Partagez
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Wilhelm DogFish
Wilhelm DogFish

☠ Matelot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 1147
✘ SURNOM : Le Pied-Beau
✘ AGE DU PERSO : 25/30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 4/5
✘ LIENS : Fiche
et Collection
Chansons et débris de mémoire

Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine Empty
MessageSujet: Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine   Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine EmptyDim 24 Jan 2016 - 3:09

Il faisait faim.
Il faisait soif.
C'était animal, instincts primordiaux, inévitable et impossible a ignorer.
Alors Wilhelm, usant de toute ses capacités de discrétion, se faufila, tel un ninja a l’intérieur des cuisines.
La pièce était admirablement bien ordonnée, brillante de propreté, autant qu'il était possible qu'elle le soit.
Et surtout, elle était vide de toute présence de chef cuisinier.
La voie était donc libre!

Ni une ni deux, DogFish se mit a ouvrir les placards, attrapant les bocaux et les fracassant sur le sol, se saisissant des sacs plein de farine et autres graines et les vidant a terre, nerveusement, clairement a la recherche de quelque chose.
Exit le ninja, place a la destruction massive!
Les portes claquaient, les éclats de verre recouvraient de plus en plus le sol, suivant la trajectoire du pirate, les récipients se brisant autour de lui sans même qu'il y prête attention, émettant de grands fracas.
Il attrapa trois grosses boites en bois, les ouvrant et plongeant ses mains dedans, saisissant des légumes, ou des fruits qui lui étaient inconnu, les reniflant, les mâchouillant puis grimaçant, renversait le tout, les laissant rejoindre le reste.

Il cherchait DogFish, il cherchait!
Il avait faim.

Pourtant, Oz ne l'avait pas privé de repas depuis un certain temps!
Wilhelm bouscula toute une batterie de casseroles qui se fracassèrent sur le sol, la ferraille hurlant brutalement au contact des lattes en bois sombre.
Son estomac n'avait pas de raisons réelles de crier famine, mais c’était ainsi!

Au fond d'un placard, dans un sac de toile, le blond trouva un vieux morceau de pain a moitié moisi qu'il s'empressa se fourrer dans sa gueule, le mastiquant sans même en profiter, trop occupé a chercher une suite a son festin illégal.
Il avait soif aussi.
Soif d'eau, soif d'alcool!
Dans le placard suivant, il se saisit d'une bouteille poisseuse, la de-bouchonnant et vidant la moitié de son contenu dans sa bouche avant de le recracher l'air dégouté.
De l'huile!
Il grimaça et la balança derrière lui, ne prenant même pas la peine de la re bouchonner, passant a la suivante, exécutant les mêmes gestes et recrachant cette fois ce qui semblait être un genre de liquide vaisselle.
Dégoutant.

Il farfouilla encore, reprenant ses recherches de plus belle, et enfin, tomba sur une bouteille, bien cachée au fond du placard sous l’évier, emballée dans un genre de tissu décoré de broderie! Cette fois c’était sur, DogFish avait trouvé son Graal! Il s’apprêta a arracher le bouchon de liège a l'aide de ses dents, mais pesta contre la douleur et reprit l'entreprise avec ses doigts! Seulement voila! Elle était rudement bien fermé, celle la!

Et soudain...

DogFish se redressa, la colonne vertébrale raidit comme celle d"un chien de chasse a l'affut.

Quelqu'un arrivait. Et rien qu'au son de la démarche, Wilhelm savait de qui il s'agissait! Un rapide coup d’œil a la pièce sans dessus dessous lui fit comprendre qu'il devait a tout prix se planquer! Il ne fallait SURTOUT PAS qu'il se fasse attraper!
Pas le temps de réfléchir, la porte de la cuisine s'entrouvrait déjà, alors, le Pied beau se jeta a toute vitesse dans l'un des placards préalablement vidé et le referma derrière lui, se faisant tout petit, serré dans le petit cube de bois emplit de ténèbres.

Alors qu'il entendait des bottes fouler le sol de la cuisine, il reteint sa respiration, se faisant le plus silencieux possible, fermant les yeux et se cachant le visage derrière ses mains, comme si cela allait pouvoir l'aider a devenir invisible.
Entre ses genoux plaqués contre son torse, tout roulé en boule qu'il était, il avait gardé la bouteille sur laquelle il avait focalisé tout ses espoirs!







Sourire de l'Enfer



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Pirate
Anonymous

Invité



Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine Empty
MessageSujet: Re: Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine   Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine EmptyMar 26 Jan 2016 - 0:11

Ras le bol.
Ras le bol de faire la cuisine pour ces foutus flibustiers.
Pas un pour respecter la nourriture, pas un pour respecter le boulot, pas un pour respecter le cuisinier.
Le dit cuisinier en avait marre de passer son temps à trimer comme un dingue, se lever à pas d'heure, se casser les pieds à trouver des ingrédients, faire le mieux possible avec le moins disponible, et puis tout nettoyer, tout ça pour même pas un peu de reconnaissance.

La plupart en foutaient partout par terre, d'autres balançaient carrément leurs assiettes, OSANT se plaindre, certains mangeaient mais critiquaient l'air de rien le manque de ci, de ça. Ah, les fines bouches!
Fines bouches son cul ouais! Pas capables d'apprécier la bonne cuisine, et ça se plaignait, manque d'alcool blablabla!
ET LUI, alors, il manquait pas d'alcool?
Il manquait pas d'alcool, nom de dieu?!!

Tant d'ingratitude et d'injustice le dégoûtaient. En plus, il crevait de chaud; fallait qu'il se prive de SON bifsteck parce que la viande pourrirait trop vite! Merde à la fin!
Oswald pestait. Pour changer. Plus le temps passait, plus son humeur empirait, de plus en plus massacrante, de plus en plus furieuse.
Or, il se trouvait qu'il avait plus ou moins décidé d'arrêter de cuisiner. Qu'est ce qu'il attendait, au juste? De la décence, mais oui, tout simplement! Du RESPECT, enfin quoi!
Donc, il se planquait à moitié sur le pont supérieur, entre deux tonneaux, agonisant sa chaleur, maugréant insultes dans sa barbe. (barbe qui commençait à être sérieusement longue) Seulement, il arriva à un moment où la Casserole se mit à culpabiliser. Il manquait à son devoir, à sa vocation, c'était rudement embêtant. Mais le vrai problème, c'était qu'il allait se faire fouetter s'il faisait pas son boulot.
Oui c'était bien ça, le problème majeur. Il n'avait pas tant envie que ça de se faire punir par le second, ou pire, le Capitaine; d'autant que on hésiterait pas tant que ça à le foutre sur la planche, vu que les Sirènes crevaient la dalle et qu'il fallait les calmer.
Naaan, c'était pas flipper, c'était écrit dans le nouveau règlement.
Les vrais hommes, ça flippe pas, ça supporte les coups.
Avery était un vrai homme.


À contre coeur, le cuistot se releva, ouvrit quelques boutons de sa chemise et s'étira.
Bon, il était temps de travailler.
Même s'il voulait pas travailler.
Sans trop se presser, il descendit au premier pont. Les hommes avaient déjà faim il le voyait bien. Il allait finir par s'en vouloir sérieusement, Oswald!

─ Ils m'ont bien niqué, cette bande de crevards!..
Il râla encore puis se décida à emprunter l'escalier qui menait vers les cales, et tout ce qui se trouvait sous les planches. Soit, son antre.

Il fut tout de suite alarmé par les bruits qui en venaient. Oui, ça venait de chez lui. Sans mentir, Oz changea de couleur. Il devint tellement pâle qu'on aurait dit un fantôme. Il eut tout d'abord un immense coup de chaud et faillit tourner de l'oeil. Mais il se ressaisit bien vite! Il changea à nouveau de teinte, virant à l'écarlate!!
Bordel de merde.

