Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Heaven
avatar

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 402
✘ SURNOM : La Mésange (Ou Panda Hero)
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Readyyy !
✘ LIENS : A smoky haze and bags under her eyes
Let all make way for our pinch hitter
It's really her, the Panda Hero
So long to our opponent's killer liner !

Chante et délire en lightpink ~


MessageSujet: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Dim 15 Nov 2015 - 15:43


Suite de ce RP

Heaven était enfin rentrée au bercail. Avec le cadavre de la Sirène, qu'elle trainait derrière elle. Maintenant, il lui fallait aller voir Pit, pour lui donner ce qu'elle lui avait rapporté... La chose qu'il allait sûrement détériorer encore un peu plus... Déja que c'était pas joli joli, alors là...
D'un bon pas, elle se dirigeait vers la Mercerie, arrivée près de la lisière de la forêt. Il n'y avait pas grand monde dehors, à cette heure-ci, et Heaven était hors de vue, pour l'instant. C'était le matin, les Chasseurs étaient partis chasser, les Récolteurs, récolter, les Diplomates faire chier... Heu. Bref, tout le monde était dans son coin à bosser. Donc, il n'y avait presque personne en dehors des cabanes... Personne ne voyait la Mésange, complètement exténuée, trainer son fardeau...

Au loin, alors qu'elle se dirigeait d'un bon pas vers la Mercerie, elle vit une touffe blonde débarquer du coin d'un arbre... Ha, tiens ! Le commanditaire en personne vient récupérer son colis, dirait-on ! Heaven se dirigea vers lui rapidement, et se planta devant lui, ses cheveux lui collant au visage, aux épaules, et sa tenue encore un peu mouillée par endroits lui collait au corps. Elle aborda Pit avec un grand sourire, s'écartant un peu pour lui laisser voir le corps sans vie de la Sirène qu'elle traînait derrière elle.

- J'ai failli me noyer pour tes beaux yeux, tu t'en rends compte ? Alors j'exige des congés payés, là...

Son ton se faisait ironique, et la fin de sa phrase accompagnée d'une magnifique grimace de dégoût. Ses cheveux qui s'éparpillaient en grandes mèches grasses sur son visage lui donnaient un air de folle, et l'air à la fois blasé et fatigué qu'elle affichait n'arrangeait rien aux choses... Elle s'emporta soudain :

- En plus, pour ce que tu vas faire de cette pauvre Sirène ! Espèce de fou ! Taré ! Ducon ! T'imagines pas comme ses soeurs sont tristes ! Maintenant elles sont toutes contre toi ! Enfin, au moins une ! Ha !

Elle avait lâché le cadavre et pointait maintenant le Chef des Raccommodeurs du doigt, lui tapotant le torse de l'index, le regardant droit dans les yeux. La fatigue, la chaleur, la peur qu'elle éprouvait encore à cause de la noyade qu'elle avait frôlé, tout ça c'était changé en rage contre le Chef des Raccommodeurs. Après tout, n'était-ce pas lui qui lui avait demandé d'aller chercher une Sirène ? Enfin, bon, sa nageoire ou la peau du dos, mais Heaven lui a tout ramené... L'air de dire "maintenant, démerde-toi, tiens !"

- Je t'ai tout ramené ! Parce que je me voyais pas mutiler encore cette pauvre Sirène...

Elle détourna le regard, repensant à l'air triste de Clapotis lorsqu'elles parlaient... La Récolteuse eut un pincement au coeur en repensant à la Sirène qui lui avait si gentiment parlé, qui l'avait sauvée de la noyade, et surtout qui lui avait permis d'emporter le cadavre de la défunte Sirène qui était censée retourner à l'océan...








Merci !
- Joy
- Lou : 1, 2, 3


Dernière édition par Heaven le Dim 15 Nov 2015 - 19:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit
avatar

♣ Chef des Raccommodeurs ♣


✘ AVENTURES : 731
✘ SURNOM : Le Joker
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ LIENS : Quelques fleurs perdues dans un fossé de cartes
le SWAG


MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Dim 15 Nov 2015 - 16:46

Quel ennui. Que faire que faire ? Il faisait si chaud, bien trop chaud. Et il détestait ça. Pit errait aux pieds des arbres, en lisière, s’éventant avec un éventail de fortune, fait de cartes.

Il s’était absenté, le temps d’aller chercher des « affaires », voilà ce qu’il avait dit à ses chers petits. Mais il comptait juste partir un peu aux alentours, voir si un cadavre ou deux y demeurait. Cependant, ce fut une autre surprise qui lui flanqua un large sourire sur le visage. Il reconnu la couleur extravagante, du rose trop rose. Un léger rire, large sourire encore et encore. Quelques pas, elle le rejoignit, le traitant de tous les noms. Seuls des rires répondirent à ces mots acharnés.

La tête légèrement penchée sur le côté, pour voir ce qu’elle semblait avoir traîné avec peine. Elle avait dit qu’elle avait faillir mourir ?

Un regard interrogatif. Pourquoi ? Qu’est-ce qui dégageait une pareille odeur ? Surprise.
Une sirène morte. Pit fronça les sourcils. Un regard à Heaven. Vraiment ? Elle l’avait fait ?

La demoiselle était dans un état misérable, autant que la fille de l’Océan. Le Joker n’arrivait pas tout à fait à saisir ce qui se passait. Même avec la Récolteuse l’insultant, appuyant ses mots par le bout de son index. L’esprit perdu dans la contemplation de ce cadavre intéressant.

Soudain, la Mésange détournait le regard, pourquoi ? Ça lui donnait tant que ça envie de vomir ?

- … hm. On commence par un "bonjour" d'habitude.

Le sourire avait disparu. Le Joueur, Pit, devait venir sur le plateau de jeu. Comprendre ce qui se passait.
Le Jeu avance. Vite, bien. Trop vite. Mais bien. Bien, mais trop vite.
Un regard à la Récolteuse, il leva les yeux au ciel.

Puis le sourire revint. Large, amusé, carnassier.

- Ne t’inquiète pas, je sais me salir les mains. Ça ne me dérange pas.

Sourire. Rien de peu habituel. Mains nichées dans les poches.

Un temps, le regard sur la sirène, puis il se concentra à nouveau sur Heaven. Il n’avait pas bougé d’un poil.

- T’as failli mourir tu dis ? Ma pauvre, ma pauvre. Heureusement que tu as évité cette expérience.

Rictus, encore et encore.

- L’avis des sirènes ne m’intéresse pas vraiment, je ne comptais pas prendre de vacances en bord de mer.

Rire, puis il se calma.
Toisant la Mésange. La robe. Cette fille ne sait-elle pas s’occuper de ses affaires ? Elle avait cependant visiblement sué à obtenir cette créature.
L’air rare, l’air sérieux passa sur le visage tatoué du Joker.

Un regard en arrière. Personne, mais il comptait bien bouger de là. Il avança et pris la Récolteuse par l’avant-bras, pour la forcer à se tourner et à suivre la direction de la forêt. Il comptait aussi trainer le tas de cuir marin avec.

- Premièrement, il faudrait me raconter tout ça ailleurs qu’ici, ma chère. Il ne faudrait pas te faire punir pour ça. Tu sais que Pan ne t’écoutera pas. Tu te fais parfois remettre à ta place parce que tu n’y restes pas, non ?

Large sourire, mais pas de rire. Juste un regard d’absinthe, cachant la lueur menaçante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heaven
avatar

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 402
✘ SURNOM : La Mésange (Ou Panda Hero)
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Readyyy !
✘ LIENS : A smoky haze and bags under her eyes
Let all make way for our pinch hitter
It's really her, the Panda Hero
So long to our opponent's killer liner !

Chante et délire en lightpink ~


MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Dim 15 Nov 2015 - 19:14


- … hm. On commence par un "bonjour" d'habitude.

- Ta gueule. Suis pas d'humeur.


Avait grommelé Heaven dans sa langue natale, fixant le sol. Pit, quant à lui, ne souriait pas et avait levé les yeux au ciel. Heaven avait l'impression que c'était seulement avec elle qu'il lui arrivait de ne pas sourire... D'un côté, elle se disait qu'il devait être contrarié. Parce qu'elle lui avait parlé assez crument, il faut dire... De l'autre, elle pensait qu'il devait analyser quelque chose, elle ne savait quoi... Elle ne savait pas ce qu'il faisait exactement, et n'eut pas le temps de s'en soucier plus longtemps, que déja, l'air de son interlocuteur revint à la normale : la lumière revient, le sourire réapparait.
Il se fichait de se salir les mains ? Heh, tant mieux pour lui. Qu'est-ce que ça pouvait lui faire, à la Mésange, que le Chef des Raccommodeurs se salisse les mains ? Elle s'en fichait bien. De lui. De la Sirène ? Un peu moins...

"Qui sait, se disait-elle, peut être n'aurait-il rien dit si je revenais bredouille, que je ne lui amenais jamais ce qu'il désirait ?"

Oui, qui sait ? De peur de subir des représailles, la jeune fille s'était hâtée de ramener le premier cadavre de Sirène qu'elle trouvait. En fait, elle n'arrivait pas vraiment à cerner Pit... Au fond, était-ce si important, cette histoire de cadavre de Sirène ? N'était-ce pas un moyen comme un autre de montrer que c'est lui qui donne des ordres, qui est supérieur ? Il s'en fout, ou pas ? Pourquoi avait-il demandé ça ? N'était-ce pas parce qu'Heaven avait insisté pour lui demander ce que seraient ces fameux "services" qu'elle devrait lui rendre ? N'était-ce pas de sa faute, au fond ?
Mais, cela ne lui avait-il pas permis de faire une belle rencontre ? Il y a tout de même un peu de bon dans l'affaire... Cette pensée fit esquisser un imperceptible sourire à Heaven. Oui, la rencontre de Clapotis était une chose bien... Mais cela représente si peu de bien dans tout ce mal !

- T’as failli mourir tu dis ? Ma pauvre, ma pauvre. Heureusement que tu as évité cette expérience.

"Mais il se fout de moi !"

La Récolteuse releva les yeux, ayant discerné de l'ironie dans la voix du Joker. Sale chien, va... Saleté de Dobermann. Vas-y, vas-y, Roscoe, fais ton malin. Si tu t'approches un peu trop près de l'océan, si tu viens par mégarde à t'égarer là-bas, sois sûr que tu auras droit à un sacré comité d'accueil... Ce n'est pas comme finir sur les rails du métro à New York, mais ça résulte au même quand même...

