Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Ancien Perdu
avatar

Invité



MessageSujet: Mauvaises fréquentations. [Libre]   Dim 18 Oct 2015 - 15:30

Putain de chaleur. Putain de Peter Pan. Du feu partout. Et Anyway, il avait chaud. Et Anyway, il en avait marre. Y'en avait marre que le prétendu roi soit heureux. Y'en avait marre d'être encore un petit garçon nul (qui avait pris UN CENTIMÈTRE durant la joie de Peter avant qu'elle dégénère, UN CENTIMÈTRE attentionnn!!!). Cependant, comme qu'il continuait à espionner ses idoles (ou fantasmes au choix) , il les avait vus s'installer dans la baie. Il les avait vus commencer à bricoler. À marteler. À monter des planches et des planches. Et le bruit.

Chaque jour, il était revenu dans son poste d'observatoire habituel (qui pour des raisons évidentes est maintenu secret ici, des raisons d'anonymat bien entendu)  pour constater l'avancée. C'est que ça avançait drôlement vite, justement! Sous ses yeux ébahis s'était construit un super port de pirate, avec plein de super pirates dedans. Il n'avait jamais remarqué le bayou, mais avait pu voir des femmes et ça lui avait moyen plu. Même pas plu du tout. Kesskelfoutaient là ces connes?  

Puis bon, l'avait hésité un peu avant d'y aller. Ça avait l'air dangereux. Sauf qu'il aimait le danger. Et qu'il était super. Qu'il risquait rien, et que peut être qu'il pourrait enfin devenir un vrai pirate. Son corps suivrait enfin. En fait il avait pas hésité du tout. Il y était allé après un peu de temps. Le bord de la mer c'est parfait quand on crève de chaud alors bon. Nan mais il s'était pas non plus préparé hein, c'était juste que voilà , voilà.

Un cran d'arrêt fauché à la forge dans une poche, ses lunettes parfaitement réparées sur le nez, tout son cran et son égo et sa magnifiquence de son côté, il entra dans la ville. Il se rendit compte alors qu'il avait fait une assez grosse erreur. Ces mecs étaient patibulaires. Sanguinaires. Méchants. Il déglutit et enfouit ses poings dans ses poches. OK, pas se faire remarquer.

Anyway se mit à raser les murs. Il ne savait plus où il était, et il commençait à flipper sérieusement. En fait il était un peu perdu, m'voyez. Un petit peu beaucoup perdu, et il ne savait pas où aller. LUI? Anyway? PERDU? Ben... ouais, merde.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ancien Perdu
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Mauvaises fréquentations. [Libre]   Sam 24 Oct 2015 - 19:14

Cela faisait quelques temps déjà, qu'il était chargé de surveiller les alentours. Qu'il était chargé de rapporter avec précision les détails de la construction de ce nouveau lieu. Nouveau lieu qui n'était pas là pour le rassurer. Il semblait à Sepia que l'Île entière mettait tout en œuvre pour nuire aux enfants perdus. C'était la boule au ventre qu'il gardait sa longue-vue braquée vers cet endroit, son petit calepin sur ses genoux et la gorge sèche.

Et il avait cessé d'y aller un temps, relayé par une autre Sentinelle, avant de devoir y retourner, ce jour-là même, lui expliquant que oui, les travaux semblaient finis, oui, la baie des pirates voyait le jour. Et qu'il fallait que le Grisé fasse un compte rendu de ce qu'il allait y voir, de loin.

Alors il faisait cela, Sepia. Sa longue-vue visée sur son œil, il scrutait, notait, observait, gribouillait des schémas, minutieusement, concentré, comme un écolier studieux boirait les paroles de son professeur.
Et ce fut en braquant son outil vers l'entrée de ce village effrayant qu'il remarqua la présence d'un jeune enfant. Fronçant les sourcils, il se leva. Des enfants ? Des enfants avaient élu domicile ici ? Cela lui semblait complètement fou. Fou, et surtout impensable. Si le Grand Arbre ne demeurait pas le seul lieu peuplé d'enfants, alors qu'allait-il advenir de l'Île ? Il lui semblait voir naître une ville, une véritable ville prendre peu à peu possession de la Nature et de la végétation. Bientôt, le Grand Arbre ne sera plus si cela continuait ainsi.

Après avoir longuement suivi l'enfant des yeux, et remarqué qu'il ne paraissait réellement pas à l'aise, Sepia décida d'agir. Peut-être n'était-il pas de cet endroit. Et si c'était le cas, alors il refusait de laisser l'un des siens dans ce genre de situation, son éducation, bien qu'elle remonte à loin, lui interdisait.

