Partagez
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Flower
Flower

♣ Diplomate ♣


✘ AVENTURES : 125
✘ SURNOM : Le pacifiste
✘ AGE DU PERSO : 12-13 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 2/3
✘ LIENS : You may say I'm a dreamer,
but I'm not the only one.

[Mission] Dead men tell no tales Empty
MessageSujet: [Mission] Dead men tell no tales   [Mission] Dead men tell no tales EmptyMer 20 Jan 2016 - 22:57

Ordre de mission:
 
[Mission] Dead men tell no tales Tumblr_n7lvaxEPgw1sin4f5o1_500

Flower tapotait nerveusement le sol de son bâton de marche en observant les environs. Il y avait plus d'une heure, il avait accueilli son partenaire du jour comme il avait accueilli l'ordre de mission : avec un grand sourire crétin et un vague geste de la main qui pouvait signifier "peace" comme "ça va être cool, man". Ils avaient quitté le Grand Arbre sous une chaleur écrasante. Sans se presser. Il faisait vraiment trop chaud. En chemin, Flower regardait ses pieds, ou plutôt ce qui aurait dû s'y trouver, sans voir la moindre petite fleur. Cela l'attristait, mais c'était aussi la raison pour laquelle ils entreprenaient cette mission : trouver de l'eau. L'eau, c'était l'espoir. Sans eau, il n'y avait pas de fleurs, et sans fleurs il n'y avait pas de vie, man. C'était l'équilibre de la nature qui se brisait, le cercle de la vie qui n'était plus qu'une route droite et longue les menant vers... quelque chose de pas cool. Alors Flower avait soulevé son derrière paresseux d'un des derniers coins d'ombre dans lesquels il passait son temps à dormir, écrasé par la chaleur, pour participer au sauvetage de l'humanité hippie du Grand Arbre.

C'était presque héroïque.

Sauf que c'était Flower. Flower et son pagne, son bâton de marche et... pas grand-chose d'autre, en fait. Trop chaud pour le pull. Plus tellement de fleurs pour s'en faire des couronnes. Quelqu'un lui avait dit de mettre des chaussures "au cas où", mais l'information était entrée par une oreille et sortie par l'autre, fuyant l'arc-en-ciel psychédélique qui bourdonnait entre les deux. Par contre, le rouquin avait fait son job de Diplomate – pensait-il – en emmenant une petite sacoche avec lui, qu'il portait en bandoulière et tapotait de temps en temps pour s'assurer que son contenu était toujours là. C'était très important, et très précieux. Une offrande pour les gardiens de la mare... quels qu'ils soient.

À présent qu'ils étaient entrés dans le Domaine d'Halloween, moins sombre que d'ordinaire mais baigné d'une lumière glauque d'entre-deux, le cimetière non loin et leur objectif certainement à portée, Flower était moins... moins cool. Il s'humecta les lèvres, ce qui était difficile, la bouche sèche, et tapota encore un peu son bâton sur le sol. Il n'osait pas regarder son comparse, parce que plus il le regardait et plus il trouvait qu'il collait tout à fait à l'endroit. Ce qui n'était pas une pensée très peace et cool.

"Bon."

Il renifla. Il avait besoin de tirer une taffe. Il força sa voix à prendre le ton traînant habituel, pour ne pas trahir son malaise :

"C'est toi qui a la carte, man ?"

Il supposait qu'il y avait une carte. Il n'était pas Eclaireur, mais ça devait être le job de Death de savoir où chercher maintenant. À lui, Flower, on lui avait juste dit d'aller au cimetière et de négocier l'utilisation d'une mare. Ce ne seraient pas les morts qui en auraient besoin, ils étaient déjà tellement... ben... morts ? Flower frissonna malgré l'atmosphère étrangement moite des lieux. Tout ça, c'était peut-être un peu trop... vide de vie pour lui.








❀ All you need is love ❀

✾ Playlist de Flower ✾

Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Death
Anonymous

Invité



[Mission] Dead men tell no tales Empty
MessageSujet: Re: [Mission] Dead men tell no tales   [Mission] Dead men tell no tales EmptyJeu 21 Jan 2016 - 12:57



Dead men tell no tales

with Flower





Spoiler:
 


S'il y avait une créature sur l'île qui envisageait la canicule avec un semblant d'espoir résigné, c'était bien Death. Au fil des jours submergés par la joie constante de Peter, de plus en plus d'enfants s'étaient rapprochés de l'envol, battant leurs ailes frénétiquement et appelant à l'aide. Alors certes, il crevait de chaud, et sa peau pâle se marquait de brûlures dès qu'il allait siester puisqu'il n'y avait plus aucun coin d'ombre disponible à la ronde sans qu'une créature n'y loge déjà. Certes il avait du emprunter un chapeau aux raccommodeurs et essuyait son front de manière régulière, son nez droit palpitant de peine, les yeux embués de fatigue douloureuse. Pourtant il n'abandonnait pas ses objectifs et fixait le soleil avec un sourire presque tendre, le saluant comme on saluerait un miracle fait par Dieu.

Hélas, il lui arrivait parfois de faillir. Il rêvait bien souvent à la fraicheur temporaire des cachots, quitte à commettre une bêtise pour se faire. Et le jour où Stealth l'avait fait appeler au nom de Peter, Death avait bien cru qu'on lui offrait sa chance de prendre un peu de bon temps là-dessous. Mais non, il avait fallu qu'entre tous les éclaireurs de l'Arbre, on l'avait choisi lui pour aller chercher de l'eau. Une vengeance mesquine de Bow à n'en pas douter et si le regard de Death s'était brièvement assombri de contrariété, il n'avait pas tenté de répliquer. Acceptant son sort en maugréant mentalement sur sa chef qui aurait été bien plus à même de filer ventre à terre combattre des goules et se mettre en danger comme elle avait l'habitude de faire. Et supposant, un bref instant, que Squint ne serait pas trop mal ravi d'échanger sa place contre la sienne, s'il le lui proposait.

