Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ancienne Mère
avatar

Invité



MessageSujet: Baiser de bonne nuit    Mer 17 Fév 2016 - 10:02



Baiser de bonne nuit

with Crackers





Suite du feu de camp.



Laila n’a pas lâché la main de Crackers, du moment où ils ont quitté le feu de camp à celui qui les retrouve entrain de grimper à l’Arbre, en direction de la cabane des livreurs. Ce n’est certes pas la plus haute, mais il faut être discrets. Car les sentinelles veillent, et si elle a une excuse toute prête en tant que Mère Apprentie, raccompagnant simplement son garçon des toilettes, elle ne tient pas à réveiller les autres, ceux qui dorment dans les maisonnettes devant lesquelles ils passent à pas de loup.

C’est comme un jeu, de ne pas faire grincer les planches, de se taire quand on entend des murmures venant de l’avant, ou de l’arrière, de faire vite pour rejoindre les hamacs des autres enfants, qui ronflent, qui geignent, qui pleurent parfois et quand elle entend ce miaulement de chat, en passant depuis la hutte des récolteurs, elle se dit que parfois, même à Neverneverland, il ne fait pas bon vivre.

C’était une bonne soirée, malgré la scène de fin, un brin trop chaotique pour être vraiment appréciée. Elle a bien remarqué la chevelure blonde de Bambi en repartant, mais Laila a préféré s’occuper du garçonnet au souffle rauque que de son amie, la laissant à ses affaires, avec une pointe de déception. Elle espère qu’elles pourront discuter du malaise de la danseuse face au feu de camp, que Bambi ne lui en veut pas. Mais n'y pense pas trop, pour ne pas perdre le sourire.

Laila a seulement salué Rachel et Pit, en repartant, et réajuste la courroie de sa guitare, simple tic.

Le cercle des livreurs apparaît enfin, dans l’absence de son chef, très certainement endormi à la maison souterraine. Les carreaux d’Eilis sont obscurs, preuve que la mère ne s’est pas réveillée depuis le départ de son apprentie. Il lui faudra rejoindre son propre lit sans la déranger, mais Laila ne se fait pas vraiment de soucis à ce sujet. Même si elle devrait sans doute s’inquiéter de la profonde torpeur dans laquelle la petite fille plonge parfois, et dont rien ne peut l’extraire à ces moments-là.

Les lueurs des lucioles et de la pleine lune éclairent suffisamment pour qu’elle puisse pousser la porte de l’une des maisonnettes, et découvrir en premier la crinière noire de Witch, profondément endormie. D’un doigt sur la bouche, elle fait signe à Crackers d’être aussi discret que possible, et entre dans la cabane sur la pointe des pieds, se dirigeant vers le fond en passant devant le hamac de Vanity, ramassant le doudou tombé à terre pour remettre l’ourson dans les bras de sa propriétaire.

Arrêtée devant le lit de Crackers, elle attrape la chaise qui fait office de porte-manteau pour chacun des enfants et tape doucement sur le siège.

« Allez, assieds-toi. Je vais défaire tes chaussures, et on va changer de pyjama. Le tiens est tout plein de suie et de terre. » Son chuchotement est si bas qu’il doit à peine l’entendre, noyée par les râles de sa respiration d’asthmatique. Laila en profite tout de même pour poser la guitare à terre, l’adossant contre le mur avant de s’étirer, faisant craquer sa nuque.

C’est qu’il est tard, et qu’elle-même est un peu fatiguée.

« Je vais te raconter une histoire très courte, pour pas réveiller les autres, ok Cracky ? » Passant la main sur le crâne de l’enfant, elle caresse distraitement ses cheveux. Et s’agenouille devant lui, pour tirer sur les lacets. « T’as une idée de celle que tu veux ? Le chat et la boulangère ? Boucle d’or ? »









Dernière édition par Laila le Jeu 25 Fév 2016 - 20:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lewis Steel
avatar

♣ Livreur ♣


✘ AVENTURES : 446
✘ SURNOM : Le Sans-Visage
✘ AGE DU PERSO : Vingtaine d'années

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours ♥
✘ LIENS : There is only one god, and his name is Death. And there is only one thing we say to Death : 'Not today'.

