Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: "Noye mapé noyé, noye mape noye"   Jeu 4 Fév 2016 - 20:36

Dan avait terminé son récit, avec une forme de pudeur qu'on aurait pu croire impossible venant d'un Pirate à l'air si peu avenant. Erzulie de son côté agite les pieds, remue les chevilles, semble encore danser quelques secondes avant de glisser dans sa direction, tendant la main vers l'homme qui fronce les sourcils, demeurant immobile malgré tout. Il voit les doigts jouer sur ses cuisses croisées et remonter vers son torse, s'arrêter au niveau de son cœur tandis que la voix de la jeune femme imite le bruit de son palpitant. Est-ce qu'il l'entend ? Bien sûr que oui, c'était un exercice auquel il se prêtait régulièrement, celui de faire silence pour mieux écouter son corps et...

BABOOM !

Le Tordu cligne des paupières, redresse légèrement la tête.

BABOOM ! BABOOM ! BABOOM !

Le son emplit l'air tout autour d'eux, rebondissant contre les murs de bois et de pierres, se faisait entendre avec une force et une vivacité difficiles à croire possible. Dan baisse ses yeux noirs sur la Peau Mate, passablement surpris, puis le son diminue pour permettre à celle-ci de parler, répondant ainsi à la question qui ne fut jamais posée, achevant de le convaincre ainsi de ses pouvoirs bien réels.

- Tu es vraiment sorcière alors.

Lâcha le Pirate d'une voix grave et rauque, sans pour autant sembler l'accuser de quoi que ce soit de négatif. C'était là une simple constatation, rien de plus, rien de moins, une chose qu'il acceptait telle quelle. Après tout, rien n'était impossible sur cette maudite île et l'idée que son cœur puisse y survivre était à son sens presque utopique... mais il n'oublierait pas le conseil malgré tout, au cas où. Ce fut à cet instant que Erzulie lui présenta le bijou qu'elle sortait d'il-ne-savait-où, mais qui était aux couleurs de l'Océan. Dan le prit avec précaution, le scrutant avec une grande attention avant de relever la tête, arrachée à son observation par la question de la jeune femme.

- Moi ? Je ne veux rien.

Est-ce qu'elle n'avait pas parlé d'un souvenir pour un bijou ? Et puis qu'est-ce qu'il pouvait bien demander, franchement ? Le retour de l'être aimé ? De l'or et des bijoux ? La victoire sur des ennemis qu'il ne voyait même pas ainsi ? Le pouvoir ? Tout cela ne l'intéressait pas, il n'avait pas de folles espérances et pas d'idées de grandeur non plus. Et il doutait qu'elle puisse le renvoyer dans son monde d'origine. Cette seule pensée suffit à assombrir de nouveau son visage et il reporta son attention sur le bijou si menu au creux de sa large paume tannée. Encre allait l'adorer.
Revenir en haut Aller en bas
Erzulie Dantor
avatar

☠ Habitant du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 134
✘ SURNOM : l'Amour
✘ AGE DU PERSO : Une vingtaine d'années en apparence...

✘ DISPO POUR RP ? : Contacte-moi !
✘ LIENS : .
Erzili O!Ke ou nwe,
Erzili O! Ke ou nwe,
Ke o nwe,
Men se pa put petit kay la!


MessageSujet: Re: "Noye mapé noyé, noye mape noye"   Jeu 4 Fév 2016 - 22:07



Erzulie hausse les épaules.

- Je suis ce que je suis,
dit-elle comme une évidence.

Après tout quelle importance ?
Elle fronce quelques peu les sourcils. Du pirate émane une aura de confusion. Elle devine à son visage fermé la nature de ses interrogations. Les hommes sont si simples, si bêtes, de véritables agneaux.
Elle éclate de rire et gratifie le forban d'une pichenette sur le nez.

- Je ne te parle pas de ces choses là, Danny, moun sòt, reprend-telle avec d'avantage de sérieux. T'es pas un rapide, hein, chou ? Toi, tout ce que tu désires, tout ce que tu souhaites, c'est de ne pas te noyer dans les eaux profondes de l'île.

Elle s'assoie en tailleur, imitant le flibustier. Elle se dépouille brusquement de toute attitude féminine, appuyée sur un genoux, voutée comme un pilier de bar qui en a tangué plus qu'à son tour.

- Tu as peur du noir, assène-t-elle.

Elle pointe son index sous son pif.

- Tu as peur de toi.

Le regarde perçant, elle scrute le Sans-Ombre.

- Je peux être une lumière dans ta nuit, Danny. Une veilleuse quand tu perds ton chemin.

Elle reprend sa comptine, d'une voix douce, agréable, pénétrante comme un baume.

-Noye mapé noyé, noye mape noye
Noye mapé noyé, noye mape noye
Ezili si’w wè mouin tombe nan dlo pranm non sové lavi an mouin.


Avant de traduire.

-Noyade, je me noie
Noyade, je me noie
Erzulie si tu me vois tomber dans l'eau, sauve-moi.


Elle tend une main qui se glisse sous son menton, le soulève. Il y'a quelque chose d'infiniment maternel dans ce geste.

- Erzulie c'est moi ! Je ne peux pas te renvoyer "là-bas", Danny. Si je le pouvais, je partirais avec toi...

Elle rit, mais il y a quelque chose de vaguement dissonant cette fois. Quelque notes poignantes qu'elle balaie brusquement en agitant les mains. Ses bijoux chantent, c'est une magnifique parade pour dissimuler son trouble.

- Mais je peux t'aider à mieux vivre avec ton coeur, mon tout-bèl. Je peux t'apprendre à t'aimer toi, hum ?!

Et avec une drôle d'expression elle ajoute.

- Ne suis-je pas l'Amour, après tout ? Il vaut pour une femme, il vaut aussi pour tout.











avatar de Loish.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: "Noye mapé noyé, noye mape noye"   Ven 5 Fév 2016 - 10:25

Pouvait-on vraiment lui reprocher de ne pas vouloir se noyer, comme tant d'autres avant lui ? Dan n'était pas aussi sot que ce qu'il laissait paraitre, bien au contraire, l'homme possédait un côté réfléchit et grave qu'il ne montrait qu'en de rares occasions ou avec un nombre très restreint de personnes. Ainsi le Pirate regarda la jeune femme qui s'assit en tailleur en face de lui, telle une image complètement opposée à ce qu'il était. Elle asséna des vérités qui firent froncer les sourcils du brun, continuant sur une offre qu'il n'était pas certain de comprendre. Non pas qu'il ne soit pas très éveillé de ce côté-là, mais quand votre première fois se résume à un abus collectif sur une sirène sous forme humaine et que les suivantes ne sont guère plus reluisantes, les subtilités de la séduction vous passe passablement au-dessus et pas qu'un peu.