Ayant retrouvé Flower, une carte en poche, un sac sur le dos et son éternelle lassitude accrochée au visage comme un masque, il s'était trainé le long des chemins escarpés menant à la Sylve Obscure. Les bois succombaient peu à peu sous l'ardeur des flammes solaires et il y avait, entre les clairières, des percées de cendre, vestiges des récents incendies d'un esprit feu devenu incontrôlable. Pourtant, il demeurait encore de l'herbe, qui craquait sous leurs pieds, jusqu'au moment où ils atteignirent l'orée de la forêt d'Halloween. Comme si un sortilège avait été jeté à leurs frondaisons, il semblait y faire plus sombre, plus froid aussi.

Simple impression.

Là bas, il n'y avait qu'un silence frissonnant. Et des silhouettes à chaque angle de son regard qui disparaissaient aussitôt que ses yeux cillaient vers elles. Il y avait des grincements lugubres dans les branches et des ricanements moqueurs à la moindre brise. A ses côtés, dans son pagne et armé de son bâton, Flower était une tâche rousse beaucoup trop visible, comme une proie au centre d'une cible.

Mais bientôt, il n'y eut plus que le cimetière. Comme sorties tout droit d'un cauchemar d'enfant, les tombes se dressaient, loin au devant du château qui n'était qu'une vague silhouette dans un lointain flamboyant de sang. Toutes étaient encadrées de statues horribles à en être grotesques, visages défigurés de gargouilles, corbeaux de marbre aux ailes étendues et croix biscornues, à moitié fêlées. Les noms y étaient flous, comme ils le sont parfois dans les rêves. Mais Death franchit la barrière avec l'impression de retrouver un semblant de maison.

La fascination pouvait s'exercer dans les deux sens. Et ce fut un regard presque ému qu'il lança à ce nouveau plateau de jeu, les mains enfoncées dans ses poches et l'oreille attentive aux paroles de son compagnon de mission.

Si son physique lui faisait ressembler aux vampires vivants au Manoir, Death n'avait pourtant pas la moindre affection pour ces créatures qui bravaient la Mort et son Néant pour retrouver une certaine existence. C'était dans la lignée des manières de Pit et de son goût prononcé pour les cuirs des gamins. Un moyen de perdurer le rôle selon les règles du Grand Marionnettiste, qu'importe le danger du Croque-Mitaine et l'ombre qui pesait encore sur Pan, depuis la Grande Nuit sans fées.

Se détournant d'une tombe ornée de griffures lugubres - certainement les marques d'une atroce bestiole - Death ne répondit pas tout de suite à la question de Flower. Sortant de sa poche, non pas la carte, mais son paquet de cigarettes, dont il tira deux clopes, rapidement allumées. En glissant une entre ses lèvres, il tendit l'autre à Flower. Puis inhala la fumée, regardant le ciel et la trace du soleil qui ne déclinait jamais, même pas ici.

« J'ai la carte oui... Mais je doute que nous en ayons besoin. »
Avec peine, il défit les boutons de sa veste, et tournant lentement sur lui-même, ajouta dans un murmure éreinté. « Je crois que nous avons été repérés depuis notre entrée à la Sylve. »

Pourtant, il finit par lui donner le parchemin replié jusqu'alors rangé dans sa poche, saisi sur les étagères de la cabane réservée aux éclaireurs. On y avait marqué les plus grands emplacements, mais Death n'avait qu'à y jeter un oeil distrait pour se repérer facilement.

« Il n'y a pas de lacs. Ou de puits qu'on ait repéré. » Son doigt squelettique se tendit vers l'Est du cimetière. « Autant nous promener... »

Certes, l'urgence les pressait, le destin des Perdus aussi car tous comptaient sur un nouveau ravitaillement. Death n'avait pas pris la peine d'emporter plus sur son épaule qu'une grosse outre en cuir de castor. Mais il ne comptait certainement pas se presser. Qu'importe les peaux que cela lui coûterait en son absence. Maudit Joker.







Dernière édition par Death le Jeu 11 Fév 2016 - 20:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Flower
Flower

♣ Diplomate ♣


✘ AVENTURES : 125
✘ SURNOM : Le pacifiste
✘ AGE DU PERSO : 12-13 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 2/3
✘ LIENS : You may say I'm a dreamer,
but I'm not the only one.

[Mission] Dead men tell no tales Empty
MessageSujet: Re: [Mission] Dead men tell no tales   [Mission] Dead men tell no tales EmptyMar 9 Fév 2016 - 16:43

Spoiler:
 

"Autant nous promener..."

Autant nous promener. Flower tira un coup sur la cigarette que Death lui avait généreusement offerte et se balança lentement d'un pied à l'autre pour faire un tour sur lui-même. La brume l'empêchait de distinguer autre chose que des formes floues après quelques mètres de distance, mais la vision du Diplomate n'était pas forcément plus claire en temps normal. Les arbres tendaient des branches griffues au-dessus de leurs têtes et l'air était pesant certes, mais légèrement moins étouffant. C'était une autre genre de suffocation. Elle venait de l'intérieur. Flower dut tout de même reconnaître que comparé au reste de l'île, la température était plus agréable et oui, dans ces conditions, on pouvait considérer qu'ils étaient en promenade. Rien à voir avec celles que le hippie faisait régulièrement pour cueillir des fleurs et glander dans l'herbe, mais tout de même. Ils étaient moins à plaindre que les Livreurs ou les Grimpeurs qui bossaient en plein cagnard.

Les Diplomates, de manière générale, ne se fatiguaient pas beaucoup physiquement. Flower exhala lentement la fumée par les narines et ouvrit la bouche pour parler. Une ombre passa juste à la frontière de son champ de vision et il referma la bouche, tira une taffe et se concentra plutôt sur la carte. Qui n'indiquait rien.

"Bon", répéta-t-il encore, la voix un peu rauque.

Il expira.

"T'as un bon sens de l'orientation, man ? On va se fier à ton instinct. C'est important, l'instinct." Il tira une taffe. "Ouais, man. Souvent ton cerveau te dit des trucs, de faire attention et, genre là y'a des goules et tout... mais au final faut écouter ton instinct. L'instinct, c'est le cœur qui parle, quoi. Et ton cœur te connaît mieux que ton cerveau. Ton cerveau, il a trop de logique pour ça et il emmène tes pas là où il faut pas, man."