Le cuisinier se rua vers son lieu de travail, d'où le vacarme retentissait encore.
Qui. Qui? QUI? QUI????
Il ouvrit la porte à la volée, ne prit même pas la peine d'enlever ses pompes et avança jusqu'au centre de la petite pièce.
Le destructeur avait pas fait les choses à moitié, ce connard. À la vue des sacs de farine éventrés qui avaient déversé tout leur contenu sur le sol; de tous ces bocaux de conserves, d'épices, brisés sur le sol; de cette bouteille d'huile d'olive ... cassée; et tout, tout, par terre. Les casseroles. En fait, tout ce qui était mangeable avait fini sur le sol.

Oz hurla à pleins poumons. Il se prit les pieds dans une chaise, s'étala dans la farine, y resta quelques instants, complètement sonné, puis se releva, tout tremblant.
Tout était foutu.
Le respect était mort.
C'était... affreux. Juste, affreux.
Sur le coup il ne pensait même pas au coupable. Il songeait à tout ce qui était répandu sur le sol. Il avait envie de pleurer, Oswald! Pleurer, hurler, se rouler par terre comme un bébé. Il avait l'impression qu'on lui avait détruit sa vie entière. Oh, c'était pas si terrible. C'était pas la première fois qu'un matelot pétait un câble, affamé, et cassait toute la cuisine. C'était même très loin d'être la première fois! Seulement, on était en temps de crise. Et ce qu'il venait de perdre, il le récupérerait pas de si tôt. Pas tant que le foutu mioche calmait pas ses chaleurs.

Il eut le réflexe de faire un inventaire de tout ce qui manquait, et il se dit que il allait tomber en dépression s'il faisait ça. Il décida donc de répertorier tout ce qui était intact. Et .... c'était pas spécialement mieux, même si ça partait d'une envie de positif. Parce que chaque placard qu'il ouvrait, chaque étagère qu'il regardait d'un coup d'oeil était désespérément vide. Tout son contenu était répandu sur le sol. Le cuisinier retrouva un ou deux citrons à moitié desséchés, une bouteille de vinaigre et un sac de graines de pavot qui semblaient entiers, et non sur le sol. Il y avait également un bocal d'yeux en tous genres, et une petite boîte de noix de muscade. Et... c'était tout. À chaque fois qu'il ouvrait une porte, il prenait un nouveau coup. Déjà, il n'y en avait aucune ouverte en vérité, puisqu'elles avaient toutes été sûr presque arrachées pour les vider de leur contenu.

Tout ça ressemblait à un véritable attentat.
En tous cas un débile l'avait commis, car toute personne sensée savait bien que pour calmer la faim, il fallait manger des amandes, par exemple. Et Oz avait trouvé les amandes sous un mélange d'oranges confites et d'huile... Saupoudrées de farine. Formidable.

Il restait bien un placard, le seul a être véritablement fermé. Ni une ni deux, Oswald l'ouvrit. Quelle ne fut sa surprise lorsqu'il y trouva.... DogFish!  Très étonné, les yeux humides (à peine), il balbutia:

─ D-dogFish? Qu'est c'que tu fais l...
MAIS IL LE SAVAIT TRÈS BIEN CE QUE DOGFISH CE CRÉTIN DEMEURÉ FOUTAIT DANS CETTE ARMOIRE !  

Sans une seconde de plus, vite remis de ses émotions, redevenant rouge comme ces poivrons en conserve qu'il avait gémi quelques instants auparavant il s'agenouilla et attrapa le matelot par les cheveux. Il susurra d'une voix blanche:

─ T'as la moindre idée de comment j'me suis PÉTÉ LES COUILLES à trouver de l'huile sur cette foutue île à la con?

Il tira plus fort, tellement que les perles du Pied Beau roulèrent sur le sol. Mais Oz ne lâcherait pas prise. Son autre main vint coller un direct dans le pif du blondinet, et sa voix gagna en puissance à chaque mot:

─  Espèce. D'immonde. Crevure. De Porc. Bien sûr que non t'as pas idée!!

Le cuisinier ne lâcha pas sa prise et tira vers le haut le Traqueur pour qu'il se relève. Il serra les dents et lui postillonna à la figure:

─ Alooooors??? Qu'est ce qu'on fait MAINTENANT, hein?! Hein, dis moi! Allez, cause ou j'te pète toutes tes dents pourries une deuxième fois! ON. FAIT. QUOI?

Il n'y avait pas de réponse à cette question, Oswald le savait pertinemment.
Wilhelm allait morfler quoiqu'il arrive.
Revenir en haut Aller en bas
Wilhelm DogFish
Wilhelm DogFish

☠ Matelot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 1147
✘ SURNOM : Le Pied-Beau
✘ AGE DU PERSO : 25/30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 4/5
✘ LIENS : Fiche
et Collection
Chansons et débris de mémoire

Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine Empty
MessageSujet: Re: Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine   Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine EmptyLun 1 Fév 2016 - 23:21

Ozwald avait hurlé.
Hurlé?
Non, il avait rugit! A en faire vibrer les murs! Et a l’intérieur de son placard, minuscule forteresse même pas verrouillée, DogFish s’était mit a trembler, le visage caché dans ses mains.
Mais qu'est ce qui lui avait prit? Hein?
Lui même ne le savait pas! En fait, il ne savait plus.
Wilhelm, sur le moment, lorsqu'il avait fait sa descente dans la cuisine, avait eut une logique en tête!
Si si! Il y avait eu quelque chose!
Mais la, tout de suite, impossible d'y remettre le doigt dessus.
Le pirate avait juste commis une grosse... TRÈS grosse bêtise!
Dans le noir de sa planque, roulé en boule, serrant sa bouteille volée comme un doudou, il entendait le cuisto s'agiter.
Il l'entendait fouiller les placards, pester, geindre.
Le Pied Beau le savait, vu que de toute évidence, la Casserole avait décidé d'ouvrir tout les placards, un a un, il serait très vite découvert.
Mais il ne pouvait se résoudre a se rendre.
Non.
Il avait bien trop peur pour ca.
Peur d'Ozwald, peur de la sanction, peur du second et du capitaine! Par ce que gaspiller autant de réserve de nourriture par les temps qui courraient allait lui couter cher, c’était certain.
Et la question revenait, tournant dans sa petite tête de dégénéré; pourquoi?
POURQUOI?
Le bruit du crissement des bouts de verre sous les semelles du cuisinier se rapprochaient, inexorablement, et DogFish tentait de se préparer a ce moment... ce moment ou Ozwald mettrait la main sur lui!

Pourquoi? pourquoi? pourquoi?


DogFish avait la très grosse envie de se frapper lui même, mais quelque chose lui disait qu'il n'allait pas avoir besoin de s'en donner la peine! D'autres s'en chargerait pour lui...
Et d'ailleurs, soudain, il perçu le grincement de la porte en bois et une lumière aveuglante le frappa de plein fouet!
Une voix, puis, venu de nul part, ou plutôt, en fait, de l’extérieur, une main brutale se saisit de la tignasse de DogFish, l'extirpant de force de sa cachette, le faisant couiner de douleur alors qu'il sentait quelques un de ses cheveux céder, s'arracher sous la prise et qu'il entendait les perles qui y étaient alors attaché frapper le sol et rouler autour de lui.
Il tenta vainement d'attraper le bras d'Oz pour le faire lâcher prise, mais du rapidement le lâcher pour se rattraper au sol, histoire de garder un minimum d’équilibre, a quatre pattes sur le planché.

─ T'as la moindre idée de comment j'me suis PÉTÉ LES COUILLES à trouver de l'huile sur cette foutue île à la con?
- P.. Pardon, pardon, pardon! Répétait Wilhelm alors que le cuisto le maintenait par les cheveux sans aucune délicatesse, et soudain, il lui colla son poing dans la figure, lui frappant le nez avec force alors que DogFish commençait a se débattre.
BIM!
Le sang gicla, Wilhelm en sentit la saveur sur ses lèvres et la brulure qui en découlait.