- A quoi ça servirait ?

A quoi une lumière dans la nuit pourrait-elle bien lui servir ? Lui qui était habitué aux Ténèbres qui l'entourait, bien qu'il les craignent encore malgré tout, ou plutôt ce qu'ils renfermaient. Le Tordu écouta la comptine qui résonna de nouveau dans l'air, soupirant un peu à la traduction, avant de se laisser faire en relevant le menton sous l'impulsion des doigts de Erzulie. Un homme n'était-il pas un enfant face au karma d'une femme ? Le rire dissonant ne lui échappa pas, mais il ne dit mot à ce sujet : chacun portait sa croix, comme disait l'un des matelots du Jolly Roger et il appartenait à chacun d'en parler ou non.

- Je ne vois pas ce que tu veux dire.

Finit par lâcher Dan en la fixant calmement de ses yeux noirs. Bien sûr elle était attirante, mais encore un peu trop jeune à son goût, peut-être aussi trop pétillante pour l'homme réservé qu'il était. Les femmes qui l'attirait étaient tantôt de féroces guerrières, tantôt des femmes plus délicates et réservés, un peu dans son propre genre. La Peau-Mate assise en tailleur à portée de main, face à lui, était belle, mais pas attirante pour autant sur ce plan-là. A moins qu'il n'ai mal compris et qu'elle désira autre chose ? Parler par énigmes n'avait jamais été son fort et comprendre ce genre de propos l'était encore moins.
Revenir en haut Aller en bas
Erzulie Dantor
avatar

☠ Habitant du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 134
✘ SURNOM : l'Amour
✘ AGE DU PERSO : Une vingtaine d'années en apparence...

✘ DISPO POUR RP ? : Contacte-moi !
✘ LIENS : .
Erzili O!Ke ou nwe,
Erzili O! Ke ou nwe,
Ke o nwe,
Men se pa put petit kay la!


MessageSujet: Re: "Noye mapé noyé, noye mape noye"   Ven 5 Fév 2016 - 11:36



Erzulie perçoit la lueur qui brille dans les prunelles sombres de l'enfant. Il n'en est plus un, c'est vrai. Elle l'oublie trop souvent. Ces gamins on les braies qui fourmillent et pas parce qu'ils ont du sable dans le falzar. Toute séduisante qu'elle est, la métisse est encore vierge et compte bien le rester.

- Mwen pa yon jennès !
S'offusque-t-elle en lui donnant une tape sur la tête.

A son expression froncée, Dan ne peut que comprendre le sens de son dialecte qui puise dans une indignation universelle : une femme de bien n'aime jamais être prise pour une pute.

- T'as cru quoi ? Mon cul il se conquiert, chou. Il s'achète pas ! Tssss ! Et c'est comme si milles serpents faisaient écho. Toi et tes petits potes vous avez vraiment une bite dans la tête.

Elle secoue ses boucles, son attitude est tragi-comique. Au fond, elle ne lui en veut pas vraiment. Elle le plaindrait presque, en fait.

- La culbute c'est pas le plus amusant, t'sais. C'qu'est beau c'est ce qu'il y a avant : le chemin de la séduction, l'apprentissage de la frustration, la montée en mayonnaise du désir...

Ses doigts s'agitent gracieusement sous le nez du pirate comme des ailes de colibri. Elle claque des doigts brusquement.

- Le sexe c'est juste la main du capitaine pour l'ami Kwokodil ! Tic! Tac ! BOUM !

Elle balaie l'air et ferme le poing pour ponctuer son affirmation.

- Remballez c'est fini !

Elle lui sourit avec une tendresse non-feinte. Elle l’aime bien, se dit-elle, il est mal dégrossi et un peu lent, mais joli en-dedans. Elle passe une main dans la chevelure de jais du Sans-Ombre.

- Faut pas commencer une bonne histoire par la fin. C'est gâcher...

Sourire malicieux.

- Ecoute-moi, Danny, on va faire un truc... Je me sens d'humeur généreuse, ce soir...


Elle retire une de ses boucles d'oreille, pas l'une des énormes créoles mais une plus discrète, d'os travaillé, avec une nouvelle fois ce cœur gravé de rouge. Elle arrache un fil coloré de son paréo et monte le tout en collier. Elle passe les bras autour du cou du pirate pour lui nouer le pendentif.

- Quand tu seras perdu, au fond des Ténèbres, avec le sentiment d'étouffer. Pense à moi. Je saurais te retrouver... Oké ?

Et sans crier gare, elle lui embrasse son grand front pâle. Elle rigole en voyant sa trombine constipée.

- Fais pas la gueule, Danny ! On va allez boire un coup pour fêter. Quoi ? Ça je sais pas encore. Elle hausse les épaules. Mais une raison ça s'trouve comme du sel dans la flotte alentour !

Elle se met debout et lui tend la main. Elle a l'air décidée pour deux.

- Allez, viens !









avatar de Loish.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: "Noye mapé noyé, noye mape noye"   Ven 5 Fév 2016 - 19:53

La tape sur la tête fut comme un rappel à l'ordre et Dan émit un bref grognement, levant une main pour venir se frotter le dessus du crâne en haussant légèrement les épaules. Bah quoi ? Est-ce que c'était sa faute à lui si Erzulie parlait par imprécations incompréhensibles ? Sans parler du fait qu'il demeurait effectivement un homme avec des besoins et des penchants qu'il ne pouvait assouvir la plupart du temps, si ce n'est en solitaire, alors forcément... Ainsi le Pirate écouta-t-il la leçon de sa cadette, ne l'interrompant pas, abaissant sa main de sa tête en soupirant légèrement. Oui, bon, sans doute que la séduction devait être une chose importante, mais pour lui cela restait de très vagues notions. Il aurait bien aimé lui poser des questions à ce sujet, mais il préférait pour l'instant les garder pour lui. Peut-être un jour, lorsqu'il en ressentirait le besoin. La comparaison avec la main de Crochet et du Crocodile lui arracha la grimace qui lui tenait lieu de sourire, ce qui était déjà bien mieux que son attitude précédente.