Il hocha la tête pour lui-même, persuadé de la profondeur de ses propos. Dans sa tête en tout cas, c'était hyper profond. Tellement profond qu'on se demandait où il était allé déterrer tout ça. Il finit sa clope, l'écrasa sous la plante d'un pied tellement épaisse qu'elle en devenait insensible, et remonta la bretelle de sa sacoche en suivant vaguement la direction que Death indiquait. L'est. Mais vaguement, parce que le sens de l'orientation de Flo, lui, frôlait le zéro. Un peu comme son instinct de survie.

"J'espère que t'es pas armé, man", dit-il comme pour le prouver. "Faudrait pas leur faire peur, étant donné qu'on vient en paix et tout."

Heureusement qu'il pouvait écouter son cœur, hein.

"On a un plan ? Moi j'ai un plan. Si jamais on rencontre une goule, surtout on ne panique pas. J'ai un truc pour les calmer mais faut pas les effrayer sinon elles risquent de nous attaquer et ça serait pas cool, man."

Faut pas les effrayer. Comme si ce n'étaient pas Death et Flower qui venaient d'entrer sur le territoire de créatures monstrueuses suceuses d'énergie vitale. Non, non. Carrément pas. Flower n'était pas le touriste apeuré dans l'histoire. Il était déjà bien trop loin dans son petit champ de fleurs mental pour se soucier de sa survie.

Un craquement retentit sous ses pieds et il se retourna – il avançait à reculons jusque là, pour parler à Death – pour voir sur quoi il avait marché. Il souleva un pied. Hum. Ça ressemblait à...

"Oh, on dirait un petit animal mort", commenta calmement Flo de sa voix traînante.

Aucun problème. Aucun danger. Tout va bien. Il se mit à fredonner un air de Bob Marley. Il avait entendu dire un jour qu'on pouvait voyager partout dans le monde sans risquer de se faire attaquer si on portait un t-shirt de Bob Marley.

Buffalo soldier...

Dommage qu'il n'ait pas ça dans ses affaires.

Dreadlock rasta...








❀ All you need is love ❀

✾ Playlist de Flower ✾

Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Death
Anonymous

Invité



[Mission] Dead men tell no tales Empty
MessageSujet: Re: [Mission] Dead men tell no tales   [Mission] Dead men tell no tales EmptyJeu 11 Fév 2016 - 17:53



Dead men tell no tales

with Flower






L’indolence de Flower laissait pourtant filtrer sa nervosité en des œillades parfois trop vives pour son manque de réaction habituel. Death vit ses émotions se peindre, percer la pâleur de son visage comme des corolles de fleurs moites de sueur, et s’épanouir dans l’air au virevoltement léger de la fumée de leurs cigarettes. Le Sinistre ignorait s’il disposait réellement d’un bon sens de l’orientation – mais il avait toujours su retrouver la trace de l’Arbre et c’était sans doute le plus important. Il se contenta toutefois d’hausser une épaule, peu disposé à le rassurer et à le combler dans ses attentes, mais incapable de répondre par la négative. Certes toutes ces histoires d’instinct et d’émotions ne le concernaient pas vraiment. Mais Flower insistait toujours au sujet de son cœur et de ses sentiments, comme pour secouer son âme et redémarrer la machine de sa vie qui ronflait pesamment. Inutile, mais surprenant.

Autour d'eux cela souffla, un vent sans fraîcheur. Un vague son chuintant.

Death inspira une nouvelle latte, et préféra se taire que de lui marmonner qu’à l’Arbre, peu croyaient en l’existence de son cœur de toute façon. A pas d’araignée lente, il suivit l’Est, épaulant Flower dans ses diatribes peu rassurées. Il n’était pas armé – ne l’avait jamais été, à quoi bon se défendre si la fatalité se décidait enfin à le rattraper ? Mais murmura enfin, sifflant doucement entre ses dents, les sourcils froissés d’un vague mécontentement.

« Tu parles trop Flower. Cela va en attirer d’autres. » Seulement, les compagnons des « autres » étaient justement sur leur piste.

Les mouvements aux tombes s’intensifièrent, de plus en plus nombreux. Pourtant, le seul craquement audible provint de leurs propres pas. Sous le talon de Flower, un rat malchanceux à la peau en lambeaux leur lança une œillade presque surprise, impression renforcée par sa gueule béante, déboîtée. A partir de sa colonne vertébrale, la cage thoracique disparaissait, à moitié broyée par le pied du Diplomate. Chouette programme.

A ses côtés, plutôt que de se taire, Flower se mit alors à chantonner.

La main spectrale de Death bâillonna bien vite sa bouche. Et ses yeux se posèrent enfin sur celui qui vint à eux. A vingt mètre d’eux, la chose était là, immobile et silencieuse. Son visage – dissimulé par une capuche – laissait simplement voir deux grandes mèches de cheveux d’un blanc presque gris qui prenait des teintes rougeâtres sous l’éclairage ambiant.

Death cligna des yeux. La silhouette disparut.

Tournant lentement sur lui-même, l'éclaireur essaya de la retrouver. Mais au silence, il n'y eu rien que d'autres ombres, ainsi que le son du vent. Chuintant. De plus en plus fort. De plus en plus perceptible.

Comme des voix entremêlées. Qui se mirent enfin à crachoter, distinctement.

« Viande fraîche » « Viande fraîche » « Viande fraîche » « Viande fraîche »

« Flower. » Après tout, c’était lui le diplomate. Et Death recula d’un pas, les yeux fixés sur les ténèbres ensanglantées, distinguant mal les goules qui erraient autour d’eux, les encerclant enfin. Elles auraient pu être deux. Elles auraient pu être dix. Mais une seule suffisait sans doute pour mettre en pièce deux garçons perdus comme eux.

Le regard soudain morne et la bouche plissée, Death regretta l’absence de Stealth. Voulut décoller son pied du sol. Sentit quelque chose s’étendre à sa chaussure, comme un chewing-gum qu’on étirait. Baissa les yeux. Et vit la salive de goule s’accrocher à sa semelle, la retenir à l’herbe sèche du cimetière.