- Espèce. D'immonde. Crevure. De Porc. Bien sûr que non t'as pas idée!!

- Pardon.. Je le referais plus! Pardon! Le cuisto se releva, entrainant le blond avec lui, lui tirant les cheveux pour le forcer a se mettre lui aussi sur ses jambes.

- Alooooors??? Qu'est ce qu'on fait MAINTENANT, hein?! Hein, dis moi! Allez, cause ou j'te pète toutes tes dents pourries une deuxième fois! ON. FAIT. QUOI?


Avery avait crié si fort, que le traqueur avait eu l'impression qu'une bourrasque lui avait soufflé au visage, l’ébouriffant plus qu'il n’était déjà.
- J.je.. je sais pas m'sieur Avery! Pardon pardon! Me dénoncez pas! Je.. je vais...
Il allait quoi? Bonne question. Je ferais ce qu'il faut pour tout réparer! Excellente idée! Bien sur, il faudrait lui dire quoi faire! Mais dites rien au Capitaine ni a monsieur Smee! Le blond se saisit du bras d'Ozwald, cherchant a diminuer la pression qu'il exerçait sur sa tête en le tenant par les cheveux, quand soudain, le bruit d'une bouteille qui roulait a leur pieds attira son attention, lui faisant baisser les yeux.

Cette bouteille... C’était...


Les yeux bleus de DogFish s'agrandirent, comme prient d'une illumination.

Soif.
Ca y est, il se souvenait maintenant... de pourquoi!

Ni une, ni deux, il se précipita sur la bouteille, entrainant Ozwald avec lui, comme s'il avait oublié qu'il le tenait toujours par les cheveux.

Raté! La bouteille avait roulé un peu plus loin, Oz ne le laissant pas faire!







Sourire de l'Enfer



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Pirate
Anonymous

Invité



Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine Empty
MessageSujet: Re: Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine   Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine EmptySam 13 Fév 2016 - 1:04

Les jointures de ses doigts avaient blanchi comme la figure d'un cadavre, crispées dans leur emprise. Le pirate blond finit néanmoins par se dégager, visiblement pour ramasser quelque chose. Sans nul ménagement, Oswald le récupéra par le col et l'envoya bouler brutalement contre un placard.
Un affreux craquement retenti, mais ça pour ce qu'il en avait à foutre! Il était cuistot, lui, pas toubib!
D'un geste vif, il empoigna l'objet qui avait roulé sur le sol.
Ah, voilà encore autre chose. Un morceau du puzzle s'était emboîté au reste dans son esprit étriqué, et ses sourcils descendirent si bas qu'ils semblaient se rejoindre. Il regarda la bouteille d'un air dégoûté, la tenant par le goulot. DogFish ... était vraiment un crétin!

Une bouteille pour quoi faire? POUR ASSOMMER UN COLLÈGUE AU CERVEAU GRILLÉ PAR LE SOLEIL.
Menaçant, il la brandit vers le dit collègue qu'il avait balancé sans même se demander s'il était entier. Oz renifla en regardant Wilhelm de la tête aux pieds. Il avait l'air entier.
Dommage.

─ Arrête de parler. Arrête de dire pardon. Arrête. FERME TA FOUTUE GUEULE!

Il fit quelques pas en avant et agita la bouteille sous le nez couturé d'une immonde balafre.

─ Tout ça pour ça, Dogfish? Tu veux que j'te la fracasse sur le crâne???!

Il était à deux doigts de le faire mais songeait aux problèmes s'il crevait le Traqueur. Ça lui retomberait dessus, alors qu'évidemment c'était de la légitime défense. Et pourtant ce qu'il aurait fait pour pouvoir lui péter la tronche! À défaut de blessures mortelles, il lui asséna quelques coups de genoux dans le bide et les côtes. Pour ce faire, il avait appuyé la paume de sa main libre contre le mur, encadrant ainsi le Pied Beau pour l'empêcher de fuir.

Et entre chaque coup...

─ ÇA. SE. RÉPARE. PAS.

Avery avait le visage tordu d'un horrible rictus. Est ce qu'il contenait sa colère? Oui, vraiment. Tellement qu'une veine palpitait sur la tempe de son visage crispé comme un cul de poule. Tellement que la main tenant toujours la flasque tremblotait, ainsi que sa lèvre inférieure. Quand il ne parlait pas, le cuisinier émettait sans interruption de sortes de grognements bestiaux.  
Il aurait pu ressembler à n'importe quel parent sermonnant sa progéniture, vu le ton acerbe de ses paroles. Mais il n'en avait que le discours moralisateur. Parce que Wilhelm DogFish n'était pas un môme, encore moins SON môme, et qu'il n'avait aucun scrupule à le démolir s'il n'y avait pas de répercussions. Il le saisit d'ailleurs soudainement par l'épaule, et le tira pour le jeter cette fois dans le tas de denrées fichues à jamais, sur le sol. Dans un mélange poisseux d'eau de conserve, de farine, d'huile, et de tout ce qui est imaginable de trouver dans une cuisine.


─ Ça te plaîît??? T'es content???

Tremblant de rage, il jeta presque la bouteille sur la table de bois (par miracle elle ne se brisa pas) puis il enfonça la tête de DogFish dans la farine et les graines, tout en hurlant:

─ Vasy, BOUFFE!! T'as c'que tu voulais nan??!! Allez, bouffe moi ça!!  
Revenir en haut Aller en bas
Wilhelm DogFish
Wilhelm DogFish

☠ Matelot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 1147
✘ SURNOM : Le Pied-Beau
✘ AGE DU PERSO : 25/30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 4/5
✘ LIENS : Fiche
et Collection
Chansons et débris de mémoire

Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine Empty
MessageSujet: Re: Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine   Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine EmptyLun 22 Fév 2016 - 23:03

Alors qu'il avait tenté de récupérer la bouteille, Wilhelm s'était brutalement sentit tiré en arrière, rattrapé évidemment pas le cuistot qui clairement n'avait pas l'intention de le laisser se carapater comme ca!
Normal!
Celui ci l'avait ensuite violemment balancé contre l'un des placards. Une douleur piquante se fit sentir dans les reins de DogFish alors qu'un craquement s'envolait dans les airs en même temps que son gémissement plaintif. Le pauvre pirate s’était prit la poignée de la porte en plein dans le dos, lui infligeant une douleur plus que retentissante.
Le blond resta assit au sol, les jambes ramenées contre lui dans une position de défense alors qu'Oz recèperait la bouteille et lui jetait un regard... un regard qui vraiment ne lui disait rien qui aille!

" Pardon, pardon pardon, Oz!..." Répétait-il de sa voix chevrotante, suppliante, mais l'autre ne s'en laissa pas compter.

- Arrête de parler. Arrête de dire pardon. Arrête. FERME TA FOUTUE GUEULE!

Obéissant, Wilhelm se tut soudainement, se mordant la lèvre inférieure d’appréhension, fixant Oswald par en dessous.

- Tout ça pour ça, Dogfish? Il avait agité la bouteille sous le nez de Wilhelm qui frissonna. "Tu veux que j'te la fracasse sur le crâne???! " En guise de réponse, n'osant pas prononcer une syllabe de plus après que l'autre lui ai intimé de la fermer, il secoua la tête a la négative, ne le lâchant pas des yeux, comme un gamin a qui on demandait s'il aimait les punitions.
Oz était vraiment... Mais alors VRAIMENT.. en pétard!

Les yeux pales du traqueur ne le quittaient pas une seul seconde, cherchant a décrypter le moindre tressautement nerveux du visage de la casserole, et il fallait bien dire qu'il y en avait pas mal!
Le visage de cuisiné semblait ravagé par les tics nerveux, une grosse veine battant même sur son front, indiquant visuellement son rythme cardiaque trop élevé.
Il était effrayant, il fallait bien se l'avouer!