- Ouais bon, ça va... J'suis désolé, j'avais mal compris.

Il avait surtout rien compris du tout, mais qu'importe, là n'était plus la question.

- Ecoute-moi, Danny, on va faire un truc... Je me sens d'humeur généreuse, ce soir...

Le Tordu cligna des paupières en la voyant ôter l'une de ses boucles d'oreille, suivant le mouvement de ses mains avec le fil de son vêtement et le nœud qui était fait. Lorsque la Peau Mate se redressa pour venir lui accrocher le collier ainsi confectionné, il ne bougea pas, ne respira plus le temps qu'elle opère, avant de venir soulever délicatement le pendentif entre ses doigts abimés. Son regard noir accrocha le petit dessin qui semblait la caractériser, le laissant songeur l'espace de plusieurs longues secondes.

- Quand tu seras perdu, au fond des Ténèbres, avec le sentiment d'étouffer. Pense à moi. Je saurais te retrouver... Oké ?

L'homme de haute taille releva sur la jeune femme ses yeux de la même couleur que ces fameuses Ténèbres, passablement interdit, puis hocha légèrement la tête, l'air comme radoucit, peut-être aussi rajeunit l'espace d'un bref instant.

- Okay.

Puis il y eut le baiser sur son front qui le fit de nouveau cligner des paupières et ce fut un peu comme si une réminiscence tentait de percer la brume de ses souvenirs, laissant entendre l'écho d'un rire plus âgé et plus tendre encore, étrangement familier, qui s'évanouit hélas trop vite pour qu'il n'ai le temps de le saisir réellement dans son esprit.

- Fais pas la gueule, Danny ! On va allez boire un coup pour fêter. Quoi ? Ça je sais pas encore. Mais une raison ça s'trouve comme du sel dans la flotte alentour !

Elle se met debout et lui tend la main, sa main si menue comparée à celle du Pirate qui pourrait la broyer si aisément si l'envie l'en prenait. Et à voir son visage, il la voit décidée pour deux, prête à l'embarquer de force s'il le faut, bien qu'il doute qu'elle en soit physiquement capable.

- Allez, viens !

De nouveau le sourire-grimace refit son apparition et il se leva, dépliant sa grande carcasse jusqu'à se dresser au milieu de la ruelle, face à la jeune femme. Il la fixe longuement, puis acquiesce imperceptiblement, comme face à une pensée qui n'appartiendrait qu'à lui.

- Tu es vraiment quelqu'un, Erzulie.

Puis il tourne la tête de côté, cherchant à s'orienter au milieu de l'enchevêtrement des rues qu'il devine rien qu'à sa position au sein du Port. Tendant le bras, il désigna une direction derrière lui.

- Par là se trouve la sortie du village et le début de la forêt. Je connais un endroit où on peut encore trouver quelques fruits que la chaleur a épargné, sous le couvert des arbres.

Plus que de l'alcool, c'est de sucré qu'il a terriblement envie malgré la chaleur et la soif.
Revenir en haut Aller en bas
Erzulie Dantor
avatar

☠ Habitant du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 134
✘ SURNOM : l'Amour
✘ AGE DU PERSO : Une vingtaine d'années en apparence...

✘ DISPO POUR RP ? : Contacte-moi !
✘ LIENS : .
Erzili O!Ke ou nwe,
Erzili O! Ke ou nwe,
Ke o nwe,
Men se pa put petit kay la!


MessageSujet: Re: "Noye mapé noyé, noye mape noye"   Sam 6 Fév 2016 - 12:55



- Tu es vraiment quelqu'un, Erzulie.
- 'Parait, ouais !
dit-elle avec un sourire un brin provoquant. Ses petits poings vissés sur sa croupe attestent d'une morgue à toute épreuve. Erzulie ne laisse jamais indifférent.

- Par là se trouve la sortie du village et le début de la forêt. Je connais un endroit où on peut encore trouver quelques fruits que la chaleur a épargné, sous le couvert des arbres.

Elle s'accroche à deux mains au bras tendu vers le lointain et le ramène contre son sein.

- Bondye papa ! Des fruits en cette saison mortifère? N'es-tu pas un peu magicien toi aussi ?
plaisante-t-elle, dents blanches sur obscurité tâche de vin. Moutre m' !  Moutre m' !  

Elle le suit donc, bras dessus,  bras dessous, le grand escogriffe pâlichon. Le duo est dépareillé au possible, ce qui lui confère toute sa saveur drôlatique. Elle est petite, noire de peau et multicolore de falbalas, toute en courbes mouvantes. Il est immense, presque en bichromie de noir et de blanc, taillé à la serpe en angles et en coins abruptes. Elle fait du bruit à chaque enjambée, il est furtif comme un assassin. Elle est rayonnante comme le soleil, et lui se fond dans la nuit. Et pourtant ils vont par deux, vers ce petit morceau de paradis perdu, promis au milieu de la canicule.

- Je ne te savais pas bec-sucré, Danny-boy ! C’est amusant tu donnes plus l'illusion du café noir et de la gnôle à 90°.

Éclat de rire sonore dans le brouillard ensanglanté. Malgré ses sandales menues, Erzulie a le pied sur, comme si elle devinait les obstacles avant de les voir. A moins qu'elle ne connaisse l'île comme sa poche.

- Là, comme ça, au débotté, si tu pouvais manger le truc que tu préfères au monde ce serait quoi ? Moi ce serait du pain-patate ! Tu sais ce que c'est ?

Elle a l'air tout excitée comme une gosse. Ses yeux pétillent de gourmandise.

- C’est du gâteau de patates douces au raisins de rhum et à la banane ! Li nan bon gouuuu !

Elle se tapote le bidon en faisant de petits bruits de satisfaction avec sa bouche-à-bisous. La métisse aime les plaisirs de la vie.