MessageSujet: Re: Baiser de bonne nuit    Jeu 25 Fév 2016 - 18:48




Baiser de bonne nuitAvec un rien l’on fabrique une histoire énorme.



Au fond, il était content que cette soirée soit terminée.

Même si les gens avaient aimé son histoire, même s'ils avaient été gentils avec lui.. le petit homme ne pouvait s'empêcher d'avoir peur, peur de ce qu'ils avaient raconté, peur de ce qu'ils auraient pu lui faire. Mais ils n'auraient pas pu lui faire de mal, pas avec la présence de Green, Rachel et Laila, elles l'auraient protégé.. si la soigneuse et la mère des diplomates n'avaient pas décidé de partir. Heureusement, la Ritournelle resta à ses côtés, le prenant par la main lorsqu'il fut temps d'éteindre le feu après qu'ils aient été surpris par une sentinelle. Il valait mieux partir, avant qu'ils n'aient de graves ennuis avec Scar ; et Crackers n'avait aucune envie d'avoir des ennuis avec lui, ni même avec aucun autre chef. Certes, il y avait Pit parmi eux mais.. cela ne devait pas l'empêcher de se faire réprimander parce qu'il était un chef, non ? Allez savoir, le petit livreur ne voulait pas savoir. Tout ce qu'il souhaitait désormais, c'était rentrer aux cabanes.

C'est alors que la main solidement accrochée à celle de la mère-apprentie, le petit homme marcha à ses côtés pour rentrer à la maison, se contentant d'un petit signe de la main pour dire au revoir aux autres quand il fut temps de les quitter. Au fond, il avait sans doute un petit peu peur de se faire réprimander par Laila pour avoir quitté son lit, maintenant qu'il n'y avait plus personne ; mais heureusement pour lui, aucune remarque ne fut faite à ce sujet. Les deux vagabonds rentrèrent à la Citerne dans le calme et le silence, afin de ne pas se faire remarquer ni de réveiller quoi que ce soit. Ils avaient également de la chance : Freckles n'était pas présent dans leur cabane, personne ne pourrait se mettre en travers de leur chemin pour leur demander des explications. Cela rassura un peu le petit homme, parce que même s'il le faisait tout le temps, il n'aimait pas mentir plus que ça.

Sous les conseils de la Ritournelle, qui lui fit signe de ne pas faire de bruit, le blondinet se mit alors à marcher derrière elle en retenant un peu sa respiration et en faisant des gestes lents. Il avait sans doute un peu l'air ridicule comme ça, mais au moins, il arriva jusqu'à son lit sans encombres, tandis que Laila attrapait une chaise pour qu'il puisse s'asseoir dessus.

« Allez, assieds-toi. Je vais défaire tes chaussures, et on va changer de pyjama. Le tiens est tout plein de suie et de terre, lui souffla-t-elle. »

Heureusement qu'il était proche d'elle, car sinon, il n'aurait pas réussi à l'entendre tant son souffle était bas ; et le sien, redevenu fort. D'ailleurs, il ne fut pas certain de tout avoir compris, mais s’essaya malgré tout sur la chaise tandis que sa mère rangeait sa si chère guitare.

« D-Désolé.. murmura-t-il à son tour, pour ne réveiller personne, je.. je voulais pas te donner du travail en plus.. »

Parce que même si elle ne le montrait pas, eh bien, c'était le cas. Il allait devoir se changer, et même si elle ne perdait que quelques minutes.. c'était toujours ça en plus à faire. Mais la jeune fille ne semblait pas faire attention au temps ; et dans un pays où il ne s'écoulait pas, c'était le mieux à faire.

« Je vais te raconter une histoire très courte, pour pas réveiller les autres, ok Cracky ? finit-elle par lui proposer avant de lui caresser les cheveux, t’as une idée de celle que tu veux ? Le chat et la boulangère ? Boucle d’or ? »

Tandis qu'elle lui proposait ces histoires, la Ritournelle commença à retirer les chaussures du petit homme ; qui lui, l'observait faire du mieux qu'il pouvait le faire dans le noir et derrière ses globes crasseux. Il sembla réfléchir un instant, la laissant lui enlever ses souliers ainsi que ses chaussettes, puis il finit par trouver ce qu'il voulait.

