Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Heaven
avatar

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 384
✘ SURNOM : La Mésange (Ou Panda Hero)
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Readyyy !
✘ LIENS : A smoky haze and bags under her eyes
Let all make way for our pinch hitter
It's really her, the Panda Hero
So long to our opponent's killer liner !

Chante et délire en lightpink ~

MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Sam 5 Déc 2015 - 21:54


Un sourire, soit... mais Heaven pouvais discerner, au fond des yeux de son interlocuteur, qu'il n'était pas content avec ça. Bah !
Elle haussa les épaules. Tant pis si cela ne lui plaisait pas. Après tout, elle avait donné sa réponse. Il demanda des précisions sur le côté négatif. Malheureusement pour lui, la Mésange ne voulait pas lui parler de ce sujet, par peur de laisser malencontreusement filer un de ses multiples surnoms, ou ceux de son acolyte. Ou encore ses craintes à propos de Bow. Ou encore des vacheries sur Fang. Si Pit savait quoi que ce soit à ce sujet, Heaven était bonne pour se mettre tout le Gratin à dos...
Par chance, la façon dont le Joker avait formulé sa question pouvait laisser répondre la jeune fille simplement, sans qu'elle n'ait à donner des détails. Elle se contenta alors d'un "Ouais.", dit nonchalament.

Silence, troublé par le rire du Chef des Raccommodeurs. Heaven leva les yeux au ciel, puis fit la moue. Elle avait compris une chose; lorsque Pit rit ainsi, c'est qu'il finit de dire quelque chose, ou qu'il s'apprête à parler. Et justement...

- Dis m’en plus. C’était quoi que t’as vu de négatif, juste avant, pour avoir peur ? Parce que là, tu me réponds en général. Mais ce donnant-donnant s’appliquait à maintenant.

Nouveau rire. La Récolteuse eut un air surpris, juste le temps de se dire "Merde ! Il demande des précisions sur les choses négatives..." avant de se rendre compte que ce n'était pas de cela dont le blond parlait. Elle faillit laisser échapper un soupir de soulagement, mais se ravisa. Qu'est-ce qui était le pire ? Devoir se concentrer pour éviter de prononcer ne serait-ce qu'un de ces surnoms dégueulasses qu'elle peut donner aux personnes qu'elle ne porte pas dans son coeur ? Ou bien devoir mentionner la chose qui lui avait fait peur, juste avant ?

D'ailleurs, qu'était donc cette chose ?

La Récolteuse réfléchissait, et avant machinalement pressé l'index sur sa joue. Elle essayait de se remémorer le contexte, mais elle n'eut pas réellement le temps de s'attarder sur la question, que déja, une nouvelle venait la remplacer :

- Et t’aimes pas du tout les petits bleus pour en venir à te ronger les ongles ? Que tu peux être fragile.

Ho, non... Il ne comprenait pas. Et heureusement.
Pourtant, il avait déja eu la démonstration tout à l'heure. La démonstration d'une Heaven câline, qui aime ce qui est beau... ce qui est bien fait... Et en l'ocurence, elle venait de se rendre compte que c'était bien le cas chez le Chef des Raccommodeurs.
Il se produisit la même réaction. Elle détourna la tête, mais cette fois, plaqua la main sur sa bouche, pour dissimuler le sourire venu étirer ses lèvres, jetant de temps à autre des regards en coin à la chemise ouverte. Il la cherchait, à réagir ainsi, il la cherchait... C'était sûr qu'il voulait voir sa réaction, il ne cherchait que cela...

Elle voulait les toucher, les tablettes de chocolat. Elle aurait pu, juste avant, en prétendant vouloir voir les hématomes de plus près, mais elle s'était retenu...
Du moins, elle se plaisait à penser qu'elle avait retenu Vivi. Pas elle. Pourtant, Vivi, ce n'est qu'une illusion qu'elle se crée...
Après tout, à cet âge là, il arrive de ne pas contrôler ses faits et gestes. De temps à autre, il arrive que l'on pense aux "trucs", aux beaux garçons... Tiens, mais justement ! Ce n'était pas le contexte, ça ? Après que la Mésange ait laissé divaguer son esprit sur ces fameux "trucs". Quelles idées tordues elle peut avoir...

- Tu me cherches... C'est ça ?

Sa voix tremblait un peu en disant ça, mais ce n'était pas de la peur... Elle déglutit. Le teint de nouveau aussi rouge qu'un homard bien cuit, elle se mordait la langue pour freiner toutes ses idées tordues, mais elle n'arrivait pas à stopper son flot de paroles :

- T'es assez niais pour pas te rendre compte que ce ne sont pas tes bleus qui me font détourner le regard ? Tu sais pas comment t'es fait, ou quoi ?

Elle avait failli ajouter "Je me retiens de toucher, tu sais ?" mais elle s'était stoppée net, sans aucune raison. Son regard était toujours détourné, mais elle continuait à jeter des coups d'oeil furtifs au torse du Joker, bleui par les hématomes.

- Ce que j'avais malencontreusement dit au début de la conversation se révèle être vrai, j'en ai la preuve, maintenant...

Elle faisait évidemment référence à l'appelation "joli garçon" du début de la conversation.
Le regard maintenant plongé dans les yeux de Pit, elle avait ôté la main de sa bouche, et avait maintenant l'index posé sur la lèvre inférieure. Elle ne cachait plus son petit sourire coquin... À quoi cela servait-il donc, maintenant ? Elle était grillée...








Merci !
- Joy
- Lou : 1, 2, 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit
avatar

♣ Chef des Raccommodeurs ♣


✘ AVENTURES : 719
✘ SURNOM : Le Joker
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ LIENS : Quelques fleurs perdues dans un fossé de cartes
le SWAG


MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Dim 6 Déc 2015 - 0:02

Là, le Joker eut une mine étonnée. C’était que la Poupée Déguisée le surprenait, intéressant.
Un gloussement. Comme s’il était satisfait d’entendre les mots de la Récolteuse, le sourire se fit fin, mais plus aiguisé, en quelque sorte.

Il était niais ? Vrai que de son point de vue, celui de la demoiselle, il devait en avoir réellement l’air. Et ce n’était pas tout à fait faux. Non pas qu’il soit modeste, ça ne collerait pas, il était juste… trop conditionné. L’esprit s’était habitué aux regards particuliers, mais pas ceux de la Mésange, des regards qui étaient affreusement malsains en un sens. Malsains, dérangeants, tabous, mais normalisés pour le tout juste pubère qu’il était à l’époque où tout avait commencé.
Il FALLAIT que ce genre de regard se pose sur lui, pour que sa belle-mère soit contente.

Cependant, évidemment, l’île dévorait les mémoires et n’en laissait que des miettes constituant les comportements.

Et Pit savait qu’il devait inverser les rôles, mais d’un autre, il savait aussi que ce genre de regard n’avait rien d’adulte.
C’était juste comme ça que ça se faisait.

Sinon, là, en ce moment… c’était plutôt qu’il cherchait Heaven, en effet. Il était aussi juste de préciser que le Chef ne s’attendait pas non plus à entendre tout ce qu’elle venait de dire. Il pensait déjà connaître le mode de comportement de la demoiselle.
Très bien, il fallait prendre en compte les nouvelles données. S’adapter à ce que la personne en face de lui souhaitait, il y avait un peu du passé là-dedans. Bien qu’il ne s’y plie plus forcément. Il n’arrivait pas toujours à tous lier à sa logique. Il manquait des bouts.

Les sourcils un peu haussés, toujours, les yeux d’absinthe soutenant ceux de la Mésange, Pit ne la coupa pas. Sourire en coin, plutôt fier d’avoir découvert une nouvelle facette.

Elle s’était cachée un peu le visage, avant, presque comme sa réaction précédente. Cependant, elle avait déjà expliqué le pourquoi. Et Pit comprit.

- Auh, je vois.

Léger sourire.
En réponse à celui de Heaven, bien que celui de la jeune fille soit plus… particulier.

Une fois sûr qu’elle avait fini, le Joker prit la suite.

- Je suis pas si niais, voyons, c’est surtout que la plupart des Garçons Perdus n’y penseraient pas en premier lieu je suppose. C’est pas tout à fait le style de la maison, non ?

Sourire un peu plus large.

- Je sais pas si je dois être ravi que tu penses ça de moi, mais disons que j’ai la vague impression que c’est pas moi qui l’ait voulu –Il parlait de son modelage-. J’ai même l’impression que c’est plutôt un outil. Et sinon, ouais je te cherche. Avoue quand même que j’ai pu voir un bon nombre d’expression sur ton visage en deux fois. C’est drôle, non ?

Léger gloussement.
Il jouait la carte de l’honnêteté. Il l’était, sauf erreur…

Comment procéder à la suite ? Pour que cela reste amusant ? C’était qu’elle avait des tendances câlines et intéressées, elle semblait assez lucide pour pas bêtement grandir rapidement. Ce qui permettrait au Joker de jouer un peu avec ces attitudes, par expérience, voir jusqu’où les limites iraient.

La légère boule d’angoisse apparaissait dans le ventre du Chef des Raccommodeurs. Quelque chose ressemblait trop à avant, mais quoi ? Le Bouffon du Tyran passa outre, il n’en avait que faire.

Il observa la Récolteuse sans dire un mot, il réfléchissait. Comment réagir face au sourire spécial de la Mésange ? Léger rire, il venait d’avoir des idées.
Pit se rapprocha d’Heaven, autant la faire éclater de rouge si possible. Mais il ne savait, franchement, pas du tout si ce serait possible.  

- Ça te donne des idées pour d’autres donnant-donnants ?


Léger rire. Sourire taquin. Il ne faisait que répondre à ce que l’interlocutrice faisait, non ?
Ça le titillait, de savoir jusqu’à quel point la Mésange pouvait aller. Rien que de la curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heaven
avatar

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 384
✘ SURNOM : La Mésange (Ou Panda Hero)
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Readyyy !
✘ LIENS : A smoky haze and bags under her eyes
Let all make way for our pinch hitter
It's really her, the Panda Hero
So long to our opponent's killer liner !