Vivement, il replia sa longue-vue et la rangea dans son sac à dos. Puis, d'une démarche qu'il espérait assurée, il dévala sa colline, espérant ne pas perdre le jeune garçon de vue, et rejoignit la Baie des pirates.

Ce fut pour lui une épreuve à surmonter que de s'enfoncer en ces lieux inconnus. Le cœur battant à cent à l'heure, la sueur plaquant ses mèches bouclées sur son front et le regard fuyant, il se demanda  à plusieurs reprises ce qui lui avait pris de vouloir jouer au grand homme, et se dit qu'il n'allait jamais retrouvé un si jeune garçon dans une foule si dense.

Néanmoins, sa petite taille aidant à ne pas se faire remarquer et l'aidant, lui, à remarquer les choses, Sepia aperçu, au coin d'une rue, très proche d'un mur, le jeune garçon qu'il recherchait.
Coup d'oeil à droite, coup d'oeil à gauche, il réajusta son béret sur sa tête, prit son courage à deux mains et traversa la rue, se faisant au passage bousculer par une femme à la délicatesse d'un homme et à la voix de poissonnière. En réalité, le Grisé ne savait même pas si elle s'était rendue compte qu'elle l'avait heurté.

Toujours était-il qu'il fut soulagé, oh soulagé grand Dieu ! Quand il se retrouva derrière le gamin. Et alors il se souvint. Anyway, connu au Grand Arbre pour son caractère arrogant et ses tendances suicidaires à force d'inconscience.
Sans un mot, il le tira par le bras, le surprenant peut-être.

- Anyway, je suis Sepia, commença-t-il sans préavis. Sentinelle. Que fais-tu ici ? Que comptes-tu y faire ?

On pouvait discerner dans sa voix une légère angoisse plutôt justifiée. Ses yeux se posaient partout et sa respiration se faisait plus saccadée. Il craignait, qu'il craignait que quelque chose – que quelqu'un – leur tombe dessus ! Ici, ils n'étaient rien. Leur groupe, leur rôle ne représentait rien. Ils n'étaient que des mioches. Et les mioches sur le Jolly Roger n'étaient jamais les bienvenues. Le Gris se disait qu'ici, encore moins.

- Tu te rends compte du danger que nous encourrons, ici ? Cela m'étonnerait que l'on t'ait dit d'y aller seul. Rentrons, Anyway.

Et déjà, il commençait à le tirer pour rejoindre une sortie.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Mauvaises fréquentations. [Libre]   Dim 1 Nov 2015 - 4:56

Qui était ce mec? Merde alors, pas un pirate. Anyway aurait préféré un pirate, plutôt qu'un foutu Sentinelle. Il aurait préféré crever (ou pire on sait jamais avec les pirates de la terre), plutôt que ce type lui parle. Ce putain de mec qui puait la poussière et ressemblait à un vrai petit vieux. Le gamin pourtant, qui avait tant flippé quelques instants auparavant, fut si surpris de voir Sépia devant lui et qui lui prenait le bras avec force, qu'il fut un moment incapable de répondre la bouche entrouverte dans un éternel questionnement. Son cerveau s'était comme arrêté, sous le ton du grand que, pour fixer dans les yeux, il devait lever la tête.

Le Zhéro finit cependant par se reprendre, très vite même. Il recula sèchement et brusquement, de façon à se dégager de la main qui lui agrippait son merveilleux bras, et posa ses mains sur ses hanches.

─ Ça t'regarde pas !

Encore un pas en arrière, puis il cracha à ses pieds.

─ Et j'bouge pas d'ici, de toute façon!

Une idée prit place dans son petit crâne couvert de paille noire, il la laissa germer puis pousser un peu, le visage concentré, un moment infini qui ne dura pourtant que quelques secondes. Anyway ne connaissait certainement pas le mot corruption, mais il en était fort capable. Il revint donc à la charge, jusqu'à être si près du Gris qu'il voyait flou la chemise de ce dernier. Ses yeux verrés de rouge montèrent à nouveau vers ce visage encadré de moutonnages noirs, et, se mordant régulièrement la lèvre inférieure, il susurra:

─ T'aimes pas l'endroit? C'est cool pourtant! Mais... hoooo... Ne serait ce pas DE LA TROUILLE?

Il éclata d'un rire mauvais , se tenant les côtes. Ouais, bien sûr, il exagérait un peu. Mais ça faisait bien méchant de film, et ça, ça lui convenait pas mal. Il força ainsi son rire pendant trois ou quatre secondes. Il fit ensuite mine d'avoir mal au rang tant il avait rigolé, tout en se tapant la cuisse d'une main: mort de rire!