« Je.. je veux bien une jolie histoire.. fit-il d'une petite voix un peu tiraillée, une s-sans D-Dragon ou monstre de boue.. u-une qui.. qui finit bien.. Oui.. une jolie histoire.. »

Une où personne ne pourrait lui faire du mal, oui, c'était une excellente idée. Une histoire qui lui permettrait d'oublier les horreurs racontées autour du feu de camp.

« La plus jolie que tu aies.. précisa-t-il. »

Une, qui sait, où même ceux qui ne marchaient pas dans le bon chemin finissaient malgré tout par être heureux. Mais est-ce qu'une telle histoire existait seulement ? Il aurait tant aimé y croire ; il aurait tant aimé la vivre.


© Jawilsia sur Never Utopia







« Si tu ne tiens pas tes promesses,
le Dragon te trouvera,
le Pied-Beau te tranchera les pieds
et tu ne pourras plus jamais te sauver...
»
- Kit Skelton



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Ancienne Mère
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Baiser de bonne nuit    Mer 2 Mar 2016 - 20:29



Baiser de bonne nuit

with Crackers





Elle pose ses chaussures à côté de la guitare, et ce simple geste lui rappelle à quoi son titre d’apprentie la destine. Laila n’est pas vraiment mère, qu’importe les regards des enfants. Elle se cache bien souvent sous le nom d’Eilis – qui, en vérité, demeure bien plus à la cabane, affaiblie, qu’elle ne s’occupe de ses petits. La Ritournelle se considère comme une grande sœur attentive, ce rôle lui laissant un arrière-goût en bouche, un peu amer, une sale impression de déjà-vu. Mais ce soir, pour Cracky, elle veut bien faire un effort. Ne pas grimacer quand elle doit déboutonner son pyjama, découvrant son corps un peu trop maigre et sa peau pâle. Froissant le vêtement qu’elle jette en boule dans un coin – remettant donc le lavage à demain – elle tire de sous son oreiller un pyjama de rechange. Et l’aide, à gestes doux, à se rhabiller.

Avec Crackers, il est plus pratique de lui faire enfiler une grenouillère, pour ne pas accrocher son masque d’un quelconque tee-shirt. Elle est bien trop près d’ailleurs, et évite de ciller sur les hublots sales qui la fixent. Dedans, ça souffle et ça râle, piteusement. Et il lui faut tout son courage pour se rappeler que Crackers n’est pas un de ces monstres nés de la Sylve Obscur, de la nuit du Croque-mitaine qu’on lui a raconté tellement de fois. Non, c’est un enfant, qui a besoin d’elle, qui attend son histoire. Alors elle termine de boutonner son pyjama, et claque ses mains contre ses cuisses, d’un air faussement satisfait.

« Prêt à retrouver le marchand de sable ! Et voyons voir… » Naïvement, elle met le doigt sur sa bouche, fait semblant de réfléchir. La nuit fut longue, pourtant elle n’est pas épuisée. Et à l’idée de lui raconter une histoire, lui vient une drôle d’idée. De celles qui ne naissent que sous le couvert de la nuit. Là où s’entremêlent les secrets et les chuchotements.

« Je peux t’en raconter une, que je n’ai jamais raconté à personne. Une qui me vient du Monde Ordinaire, bien avant que Pan vient me chercher. Ce n’est pas un conte que ma maman me racontait pour me bercer. C’est un rêve que je faisais. Tu veux bien ? »

Ah ce masque dégueulasse. Comme il la rebute et comme il l’attendrit. Elle voudrait tendre les mains et le lui arracher. Mais au lieu de tendre les mains, Laila les crispe sur sa salopette, inspirant pour se donner courage.

« Il n’y a pas de dragons, ni de monstres. C’est une histoire d’amour. Alors ça fait un peu fifille. Mais c’est la plus belle que je connaisse. Et je me suis toujours qu’un jour, ma grande copine et moi. » Du doigt elle pointe la guitare. « On trouvera de quoi en faire une jolie chanson. Mais avant, j’ai une question, Cracky. »

Fronçant les sourcils, elle se corrige.