Et tout est prétexte à plaisir.








avatar de Loish.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: "Noye mapé noyé, noye mape noye"   Dim 7 Fév 2016 - 9:55

A peine avait-il indiqué la direction désirée que déjà Erzulie attrapait son bras pour venir le presser contre elle, lui demandant avec sans doute de la plaisanterie s'il n'était pas lui-même un peu magicien. Cette remarque eut le mérite de faire naitre un bref rictus souriant sur les lèvres du Pirate, avant qu'ils n'empruntent le chemin de leur quête, marchant côte à côte, bras-dessus bras-dessous, dans un mélange singulier formant un duo presque comique, comme les deux faces d'une même pièce. Bien vite les habitations en bois et pierres sont derrière eux tandis qu'ils s'enfoncent sous les frondaisons accablées par la canicule du jour et la chaleur résiduelle de la nuit.

- Je ne te savais pas bec-sucré, Danny-boy ! C’est amusant tu donnes plus l'illusion du café noir et de la gnôle à 90°.

Nouveau rictus, ce rictus qui lui tient lieu de sourire et qui avait de quoi effrayer quand on y était pas habitué. C'est que l'intéressé ne voit pas pourquoi il ne pourrait pas aimer les fruits, surtout s'il désirait garder sa forme physique et manger à sa faim. Rien ne valait une bonne poire par ce temps, même si celles-ci avaient disparues depuis bien longtemps déjà.

- Ça m'arrive aussi, j'ai déjà bu au point de ne plus pouvoir marcher, mais par ce temps l'alcool n'est pas une bonne chose.

Combien semblaient à bout de nerfs faute de ne pas avoir leur ration suffisante de rhum ou de tout autre alcool fort ? Combien avait-il vu trembler, les nerfs amochés par une consommation excessive, au point d'en avoir des suées quand dehors il faisait froid ? Combien, enfin, semblaient devenir fou et s'en prendre aux autres parfois même sans aucune raison valable ? Dan aimait bien boire, mais il était loin d'être accroc à l'alcool comme tant d'autres Pirates l'étaient. Et c'était mieux ainsi. Progressant à couvert des arbres, sa haute taille ne semblait pas le déranger tandis qu'ils avançaient dans la pénombre, Erzulie n'étant pas du tout affectée elle non plus, sautillant et bavassant comme ce qui avait l'air d'être son habitude. L'air de rien, l'homme commençait à s'y habituer.

- Un gâteau...

Répéta-t-il en ralentissant le pas, son esprit le happant soudain vers une lointaine réminiscence, une odeur flottant dans l'air, une douce chaleur l'enveloppant tout entier. Il s'arrêta au beau milieu des arbres, l'air absent, tandis qu'il lui semblait apercevoir un four dans lequel cuisait quelque chose qui dégageait une délicieuse odeur et lui faisait monter l'eau à la bouche. Il cligna des paupières, son esprit tentant d'aller plus loin, lui laissant entrapercevoir un gâteau encore fumant posé sur un linge propre, au milieu d'une table de bois pourvue d'une toile cirée. Il aurait presque pu tendre la main pour le saisir, il sentait sa chaleur encore dangereuse, car brûlante, mais l'odeur était si forte, si bonne et il mourrait de faim. Le Pirate amorça un geste, commençant à lever légèrement sa main, mais la vision s'évanouit, le laissant interdit et silencieux au milieu de la forêt. Erzulie attira son attention et Dan tourna la tête vers elle, déglutissant comme s'il cherchait un goût sur sa langue qui ne s'y trouvait pas.

- Les gâteaux, ouais. Ça c'est bon.

Lâcha-t-il d'une voix rauque et grave, un peu plus cassée que d'ordinaire car affectée par cette réminiscence. C'était toujours la nuit que son esprit semblait plus enclin à lui faire se rappeler des choses, sans jamais qu'il n'y parvienne vraiment. Rien que des bribes d'une époque oubliée. Le Tordu reprit sa marche d'un pas un peu plus assuré, grognant passablement pour faire passer sa frustration.

- On a encore pas mal de marche alors ne traine pas.

Dit-il plus pour cacher ce moment d'égarement que pour reprendre la jeune femme qui, au demeurant, semblait tout à fait capable de suivre son rythme.
Revenir en haut Aller en bas
Erzulie Dantor
avatar

☠ Habitant du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 134
✘ SURNOM : l'Amour
✘ AGE DU PERSO : Une vingtaine d'années en apparence...

✘ DISPO POUR RP ? : Contacte-moi !
✘ LIENS : .
Erzili O!Ke ou nwe,
Erzili O! Ke ou nwe,
Ke o nwe,
Men se pa put petit kay la!


MessageSujet: Re: "Noye mapé noyé, noye mape noye"   Mar 9 Fév 2016 - 12:03



- Ça doit valoir son pesant de noix de cajou, de te voir ivre... Je me demande si tu as l'alcool tristou ou festif ! Quand le Pan aura terminé de nous cramer les arpions on trinquera ensemble, Chou !
- Un gâteau...

Dan s'est interrompu comme aspiré par un paysage intérieur auquel elle n'a pas accès. Elle est éclaboussée, malgré tout, par son profond sentiment de nostalgie. Il transpire par tout ses pores. Et sans qu'elle ne s'en rende compte sa mélancolie éprouve la sienne. Ses souvenirs s'épanouissent sur un rivage abandonné.
Grand yeux noirs.
Petite chose vagissante.
Boue et roseaux.
Sans franchement réfléchir, sa main tapotant sur son ventre se crispe sur la peau de son abdomen. Elle ne l'a pourtant jamais porté, ce gosse. Et néanmoins, il est logé là, dans ses entrailles vides.

Se mwen menm ki kre....

Diantre, c'est qu'il la contamine avec sa grisouille l'autre poireau ! Manquerait plus qu’elle soit aspirée par sa chialeuse intérieure. Faut pas abusé, hein !

- Les gâteaux, ouais. Ça c'est bon.... On a encore pas mal de marche alors ne traine pas.

Elle a beau s'agacer de cette soudaine sensiblerie, Erzulie lui attrape pourtant la main. Ses doigts jolis se glissent contre sa paume et se mêlent aux siens. Spontanément elle presse cette pogne abimée et caleuse comme pour en absorber le trop plein de regrets.

- Je t'en ferais un gâteau, moi, si tu veux...