"Même pas sûre que les Sirènes arriveront à le digérer... C'est pas comestible, la pourriture dans son genre..."

De haut en bas, le Chef des Raccommodeurs observait l'adolescente. Son air piteux, avec ses cheveux, ses vêtements couverts de sable, n'arrangeait rien aux choses. De toute façon, elle n'avait pas l'intention de trop s'attarder en cette... désagréable compagnie, alors elle n'avait pas pris le temps d'être présentable... Et d'ailleurs, elle s'en fichait pas mal. Quoique. Elle avait l'air d'une guimauve sur laquelle on aurait marché. Ses cheveux semblaient être passés dans la gueule d'une vache. La robe, aussi. Ha. Ça devait le gêner, le Joker, de voir son "magnifique" travail ainsi peu soigné. Et, au fond d'elle, Heaven n'aimait pas vraiment être dans cet état... Bien qu'elle avait pu, durant le trajet, du mieux qu'elle le pouvait, se débarasser du sable sur une grande partie de son corps, les vêtements et la chevelure restaient le plus délicat. Et sans peigne, impossible de coiffer la crinière ensablée. Avec les doigts ? Faut même pas y penser...

- Bon, je me cas- HÉ !

La Mésange se sentit entraînée, traînant avec peine le corps sans vie de la Sirène derrière elle. Pit la tirait, la forçant, elle et son fardeau, à s'enfoncer plus profondément dans la forêt. Pendant qu'ils marchaient, le blond, encore souriant, parlait, regardant Heaven avec une certaine lueur menaçante dans le regard, et la Récolteuse, derrière, protestait d'une voix las, le coupant, mais lui était imperturbable dans son discours.

- Premièrement, il faudrait me raconter tout ça ailleurs qu’ici, ma chère.

- Je veux pas te parl-

- Il ne faudrait pas te faire punir pour ça. Tu sais que Pan ne t’écoutera pas.

- J'ai l'habitude ! Depuis quand tu te-

- Tu te fais parfois remettre à ta place parce que tu n’y restes pas, non ?

- Lâche-moi !


Le "lâche-moi", à prendre au sens propre comme au figuré. D'un vif geste, elle se dégagea de la prise du Joker, allant s'appuyer contre un arbre non loin, délaissant son fardeau, étalé sur le dos, aux pieds de Pit.
Le "lâche-moi", qui voulait aussi dire "laisse-moi tranquille. Viens pas continuer la conversation. J'ai pas envie de parler, surtout pas avec toi. Je suis lessivée..."
Complètement lessivée. Laissant échapper un long soupir, la jeune fille glissa le long de l'écorce sèche de l'arbre où elle s'était appuyée, et se retrouva assise, la tête basse. Le chaud-froid en passant de la terre ferme à l'eau (et inversement), le choc qu'elle avait subi, le fait d'avoir traîné un mort jusqu'au Grand Arbre, et la chaleur ambiante, le tout doublé d'une nuit mouvementée, comme toutes les autres, avait épuisé la Récolteuse.
Non, elle n'avait pas envie de parler. De toute façon, Pit la soûlait plus qu'autre chose. Son blabla l'exaspérait, il paraissait encore plus ironique que la dernière fois. Il semblait bien s'amuser avec son oiseau en cage, mais aussi, la petite bête à plumes paraissait l'embêter un peu, à cause de son chant direct, cru, et son attitude un peu rebelle...

"Y'a que le physique qui n'est pas désagréable, chez lui."

Hola, hola ! Qu'est-ce donc que cette pensée ? Le soleil ne tape-t-il pas un peu trop sur la tête ?
La jeune fille secoua vivement la tête, lui rappelant par la même occasion que sa migraine n'était pas partie. Pourquoi une telle pensée lui avait-elle traversé l'esprit ? C'est ridicule... Elle ne pouvait pas penser à une chose pareille. Soupir, elle secouait la tête à la négative, puis s'arrêta brusquement, relevant un peu la tête.

- La chaleur m'embrouille l'esprit, dirait-on... De drôles de choses me traversent l'esprit...

Se dit-elle à voix haute, accompagnant sa phrase d'un rire jaune. Elle se mit assise à son aise, juste sur une fesse, les jambes sur le côté. Se passant nonchalament les doigts dans sa chevelure asséchée par le sable, elle tenta ainsi de se coiffer quelques mèches, tout en disant, d'un ton neutre, quoi qu'un peu blasé, regardant simultanément la mèche de cheveux qu'elle se coiffait de ses doigts, puis Pit, droit dans les yeux :

- Alors comme ça, tu veux savoir ce qui m'est arrivé...? Je sais pas si j'ai tellement envie de te le dire... Si tu tiens tellement à savoir, il faudra me faire parler...


HRP:
 








Merci !
- Joy
- Lou : 1, 2, 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit
avatar

♣ Chef des Raccommodeurs ♣


✘ AVENTURES : 731
✘ SURNOM : Le Joker
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ LIENS : Quelques fleurs perdues dans un fossé de cartes
le SWAG


MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Dim 15 Nov 2015 - 20:44

Insupportable, cette poupée qui ne se laisse pas faire et se défait de la prise du Joueur qui tentait de corriger le plateau de jeu qui ne lui plaisait pas.
Et la Poupée Déguisée s’en allait contre un arbre, le Joker tourna le regard sur le cadavre puis la direction du Grand Arbre. Il y avait assez de distance.

Il entama de se pencher sur l’état de la sirène, regarder la peau de plus près, être sûr que ce ne soit pas un tas de viande pour rien.
Pit la retourna, la morte, la faisant rouler sur le dos d’un coup de pied. Pas trop brusque, il ne faudrait pas abîmer. Il pourrait peut-être prendre aussi le cuir du ventre, enfin, en faire du cuir.

Puis Heaven parla. Faisant quitter les iris du Joker de leur contemplation pour se tourner sur la Récolteuse. La question était : est-ce que seulement, l’esprit du Chef des Raccommodeurs avait envie d’écouter la Mésange chanter ? C’était qu’elle devenait infiniment lassante avec ses insultes ou sa manière de montrer son désaccord. Certes, c’était amusant de l’énerver. Etait-ce possible de rendre son teint pareil à la couleur de ses cheveux ? Question intéressante.

Cependant, elle parla d’autre chose. Le sourire de Pit se fit un peu moins grand, happé par l’interrogation qu’il se faisait.

Elle disait avoir l’esprit embrouillé par la chaleur, puis un rire qui sonnait loin d’être vrai. La tête se pencha sur le côté, laissant la tressette pendre, elle était un peu plus courte qu’avant d’ailleurs. Mais pas de beaucoup, car elle avait déjà repoussé.
Pit s’égarait, son attention se reconcentra sur la demoiselle. Cette dernière pris une pose qui, selon le Joker, ne correspondait pas à la Poupée qu’elle était. Au rôle qu’il avait défini comme étant celui de la Récolteuse.

Cette fois elle disait qu’il faudrait la faire parler. Alors qu’avant, selon ce qu’il comprenait, elle voulait juste qu’il parte, sans doute. Du moins, ça correspondait plus. Le Joker n’était pas entièrement sûr de son raisonnement.
Il se contenta de croiser les bras, faisant abstraction de la sensation désagréable que lui faisait la pression sur l’hématome qu’il avait sur les côtes gauches. C’était supportable, et moins important que l’histoire que la Mésange avait vécue.

Pit avait presque envie de lui faire cracher ce qu’elle savait, mais quelque dans l’attitude ne donnait pas ce cher air entre colère et une pointe de peur qu’elle avait eu la fois où il lui avait fait dire pour le Grandissement.

Un dernier coup d’œil à la nageoire de la dame des eaux, il pourrait en faire quelque chose aussi, mais il faudra l’entreposer ailleurs. C’était sûr.
Puis il vint jusqu’à Heaven, sourire toujours présent, mais moins exagéré. Peut-être selon d’un joueur sûr de sa main de cartes. C’était un jeu.
L’esprit interpréta ce qui se passait, cette étrange attitude comme un jeu. Est-ce que la Récolteuse tentait de se faire une autre carapace face à lui ?
Très bien, il faudra aussi la percer.

La regardant de haut, puis il finit par s’accroupir face à elle. La fixant dans les yeux. Cherchant peut-être un autre signe de grandissement, un qui la ferait bannir à jamais peut-être. Quelle idiote, il n’avait pas fini de jouer qu’il devrait se trouver un autre jouet ?
Mais non, quelque chose lui disait que ce n’était pas ça.

- Ca mérite mon intérêt ?

Sourire un peu plus discret, mais toujours présent.
Il chercha un peu les réponses sur les habits et les cheveux de l’adolescente. Un sale état, elle avait été dans l’eau peut-être, à en juger comme le sable semble lui coller à la peau.

- Ta robe, tes cheveux, ta peau, tu es tombée dans une marre aux sirènes ?

Léger rire.
Pit chercha aussi la marque qu’il avait cousue dans le bas de l’habit, impossible de voir précisément, les signes de cartes étaient encore assez discrets. Il aurait peut-être dû les faire un peu plus grands.
Le Joker releva les yeux pour chercher encore à fixer ceux d’Heaven. Il cherchait une fois de plus la faille.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heaven
avatar

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 402
✘ SURNOM : La Mésange (Ou Panda Hero)
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Readyyy !
✘ LIENS : A smoky haze and bags under her eyes
Let all make way for our pinch hitter
It's really her, the Panda Hero
So long to our opponent's killer liner !

Chante et délire en lightpink ~


MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Dim 15 Nov 2015 - 22:15


L'attention du Joker avait été reportée un moment sur la Sirène, qu'il examinait de loin sous toutes ses coutures. Et puis... Lorsqu'Heaven parla, le blond daigna tourner la tête, l'écouter. Il l'écoute presque tout le temps... Est-ce parce qu'il aime bien l'entendre parler, même lorsqu'elle dit des choses vexantes, et trouver quelque chose à répliquer par la suite ? Est-ce pour déceler sa faiblesse, des mots bien choisis ou au contraire, qu'Heaven a dit comme ça, les laissant échapper, un peu comme elle venait de le faire ?
Pit avait pris un air interrogatif, la tête penchée sur le côté. Droit. Et la tresse, qui se balance... Tiens ? Elle avait pas l'air un peu plus courte, d'ailleurs ? Enfin, bon. Peut être était-ce juste l'imagination de la Mésange. Avec toutes les fois qu'elle l'avait vue se balancer, sa tresse... Le Chef des Raccommodeurs prenait souvent cet air étonné lorsqu'Heaven parlait. Preuve que ça l'intéressait, ce qu'elle chantait, la Mésange...