« Pas vraiment une question. En fait j’ai une demande. Tu m’aimes beaucoup, pas vrai ? » Laila sourit. « Parce que moi je t’aime beaucoup. » Et elle en piétine la petite voix paniquée dans sa tête qui se voudrait intolérante. « Oui, c’est vrai, beaucoup beaucoup. Alors je me dis que puisqu’on s’aime bien, on pourrait se faire confiance. Moi, je te raconte mon secret. Et toi, tu me laisses te nettoyer le masque d’accord ? »

Presque précipitamment, elle ajoute, voulant le rassurer.

« Tu n’auras pas à le retirer, pas entièrement si tu ne veux pas. Je sais comment tu fais, j’ai déjà vu. Tu retiens ton souffle et hop. Alors on peut faire ça. Demain, toi et moi, on se faufile dans un coin. Je nettoie ton masque, comme ça tes vitres seront toutes propres »
(Comme celles d’une voiture, pas vrai Laila. Mais pour voir quoi ? Le tunnel ?)

Chut.

« Et je suis sûre que comme ça, tu respireras mieux. Alors ? Deal ? »

C’est guillerette qu’elle lui tend la main. Obsédée à l’idée de sceller ce pacte, et de découvrir enfin, par ces machineries, un fragment de l’enfant qui se dévoile en dessous. Une manière comme une autre d’étouffer ces craintes une bonne fois pour toute. Parce que ce petit-là mérite tout autant son attention que Witch ou même Ice.

Foi de Laila. Elle se montrera digne de son nouveau rôle, pour une fois.







Revenir en haut Aller en bas
Lewis Steel
avatar

♣ Livreur ♣


✘ AVENTURES : 446
✘ SURNOM : Le Sans-Visage
✘ AGE DU PERSO : Vingtaine d'années

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours ♥
✘ LIENS : There is only one god, and his name is Death. And there is only one thing we say to Death : 'Not today'.

MessageSujet: Re: Baiser de bonne nuit    Jeu 31 Mar 2016 - 0:48




Baiser de bonne nuitAvec un rien l’on fabrique une histoire énorme.



Pendant que sa mère le déshabillait pour le débarrasser de son pyjama sali par la terre, le petit homme était resté silencieux ; tout du moins, le mieux qu'il pouvait faire avec ce grognement rauque qu'il laissait s'échapper en permanence de sa gorge et de son masque. C'est comme un soufflement de gros chat, d'un gros et vieux chat terriblement malade, mais qui s'accrochait encore. A quoi ? Allez savoir. Peut-être à cette présence chaleureuse qu'était celle de Laila. Il ne pouvait pas rêver meilleur corde à laquelle se rattacher ; mais combien de temps tout cela allait-il encore durer ? Une éternité peut-être, ou moins, une lune sans doute. Personne ne savait de quoi demain serait fait, surtout pas au pays de jamais.

Alors, une fois bien rhabillé et tous ses boutons fermés, le Sans-Visage leva les yeux vers sa mère, profitant de son regard innocent et pétillant de malice, comme si c'était la toute dernière fois qu'il l'apercevait.

Et qu'elle ne fut pas sa surprise lorsque la Ritournelle lui proposa de lui raconter une histoire qu'elle n'avait encore jamais raconté à personne ! Oh, les autres auraient sans doute été très jaloux si Crackers avait été du genre à raconter ça ; mais cette histoire, il la garderait dans son cœur comme un précieux coquillage. En plus, c'était un rêve du monde ordinaire, un rêve du monde dans lequel il souhaitait tant retourner. Elle partageait son rêve avec lui, rien qu'avec lui ; et le môme derrière son masque ne put retenir un léger sourire. Pas de Dragon, pas de monstre, juste des jolies choses, et de l'amour. Oh, le petit homme n'avait rien contre ça, bien au contraire. Tant que c'était une jolie histoire qui se terminait bien, cela lui convenait grandement.

Mais avant ça - pourquoi y avait-il toujours un mais avant les jolies choses ? - la mère des livreurs avait une question à lui poser. Pour un peu, le blondinet commença presque à paniquer.