Oswald était le maitre coq du Jolly Roger mais... Il n'en restait pas moins un pirate! Et des plus violent, des moins compréhensif, même!
Ce n'était pas la première raclée qu'il mettrait a DogFish, mais le blond espérait que ce ne serait pas la dernière! Car si c’était le cas, c’était qu'il était mort!
Et il le voyait bien, dans ces yeux bruns orageux, qu'il y pensait, a l’étriper! Très sérieusement, même!
Et soudain, le cuistot se précipita sur lui! Par réflexe, voulant s'enfuir, Wilhelm se releva mais se retrouva bien vite plié en deux, encadré par les bras de son agresseur, encaissant les coups de genoux dans le bide qui lui coupèrent la respiration et lui firent monter les larmes aux yeux.
Il ne retenait pas ses coups, Oz, ca non! Jamais.

"ÇA." Coup de genoux "SE." deuxième coup, plus fort "RÉPARE." troisième coup, DogFish lâcha un gémissement "PAS." Dernier assaut qui coupa la plainte net, lui bloquant la respiration.

Alors que les coups cessèrent enfin, Wilhelm se sentit glisser vers le bas, mais fut rapidement saisit a l'épaule et jeté sur le sol, en plein dans un tas de denrées gaspillées et de farine blanche.

- Ça te plaîît??? T'es content???

- N.. n... mais DogFish n'eut pas le temps de répondre que déjà, Oz lui enfonçait la tête dans la farine, lui coupant le sifflet.

- Vasy, BOUFFE!! T'as c'que tu voulais nan??!!
Le blond prit une grand inspiration sans le vouloir et avala une grande bouffée de farine qui lui déclencha une violente quinte de toux. "Allez, bouffe moi ça!!" Il recracha un nuage de fumée blanche contre le sol, s’étouffant dans les restes, ne parvenant pas a reprendre sa respiration correctement alors que l'autre lui maintenait toujours le visage au sol.

S'ils continuaient ainsi, DogFish allait vraiment finir par crever, l’oxygène lui manquant de plus en plus cruellement! Alors qu'il toussait, éructait, son teint virant dangereusement au violet, le blond eut un sursaut d'instinct de survit et colla un énorme coup de coude dans le plexus d'Oz qui lui tenait toujours la tête au sol afin de lui faire lâcher prise et d'enfin pouvoir reprendre son souffle!
Puis, il attrapa le cuisinier par le cou et le fit basculer au sol, y mettant tout son poids dans une sorte de prise pour l'immobiliser!

Tout en se faisant, reprenant des couleurs, l’oxygène affluant de nouveau dans ses poumons, Wilhelm regrettait déjà son geste, se disant qu'il allait sans doute le payer cher!

"A.. Arrête! Arrête! Je suis désolé! Pardon! C'était un accident d'accord? Un accident!!!"
Bien sur il n'en était rien, le pirate cherchait simplement a convaincre l'autre de ne pas répliquer plus fort encore que ce qu'il n'avait déjà fait!

Le visage de DogFish était recouvert de farine, contrastant violemment avec le rouge qui maculait le bas de son visage, s’échappant de son nez et de ses lèvres fendues par les coups précédents.







Sourire de l'Enfer



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Pirate
Anonymous

Invité



Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine Empty
MessageSujet: Re: Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine   Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine EmptyJeu 17 Mar 2016 - 22:45

C'était inattendu. Très inattendu. Tellement inattendu que le cuisinier ne songea même pas à se défendre sur le coup, et pour cause ! Il fut dans l'incapacité de respirer dans plusieurs douloureuses secondes, durant lesquelles il ne pensa même pas à se défendre. Et à nouveau DogFish s'excusait mille et une fois. A la différence que sa position n'était plus d'infériorité. Oswald aurait pu rire mais sa virilité était clairement mise à mal, et ça, ça ne lui plaisait pas du tout !! Sa colère était retombée brusquement, sa respiration se calmait, car le pirate avait bien plus honte qu'autre chose! Il était très gêné ! Et vexé ! Et embarrassé! Et très gêné, surtout! Il aurait préféré disparaître que de se trouver là, sous son collègue qui était pourtant INFÉRIEUR en hiérarchie... C'etait la misère. Il en aurait pleuré, mais les vrais hommes ne pleuraient pas, ils se battaient. Alors Avery se battrait... S'il parvenait à se dégager!...
Il couina piteusement et sa protestation fut d'abord dite dune voix très aiguë, qui redescendit (heureusement) tout de suite après dans les graves:

-J't'ai dit ARRÊTE de t'excuser! Ça sert plus à rien maintenant !!

Il repoussa violemment DogFish sur le côté et ils roulerent ensemble dans la farine. Jusqu'à buter contre une porte de placard, et cette fois c'était Oz qui était au dessus. Il porta une main tremblante à sa ceinture et tâta machinalement les couteaux qui y étaient pendues comme d'habitude. Elles étaient si effilées qu'en frôlant une des lames il s'entailla un doigt, mais il ne cilla pas. Pas de douleur. Il ne savait trop que choisir et opta finalement pour le petit couteau, qu'il tira bien vite et se mit à jouer avec sans quitter des yeux le Traqueur. Il fit plusieurs "nt" de désapprobation , ses gestes étaient très nerveux. S'il ne se retenait pas.... Il songea soudain qu'ils se trouvaient à bord du navire et qu'ils ne pouvaient donc pas se battre sous peine d'écoper dune punition, certainement. Il était également interdit de mutiler un compagnon . Mais peut être que s'ils ne faisaient pas de bruit...? Oswald mit en garde le pirate aux yeux bleus d'une voix menaçante:

- Si tu cries ou tu chiales, j'te préviens, je t'égorge, j'en ai rien à branler du règlement!

Ce n'était pas vrai, mais il savait l'autre assez stupide pour ne pas moufter. Suffisait d'y mettre le ton avec cet abruti fini.
Il était assis sur le bas ventre de DogFish, ses pieds repliés sous les jambes de ce dernier pour être sûr qu'elles soient bien bloquées. Wilhelm n'était pas viril lui, il aurait bien été capable de s'enfuir , comme une fillette ! Et ça hors de question tant que les deux ne s'étaient pas expliqués , par les mots, ou les poings!

C'était rare qu'il parvienne ainsi à vraiment dominer DogFish, et de ce fait il ne savait pas quoi faire, ensuite !
Lui faire encore un peu la morale, lui découper la langue , discuter, le balancer à Smee pour quil se fouetter de façon exemplaire ? Non, ça non, Avery avait bien trop d'honneur! Mais il était bien embêté, en moralité. Plutôt que de se creuser la tête, ce que cette cervelle de pigeon n'était pas vraiment capable de faire, il décida de directement poser la question à l'intéressé. Il lui glissa la lame sous le nez et sussura:

- Alors... Qu'est ce qu'on fait maintenant? Quel doigt je te coupe en premier, j'te laisse le choix... A moins que taies une meilleure idée, DogFish ?

Il ajouta d'une voix bourrue:

- J'devrais déjà avoir détruit chaque partie de ton corps, et tu l'sais très bien.  

Ouais, Oz était vraiment quelqu'un de sympa.
Sans vouloir se vanter évidemment .
Revenir en haut Aller en bas
Wilhelm DogFish
Wilhelm DogFish

☠ Matelot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 1147
✘ SURNOM : Le Pied-Beau
✘ AGE DU PERSO : 25/30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 4/5
✘ LIENS : Fiche
et Collection
Chansons et débris de mémoire

Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine Empty
MessageSujet: Re: Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine   Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine EmptyMar 22 Mar 2016 - 2:58

Et bien sur, les craintes de DogFish devinrent réalité, car évidemment.. ÉVIDEMMENT, Oswald réagit a la prise que Wilhelm exerçait sur lui, et alors que le brun couinait un peu pitoyablement, un frisson d'angoisse parcouru l’échine du Pied Beau.
La voix du cuisto prit de drôles de modulation, mais le traqueur ne s'avisa pas de se moquer de son collègue! Il n'y pensa même pas une seconde en fait, tellement le stress était a son comble.