Pourquoi ce geste ?
Pourquoi cette promesse ?
Elle ne se l'explique pas très bien, et au final ne souhaite pas en chercher d'avantage. Comprendre c'est accéder à la peur. Est-ce important ? Rien n'a d'importance. Tout meurt demain, alors autant vivre pleinement l' aujourd'hui. Et dans ce présent là, il y a des fruits à croquer, un enfant-homme qui lui plait, une perspective de bon temps.

Inconsciemment son pouce vient caresser la peau tannée du pirate.

- Mwen te pwomèt.

Et ses yeux ne mentent pas.









avatar de Loish.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: "Noye mapé noyé, noye mape noye"   Ven 12 Fév 2016 - 16:02

Marcher, vite et bien, au milieu d'une forêt durant l'équivalent de la nuit, était encore la meilleure chose à faire pour s'occuper l'esprit et éviter de repenser à la réminiscence qui venait juste de s'emparer de lui. Dan se sentait l'envie de manger une chose qu'il n'avait pas goûté depuis tant d'années que son cerveau était incapable de le dire. Depuis combien de temps était-il bloqué sur cette île ? Est-ce que tout ce qu'il avait connu avait disparu ? Les gens dont il avait oublié le visage et jusqu'à la voix pour la plupart étaient-ils morts ? Et sa famille ? Il en avait bien eu une non ? Même de ça, il ne pouvait être certain, mais peut-être valait-il mieux l'avoir oublié. Et ce gâteau posé sur la table avec la toile cirée, s'il se sentait si bien et cotonneux en y pensant, est-ce que ce n'était pas parce qu'à l'époque il était heureux ? Et tandis que la grisaille s'emparait à nouveau de son humeur, il sentit de fins doigts se faufiler contre la paume de sa main caleuse, se mêlant aux siens en un geste d'une douceur surprenante. Le Pirate baissa les yeux sur sa main, fronça les sourcils, puis leva son regard vers le visage de Erzulie qui lui faisait une sorte de promesse qui, sortie de son contexte, aurait pu paraitre d'un ridicule... Le Tordu aurait pu lui rire au nez, non, il aurait même DU le faire, mais il se sentait soudain fondre de l'intérieur sans qu'il ne sache vraiment pourquoi.

- Mwen te pwomèt.

- ... Merci.

Lâcha-t-il d'une voix grave et rauque, comme à l'accoutumé, mais avec un côté bourru qui trahissait le fond d'émotion dans ce seul petit mot. Ils continuèrent à marcher ainsi, Dan ne lâchant plus la main de Erzulie, la retenant doucement dans la sienne avec une précaution qu'on aurait pas attribué à un Pirate en temps normal. Son autre main vint triturer sans y penser le pendentif à son cou, avec le petit symbole en rouge. Le silence s'installa, longuement, durant des minutes qui s'étirèrent en groupe de dix, jusqu'à-ce que finalement ils arrivent dans une zone plus basse de la forêt, là où se trouvait des buissons bas abritant encore quelques fruits rouges rabougris et deux poiriers de taille moyenne aux fruits encore comestibles pour la plupart, même si nombre d'entre eux étaient répandus au sol, desséchés. Le Tordu entreprit de se servir, récoltant plusieurs fruits avant de s'assoir en tailleur à même l'herbe craquante, attendant que la Peau-Mate fasse de même.
Revenir en haut Aller en bas
Erzulie Dantor
avatar

☠ Habitant du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 134
✘ SURNOM : l'Amour
✘ AGE DU PERSO : Une vingtaine d'années en apparence...

✘ DISPO POUR RP ? : Contacte-moi !
✘ LIENS : .
Erzili O!Ke ou nwe,
Erzili O! Ke ou nwe,
Ke o nwe,
Men se pa put petit kay la!


MessageSujet: Re: "Noye mapé noyé, noye mape noye"   Ven 12 Fév 2016 - 18:19



Erzulie se mordille la lèvre inférieure et la marche reprend en silence. Progression intime, dans la forêt opaque. Une main dans l'autre. C’est presque à regret qu'elle le laisse échapper pour faire la cueillette. Pendant qu'il ramasse les fruits les moins pourris, elle observe sa main dont l'épiderme conserve encore une chaleur qui n'est pas sienne. Elle est un peu troublée : c’est différent de d'habitude. Pourtant, ça n’est pas la première peau d'homme qu'elle effleure. Toute tactile qu'elle est, chaque contact n'a jamais été qu'un leurre, un jeu de dupes. Pas d'échange, pas de dette. Elle a échappé à la sueur de leurs moites désirs à chaque déhanchés. C’est la première fois qu'un mâle laisse une impression de "quelque chose" à son toucher.

Une réciprocité.

Dan s'assoie avec sa collecte vitaminée. Cet homme économise ses mots là où la donzelle sans les siens lui dévaler la langue.

- T'es vraiment magicien, Danny-boy ! T'as d'autres secrets comme ça , dis ?

Elle lui ponctionne une poire avec un sourire gourmand qui dévoile ses quenottes blanches et si bien alignées. Quel sourire de diablesse ! C'est pour mieux tromper ses émotions, donner le change. T'es chose, pitit fi mwen ? Y t'émeut le Sans-Ombre ? Ris, ris très fort et oublie. Faut oublier ce genre de sables mouvants. Elle se laisse tomber en face de lui avec souplesse et glisse, reptilienne si il en est, sur le ventre. Elle s'accoude, pieds relevés qui fouettent l'air, et le toise de son regard malicieux. La poire roule dans sa paume tandis qu’elle jette une œillade amusée à son compagnon.

- C’est ton petit jardin ? T'en as d'autres coins, comme ça pour emballer les filles ?!

Elle se moque, la métisse, mais une affection incongrue délaye son habituel venin. C’est suave comme du lait de coco tout ça : faut se donner contenance, une nouvelle fois.
Elle croque à pleines dents dans sa poire, si juteuse qu'elle lui explose en bouche. La chaire sucrée laisse dévaler sa sève sur son mignon menton et coule de sa pogne. Elle se lèche le bras comme une chatte de laverait le poil, laissant échapper un gloussement de gamine.

- Manman ! C’est juste trop bon !