« Pas vraiment une question. En fait j’ai une demande. Tu m’aimes beaucoup, pas vrai ? fit-elle avant de sourire, parce que moi je t’aime beaucoup. Oui, c’est vrai, beaucoup beaucoup. Alors je me dis que puisqu’on s’aime bien, on pourrait se faire confiance. Moi, je te raconte mon secret. Et toi, tu me laisses te nettoyer le masque d’accord ? »

Et là, le Sans-Visage sembla se détendre un peu. Sur le coup, il s'était imaginé recevoir des questions au sujet du monstre, ainsi que du Dragon ; mais il n'en était rien. Toutefois, la question ne l'enchanta pas pour autant, et ce, malgré ce que la Ritournelle savait au sujet de ses petites magouilles. Elle l'avait sans doute déjà vu retirer partiellement son masque pour manger, ou totalement lorsqu'il était au bassin, à moins que ce ne soit lorsqu'il en portait un autre - factice - lorsqu'on lui dégageait les bronches à l'infirmerie. Était-ce une bonne idée ? Sans doute pas, Crackers avait peur, il était même déjà terrifié d'avance.

Mais il lui faisait confiance ; ce mais, encore et toujours.

« Et je suis sûre que comme ça, tu respireras mieux. Alors ? Deal ? »

Face à cette main tendue, et ce sourire qu'elle lui offrait, le petit livreur ne put s'empêcher de détourner le regard, tout en se frottant machinalement les mains. Il ne voulait pas lui dire non, il ne voulait pas lui faire de la peine, il l'aimait beaucoup, il avait même hoché la tête lorsqu'elle lui avait posé la question avant de lui avouer que c'était le cas pour elle aussi. Mais pourquoi ne pouvait-il juste pas lui prendre la main ? Peut-être parce que c'était un piège, qu'elle savait pour son secret, qu'elle voulait juste se débarrasser de lui sans trop se salir les mains. Non.

Il lui faisait confiance.

« Y.. y faudra aller au Bassin.. fit-il d'une petite voix, sauf.. sauf si tu promets de faire v-vite. Je.. je suis pas bon pour retenir mon souffle, pas.. pas longtemps. »

Et sur ces mots, l'enfant fit de son mieux pour tourner à nouveau son regard vers la jeune fille ; rassemblant tout son courage pour tendre sa main à son tour, sans toutefois attraper la sienne.

« Alors.. Promis que tu feras v-vite.. ? demanda-t-il tout d'abord, avant de se reprendre : p-promis que tu me rendras mon masque.. ? »

C'était une question de vie ou de mort.

Une fois le pacte scellé, l'enfant finit alors par accrocher de nouveau ses mains à son pyjama, tirant nerveusement sur le tissu comme s'il l'empêchait de respirer en lui collant à la peau de la sorte. Il avait chaud, un peu, pas autant qu'il en souffrirait bientôt, mais chaud quand même ; pourtant, ce qui l'agitait de la sorte n'avait rien à voir avec la chaleur.

« C'est.. C'est quoi ton secret ? finit-il par demander. »

Peut-être qu'elle était en réalité une fée, ou une créature venue d'ailleurs, peut-être même une qui était venue pour le sauver de cet endroit. Oh, si c'était le cas, malheureusement, elle finirait par l'abandonner en apprenant le sien, de secret.

Mais ça, c'était une autre histoire.


© Jawilsia sur Never Utopia







« Si tu ne tiens pas tes promesses,
le Dragon te trouvera,
le Pied-Beau te tranchera les pieds
et tu ne pourras plus jamais te sauver...
»
- Kit Skelton



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Ancienne Mère
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Baiser de bonne nuit    Sam 2 Avr 2016 - 17:06



Baiser de bonne nuit

with Crackers





Ce fut tout de même avec appréhension, mais sans pour autant se poser de questions sur la nervosité de l’enfant – il avait mille et une raisons de veiller sur l’intégrité de son masque – que Laila fixa cette main tendue qui hésitait à prendre la sienne. Pendant un bref instant, Crackers avait semblé soulagé de sa demande, mais là encore, le doute ne vrilla pas son esprit, et Laila se contenta de lui sourire, saisissant le poignet de l’enfant pour sceller le pacte avec son habituel enthousiasme. Ses yeux d’ambre pétillèrent avec une joie non feinte, et reculant d’un pas, elle fit de la paume de sa main gauche un calepin imaginaire où, faussement, la Ritournelle grava les directives du petit.