Il le sentait, il allait payer cher le fait d'avoir répondu aux coups de la Casserole, et d'ailleurs, cette angoisse faisait qu'il ne le maintenait plus si bien, sa prise perdant de la force a mesure qu'il songeait de plus en plus a prendre ses jambes a son cou, jetant un regard vers la porte de sortie.
Ce fut ce moment que choisit Oswald pour faire basculer DogFish sur le coté, le repoussant avec force et lui faisant perdre son équilibre, l'entrainant dans une suite de roulades qui se termina avec fracas dans la porte d'un placard.

Wilhelm voulu se carapater, a quatre pattes, a ce moment la, mais ses mains glissèrent dans la farine et très vite, Oz le rattrapa et le coinça entre ses cuisses, le prenant au piège dos contre le sol, face a lui! Et la, sous les yeux larmoyant du blond, le cuisto sortit l'un de ses couteaux, le plus petit, avec une lueur mauvaise dans le regard.



"nt nt nt... Si tu cries ou tu chiales, j'te préviens, je t'égorge, j'en ai rien à branler du règlement!"

Comme l'avait prévu Oswald, DogFish se tut, obéissant, fixant la lame de ses yeux tremblant, des larmes apparaissant sur le coté de ses mirettes alors qu'il osait a peine respirer.
Et puis, il y eu un temps, comme si le cuisto hésitait, ne sachant pas quoi faire, ou plutôt y réfléchissant. Wilhelm quand a lui restait immobile, ne cherchant même pas a s'enfuir, se contentant de renifler de temps a autres, attendant son sort.
Soudain, la Casserole lui colla son couteau sous le nez, le forçant a relever la tête de peur de se le faire trancher.



- Alors... Qu'est ce qu'on fait maintenant? Quel doigt je te coupe en premier, j'te laisse le choix... A moins que t'aies une meilleure idée, DogFish ?

Le blond se mit a trembler alors qu'il sentait les larmes lui couler le long du visage et jusqu'au sol, traçant des ligne plus sombre dans la farine qui maculait sa peau.



- J'devrais déjà avoir détruit chaque partie de ton corps, et tu l'sais très bien.

Mais qu'était-il sensé répondre a cela? Wilhelm était tout bonnement incapable de dire quoi que ce soit! Terrorisé par son supérieur, persuadé que cette fois ci... Cette fois ci, il allait bel et bien y passer ou au moins y perdre un morceau!
Tremblant comme une feuille, ses dents claquant d'effroi, DogFish releva les mains, lentement, les posant dos contre le sol de chaque coté de son propre visage, attestant ainsi de sa soumission, ses yeux fixant désespérément ceux d'Ozwald, priant pour y capter un minimum d'humanité, un brin camaraderie.

Tout son corps qui jusqu'ici était affreusement crispé se détendit sous la Casserole et il fermât les yeux, rompant tout contact visuel.
Il rendait les armes.
Les sourcils froncés, une mine inquiète tout de même inscrite sur le visage, la lèvre inférieure tremblante, Wilhelm avait accepté son futur sort.
Le maitre coq voulait le punir pour sa bêtise, bêtise que DogFish regrettait, bien évidemment, mais ainsi était faites la hiérarchie, alors, Oswald n'avait plus qu'a faire ce qui devait être fait!

Hrp:
 






Sourire de l'Enfer



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Pirate
Anonymous

Invité



Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine Empty
MessageSujet: Re: Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine   Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine EmptyDim 27 Mar 2016 - 12:15

Alors les larmes se mirent à couler sur le visage tétanisé et convulsé du Pied Beau. Il lâchait prise, DogFish. Ce spectacle pitoyable aurait presque arrêté Oswald. Il avait déjà saisi une des deux mains du pirate que ce dernier avaient abandonné. Il avait déjà commencé à effleurer les articulations des doigts abîmés par le sel et le temps. Peut être qu'il avait même déjà commencé à entailler la chair. Arbitrairement, il avait choisi le petit doigt. Mais la Casserole ne put aller plus loin.
Il lâcha son collègue brutalement et se recula, sans quitter sa position assise.

Il fit encore plusieurs tentatives, un coup s'essayant à l'oreille, un coup au nez. Un coup saisissant les cheveux pour faire un scalp. Mais Avery ne parvenait pas à se détacher des yeux larmoyants de DogFish. Yeux qui furent bientôt fermés.
Le cuisinier se sentit plus seul que jamais.
Le regard halluciné, il déglutit. Il avait peur, soudain.
Son coeur battait à la chamade.
Il ne pouvait pas décemment couper un morceau du traqueur. Quelque chose l'en empêchait.
Il crevait de trouille, mais était-ce de mutiler un camarade, ou de peur de se faire à son tour punir par la hiérarchie? Ou était-ce tout autre chose?

—Merde, DogFish!

Bien qu'il mentionnait son nom, cette exclamation il se la destinait plutôt à lui-même. Il se sentait tellement faible... Ses sourcils se froncèrent brusquement. Il ne pouvait pas se laisser faire, pas abandonner.
Un grognement sourd s'échappa de sa gorge, Oz réalisa qu'il ne parvenait à rien tant qu'il voyait la face pathétique de cet am.. de ce collègue, totalement abandonnée à la souffrance. C'était insoutenable. Alors, il le retourna et se replaça à l'identique, cette fois assis sur le bas du dos. Oz appuya plus son emprise, serrant plus fort, mettant tout son poids. Il savait ce qu'il allait faire.

Il énumérait des lettres dans sa tête. Il réfléchissait au mot. Un truc percutant, un truc dont l'autre se souviendrait.
Avery rangea son couteau et en prit un autre encore plus petit. Il attrapa le poignet du bras gauche du blondinet et le plaqua avec une force qu'il ne se connaissait pas sur les lattes de parquet souillé. Il déglutit une nouvelle fois. Allez, c'était le moment de montrer qu'il était un homme, un vrai. Et pas une couille molle.

— Ça va piquer. J'crois.

Il n'avait aucune réelle idée de la douleur qu'il allait infliger au Pied Beau, ça emportait peu. Il ne devait pas y penser. Ou plutôt si. Elle ne serait jamais supérieure à la douleur que ressentait à ce moment la Casserole. Il voulait le faire souffrir. Le faire hurler. Le faire se faire dessus tellement qu'il aurait mal.
Il voulait la vengeance. Le contentement de son âme et son coeur torturés. Ses traits se tordirent d'une façon affreuse; Oz planta la lame sur le dessus du bras qu'il tenait le plus fermement possible. Elle était enfoncée d'à peu près cinq millimètres dans l'épiderme. Consciencieusement il se mit à tracer ses lettres, faisant gicler du sang partout sur la peau, sur le sol, sur le tablier du cuistot. Surtout, ne pas arrêter. Ne pas se stopper

F... Il laissa un léger espace, renifla. Ne pas faillir.
O... Pas facile, à tracer les O.
O... Pas plus facile que le premier. Ça commençait à prendre forme.
W... IL avait presque fini, les jointures de la main qui tenait avaient blanchi. Oz tenait plus fort que jamais.
L... Et voilà.

Foowl. Il réalisa à ce moment qu'il n'y avait pas de W dans le mot fool, c'est à dire le mot imbécile. Ah, zut. Il avait fait une faute d'orthographe. Il grimaça un peu. Et ricana nerveusement en expliquant le problème à sa proie.

— Tu vas rire, j'avais oublié comment que ça s'écrit... t'inquiète j'vais arranger ça!

Il traça un nouveau cercle autour du W, en continuant à glousser, à rire et encore à rire.
C'était risible, hein? Hein?
Des larmes se mirent à perler sur ses joues sans qu'il s'en rende compte. Il arrêta ses mouvements et se mit à sangloter sans retenue, s’agrippant désespérément au corps de DogFish. Son couteau ensanglanté était tombé sur le sol.