Chante et délire en lightpink ~

MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Dim 6 Déc 2015 - 1:41


Un air étonné. Surpris ? Oui, surpris, et aussi... Il y avait autre chose, de la satisfaction, dirait-on. Pit voulait-il à ce point que l'on s'intéresse à lui ? Ça avait l'air de lui faire plaisir, en tout cas, cela se voyait à la fois dans son sourire -qui n'est, en général, que de façade, ça Heaven l'avait bien compris- mais aussi dans ses prunelles...

- Je suis pas si niais, voyons, c’est surtout que la plupart des Garçons Perdus n’y penseraient pas en premier lieu je suppose. C’est pas tout à fait le style de la maison, non ?

- Non, non, c'est sûr...


Pui, c'est sûr que toutes les filles (prenont le cas des filles) ne cherchent pas à savoir si ce qu'il y a sous la chemise du gars en face est plaisant ou non à regarder. Parce qu'il y a des petites dans le lot, et que, déja, regarder comme le faisait la Mésange, c'est plus le domaine des adolescents... Quand on est petit, on pense à autre chose qu'au sexe opposé...
Enfin, Heaven ne cherchait pas non plus, au début, à savoir si Pit était bien foutu ou non... Parce qu'au début de la conversation, elle s'en fichait, tout simplement. Ce sont le hasard et les faux pas ont mené à cette situation.
Et puis au début, au tout début, il y avait Silver, et elle ne voyait QUE Silver. Le départ de ce dernier a permis à la jeune fille de s'ouvrir un peu plus au monde qui l'entourait, mais aussi -et malheureusement- elle avait aussi tendance à regarder les garçons de son âge... Mais c'était simplement pour des câlins, histoire de voir si elle pouvait ressentir la même sensation qu'elle ressent avec son proscrit, avec un autre.

Pit fit sortir Heaven de sa rêverie, alirs qu'il se demandaut s'il devait être content que la jeune fille lui ait fait une si gentille remarque. Il rajouta que ce n'était pas lui qui avait voulu que son corps soit ainsi, qu'il avait l'impression que c'était un outil, ce qui étonna un peu la Récolteuse. Était-ce dû à sa vie d'avant ? Si c'était le cas, à quoi cela pouvait-il bien rimer ?
Qu'importe, ce qu'il avait dit ensuite était bien plus intéressant. Le Chef des Raccommodeurs parlait des expressions de la Mésange, se vantant qu'il avait pu en voir un grand nombre, en deux fois, et il trouvait ça drôle.
ENFIN il disait ses intentions en face de la Récolteuse ! ENFIN, il était sincère. Bon, pour l'adolescente, cela n'avait rien de drôle, elle se savait expressive à un point inimaginable -Pit venait apparemment de le découvrir- et cela ne l'étonnait pas plus que cela. Après tout, elle a tendance à se mettre dans tous ses états pour un rien, donc bon...

Un temps, les deux se dévisageaient sans un mot.

Et puis, une autre réaction inattendue du Joker, un peu comme lorsque celui-ci avait brusquement serré la Récolteuse dans ses bras. Là, il s'était approché, près, tout près ! Et ce qu'il demanda encombra tout de suite l'esprit de la jeune fille de sujets grivois :

- Ça te donne des idées pour d’autres donnant-donnants ?

- Touché ! ~


Elle s'était laissé allé, un grand sourire plaqué sur le visage. Elle s'était pourtant retenue de toucher, jusque là, mais il semblerait qu'elle ne puisse plus d'avantage...
Sa main droite avait fini sur le torse de Pit, mais cette fois, aucun morceau de tissu ne séparait leur peau. Retour du petit sourire coquin, alors que la Mésange commençait à caresser ce qui s'offrait à elle, du bout des doigts, visiblement satisfaite.
Et puis, elle prit un air quelque peu pensif, perplexe, avant de déclarer :

- Mmmm... Silver, je me rappelle qu'avant, c'était une brindille. Peut être qu'il s'est endurci maintenant qu'il doit survivre en pleine nature ? Je vérifierai, la prochaine fois. J'aurais bien aimé qu'il soit un peu musclé, comme toi...

Inversement. Cette fois, ce n'était pas Pit qui était comparé à Silver, mais bien l'inverse. Elle stoppa net son petit manège, puis porta son intention sur ce qui trônait sur la tête du Chef des Raccommodeurs, et qui était brusquement devenu un jouet bien intéressant...
Se mettant alors sur les genoux, la Mésange se saisit alors des lunettes d'aviateur, serre-tête de fortune du Joker. Elle se retira, se recula un peu, puis les observa longuement. Pourquoi donc ne les avait-elles jamais remarquées avant ? C'est sympathique.

- C'est classe, ça. Tu les a eu où ?

Une question lambda, juste histoire de faire un peu la conversation.
Elle posa son nouveau jouet sur sa propre tête, puis mit correctement la visière sur ses yeux.

- Huston, on a un problème ! Charlie Tango demande autorisation d'aterrir... Mayday, mayday !

Elle se laissa délicatement tomber sur le dos, les bras écartés, mimant un crash d'avion. C'est ce qu'on appelle un coup de tens' puéril, peut être à cause de la chaleur, ou bien de la fatigue, ou juste pour s'amuser. Ou bien peut être même les trois raisons.
Elle lâcha alors un baîllement, mettant activement la main devant sa bouche (c'est irrespectueux, sinon !) pour l'étouffer. Elle reposa ensuite molement sa main sur l'herbe brunie par la chaleur et le manque d'eau. C'est que c'était même pas confortable, ça...








Merci !
- Joy
- Lou : 1, 2, 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit
avatar

♣ Chef des Raccommodeurs ♣


✘ AVENTURES : 719
✘ SURNOM : Le Joker
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ LIENS : Quelques fleurs perdues dans un fossé de cartes
le SWAG


MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Dim 6 Déc 2015 - 16:59

Donc, la Récolteuse savait plus ou moins ce qu’elle voulait ? ou non ? Au final, Pit était incapable de le savoir.
Juste, il était encore en train de chercher à comprendre sa propre manière de penser. Pourquoi, avait-il toujours cette impression d’incomplet dans la situation ? Le passé, mais encore et toujours, aucune idée de ce qui était là avant.

Il se laissa faire, ce n’était pas cher payé après tout. Ce ne fut qu’après qu’il retrouva son large sourire particulier.
La Mésange reparlait de ce Silver, mais cette fois elle disait que ce dernier aurait dû être un peu plus musclé, peut-être.
À vrai dire, le Chef n’enregistra pas vraiment ces paroles. Puisqu’au fond, il s’agissait d’une chose aussi banale que le vert des arbres –en dehors de cette saison trop chaude-.

D’un côté, son esprit aurait bien fait le lien avec ces femmes qui cherchaient ce que leurs conjoints n’avaient pas, auprès des prostitués. C’était plus rare que des hommes en réalité, mais bien présent.
La plupart étaient bien plus âgées en fait.
Voilà pourquoi le Joker avait l’impression que quelque chose n’était pas complet, avec Heaven, parce qu’il reliait sans le savoir avec le passé… et il ne devait pas les contenter de câlins platoniques.

Evidemment, impossible pour l’adolescent de se souvenir de son passé. Impossible. Et heureusement.

Puis la demoiselle poursuit, enfin, elle s’intéressa aux lunettes d’aviateurs qui trônaient sur le crâne du Bouffon du Tyran. Il daigna répondre à la question d’où venaient cet objet.

- Je les avais déjà sur moi quand je suis arrivé sur l’île.


Pit ne saisit pas directement ce que la Mésange faisait. Puis, la voyant s’éloigner un peu, avec sa possession… Ses yeux s’ouvrirent plus grands, large sourire faux. À s’en déchirer les joues.
Léger gloussement, alors que Heaven jouait avec sa découverte qui reposait pourtant devant elle depuis la première fois qu’elle avait croisé le Joker.
Tandis qu’elle bâillait, le Chef des Raccommodeurs se rapprocha, cette fois-ci pas pour jouer avec les réactions de la jeune fille, mais bien pour récupérer sa possession.

Etrangement, lorsqu’il les avait senti glisser de ses cheveux, et les voyant plus loin de lui, une nouvelle boule d’angoisse dans l’estomac naquit.
C’était précieux, ce petit trésor.
Il tendit la main afin de les reprendre. Large sourire, mais les sourcils froncés.

- J’aime pas qu’on me les prenne.

Voix monotone, mais pas d’air fâché, il n’avait pas besoin de s’agacer pour le moment. Pit les reprit doucement, sans se soucier si la sangle pouvait un peu bloquer dans les cheveux de la Mésange.

- Quant à ton histoire de muscles, j’ai aucune idée de ça. Et accessoirement…

Sourire un peu plus large, tandis qu’il remit en place ses goggles, corrigeant en passant la taille de la sangle, il poursuivit.

-… je m’en branle un peu.

Léger rire.
Le sourire se fit moins grand.

- Non, en fait, je m’en branle pas totalement. Tu serais capable de te condamner toute seule au bannissement avec ça.

Un air… plus neutre.
Le Joueur était toujours embêté lorsque ses pions fichaient n’importe quoi, il fallait les remplacer, et certains seraient moins drôles que les précédents.

Le Joker posa son index où devait plus ou moins se trouver le cœur de la Récolteuse, en se penchant légèrement, laissant la petite tresse valser dans le vide.
Les iris trop vertes plongées dans celles fuchsia.

- Gaffe avec tes foutus sentiments, toi.


Un temps. Voix presque mielleuse.

- Et laisse mes lunettes en paix.


Ces lunettes, une chose restante de son père. Dans le passé, il les gardait cachées dans sa chambre. Pour éviter que sa belle-mère n’y touche. C’était inadmissible… qu’elle y touche.
Et le fait que la fille aux cheveux roses les ait prise un instant… ça l’avait dérangé. Suivant comment… il les aurait reprises par la force. Et s’il le fallait, il aurait aussi pris un peu de peau pour faire entrer le message. Déjà un niveau de correction bien haut, le troisième sans doute. À moins que ce ne soit déjà le quatrième ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heaven
avatar

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 384
✘ SURNOM : La Mésange (Ou Panda Hero)
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Readyyy !
✘ LIENS : A smoky haze and bags under her eyes
Let all make way for our pinch hitter
It's really her, the Panda Hero
So long to our opponent's killer liner !