D'ailleurs, elle avait, de son côté, reporté l'attention sur sa chevelure rebelle, qui commençait à se déméler un peu. Elle avait enlevé son serre-tête et se passait soigneusement les doigts entre les lèches, faisant tomber un peu de sable à côté d'elle. Au final, les doigts peuvent très bien servir de peigne de fortune... Et, heureusement pour elle, sa chevelure avait l'air un peu plus présentable, maintenant. Une partie était comme du foin, l'autre, plus souple.

- Ça mérite mon intérêt ?

- Peut être bien... Je sais jamais ce que tu veux ou pas entendre...


Heaven retint une grimace de douleur; elle avait rencontré un noeud qui n'avait pas l'intention de se démêler si facilement ! Alors, elle s'arrêta, puis reporta de nouveau son regard et son attention sur son interlocuteur. Pit était accroupi, face à elle, son regard plongé dans le sien. Il était près, un peu trop près... Frisson d'Heaven. "Recule."

"Les yeux de Pitou... Les yeux de Bengal... Ce vert... D'un côté, je le déteste. Mais de l'autre, je le trouve si beau... Si on s'en tenait qu'à là ?"

Encore le regard qui la balaya de haut en bas. Et le sourire, moins exagéré, plus vrai.

- Ta robe, tes cheveux, ta peau, tu es tombée dans une marre aux sirènes ?

Il eut un petit rire, puis releva les yeux pour fixer ceux de la Récolteuse, de nouveau.

- Non...

"Non, il ne faut pas en rester là" D'un côté, la jeune fille résistait. Elle se disait qu'elle devait penser à autre chose. Pas à son chat, pas à ce vert envoûtant, pas à cette chaleur qui l'accable, à son esprit, qu'elle pensait embué à ce moment là...
Nouveau frisson. "Arrête..."

- Je ne vais pas aller dans les détails, dit-elle simplement en se replongeant dans sa coiffure, mais juste, saches que j'ai été faire un tour dans l'océan. Pour exaucer le voeu d'une Sirène.

Elle arrêta de se coiffer, et laissa échapper un léger soupir, en repensant de nouveau à Clapotis, jetant un regard en coin au cadavre de Sirène. La tristesse passa sur son visage, puis elle recommença à passer les doigts dans ses cheveux, continuant son histoire :

- Très gentille, d'ailleurs. Clapotis... Je lui ai dit de très vilaines choses à ton sujet -aussi, je devais me justifier pour emporter le cadavre- alors je te conseille de faire attention à toi si tu la croises...

Fini. Ses cheveux étant redevenus souples, quoiqu'un peu rèches tout de même à cause du sel de l'icéan et du sable, l'adolescente se saisit de son serre-tête, qu'elle remit bien en place sur sa tête, redonnant au passage un peu plus de volume à ses cheveux, qui étaient maintenant totalement secs.
Elle posa les mains sur son genou droit, et recommença à regarder Pit, affichant une expression maligne et un etit sourire en coin, satisfait. D'une voix doucereuse, elle le mit en garde :

- Toi, si tu as Peter Pan de ton côté, moi, j'ai les Sirènes... Elles m'aiment bien. Et je pense qu'un joli garçon comme toi serait une proie de choix pour elles...

Voilà, la menace est dite... Mais... Mais... Quoi ?

"Qu'ais-je dit ?!"

"Un joli garçon comme toi" HORREUR ! UN COMPLIMENT ! UN COMPLIMENT S'EST ÉCHAPPÉ ! MISÈRE !
Dans l'optique d'Heaven, Pit fait parti de ces gens, le Mal incarné. Un foutu Dobermann. Jamais, jamais elle ne voulait lui faire de compliments, JAMAIS. Mais il faut croire que ce qu'elle pense, elle le dit tout haut... Mais d'ailleurs, POURQUOI avoir pensé à ça !
Un juron, un "merde", en français. Le petit sourire en coin disparut. La jeune fille prit une expression à la fois surprise, et inquiète. Elle regrettait ce qu'elle avait dit, plaquant une main sur sa bouche, l'autre, crispée, tenant le bas de sa robe, et le regard fuyant. Mince, mince, mince ! Pourquoi avait-elle dit, pourquoi avait-elle même PENSÉ ça ?!








Merci !
- Joy
- Lou : 1, 2, 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit
avatar

♣ Chef des Raccommodeurs ♣


✘ AVENTURES : 731
✘ SURNOM : Le Joker
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ LIENS : Quelques fleurs perdues dans un fossé de cartes
le SWAG


MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Lun 16 Nov 2015 - 0:07

Les sirènes, Heaven avait toutes les sirènes avec elle ? Vraiment ? Pit ne put empêcher un rictus en coin, un air demandant à voir cette information, cependant, la suite arracha une autre expression surprise.

Le temps que l’esprit réalise. L’étonnement fondit en sérieux, dans les yeux car le sourire en coin demeurait.
Les iris d’absinthe cherchaient toujours la réponse, celle au pourquoi.

Un ricanement, la Mésange semblait troublée. Et pourtant, elle paraissait si agressive quelques secondes avant, lançant des piques.

- Un problème ? Tu regrettes tes mots ?

Un autre léger rire.
Il cherchait la bête noire, le point pour mettre la Poupée Déguisée dans tous ses états. Connaissant un peu le fonctionnement de la Récolteuse, le Chef des Raccommodeurs pensa que dans cette dernière phrase née des lèvres de l’adolescente, ce qui concernait le fait qu’il puisse être une proie était voulu. Mais ce qui concernait l’adjectif utilisé pour le désigner, ce devait être la source de la panique.

Jouer avec une personne aussi instable était des plus amusants.

- Un mélange de haine et de compliment ?

Une moue.

- Il faudrait savoir, ma chère.

Sourire, les mots dits avec un ton mielleux. Il cherchait à la rendre pareil que l’autre fois, il jouait avec ses réactions, il cherchait celle de dégoût. C’était un jeu amusant. Elle y avait parfaitement réagi la dernière fois.

Il prit une mèche de cheveux rose, elle n’avait pas aimé ça du tout la dernière fois. Bon, il avait passé toute la main dans la crinière de guimauve, mais cette fois il lui faisait une fleur, pour le moment.

- Oh bravo, t’as réussi à rattraper le coup pour tes cheveux.

Il enroula son index dans la mèche puis le déroula, sans trop s’attarder non plus. Voyons, il avait encore une sirène à dépecer.

- Bah t’as fait un bon boulot au moins, même si tu es plutôt agressive.

Il resserra la mèche, le sourire encore et toujours là, et un ton sucré à en être écœuré.

- T’inquiète pas, je comptais pas me baigner.

Un léger rire. Il s’amusait bien avec ces nerfs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heaven
avatar

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 402
✘ SURNOM : La Mésange (Ou Panda Hero)
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Readyyy !
✘ LIENS : A smoky haze and bags under her eyes
Let all make way for our pinch hitter
It's really her, the Panda Hero
So long to our opponent's killer liner !

Chante et délire en lightpink ~


MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Jeu 19 Nov 2015 - 20:19

La surprise, un sourire. mais le regard, lui, n'avait pas l'air gai du tout, il était même sombre... Chez Pit aussi, on lit les émotions dans les yeux, c'est l'élément du visage le plus traître... Et autant dire que là, il avait l'air de prendre la réplique de la Mésange au sérieux...

- Un problème ? Tu regrettes tes mots ?

- Pas tous...


Un petit rire. Ça recommence... C'est toujours la même chose : face à Pit, Heaven se met dans tous ses états, elle dit des choses qu'elle ne voudrait pas dire, comme si elle ne réfléchissait pas assez avant de parler. Elle a beau se justifier, essayer de trouver quelque chose pour riposter, c'est comme si sa répartie s'envolait brusquement...
De la haine et des compliments ? Oui, mais pourquoi ?
Il faudrait savoir... Oui, c'est sûr.
Pourquoi avoir dit ça ? Pourquoi avoir seulement pensé à ça ? Ce serait la vérité ?

Heaven se posait un tas de questions, visiblement très perturbée. Elle n'eut pas le temps de plus réfléchir à la signification de ces mots, que déja Pit lui avait pris une mèche de cheveux... Bon, ce n'était pas l'étrange caresse de la dernière fois, quand il avait passé sa main dans la chevelure guimauve, mais là, il gardait cette mèche de cheveux...
La Récolteuse plaqua son visage dans ses mains avec un petit couinement surpris. Ho, non, voilà qu'il recommençait, encore !

- A... A... Arrête !!

Et le voilà qui lui faisait des compliments, pour avoir rattrapé le désastre capilaire, puis pour son travail, tout en continuant à jouer avec la mèche, tout en prenant un ton doucereux que la jeune fille déteste tant... Enfin... Maintenant, elle n'en est même plus sûre !

- T’inquiète pas, je comptais pas me baigner.

- Je ne m'inquiète pas...


Heaven avait posé sa main sur celle de Pit, l'autre tenant sa mèche de cheveux. Ainsi, elle fit vivement glisser sa mèche de la main de son interlocuteur. Elle laissa un moment sa main posée sur celle du Chef des Raccommodeurs, tandis que l'autre était encore logée sur sa même de cheveux, puis...

Un geste vif, imprévisible. En deux temps tois mouvement, Heaven avait lâché sa mèche, la main de Pit, et avait violemment poussé celui-ci. Étant donné qu'il était accroupi près d'elle, elle a ainsi pu aisément le faire basculer. Elle-même ne pensait pas réagir ainsi, mais c'était plus fort qu'elle. En panique, elle voulut alors se relever, mais ses jambes ne lui obéissaient pas... Avec la fatigue accumulée et sa position, ses jambes s'étaient engourdies, l'empêchant de se mettre à nouveau debout sur ses pieds. Elle recommençait à s'emballer, tremblante, son coeur battant à la chamade. Un peu comme la dernière fois... Mais avec quelque chose en plus.
Heaven, ne pouvant se relever pour fuir, se contenta de relever lentement la tête, quelques mèches de cheveux devant son visage, pour faire face à n'importe quoi... D'ailleurs, elle avait un petit air appeuré, et ses joues avaient viré au rouge pivoine sans qu'elle puisse s'en empêcher... Et ça, ça ne s'était pas produit, l'autre fois.
Hé oui, Heaven rougit vite, malgré elle, et pour tant de raisons ! Quand elle est fatiguée, en colère, quand elle a chaud, quand elle rit, ou pleure, quand on lui fait un compliment, quand elle est gênée, ou quand on lui fait de l'effet...








