Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mary
avatar

★ Mère des Soigneurs ★


✘ AVENTURES : 229
✘ SURNOM : La sanglante
✘ AGE DU PERSO : 13 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Apprends qui je suis avant de prier mon nom...

En cours :
Events divers et passés : ♠︎ ♥︎ ♦︎ ♣︎
Aventures finis depuis longtemps : ☁︎ ☁︎ ☁︎ ☁︎ ☁︎ ☁︎ ☁︎ ☁︎ ☁︎ ☁︎ ☁︎ ☁︎



MessageSujet: Permission de minuit   Dim 15 Nov 2015 - 17:03

Contexte du RP:
 


Mary avait été nerveuse toute la journée, sans trop savoir pourquoi. Depuis qu’elle avait trouvée la lettre, coincée entre deux étagères de l’infirmerie, elle n’avait qu’une hâte : c’était d’y aller. Même si quitter l’arbre après le couvre-feu était légèrement interdit. Enfin peut être. Probablement. Oh et puis merde ! Elle irait quand même !
Le soir, elle avait fait sa ronde comme d’habitude, vérifiant que tous ses enfants dormaient. Puis elle avait indiqué à Joy qu’elle était de garde cette nuit et que par conséquent, elle rentrerait tard. C’était habituel.

Elle s’enfuit rapidement dans la nuit pas si sombre que cela jusqu’aux portes du temps. En cercle près du grand arbre, sur chacune d’elle on pouvait lire un symbole. Mais un seul importait à la jeune fille. Elle passa devant les pyramides, le temple ou encore le château fort et arriva devant un autre type de château.
Poussant délicatement la porte, elle entra. Tout lui semblait noir mais dès lors qu’elle eut refermé, la lumière fut. Et elle découvrit une grande malle.

Poussant le couvercle, elle y trouva à l’intérieure des multitudes de robes, jupes, corsets et autres… Sur les côtés du coffre, il y avait un rangement spécial pour les (faux) bijoux et divers accessoires. Tout en bas, un dernier tiroir renfermait une quantité astronomique de chaussures.
Avec l’empressement d’une enfant, elle sortit les différents déguisements, les étudiant avec soin avant de les jeter par terre. Trop rose, trop de froufrous, pas assez joli, trop près du corps… Elle en lança ainsi plusieurs avant de mettre la main sur un corset.
La sanglante eut l’envie de l’essayer. Pas parce qu’il était utile, non. Son corps d’enfant pré-pubère était plat comme une limande (et cela lui convenait parfaitement) mais juste pour le fun. Elle ota sa robe, se sentit légèrement nue et la plaça à côté d’elle.
Le corset se noua tout seul, de manière à ce qu’il soit assez serré pour tenir mais pas trop pour pouvoir être libre de ses mouvements. Puis elle se remit à chercher.

Elle en trouva une qui lui convint parfaitement : toute rouge, avec des bijoux incrustés, qui formaient une ceinture puis remontaient au milieu jusqu’à son cou pour former un collier. Derrière, son dos n’était pas trop nu, le tissu sous le collier redescendant pour fermer. Elle était légèrement bouffante et on pouvait y voir des paillettes et des petits volants, faisant scintiller la robe. Seuls ses épaules étaient nues.
Oui, réellement, celle là lui plaisait beaucoup !
Elle agrémenta cela avec de longs gants rouges car cela la faisait ressembler à une dââââââme. Elle ne prit pas de boucles d’oreilles, cela lui faisait mal, mais choisit un petit diadème discret.
Elle trouva également un petit éventail et le garda, passant sa corde autour de son poignet.
Finalement, en guise de chaussures, elle mit une petite paire de ballerine noire, assez confortable pour danser.

Elle était parfaite ainsi. Elle posa sa robe et autres affaires dans un casier un peu plus loin qui se ferma automatique. C’était le plus en bas et à droite, elle le retrouverait facilement au milieu des autres.

Elle s’aventura derrière et arriva directement à la galerie des glaces. Que de beauté !
Tout n’était que dorure, belles peintures, sculptures raffinées, lustres cristallisés et miroir reflétant ces milles beautés. Elle put ainsi s’admirer et continua d’avancer.
Vers le milieu de la salle, un banquet était disposé. Les portes s’ouvraient vers la terrasse extérieure où plusieurs tables étaient disposées, prêtes à recevoir le thé avec leurs petits napperons, vases, tasses et théières. Il n’y avait encore personne mais la musique battait son plein.