Chante et délire en lightpink ~

MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Dim 6 Déc 2015 - 20:23

Un souvenir du Monde Ordinaire, donc ? Intéressant. Du moins, pas "stratégiquement parlant", mais c'était une info comme une autre, à ne pas négliger... Quoique, oui, c'était intéressant. C'était intéressant, parce que Pit n'avait pas apprécié qu'Heaven lui prenne ses goggles pour jouer avec. Malgré le fait qu'il lui aut servi un grand sourire -comme à son habitude-, il fronçait les sourcils alors qu'il s'était approché d'elle, tendant la main pour reprendre ce qui lui appartenait, visiblement mécontent. Du moins, ça, c'était du point de vue de la Mésange, qui avait un peu détourné la tête pour embêter le Chef des Raccommodeurs et ne pas lui rendre tout de suite ce qui lui appartenait. Il l'avait dit lui même : il n'aimait pas qu'on lui les prenne...
C'est d'un geste doux que le Joker reprit ses lunettes d'aviateur qui trônaient encore sur la tête de la Récolteuse. Bien que ce fut avec douceur, les cheveux de l'adolescente avaient eu le temps de s'emmêler dans la sangle, arrachant à Heaven des "Aïe, aïe, aïe !" discrets, petites plaintes à voix basse. Elle avait gentiment laissé Pit reprendre "son précieux" -dixit Gollum- puis avait secoué la tête, se passant distraitement les doigts dans sa chevelure rebelle pour éviter que quelques noeuds ne persistent. Elle s'était maintenant un peu redressée, et s'était alongée sur le côté gauche, tournant le dos à Pit. Elle écoutait ce que disait le blond d'une oreille distraite, plus concentrée sur sa coiffure, jusqu'au...

-… je m’en branle un peu.

Ce n'était pas le sujet qui gênait Heaven (elle n'avait pas écouté, en fin de compte) mais plutôt l'expression employée. Cela faisait bien longtemps qu'elle ne l'avait pas entendue, d'ailleurs, et l'entendre de nouveau, prononcée par le Chef des Raccommodeurs, alors que le sujet de conversation tournait autour des "trucs", lui fit un drôle d'effet...
Vous voyez, dans les cartoon ou même certains films, la scène typique du personnage qui boit de l'eau et qui la recrache soudainement, alors qu'il a entendu quelque chose de grave ou de surprenant ? Hé bien là, c'était la même chose, mais sans eau, sans rien à cracher, et heureusement.

- Non, en fait, je m’en branle pas totalement. Tu serais capable de te condamner toute seule au bannissement avec ça.

- Bah !


Peut être, peut être pas... La Mésange, étrangement, s'en fichait bien, à ce moment là, vu qu'elle avait même réussi à zapper le sujet de la conversation.
Retour à la position initiale : Heaven se retourna, puis se laissa molement tomber sur l'herbe calcinée, alongée sur le dos, le bras droit étendu à côté de sa tête, et le gauche sur son ventre. Elle ferma les yeux un instant, puis sentit quelque chose sur sa poitrine, à l'emplacement de son coeur. Elle releva les paupières, pour découvrir l'index du Joker, qui était penché sur elle. Elle eut un petit sourire en coin, pendant que les deux se fixaient, les yeux dans les yeux. Ce fut Pit qui prit la parole, qui fut une mise en garde :

- Gaffe avec tes foutus sentiments, toi.

Cette remarque fit disparaître le sourire de la Récolteuse, qui détourna un peu le regard d'un air triste. Oui, elle était certaine que c'était ce qui allait la condamner, c'était sûr. Mais pourvu qu'elle reste assez longtemps... Elle avait tellement de choses à accomplir !

- Et laisse mes lunettes en paix.

- D'accord...


Répondit-elle avec une petite moue faussement boudeuse, vite effacée par le sourire coquin qui revenait. Pourtant, elle y pensait, au fond d'elle, à cette histoire de bannissement. L'idée la gênait, lui donnait des cauchemars, mais maintenant, ils lui paraissaient moins affreux. Parce qu'avant, elle n'avait aucun lieu où se rendre, mais maintenant qu'il y a Silver... Et puis, elle pourrait rendre visite aux Perdus de temps en temps, pour s'assurer que tout va bien. Oui, ce ne serait pas si mal, il n'y aurait pas cette foutue entraves des sentiments ou des pensées trop "matures" comme au Grand Arbre.
Elle laissa échapper un léger rire, fermant alors les yeux, la tête penchée sur le côté gauche. Elle prononça le jom de son proscrit à voix basse, le rouge lui revenant alors aux joues, les battements de son coeur s'accélérant.
Ho, oui, ils seraient heureux ainsi, tous les deux... Au fond, n'était-ce pas ce que la jeune fille recherchait plus que tout ? De rester avec son Banni pour toujours ?

Elle rouvrit les yeux, puis regarda Pit, son petit sourire toujours ancré. Il était tout près, et elle piuvait voir quelque chose de différent, laissant alors sur son visage une expression perplexe. De sa main droite, elle passa ses doigts dans les cheveux du blond, pour écarter quelques mèches de son visage. D'une douce caresse, elle laissa sa main descendre jusqu'à la joue gauche du Joker, passant alors ses doigts sous son oeil. Oui, c'était voyant.

- T'as des cernes...

Souffla-t-elle, d'une voix calme, sans ton particulier.

- C'est mouvementé, les nuits, à la Maison Souterraine, j'imagine... Avec Peter et sa flamboyante bonne humeur...

Flamboyante, c'était le mot. Léger regard aux alentours avant de se replonger dans le vert hypnotique des yeux du Chef des Raccommodeurs. Heaven repensait à cette végétation calcinée, ce soleil trop fort, à ces nuits où le ciel revêt une couleur rouge... Comme les flammes, comme le sang...








Merci !
- Joy
- Lou : 1, 2, 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit
avatar

♣ Chef des Raccommodeurs ♣


✘ AVENTURES : 719
✘ SURNOM : Le Joker
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ LIENS : Quelques fleurs perdues dans un fossé de cartes
le SWAG


MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Lun 7 Déc 2015 - 22:21



La lassitude. Le temps redevenait l’éternelle recommencement. C’en était presque insupportable comme pensée… angoissant. Au moins, il avait plus ou moins réussi à faire comprendre qu’il n’acceptait pas qu’on joue avec ses lunettes.

Alors qu’il commençait à songer à la sirène, tout en entamant un recule, il se figea lorsqu’Heaven sembla l’observer avec attention.
Un air interrogatif, qu’est-ce que qu’elle regardait comme ça ? D’abord, il pensa au tatouage puisque la Mésange baladait ses doigts sur la partie gauche de son visage.
Il avait des cernes, elle avait dit qu’il avait des cernes. Pit ne réagit pas directement, restant figé. Sans détourner le regard.
Puis la Récolteuse poursuivit.

C’était plutôt vrai.

Léger rire, l’air interrogateur s’envola. Large sourire, la tête bascula doucement sur la gauche. Du côté de la main de la Mésange.

Le Joker regarda dans la direction du Grand Arbre, le sourire un peu sombre. Le Joueur était proche.
Ce serait plus intéressant.
Un autre rire lui fit trembler un peu les épaules. Un rire un peu plus grave.

C’était plutôt vrai. Très vrai.
Fatiguant. Jouer des tours de magie encore et encore. Mais qu’importait d’être épuisé ? C’était ce qu’impliquait le Jeu. Ce n’était pas le Joueur qui avait plus mal, c’était juste le rôle sur le plateau de jeu. Tout était question de terrain. Ce qui se passe sur le plateau de jeu n’atteint jamais directement le joueur. Il réfléchit, il prépare, il dirige.

Parfois, il doit remettre les pions en place lui-même.

Parfois, il s’ennuie. Il décide de venir en partie sur la zone de jeu où son lui-même se trouve.

Il était presque là.

L’esprit s’égarait, les prunelles revinrent d’un mouvement plutôt rapide sur la demoiselle.
Ouais, c’était crevant dans la Maison Souterraine.

Le Joker acquiesça.

- … ouais… je dors moins que les autres. Mais c’est pas important, le Grand Boss adore les tours de magie.

Sourire, toujours et encore le même, celui qui avait un truc différent.
Le Joueur proche du masque. Le Joueur qui se penchait sur le plateau du Jeu. Personne ne peut y être au dehors. Personne. À part… une précieuse, et un peu une autre. La première était complètement sortie des limites, dans la sphère du Joker. La seconde, était simplement une petite bulle flottante, mais plânant tout de même proche des règles.

Un temps. Il y avait souvent un temps.
Simple effet des pensées désordonnées du Bouffon du Tyran. Il se souvenait des paroles de la Mésange dans le désordre, parfois ça lui arrivait. Il se souvenait seulement maintenant qu’elle avait murmuré le nom du banni. Encore.
Décidément, c’était un pion très très fragile.

- Tu sais, au lieu de remarquer des foutues cernes, qui te regardent pas d’ailleurs, tu devrais aussi ravaler ta langue.

Une légère lueur agacée naquît dans ses lacs d’absinthe.
Soutenue par le sourire à moitié sombre, à moitié mielleux.

- Ravale-la, pour mieux te retenir sur ton « âme sœur », parce que je vais pas m’amuser à te sortir de la case d’où tu serais capable de tomber. Et fais aussi gaffe à tes manières, elles sont trop proches du vrai jeu de Poupée.

Le Joker se pencha encore plus, de manière à atteindre l’oreille –pas la droite, non- gauche de la Mésange. Il devait ainsi presque lui passer par-dessus. Presque en une forme de câlin. Ce n’en était pas un, évodemment.

Il le faisait exprès ? Evidemment. Il allait jouer avec cette partie de la Récolteuse, une attitude amusante à manier. Se demandant quand est-ce qu’il se prendrait une baffe. Ou une crise de panique. Au choix.

Tête contre tête, une main dans les cheveux de Heaven, les doigts dans les mèches. Léger rire avant de poursuivre de sa voix douce, se jouant douce. Trop douce.