─ Ouais, l'poussiéreux, tu crèves de peur. Pétochard.

Un rictus sarcastique était posé sur ses fines lèvres, et ses yeux insolents le fixaient toujours, à travers les lunettes.

─ Allez décoince toi! Regarde y'a d'autres perdus... Un bras vague qui désigne la foule; il y en avait forcément dans le tas. Si tu veux rentrer c'est sans moi!  Faut que j'visite le coin. C'est important. Pour les Sentinelles aussi, important. J'te rends service, tu t'rends service.  Nan?

Anyway répétait un peu au hasard des paroles piochées dans des films qu'il avait pu voir. C'était assez étonnant de retrouver certaines phrases de mafieux dans la bouche d'un enfant si jeune...
Revenir en haut Aller en bas
Ancien Perdu
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Mauvaises fréquentations. [Libre]   Lun 2 Nov 2015 - 17:30

La brutalité d'Anyway ne surpris pas Sepia qui s'était préparé mentalement à en recevoir plein la figure de la part de cet enfant insolent. Néanmoins, il ne pouvait pas nier qu'il était étonné de le voir si insouciant. Il fit, en même temps que lui, un pas en arrière alors qu'il vida son gosier de sa morve, et probablement au même titre, de sa hargne. Il déclara qu'il ne bougerait pas d'ici, ce qui eut pour effet de faire lever un sourcil au Grisé, qui croisa les bras sur sa poitrine en le mesurant du regard – non sans omettre de toujours jeter un œil autour d'eux, au cas où-.

- T'aimes pas l'endroit ? C'est cool pourtant ! Mais … Hooooo... Ne serait-ce pas DE LA TROUILLE ? Susurra-t-il avant d'éclater d'un rire aussi forcé que surjoué.

Sepia ne put retenir un sourire amusé. Ce gosse était un vrai numéro de foire … Et si ses provocations ne l'atteignaient pas, il était clair que sa tendance à exagérer faisait mouche : le Gris attendait autre chose à voir, autre chose pour pouvoir sourire, même rire, peut-être.

- Ouais, l'poussérieux, tu crèves de peur. Pétochard.
- Je suis méfiant, plutôt, répliqua-t-il, passant sur l'insulte. Prudent, si tu préfères. C'est peut-être aussi de la peur, comme tu le dis si bien. Mais si j'avais pas cette peur je serais peut-être mort depuis longtemps tu sais.

Anyway surenchérit, déclarant qu'il devrait y avoir des perdus dans la foule. Machinalement, Sepia regarda, suivant la direction que l'autre enfant montrait du doigt, avant de replanter ses yeux sur lui lorsqu'il croisa le regard d'un homme, peu désireux de le voir venir à leur rencontre.

- J'te rends service, tu t'rends service. Nan ?
- Euh … hésita-t-il. Nan ? Je ne vois pas en quoi on se rend service à venir ici. Peur ou pas peur, les risques sont les mêmes. Et je ne te lâcherai pas tant que l'on sortira pas de cet endroit de malheur.

Sur ce, il plongea ses mains dans ses poches, les sortit à cause de la chaleur, pour réajuster son béret et pour finalement croiser de nouveau ses bras sur sa poitrine en lançant un regard encourageant à Anyway. Il voulait visiter ? Et bien, soit. Mais avec le Sentinelle dans les pattes, ça n'allait pas du tout être une partie de plaisir. Sepia comptait bien mettre en pratique toutes ses compétences, ses connaissances et ses expressions de petit vieux, ses paroles sages et parfois lourdes pour les plus jeunes, pour dissuader le garçon de s'aventurer trop loin dans la Baie des Pirates et pour qu'il retourne finalement au Grand Arbre, lassé de se coltiner un boulet pareil.

- Allons-y, Anyway. Je suis sûr qu'il y a un jardin d'enfants bien sympathique, pas loin. On aura qu'à y faire une halte, tu pourras t'amuser dans les jeux. Je te surveillerai, ne t'inquiète pas.