Elle posa son éventail sur une table et remonta sa robe d’une main, telle une princesse. Marchant ici, se regardant à moitié dans les miroirs. Elle ne s’était jamais sentie aussi belle.
Un peu éloignée des meubles pour ne pas chuter dedans, elle tourna sur elle même. Sa robe suivait le mouvement, volant dans les airs. Oh, c’était si amusant !
Elle continua ainsi, dansant, le regard fixé sur le plafond. Ô le plaisir d’avoir la galerie des glaces pour elle toute seule !

Mais déjà, la seconde invitée arrivait…


Tenue de Mary:
 






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heaven
avatar

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 366
✘ SURNOM : La Mésange (Ou Panda Hero)
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Readyyy !
✘ LIENS : A smoky haze and bags under her eyes
Let all make way for our pinch hitter
It's really her, the Panda Hero
So long to our opponent's killer liner !

That's my secret garden...

Chante et délire en lightpink ~

MessageSujet: Re: Permission de minuit   Lun 16 Nov 2015 - 0:04


La lettre. Celle qui vous demande de vous rendre aux Splendeurs de Versailles, le soir même, après le couvre-feu... Heaven l'avait vue, cette lettre, coincée entre deux planches d'une des cabanes du coin des Récolteurs. Et, justement, ce fut l'occasion pour la Mésange de se changer les idées...
Après le travail du matin, elle passa son après-midi à prendre soin de son corps, du mieux qu'elle le pouvait. On disait qu'on ne pouvait entrer dans un de ces nouveaux mondes sans être déguisé. Heureusement, les déguisements en question se trouvaient derrière la porte menant à Versailles...

Le soir venu, Heaven manqua à l'appel. Elle avait juste déposé un mot sur le tas de coussins qui lui servait de lit, prévenant de son absence grâce à un magnifique mensonge : "Parc d'Attractions". Naturellement, qu'elle n'y était pas, au Parc d'Attractions, mais plutôt à cette soirée, si spéciale. Peut être que la lettre était magique ? Que seule elle, et une poigné de Perdus, avaient pu la voir ? Il n'y avait pas de destinataire, aucune information sur l'expéditeur, le pourquoi du comment, rien. Juste le lieu de rendez-vous, la date, et l'heure.
Enfin, "l'heure", c'est une notion floue, sur cette Île.

Le soir vint. Lumineux. En gait, ce n'était pas un ciel digne de la nuit... Mais qu'importe. Heaven se hâta se pousser la petite porte taillée dans l'écorce du bois, celle qui présentait la gravure d'un château, le plus luxueux. Derrière cette porte, il n'y avait que du noir. Une fois refermée, la lumière s'était allumée.
Un décor démuni. Une pièce sombre, avec, autour, des casiers. Au centre, une grande malle, qui voyait son contenu dispersé un peu partout autour... Tiens... Quelqu'un était passé par là, avant !
La Mésange ouvrit tous les tiroirs, tout ce qu'elle pouvait trouver. Bijoux dans un tiroir -du toc, faut pas rêver-, une panoplie de robes dans la malle, des chaussures dans un coin, et j'en passe... Elle rangea à la va-vite les déguisements éparpillés sur le sol, puis décida de se choisir quelque chose.

Heaven avait dans l'optique de trouver une robe au style gothique, elle adore ça. Et elle ne fut pas déçue lorsqu'elle finit par trouver son bonheur : une robe, longue, sans manches, rouge et noire. Enfin, "pourpre". Toute la robe était finement ouvragée : Sur la poitrine, un noeud rouge. La robe semblait s'ouvrir en deux, le dessus, rouge, s'ouvrant sur des rangées de froufrous noirs en-dessous. Le dos était découvert, jusqu'au milieu. La matière ? Du satin, n'est-ce pas !
Un sourire satisfait se dessina sur les lèvres de la jeune fille, alors qu'elle s'était sélectionné une paire d'escarpins noirs, un collier argenté, discret, et une fine tiare de la même couleur. Elle procéda sans attendre au changement de tenue, laissant ses cheveux onduler sur ses épaules et sur son dos. Il ne manquait plus que le maquillage, et tout serait parfait... Mais. Il n'y avait PAS de maquillage. Dommage.
L'adolescente rangea sa robe, ses ballerines et sa ceinture dans un casier en hauteur, le plus à droite, puis elle s'enfonça dans le noir...