Alcool. Il lui fallait de l'alcool. De ses yeux vides et remplis de larmes, il chercha la bouteille intacte. Sur la table. Il tendit le bras, puis le laissa retomber.
Trop loin.

— Imbécile... imbécile... imbécile... imbécile.. répétait-il sans fin.
Peut être plus pour lui que pour sa victime.
Pourtant, ça lui avait fait un bien fou. C'était indéniable.
Revenir en haut Aller en bas
Wilhelm DogFish
Wilhelm DogFish

☠ Matelot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 1147
✘ SURNOM : Le Pied-Beau
✘ AGE DU PERSO : 25/30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 4/5
✘ LIENS : Fiche
et Collection
Chansons et débris de mémoire

Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine Empty
MessageSujet: Re: Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine   Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine EmptyVen 8 Avr 2016 - 18:03

Avant de fermer les yeux, Wilhelm les avait fixé sur Ozwald, larmoyant, espérant capter un minimum d'humanité chez son collègue, le priant silencieusement de lui pardonner, d’être compréhensif!

Ils avaient eut des moments ensemble, n'est ce pas? Il lui avait même fait cette splendide pédicure! Cet instant ou Oz s'était complétement laissé aller! A ce moment la, n'y avait-il pas eu plus qu'un lien de collègue a collègue? N'y avait-il pas eu de la camaraderie? De l'amitié même?
DogFish n'avait-il pas prit soin de lui et de ses pieds? Surtout de ses pieds!
Le blond sentit la lame de cuistot s'enfoncer a la base de son petit doigt alors qu'il s'était saisit de sa main, et un frisson lui parcouru le corps tandis que la chaleur de la douleur l'envahissait.
Puis il se retira, a la grande surprise du traqueur qui se préparait déjà a perdre un morceau.
Avant de revenir a l'attaque, se saisissant de son oreille, tirant sur son lobe et le faisant grimacer par la même, fichant sa lame derrière la chaire... Avant de de nouveau se raviser.
Il hésitait?
Sans doute que la Casserole se demandait quel morceau couper... A moins que?
Le brun lui cola de nouveau la lame sous le nez le forçant a relever la tête, victime toute tremblante qu'il était, puis finit par se saisir de ses cheveux blond, calant la lame a la base de son cuir chevelu.

Toujours pas.

DogFish fermât alors les yeux, rompant tout contacts visuels avec Ozwald, attendant son sort sans une once d'impatience et pourtant pressé qu'il en ai finit avec lui!
Il y eut un temps de rien, ou un ange passa, les deux restant immobile, dans la même position.


"Merde, DogFish!"


L'interpellé ouvrit un œil curieux bien que toujours prit par l'angoisse de la punition qui l'attendait toujours et il vit alors un Oz grognant et clairement en proie avec quelque chose!
Le choix du membre a couper était-il si difficile a faire?
Était-ce si important de savoir si le blond perdrait une oreille, un doigt, ou bien la langue même?
Ou bien les doutes du maitre coq se situaient-ils ailleurs?
Ca, DogFish était bien incapable de le savoir ni même de le deviner, bien trop inquiet de savoir quelle direction prendrait ce corps a corps!
Le cuistot sembla alors enfin se décider, attrapant DogFish et le retournant comme de rien, le mettant face contre terre, se calant sur lui et appuyant plus encore son emprise, le faisant gémir d'appréhension!
Quelle seraient la suite des évènements?
Que l'attendait-il?

Alors que les questions s'enchainaient dans sa tête, la Casserole s'empara du poignet gauche de DogFish, le faisant sursauter tandis que son adversaire lui plaquait le bras au sol, avec une fermeté sans pareil!

"Ça va piquer. J'crois."

Il croyait?
Hein?
De quoi?

Et la lame transperça la peau, arrachant un cri a Wilhelm qui se cogna le front sur le sol et se mordit la langue pour se taire. La morsure de l'entaille tracée avec lenteur dans son avant bras lui remontait jusqu’à l’épaule, tel un courant électrique qui lui cavalait dans le dos et surtout jusqu'aux yeux dont les larmes s’échappaient de plus belle, mais silencieusement.
Le calvaire, cependant, ne semblait faire que commencer, Ozwald s'appliquant de toute évidence a tracer quelque chose dans son épiderme! Prenant affreusement son temps.
Alors que le couteau s'enfonçait encore et encore, déchirant la peau, faisant couler et gicler le sang chaud, un tremblement parcouru l’échine de Wilhelm qui ne pu le réprimer, comme un reflex incontrôlable de la mécanique humaine.

Il avait mal, mal! Affreusement mal! Mais qu'est ce qu'il lui faisait la? C'était atroce! Horriblement douloureux! DogFish ne tiendrait jamais le coup! Du moins, c'est ce qu'il se disait! Et pourtant, le Pied Beau était relativement habitué a la douleur, cependant, celle ci était différente des autres! Il n'y avait pas la montée d’adrénaline associée a une bagarre, cette fois ci, cette fameuse adrénaline qui faisait qu'on sentait moins les coups! C'était de la torture!
Cela lui rappela les nombreux coups de fouet qu'il avait pu recevoir tout le long de sa vie en guise de punition!
Le genre de souffrance auxquels on ne s'habituait jamais!
Réprimandes sanglantes que Wilhelm finissait toujours cependant par oublier!
C'est que les marques, il ne les voyait pas, elles étaient dans son dos pour la plupart! Mais cette fois ci, ce serait différent!

La lame glaciale et brulante a la fois continuait son œuvre, découpant la peau comme du bifteck! Ha ca, le cuistot savait y faire! Mais il faisait quoi en fait? Comptait-il lui découper un morceau de bras pour le donner a manger aux autres?
Cruauté sans borne!
Wilhelm se frappa une nouvelle fois le front sur le sol et ramena son bras libre jusque sur sa tête, s'attrapant les cheveux comme si ce geste allait l'aider a mieux supporter la scarification.
Il ne savait pas ou en était Oz, il ne comprenait même pas qu'il traçait quelque chose de précis! Tout son bras n'était que douleur a présent, et chaque coups de couteau ne faisait qu’attiser la brulure des plaies, répondant toute les une avec les autres et formant un amas de douleur indéfinissable!

Un instant, le cuistot se redressa.
Était ce terminé? Enfin?
Les battements du cœur de DogFish s'accélérèrent tandis que le soulagement commençait a l'envahir, malgré la douleur toujours bien présente dans son bras dont il avait la net sensation qu'il avait été réduit en charpie!

Il entendit Oz ricaner dans son dos.

"Tu vas rire, j'avais oublié comment que ça s'écrit..."
Hein? Mais de quoi parlait-il? Qu'est ce que quoi? "T'inquiète j'vais arranger ça!"

Et tout en continuant de rire, la Casserole replongea la lame dans la chaire, arrachant cette fois ci un gémissement au blond qui avait tant espéré que son calvaire se termine la, heureusement, il arrivait bel est bien a sa fin, cette fois.

Le bruit du couteau qui heurtait le sol fit sursauter Wilhelm qui avait gardé son visage plaqué face au sol tout le long de l'opération, et sur lui, il entendit Ozwald sangloter.
DogFish n'y comprenait rien. Rien de rien!
Qu'avait-il fait? Pourquoi pleurait-il maintenant? Par ce qu'il pleurait n'est ce pas?
Il sentit Oz s'agripper a lui soudainement, tout en pleurant et répétant le même mot, inlassablement.

— Imbécile... imbécile... imbécile... imbécile..


Engourdit par la douleur, le traqueur parvint tout de même a se redresser quelque peu, le maitre coq toujours sur son dos, et ramena son bras blessé jusqu’à lui, voulant l'examiner, et lorsqu'il vit enfin le résultat du "travail" accomplie d'Ozwald, son œuvre, sa lèvre inférieure se mit a trembler.
Son bras était couvert de sang, sa peau formant d'étranges crevasses ruisselantes d'hémoglobine! La chaire était tellement a vif, brulante de douleur, que c'était presque s'il ne le sentait plus!
Il se risqua cependant de l'effleurer du bout des doigts, mais se retint au dernier moment, son visage se crispant dans une grimace de souffrance.