Dammit.

« Flower. Je suis piégé. »






Revenir en haut Aller en bas
Flower
Flower

♣ Diplomate ♣


✘ AVENTURES : 125
✘ SURNOM : Le pacifiste
✘ AGE DU PERSO : 12-13 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 2/3
✘ LIENS : You may say I'm a dreamer,
but I'm not the only one.

[Mission] Dead men tell no tales Empty
MessageSujet: Re: [Mission] Dead men tell no tales   [Mission] Dead men tell no tales EmptyMer 2 Mar 2016 - 10:05

"Tu parles trop Flower. Cela va en attirer d’autres."

D'autres. Oui. Tant mieux. Tant mieux, tant mieux ! pensait Flower. Après tout ils étaient déjà repérés, aucun d'eux n'était armé, ils ne comptaient pas fuir ou pire, se battre, n'est-ce pas ? L'avantage avec Death, c'était que dans sa grande résignation de la vie, il n'était pas combattif. Flower non plus, bien qu'il prônait une doctrine inverse. Et le Diplomate, dans son amour de la paix, jugeait plus efficace de rencontrer le plus de goules possibles ; la situation serait alors plus sûre pour eux. S'ils arrivaient à convaincre le groupe de ne pas les manger, le tour serait joué ! Mais Flower n'était pas sûr d'avoir l'énergie vitale et la force mentale nécessaires pour répéter l'opération sur toutes les goules qui essayeraient de se jeter individuellement sur eux.

Une ombre s'épaissit devant eux. Il lui semblait entendre un râle, répondant à sa voix qui avait soudain cessé de chanter. Il baissa les yeux sur la main de Death qui le bâillonnait. Mais lorsqu'il revint les poser sur l'inquiétante silhouette, elle avait disparu. Une petite brise se leva, faisant frissonner Flower qui n'avait plus l'habitude d'avoir froid. Le vent devint l'écho d'une voix, ou de plusieurs, qui prirent la forme d'ombres mouvantes.

"Viande fraîche" "Viande fraîche" "Viande fraîche" "Viande fraîche"

Son regard cherchait à se poser sur une ombre en particulier, sans succès.

"Flower."

Il sursauta comme si on l'avait piqué et leva les deux bras :

"Bonjou... soir. Nous venons en paix !"

Écoutez-nous avant de nous manger, voulut-il ajouter, mais il savait que cela ne tenait qu'à lui. Il allait devoir être rapide. Enfin, autant que possible. Flower n'aimait pas parler trop vite, ça l'empêchait de réfléchir correctement à ce qu'il allait dire. Et ce petit silence fut suffisant pour rapprocher les goules, curieuses et affamées, et pour laisser entendre qu'ils étaient piégés. Enfin, Death l'était. Flower se retourna vers lui, une expression incrédule sur le visage, avant de baisser le nez sur... ses pieds. Collés. Son apathie habituellement repris le dessus.

"Oh."

Il venait de se rappeler du conseil qu'on lui avait donné avant de partir. Regarde où tu marches. Et mets des chaussures ! C'était pour ça. Oui, oui. La bave de goule avait des vertus euh... collantes ? Bref, c'était la cacade. Flower avait intérêt à pas poser ses pieds n'importe où lui aussi. Il se retourna vers les goules, du moins celles qu'il pouvait distinguer dans cette semi-obscurité – leur amour du camouflage n'aidant pas – et baissa leeeentement les bras jusqu'à sa sacoche, afin de ne pas avoir l'air menaçant. Comme si elles pouvaient s'effrayer au moindre mouvement...

"J'ai quelque chose pour vous. Une offrande ou... un cadeau. C'est pareil, man. Non ?" À gestes précautionneux, il ouvrit le sac et sortit ce qui ressemblait à une couronnes de fleurs, mais séchées. "C'est difficile de trouver de quoi faire une jolie couronne ces temps, je me suis vraiment donné du mal, man ! Alors elle est un peu séchée mais... ça vous ira très, très bien."

Il avait l'impression de parler comme un Raccommodeur ou de s'être soudain transformé en agent de la fashion police. Une couronne de fleurs séchées, mais c'est magnifique mes chéris !
Si c'était la seule inspiration qui lui venait ils étaient mal barrés.

Flower tendit tout de même les bras pour déposer, à quelques pas de là, la couronne en offrande. Il s'était dit que les goules étaient, comme toutes les créatures vivan- mortes-vivantes (?), assurément dotées d'une sensibilité. Il fallait la trouver, cette sensibilité, mais il y avait forcément une corde sensible sur laquelle appuyer, en dehors de la chair fraîche qu'ils ne pouvaient leur offrir – oublions que Death était coincé, imaginons un instant qu'ils voulaient tous deux s'en sortir entiers – aussi le Diplomate avait-il réfléchi, beaucoup, pour parvenir à cette conclusion : non seulement offrir une couronne de fleurs était pour lui un acte symbolique très important, mais en plus, les goules devaient aimer les fleurs ! Les cimetières, c'était plein de fleurs. Les goules aimaient les cimetières. CQFD.

"Ça, c'est de la violette", commenta Flower en détaillant son présent. "Pour l'humilité, parce qu'on vient en paix. Ça, c'est de l'anémone parce que ça représente la mort un peu, et je sais que vous êtes à fond sur ce genre de trucs. Et ça, ce sont des pâquerettes, parce que c'est tout ce qui me restait. La canicule est super difficile, man. On en souffre beaucoup et je sais que vous aussi, vous préférez quand c'est plus frais, lugubre... et sombre. C'est pas très sombre ici, hein ?"

Flower avait repris sa place initiale en parlant, mais même si son débit était lent il sentait qu'il avait en quelque sorte l'attention des goules. Pas sûr qu'elles soient en train de l'écouter cependant, elles étaient plus probablement en train de le détailler de la tête aux pieds pour savoir dans quelle partie elles allaient planter leurs dents en premier. Le Pacifiste se retourna brièvement pour faire un geste en direction de Death : t'inquiète, je gère.