Ambiance

Débouchant alors à la lumière, ce qui eut pour effet de l'éblouir un peu... Elle tituba, et failli s'emmêler les pinceaux -c'est que les talons, c'est casse-gueule- mais se rattrapa au dernier moment, retrouvant miraculeusement l'équilibre.
Lorsqu'elle ouvrit les yeux, Heaven se trouvait dans la Galerie des Glaces, du Château de Versailles. Ces grandes vitres, ces multiples statues dorées, qui s'alignaient tout le long du couloir, les murs de la même couleur qui faisaient rayonner la salle, ces lustres de cristal, et ce plafond... Ho, le plafond. Tout de peinture recouvert. Des scènes mystérieuses pour Heaven, finement ouvragées...
Elle se rappelait vaguement être venue ici, lorsqu'elle était dans le Monde Ordinaire. Elle était au collège, et ses parents l'y avaient emmené... La petite avait couru tout le long de cet immense couloir, observant chaque détail, chaque recoin. Elle était même restée un long moment à observer le plafond. Et elle respectait les restaurateurs. Le moindre petit détail, la moindre petite touche de peinture... Tout devait être parfait, et s'il y avait une erreur, il n'y avait pas possibilité de recommencer... Travail minutieux, qui requiert de patience, et application... Il ne faut pas trembler...
La Mésange s'arrêta devant une glace, où elle passa un certain temps à contempler son reflet. Elle réajusta sa tiare, laissant ses cheveux couler sur ses épaules et sur son dos, et, plongée dans un état comme euphorique, rempli de bribes de souvenirs du Monde Ordinaire, d'histoires de courtisans à l'époque de Louis XIV et de l'idée qu'elle se faisait de ce Bal, Heaven se mit à rire de bon coeur, en tournant sur elle-même, devant la glace, se laissant emporter par la musique et cette étrange joie qui la submergeait.

- Jamais ! Jamais, Roscoe, tu ne pourras faire quelque chose de si magnifique ! Même tes plus belles créations ne valent pas cette robe ! Ha ! Si tu étais là... Tu en serais vert de jalousie !

Elle se dirigea d'une démarche souple vers le milieu de la salle, où était disposé une grande table. Le bruit de ses talons résonnait dans la salle. Elle se sentait légère, si bien... Ha ! Si c'était ça, le Monde Ordinaire, elle aurait bien aimé y retourner ! Mais Versailles, c'est prestigieux... Et si inaccessible ! Les belles choses du Monde Ordinaire, comme celle-ci, ne sont malheureusement pas celles dont on peut profiter... Sauf, peut être, sur cette Île. Ça fait parti des belles choses...
Un regard à gauche, puis à droite, et... Mary.

Mary ? Que faisait-elle là ? Elle était apparemment la seule dans la pièce... C'était donc elle qui avait fichu tout ce bazar monstre dans la malle ? Ça ne fait aucun doute...
La Mésange passa près de la Mère des Soigneurs en lui adressant un signe de tête en guise de bonsoir. Poli, c'est tout, c'est le stricte minimum. Elle alla ensuite un peu plus loin, regardant qui arrivait...


La tenue d'Heaven:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jay
avatar

♣ Soigneur ♣


✘ AVENTURES : 66
✘ SURNOM : Le Geai
✘ AGE DU PERSO : 14 ans et demi

✘ DISPO POUR RP ? : Oui ♥
✘ LIENS : Fiche de lien: http://neverneverland.forumactif.org/t904-fiche-de-lien-de-jay

Présentation: http://neverneverland.forumactif.org/t901-jay-ou-la-petite-fille-qui-nourrissait-les-oiseaux-a-la-fenetre-fini

MessageSujet: Re: Permission de minuit   Lun 30 Nov 2015 - 23:42


Déjà vu...Tu avais cette impression Jay quand la fille t'avait pris des mains la lettre que tu avais trouvé sous ton oreiller. Déjà vu mais tu ne savais pas où. Déjà vu ce ricanement qui veut tout dire. Déjà vu  ce sourire que tu tenais à garder malgré l'humiliation. Déjà vu cette impression d'être inutile et incapable quand la fille sortit qu'elle t'accompagnait par « compassion ». Tu parles...Elle voulait surtout profiter de l'occasion mais toi Jay tu ne te doutais de rien, ou presque, tu avais comme une boule dans la gorge, une boule de douleur, une balle prête à être exploser, un ballon maudit mais tu ne t’avouais pas ta souffrance. Humble petite fille, stupide enfant bien trop généreuse qui en oubliait de se plaindre. Qui en oubliait ce « déjà vu ». La fille te poussa jusqu’à des portes, elle en poussa une et s'habilla en riant. Elle te jeta un bonnet dans un :
«  Toi ça devrait te suffire » , tu le pris entre tes mains et murmura un remerciement. Stupide. Et pourtant pas assez pour ne pas envier la robe rouge de ta camarade. Pas assez pour ne pas serrer les dents quand elle te dit qu'elle allait danser. Mais assez pour lui sourire et lui dire que ça allait être super.