Son plaisir est spontané et amplement communicatif.








avatar de Loish.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: "Noye mapé noyé, noye mape noye"   Ven 12 Fév 2016 - 19:59

L'herbe était jaune, sèche, craquante et frémissante à chaque mouvement que les deux humains pouvaient faire en s'y installant, mais peu importait. Bien sûr lorsqu'une pénombre rougeoyante tombait sur l'île, comme chaque jour depuis le début de la canicule, les pires créatures pouvaient bien en sortir pour fondre sur quiconque manquerait de prudence... Mais ici, à quelques kilomètres seulement du Port, il n'y avait pas beaucoup de risques : les créatures ne venaient pas jusque-là et les Peaux-Rouges ne prendraient pas le risque de s'aventurer si loin hors de leurs villages. Ainsi donc, à part quelques animaux sauvages qui, à cette heure-ci, devaient dormir, nos deux protagonistes n'avaient pas à être inquiétés. C'est ainsi que Dan s'assit confortablement à même le sol, sa grande carcasse surplombant le petit tas de fruits bien mûrs sur ses jambes croisées, dont une poire fut prélevée par Erzulie qui, fidèle à elle-même, semblait vouloir s'amuser des connaissances du Pirate. Ce dernier haussa les épaules, reniflant les baies de fruits rouges avant d'en gober plusieurs à la suite, mâchant et avalant en silence, avant de finalement répondre.

- Je sais où chasser, où pêcher, où trouver de l'eau fraiche loin de la chaleur.

Il aurait parfaitement pu vivre en ermite s'il l'avait désiré, parfois il y songeait, mais il savait aussi que sans les connaissances médicales de ses semblables ou même des tribus sauvages de l'île, il ne pourrait survivre en cas de problème. Il savait vaguement recoudre une plaie après l'avoir nettoyé proprement, mais il ignorait tout des plantes comestibles et vénéneuses, de ce qu'on pouvait prendre quand on avait la fièvre ou même comment faire si jamais on était blessé à mort. Seul, il périrait et cette seule idée l'ennuyait à nouveau, depuis que Encre lui avait redonné assez goût à la vie pour qu'il lutte contre ses sombres pensées. Croquant dans une poire, il aspira le surplus de jus tout en jetant des regards fréquents à la Peau-Mate, hochant légèrement la tête avec l'air d'être tout à fait d'accord avec elle. La chaleur de la journée perdurait malgré l'absence de rayons solaires directs et un peu de fraicheur désaltérante par le biais de ces fruits était plus que bienvenue.

- Oui, mais ce sont les derniers. Bientôt tout aura brûlé si rien ne change.

Terrible vérité qu'il assénait avec une certaine fatalité, mais le Tordu avait apprit à accepter l'inéluctable qui semblait régir cette île et son créateur. Maudit Peter, il savait désormais que le coincer risquait de ne rien pouvoir changer, aussi difficile que ce soit à accepter.
Revenir en haut Aller en bas
Erzulie Dantor
avatar

☠ Habitant du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 134
✘ SURNOM : l'Amour
✘ AGE DU PERSO : Une vingtaine d'années en apparence...

✘ DISPO POUR RP ? : Contacte-moi !
✘ LIENS : .
Erzili O!Ke ou nwe,
Erzili O! Ke ou nwe,
Ke o nwe,
Men se pa put petit kay la!


MessageSujet: Re: "Noye mapé noyé, noye mape noye"   Mer 17 Fév 2016 - 12:34



- T'es bon à marier quoi !

Elle glousse en jetant son trognon au loin. Sa nonchalance gracieuse tient d'avantage du serpent que de l'être humain. Elle picore à nouveau dans les fruit offerts à ses yeux. C’est un oiseau au plumage multicolore, Erzulie. Ou bien ces couleurs sont un camouflage pour mieux endormir le prédateur ? Mystère, mystère....
Elle égraine quelques baies qui s'égarent entre ses lèvres purpurines.

- Oui, mais ce sont les derniers. Bientôt tout aura brûlé si rien ne change.

Plissement de paupières. La métisse a un claquement de langue un brin moqueur, celui de ceux qui pontifient. Celui des sages.

- Danny, Danny, Danny... Tu oublies une chose essentielle : Le temps a beau être figé sur cette île, les cycles s'écoulent, perpétuels ! Li vire !
Fait-elle en faisant danser son index levé le long d'un cercle imaginaire parfait. Le Gosse, le petit Pan, n'est pas le vrai maitre. C'est juste un bout de téton sur le sein énorme de cette Mama d'Île. C’est elle qui gouverne toute sa marmaille : petits, grands, sauvageons, mystérieux et forbans. Si le roi ne régule pas son royaume, c'est le royaume qui se régulera de lui même, va.

Elle se redresse brusquement, souple et féline, sur ses deux pieds. Accroupie, elle l'agrippe par les épaules et murmure à son oreille.

- Écoute... Écoute Ombr-Pèdi... Tu l'entends la petite voix du changement ? Déjà l'île riposte, envoie des contingents, mobilise des troupes. C’est discret, c'est petit... Mais c'est là....

Le souffle d'Erzulie est chaud contre sa tempe. Elle exhale un parfum plus fruité encore que le tas de poires trop mûres devant eux. Sucrée, sucrée...Entêtante Erzulie.

- L'île ne se laissera pas bouffer,
assène-t-elle avec l'assurance d'une prêtresse confirmée, sure de sa foi, sure de son fait.

L'île est femelle.
L'île ne s'avoue donc jamais vaincue.

Elle lui plante un bécot sonore sur la joue et laisse tomber son séant sur sa cuisse. Son expression  amusante-amusée s'égaie d'un de ses sourires tout blanc.

- Pourquoi t'es pirate, en vrai ?

Elle lui tape sur la poitrine.

- T'aurais pu être comme un de ses plumés d'indiens, ou bien t'aurais pu te perdre dans la Grande Nature. L'île t'aurait accueilli comme sa créature. Mais t'es là, avec ton sabre et ton corps poussé trop vite.... Kisa ou fè konsa?