Il esquissa un mouvement du menton pour l'inciter à avancer. Bien qu'en apparence, le Gris était totalement impassible, son ventre était tordu et une grande angoisse le tiraillait. Il avait beau ressentir l'arrogance et la provocation que dégageait Anyway et réagir en fonction, il n'en demeurait pas moins vrai que Sepia était un jeune garçon angoissé, effrayé par beaucoup de choses. Et l'idée de se balader tranquillement là où ils ne devraient pas être faisait parti de ses choses. Heureusement que le Grimpeur insolent n'était pas si effrayé que cela : Sepia aurait eu du mal à encaisser la peur d'autre personne en plus de la sienne, et probablement qu'il aurait plus insisté pour partir. Peut-être aurait-il dû, finalement.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Mauvaises fréquentations. [Libre]   Dim 22 Nov 2015 - 1:55

Trouille, trouille, méfiance, crainte, pétoche, flippe, et tremble, et se pisse dessus. Pitoyable Sépia, sentinelle de son état. Anyway le fixait d'un air goguenard. Ah! Stupide, qui plus était! Pas capable d'assumer son boulot. L'odieux petit garçon enfonça ses mains dans ses poches, et leva les yeux au ciel. Et après on osait dire qu'il était petit? Lui, Anyway? Et ben alors! Fallait voir comme il devait TOUT expliquer à ses prétendus aînés qui comprenaient jamais que dalle. Les renvoyer à la maternelle, ou téter leur mère; z'apprendraient deux trois trucs.

─ Ben si, abruti! C'est quand même pas à moi d't'apprendre ton taf? SUR-VEIL-LER. Et moi j'suis quoi? grimpeur! Et kess' qu'on doit faire? SUR-VEIL-LER aussi! Ça y'est, t'imprimes? T'as vraiment z'oublié d'brancher ton cerveau toi.

SUR-VEIL-LER, c'était appuyé, sur chaque syllabe. Tout dans le ton, dans les soupirs et mouvements d'exaspération, montrait qu'une fois de plus l'enfant fonctionnait sur la provoc. Toujours aller plus loin, titiller la limite de l'index, pis la dépasser sans vergogne d'une centaine de mètres, danser la gigue à cet endroit là. Revenir sur ses pas innocemment, avec les pieds du bon côté de la ligne rouge, le regard gentil et enfantin: tu vois que je n'ai pas franchi, tu vois? Et les insultes dans le dos. Oui, Anyway était comme ça. Épouvantablement immature, il n'aurait pas été capable de ne pas faire dans les extrêmes.

Aussi, il ne se fit pas prier pour suivre dans la direction indiquée par le Gris, le torse bien bombé. Même. Pas. Peur. Même plus en fait. Il marchait à l'égo et à l'orgueil (c'est un peu la même chose en fait), uniquement. Toujours. Un rictus tordait sa bouche, et il entonna:

─ Hahaaaa! Espèce de traître! T'sais bien où qu'ils sont les jeux! Donc t'es d'jà venu ici! J'tai grillé, petit puceau.

Ce que "puceau'" signifiait? Alors là aucune idée. Mais ça mettait beaucoup en rogne certains, peut-être que l'effet serait le même sur le grain de poussière. On ne pouvait jamais savoir à l'avance, c'était un vaste jeu, les réactions des autres. Il avait envie de tester des nouvelles techniques, et c'était parfait parce qu'il était dans un nouvel endroit à découvrir. Il traîna les pieds pendant une minute environ, tandis qu'ils marchaient dans la foule, s'y noyant complètement. Personne ne semblait les remarquer. Dommage hinhin. Le petit décida d'essayer de perdre son stalker dans la foule.

Alors, il se mit à zigzaguer entre les gens. Vite. Limite à passer entre les jambes des très grands. Il était petit Anyway, vraiment. Il n'avait aucun mal à se fondre dans la masse; et plus il progressait, plus il croyait avoir distancé Sépia. Il finit par se stopper, essoufflé, et s'assit sur un tonneau quelconque. Il se mit à jouer avec son canif. Il espérait que le Gris ait suivi, pour que la poursuite se poursuive, ou alors pour un autre jeu. Ce serait bête que la Sentinelle abandonne maintenant, pas vrai?

Il ricana.
Revenir en haut Aller en bas
Ancien Perdu
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Mauvaises fréquentations. [Libre]   Jeu 26 Nov 2015 - 15:51

Sepia l'observait, interdit. Naïvement, il ne pensait pas qu'il était possible d'être aussi vulgaire et agressif à une si jeune âge. Ah, s'il avait été son père … il aurait eu droit à une bonne correction.
Peine pour Anyway, car le Gris n'était pas du genre à se laisser emporter, bien au contraire. L'enfant se gratta la joue, sans détacher son regard du Grimpeur tandis qu'il continuait son numéro de grand provocateur. Et le respect des aînés, alors ?
C'est vrai. Il avait tendance à oublier, Sepia. Le respect, sur l'Île, ce n'était pas une obligation. De plus, il était à peine un aîné si on se basait sur son physique. Lui se pensait déjà vieux.

