvre bout !






J'suis Parole en #cc3300.
J'suis Portrait grâce à Carne !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Annabelle
avatar

☠ Fille de Joie ☠


✘ AVENTURES : 121
✘ SURNOM : La Dormeuse
✘ AGE DU PERSO : 20 années

✘ LIENS : L'entrée des Contrées est par la mer, mais Il y dort... prenez garde au Dormeur qui rêve et attend

MessageSujet: Re: Une guerre gagnée uniquement avec des sacrifices, c'est misérable ; V.2 Clumsy   Jeu 25 Fév 2016 - 22:03

Moooooh little Clum, l'est adoraaaable <3






Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peter Pan
avatar

♛ Roi des Garçons Perdus ♛


✘ AVENTURES : 2490
✘ SURNOM : L'Enfant Roi
✘ AGE DU PERSO : Eternel

✘ DISPO POUR RP ? : Un peu chaud !
✘ LIENS : Je suis un petit oiseau à peine sorti de l'oeuf.
Et aussi tout ça !

MessageSujet: Re: Une guerre gagnée uniquement avec des sacrifices, c'est misérable ; V.2 Clumsy   Ven 26 Fév 2016 - 11:29

Félicitations mon enfant


Tu es condamné.





C'est impossible de ne pas aimer Clumsy. Tout en lui inspire la sympathie et l'affection. Tu t'es inspirée de toi-même ou comment ça se passe ?! J'ai particulièrement aimé le Bout d'Aventure, qu'à force j'avais oublié, cette ombre au tableau avec l'abandon qui sculpte vachement sa personnalité, son rapport aux autres, son rôle. C'est une partie intéressante ça ! Sa volonté tranquille de protéger les autres à sa manière ! Il est très humain en fait, et je crois que ça me plait vraiment beaucoup. Je suis fier d'avoir un petit chef comme ça dans mes rangs. Clumsy en remasterisé, c'est maintenant.

_______________________________


Je te serre chaleureusement la main. Cours vite créer ton Dé à Coudre et demander un Compagnon de Jeu afin de vivre une aventure ! Tu peux aussi participer au RP d'introduction spécialement conçu pour les nouveaux arrivants et qui permet d'immerger facilement ton personnage dans l'univers : le Bannissement. A moins que tu ne choisisses de te lancer dans Mission Périlleuse ? Si tu préfères passer du bon temps en papotant, rejoins sans tarder la Nursery. Quoiqu'il en soit, que ton séjour à Never Never Land soit fabuleux et éternel.









La musique que je joue au gré du vent : Flûtes de Pan
Les dessins que je peins au gré du temps : Crayons de Pan



Je tyrannise en forestgreen.
Portraits par Kim Minji.





le merveilleux cadeau de mes enfants trouvés:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org/
Clumsy
avatar

♣ Chef des Récolteurs ♣


✘ AVENTURES : 688
✘ SURNOM : L'Intrépide
✘ AGE DU PERSO : 11 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours !
✘ LIENS : " Si je tombe, je me relève toujours. "

MessageSujet: Re: Une guerre gagnée uniquement avec des sacrifices, c'est misérable ; V.2 Clumsy   Ven 26 Fév 2016 - 12:10

Trouble >

Soul > Huhu oui, j'aime énormément la musique aussi ! Je trouve qu'elle lui correspond totalement. Puis je suis contente qu'il ait l'air plus dynamique avec un côté plus sombre aussi, parce c'était ce qui manquait dans son ancienne fiche je trouve. Maintenant, il pourra aller boire des coups la nuit avec Soul ! 8D

Maxence > Sorry pour la longueur, mais je suis contente que ça t'ait plu ! Il était temps de remettre à jour cette vieille vieille fiche. è u é *hugs*

Annabelle > Adorable et toujours plus intrépide !

Peter > Je mets toujours un peu de moi dans mes personnages mais.. sans doute un peu plus pour Clumsy huhu. 8D Tu sais bien que je suis déjà aussi maladroite que lui, on oubliera pas ma chute dans les escaliers d'Arrow cet été. Pis c'est vrai que le bout d'aventure est très sombre vis-à-vis du reste de la fiche, c'est vraiment une ombre au tableau qui a fait ce qu'il est comme tu dis ! En tout cas, je suis opdjhorpjhpr contente que ça t'ait plu à nouveau ! Et merci aussi pour la validation. *u*


MERCI A TOUS VOUS ÊTES DES CHOUX ! ♥♥♥






Adventure is out there


Clumsy et l'Event Embuscade:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dgraymanheart.forumactif.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une guerre gagnée uniquement avec des sacrifices, c'est misérable ; V.2 Clumsy   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jouer en ligne uniquement avec la 3DS?
» [2500] milieu dur
» Kickstarter et Cie : bien ou pas bien ?
» Rapport de bataille Guerre de sept ans avec BLACK POWDER
» Projet campagne guerre civile en Bretonnie avec règles KOW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Faire naufrage :: Gais, innocents et sans coeur. :: On s'envole !-