"Notre roi nous envoie proposer un accord entre nos deux peuples, man", conclut Flower afin de bien présenter la mission qui leur incombait. "Un peu d'eau en échange d'autre chose. Ce que vous voulez – à part euh... mon pote et moi. Le collier, c'est juste un symbole d'amitié. On a d'autres trucs chez nous. Par exemple des tentes pour faire de l'ombre !

Une ombre s'intensifia, prit corps dans une goule encagoulée très nette à présent, et dont les dents, très nettes aussi, brillaient sous l'obscurité de sa capuche. Sa démarche ou son... flottement ? avait quelque chose d'aérien, un peu titubant mais franchement décidé : c'était vers Flower qu'elle allait. Le Diplomate leva vivement les bras :

"Wow, ok man, vous m'écoutez pas mais réfléchissez : grâce à vous, on pourra survivre plus longtemps et on sera vachement meilleurs à manger ! Vous croyez qu'il est bon à manger ?" Il se retourna vers Death et pointa un doigt presque accusateur sur son squelette rachitique. "Que dalle, man ! Et moi non plus ! Regardez-moi cette peau sur les os... pas bon. Pas bon du tout !"

"Les goules veulent plus", siffla une voix.
"Plusssss", renchérit une autre.
"Bah oui tu m'étonnes que tu veux plus !" en rajouta Flower, compatissant dans sa comédie – qui n'en était pas moins sincère.
"Les goules veulent un enfant bien gras."
"Euh..."
"Bien gras."
"Je suis à peu près sûr qu'on a plus ça en stock."

Il jeta un regard incertain à Death, comme pour en avoir la confirmation, mais fixa en vérité ses pieds. Il espérait qu'il avait eu le temps de délacer ses chaussures et de s'échapper de la bave, ou de sortir un dictionnaire goule-humain de sa poche, pourquoi pas, parce que gagner du temps était la seule chose que lui, le Pacifiste, avait réussie à faire jusqu'à présent. C'était son rôle après tout. Parler. Flower était quand même satisfait d'avoir réussi à entamer une vraie conversation qui se répondait... à peu près. Les goules l'écoutaient... elles n'étaient peut-être pas si effrayan- affamées que cela ! Mais si elles comptaient se rassasier de leur énergie vitale, alors elles ne les avaient pas bien regardés. On faisait plus énergiques que ces deux-là.








❀ All you need is love ❀

✾ Playlist de Flower ✾

Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Death
Anonymous

Invité



[Mission] Dead men tell no tales Empty
MessageSujet: Re: [Mission] Dead men tell no tales   [Mission] Dead men tell no tales EmptyMer 2 Mar 2016 - 20:26



Dead men tell no tales

with Flower





Vous connaissez l’histoire de l’éclaireur qui se trimbale le seul diplomate capable d’offrir des couronnes de fleurs séchées à une bande de goules affamées ? Parce que c’était très exactement la scène surréaliste à laquelle Death était entrain d’assister.

Les deux pieds collés à de la bave de monstre, le regard éteint, ce dernier contemplait la tentative – assez pathétique mais pourtant attendrissante – du rouquin pour convaincre ces odieuses bestioles d’Halloween de ne pas les béqueter tout crus, les bras ballants et l’esprit aussi vide que celui d’un homme sous anesthésie générale. Il se sentait apathique, incapable de l’interrompre ou de soupirer de détresse face à ce cinéma ambulant. Se contentant de l’écouter déblatérer et déblatérer encore au visage des monstres, certains perplexes, d’autres sourds à l’argumentaire. En quoi des fleurs allait-il les aider à survivre, gage de paix ou non ?

Les goules ne voulaient pas vivre dans un monde de bonheur et d’insouciance, main dans la main avec leurs colocataires humains de l’île. Les goules n’avaient pas d’autre essence qu’un appétit sans faim. Pesamment, le Sinistre leva une jambe, puis une autre, glissant ses pieds hors de ses chaussures. Demeurant en chaussettes maintes fois rapiécées par la main de la mère des éclaireurs. Et se mettant docilement de côté, avant de se pencher pour récupérer ses souliers. Il dut tirer, et l’effort, en plus de la chaleur, lui fit vite tourner la tête.

Un moment de latence bien vite coupé par l’haleine d’une bestiole sur sa nuque. Death fronça les sourcils, et se tournant vers la goule, s’écarta d’un pas, manquant de lui envoyer la chaussure droite au museau histoire de lui apprendre à ne pas renifler le buffet à volonté de trop près.

« Je ne suis pas certain qu’ils soient sensibles au langage des fleurs, Flower… » Même si le bouquet était bien confectionné, et le choix des plantes vraisemblable, judicieux. Death vint cueillir une anémone, distraitement. La planta dans la chevelure du rouquin. Et leva les yeux au ciel pour fixer cet œil sanglant que le soleil posait sur eux.

C’était peut-être l’heure de mourir.

« Ni des tentes d’ailleurs. Pourquoi auraient-elles besoin d’ombre ? Elles sont mortes… » Les petites veinardes. Mais incapable de comprendre qu’il taillait le plan de Flower de critiques acerbes, Death finit par fermer les yeux, le laissant juger la valeur de leur viande. Comme si cela allait empêcher ces boulimiques de leur ronger les os, faute de trouver d’autres victimes à étreindre en ces temps troublés.

Enfin, ce n’était pas faute d’essayer et pour sa diatribe valeureuse pleine de commisération feinte, Death offrit à son comparse diplomate un bon point mental. Il n’était pas de cette branche pour rien, c’était déjà ça.

Hélas, les goules voulaient plus.

« Pas de garçon gras. Pas de garçon tout court. Nous mourrons tous, de fait. Pas de vivants, pas de nourriture. »

Les goules feulèrent autour d’eux, et l’une d’elle tendit ses doigts crochus en direction de l’épaule de Flower. Sans geste vif, Death le ramena à lui, glissant sa propre main squelettique autour de son avant-bras. Les chaussures toujours à la main, les yeux noirs se rouvrirent pour fixer le faciès de ce semblable décomposé.

« Pas de vivants. Pas de nourriture. » Répéta-t-il soigneusement.
« Vous vivants… » Chuchota une goule. Rampant dans leur direction. « Vous repas. »

Ils tournaient en rond.