– Hahaaaa ! Espèce de traître ! T'sais bien où qu'ils sont les jeux ! Donc t'es d'jà venu ici ! J't'ai grillé, petit puceau.

Il tiqua à ce dernier mot. Son sens était flou pour lui, mais il se doutait bien que ce n'était pas quelque chose de valorisant. Un mot de 'grand', qu'il avait une fois entendu, dans l'autre Monde. S'en souvenait-il ? Absolument pas.
De plus, le fait qu'Anyway est complètement plongé dans sa plaisanterie sarcastique lui fit hausser un sourcil. Après tout, il n'avait même pas huit ans, ce gosse … Il ne pouvait pas le blâmer pour sa crédulité. Par contre pour son insolence, il aurait pu.

Il était simple de comprendre qu'Anyway était impossible à raisonner. C'est pourquoi le Grisé se contenta de le suivre sans un mot, docilement, avant qu'une exclamation lui échappe quand le gosse accéléra vivement l'allure.

– Hey ! Reviens !

À son tour il s'élança, se faisant immédiatement heurter par un homme. Déséquilibré par la puissance du choc, le jeune garçon se fit de nouveau bousculer, puis encore, avant de finir par terre, un peu sonné. À genoux, les mains sur le sol graveleux, il releva brusquement la tête, ses lèvres articulant en boucle le nom d'Anyway et ses yeux fouillant la foule. Mais qu’est-ce qui lui avait pris de vouloir venir le chercher, ce gamin dénué de toute forme de respect ?! Où s’étaient-ils fourrés ?

Le jeune garçon se releva assez rapidement, peu désireux de se faire piétiner par tous les passants, et recommença son avancée, presque à l’aveuglette, à la recherche d’une petite tête aux lunettes étranges et futuristes.

- Anyway ? osa-t-il appeler.

Sa voix se noyait dans le bruit environnant. A moins que ce soit du fait qu’il ne possède absolument pas une voix qui porte, ce qui devait être l’explication la plus probable.
Après ce qui lui sembla être une éternité malgré tout, il l’aperçu, paraissant très content de lui. Laissant échapper un claquement de langue d’agacement, Sepia se mit à courir dans sa direction, avec la désagréable impression d’avoir déjà vécu cette scène, quelques minutes plus tôt.

Arrivé à sa hauteur et avant qu’il n’ait le temps de réagir, le Gris attrapa le canif d’Anyway et le brandit bien haut :

- Maintenant, le jeu est terminé. C’est moi qui décide, je suis le plus grand. On rentre. On va vraiment finir par se faire remarquer, et ce n’est pas avec ton couteau à beurre et tes petits bras que tu arriveras à te défendre.

Et il lui tourna le dos. S’il tenait sa précieuse lame, peut-être qu’il le suivra.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Salazar Reis
avatar

☠ Navigateur du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 117
✘ SURNOM : Le flutiste
✘ AGE DU PERSO : 35 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Bientôt
✘ LIENS : Dans le désert, suis le son de la flute

Mon présent est pluvieux.
Mon passé est rempli de trésors.
Mon futur te regarde Invité



MessageSujet: Re: Mauvaises fréquentations. [Libre]   Sam 28 Nov 2015 - 23:10


Salazar se promenait dans la baie, comme à l’habitude depuis quelques jours.
Cette nouvelle lubie du capitaine avait été récente mais, comprenant totalement l’intérêt d’une telle base sur la terre ferme, il n’avait pas protesté. Au contraire, il s’était même porté volontaire pour aider, en tant qu’architecte. Il avait l’habitude de dresser des plans après tout et, cela lui ferait gagner du temps. Il pourrait s’atteler à sa passion avec vigueur.

Et à sa plus grande surprise, alors qu’aucun membre n’était professionnel en la matière, la baie se construisit plutôt rapidement sans être trop bancale pour autant. C’était… surprenant. Il y avait peut être de l’espoir chez les cas les plus désespérés. Il était allé chaque matin constater de lui même l’évolution des travaux et avait pu donc être témoin de son évolution, mais aussi du fait que l’endroit se remplissait de jour en jour. Des habitants du marais étaient venus s’installer, des femmes marquées avaient remplis les maisons closes et certains pirates s’étaient établis sur la terre ferme. Il y avait même désormais une taverne, à la plus grande joie de certains.

En bref, l’endroit avait désormais fière allure et il se plaisait à la parcourir, se mélangeant à la foule qui peuplait les rues.
Et cela aurait pu être anecdotique et quotidien s’il n’avait pas vu quelque chose qui sortait de l’ordinaire ce jour là.