Wilhelm ouvrit la bouche, mais aucun son n'en sortit! En réalité, tout le long de la torture improvisée, il n'avait pratiquement fait aucun bruit, restant silencieux mis a part quelques rares gémissements lâchés, c'était un peu comme s'il craignait que crier n’énerve encore plus Oswald!
Il se redressa pour de bon, cependant, repoussant le cuisinier de son dos, restant a genoux sur le sol, son bras charcuté devant les yeux, comme s'il cherchait a décrypter un code mystérieux, le visage toujours déformé par la souffrance et l'horreur.
De nouveaux tremblements l'agitèrent, comme si soudain il faisait atrocement froid dans la cuisine du Jolly roger, bien sur, il n'en était rien.

"O... Oz..." Sa voix était enrouée, un peu plus cassé qu'a l’accoutumée. "Qu.. qu'est ce que.. " Il aurait voulu demander ce qu'il lui avait fait, mais la question resta bloquée dans sa gorge, pétrifié par l'horreur! Son bras était en lambeaux!







Sourire de l'Enfer



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Pirate
Anonymous

Invité



Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine Empty
MessageSujet: Re: Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine   Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine EmptyMer 13 Avr 2016 - 23:45

DogFish qui le repoussait, DogFish qui ne comprenait plus.
DogFish qui tremblait, DogFish qui ne comprenait pas.
DogFish qui balbutiait, DogFish qui ne comprenait rien.
Les deux hommes étaient à genoux, l'un en face de l'autre. L'un tétanisé, le second en larmes, les yeux rouges. La mine qui se voulait virile, imposante, mais qui se révélait vide, égarée. Lui qui se voulait si autoritaire, si intransigeant, si méchant, il se sentait agité de spasmes ridicules.
Une évidence lui vint à l'esprit, alors il s'en voulut soudainement, de manière intense et terrible.

Tu sais pas lire.

Sa voix était pauvre, faible, malheureuse. Ça y était, il devenait comme Wesker. Apprécier la douleur, le sang, les pleurs. Torturer par unique plaisir et désir de vengeance.
Où il était, d'ailleurs, ce salaud qui jetait la bouffe par terre auparavant? Disparu. La canicule en avait fait disparaître plein, et puis beaucoup étaient allés se terrer dans le port.
Oswald loucha sur l'affreuse plaie qu'il avait faite à son camarade -son ami-, et le remords montait sourdement en lui, comme une mélopée sinistre, une litanie funèbre.
Qu'avait-il fait?

Qu'avait-il fait? Il tendit à nouveau la main vers la bouteille, l'attira à lui.
Il était en colère contre lui-même,  ça l'amoindrissait et il se sentait faible comme un louveteau perdu sans sa mère. Le cuisinier déficela lentement la corde qui maintenant le tissu à carreaux rouges et blancs. Il toucha du bout de ses doigts ensanglantés le liège qui l'obturait, avant de tirer dessus avec les dents. L'arracher sans même un pop, car ça n'était pas du mousseux. C'était du bon rhum, et les effluves s'en échappèrent tout de suite, enivrantes dans cette atmosphère d'outre tombe.
Pas un mot.
Qu'avait-il fait?

C'est écrit imbécile. Fau..faudra qu'tu t'en rappelles, Wilh.

Il avait dit Wilh avec douleur, presque de la tendresse. Il ne l'appelait pas par son nom de famille si insultant, mais par son prénom, et c'était venu spontanément.
Oz regrettait. Oh, oui, il regrettait. Il ne pouvait pas le dire, mais que pouvait-il faire?
Mais qu'avait-il fait nom de dieu??
Il regarda au ciel un instant, comme pour apercevoir ce Dieu au nom duquel il jurait, sans succès bien entendu. Les cales ça a pas accès au soleil.

Tu peux p-pas rester comm'ça..

Il lui prit à nouveau le bras, et essuya le sang avec son tablier. Pas doucement, parce qu'il ne savait pas faire. Peut être qu'il lui ferait encore mal, mais ce coup ci c'était pas voulu. Les lambeaux de chair et de peau qu'il avait percé se déchirèrent tout de suite, et il ne resta que la plaie écrite en lettres rouges. Puis le sang remontait à flots, intarissables. Il y en avait partout. La Casserole savait ce qu'elle avait à faire, sans même être toubib.

La bouteille juste là. Qu'il prit dans sa main tremblante, avait d'en verser sauvagement une partie du contenu sur les inscriptions gravées. L'hémoglobine tarit, cette fois-ci, et Avery avala une lampée de rhum à la suite. Puis, comme s'il s'était agi de quelque chose de tout naturel, comme si tout était encore pareil, il tendit la bouteille au Pied Beau.
Il cédait. Il était faible.  Il donnait ce pour quoi DogFish avait fait tout ce désastre. Il donnait ce pour quoi DogFish avait souffert.
Tentait-il de se racheter, en quelque sorte? Pas moyen de le savoir, même lui ne le savait pas. Ou plutôt si il le savait, il ne l'aurait pas dit. Il en aurait eu honte.

Les vrais hommes ne pleurent pas.
Pourtant ses yeux noirs continuaient de ruisseler d'eau salée.
Salée, mais aussi amère.
Revenir en haut Aller en bas
Wilhelm DogFish
Wilhelm DogFish

☠ Matelot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 1147
✘ SURNOM : Le Pied-Beau
✘ AGE DU PERSO : 25/30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 4/5
✘ LIENS : Fiche
et Collection
Chansons et débris de mémoire

Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine Empty
MessageSujet: Re: Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine   Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine EmptyLun 18 Avr 2016 - 17:05

"Tu sais pas lire."

Wilhelm releva la tête vers Oz, cessant de lorgner son bras charcuté, le visage marqué d'une expression proche de l'horreur. Devant lui, a genoux, la Casserole ne semblait pas en mener large, les yeux rougit, la mine piteuse.
Encore une fois, le traqueur ne comprenait pas.
Pourquoi le cuistot était-il dans cet état? Cela le dépassait complétement! C’était pourtant lui a qui on avait tranché la peau, lui dont le bras dégoulinait de sang, les gouttes d’hémoglobine ploquant sur les vieilles lattes de bois du sol de la cuisine.
DogFish n'était pas assez fin, pas assez intelligent pour analyser la situation. Il en était tout bonnement incapable!
Il ne savait ni lire les émotions, ni même les mots.
Analphabète des sentiments et des écrits.

Il se contenta de regarder le brun attraper la bouteille tant convoité de l'instant d'avant, et malgré la punition qu'il venait de subir, il ne pu s’empêcher de frissonner, et même de saliver.
Ce pirate n'apprenait rien.
Jamais.
Cependant, il ne bougea pas, restant cette fois ci "sage"

"C'est écrit imbécile. Fau..faudra qu'tu t'en rappelles, Wilh."


Le Pied Beau rebaissa de nouveau la tête, lorgnant l'immonde blessure, les sourcils froncés.
Imbécile...
L'information mit quelques secondes a monter au cerveau du dit idiot, mais une fois celle ci bien réceptionnée, l'expression de douleur sur son visage se fondit en une autre différente.

Humiliation.

Son cœur se serra dans sa poitrine et une sensation désagréable l'envahit tout entier, a lui en donner la nausée.

Humilié, il était humilié.

Les larmes lui montèrent aux yeux, la mine déconfite, la tête toujours baissée mais son regard se baladant a peu prêt partout autour de lui, de temps en temps vers Oz, mais jamais bien longtemps, incapable de soutenir son regard aussi humide était-il.

Wilhelm tu es un imbécile, un idiot, un crétin, un abruti.


Il vit Oz lever les yeux vers le plafond et son regard suivit le sien, sans comprendre. C'est vrai qu'il était un peu bête parfois.
Souvent même.
Il renifla, s'essuyant les yeux de son bras encore valide.