Merci !
- Joy
- Lou : 1, 2, 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit
avatar

♣ Chef des Raccommodeurs ♣


✘ AVENTURES : 731
✘ SURNOM : Le Joker
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ LIENS : Quelques fleurs perdues dans un fossé de cartes
le SWAG


MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Sam 21 Nov 2015 - 18:48


La Mésange n’aimait que que l’on joue avec ses plumes, et ça, c’était hilarant. Déjà la dernière fois, le Joker avait apprécié la faire réagir avec ça. L’apeurer, l’énerver. Tant qu’elle avait une de ses réactions exagérées c’était parfait.
Impossible d’ignorer ce que l’on repousse, ce qui nous dégoûte.

Pit eut un large sourire lorsqu’elle fit en sorte de dégager sa mèche de la main du Chef des Raccommodeurs.
Mais pas le temps de rire, sans plus comprendre, il se retrouva sur le cul. Dans les deux sens du terme. Surpris et assis sur le postérieur.

- Hé ?

L’air qui ne s’y attendait pas demeura quelques instants, avant de disparaître, écrasé par un sourire encore plus grand. Voilà qui était encore mieux. Une belle réaction.

Un gloussement. Il en oubliait presque la sirène. Son jouet du moment était plus intéressant.

Il se redressa, puisqu’il s’était retenu avec les mains par réflexe. Penchant la tête, au final c’était presque toujours comme ça lorsqu’il réfléchissait. Presque.
Sondant Heaven de haut en bas.
Il y avait de la peur, il pensait le reconnaître grâce à l’épisode passé dans la Mercerie.
Il aimait bien cette tête.
Inconsciemment, il aimait qu’on ait cette tête, puisqu’il n’avait que celle de l’indifférence en réponse de coutume dans le passé. Passé enfermé, dévoré par l’île.

Elle voulait se relever, elle ne comptait pas rester apparemment, on se demande pourquoi, non ?
Léger rire alors que le Joker se mettait sur les genoux.

De la peur et… un teint trop rouge.
Un autre ricanement.
Il devait y avoir quelque chose d’amusant derrière tout ça, qu’est-ce qu’elle avait dans la tête ? Qu’est-ce qu’elle se disait dans sa tête ?
Il faudrait le lui faire cracher tiens.

Le Chef des Raccommodeurs regarda encore autour de lui, on ne sait jamais après tout.

Puis son regard d’absinthe revint à sa source d’intérêt du moment. Un sourire suffisant apparut cette fois-ci. Il se releva.

- Mais que tu es peu soigneuse avec moi.

Une sorte sarcasme peut-être.
Un pas, deux pas, mains dans les poches, mais à nouveau vers la Récolteuse.

Il daigna se baisser pour la Poupée Déguisée.

- J’aurais pu te laisser tranquille, j’aurais pu me lasser.

Un rire. Puis il s’arrêta net.

- Mais non. Tu reviens jouer, et cette fois, tu peux être sûre que je vais pas lâcher. Si le Grand Arbre te paraissait difficile à vivre, sache que je te garderai dans le viseur de tout façon maintenant.

Rire. Sourire.
Il revint à la position initiale, celle accroupie, comme pour illustrer ses propos. Il revenait.
Il reposa un avant-bras sur les genoux, tandis que l’autre appuyait le coude dessus pour soutenir la main qui portait maintenant la joue droite de Pit.

Grand sourire.

Un temps. Pour bien assimiler le visage de la Mésange, pour bien savourer le moindre changement exagéré.

- Et maintenant, voilà une belle couleur sur tes joues. C’est quoi qui te fait ça ? La peur ? Mais pourtant je suis pas du tout flippant, je souris assez, non ?

Un rire.

Il finit par s’assoir, nonchalamment, laissant le genou droit relevé afin de continuer à s’en servir comme accoudoir.

Le Joker prit un air plus suffisant, et ajouta d’une voix mielleuse, encore une fois –il trouvait que ça marchait bien sur Heaven.

- Ta robe te plaît ?

Gloussement. Il la cherchait, ça oui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heaven
avatar

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 402
✘ SURNOM : La Mésange (Ou Panda Hero)
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Readyyy !
✘ LIENS : A smoky haze and bags under her eyes
Let all make way for our pinch hitter
It's really her, the Panda Hero
So long to our opponent's killer liner !

Chante et délire en lightpink ~


MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Dim 22 Nov 2015 - 11:09

Un air surpris, de nouveau. Un long moment, ou ni l'un ni l'autre ne disaient mot. C'est sûr, Pit ne pensait pas qu'Heaven allait réagir ainsi. D'ailleurs, elle-même n'y pensait pas non plus, au départ, elle s'était surprise elle-même... La réaction avait eu son effet, aussi bien sûr l'un que sur l'autre.
La Récolteuse avait baissé la tête, elle regardait l'herbe rougie par la chaleur, ne trouvant pas le courage de regarder son interlocuteur. Elle le vit pourtant se relever, elle l'entendit glousser, se rapprocher, se ramassant alors un peu plus sur elle-même, plus pour cacher son teint rouge tomate que la peur qu'elle éprouvait à cet instant.
Mais, elle était sûre qu'il n'y avait pas que de la peur. Un autre sentiment venait doucement la remplacer, cette peur. Sinon, pourquoi ses joues se seraient-elles brusquement teintées de pourpre, sans prévenir ? Ce n'était pas à cause de la colère. Heaven n'était plus spécialement en état de péter les plombs comme elle le fait si bien d'habitude, comme elle l'a fait au début de la discussion, crachant injures au visage du Chef des Raccommodeurs, sans "bonjour", ni rien. La chaleur l'accablait, la rendant molle comme une guimauve.

- Mais que tu es peu soigneuse avec moi.

Pas de réponse, pas un mouvement, pas un frémissement, rien, le regard toujours plongé dans l'herbe sèche à ses pieds.
Pit se mit à la hauteur de la Mésange, qui lui jeta un rapide coup d'oeil avant de se faire encore un peu plus petite.

- J’aurais pu te laisser tranquille, j’aurais pu me lasser.

Un rire, bref.
Toujours aucune réaction du côté d'Heaven.

- Mais non. Tu reviens jouer, et cette fois, tu peux être sûre que je vais pas lâcher. Si le Grand Arbre te paraissait difficile à vivre, sache que je te garderai dans le viseur de tout façon maintenant.

Le rire, de nouveau. Le même tableau, de nouveau. Heaven, assise contre un arbre telle une loque, une poupée de chiffon qu'on aurait posé là et qui elle-même avait du mal à se tenir droite, et Pit, accroupi en face. Il la cherchait, c'était sûr ! Il voulait encore se retrouver sur le cul, ou quoi ?
Frémissement d'Heaven à l'entente de la réplique du Joker. À quoi cela servait-il de recommencer le petit manège de tout à l'heure, maintenant qu'il lui avait fait comprendre qu'il reviendrait, inlassablement ? Qu'attendait-il d'elle, de nouveau ?

La Récolteuse leva lentement la tête, plongeant avec difficulté son regard dans les yeux verts de Pit. Minou, minou... Pitou... Yeux de Bengal...
Il était doux, son regard, au blond. Un peu comme celui du chat, un peu comme celui de la Pitou. Oui, au final, c'était plaisant de se perdre dans ces yeux là.

- Et maintenant, voilà une belle couleur sur tes joues. C’est quoi qui te fait ça ? La peur ? Mais pourtant je suis pas du tout flippant, je souris assez, non ?

Cette remarque eut pour effet de faire rougir de nouveau un peu plus Heaven. Elle se plaqua les mains sur ses joues, elle sentait l'impression de chaleur sur celles-ci. D'ailleurs, elle sentait la chaleur, accablante, dans tout son corps. À cause de la température ambiante, et puis de l'autre chose, là... La chose indescriptible... À cause des mots trop gentils qu'elle avait laissé échapper.
En face d'elle, le Chef des Raccommodeurs s'était assis.

- Ta robe te plaît ?

Dit-il enfin, d'un ton doucereux. Nouveau léger frisson d'Heaven. Ça faisait un peu comme la dernière fois, à la Mercerie, mais avec la distance en plus... Mais l'effet était le même. Parce qu'il lui en faisait, de l'effet, le Joker. Pourtant, Heaven ne pouvait pas l'accepter.

"Pense à Silver !"

Se disait-elle. Oui, pense à Silver, Heaven ! Que dirait-il s'il te voyait rougir devant quelqu'un d'autre que lui ? Peut être rien, qui sait, il n'est pas possessif. Du moins, peut être pas. Mais il rester Silver. Arrivera avec lui, partira avec lui. Le remplacer, SILVER ? Impossible.

Alors pourquoi rougir ainsi ?

L'accumulation de la chaleur, de la fatigue, et des nuits blanches ne faisait pas un bon effet à Heaven. Était-ce cela qui la rendait si... fragile, face à Pit ?
Ou était-ce tout simplement le fait d'être une fille, faible, en manque d'affection -il faut dire que l'affection donnée par un garçon de son âge, ce n'est pas la même chose qu'un câlin que l'on ferait à un enfant-, qui a déja fait l'expérience de la douleur que peuvent engendrer de trop forts sentiments ?
Pourquoi être aussi faible ? N'est-ce pas aussi à cause de cette médaille d'or, brillante, accrochée à la chemise du Chef des Raccommodeurs, qui vous rappelle encore un peu plus qu'à côté, vous n'êtes rien ?

- Je ne l'aime toujours pas, cette robe. Pourtant, j'arrive à l'oublier, quand je ne la regarde pas. Je me dis qu'il n'y a rien dessus.