Il y avait un enfant qui courait. Il en demeura d’abord interdit, se demandant s’il n’avait pas rêvé tellement cette vision avait été brève. Que ferait un gamin ici ? Etait ce un enfant du marais ? Y en avait-il alors ? Ou bien les catins étaient elles déjà tombés enceinte et avaient accouchés ?
Il tenta de se ressaisir sur ce dernier point. Cela faisait trop peu de temps, c’était impossible. Mais cela le fit angoisser. Trop peu de temps, vraiment ? Et si en réalité, ce qui lui avait semblé n’être que quelques semaines avait été en fait des mois ? Et si sa vision du temps s’était en fait brouillé ? Le temps lui échapperait-il une fois de plus ?

Voir un second enfant lui confirma qu’il n’avait pas rêvé. Ses sourdes angoisses agitaient son vieux cœur usé. Il devait en avoir le cœur net ! Il suivit ce petit et vit qu’il s’éloignait légèrement de la foule pour en rejoindre un autre, bien plus jeune, celui qu’il avait aperçut quelques instants auparavant.

Le plus âgé semblait mal à l’aise ici et leurs vêtements lui confirma une chose : ils étaient des garçons perdus.
Ouf. Cela le rassurait un peu.
Mais d’un autre côté, que faisaient-ils ici ? Venaient-ils espionner ? Il n’aimait pas vraiment cela. Cependant, pour savoir le pourquoi du comment de leur venue, il devait se la jouer fine.

Il s’approcha donc à pas de loup et se retrouva nez-à-nez avec le plus grand qui s’était retourné. Profitant de son état de surprise, il lui enleva son couteau des mains. Autant éloigner toute armes d’eux.
Il aurait voulu prendre son visage habituel, calme et serein, qui les rassurait généralement. Mais seul la surprise se lisait sur ses traits. Il ne parvenait à la dissimuler.

-Que faites vous ici ? Ce n’est pas un endroit pour les enfants. Si vous croisez un pirate, vous allez avoir des ennuis.

Parler des pirates comme s’ils s’agissaient d’étrangers était une technique assez discrète pour semer le doute en eux. Il s’aidait de cela et de la couleur de sa peau pour paraître être quelqu’un d’autre. Il ajouta tout de même au cas où :


-Vous n’êtes pas du marais, je ne vous ai jamais vu par ici.

Son attention se focalisa de nouveau sur le couteau, et il le fit tourner entre ses doigts.

-Et ceci n’est pas un jouet. Vous allez vous faire mal avec ou blesser quelqu’un. Je vous le confisque.

Il replia la lame et serra l’objet dans son poing afin qu’ils ne puissent le lui reprendre.
Une idée lui traversa l’esprit. Il prit une voix plus douce, étant un peu plus rassuré, et demanda :

-Mais peut être êtes vous perdus mes pauvres petits ?

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Mauvaises fréquentations. [Libre]   Dim 20 Déc 2015 - 1:45

Mais... quoi? Son sourire s'évanouit. Quoi? Il avait bien entendu? Cela revint presque instantanément, sous forme d'un odieux rictus, faussement amusé. Le gamin faisait bien sûr semblant de ne pas comprendre. Sépia devait se sentir mal de ce qu'il faisait. Sauf que ça ne marchait pas, il s'en fichait! Non seulement il osait se moquer de lui et remettre en cause sa force incroyable, mais EN PLUS, il s'enfuyait! Il avait peur des confrontations ou quoi?! Anyway sauta en bas de son tonneau et courut derrière la Sentinelle.

─ HeeeEEEyyy!! Rends le moi, batard!

Il cracha par terre un énorme mollard bien dégueulasse, et tenta d'arracher la précieuse lame des doigts du Gris.

─ Ben Sépia, ta môman t'a pas appris qu'on doit pas prendre les affaires des autres? Rends le moi putain, ça me vénère tout ça...

Là dessus il planta ses ongles dans la chair de celui qui venait de s'autoproclamer ennemi n°1 à son insu, découvrit ses dents jaunâtres, à deux secondes de mordre... Mais l'objet de sa convoitise n'était plus là!!!! Éberlué, Anyway leva les yeux. L'arme avait changé à nouveau de main, et ça rigolait plus. C'était ce type, là qui lui disait ça. Un mec pas très blanc, pas très blond, un genre d'indien bizarre; il lui disait vaguement quelque chose, mais alors quoi? Aucune idée! Son petit cerveau tournait à dix mille à l'heure pour essayer de trouver les pièces de puzzle manquant...