« Deux pièces rapportées, tristement apathiques. Et avec ce que nous fumons régulièrement, notre carne ne doit pas bien être bien goulue. »
« Vous vivants… » Protesta la goule. Et un effleurement lui chatouilla les reins. Avant que Death ne s’écarte à nouveau.

« Mais que valent deux squelettes contre une offrande régulière ? » Avait-il envie de vivre, finalement ? A moins que la perspective d’une mort lente et douloureuse en étant broyé entre les machoires de ces choses ne lui paraisse finalement pas plus tentante que cela. Death haussa une épaule pour lui-même.

Et de manière surprenante, bailla.

« Il y aura tant d’enfants à bannir, plus tard. Nous pourrions vous les mener. Ici. » Sa main caressa une mèche de cheveux de Flower. Ses yeux noirs se firent rêveurs. « Et l’eau les aura rendu bien portants. Mieux que nous. Les prochains bannis, contre une gourde. »

Puis plus bas, il souffla à l’attention de Flower.

« Je ne peux rien proposer de mieux… »

Plus tard il lui expliquerait le concept de mensonge. Si les goules tombaient dans le piège, évidemment.






Revenir en haut Aller en bas
Flower
Flower

♣ Diplomate ♣


✘ AVENTURES : 125
✘ SURNOM : Le pacifiste
✘ AGE DU PERSO : 12-13 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 2/3
✘ LIENS : You may say I'm a dreamer,
but I'm not the only one.

[Mission] Dead men tell no tales Empty
MessageSujet: Re: [Mission] Dead men tell no tales   [Mission] Dead men tell no tales EmptyMar 15 Mar 2016 - 17:57

Les commentaires tout à fait pertinents de Death auraient pu décourager Flower, mais il continua vaillamment son discours. Il l'avait préparé et ni son comparse Éclaireur ni les goules affamées ne pourraient l'empêcher de dire ce qu'il avait à dire. Il essayait de ne pas trop réfléchir au fait que c'était sans issue, cependant. Quelle veine... On l'envoyait en mission de pacification contre des créatures qui ne voulaient pas la paix, pire, ne comprenaient pas la paix. Quel bien pouvait-il faire ? À part celui de se sacrifier pour laisser Death s'enfuir, peut-être. Mais Flower ne pensait pas à cela. Flower ne pensait pas à la mort. Flower avait beaucoup trop d'espoir en la vie. Trop pour s'en sortir intact, peut-être.

Il tâta ses cheveux et prit l'anémone que l’Éclaireur y avait glissé. Si le Diplomate était à fond sur la symbolique des plantes, il ne voulait pas savoir pourquoi Death avait choisi précisément cette fleur-là à caler dans ses cheveux. Pendant ce temps, l'intéressé tentait de mettre les choses au clair avec les goules :

"Pas de garçon gras. Pas de garçon tout court. Nous mourrons tous, de fait. Pas de vivants, pas de nourriture."

Flower regardait pensivement la fleur quand un frôlement le fit sursauter. Death attrapa son bras et le tira vers lui pour empêcher une goule de l'attraper. Elles se déplaçaient lentement, nota Flower. Elles ne semblaient pas pressées. Pourquoi se stresser, en effet ? Les deux garçons étaient déjà à leur merci. Flower déglutit.

"Vous vivants..." répétaient les goules malgré les explications de Death.

Cela ne marchait pas. Évidemment. Les goules ne comprenait pas. Peut-être même qu'elles s'en fichaient, des bien portants. Peut-être qu'elles préféraient les cadavres. Flower réfléchissait à toute vitesse, mais il n'était pas taillé pour la stratégie en situation de crise. Pas doué pour la stratégie tout court, en fait. Trop gentil pour penser à la seule offrande qui intéresserait réellement les créatures : eux. Death formula la solution à sa place :

"Mais que valent deux squelettes contre une offrande régulière ?"

Par chance, malgré l'état second dans lequel la trouille combinée à son apathie naturelle le mettait, Flower comprit immédiatement ce que cela voulait dire. Un sacrifice. Non. Des tonnes de sacrifices. Les Garçons Perdus en sacrifice. Il se tourna vers Death et le regarda avec des yeux ronds, comme s'il était complètement taré. Comme s'il le voyait pour la première fois, aussi, et réellement. C'en était presque fascinant. Death bailla – il bailla, ce con, et Flower sentit un mélange répugnant lui tordre l'estomac. Il avait envie de gerber. Il n'osa pas bouger lorsque Death toucha apparemment sans y penser ses cheveux. Comme si c'était lui qui s'apprêtait à le bouffer. Pourtant, il devait reconnaître qu'il y avait là les termes d'un marché.

"Les prochains bannis, contre une gourde."

Un marché.

"Le bad, man. Le baaad", souffla Flower, qui aurait vraiment souhaité y être, en plein bad.

Mais il avait beau se concentrer, les goules ne lui apparaissaient pas plus multicolores, le ciel plus psychédéliques ou son comparse moins sombre. Il déglutit et hocha brièvement la tête pour signifier qu'il avait compris. Il n'était pas rassuré pour autant. Il n'en revenait pas que Death ait eu pareille idée. Mais après tout... après tout peut-être que ce n'était pas si étonnant. Quand on pensait aux rumeurs qui couraient à son sujet...

Peut-être même que ça l'arrangeait.

Flower dut se faire violence pour ne pas saboter directement son plan. Sans avoir l'assurance de ses intentions... Il n'avait pas de meilleure solution. Il inspira à fond. Bon sang, ce qu'il était inutile !

"Des vivants et des cadavres, si c'est ce que vous préférez." Il déglutit. "Y'en aura pleins avec le temps, au Grand Arbre."

Il suffisait d'attendre. Laisser les enfants se dessécher. Laisser mourir tout le monde. Il fronça les sourcils et jeta un regard à Death. Il n'arrivait pas à croire qu'il disait ça.