« Le bassin, c’est bien noté monsieur. Et il me faudra être rapide comme Flash Gordon. Tu connais ? Non j’imagine bien. C’était un joueur de base-ball, l’un des meilleurs. Il pouvait te lancer une balle avec effet et pfiou, le type d’en face n’avait pas le temps de la voir arriver qu’elle était déjà à des kilomètres de sa batte. Je demanderai à Freckles si je peux vous apprendre ce jeu, je suis certaine que vous allez adorer. Après tout, il ne faut qu’une balle et quelques branches en bois bien solide. Les artisans et les raccommodeurs sauront bien nous confectionner ça. »

Claquant la paume contre la poche arrière de sa salopette, Laila revint se pencher à hauteur de ses hublots. Et plus sérieusement cette fois, promit avec soin :

« Je ne te ferai jamais de mal Crackers. Je ferai rien qui te rendra triste, ou qui te fera souffrir. Ce masque, j’ai envie d’apprendre à le connaitre comme le petit garçon » Son doigt vint appuyer sur le front de latex. « qui se cache juste en dessous. Un petit garçon qui est malade, qui respire pas très bien, mais je vais aider du mieux que je peux à aller mieux. »

Puis, songeuse, l’apprentie sembla réfléchir à un autre accord.

« Je ne suis pas très bonne en apnée moi aussi. Alors pour pas oublier que tu fais un effort pour moi, quand on retirera le masque, je retiendrai ma respiration. » Un sourire. « Allonge-toi maintenant. Cale toi bien comme il faut, tu veux un autre oreiller ? Ça va ? »

Patiemment, elle remonta les couvertures sur l’enfant. Et vint s’installer à ses côtés, attrapant une chaise pour mieux s’y reposer, soupirant de soulagement. Un peu plus loin, Ice émit un ronflement sonore et Laila tourna la tête pour contempler la chambrée endormie, avant de saisir la main de Crackers, la caressant machinalement.

« Mon secret... » Commença-t-elle à voix basse. « En fait je n’en ai pas vraiment. C’est simplement cette histoire qui me tourne en tête depuis un long, long moment. Je ne dois pas en parler car il me rappelle trop le Monde Ordinaire alors nous n’en parlerons à personne, pour que je n’ai pas d’ennuis. D’accord ? »

Sa voix baissa encore d’un ton.

« Là-bas, j’allais à deux écoles. Une école pour apprendre et l’autre pour danser et faire de la musique. Je me disais que quand je serais plus grande, j’écrirais des grandes épopées, avec des chansons, et des danses. Et la vie serait comme dans Grease. Tu vois ce que c’est ? C’est un film d’amour avec des gens qui dansent et qui chantent tout le temps justement. Alors j'écrivais des scénarios, dont un dont je rêvais bien souvent. Et cette histoire s’appelle Le Premier Désert. »

Laila bascula légèrement la tête en arrière.

« Cela commence comme tous les contes. Ferme les yeux… » Il y eut comme un changement dans l’atmosphère. Et ses mots, déjà bien bas, se firent berceuse d’un autre temps.

« Il était une fois, dans un pays aride de villages de paille et d’argile, un garçon qui s’appelait Malego. C’était un garçon vaillant et fort, mais à la différence des autres qui étaient noirs avec des cheveux crêpus, les siens étaient tout dorés et surplombaient de grands yeux bruns très doux. Toujours à travailler, il prenait tout de même le temps d’aimer une fille nommée Zhlabya. Zhlabya était l’enfant du chef du village des hommes de ce pays, et son père avait pour projet, depuis longtemps, de la marier à un autre chef de village, loin dans les terres, pour empêcher qu’on vienne lui faire la guerre. Mais Zhlabya aimait Malego, même s’il avait des cheveux d’or, qu’il était pauvre et possédait la plus petite case du village. Quand elle apprit son mariage avec l’autre chef, Zhlabya s’en alla chercher Malego pour qu’ensemble, ils puissent trouver une solution. Seulement, ils ne savaient pas quoi faire pour vivre heureux. Comme Malego savait que le chaman du village répéterait tout au père de Zhlabya, il s’en alla loin dans le désert pour trouver celle des animaux. Vasha, l’araignée la plus sage du monde.