Peut être un Delaware qu'il avait déjà vu à une fête quelconque?
Des ennuis... ah ouais? Stupeur passée, le gosse se posta à la droite de la Sentinelle, les poings serrés, les sourcils froncés. Est ce que l'indien lui faisait la leçon? LEUR faisait la leçon? Et il venait pas de lui taxer son canif, là? Mais si carrément! L'enfoiré! Il cracha à nouveau par terre, de la salive mais aussi ces mots haineux:


─ Bien sûr que non c'est pas t'un jouet, espèce de bouffon d'mes deux! C'est à MOI! Donc t'as intérêt à m'le rendre, sinon j'vais t'éclater ta race.

Son regard acéré se dirigeait vers le poing renfermant SA propriété. Un poing fermé? Il le mordrait, qu'à cela ne tienne. Face à cet adulte qui se permettait de se préoccuper d'eux, alors qu'ils étaient des PERDUS, à savoir qu'ils avaient pas besoin d'enfoirés de vieux à leurs basques, pas comme ces foutus papooses, Anyway décida de se ranger temporairement du côté du Gris. Pour vaincre.


─ On n'est pas petits, et on n'est pas perdus. Tu d'vrais ptêt changer tes yeux, t'as z'en face de toi deux terreurs, on va t'atomiser si t'essaies de jouer les darons, tu piges?

Hostile, le petit, toujours hostile. Il n'appréciait pas du tout que SES possessions jonglent entre les mains. Les mains ouvertes à présent, il raclait ses cuisses frénétiquement avec ses ongles, tout en se dévorant la lèvre. Il était galvanisé. Sur-excité. BASTON !!
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ancien Perdu
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Mauvaises fréquentations. [Libre]   Jeu 24 Déc 2015 - 16:50

Son bras restait bien tendu en hauteur, hors de portée pour le petit Anyway qui s'évertuait à le récupérer, usant de paroles fleuries et d'attitudes délicates qui faisaient dresser la chair de poule sur la peau du Grisé.

- Ben Sepia, ta môman t'a pas appris qu'on doit pas prendre les affaires des autres ? Rends-le moi putain, ça me vénère tout ça …
- Et toi, ta maman t'a pas appris la politesse et le respect ? Répliqua-t-il du tact au tact, parfaitement calme.

Il eut un petit sursaut suivit d'une petite grimace lorsque les ongles du garçon perdu se plantèrent dans sa peau, l'obligeant à bouger son bras et à reculer. Il se retrouva ainsi face à un homme, un vrai, qui plus est un pirate.

Et il se figea, tétanisé.

Son sang sembla se liquéfier dans ses veines, et son visage perdit toutes couleurs. Si effrayé qu'il remarqua à peine le couteau que l'inconnu faisait tourner entre ses doigts.

- Que faites-vous ici ? Ce n'est pas un endroit pour les enfants. Si vous croisez un pirate, vous allez avoir des ennuis.
- Je … Je …

Respirant avec difficultés, Sepia jeta un regard inquiet à Anyway.

- Et ceci n'est pas un jouet. Vous allez faire mal ou blesser quelqu'un. Je vous le confisque.

Anyway réagit finalement, au quart de tour, insultant l'homme sans retenu, le menaçant même.
Le Sentinelle se pinça les lèvres. Ses yeux passaient de l'un à l'autre, mal à l'aise. De grosses gouttes de sueur glissaient lentement le long de son échine. Il essuya ses mains moites sur son pantalon et chercha du regard un moyen de prendre la fuite pendant que les deux autres échangeaient entre eux.

- … On va t'atomiser si t'essaies de jouer les darons, tu piges ?

Le Gris tourna vivement la tête vers l'enfant et lui fit les gros yeux. Il attrapa son bras et le tira vers lui alors qu'il se raclait la gorge, à la recherche de quelque chose à dire pour rattraper les paroles virulentes de son camarade.

- Pardonnez … hm … Nous nous sommes aventuré trop loin. Nous ne voulions pas vous déranger, monsieur le pirate. Vous n'avez qu'à garder le couteau, si cela peut suffire à vous convaincre qu'on ne cherche pas d'histoire.

Lentement, il glissa sur le côté afin de ne plus être prit au piège, et se sentit déjà plus à l'aise. Avoir l'opportunité de partir en courant le soulageait.
Il se pencha sur l'épaule d'Anyway et chuchota à son oreille :

- Tais-toi maintenant, ou on va très mal finir. C'est pas l'endroit pour jouer au gros dur. Je te trouverai un autre couteau.