"Mais nous, on peut vous les amener." Il doutait que les goules puissent sortir de leur cimetière, subir la chaleur étouffante de l'île et son soleil accablant, pour traîner leurs ombres desséchées jusqu'au repère des Garçons Perdus. "On vous les amènera si on peut remplir notre gourde. Si on peut repartir vivants. Sinon pas de chemin du retour, pas de message, pas de viandes fraîche ou morte, desséchée ou... bien portante", pour reprendre les mots du Sinistre.

Flower fit un pas sur le côté pour coller son épaule contre la sienne. Former un mur solide de Garçons décidés. Arrêter de trembler de la tête aux pieds. C'est là qu'éclata le bûcher.

"Trop faim", siffla une goule, qui se jeta sur ses jambes dénudées.

Flower leva le pied en se jetant vaillamment sur Death pour l'éviter – il ne savait pas vraiment à quoi il pensait, c'était pas comme si Death était un bouclier humain – lorsqu'une flamme éclata sur leur gauche, provoquant l'agitation des goules. Elles resserrèrent leurs rangs autour d'eux en sifflant, et l'une d'elle tenta de se jeter sur Death. Elle s'écrasa un mètre plus loin, et ce n'était certainement pas du fait de Flower. Un grand squelette venait de lui mettre un coup de tibias dans la tronche. Littéralement, le tibias. Il en avait un dans la main. Flower poussa un petit cri en voyant que des tas de squelettes s'étaient mêlés aux goules ; une musique entêtante, presque festive, les accompagnait, et ils portaient des torches. Et au loin, quelque chose d'autre flambait. Quelque chose de plus gros. Ça sentait le bois brûlé. Le grand squelette leva les deux bras au ciel, le tibias dans une main, un pied sur la goule qu'il avait repoussée.

"Bienvenue, bienvenue les amis ! Chut, tu casses l'ambiance", siffla-t-il en écrasant obligeamment la goule qui s'agitait sous son pied. "Quel plaisir de vous voir ! Vous êtes piles à l'heure pour le buffet."

Il prit Flower par l'épaule comme si c'était un vieil ami à lui avec qui il avait rendez-vous depuis des lustres et le Diplomate se tordit pour regarder par-dessus son épaule, par dessus le bras du squelette : le regard sidéré qu'il lançait à Death ne pouvait signifier qu'une chose :

"Oh le baaad, man !"

C'était, en effet, plutôt bad.








❀ All you need is love ❀

✾ Playlist de Flower ✾

Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
Death
Anonymous

Invité



[Mission] Dead men tell no tales Empty
MessageSujet: Re: [Mission] Dead men tell no tales   [Mission] Dead men tell no tales EmptySam 19 Mar 2016 - 16:25



Dead men tell no tales

with Flower





A défaut de boire de l’eau Flower se noyait dans sa promesse, lui lançant un regard effaré bien trop crédule pour que Death s’en formalise outre mesure. Les sourcils à peine froncés, ce fut d’un regard noir qu’il le poussa à reprendre la litanie de ses promesses, ce que le diplomate fit avec grande peine. Il distinguait bien l’horreur dans la voix de Flower d’avoir à bredouiller ce genre de traité de paix et le Sinistre doutait de l’efficacité de ces mots sur les goules affamées. De fait, c’était un quitte ou double, mais l’échec se profila bien vite quand lançant au diable leur demande de pacte, l’une des goules lâcha un appel qui alertèrent les autres estomacs sur pattes. Crocs en avant, la chose bondit sur Flower qui vint à nouveau se réfugier près de lui. Et Death, par réflexe plus qu’envie, le plaça dans son dos, faisant maigre rempart de sa carcasse, le regard cillant brièvement à la route barrée par les silhouettes des goules, toujours plus proches.

C’était foutu. Pas de chemin de retour. Pas de possibilité de se défendre. Un véritable piège à rat dans lequel les Perdus les avaient balancé. Peut-être un complot, peut-être une tentative de se débarrasser de deux gêneurs – quoiqu’il doutait Flower d’être autre chose qu’un dommage collatéral dans ce genre de cas.

Mais le miracle survint, par l’envol de la goule se rabattant sur leur flanc, heurtée par une chose qui apparue, blanche et droite – un foutu os. Un foutu squelette. Un tibia en main, le feu dans le dos, et la musique glissant jusqu’à leurs oreilles étouffées par les lamentations des goules qui se figèrent puis se regroupèrent.

Si la surprise et le soulagement le prirent aux tripes pendant quelques secondes, les propos de ce cadavre au corps léché le firent à nouveau douter de leurs chances de survie. Nul doute que le plat principal de ce buffet auquel ils étaient conviés n’était autre que leurs noms griffonnés sur la carte du restaurant. Froid de colère, Death baissa les yeux sur l’os, avant de fixer les orbites du squelette faussement aimable qui fit un pas de côté, leur montrant la route.

« Nous sommes là parce que Pan nous l’a demandé. » Osa-t-il, aussi ferme que possible, sans avancer d’un pas, protégeant toujours Flower.
« Oh nous savons, nous savons. » Assentit le squelette, opinant du chef avant de se montrer soudain songeur – étrange comme les expressions et les mimiques marchaient encore, malgré l’absence de chairs et de rides pour les leur faire comprendre. « Vous aurez peut-être de l’eau, si vous venez danser avec nous. Danser, cela ne coûte rien et nous manquons cruellement de divertissement ces derniers temps. La faute à la chaleur, même si elle nous dérange moins à nous qu’à vous autres, bien sûr. Vous voyez, nous avons pourtant un orchestre fabuleux. Composé essentiellement de tambours et d’instruments à vent. Nous les taillons dans certains corps, nous les perçons de trous et je dois bien dire que nous avons un goût inné pour l’harmonie, ici-bas. Venez danser. Je suis sûr que vous avez le rythme dans le sang. Vous aimez le jazz ? »

La musique des squelettes. Si entrainante qu’on ne parvenait plus à s’en défaire et qu’on mourrait d’épuisement, à finir par leur ressembler pour grossir les rangs. Death était au courant des rumeurs et le soupir qui manqua de percer à ses lèvres fut vite ravalé.

Non. Il ne finirait pas ainsi. Etre dévoré par les goules allait lui faire mal, certes. Très très mal. Mais terminer ici en pantin d’os et de musique, à faire la fête, à s’amuser, c’était absolument hors de question.