Réussit-elle à répondre d'un ton neutre, après un temps interminable, le regard fuyant.
Elle ne s'était pas rendu compte qu'elle avait placé sa main droite sur sa poitrine. Comme la dernière fois, son coeur battait à tout rompre. Pourquoi cela se produisait-il alors qu'elle parlait à certains garçons ? Oui, parce que Pit, ce n'était pas le premier face à qui Heaven rougissait, pour rien ! Mais, pour les autres, ça se limitait à rougir, c'est tout.
Et là, c'est pas tout.

- C'est pas de la peur...

Déclara-t-elle, le regard perdu dans le vague. Elle ne pouvait pas mettre des mots, dessus. Elle ne pouvait pas. Il lui fallait de l'aide pour trouver, même si en elle-même, cela la révulsait de parler d'elle au blond.

- C'est pas la chaleur non plus...

Continua-t-elle, tournant légèrement la tête de manière à regarder Pit de nouveau. Elle serra sur sa robe sa main droite, toujours placée sur sa poitrine. Elle baisse les yeux.

- C'est là... Ça m'arrive de rougir devant certains garçon, c'est vrai... mais, il y a quelque chose qui fait mal, là...

Elle releva vers Pit un regard implorant, reflétait la tristesse et la détresse. Et peut être aussi une pointe d'incompréhension.
Au fond, ne voulait-elle pas simplement que ce soit Silver qui se trouve en face d'elle, à ce moment là ? Histoire de pouvoir le serrer dans ses bras, comme la dernière fois, lorsqu'ils s'étaient revus... C'était si bon, ça lui faisait tellement de bien, à Heaven... Mais, cela faisait tellement longtemps qu'elle avait revu Silver... et cette sensation de béatitude, ça lui manquait...








Merci !
- Joy
- Lou : 1, 2, 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit
avatar

♣ Chef des Raccommodeurs ♣


✘ AVENTURES : 731
✘ SURNOM : Le Joker
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ LIENS : Quelques fleurs perdues dans un fossé de cartes
le SWAG


MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Dim 22 Nov 2015 - 14:27


Sourire, grand sourire, toujours et toujours et encore toujours. Ça avait quelque chose de satisfaisant, cette situation. Le Chef des Raccommodeurs était égoïste, ça oui. Mais ça, c’était dans le jeu. Le Jeu. Ce jeu, celui qui inverse tout ce qui s’est passé avant. Avant l’île, avant d’être un Garçon Perdu. Plus jamais on ne le forcerait, plus jamais ces regards inexistants, ni ceux n’étant là que parce qu’il faut regarder ce qui va nous appartenir le temps qu’on paie. Ni le regard d’une femme qui profitait de ce que son mari avait eu avant elle. Ne devait-il pas continuer de nourrir sa famille même depuis la tombe ? Même depuis la carcasse d’un avion ?  
Alors c’est le fils qui sert à quelque chose. En dehors de la maison. À l’intérieur, il n’existe pas, puisque le père n’existe plus.

Un léger rire, rompt l’esprit qui ne se souvient pas de ces souvenirs. Heureusement qu’il ne se souvient pas. Heureusement. Il ne sait qu’une chose : Garder le contrôle sur ces êtres, ces poupées.
Heaven était une bonne Poupée Déguisée, très amusante, on pouvait aisément jouer avec.

Le sourire s’élargissait sur le visage de Pit.
Il ne s’en souvient plus, mais ces sourires lui avaient donné l’impression de se déchirer les joues à chaque fois.
Légère petite victoire lorsqu’il savait qu’il agaçait les autres, et important rôle de sauvegarder la cadette, elle ne devait jamais savoir que ces sourires étaient faux et ce qui se passait ne devait pas être découvert. Evidemment.

L’esprit n’en savait rien. Du moins, ne s’en souvenait pas. Ou bien, n’avait pas les clefs pour faire accéder le conscient à cette partie de l’histoire.

Pit s’égarait, inconsciemment, dans des souvenirs inexistants.

Heureusement.

L’air de la Mésange évoquait la peur, selon le Chef Raccommodeur.
Il ne pouvait pas effacer son sourire qui se faisait suffisant.

Elle ne disait rien, puis soudain, elle dit quelque chose.

Mais elle réagit à la robe, elle ne l’aimait pas.
Evidemment. Un gloussement de la part du Joker.

Puis elle parla encore. Elle disait que ce n’était pas de la peur. Là, Pit eut de la peine à comprendre pourquoi elle disait soudainement ça… Ah mais oui, il s’en souvint. Il venait de lui parler de ce sentiment.
Puis elle parla de chaleur, du moins que ce n’était pas ça.

Très franchement, Pit ne comprenait pas du tout pourquoi elle radotait tous ça. Mais elle avait tourné un peu la tête, avant de baisser les yeux. Le Joker cherchait à saisir ce comportement au regard fuyant. Ça attisait sa curiosité. Ça donnait envie de gratter plus loin sous l’énigme.
S’en suivit les faits du rougissement, parlant de garçons mais que là, elle avait mal. Et ce nouvel élément, le Chef des Raccommodeurs ne comprenait pas vraiment. Sans doute pas plus que la Récolteuse.

Puis le regard c’était relevé, peut-être un peu moins fuyant. Peut-être, peut-être. Que de suppositions. Impossible de totalement être sûr de ce que le Jeu dessinait. Parfois le Joker devait d’abord interpréter ce que les poupées exprimaient.
Il y avait des émotions, un cocktail compliqué, voilà ce que les lacs d’absinthe tentaient de d’interpréter dans les eaux rosées qui se présentaient.
La détresse ou la tristesse ? Un mélange ? Inconsciemment, l’esprit ne pouvait que comprendre, du moins, le premier. Peut-être le deuxième aussi. Ce n’était jamais sur les lèvres que l’on lisait ce qui passait dans l’esprit de Pit. Toujours les yeux.
Et cet air, ce mélange que la Mésange avait fait, fit effacer vaguement le sourire suffisant. Il se fit un peu moins grand, les sourcils se froncèrent.
Vite, que l’esprit dévore la lucidité, vite que le Jeu reprenne. L’interprétation se faisait sans perdre le masque. Jamais.

Alors tout revint comme avant, poursuivant le jeu.

- Qu’est-ce que tu me chantes, la Mésange ?

Léger rire, comme toujours.

- C’est intriguant. Mais ça m’embêterait si tu te cassais maintenant, tu sais ?

Les iris d’absinthe se tournèrent sur la main qui s’acharnait sur la robe, Heaven allait la chiffonner à force. Qu’elle n’était pas soigneuse.
Qu’est-ce qu’elle désignait ?
Le Chef des Raccommodeurs releva les yeux.

- C’est trop serré ? C’est ça qui te fait mal ?

Il avait un air sérieux, sans trop l’être. Sourire fin, mais là, cependant… les sourcils se froncèrent. Il cherchait à comprendre. Un peu comme lorsqu’il n’appréciait pas le travail final accompli.

Il abandonna son accoudoir improvisé, il commençait à avoir des fourmis dans le bras. Puis il s’approcha de la Récolteuse, il tentait de trouver des coutures trop étirées, signe d’une taille trop petite du vêtement.
Pit se pensait de toute manière tout permis. Car c’était son Jeu, ses pions, ses poupées, ses cartes, ses trésors. Encore plus lorsqu’ils portaient ses marques. Que ce soient des habits, des fleurs ou une marque brodée sur un vêtement.

Puis un léger rire. Rythme habituel du Joker après tout.

Rire vite coupé, il y avait quelque chose de plus sérieux en Pit. Le Joueur devait faire surface. Le Joueur devait s’assurer d’une chose, il ne fallait pas que son jeu soit dérangé.

- Tu ne grandis pas, hein ?

Voix sucrée, le Joker pouvait se montrer affectif avec ses pièces de jeu, quand il s’inquiétait, quand il voulait les corriger. Parfois.
Mais l’affection du Joker, n’était pas toujours vraiment de lui. C’était plutôt d’avant. Un comportement appris avant. Lorsqu’il fallait bien se comporter avec les clients, il pouvait avoir plus lorsqu’il était plus mielleux. Surtout avec certains, ces gens étaient manipulables pour la plupart. Il avait appris à prendre un peu pour lui. Les tarifs habituels, mais des bonus arrivaient parfois. Ça, c’était que pour lui. Pas pour la belle-mère.

Il s’y était fait à force, à contrecœur, évidemment.
C’était même arrivé, un jour, qu’une femme soit venue alors qu’elle ne faisait jamais ce genre de chose. Alors qu’elle avait déjà tout, elle ne touchait jamais aux bas-fonds.

Cette dame, bien rangée, avait eu une belle vie, du moins un bon début. Mais un soir elle avait voulu s’en aller. Le temps d’une nuit peut-être.

Du moins, c’était ce que Pit s’était imaginé. Parce qu’elle était bien habillée, parce qu’elle était couverte de bijoux. Parce qu’une fois avec lui, elle avait plutôt fait les cent pas, en se répétant qu’elle ne savait plus comment elle était arrivée ici. Elle avait juste voulu voir autre chose que sa vie rangée, que son mari trop vieux.

D’une cliente peu commune dans le milieu peu accueillant de la belle mère, était née une habituée. La première que le Joker pu manier un peu.

La manipulation, c’était le seul moyen parfois. Les rôles s’inversaient un peu. Du moins, parfois.
Parce que si Pit se trouvait à Never Land, c’était que les choses ne le retenaient pas.

Et la pauvre Heaven avait un peu de ce passé qui se reflétait, pour le Joker. Car à être aussi perdue, elle lui rappelait cette femme qui n’osait pas toucher ce qu’elle avait acheté mais qui avait fini par ne pas s’en passer.

Mais ça, l’esprit n’en savait rien. Le Chef Raccommodeur n’en savait rien.

Peut-être avait-il cette attitude un peu langoureuse, la même qu’il prenait plus facilement avec ceux qu’il avait appris à être supérieur malgré la situation initiale avant. Un moyen de jouer, de garder le contrôle, toujours.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heaven
avatar

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 402
✘ SURNOM : La Mésange (Ou Panda Hero)
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Readyyy !
✘ LIENS : A smoky haze and bags under her eyes
Let all make way for our pinch hitter
It's really her, the Panda Hero
So long to our opponent's killer liner !

Chante et délire en lightpink ~


MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Dim 22 Nov 2015 - 17:44


En réponse à sa première phrase, celle à propos de la robe, un gloussement. Bien sûr, qu'il le savait, qu'elle ne l'aimait pas, cette robe, Heaven. Bien sûr qu'il le savait. Il ne devait poser la question que pour embêter la Récolteuse, ou lui rappeler les signes distinctifs qui y étaient maintenant brodés...