Cependant quand elle vit Mary, la fille qui avait dû mal avec ta mère, bredouilla qu'elle était épuisée. Tu t'inquiétas Jay mais ne la suivis pas, à quoi bon ? Sans te l'avouer cela te rassurait. Tu roulas en dehors de la pièce et ouvrit la malle. Tremblante tu te penchas en tenant le fauteuil d'une main afin de ne pas t'écrouler. Tu en sortis une robe blanche, immaculée. Tes mains tremblaient Jay, mais l'envie était trop forte. Tu attachas tes cheveux blonds épuisés étrangement plus dociles aujourd'hui face à ton peigne. Tu enfilas les gants et la robe blanche après avoir enlevé ta robe bleu usée de tous les jours. Tu n'osais te regarder d'abord, puis tremblante, tu pris un miroir ovale du coffre et te scrutas dans son antre. Ton reflet t'étonna. Tu étais belle Jay, tu ressemblais presque à une femme. Étrangement cette pensée te fit rire.  C'était tout bonnement ridicule. Tu n'étais qu'une enfant, une gentille chiffonnière comme avait proclamé ta camarade. Tu étais bête Jay ou simplement blessée par un « déjà vu » inconnu.

Tu déglutis en regardant la porte mais tu finis par la pousser comme fière de faire ce pas seule, tu eus un beau sourire. Tout était  étincelant comme si on avait réuni toutes les constellations du monde dans une même pièce. Tu restas ensuite là regardant Mary, regardant Heaven. Elles étaient si belles ! Comme des princesses pensas-tu. Et là tu paniquas comme faisant tâche dans le paysage.Tu voulus prononcer des excuses, Jay , mais rien ne sortit, les astres, lueurs éphémères, t’avaient déjà happée. Et toutes ces glaces. Et cette musique qui venait dont ne sait où. Tu n'osais plus lever la tête de tes pieds nus ne gâchant en rien ta beauté de jeune fille inexistante à tes yeux. Tu devais retourner dormir ou a l'infirmerie, là était ta place. Et pourtant tu roulas d'un mètre ou deux t'enfonçant un peu plus dans le ciel terrestre, un nuit de terre, des étincelles par centaines. Et pourtant tu levas le regard et considéras de tes yeux azur un instant ton portrait dans une glace. Gravement tu te dis qu'il devait y avoir erreur sur la personne mais cette adolescente dans le miroir c'était bien toi...Étrangement cela te plut. Tu commenças à fredonner la musique qui faisait résonner les murs, tout bas, puis d'une voix un peu moins basse.

Toi aussi tu dansais. Même sans jambe tu dansais. Et la musique continuait inlassablement te faisant oublier tes doutes et tes peurs. Princesse parmi les princesses sans te l'avouer, petite colombe, tu étais heureuse. Ton cœur dansait au rythme de la mélodie qui te rendait vivante.

Tu te surpris à croire à un rêve. Tu savais devoir te réveiller mais tu ne fis rien pour. Tu n'en avais pas l'envie,  toi tu voulais continuer de danser en pensée, c'était une drogue que tu ne voulais pas stopper cette musique, ces lumières, ces éclats de bonheur.  Un poison qui avait déjà conquis ton cœur faisant chavirer ta tête.

Pour une fois, tu ne pensais plus aux enfants là bas à l’infirmerie. Le lustre, le parquet de soleil, les peintures d'univers, tout cela te rendait ivre. La vie de cette salle qui était tel l'univers t’enivrait et te rendait avide, presque égoïste.

Toi qui n'avais pas la force de te permettre de vivre habituellement. Sans doute demain, tu regretteras mais pour l'instant tu danses, les jambes cassées et tu t’émerveilles comme un aveugle en rêve, tu chantes telle une petite sirène muette chanterait, tu n'as pas les contraintes terrestres ici, tu  es libre, était-ce la vie ? Était-ce la mort ?

Tu ne le savais pas.

Tu te savais juste heureuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Permission de minuit   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Permission de minuit
» [RP] Un bain de minuit pas tres bonne idée !!
» Buffet de minuit?
» un bain de minuit pas tres bonne idée !!
» DEMANDE DE PERMISSION

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Grand Arbre :: Les Portes du Temps :: Les Splendeurs de Versailles-