Ses prunelles claires ont planté leurs griffes dans son regard. Elle ne lâche plus sa proie.








avatar de Loish.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: "Noye mapé noyé, noye mape noye"   Mer 17 Fév 2016 - 13:06

Erzulie semblait toujours savoir quelque chose que Dan ignorait, sans que ce dernier ne sache exactement pourquoi ni comment. C'était ainsi, elle avait l'air de posséder une connaissance plus étendue que la normale, sans doute à un niveau similaire à celui des shamans Peaux-Rouges que les tribus possédaient, mais avec un petit rien qui faisait pourtant toute la différence. Ne cherchant pas à comprendre plus avant, il l'écouta parler de l'île et de sa capacité à modifier l'ordre des choses, du cercle immuable des saisons qui continuait de tourner malgré les aléas des humeurs de Peter... L'écouter faisait du bien et apaisait son esprit ainsi que son cœur, bien qu'à se pencher ainsi contre lui, elle risquait d'éveiller certaines parties de sa personnalité qu'il préférait garder tapies au fond de son être. Le baiser sur la joue le surprit, le faisant cligner des paupières tandis que la Peau-Mate se laissait tomber sur sa jambe pour s'installer confortablement. Le Pirate n'avait pas eu conscience de perdre son souffle jusqu'à-ce qu'elle s'écarte et il plissa légèrement les yeux à ses questions. Il y avait tellement de réponses possibles, mais les souvenirs de son passé sur l'île étaient flous eux aussi, lointains, perdus dans une brume qu'il peinait à dissiper.

- Ce sont eux que j'ai rencontré en premier.

Il avait couru sous les menaces et les jets de pierre, couru pour échapper à la colère de l'Enfant-Roi quand ce dernier avait constaté sa nouvelle haute taille et ses allures de jeune homme. Difficile, quand on voyait le Dan actuel, d'imaginer qu'on ai pu se tromper quant au fait qu'il avait grandit d'un seul coup, bien qu'il n'était pas encore aussi haut que maintenant. Assez grand pour être chassé, pas assez pour être prêt à faire face, il avait couru à travers la forêt, même quand plus aucun bruit de poursuite ne s'était fait entendre depuis un long moment, courant à perdre haleine, le visage ruisselant de larmes et la rage au cœur. Banni, banni, banni, rejeté par ces autres qui ne l'avait de toute façon jamais vraiment compris, lui et son désir de solitude ponctuelle, lui et ses expressions mornes, ce regard sombre, parfois terne, manquant tant de joie. Ils avaient été si peu, si peu à le comprendre, que d'être chassé par tous les autres n'avait pas permis à ceux-ci de lui venir en aide. Grincheux est un adulte maintenant, qu'il aille chez les adultes ! Dan se souvient du moment où il a sentit l'air de l'océan, entendu le cri des mouettes au-dessus de sa tête, puis trébuché sur une racine traitresse qui l'avait fait s'écraser de tout son long, face contre terre. C'était des Pirates qui étaient apparus dans son champ de vision, l'agrippant par son vêtement pour le relever de force et voir de quoi il était question. Un Perdu trop grand à l'air déconfit et marqué par des jets de pierre, ce n'était pas le premier et ça ne serait pas le dernier. On l'avait trainé jusqu'au Jolly Roger et ce fut là-bas qu'il rencontra Crochet. Terrible et fascinant Capitaine Crochet, qui l'avait observé avec un regard bleu myosotis, le scrutant comme s'il avait pu voir au-delà du jeune homme qui l'avait fixé avec un regard brûlant de rage. Il lui avait demandé son nom, il avait secoué la tête. Pouvait-il parler ? Il avait acquiescé, mais déjà on le trouvait bien étrange, à moins que ce ne soit le choc d'avoir été chassé. On lui donna un autre nom, on lui laissa ses plaques quand, tentant de les lui prendre, il avait mordu à sang la main qui avait osé y toucher, les récupérant pour s'enfuir dans un coin en grognant. Presque un sauvage, mais ça avait eu le mérite de faire rire. Puis Smee avait prit le relais, avait tenu à ce qu'on le lave et lui donne à manger, l'emmenant au médecin de bord pour qu'il s'occupe de vérifier les quelques blessures légères qu'il avait. Puis ensuite, tout se perdait dans la brume des souvenirs, entre entrainements et apprentissages en tous genres, les bons comme les mauvais, sans parler des pires. Les yeux sombres de Dan vinrent se fixer sur le visage de Erzulie, à qui il adressa un sourire qui aurait pu paraitre presque normal, n'eut été le fait que de le voir sur son visage lui donnait un drôle d'air.

- Ils m'ont accepté tel que j'étais, je crois que c'est pour ça que je suis resté. Pour ça et parce que j'étais en colère contre Peter, que je voulais me venger. Maintenant... je ne sais plus.

Parce que sa vengeance ne lui rendrait ni son ombre, ni sa liberté, c'était ce qu'avait affirmé Ours Élancé, parait-il que tous les indiens savaient ça ou presque : Crochet mentait à ses hommes pour entretenir la flamme, mais en vérité il ne s'agissait que d'une histoire de vengeance. Et le Tordu, malgré son surnom, aspirait à accepter son sort plutôt qu'à tenter de lutter vainement contre lui, sa vision des choses se modifiant de plus en plus à mesure que le temps passait. Il n'en voulait pas à son Capitaine, il comprenait le désir de vengeance autant que le besoin de manger ou de respirer... Mais il ne savait pas s'il voulait encore le suivre plus loin sur ce sentier. Le Pirate porta la main au nouveau pendentif à son cou et le tritura doucement d'un air songeur, presque absent.

- Et toi, Erzulie, pourquoi tu es là ?

Quel était son secret, à elle ? Qu'est-ce qui faisait qu'elle allait et venait entre tout ce joli petit monde et dispensait la parole de l'Amour à sa façon ? Il y avait bien une raison, il y avait toujours une raison, quelle qu'elle soit.
Revenir en haut Aller en bas
Erzulie Dantor
avatar

☠ Habitant du Bayou ☠


✘ AVENTURES : 134
✘ SURNOM : l'Amour
✘ AGE DU PERSO : Une vingtaine d'années en apparence...

✘ DISPO POUR RP ? : Contacte-moi !
✘ LIENS : .
Erzili O!Ke ou nwe,
Erzili O! Ke ou nwe,
Ke o nwe,
Men se pa put petit kay la!