Et puis, le Joker perdit un peu son indélébile sourire. Une expression plus sérieuse, sourcils froncés. Il cherchait à deviner le sens des mots d'Heaven. Il n'avait pas l'air de comprendre ce que la Mésange désignait, de sa main droite. Naturellement, qu'il ne comprenait pas. Il ne sait pas ce que ça fait. Silver, il aurait sûrement compris, lui.
Il aurait compris, Silver, que ça lui fait mal au coeur, à Heaven, de ne pas avoir son proscrit auprès d'elle. Qui plus est, au lieu de cela, elle est encore aux prises avec Pit...
Elle n'était pas censée l'aborder, elle aurait simplement dû lui donner le cadavre de Sirène et tourner les talons, ça aurait été plus simple. Elle aurait été se coucher, ensuite. Mettre la tête dans son tas d'oreillers, regarder la tête ensanglantée du Grumpy Cat en peluche, et la recacher, cette chose immonde.

Pit, par des paroles en l'air, des interrogations grotesques, semblait essayer de comprendre les dires d'Heaven, ses mots, ses gestes. Il fixait la main droite de la jeune fille, toujours logée sur sa poitrine. Mais il ne comprenait pas.

- C’est trop serré ? C’est ça qui te fait mal ?

Non, il ne comprenait vraiment pas.

Changement de position. Le Chef des Raccommodeurs s'approche un peu plus, observant la robe. La Récolteuse, quant à elle, se colle un peu plus au tronc de son arbre. Pauvre idiot, il ne comprend pas. Il ne sait pas qu'elle pense à l'ex-Chasseur, le Banni, Silver, son proscrit. Cela fait trop longtemps pour elle qu'ils ne se sont pas revus... Et Heaven a grand besoin de le retrouver, pour sentir ses douces étreintes...
C'est toujours difficile, quand on y pense. La jeune fille doit faire un effort phénoménal et retenir ses sentiments, pour ne pas prendre encore quelques malheureux centimètres. Elle se sent entravée, d'un côté. De l'autre, ici, elle est en cage. Et elle en a marre, Heaven. Elle voulait s'envoler librement, mais dans les deux cas, elle ne peut pas déployer pleinement ses ailes...

- Tu ne grandis pas, hein ?

LA question, encore, mais Heaven ne se souciait pas du ton qui allait avec. Comme la dernière fois. Du moins, la dernière fois, ça s'était terminé par une affirmation. Là, il n'y aurait pas d'affirmation. Enfin, ce sera négatif. Négatif, pas un centimètre de plus, ni un millimètre. Pas d'inquiétude à avoir.
Léger soupir. Il ne comprenait pas ce qu'étaient les sentiments qui causent votre perte ici, c'est sûr, il n'a pas vécu l'expérience, il ne sait pas ce que c'est.
L'adolescente prit un ton comme celui avec lequel elle s'adresse aux autres, d'habitude. Une voix calme, qui se voulait rassurante, pour elle, comme pour lui.

- Plus maintenant... du moins, j'essaye. Je sais bien, qu'on jour, on  percera mon secret, et que je n'aurai plus rien à faire ici. Je suis persuadée que ça se passera. Et j'y suis préparée.

Disait-elle, ayant entre-temps baissé un peu les yeux.
Dans ses yeux, plus rien. Ni de détresse, ni de tristesse, un sérieux étrange, peut être voilé de remord. Elle ne tremblait plus, elle n'était pas au bord des larmes. Pas de sourire crispé, nada. Elle était bel et bien sincère, Pit ne pouvait pas avoir de doutes là-dessus.
Elle inspira, puis expira longuement. Elle n'avait pas fini.

- Et je suis sûre que ce sera pas à cause de toi que je partirai. J'avais du mal à y croire la dernière fois, mais maintenant j'ai pris conscience que ça te dérangerai un peu, de devoir me livrer. Pas vrai ?

Elle replongea son regard dans le vert des Yeux de Bengal, qu'elle soutint. Sur ses lèvres se dessinait un sourire, un doux, un vrai. Le premier, depuis le début de la conversation. Peut être le dernier, qui sait. Mais il était bien là.
Heaven avait pris conscience que le Chef des Raccommodeurs ne voulait pas la livrer, il aurait pu avoir tellement d'occasions de le faire... La preuve était qu'il avait même empêché son fidèle compagnon -les deux formant un dangereux binôme de Dobermann-, de prononcer le moindre mot à ce sujet. Pourtant, Dieu sait que le Courtisan qui lui sert de sbire est virulent... Mais bon, comme dans le film, n'est-ce pas Roscoe qui donne les ordres et DeSoto qui exécute ?

- Pour tout à l'heure, saches que je parlais de mon coeur. Mais bon, tu ne peux pas savoir ce qui se passe en moi. Toi, tu n'as pas grandi, tu ne peux pas comprendre ma détresse, entre la cage que tu m'imposes et la règle sur l'entrave des sentiments matures qu'a imposé Peter...

Un deuxième léger soupir. Ça y est, elle s'était calmée, la Mésange. Bien que ses joues soient encore un peu rouge et que son corps était agité de légers tremblements qui ne voulaient pas s'en aller, son rythme cardiaque était de nouveau revenu à la normale.
Elle changea elle aussi de position, et se mit sur les genoux, ses fesses posées sur ses pieds, un peu comme les japonais, dans les nombreux mangas qu'elle avait lus dans le Monde Ordinaire. Elle remit un peu en place le haut de sa robe qu'elle avait failli froisser en la serrant tout à l'heure, puis posa ses mains sur ses genoux, les jambes un peu engourdies. C'est que ça faisait pas mal de temps qu'ils étaient assis ainsi...
Et, malgré la température ambiente et sa compagnie, on ne pouvait pas dire qu'à ce moment là, Heaven se sente si mal que ça...
Une question, une dernière question en ramenant une foule d'autres, posée avec un ton grave :

- Dis, Pit... Pourquoi ne me livres-tu pas ? À quoi... je te sers, exactement ? Réponds-moi sincèrement.








Merci !
- Joy
- Lou : 1, 2, 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit
avatar

♣ Chef des Raccommodeurs ♣


✘ AVENTURES : 731
✘ SURNOM : Le Joker
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ LIENS : Quelques fleurs perdues dans un fossé de cartes
le SWAG


MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Dim 22 Nov 2015 - 19:10


Eh bien… Voilà qu’elle expliquait. Qu’elle comprenait.

Premièrement, elle rassura, disant qu’elle ne grandirait plus. Un gloussement, qu’elle grandisse ou pas, peu importait, il fallait juste qu’elle tienne assez longtemps pour continuer d’être la Poupée Déguisée. Un ricanement.
Elle se préparait au Bannissement qui planait sur elle. Un léger rire, ça risquait d’être intéressant. De plus, elle paraissait plus « lucide » sur le but du Joker. Il était plus subtil qu’un gros bras ou qu’un rapporteur de première.

- T’en a mis du temps.

Un ricanement, rythme habituel ponctué d’un large sourire qui revint à la normal pour entendre la suite.

Deuxièmement, déjà, Pit remarqua qu’elle ne réagissait plus autant apeurée. Où était passé la peur ? Voilà qui décevait presque le Chef Raccommodeur, mais il se contenta d’écouter la suite. L’explication.

- Pour tout à l'heure, saches que je parlais de mon cœur. Mais bon, tu ne peux pas savoir ce qui se passe en moi. Toi, tu n'as pas grandi, tu ne peux pas comprendre ma détresse, entre la cage que tu m'imposes et la règle sur l'entrave des sentiments matures qu'a imposé Peter...

Les sentiments, il ne pouvait pas comprendre, selon les dires de la Mésange. Et elle avait raison, ses notes étaient justes. Pit ne comprenait pas, mais… est-ce que la véritable personne comprenait ? Est-ce que c’était comme avec Dusk ? Ça n’avait rien à voir avec ça.

Le Joker finit par réagir à ces dernières phrases, un sourire toujours ancré.

Non. Il n’avait pas grandi. Juste parce que certains éléments ne sont pas adultes selon lui. Que ce soit le Joueur ou celui derrière le masque, les deux s’accordent sur les gestes qui ne sont pas qu’adultes.

Mais vrai, les sentiments, ça, il ne comprenait pas. Il n’y avait que deux personnes que le Chef des Raccommodeurs ne mettait pas dans le Jeu. Certes, il y avait aussi Rainette et Yarn, des princesses, des pièces dans le Jeu qui ne devaient pas être cassées.
Cependant, seules Reverse et Dusk étaient en dehors. Et Dusk encore plus.

L’esprit s’égarait dans le vague mais se débattit pour revenir à lui.

Il parlera plus tard, la laissant poursuivre.

Reculant un peu, parce qu’Heaven se redressait. Changeant de position.

- Dis, Pit... Pourquoi ne me livres-tu pas ? À quoi... je te sers, exactement ? Réponds-moi sincèrement.

Le Joker ne s’y attendait pas, et t’en mieux, c’était mieux.
Il ne dit rien, il se concentrait sur l’intonation de la voix de l’adolescente. Normale. C’était rare, depuis un moment du moins avec lui.

Il laissa son index s’enrouler autour de sa petite tresse. Il en oubliait la sirène, il ne faudra pas l’oublier après en tout cas.

Un rire, un sourire qui s’élargit.

- Eh bien, eh bien. Je ne peux pas comprendre, ce que t’as dit avant. Non, en effet. Mais j’en ai pas besoin. Je sais par contre que ça fait grandir, mais dis-moi, alors pourquoi t’as mal au cœur ? Pourquoi maintenant ? Hein ?

Il laissa sa tresse, avec un ricanement. Il se pencha, pour mieux voir ces yeux qui, finalement, semblaient avoir repris le courage de le regarder dans les orbites.

- Pourquoi tu fuyais, avant ?

Sourire large, sans laisser répondre quoique ce soit.

- Je t’en pose pleins, de ces questions, non ? Mais je vais être gentil, t’as fait ton job.

Une pause. Impression de réfléchir.

- Ma chère, je suis simplement quelqu’un de soigneux avec mes affaires, avec ceux que je préfère. Les autres, s’il n’y a aucun intérêt, je ne les garde pas.