- À ce rythme, je te vois déjà attachée, à recevoir les insultes de ceux que tu protèges pourtant. Ne compte pas sur eux pour se souvenir de toi, ou pour apprécier une bannie. Ça reste un être qui n’est plus enfant. Un traître.

Le Joker préférait prévenir que guérir ses « possessions ». Parce qu’il était si simple de jeter ce qui était cassé pour prendre un nouvel objet.

- Tu es remplaçable. N’oublie pas.

Large sourire, qui n’était pas visible puisque loin des yeux fuchsia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heaven
avatar

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 384
✘ SURNOM : La Mésange (Ou Panda Hero)
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Readyyy !
✘ LIENS : A smoky haze and bags under her eyes
Let all make way for our pinch hitter
It's really her, the Panda Hero
So long to our opponent's killer liner !

Chante et délire en lightpink ~

MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Mer 9 Déc 2015 - 16:01

Quand on gratte les chats, en général sous le cou, ils posent la tête dans votre main et ferment les yeux, c'est un réflexe apparemment, car ils aiment bien cela. Pitou, elle le faisait souvent. Son "homonyme" de l'Île, même s'il a beau ne pas être un chat, avait tout de même l'air d'apprécier les caresses d'Heaven, puisque sa tête vint se pencher à gauche pour chercher la main de la Récolteuse.
À moins qu'il n'ait changé d'angle de vue pour observer le Grand Arbre, comme il le faisait ? C'était tout à fait possible.

En fait, c'était apparemment pour répondre à la question. Enfin, Pit s'était égaré avant d'y répondre, à ladite question, disant alors qu'il dormait moins que les autres, pour faire des tours de magie au "Grand Boss". Cette appelation arracha un sourire grimaçant à la jeune fille, l'espace d'une seconde. Le Joker se plie en quatres pour le Turan miniature, dirait-on. Aussi, vu son rang, il ne doit pas faire de vagues... Ou du moins, cacher ses frasques. Les règles, l'autorité, les personnes, les choses, sont reliées à une chose :

Le respect, hein ?

Respecter l'autorité d'un gamin en vert (maintenant, rouge, mais bon) qui a banni sans scrupules l'être à qui vous tenez le plus au monde, ce qui vous enfonce dans une merde phénoménale par la suite ?

"Laissez-moi rire !"

- Tu sais, au lieu de remarquer des foutues cernes, qui te regardent pas d’ailleurs, tu devrais aussi ravaler ta langue.

Heaven laissa échapper un petit "Oh !" surpris, quant à la remarque du blond, qui avait l'air visiblement contrarié. Elle le regardait d'un air interrogateur, et aussi un peu perturbé. Un peu comme un chien, lorsqu'il sait qu'il a fait une bêtise (ou que vous lui fassiez remarquer), baisse les oreilles et vous regarde avec un air... de chien battu. Voilà d'où venait l'expression.

- Ravale-la, pour mieux te retenir sur ton « âme sœur », parce que je vais pas m’amuser à te sortir de la case d’où tu serais capable de tomber. Et fais aussi gaffe à tes manières, elles sont trop proches du vrai jeu de Poupée.

- Du... quoi ?


L'inquiétude se lisait sur le regard de la Mésange, dont l'expression avait brusquement changé après ces mises en garde. Ça lui faisait comme une impression de déja vu...
Et cette impression se révéla être vraie, car déja vécu. La première fois... du moins, la première "véritable descussion" -ou "véritable embrouille" ?- entre Pit et Heaven, c'était dans la Mrcerie, lorsque l'oiseau avait été officiellement mis en cage. Il y avait la cage invisible, celle de la conscience, mais aussi la cage... physique.

Sauf que la dernière fois, c'était un mur et un tissu.

Là, c'était entre le sol et le Chef des Raccommodeurs, qui lui était littéralement passé au-dessus pour continuer de lui chuchoter ses menaces à l'oreille d'une voix douce à l'extrême, qu'elle se retrouvait coincée ! Il avait apparemment fait exprès de ne pas venir lui parler à l'oreille droite, mais à la gauche, justement pour bloquer Heaven.
Le fait qu'il recommence à passer ses doigts dans la chevelure guimauve ne faisait plus un si bon effet que cela à l'adolescente, car la situation était justement trop ressemblante à celle de la dernière fois, bien que, peut être, un peu moins stressante. Après tout, Heaven ne devait pas veiller à retenir un tissu sous peine de se retrouver nue. Non, là, elle est bien habillée... avec la fameuse robe qui lui cause tant de soucis.

Les sensations étaient les mêmes que la dernière fois, ce n'était pas moins stressant, car une autre chose, un autre facteur donnant de l'inquiétude à la Mésange, venait remplacer le tissu. Peut être était-ce à cause de ce mot tabou qui lui trottait dans la tête depuis un certain moment de la conversation, et dont la situation faisait penser à une chose que justement, ce mot désigne ?

"Non, pas encore...!"

L'air tétanisé, la respiration haletante, le coeur qui bat trop vite, les frissons, tout revint au même moment, faisant lâcher à Heaven un petit gémissement plaintif. Cette sensation était vraiment désagréable.

- À ce rythme, je te vois déjà attachée, à recevoir les insultes de ceux que tu protèges pourtant. Ne compte pas sur eux pour se souvenir de toi, ou pour apprécier une bannie. Ça reste un être qui n’est plus enfant. Un traître.

- Non...!


Ha, le Joker n'avait pas oublié qu'Heaven mettait un point d'honneur à protéger ses semblables -pas tous, pourtant- et il n'avait pas hésité à lui rappeler qu'ils la détesteraient sur le coup si elle venait à se faire bannir... Non, il ne fallait pas que cela se passe ainsi ! Plus d'une fois la Récolteuse avait dit à ses congénères que même si elle se faisait un jour bannir, elle défendrait toujours la cause des Perdus... Ils n'avaient pas le droit de la détester, ce serait injuste, contre logique ! À quoi cela sert-il de defendre des gens qui ne vous aiment pas...?

Elle commençait à douter. Qui sait, peut être que quelqu'un avait promis la même chose auparavant, et que ce quelqu'un était maintenant méprise, détesté, par ceux qui étaient autrefois ses pairs ? Cette pensée lui glaça le sang, elle regardait dans le vague, les yeux exorbités. Pit la fit douter encore un peu plus, lui rappela qu'elle était remplaçable. Oui, par exemple, l'adolescente connaissait des Garçons Perdus qui portaient le même nom que d'anciens, maintenant disparus, ou passés du côté adverse. Le même nom, oui, mais on ne se souvenait que de la personne qui le porte en ce moment, ce nom. Et puis... Qui donc se souvient encore de Silver ?

Heaven tourna brusquement la tête à droite en gémissant un dernier "Non !", plantant ses prunelles fuschia, étincelantes de peur, dans le rouge de la végétation aux alentours. Il ne fallait pas qu'elle pense à des perspectives aussi désastreuses.
Totalement en proie à la panique, que ce soit à cause de la situation ou des dires du Chef des Raccommodeurs, ce qui perturbait Heaven le plus pour le moment, c'était...

- Enlève-toi... S'il...te...plait...

Implora-t-elle d'une voix tremblante et hésitante, fermant alors instinctivement les yeux.
Voilà une preuve de son égoïsme, et qui lui fait souvent du tort : on ne fait une chose que lorsque c'est elle qui le veut. Sinon, elle perd ses moyens, face à quelque chose qu'elle n'a pas prévu. En l'occurrence, elle n'avait pas du tout anticipé la réaction de Pit...

- Je... veux... pas...

Et l'usage de la force était inutile, sous peur de subir des représailles, ou même; de ne pas frapper assez fort. Mais la raison des représailles était bien plus dissuasive. Mieux vaut se laisser faire, laisser couler, plutôt que de risquer de se faure vendre, non ?
Et puis, n'était-ce pas aussi un peu de sa faute, à Heaven, à force d'être aussi tactile ? Ho, oui, elle l'était, même en prétextant que c'était la Vicelarde qui avait repris le dessus. Mais elle l'avait cherché, et maintenant c'était un mauvais pas à franchir.

- Que... me... veux-tu...?

Oui, si Pit se comportait ainsi, c'est qu'il voulait avoir quelque chose, ça, Heaven commençait bien à le comprendre. Il ne fait pas les choses pour rien. Autant alors lui demander ce qu'il voulait, pour se sortir de cette situation délicate...








Merci !
- Joy
- Lou : 1, 2, 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit
avatar

♣ Chef des Raccommodeurs ♣


✘ AVENTURES : 719
✘ SURNOM : Le Joker
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ LIENS : Quelques fleurs perdues dans un fossé de cartes
le SWAG


MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Jeu 10 Déc 2015 - 19:30

La voilà, la panique. La Heaven de la dernière fois. Le Joker décolla sa tête pour voir la pauvre Récolteuse dans ses états, c’était drôle. Elle avait demandé à ce que le Chef s’enlève.
Léger rire à cette demande. Voilà à quel point il fallait pousser pour qu’elle se remette à paniquer. Intéressant, à noter. Les câlins, juste les câlins. Et pas n’importe lesquels, ceux qui étaient « biens ». Ou ceux que les prostitués ne font pas, enfin… ils feront presque tout tant qu’on paie.

Large sourire, supérieur.
Inconsciemment, l’adolescent aimait cette différence notable avec celle du passé. Cependant, impossible de s’adonner à la comparaison. Plus aucune mémoire.

Une autre plainte de la part de la Récolteuse, suivit par une question. Large sourire, comme toujours. Pauvre Heaven, elle était dans un de ces états. Pit avait eu le temps de ne plus être dans ce genre d’état, avant. Mais… il n’était pas Pit, avant. Rien n’était comparable, il s’agissait plus de deux existence indépendantes l’une de l’autre. La précédente avait tout de même laisser un petit héritage empoisonné.

Il la fixa. Tout sourire. Il pouvait obtenir tout ce qu’il voulait d’elle juste en la mettant en panique. Vraiment ? Trouvaille intéressante. Il faudra en trouver les frontières.