« Nous allons faire mieux que ça. Nous allons repartir, entiers. Vivants. »

Le squelette claqua des mâchoires – Ka ka ka ka ka – un rire ressemblant bien plus à claquement de mains qu’à autre chose de contagieux.

« A dire vrai, mon invitation n’en était pas vraiment une. » « Mais notre décision est prise. » Pas d’eau, bien. Mais pas de souffrance non plus.

Death bondit en avant. Le mouvement se répercuta au squelette qui recula, avec une étrange vivacité pour quelques chose qui ne tenait qu’à quelques ligaments. Mais la main refermée sur le poignet de Flower pour mieux l’entrainer, le Sinistre se glissa entre lui et un autre, profitant de leur proximité et du danger que le feu représentait pour les goules pour arracher aux doigts squelettiques une torche bien enflammée.

« Cours ! » Ordonna-t-il aussitôt au Diplomate, avant de lui passer le flambeau.

Spoiler:
 





Revenir en haut Aller en bas
Flower
Flower

♣ Diplomate ♣


✘ AVENTURES : 125
✘ SURNOM : Le pacifiste
✘ AGE DU PERSO : 12-13 ans

✘ DISPO POUR RP ? : 2/3
✘ LIENS : You may say I'm a dreamer,
but I'm not the only one.

[Mission] Dead men tell no tales Empty
MessageSujet: Re: [Mission] Dead men tell no tales   [Mission] Dead men tell no tales EmptyMar 26 Avr 2016 - 10:47

Flower était certain d'aimer les fêtes, les banquets, les feux de joie et le jazz. Il voulait approuver l'invitation du squelette mais la main posée sur son épaule glissait un frisson de lucidité dans son esprit perturbé. Que devait-il répondre ? Le squelette n'allait-il pas user de la force s'ils refusaient de le suivre ? Et il devait avouer que sa proposition pouvait fonctionner : de l'eau en échange d'une petite danse ? Flower n'était pas bon danseur – ses mouvements étaient trop mous et désordonnés pour suivre réellement le rythme d'une musique – mais il voulait bien essayer si cela pouvait lui permettre de remplir sa mission. Il était déçu que sa tentative diplomatique ait échoué avec les goules et, quelque part, les squelettes étaient moins effrayants.

Il savait ce qui se disait à leur sujet, bien sûr.

Mais il avait confiance.

"Le jazz est cool, man."

Death avait déjà démontré qu'il avait un instinct de conservation plus développé que lui, ce qui était ironique, n'est-ce pas. Aimait-il plus la vie que le Pacifiste ? Il répondit avec aplomb à l'invitation dangereuse du squelette :

"Nous allons faire mieux que ça. Nous allons repartir, entiers. Vivants."

"Le monsieur te demande pas ton avis", fit remarquer tout haut Flower.

Le rire – claquement de mâchoire ? – du squelette acheva de glacer son esprit dans une froide lucidité.

"À dire vrai, mon invitation n’en était pas vraiment une", confirma le chef des squelettes.

Ils allaient crever.

"Mais notre décision est prise."

Ils allaient vraiment crever.

"Cours !" cria Death en attrapant le Diplomate par le bras.
"De qu...?" bafouilla ledit Diplomate, son corps suivant naturellement le mouvement que son esprit n'avait pas encore intégré.

Et ainsi ils détalèrent en courant, esquivant les squelettes surpris, les goules effrayées et même les cailloux sous les pieds grâce certainement à la réactivité plus prononcée de Death. Flower se serait presque senti trahi dans leur nonchalance partagée s'il n'était pas conscient que le grand échalas à qui on attribuait un amour trop prononcé pour la mort venait de lui sauver la vie.

Certes.

C'était presque aussi peu étonnant que leur négociation échouée avec les goules, l'arrivée miraculeuse des squelettes et le présent diplomatique décalé de Flower. C'est normal à Never Never Land, comme dirait l'autre. Le rouquin eut tout de même une pensée attristée pour sa couronne de fleurs abandonnée. Elle aurait pu être utile ailleurs, parmi des âmes qui auraient su l'apprécier, elles ! Mais le Diplomate était encore trop effrayé par le danger auquel ils venaient d'échapper pour s'en formaliser. La fuite et l'échec laissaient dans sa bouche un goût amer de clope froide.

"Ça craint", marmonna-t-il une fois qu'ils eurent mis assez de distance entre le cimetière et eux pour ralentir et reprendre leur souffle.

Fallait peut-être qu'il arrête la fumette, il avait les bronches décollées par une toux rauque. Flower s'assit pour calmer son palpitant paniqué qui semblait cogner entre ses côtes pour s'échapper. Il jeta un regard à son compagnon de mission sans oser dire tout haut ce qu'il pensait tout bas. Qu'est-ce qu'on va dire à Peter ? La question lui semblait absurde. Peter n'avait pas besoin d'eau. Qu'est-ce qu'on va dire aux autres, c'était ça la vraie question.


FIN DU TOPIC, ÉCHEC (ET MAT) DE LA MISSION
[Mission] Dead men tell no tales 2889707527








❀ All you need is love ❀

✾ Playlist de Flower ✾

Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
L'Ombre
L'Ombre



✘ AVENTURES : 2107

[Mission] Dead men tell no tales Empty
MessageSujet: Re: [Mission] Dead men tell no tales   [Mission] Dead men tell no tales EmptyJeu 28 Avr 2016 - 1:25

The End


La mission ne fut peut-être pas un franc succès,
Mais fit naitre l'entente du gris et du coloré !


FIN DE L'AVENTURE




Revenir en haut Aller en bas
http://neverneverland.forumactif.org
Contenu sponsorisé




[Mission] Dead men tell no tales Empty
MessageSujet: Re: [Mission] Dead men tell no tales   [Mission] Dead men tell no tales Empty

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The Walking Dead : le jeu
» MISSION COMMANDO
» [Jeu vidéo] - The Walking Dead
» Zombicide, off the dead, time line
» Nabaztag hazard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Never Never Land ★ :: Les Lieux Reculés :: Le Domaine d'Halloween :: Le Cimetière Lugubre-