Un temps, sans rien dire, juste en fixant la Mésange en cage. Le sourire s’effaça, un air neutre, rare. Pourquoi ? La fatigue peut-être. Il en avait joué tant de ses tours de magie pour le Tyran, et il était infatigable ces temps. En témoignait la météo.

- Donnant-donnant… je réponds, tu réponds.

Rire, faible.

Des mots lâchés dans le vague, le ton était trop peu habituel pour que le Joker en soit réellement conscient, mais au fond il en était totalement. Juste un peu comme si un peu du masque tombait. Mais ça, ce n’était que le Joueur, le masque n’allait pas tomber aussi facilement voyons. Il réfléchissait… puis un léger rire, mais pas plus de sourire.

- Je suis bon joueur, la plupart du temps. C’est pour ça, et que je sais, par expérience d’avant, qu’il ne faut pas être aussi idiot pour ne pas voir les cartes qu’on a en main.

Il fut coupé par un bâillement. Ce qui le fit un peu râler juste après, puis le sourire revint. Suffisant, sûr de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heaven
avatar

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 402
✘ SURNOM : La Mésange (Ou Panda Hero)
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Readyyy !
✘ LIENS : A smoky haze and bags under her eyes
Let all make way for our pinch hitter
It's really her, the Panda Hero
So long to our opponent's killer liner !

Chante et délire en lightpink ~


MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Dim 22 Nov 2015 - 21:39

Pas de réponse, juste un sourire ancré. Il semblait tout de même sonder de nouveau Heaven, jouant avec la petite tresse pendant à la droite de son visage. Pourquoi faisait-il cela ? N'aurait-il pas dû répondre à sa question, au lieu de rester concentré ainsi ? Cette réaction intriguait beaucoup la Mésange, qui prit alors un air dubitatif. Et puis, la réponse vint, après un petit moment :

- Eh bien, eh bien. Je ne peux pas comprendre, ce que t’as dit avant. Non, en effet. Mais j’en ai pas besoin. Je sais par contre que ça fait grandir, mais dis-moi, alors pourquoi t’as mal au cœur ? Pourquoi maintenant ? Hein ?

Et puis, deux ou trois questions s'enchaînèrent alors, les unes après les autres, sans que la Récolteuse ne puisse répondre quoi que ce soit entre. Pit s'était rapproché, trop près, un peu trop près d'ailleurs, faisant revenir instantanément un peu le rouge aux joues d'Heaven.
Pause.

- Ma chère, je suis simplement quelqu’un de soigneux avec mes affaires, avec ceux que je préfère. Les autres, s’il n’y a aucun intérêt, je ne les garde pas.

"Ceux que je préfère". Il se fichait d'elle, ou il était sincère pour de bon ?
Non, il devait être sincère, Heaven le lui avait demandé. Il ne mentirait pas sur ce point, quand même... Non, il ne mentait pas, il avait dit crument que ceux qui ne l'intéressaient pas, il ne les gardait pas...
Le Chef des Raccommodeurs fit comprendre à l'adolescente qu'il la laissait répondre, ensuite. Oui, il devait les attendre, ces réponses, pour les lui demander. Encore à vouloir glaner des informations...
Bah. Pourquoi donc lui cacher des choses ? Maintenant qu'Heaven était certaine qu'il ne la livrerai pas... Du moins, elle sera toujours un oiseau en cage. Il n'y avait qu'une part de bon...

- Je suis bon joueur, la plupart du temps. C’est pour ça, et que je sais, par expérience d’avant, qu’il ne faut pas être aussi idiot pour ne pas voir les cartes qu’on a en main.

Il baîlla après sa phrase, ce qui n'avait pas l'air de lui plaire. Sa réaction fit doucement rire Heaven. Lui aussi paraissait fatigué, au final... Que pouvait-il donc bien se passer, dans les tréfonds de la Maison Souterraine ?

Le temps des réponses était arrivé. Il fallait tout dire, pour ne pas paraître suspicieuse. De toute façon, que pouvait-il arriver d'autre à Heaven, maintenant ? Elle n'aimait pas mentir, de toute façon. Même si la vérité pouvait être dure à dire, elle n'allait pas la cacher. À quoi ça lui servirait ? Ce sera toujours la même chose. Le mal est fait, ça n'ira pas plus loin. Elle assure sa survie, pour le moment, et c'est déja bien. Après, rendre des services, ce n'est pas si dérangeant.

- Avant ? Quand ça, exactement ? Si tu parles d'après l'entretien à la Mercerie, je ne voulais tout simplement pas avoir affaire à toi -mais bon, il a fallu qu'on se croise- mais si tu parles d'avant encore...

Une pause, les yeux ronds. Elle réfléchit un moment. Pourquoi le fuyait-elle, déja ?
Ha. Oui. C'est vrai.
Pour ne pas à avoir à se justifier d'avoir un jour lâché le nom de Silver devant lui. Pour ne pas avoir à parler du Banni. Pour ne pas que Pit sache ce qu'il représente pour Heaven. Il ne le sait toujours pas, d'ailleurs. La Récolteuse avait pris soin de lui cacher que Silver n'était pas un simple ami. Mais il doit bien se douter que ce n'est pas le cas...
La jeune fille baissa la tête, regardant de nouveau l'herbe roussie, avant de déclarer, d'une voix triste :

- Oui... Si tu parles d'avant encore, c'est parce que je ne voulais pas te parler de Silver... Et justement... C'est penser à lui qui me fait mal au coeur. Tu vois -je n'ai plus besoin de te le cacher maintenant-, Silver et moi, c'est l'amour qui nous a séparés...

Ça y est, il savait la vérité. Mine de rien, même si son teint avait repris une couleur pivoine en disant cela, ça lui enlevait un poids considérable, à Heaven... Mais maintenant, elle devait fournir de plus amples explications sur ce fameux pourquoi du mal de coeur. C'est vrai, pourquoi maintenant ?
Un long soupir, elle releva lentement la tête, son regard se perdant de nouveau dans le vert des yeux du Joker. Elle dit alors, d'une voix un peu cassée, au ton mêlé entre la gêne de ce qu'elle allait dire et un soupçon de mélancolie :

- Pour tout te dire, j'aurai préféré que ce soit lui qui soit en face de moi à ce moment là... Je sais qu'il est en vie, je l'ai revu, une fois... D'ailleurs, cela fait trop longtemps... Ses tendres étreintes, sa voix apaisante, son doux sourire... Ça me manque tellement...

Sa voix s'était brisée sur la fin de sa phrase. Serrant les poings sur ses genoux, elle baissa de nouveau sèchement la tête, tremblante. Elle s'empêchait de pleurer. Elle ne devait PLUS le faire devant Pit. Il n'avait pas le droit de voir ses larmes une fois de plus. C'est une marque de faiblesse trop conséquente, et Heaven ne voulait sûrement pas paraître faible, une fois de plus, devant le Chef des Raccommodeurs.








Merci !
- Joy
- Lou : 1, 2, 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pit
avatar

♣ Chef des Raccommodeurs ♣


✘ AVENTURES : 731
✘ SURNOM : Le Joker
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ LIENS : Quelques fleurs perdues dans un fossé de cartes
le SWAG


MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Dim 22 Nov 2015 - 23:25

Elle répondait, parlant de ce nom qu’elle avait dit, déjà à la Mercerie. Il ne disait rien, il attendait toujours qu’elle finisse d’étaler ses dires. Il analysait en attendant. Tandis qu’elle parlait, Pit s’était remis à triturer sa tresse.

Puis il cessa, presque surpris que la Récolteuse se soit mise à répondre, plus ou moins entièrement, il imaginait que c’était vrai en tout cas.
Tout ce qu’elle dit était… compliqué, trop abstrait.
De l’amour, vraiment, sur l’île ? Oui, Pit avait quand même deviné que ce devait être en lien avec ce genre de sentiments, cette histoire de grandissement.
Ça devenait presque trop facile en fait, presque ennuyeux. Il s’était amusé avec ça, mais ça l’ennuie vite.
Il n’y avait eu qu’avec l’ancien Chef des Sentinelles que ça avait été drôle, mais ce n’était pas une histoire de sentiment, ou de grandissement. Juste une tentation amusante, juste conforté ce type à aller plus loin avec sa cible. Il avait juste fallu un coup de pouce d’un simple Raccommodeur à cette époque.

Pit roula des yeux aux paroles sur l’amour, c’était sûr qu’il n’allait pas être très réceptif à ça. Avant l’île, il ne fallait pas s’attacher. Et sur l’île non plus. Il y en avait qui avait droit à de l’affection du Joker, mais loin de cette histoire de sentiment. Très loin. Le Joueur ne comprenait même pas comment c’était possible.

Le Joker se coucha sur le ventre, s’écrasant la joue lorsqu’il se servit se sa main droite pour soutenir sa tête.
C’était que ce blabla-là le fatiguait. Mais il retenait tout de même des éléments un peu plus intéressants.
Il les garda dans un coin de sa tête pour la suite, laissant la Mésange chanter son chant aussi abstrait que des notes.

Le Chef des Raccommodeurs avait un peu de peine à suivre, mais finalement, ses yeux s’arrondirent lorsqu’elle dit sa dernière réplique.
Laissant le Chef Raccommodeur silencieux durant quelques secondes, le temps de se réveiller un peu peut-être.

Un long soupir.

- Okay. Miss, les Pions, les Cartes, les Trésors et les Poupées… ça a pas vraiment de sentiments ça. Ou bien, c’est forcément intéressé. Avec tout ce qui se passe ici.

Un regard sur la sirène, avant de revenir sur Heaven.

- La confiance est compliqué.

Large sourire.

- Dis-moi, t’as fait gaffe si quelqu’un t’as vu ? Quand tu étais avec lui.

Gloussement.

- Il est devenu quoi pour survivre à l’île ? Personne ne survit seul. Même moi j’ai une amie en dehors du Jeu, et un acolyte dans le Jeu. Bien que vous soyez tous dedans. Il n’y en a que deux dont une précieuse qui n’y sont pas.

Sourire presque carnassier, supériorité, comme d’habitude, inconsciemment, il devait se rassurer sur ce point. Il était le Joueur au-dessus du Jeu.

Il se releva tranquillement, enfin… il laissa un juron s’en aller en même temps. Une côte lui avait fait mal, sur un hématome.
Puis il marcha jusqu’à la sirène, il comptait vérifier l’état, voir que la chaleur n’ait pas attaqué la prise, et c’était encore en bon état.