- Ce que je veux…

Finit-il par lancer. Léger rire. Il s’écarta un peu plus, sans cesser d’observer la demoiselle. En fait, il la surveillait.
L’esprit n’avait pas finit d’analyser la délicieuse question.

Un temps, puis un soupir.
La Chef des Raccommodeurs n’avait aucune idée de ce qu’il voulait.

- C’est drôle, je commence à croire que je n’ai même plus besoin de passer par le « donnant-donnant » avec toi.

Rire.
Un peu moqueur, c’était qu’il suivait la règle du Jeu habituellement, la règle qu’il appliquait quand ça l’arrangeait. Mais là… La Mésange offrait la possibilité de simplement la torturer un peu.

- T’en es consciente ? Ou pas ? J’ai juste à te faire flipper pour avoir tout ce que je veux.

Gloussements. Il s’assit à côté de la Récolteuse. Fermant un poing, il releva l’index.

- Tu m’es redevable de ne pas te dénoncer.

Puis le majeur.

- Et maintenant, ça, huh.

Un rire.
Il pouvait rire, n’importe quand, et évidemment ce moment n’était pas une exception. Une règle universelle. Le Joker observa la robe qu’il avait améliorée.

- Et la robe aussi.


Un temps, il regardait ailleurs, montrant presque explicitement son désintérêt momentané. Vite remplacer par un large sourire.
En fait, les miettes de mémoires ne comprenaient pas la logique de la Récolteuse. Pourquoi être comme elle était, pourquoi donner à l’autre tout ce qu’il veut aussi facilement ? Parce que c’était un peu le cas… Elle provoquait, elle demandait, mais pas pour imposer ses règles à elle. Bon… certes, de toutes manières, le Chef des Raccommodeurs n’accepterait pas de les suivre, les règles de la Poupée Déguisée. Il ne se pliait qu’aux demandes qu’il voulait bien effectuer.

Il attrapa l’avant-bras de Heaven, la tirant vers lui.

Un léger rire.

Le Joker approcha son visage de celui d’Heaven, rien que pour entrer dans son cercle privé. Les gens étaient souvent bien plus mal à l’aise lorsqu’il subissait une intrusion. Lorsque l’on faisait comme chez soi dans leur espace à eux. Sauf que… les chers cartes et poupées… n’en avaient plus dès le moment où ils appartenaient au Jeu.

- Faut savoir ce que tu veux. Mais si tu me demandes, à chaque fois que je trouverai un moyen de voir ton air paniqué dessiné sur ton visage, ce que je veux. Je risque de t’enfoncer encore plus loin dans le déroulement du Jeu. Et j’inverserai les rôles, encore plus que ce que je fais déjà.

Léger gloussement sur la fin de sa dernière phrase.

- … Ce que je veux, par curiosité, savoir comment tu marches.

Rire.
Savoir comment la Poupée Déguisée pensait. Le Joker ne lâchait pas le bras de Heaven, il ne laisserait pas la Mésange s’envoler aussi facilement. Ce serait mal le connaître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heaven
avatar

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 384
✘ SURNOM : La Mésange (Ou Panda Hero)
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Readyyy !
✘ LIENS : A smoky haze and bags under her eyes
Let all make way for our pinch hitter
It's really her, the Panda Hero
So long to our opponent's killer liner !

Chante et délire en lightpink ~

MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Ven 11 Déc 2015 - 0:29

Ce fut avec un air totalement en proie à la panique qu'elle tourna de nouveau la tête face au Chef des Raccommodeurs, lorsque celui-ci parla, puis se retira, fixant toujours Heaven. Néanmoins, il semblait réfléchir, mais le soupir qu'il finit par lâcher prouvait qu'il n'avait apparemment pas trouvé à quoi penser. Ou cherchait-il quelque chose ? Peu importe.
À quoi cela servait-il d'avoir été gentille et câline si c'est pour revenir à la même atmosphère opressante que la dernière fois ? À croire qu'il n'y avait que cela qui pouvait amuser Pit...

- C’est drôle, je commence à croire que je n’ai même plus besoin de passer par le « donnant-donnant » avec toi.

L'adolescente déglutit difficilement, ayant juste avant failli s'étrangler en voulant dire "Comment ?". Ho, oui, elle pensait avoir compris ce dont Pit parlait, mais elle ne voulait pas le dire, de peur de, peut être, se tromper. Aussi, elle n'en avait pas la force. Ou le courage. Ou les deux.
Peu importe, encore. Le blond venait d'expliquer ses dires, disant qu'il pouvait avoir tout ce qu'il voulait rien qu'en lui faisant peur. C'est vrai... Quelle marque de faiblesse.
Heaven esquissa une grimace à la fois contrariée et perturbée, puis détourna la tête de nouveau. Malheureusement pour elle, -mauvais timing !- Pit vint s'asseoir juste à côté d'elle à ce moment là.

Il énuméra, en deux points -ou trois, si on compte la robe ?- la situation, expliquant un peu plus ses dires précédents. La Récolteuse avait relevé la tête vers lui, affichant de nouveau son air de chien battu. Ce n'était pas au Joker que cet air était destiné, mais il reflétait la détresse d'Heaven à ce moment là. Oui, elle s'en voulait d'être aussi faible, aussi émotive. Elle ne pouvait pas rester stoïque, elle s'emballait à la moindre petite chose imprévue. Est-ce que cet extrême n'était pas dû au fait qu'elle doive retenir ses sentiments au plus profond d'elle la plupart du temps, pour ne pas cause elle-même sa perte ? S'il n'y avait pas cette entrave, elle aurait sans doute été beaucoup plus calme et posée, qui sait. Elle autait sûrement eu une meilleure maîtrise d'elle-même.
Profitant du moment où Pit regardait ailleurs, la Mésange s'était assise, et s'apprétait à s'envoler vers d'autres cieux, loin des ennuis, mais alors qu'elle voulait se redresser complètement pour s'envoler à tire-d'aile, prenant alors la poudre d'escampette, elle fut vivement retenue par Pit, qui lui avait attrapé l'avant-bras et l'entraînait maintenant vers lui.

Glapissement de surprise. Encore quelque chose qu'elle n'avait pas prévu.

Et ce ne fut pas ce qui arriva ensuite qui la fit se calmer, loin de là ! Pit venait de franchir l'espace personnel sans permission, rapprochant alors son visage comme il l'avait fait auparavant, mais aussi la dernière fois. Il la regardait bien en face, dans les yeux, ne voulant lâcher sa prise. Un peu comme avec le tissu vert...

- Faut savoir ce que tu veux. Mais si tu me demandes, à chaque fois que je trouverai un moyen de voir ton air paniqué dessiné sur ton visage, ce que je veux. Je risque de t’enfoncer encore plus loin dans le déroulement du Jeu. Et j’inverserai les rôles, encore plus que ce que je fais déjà.

- Non...


Elle émit une sorte de couinement, alors qu'elle tentait de se libérer de la prise du Joker; en vain. Elle tenta encore une fois, puis deux, tout en lâchant des "lâche-moi" désespérés; en vain.

- … Ce que je veux, par curiosité, savoir comment tu marches.

- Comment je...


Elle stoppa net, cessant de se débattre comme un beau diable. La façon dont la phrase avait été tournée lui faisait penser qu'elle était réduite au rang d'objet. Enfin, plus précisément, de jouet. Tiens, n'avait-il pas d'ailleurs mentionné un nom de jouet au début de la conversation ? Ou peut être au milieu ? On ne peut pas savoir, on ne peut pas dire le milieu, surtout si elle dure, cette conversation.

- Je ne suis pas un jouet !!

S'était-elle brusquement écriée, rouge de colère. "Je l'ai dit et je le répète" avait elle-envie d'ajouter. Non, non, ça n'allait pas du tout, il fallait que cela change, il ne fallait pas qu'elle s'enfonce encore plus... Ni que ce soit Pit qui le fasse. ENCORE MOINS, MÊME.
Les oiseaux sont libres, le ciel leur appartient. Ils ne sont pas dociles, n'obéissent pas aux ordres, comme les chiens. Mais...
Ils servent de jouets à ceux-ci, et aux chats, aussi, coincés entre leurs pattes. C'était un peu la situation d'Heaven, petite Mésange chétive coincée entre les pattes d'un Dobermann. Cette scène aurait pu lui rappeler une mauvaise anecdote du Monde Ordinaire, si Heaven n'avait pas oublié le DeSoto de ce monde là. Si elle avait pensé à son Labrador. Mais il n'en était rien.

- Arrête ! Lâche-moi, maintenant !!

La peur s'était mutée en colère, pas dévastatrice, soit, mais la colère propre à la vexation. Le ton se voulait plus insistant, alors que la jeune fille essayait tant bien que mal de déserrer la prise du blond, lui ayant alors planté ses ongles dans la main sans ménagement. Ce n'était pas permis de la retenir comme ça...
C'était quitte ou double : ou il la relâchait, ou il resserrait sa prise encore un peu plus fort...








Merci !
- Joy
- Lou : 1, 2, 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit
avatar

♣ Chef des Raccommodeurs ♣


✘ AVENTURES : 719
✘ SURNOM : Le Joker
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ LIENS : Quelques fleurs perdues dans un fossé de cartes
le SWAG


MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Sam 12 Déc 2015 - 13:54

Mais c’était qu’elle montait des tours la Mésange. Pit ne pouvait retenir son sourire carnassier, c’était si drôle. Voilà qu’il l’avait vexée, voilà qu’elle lui plantait les ongles dans la main qui la retenait malgré ses réticences.

Le sourire ne bougea pas d’un poil, mais bordel que ça faisait mal. Mais d’un côté, serrer encore plus une prise lorsque l’on a mal, ça calmait.
Ce n’était pas un jouet, d’après ce que la Récolteuse s’écriait, elle n’était pas un jouet. Non. Elle était une Poupée Déguisée.
Léger rire.
Serrant pour calmer la douleur, il la tira encore vers lui, pour lui attraper la mâchoire avec son autre main.

Il fallait quand même qu’elle arrête sa furie.
Il poursuivit d’une voix calme, comme l’on tente de rassurer une bête.

- Heeeeey, on se calme maintenant.