"Tu peux p-pas rester comm'ça.. "


Oswald lui attrapa de nouveau le bras mais cette fois sans animosité aucune, et étrangement, DogFish n'eut même pas un mouvement de recule sur le coup.
C'était un peu comme s'il savait.
Il savait que Oz n'avait pas voulu lui faire du mal.
Il savait qu'il avait mérité cette punition pour avoir saccagé sa cuisine, et maintenant que la réprimande avait été donné, les choses redevenaient normal, équilibré.
Wilhelm grimaça alors que l'autre essuyait son bras avec un torchon, l’inondant de rouge alors que petit a petit, les inscriptions se faisaient plus lisible pour quiconque savait déchiffrer les lettres.

Et puis, il y eu la giclé d'alcool!
DogFish ne pu réprimer en gémissement de douleur alors que tout son bras semblait s'enflammer au contact du liquide pourtant froid.
L'odeur du rhum envahit la pièce, lui faisant tourner la tête tellement cela faisait longtemps qu'il n'avait pas eu accès a la boisson, lui faisant presque oublier la souffrance! Presque...

Ozwald but une longue gorgé d'alcool avant de lui tendre la bouteille, et la, les yeux bleus pales et humide de Wilhelm s’allumèrent, brillant comme si des étoiles y avaient soudainement élues domicile.
Vraiment..? Il avait.. le droit?

Cette fois, de vrais larmes dévalèrent ses joues, mais il ne savait pas vraiment pourquoi! Ces larmes la, elles étaient chaude! Elles réchauffaient le cœur! C'était étrange.
Il attrapa la bouteille offerte, fixant son collègue comme s'il s’agissait d'un saint.

"M.. Merci m'sieur Avery."

En un instant, il sembla que tout fut oublié.
La violence, la bagarre, la punition, le sang...
Il n'y avait plus qu'une bouteille de rhum partagée entre deux pirates.
La fraternité.
Wilhelm porta le goulot a ses lèvres, buvant avec avidité! Il dézingua facilement la moité de la bouteille d'un seul coup.
Sacrée déscente.
C'est qu'il avait soif, le flibustier.
L'alcool et l'amitié!

DogFish avait été humilié! Marqué du sceau de la stupidité.
Ses yeux se posèrent de nouveau sur la blessure maintenant nettoyé, toujours brulante, sa peau lui tirant affreusement.
FOOWL.
Au moins, maintenant il saurait écrire et lire ce mot...
Peut être.

Une humiliation mérité, du moins c'est ce qui lui semblait.









Sourire de l'Enfer



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Pirate
Anonymous

Invité



Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine Empty
MessageSujet: Re: Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine   Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine EmptyJeu 5 Mai 2016 - 10:33

Le Pied Beau avait bu. Et ça, pour boire, il avait bu! Une traite, une gorgée, et c'était la moitié de la bouteille qui s'était déversée dans son gosier sec comme le désert du Sahara. C'était la dernière bouteille de rhum d'Oz. Un des meilleurs rhums. Pourtant, il ne dit rien, et son regard creux fixait juste son collègue, le regardait se rincer la bouche. Une sorte de sourire un peu grimaçant naquit sur sa bouche. On en voyait plus beaucoup des gens heureux, par ces temps chauds comme les braises de Satan.

Alors comme ça, DogFish ne lui en tenait pas rigueur? Vraiment? Oswald ne savait que trop en penser. S'il se faisait des idées, si DogFish pardonnait vite. S'il avait eu un comportement adéquat, ou s'il avait commis l'irréparable. Le cuisinier s'humecta lentement les lèvres du bout de sa langue.
Il était bien pensif! Pourtant au fond il n'arrivait pas à se focaliser sur une seule pensée. Il pensait trop pour que la pensée soit réellement efficace. Avery sentait qu'il devrait s'en vouloir à jamais d'avoir mutilé ainsi un collègue, un ami, un frère, alors même que ce dernier avait l'air d'avoir déjà tout oublié.

Maladroitement, il tenta comme un geste d'affection vers son collègue, une tentative de l'enlacer exactement avant de se rattraper d'un froncements de sourcils.
Non, il n'était pas Zane (où il était passé ce con là, d'ailleurs?).
Il n'était pas une pucelle en chaleur.
Il n'était pas un putain de pédé.
Qu'avait-il failli faire là?
Bourru, il toussa un peu, et finit par asséner une tape brutale mais amicale sur l'épaule du Traqueur.

Allez, dégage maintenant. lâcha-t-il froidement.

Il se releva sur ses jambes un peu tremblantes, releva DogFish aussi, et sans un mot il prit un seau et un balai. Voilà qu'il faisait le taff des femmes maintenant. En même temps il n'allait certainement pas faire rentrer cette pisseuse de Jimmy dans sa cuisine, fallait pas rêver. Il savait garder une certaine dignité. Oz ouvrit un battant de la porte, et d'un geste de menton indiqua la direction à prendre pour son camarade.
De-hors.
Qu'il foute le camp, et vite.

Lorsque ce dernier fut sortit, le cuistot put s'atteler à l'effacement d'un meurtre.
Il n'était pas si sûr que DogFish avait compris la leçon, mais il s'en persuadait. Il était pas si con que ça?

Ce fut avec une certaine rancœur qu'il épongea les tâches de sang sur le parquet.
Tous des connards ingrats.
Revenir en haut Aller en bas
Wilhelm DogFish
Wilhelm DogFish

☠ Matelot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 1147
✘ SURNOM : Le Pied-Beau
✘ AGE DU PERSO : 25/30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 4/5
✘ LIENS : Fiche
et Collection
Chansons et débris de mémoire

Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine Empty
MessageSujet: Re: Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine   Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine EmptyDim 8 Mai 2016 - 6:35

Wilhelm était resté un instant immobile et silencieux, la bouteille toujours en main, la regardant fixement, l'air absent, et ce fut Oz qui le tira de sa brève rêverie, lui assenant un grand coup amical sur l'épaule.

"Allez, dégage maintenant"
Fit le cuistot tout en se relevant, attrapant le bras valide du traqueur pour le relever aussi avant de se saisir d'un balais et se se mettre a tout nettoyer, laissant un Pied beau silencieux le regarder, l'air interdit.

La casserole finit par repousser l'un des battants de la porte de sortie, faisant un geste du menton équivoque lui indiquant qu'il était temps pour lui de se tirer, et après quelques secondes d’hésitation, les yeux pales de DogFish allant et revenant de la bouteille qu'il avait toujours en main a Oz, puis a la porte, le blond finit par la déposer sur le sol, encore pleine du quart de rhum, sagement, avant de tourner les talons et de disparaitre de la vue du maitre coq.

Son bras lui faisait atrocement mal, mais il lui semblait, alors qu'il quittait la cuisine sans se retourner, que déjà, cette marque faisait partie de lui et de son identité.
Une cicatrice de plus sur son corps lacéré.
Une histoire de plus qui avait tranché sa peau, le marquant a tout jamais.







Sourire de l'Enfer



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ombre
L'Ombre



✘ AVENTURES : 2107

Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine Empty
MessageSujet: Re: Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine   Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine EmptyJeu 22 Sep 2016 - 15:25

The End


Quelle amitié peut se vanter, si il le faut,
De n'avoir jamais bravé tempête et gros mots,
On s'emporte certes mais pour mieux s'embrasser,
Ainsi sont les hommes, surtout lorsqu'ils sont bourrés.


FIN DE L'AVENTURE




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org
Contenu sponsorisé




Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine Empty
MessageSujet: Re: Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine   Planqué au fond d'un placard/ d'une cuisine en ruine Empty

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fond d'écran
» Fluff sur Commorragh
» bouclier divin
» Venir à bout du Kult d'la vitess Orks
» Wallpapers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Mer Imaginaire :: Le Jolly Roger :: Les Cuisines-