MessageSujet: Re: "Noye mapé noyé, noye mape noye"   Mer 17 Fév 2016 - 14:24



Erzulie se glisse tranquillement contre Dan, comme si la place avait été taillée pour elle. Ainsi est l'Amour, il a sa place contre le coeur de celui qui sait ouvrir sa coquille. Le palpitant du Garçon-Trop-Grand a une musique particulière. Elle déchiffre quelques notes de la partition : il y a de ces émois qui lui rappellent ses propres courses, des variations qui évoquent ses danses intimes. Les entrechats lui permettent toujours de fuir avec élégance sa propre mélopée.

Danny a un grand coeur. Un coeur de géant dont on ne mesure pas l’éloquence avec des mots. Il faut savoir écouter.
Badoum! Badoum!
Le rythme est sourd, profond. Humain.

Colère, peur, tristesse.
Souvenir et souvenir.
Solitude.
Vérité et acceptation.
Mais il y a également l'écho d'une famille, qui bien que dysfonctionnelle et recomposée, n'en reste pas moins une. Le Capitaine est un père pour ses hommes, un guide vers un but au loin. Même inatteignable, l'horizon n’est pas infini, la destination est là : c'est grâce à cela qu'il naviguent tous de concert.
Le voyage est sensé aboutir à bon port, un jour, pas vrai ?
Elle aimerait bien en être de cette traversée. Mais toute virevoltante qu'elle est, les pieds d'Erzulie sont lestés au sol de cette île.

- Ils m'ont accepté tel que j'étais, je crois que c'est pour ça que je suis resté. Pour ça et parce que j'étais en colère contre Peter, que je voulais me venger. Maintenant... je ne sais plus.

- Tu sauras bientôt Danny-boy. Tu es grand, mais ton cœur l'est aussi. Il a le pas toujours plus sur que notre tête. Fie-toi à lui....

Elle entortille ses doigts autour des petites plaquettes argentées pendouillant au cou du Sans-Ombre. Réflexe involontaire de proximité, d'une certaine langueur familière à laquelle elle s'est habituée, battement après battement.

- Et toi, Erzulie, pourquoi tu es là ?
- Parce que je suis prisonnière de mon nom.


Merde.
Pou kriye byen fò, même !
Elle n'a pas vu le piège à loup, caché entre les syllabes. Elle s’est laissée allée, imprudente, et son pied s'est enlisé dans la gadoue. Elle se redresse un peu trop vivement et son regard sombre la happe un peu plus dans ce marais opaque. Vibrant. Sans détour. Sa bouche s'est entrouverte, ne laissant pourtant aucun son gambader hors de l'enclos.

Noye Mapé noyé.
La bonne blague !
La voici aussi embourbée que le pirate.

Elle hésite, indécise, apeurée presque de la marche à suivre. Dan ne lui a encore jamais vu telle expression.

- Ne le dis à personne,
souffle-t-elle à mi-voix. Ne leur dis pas que je préférerais être une autre.

Ses jolis doigts sont emmêlés dans les mailles de la chaine autour du cou du jeune homme.

- Personne ne doit jamais savoir...

Car sa famille à elle est de sang, et sa lignée prime sur tout. On peut pardonner une fois, dans le Bayou, pas deux. Son regard d'eau claire se lève vers lui, révélant, l'espace de quelques instants de fugaces, la vérité crue.
Qui est véritablement Erzulie ?
Dan le Tordu, le sait à présent.

- C'est quoi ces breloques, chou ? Change-t-elle de sujet, modulant son expression pour en chasser toute inquiétude résiduelle.

Et la Vérité s'est étouffée avec la chaleur.








avatar de Loish.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Re: "Noye mapé noyé, noye mape noye"   Mer 17 Fév 2016 - 14:39

La question n'avait pas été destinée à la piéger et pourtant c'était ce qui était arrivé, car sans cet écart, sans ce faux pas, jamais Erzulie n'aurait révélé la vérité à Dan, prenant sans donner sa propre personne, apportant espoir et réconfort, mais certainement pas des armes qui pourraient être utilisées contre elle. Prisonnière de son nom... A voir sa réaction, à se redresser ainsi, à croiser son regard sans qu'il ne chercha à la juger en quoi que ce soit, il su au fond de lui, il lui sembla comprendre de quoi il était question, bien que de nombreux éléments lui manquent encore pour embrasser d'un seul coup d’œil la fresque du Destin qui entourait la jeune femme. La Peau-Mate lui demanda de ne pas en parler, de ne pas le dire à certaines personnes et, bien qu'il ignora de qui il était question, il acquiesça à sa demande sans chercher plus loin : il s'était confié et, bien qu'involontairement, elle l'avait fait aussi, il ne trahirait pas cet étrange pacte secret entre eux. Il n'était pas ainsi, le Tordu, tout étrange qu'il soit, laissant les doigts gambader sur la chaine retenant les petites plaques de métal qui tintèrent légèrement. En temps normal il aurait bondit en arrière en montrant les dents et en grognant, mais la sorcière et lui avaient dépassés ce cap depuis plusieurs instants désormais. le changement de sujet ne lui échappe pas, mais là encore il n'insiste pas, ça ne servirait à rien.

- C'est tout ce qui me reste de mon passé dans l'autre monde, là d'où je viens. Je crois que... qu'on me les a données, que je devais les garder précieusement, que c'était très important. Mais je ne me rappelle plus qui ni pourquoi.

Et il y porta la main, le Pirate en mal d'amour, venant serrer les petites plaques avec comme du chagrin dans ses yeux sombres dont il ferma les paupières, sentant de la peine revenir au grand galop, comme chaque fois qu'il pensait à tout ça. Il les rouvrit finalement et scruta Erzulie, la désignant du menton.

- Noye Mapé... Mais tout ça c'est du passé.

Dan lâcha prise sur les plaques et remonta jusqu'au nouveau petit pendentif qui pendait désormais à son cou, le triturant délicatement en songeant au petit symbole rouge qui se trouvait dessus, espérant secrètement que la magie pouvait réellement faire quelque chose de bien, contrairement à tout ce qu'il avait vu jusqu'à présent sur cette maudite île.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Noye mapé noyé, noye mape noye"   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» "Noye mapé noyé, noye mape noye"
» Hymne national soviétique sous-titre français
» le poulpe à la bordelaise
» [Deck Thématique][CF 2013] La colère du Dieu Noyé
» [Recettes] Haches

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Mer Imaginaire :: La Baie des Pirates :: Le Port Débauché-