Sourire moins exagéré.
Il se demandait encore pourquoi il n’avait pas sa réponse au « comment elle marche », mais qu’importait, il avait une folle à calmer.

- J’ai pas parlé de jouet, ou bien tu m’as pas compris. Tu réagis trop pour peu.

Il ne la lâchait pas, lui plantant les iris trop vertes dans celles de la Mésange. Il fallait un peu la recadrer, non ?
À moins qu’elle ne préfère les niveaux ? À voir, option à lui faire entendre.
Le Jeu poursuivrait de toute manière.

Un soupir, comme exaspéré.

- Tu vois ? Tu te mets dans des situations bien embêtantes.

Il ne la lâchait pas. Il n’était pas sûr de pouvoir.

- Tu préfères continuer ta furie ? Alors je te lâche, mais c’est aux niveaux que tu auras à faire.

Le Joker se montrait un air doux sur son visage tatoué, se voulant rassurant. Si ça marchait ? Ça, impossible à dire. Le Chef des Raccommodeurs n’aimait pas avoir sa main agressée par des ongles, heureusement que les ongles n’étaient pas des griffes d’ailleurs.

Heaven pouvait le fatiguer, au fond, mais le Jeu ne le permettait pas. La fatigue. Alors il fallait continuer à s’occuper de l’élément perturbateur. S’en occuper jusqu’à ce que le terrain soit à nouveau parfait.

- Heaven, t’as le choix. Tu te calmes, et soit un peu plus lucide, et je te lâche. Ou bien, tu restes dans cet état et je te lâche, mais tu auras les niveaux sur le dos.

Un temps, sourire calme.
Mais les yeux s’agaçaient.

- Je ne suis pas bon joueur avec ceux qui s’énervent.


Mots murmurés, une forme de menace peut-être. Le Joker détestait ça, c’était exactement ce qui le laissait devenir tricheur. Ne pas être fairplay, même au sein de son propre jeu, ce n’était pas le mieux pour ceux que le Chef voyait comme Méprisant.
C’était sa belle-mère qui s’énervait, si elle ne l’ignorait pas. Heureusement, Pit ne s’en souvenait plus. Seules ses pensées restaient, les résultats nés d’avant. Cela semblait n’avoir aucun sens, des attitudes et des angoisses nées de rien si l’on se mettait au niveau des souvenirs du Joker. Pourtant, elles sont nées de quelque chose.

Pit détestait que l’on s’énerve. Et pourtant, parfois ça le faisait mourir de rire, pourtant il s’amuse à monter quelques uns contre les autres.

Pit n’était pas si bienveillant avec ces Poupées auxquelles il offrait des fleurs, et pourtant, avant, il en offrait des fois à sa petite sœur. Pour qu’elle s’aveugle avec, pour la distraire avec des cartes.
Aucun souvenir de ces épisodes.

Inconsciemment, il serra un peu plus sa prise.
Lorsqu’il s’en rendit compte, il relâcha un peu. Un regard vague.

- Désolé…

Il n’y avait pas l’assurance. Lui-même ne semblait pas comprendre pourquoi son esprit s’intéressait au vide de ses souvenirs. Il n’y avait rien. Un peu comme un chat fixe le vide, mais nous ne comprenons pas ce qu’il y a de si aspirant.

L’esprit regardait les souvenirs dévorés, se soulageant peut-être que jamais ils ne reviennent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heaven
avatar

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 384
✘ SURNOM : La Mésange (Ou Panda Hero)
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Readyyy !
✘ LIENS : A smoky haze and bags under her eyes
Let all make way for our pinch hitter
It's really her, the Panda Hero
So long to our opponent's killer liner !

Chante et délire en lightpink ~

MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Sam 12 Déc 2015 - 20:57

La prise se fit plus forte, comme prévu. En réponse, les ongles s'enfoncèrent un peu plus profond dans la peau. Elle avait prévu ça, Heaven, et elle ne bronchait pas. Elle avait aussi prévu une réaction bizarre, comme la dernière fois. La dernière fois, Pit lui avait immobilisé le visage, avec ses mains. Cette fois là, il lui prit la mâchoire et l'attira encore un peu plus près vers lui.
Heaven ne broncha pas; elle s'y attendait. Elle fixa le blond dans les yeux, sans ciller, déterminée qu'elle était. La colère qui s'était brusquement emparée d'elle le voulait aussi. Alors, elle le fixait, déterminée, et furieuse.

Elle s'attendait aussi à la voix douce du Chef des Raccommodeurs, qui lui demandait de se calmer. Non ! Non, elle ne voulait pas se calmer, la Mésange. Elle allait continuer à piailler, si cela lui chante !

- J’ai pas parlé de jouet, ou bien tu m’as pas compris. Tu réagis trop pour peu.

- Ho ! Je te répondais pas. C'est juste l'effet que ça me fait !


Avait-elle répondu, d'une voix assurée et quelque peu accusatrice. Le ton accusateur se voulait aussi pour le fait que lâ, le Joker ait critiqué ses réactions exagérées, alors qu'il avait certifié, la dernière fois, que ça l'amusait. La Récolteuse a donc pu apprendre une nouvelle chose : Pit n'aime que la réaction de peur. Le salaud...

Pit paraissait contrarié. Il lâcha un soupir, disant à la jeune fille qu'elle se mettait dans des situations embêtantes. Ça, embêtant ? Heaven l'airait sûrement trouvé embêtant, et même effrayant, si, en ce moment même, sa rage et sa détermination ne l'aveuglaient pas partiellement. Dans un sens, c'était plutôt une bonne chose, pour le moment. Elle se sentait plus forte, et, en plus, elle arrivait à vexer Pit...
D'ailleurs, avant que la Récolteuse ne puisse répliquer -elle avait envie d'en rajouter une couche-, le Chef des Raccommodeurs continua :

- Tu préfères continuer ta furie ? Alors je te lâche, mais c’est aux niveaux que tu auras à faire.

Ha, la revoilà, cette fameuse notion de "niveaux". La dernière fois, Heaven n'avait pas pu demander ce qu'ils signifiaient. Cette fois, elle n'allait pas le rater !
Alors qu'elle s'apprétait à parler, Pit la devança, lui disant de se calmer, encore, sinon, elle aurait "les niveaux sur le dos". Il rajouta ensuite, plus bas, qu'il n'était pas bon joueur avec ceux qui s'énervaient. Cette nouvelle mention des niveaux fit se décider la Mésange. Elle voulait savoir ce qu'ils représentaient. Elle allait le savoir, coûte que coûte.

- Ha oui ? Et donc, c'est quoi ces fameux- Aïe !

C'était trop serré, et le Joker n'avait pas l'air de s'en être tendu compte tout de suite. Il marmonna des excuses, mais regardait toujours dans le vide. La douleur, et surtout la surprise engendrée, avait fait lâcher prise à Heaven, dont les ongles avaient cessé d'agresser la peau de la main du Chef des Raccommodeurs. Celui-ci se retrouva malgré tout avec de belles marques de griffure rouges, mais ce n'était pas bien important pour Heaven. Elle n'allait pas le laisser partir dans ses pensées avant d'avoir appris ce qu'étaient ces fameux niveaux !

- Alors ! Tu m'avais pas dit la dernière fois ce que c'étaient que ces niveaux. Je te le redemande, et cette fois t'as intéret à me répondre !

Commença-t-elle, sur un ton autoritaire. On aurait dit une mère qui passait un savon à son fils, si on mettait de côté le fait que le blond tenait toujours fermement son avant-bras.
L'adolescente avait contenu sa colère, et ne se débattait plus, elle laissait couler, tout simplement, son regard toujours plongé dans le vert des yeux de Pit. Elle attendait une réponse, et, pour que celui-ci le lui la donne, il fallait être plus sympathique.

- Ça y est, je suis calmée, tu peux me le dire, maintenant, non ? Allez...

Directe, la Mésange. Elle avait même pris un petit air suppliant, battant des cils, la tête un peu penchée sur le côté, pour obliger le Chef des Raccommodeurs à lui répondre. Après tout, elle le demandait gentiment, au final, et puis, personne ne peut résister à "l'air suppliant"...








Merci !
- Joy
- Lou : 1, 2, 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit
avatar

♣ Chef des Raccommodeurs ♣


✘ AVENTURES : 719
✘ SURNOM : Le Joker
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ LIENS : Quelques fleurs perdues dans un fossé de cartes
le SWAG


MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Dim 13 Déc 2015 - 11:29


L’esprit aspirait les mots, les yeux analysaient les gestes, l’attitude.
Il avait intérêt à lui répondre ? Puis, plus calme, elle disait l’être. Pour qu’il lui dise les niveaux. Ce que c’était réellement.
Le Joker continuait de sourire. Fixant la Récolteuse, il ne la lâcha pas tout de suite.

Elle voulait tant savoir ce que c’était, les niveaux.

Elle n’a jamais joué à des jeux ? Pourtant, il n’y avait rien de particuliers. Enfin, selon Pit.

Toujours et encore sourire. Il fallait sourire. Ne jamais le perdre, ce serait donner raison à un être du passé. Ce serait montrer que l’on est dévoré par la condition d’avant. Et même avant, il ne fallait pas arrêter de sourire. Les clients préféraient, et ça évitait aussi à la fillette de ne pas s’inquiéter. Du moins, c’était ce que l’adolescent pensait sur ce point. C’était ce qu’il pensait avant. Puisqu’en ces jours sur l’île, il n’en avait plus de souvenir.

Il relâcha finalement Heaven, en commençant pas libérer la mâchoire.

- J’ai intérêt ?


Léger sourire. Il relâcha l’avant-bras.

- Vraiment ? Une menace ?

Il avait tiqué sur le « t’as intérêt », il n’aimait pas. Il détestait. Il n’était pas vexé. Mais il ça lui évoquait dans les entrailles, le passé. Là où il avait souvent intérêt à faire ce qu’on lui disait. Le Chef des Raccommodeurs le voyait différemment, c’était plus fort pour lui. Quand son esprit si prêtait. Parfois ça ne l’atteignait pas. Parfois oui. Le Joueur était un peu plus à fleur de peau pour le moment, voilà peut-être la raison.