C’était la plus vieille de tous. Quand Malego vint la voir, il lui apporta des mouches de son village, du lait de sa chèvre et du miel. Vasha accepta de l’entendre. Elle lui dit : Si tu as la plus grande maison du village, le père te donnera la fille. Malego partit donc dans les terres pour ramener de la boue, de la paille, et construisit une grande, grande maison. Mais quand il vint voir le père de Zhlabya, ce dernier lui dit que ce n’était pas suffisant.

Malego revint voir Vasha, avec des mouches, du lait, du miel et des gros rats du désert. Vasha savoura les offrandes et pour le remercier, elle lui dit : Si tu as des richesses dans ta maison, le père te donnera la fille. Malego partit donc dans les contrées inhabitées, et il gratta la terre pour trouver de l’or, des diamants. Il en remplit deux paniers et alla trouver le père de Zhlabya pour lui montrer sa richesse. Mais ce dernier lui dit encore que ce n’était pas assez.

Malego retourna voir l’araignée, avec des mouches, du miel, des gros rats, le lait et la chèvre qui donnait le lait. Quand elle eut mangé elle dit : Le père ne te donnera jamais la fille, que tu aies une grande maison ou que tu sois bien riche, alors dois t’enfuir avec elle. Suivant son conseil, Malego prit ses vêtements, prit Zhlabya, abandonna les pierres qui brillent inutiles et la grande maison inutile et s’enfuit avec elle dans les contrées inhabitées. Mais le père de Zhlabya n’entendait pas se laisser voler sa fille. Il partit à leur recherche avec l’autre chef, et un millier d’hommes pour récupérer la promise. Malego était désespéré et quand il vit la nuée des cavaliers au loin, il tomba à genoux et dit :

Vasha, Vasha ! Je te donne toute mon âme si tu veux la manger mais sauve Zhlabya !

Alors Vasha le transforma en désert doré comme ses cheveux. Un désert si grand et si aride que Zhlabya se perdit dedans et ne fut pas retrouvée. Pour boire, Malego fit naitre des oasis. Pour manger, Malego attira tous les oiseaux du ciel. Pour l’enfanter, il laissa le sable venir en elle. Alors Zhlabya fut mariée au désert, elle eut des enfants. Et les enfants devinrent un peuple. Ils y vécurent, loin des attaques du monde, jusqu’à... »

« Laila ? »

C’était Peanut. La petite frottait ses yeux endormis, à moitié redressée dans son hamac. Et la Ritournelle se redressa vivement, abandonnant Crackers pour se pencher sur la petite.

« Ca va ? Tu as soif ? » La livreuse hocha la tête avant de froncer les sourcils, curieuse.
« Y’s’passe quoi ?
- Rien rien, on est allés aux toilettes.
- Oh. » Prenant la gourde que Laila venait d’attraper, toujours accrochée au plafond pour que les enfants puissent se désaltérer, Peanut en avala une gorgée. Et se recoucha tranquillement dans son hamac après un dernier bonne nuit.

Laila attendit pourtant que son souffle soit redevenu court et régulier pour revenir auprès de Crackers, le pas léger au cas où le petit malade se soit endormi.







Revenir en haut Aller en bas
L'Ombre
avatar



✘ AVENTURES : 1717

MessageSujet: Re: Baiser de bonne nuit    Jeu 28 Avr 2016 - 0:47

The End


Crackers aimait déjà tendrement sa maman,
Ignorant qu'elle disparaitrait bientôt subitement.


FIN DE L'AVENTURE




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Baiser de bonne nuit    

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il ne dit pas bonne nuit le malpoli!
» Pour souhaiter une bonne nuit ^^
» Bonjour / Bonsoir / Au revoir / Bonne nuit
» Bonjour / Bonsoir / Au revoir / Bonne nuit
» Petit drop de nuit, bonne nuit ! ;D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Grand Arbre :: Les Cabanes dans les Branches-