Le Joker eut un rire, mais un peu vide, le Joueur revenait sur l’avant de la scène peut-être.

- Au fait.

Il revint sur ses pas.

S’assit cette fois à côté de la Mésange, il voulait qu’elle perde cette attitude, elle était moins drôle. Il cherchait la nouvelle faille.

Et aussi, tenter de l’empêcher de fuir s’il trouvait le moyen de la remettre en panique.

- Hm, au fait, pourquoi, maintenant précisément ?

Voilà, le Joker s’intéressait surtout à la situation actuelle, et donc se concentrait sur ça. Pour le moment. Rien ne disait que sa logique était cohérente.

- Hm, au fait, explique-moi ce que c’est que ton histoire là, tu fais quoi quand t’es amoureux ?

Le Joker cherchait à… l’esprit ne savait strictement pas ce que lui-même faisait.
Il ne s’intéressait pas à la réponse.
Sourire moins exagéré, pour paraître plus vrai.
Elle venait de l’être juste avant, Heaven, non ?

- Tu devrais sourire plus comme juste avant, en passant.

Un léger rire, il cherchait à voir toutes les réactions possibles avec cette Mésange. Elle était en cage, il en faisait ce qu’il voulait, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heaven
avatar

♣ Récolteur ♣


✘ AVENTURES : 402
✘ SURNOM : La Mésange (Ou Panda Hero)
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Readyyy !
✘ LIENS : A smoky haze and bags under her eyes
Let all make way for our pinch hitter
It's really her, the Panda Hero
So long to our opponent's killer liner !

Chante et délire en lightpink ~


MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   Lun 23 Nov 2015 - 1:21

Pit ne paraissait pas convaincu. Pas étonnant, vu qu'il n'y connaissait rien. Il devait trouver ça tout à fait débile et inutile. Enfin, dans un sens, ça l'est. La preuve, si ça peut vous faire du tort pour les études dans le Monde Ordinaire, sur l'Île, ça vous donne un aller simple pour le bannissement. Moue d'Heaven lorsque le Joker roula des yeux, puis se coucha tranquillement sur le ventre. Et puis, il eut un air surpris, lâchant ensuite un soupir.

"Ha ben ça va, il se gêne pas quand même !"

- Okay. Miss, les Pions, les Cartes, les Trésors et les Poupées… ça a pas vraiment de sentiments ça. Ou bien, c’est forcément intéressé. Avec tout ce qui se passe ici.

- Pardon ?


Air dubitatif. Il lançait encore des mots, des termes que lui seul comprenait. Mais pourquoi donc chercher à comprendre son charabia, ce n'est peut être pas si important... Et puis, zut ! Heaven détourna la tête en direction du Grand Arbre, affichant toujours sa moue boudeuse.
Encore du blabla, et puis...

- Dis-moi, t’as fait gaffe si quelqu’un t’as vu ? Quand tu étais avec lui.

Il gloussa. La Mésange tourna la tête aussi vite dans sa direction, lançant alorsvun regard furieux au Chef des Raccommodeurs. Bien sûr qu'elle avait fait attention ! À part des animaux craintifs, la dernière fois, personne n'était présent lorsqu'Heaven et Silver s'étaient revus...

- Bien sûr qu'on a pris des précautions sur ce point, eh, banane ! On est pas cons non plus, pas au point de se jeter dans la gueule du loup... Et puis, on était bien loins, et bien cachés. Qu'est-ce que tu t'imagines ?

Lui avait-elle craché au visage, visiblement mécontente. Son mouvement brusque et son petit coup de tension avaient fait remonter sa température corporelle, rendant alors à Heaven son état de guimauve.

"Fait trop chaud, c'est insoutenable !!"

Elle poussa un long soupir, changeant de nouveau de position pour s'asseoir en tailleur, tout contre l'arbre, sa tête posée sur le tronc. Elle s'éventa alors vivement avec sa main droite, lançant un regard en coin au Joker, qui lui avait demandé comment Silver pouvait survivre seul en pleine nature, prétextant que c'était rigoureusement impossible. Pourtant, il le fait bien, Silver, il lui avait dit, à Heaven. Celle-ci ne daigna pas répondre à la question du blond, continuant à s'éventer comme si de rien n'était, regardant fixement les arbres -ou du moins ce qui en restait- au-dessus d'elle, attendant qu'il dise autre chose.

Pit se releva, laissant échapper un juron. À cette entente, Heaven stoppa net son mouvement d'éventail, et le regarda avec un air blasé. Une mauvaise position, peut être ? Faut dire qu'avec ce temps sec, la terre est dure, et peu confortable...
La Récolteuse suivit du regard le Chef des Raccommodeurs, qui se dirigeait d'un bon pas vers le cadavre de Sirène. Ne voulant plus voir ce qu'elle avait été contrainte de chercher, Heaven se mit à quatre pattes pour tourner un peu autour de l'aubre auquel elle était appuyée, puis s'assit de nouveau en tailleur. La Sirène, qu'elle avait auparavant à sa gauvhe se trouvait maintenant derrière son dos. C'était bien mieux.

- Au fait.

- Mmmh?


La jeune fille tourna la tête, et elle eut juste le temps de voir Pit, qui avait beusquement tourné les talons et se trouvait désormais posé à côté d'elle !
Exclamation de surprise. Alors qu'elle voulait se relever, son épaule tapa sur un morceau d'écorce dure qui dépassait, petit morceau rebelle qui troublait la surface lisse de l'arbre. Elle se blessa un peu, il eut juste une larque rouge, mais sur le coup, c'était très douloureux, comme le prouvaient le tas de jurons qu'Heaven avait balancés en français.

- Ha... Nom de D... Put... Ah, la vache !

Se tenant l'épaule gauche avec la main droite, elle bascula doucement pour se retrouver allongée sur le côté droit, dans l'herbe sèche, les yeux brillants de larmes. Mais, non, elle n'allait pas pleurer pour ça, ce n'était rien...

- Hm, au fait, pourquoi, maintenant précisément ?

- Ho là, punaise...


Elle l'avait limite coupé pour se plaindre, de nouveau. Une façon d'éviter de répondre à la question, en quelques sortes. Pourquoi maintenant. Oui, pourquoi maintenant ? Heaven n'en savait plus rien, de la raison du "pourquoi maintenant" ! Elle n'allait pas le dire, qu'elle n'en savait rien, quand même...

- Hm, au fait, explique-moi ce que c’est que ton histoire là, tu fais quoi quand t’es amoureux ?

Deuxième fois. Non, pas la deuxième fois qu'il demande quelque chose sur ce sujet, c'était la première ! Mais la deuxième fois, pour le "hm, au fait". Il ne sait donc dire que ça ? Heaven avait gloussé un peu au début, avant d'entendre ce que le Joker demandait... Il ne savait même pas ça ? Il fallait donc lui expliquer...

- Tu devrais sourire plus comme juste avant, en passant.

Rajouta-t-il, faisant de nouveau virer au rouge les joues d'Heaven, qui avait pourtant réussi à se calmer. Avec cette température, ce temps et cette fréquentation, autant dire qu'elle allait sûrement être souvent rouge, Heaven...
Elle bégaya un "Merci, c'est gentil" et resta un peu ainsi, couchée sur le côté, écoutant les bruits qui l'entouraient, cherchant ce que'elle pourrait dire. Elle se releva ensuite, et se remit de nouveau bien assise en tailleur, à une distance respectable de Pit.

- Quand tu es amoureux... Tu penses à l'autre, tout le temps. On peut pas se passer de l'un ou de l'autre, et au début, on arrive pas vraiment à se regarder en face. Et puis, ça commence par des mots gentils, des petits surnoms affectueux, de légers baisers où les lèvres se frôlent...

Une pause. Heaven frémit, puis jeta un regard en coin à Pit. Le rouge ne quittait toujours pas ses joues. Rien que le fait d'exposer son expérience de l'amour, et surtout de parler de Silver, la mettait dans tous ses états. Elle se lâchait un peu, Heaven, à raconter tous ça.
C'est avec un ton plus gêné, moins sûr, qu'elle continua :

- Parfois, t'as... l'idée de... faire des trucs... Enfin, voilà quoi... Et puis... Tu te dis que tu veux rester avec l'autre pour toujours... Et ça devient une véritable obsession... Qui te dévore...

Nouveau frémissement, Heaven plaqua instinctivement ses mains sur ses bras, comme lorsque l'on a froid, et replia lentement ses jambes près de son corps, fermant les yeux...
Un moment passa, où la Mésange, tremblante, ne disait mot. Seule se faisait entendre sa respiration, qui se faisait saccadée.
Elle reprit ensuite de nouveau son calme, et déclara, comme absente, le regard perdu dans le vague, devant elle :

- Si je me retenais pas, si je me répétais pas que t'es qu'un sale type, je t'aurai déja demandé de me faire un câlin... J'ai cruellement besoin d'affection, tu sais...

Elle rit alors doucement, allègrement, jusqu'à ce qu'elle se rende compte de la bêtise qu'elle venait de dire, de nouveau. POURQUOI AVOIR EU L'IDÉE DE VOULOIR LUI FAIRE UN CÂLIN ?!
Panique ! Heaven laissa échapper une longue lamentation, avant de plonger le visage dans ses mains, tremblante comme une feuille. Elle découvrit son visage, juste le temps de lancer, complètement perdue :

- HA ! Non, non, oublie ce que j'ai dit ! C'est rien, je... Je sais pas ce que je dis ! C'est sorti tout seul ! Enfin, non, je voulais pas ! C'est comme les "trucs"... Me demande pas ce que c'est ! Me regarde pas comme ça ! Je... Je...

Un temps. Elle ne trouvait pas autre chose à dire. Ses mains revinrent alors se plaquer sur son visage, aussi sec. Décidément, lorsqu'elle est en compagnie de Pit, la Mésange enchaîne les faux pas...








Merci !
- Joy
- Lou : 1, 2, 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» La voilà, ta Sirène ! Maintenant, lâche-moi !
» Alors que re-voilà la sous-préfète...
» Application SAQ sur iPhone/Touch maintenant disponible!
» La plus grande collection d'OOB du monde maintenant gratuite !
» Si vous comptez acheter une 3DS, faites le maintenant.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Grand Arbre :: Les Cabanes dans les Branches-