- Tu veux me menacer ? Pourtant, il suffit de me le demander gentiment pourtant.

Une moue « boudeuse » vite effacée par le sourire éternel.
Pit finit par se pencher en avant, attrapant l’épaule de Heaven pour la ramener vers lui. De manière à ce qu’elle soit de dos contre lui. Il entoura la Mésange de ses bras, puis regarda tout de même l’état de sa main.

Belle-maman n’aurait pas été contente que la marchandise soit marquée. Tant que ce n’était pas au visage, il pouvait encore s’en sortir.

Le Joker fronça les sourcils, il ne savait pas que ces marques dérangeaient un peu ses manières de pensées conçues par le monde ordinaire.

Peu importait, il enchaîna la suite de ses paroles.

- Les niveaux. Il y en a quatre, je dirais même qu’un cinquième est de la partie. Cependant, il s’agit du Bannissement lui-même. C’est vraiment le point de non-retour.

Léger rire.

- Les quatre niveaux, parfois je ne peux pas tout appliquer tout seul. Mais j’ai des yeux qui traînent un peu partout.

Un temps. Le Joker finit par poursuivre.

- Je ne sais pas s’il faudrait que tu les connaisses, ces niveaux.


Le sourire s’était fait discret, présent mais discret.
Il vendait l’information peut-être, il jouait, il était sérieux. Difficile à dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heaven
avatar

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 384
✘ SURNOM : La Mésange (Ou Panda Hero)
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Readyyy !
✘ LIENS : A smoky haze and bags under her eyes
Let all make way for our pinch hitter
It's really her, the Panda Hero
So long to our opponent's killer liner !

Chante et délire en lightpink ~

MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Lun 21 Déc 2015 - 19:15

Pit finit par relâcher l'oiseau toujours un peu vexé. Il le fit en deux temps, parlant entre-temps. Apparemment, il n'avait pas apprécié la menace... Enfin, menace... Heaven avait fini par se demander si elle avait vraiment voulu le menacer. Après tout, elle était en colère, et elle ne savait pas forcément ce qu'elle disait à ce moment là...

- Tu veux me menacer ? Pourtant, il suffit de me le demander gentiment pourtant.

Marrent. Il se répète. Il a parfois des problèmes de locutions, ce Pit...
Cela fit passer un imperceptible sourire moqueur sur les lèvres de la Récolteuse, qui leva ensuite les yeux vers son interlocuteur, qui affichait maintenant une petite moue boudeuse, vite remplacée par son éternel sourire.

- Pardon... me suis emportée...

Lâcha Heaven, sur le même jeu, avec l'air de chien battu.
Elle n'eut pas le temps de se retirer ensuite, comme elle le voulait, que déja le Chef des Raccommodeurs l'avait attrapé par l'épaule pour l'attirer contre lui, l'entourant alors de ses bras.
Ho, un câlin gratuit... Ça c'est intéressant !

Heaven sentit de nouveau ses joues s'empourprer, la chaleur revenir, son rythme cardiaque s'accélérer. Cela commençait à devenir pesant, de si brusques changements...
Elle soupira brièvement. Elle qui était un peu crispée, se détendit alors, s'appuyant un peu plus contre Pit.
C'est pas de refus, un câlin... Ça calme.

Elle posa ses mains sur les bras qui l'enlaçaient, et regarda machinalement la main encore rouge du Joker, main qui avait subi des griffures juste auparavant, résultat de blessures par des ongles aussi aiguisés que des ergots d'oiseau... Il fallait vraiment que la jeune fille se les coupe, à l'occasion. Elle ne pouvait pas en prendre tellement soin, avec son travail, qui lui bousillait une partie de sa "fierté féminine"... ses ongles, sur lesquels se trouvait à son arrivée un vernis mauve... qui s'était écaillé depuis bien longtemps déja. Il n'en restait plus une trace.
Mais bon, les ongles, ce n'était pas si important. Le plus flagrant, c'était cette attitude : ça griffe, puis ça se calme. C'est noir, puis blanc. Un peu comme le jeu de pile ou face, Heaven possède deux facettes... Une blanche et une noire. Une calme, douce, gentille, sucrée, et l'autre, grossière, agressive, piquante et sauvage. Il y en a, qui changent d'émotion comme de chemise, ici. Mais Heaven... ça la perturbe un peu. Surtout qu'en plus de ça, elle peut devenir envahissante, à aimer les gens à sa manière.

Elle eut par la suite ses explications, elle écoutait sans bouger. Quatre niveaux, limite cinq : le Bannissement. Il n'était pas seul pour les appliquer, qu'il disait, le Joker. Il avait rajouté avoir des "yeux qui traînent un peu partout". Heaven renifla dédaigneusement. Elle avait bien l'impression de connaître une paire des "yeux" mentionnés...

Un temps. Une interrogation :

- Je ne sais pas s’il faudrait que tu les connaisses, ces niveaux.

La dernière fois, il se posait déja la question, à savoir s'il devait appliquer ces fameux "niveaux" avec la Récolteuse. Ça la turlupinait, d'autant plus qu'elle ne savait pas exactement ce qu'étaient ces fameux niveaux. En quoi ça consistait. Elle venait juste d'apprendre que d'autres étaient de la partie... et autant dire que cela la refroidit un peu.

- Mm. J'espère ne pas les connaître. Enfin, j'essayerai. J'en ai déja assez d'entendre Sugar Sugar derrière moi...

Elle se remit un peu plus droite, puis s'appuya de nouveau contre Pit, tournant la tête pour le regarder dans les yeux, avant de continuer :

- Un titre de The Archies. Un groupe de la fin des années 60.

Heaven avait beau n'avoir que des souvenirs flous des personnes du Monde Ordinaire -sauf Silver, bien entendu-, elle n'avait pas oublié son répertoire de musique... Et franchement, c'en était étonnant qu'elle puisse encore dater à peu près les "vieilles chansons".
Elle avait toujours été intéressé par les cassettes, de sa mère. Malheureusement, celle de A-ha avait fini par dérailler, impossible de l'écouter une seconde fois. Ne voulant pas la jeter, la cassette avait longtemps trôné sur une étagère de la chambre de la fillette, en guise de "trophée". Il y avait aussi les quarante-cinq tours que sa mère lui montrait. Lorsque celle-ci lui avait tendu Abacab de Genesis, la petite Clara en était restée sans voix, et a voulu par la suite trouver la platine qui allait avec, pour pouvoir "voir le son", qu'elle disait. Ha, oui, elle était douée, Clara. Elle n'écoutait pas, elle "voyait" le son.

Un temps. Et puis, elle se mit à chanter :

"Sugar,
Ah, honey, honey,
You are my candy girl
And you've got me wanting you...
Honey,
Ah, sugar, sugar,
You are my candy girl
And you've got me wanting you..."


Elle rajouta un "Tu connais ?" juste après.
Rien que le faut d'avoir chanté ça, elle en fit une légère grimace. Ho, ce n'était pas qu'elle n'aimait pas la chanson, mais celui qui la jouait inlassablement à l'harmonica derrière son dos, ou celui d'autrui, pour embêter le monde. Surtout que cette personne là faisait quelque chose de bien particulier à Heaven...

- Au fait, tu trouves ça bon, les macarons ?

Avait elle-dit, avec un air un peu plus sombre. Oui, la personne en question lui piquait ses macarons, puis filait à la Maison Souterraine, là où se trouvait le Gratin et le Tyran miniature.
Cette sale fouine voleuse en question jetait son dévolu sur n'importe qui, qui avait en sa possession quelque chose d'intéressant. Il usait de maintes et maintes tactiques pour pouvoir obtenir ce qu'il voulait. Flatteries, menaces, soit-disantes commissions des supérieurs... Tout était bon pour rafler le fruit du dur labeur de ses victimes. Et autant dire que les Récolteurs prenaient cher avec leurs vivres, ainsi que les Grimpeurs. Les Artisans, aussi, lorsque ceux-ci fabriquaient des jouets ou autre choses amusantes.
Saleté de Courtisans, va ! Y'en a pas un pour rattraper l'autre...








Merci !
- Joy
- Lou : 1, 2, 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit
avatar

♣ Chef des Raccommodeurs ♣


✘ AVENTURES : 719
✘ SURNOM : Le Joker
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ LIENS : Quelques fleurs perdues dans un fossé de cartes
le SWAG


MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Mar 22 Déc 2015 - 13:10

Le titre mentionné ne dit rien au premier abord à Pit, puis lorsque la Mésange chanta, l’expression se fit presque un peu plus sérieuse. Sourcils froncés. Est-ce qu’il connaissait ? Elle venait de le demander.

Est-ce qu’il connaissait ? Et les macarons ?
Ça lui évoquait quelque chose, d’avant, la chanson. Il regardait Heaven, mais sans vraiment y porter attention. Il scrutait les miettes de ses souvenirs, les restes que l’île lui avait laissé. La boule d’angoisse dans l’estomac, il serra un peu plus sa prise inconsciemment, comme un réflex.
L’esprit ne reviendra qu’après sur les pâtisseries sans doute, pour le moment c’était plutôt l’époque qu’évoquait la chanson qui dérangeait le Chef des Raccommodeurs.

- Je crois… que je connais, ouais.

Ça l’emmerdait peut-être un peu. De s’en souvenir, enfin, de ressentir une sensation du passé. Parce que maintenant, il était un peu angoissé, il ne savait même pas la raison. Pas de réponse au pourquoi.
C’en était rageant.

- Quant aux macarons, j’en sais rien. J’y porte pas d’attention.

Il en avait peut-être déjà mangé, mais n’avait jamais réellement mis l’intérêt de savoir si ça lui plaisait ou non. Cependant, c’était sucré, et il aime le sucré. Donc il ne pourrait jamais dire qu’il n’aimait pas.
Il s’étonna de ne pas avoir ri pour le moment. Le tic était peut-être lui-même blasé. Un soupir, c’était que le Chef était fatigué, par la chaleur, par les tours de magie qui n’en finissaient pas.

Un sourire vint finalement, que serait le Joker sans son sourire ? Rien ? Ou bien justement, lui-même. Il ne souriait pas tant lorsqu’il était avec Dusk, non ?
On lui avait gravé ce sourire, non pas avec une lame acérée, mais avec les attitudes que l’on avait à son égare.
Il voulu se redresser un peu, mais en fait, la Récolteuse qu’il tenait appuyait un peu sur ses bleus. Un sourire un peu crispé, ça commençait à être un problème, ces hématomes. Il allait falloir s’y habituer. Il allait falloir se faire encore plus mal avec ces petites blessures. Qu’elles ne surprennent plus lorsque dans telle situation, elles se réveillent.

Alors tant qu’à faire, il passa outre cette petite pique envoyée par ses nerfs.

- Donc, continue à ignorer les niveaux.


Finalement, il n’allait pas l’expliquer. Et puis, de toute manière, son interlocutrice venait de lui dire qu’elle ne voulait pas savoir, non ? Enfin, il l’avait compris comme ça.

C’était un peu calme, trop calme. Le Chef des Raccommodeurs trouvait que ça n’allait pas avec le registre habituel concernant la Mésange. Elle en avait fait pleins de ces contradictions ces temps. Ça ne reposait pas le cerveau de l’Américain en tout cas.

- Tantôt calme, tantôt furie.

Un gloussement. Il mêla à nouveau ses doigts dans les cheveux de la Récolteuse, décidément, il aimait bien. Ça rappelait le sucre en fait, et surtout, si elle venait à mourir, il pourrait prendre ce joli cuir chevelu. Mais pour le moment, elle n’était pas utile morte. Alors il fallait se contenter de jouer avec les mèches.
Sucre, sugar sugar.

Le sourire s’en alla, laissant encore l’air pensif mais grave de Pit. L’angoisse était là, l’angoisse n’aimait pas forcément… les câlins. C’était synonyme d’une chose : ce que l’on attend de lui. Ce que l’on veut de lui. « Ces trucs », comme elle avait dit avant, la Mésange.

Pour remercier, pour se faire pardonner, il fallait donner gratuitement de sa personne. Pour montrer de la gentillesse aussi.

Mais, lui, il voulait inverser ces rôles. Ce devait être lui qui voulait, et non qu’il en soit obligé.

L’esprit partait loin, cherchant des réponses aux raisonnements, et à la boule d’angoisse naissante.
C’était contradictoire.
Peut-être que le fait que Heaven ne soit pas partie en furie comme précédemment… ne plaise pas à cette logique.

Un son vague, une image, un flash sans réelle forme sauta dans les souvenirs. Un diner, il y avait beaucoup de rouge, et il avait une vue depuis une place assise à table. La chanson résonnait, avec des parasites.
Image d’avant… les yeux dans le vague… intérieurement, le corps se souvenait de l’inquiétude de ce moment, de l’inconfort masqué derrière un air qui se modelait suivant les lubies de ceux qui payaient.

Le Joker ne savait pas, il ne se souvenait pas. Juste ce plan, juste la sensation. Mais incapable de comprendre, de donner des raisons au pourquoi ce lieu, pourquoi ces sentiments négatifs ou néfastes.

- Je… l’ai déjà entendu… dans une radio je crois. Mais les radios n’ont pas un très bon son…

Il parlait des radios qu’il avait connues, dans le Nebraska.
Parce que Pit n’avait jamais eu d’affaires à lui, seuls des éléments que son père lui donnait les rares fois où il revenait. Parfois des cadeaux venant de clients, mais bon… il avait toujours ressenti comme du dégoût à l’égare de ces derniers. Bien que selon Pit, ces situations étaient normales.

Finalement, le Joker descendit sa main dans le cou de la Mésange.
Par habitude, un réflex d’avant. Angoisse présente ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heaven
avatar

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 384
✘ SURNOM : La Mésange (Ou Panda Hero)
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Readyyy !
✘ LIENS : A smoky haze and bags under her eyes
Let all make way for our pinch hitter
It's really her, the Panda Hero
So long to our opponent's killer liner !

Chante et délire en lightpink ~

MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Mar 22 Déc 2015 - 17:34

Alors qu'elle attendait ses réponses, Heaven sentit Pit se crisper, alors qu'il la serrait un peu plus. Elle leva un peu plus les yeux vers lui, qui la regardait sans vraiment la regarder.
Alors comme ça, il la connaissait, cette chanson, au final... Et il n'avait pas l'air de mentir juste pour faire plaisir, car il semblait plongé dans ses pensées. Apparemment, c'était un point sensible qu'Heaven venait inconsciemment de toucher.
À l'inverse, il se fichait des macarons. Conclusion : Weasel ne lui donnait pas de macarons ? Ils étaient donc exclusivement réservés à Peter, donc ? Ou alors... Il se fout tellement des macarons qu'il ne se rappelle même plus s'il en mange ou pas ?
Encore heureux qu'il ne demande pas le "pourquoi" de cette question sur les macarons, et qu'il revienne sur ses niveaux, qu'il demandait à Heaven d'ignorer.

Un temps.

- Tantôt calme, tantôt furie.

Gloussa alors Pit, qui recommença à jouer avec la crinière guimauve, affichant tout de même un air grave. Il réfléchissait encore.
Heaven aussi ne souriait pas, elle pensait justement à ce fait... C'est blanc, ou c'est noir... Tantôt calme, tantôt furie. Elle-même ne savait pas pourquoi elle passait d'une émotion à une autre comme ça, sans vraiment s'en rendre compte. Tous ces changements qui se produisaient en plus de cela, ça la perturbait.
C'est le fait de ne pas dormir qui la rend ainsi ? À moins que ce ne soit l'atmosphère de l'Île ? À moins que ce ne soit juste elle ?

Et puis Silver, s'il venait à arriver maintenant par le plus grand des hasards, que dirait-il en les voyant ainsi ? En serait-il jaloux ? En serait-il triste ? Lui en voudrait-il ? À moins qu'il ne s'en fiche complètement, que ses sentiments soient faux, que tout soit faux chez lui. Non, non, ce n'est pas possible.
Ho, et aussi, si des gamins survenaient, que diraient-ils eux aussi ? Seraient-ils tous les deux bons pour le Bannissement ? Trouveraient-ils quelque chose à dire pour leur défense ? Au moins, s'ils étaient bannis -pour un câlin, ce serait quand même fort !- ils seraient à deux. Dans un sens, Heaven partirait donc avec Pit... Pas avant... Donc ce serait une petite victoire.
D'ailleurs, à quoi il pensait, lui, à ce moment là ? À quoi il pensait, en la serrant ainsi dans ses bras ? La mention du "truc" plane-t-elle toujours au-dessus d'eux ? Et puis d'ailleurs... Pourquoi donc ce câlin gratuit ?
Tant de questions sans queue ni tête...

Enfin, le silence fut brisé.

Pit disait l'avoir déja entendue à la radio, cette chanson, mais qu'elle n'avait pas un très bon son. À la radio ? Ce sont les dernières tendances du moment qui passent à la radio. Les sixties ou encore les seventies... Il viendrait de là ? Peut être bien. À moins que ce ne soit plus tard, mais Heaven doutait que le blond puisse se souvenir de choses remontant aussi loin... Déja qu'il avait du mal à se souvenir de tout ce qui était en rapport avec le Monde Ordinaire en général ! C'était l'exception qui confirme la règle, qu'il se souvienne de cette chanson !

- Ho ! T'insinues que je chante bien ? T'es chou...

S'était alors exclamée Heaven, sur le ton de la plaisanterie. Elle se mit à rire allègrement, d'un rire léger. Elle regarda ensuite le Chef des Raccommodeurs avec un petit sourire, le regard pétillant. Bien sûr, elle savait bien qu'il ne voulait pas dire cela, du moins, elle le pensait.
Et puis elle sentit ses caresses dans le cou, ce qui la fit frissoner. Elle ne disait rien, ne trouvait rien à dire, se laissait simplement faire, parce qu'elle aimait bien.

- On arrive pas à trouver une chose pour laquelle on soit satisfaits tous les deux.

Déclara simplement Heaven au bout d'un moment. Elle venait de s'en apercevoir.
Elle, elle aime lorsqu'ils sont calmes, ainsi, elle aime qu'on lui fasse des câlins et des caresses, qu'on s'occupe d'elle, qu'on la regarde, qu'on fasse ce qui lui plait. Mais Pit, lui, paraissait perturbé par ce genre de moments.
Lui, il prenait un malin plaisir à voir Heaven dans tous ses états, il s'amusait bien à faire exprès de lui faire peur, car il connait ses réactions extrêmes, et il n'apprécierait pas qu'elle reste stoïque. Heaven, elle, elle n'aime pas ce genre de moments, où elle est submergée par la colère, la peur, et qu'elle se sent faible, si faible...

Ils ont des points de vue différents. Ils sont totalement différents en eux-même. Un peu comme le héros et l'antagoniste, qui cherche sans cesse à mettre des bâtons dans les roues de celui-ci. Mais là, c'était différent; la Mésange ne les cherchait pas un peu, les ennuis, en allant amener directement cette Sirène au Chef des Raccommodeurs ? Ne se jetait-elle pas volontairement dans la gueule du loup ?
Et après, elle se plaignait. Elle se plaignait de se mettre dans tous ses états. Mais, le Joker n'était-il pas doué pour faire réagir son oiseau comme il le désirait ? Du moins, sauf pendant ces moments là.

- Dis, tu te comportes comment, avec tes autres "pions" ? Il y a qu'avec moi que t'es tantôt bon, tantôt mauvais ?

Hasarda-t-elle finalement, d'une voix hésitante. La question lui brùlait les lèvres, certes. Mais elle était risquée. Elle pouvait bien faire se retourner la situation, encore une fois. Si cela ne tournait pas à son avantage, peut être Heaven pouvait-elle choisir de rester de marbre si elle le pouvait... Juste pour voir ce que ça ferait.








Merci !
- Joy
- Lou : 1, 2, 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !
» Alors que re-voilà la sous-préfète...
» Application SAQ sur iPhone/Touch maintenant disponible!
» La plus grande collection d'OOB du monde maintenant gratuite !
» Si vous comptez acheter une 3DS, faites le maintenant.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Grand Arbre :: Les Cabanes dans les Branches-