Que cet homme inspire la confiance ou non, Sepia se méfiait. Rien que le fait qu'il possède une peau mâte et des traits indiens tout en se trouvant dans la Baie des Pirates étaient inquiétants. Il y avait quelque chose de louche là-dessous. Et puis, il était un adulte. Les adultes étaient mauvais. Il ne voyait pas pourquoi celui-ci ferait exception.

- Nous partoooons, dit-il en chantonnant.

Il recula d'un pas, puis de deux, trois quatre, bien décidé à partir, ses doigts fortement serrés autour du bras d'Anyway.
Revenir en haut Aller en bas
Salazar Reis
avatar

☠ Navigateur du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 117
✘ SURNOM : Le flutiste
✘ AGE DU PERSO : 35 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Bientôt
✘ LIENS : Dans le désert, suis le son de la flute

Mon présent est pluvieux.
Mon passé est rempli de trésors.
Mon futur te regarde Invité



MessageSujet: Re: Mauvaises fréquentations. [Libre]   Mar 23 Fév 2016 - 23:35

Le moins que l’on puisse dire, c’était que les deux enfants eurent des réactions totalement opposés : le plus grand se mit à trembler comme une feuille, conscient du danger mais ne pouvant prononcer un mot sans balbutier.
Et l’autre…

─ Bien sûr que non c'est pas t'un jouet, espèce de bouffon d'mes deux! C'est à MOI! Donc t'as intérêt à m'le rendre, sinon j'vais t'éclater ta race.

Misère…

─ On n'est pas petits, et on n'est pas perdus. Tu d'vrais ptêt changer tes yeux, t'as z'en face de toi deux terreurs, on va t'atomiser si t'essaies de jouer les darons, tu piges?

Les jeunes d’aujourd’hui n’avaient plus aucun respect pour quoi que ce soit. Quelle infamie. De SON temps, les enfants savaient mieux se tenir.
Tss… Non, réellement.
Aucune éducation…
L’idée lui vint, lui qui aurait pourtant été prompt à la clémence sans cela, qu’il fallait peut être, justement, « jouer les darons » et infliger à ce polisson une bonne leçon.

Le plus grand cependant tenta tout de suite de le calmer et de s’excuser, ce qui le fit doucement rire sous cape.


- Pardonnez … hm … Nous nous sommes aventuré trop loin. Nous ne voulions pas vous déranger, monsieur le pirate. Vous n'avez qu'à garder le couteau, si cela peut suffire à vous convaincre qu'on ne cherche pas d'histoire.

Au moins un des deux n’était il pas totalement irrécupérable.
Cependant, s’il voulait s’amuser, il devait agir vite. Il tentait déjà de s’éloigner, tenant son camarade fermement contre lui. C’était mignon…

-Attend petit !

Il ne voulait pas prendre le risque qu’il court aussi avanca-t-il rapidement, la lame dans le dos. De son autre main, il avait tiré une pièce de monnaie, une des premières qui avaient été crées. Il lui saisit le bras, remonta jusqu’à sa main et la lui donna.

-Tu t’es montré très raisonnable. C’est pour toi.

Le but de la manœuvre était d’abord de l’empêcher de fuir monentanément. Mais aussi de préparer le terrain pour la prochaine attaque.
D’un geste brusque et violent, il tira Anyway des bras de Sépia et le plaqua contre lui. Il recula rapidement et pointa la lame du couteau sur le cou de l’enfant, au niveau de la jugulaire.

-Toi par contre, tu as été très vilain. Personne ne t’a donc appris les bonnes manières ?

Il joua un peu avec la lame, faisant semblant de l’appuyer contre la peau.

-Maintenant tu vas t’excuser avant que moi aussi, je ne devienne méchant.

Il reporta son attention sur le plus grand.

-Tu peux partir toi. Je ne compte pas le tuer. Mais je te déconseillerai de faire du bruit. Ce port est rempli de pirates et tous ne sont pas aussi… clément que moi.

Un léger sourire s’inscrit sur ses lèvres tandis qu’il fit dangereusement tourner la lame sur sa victime.

-Allez, dis pardon sale morveux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Mauvaises fréquentations. [Libre]   Jeu 25 Fév 2016 - 15:12

Lâcheté. Encore. Sépia se dérobait au grand dam du petit Anyway qui soufflait d'impatience et de colère. Alors qu'il avait voulu s'en faire un allié, ça lui retombait dessus, l'Éclaireur le prenant par le bras comme si... comme s'il se croyait parent, ou quelque chose comme ça. Protecteur, ou fâché? Aucune idée mais quoi que ce soit ça énervait fortement le gamin, qui s'indigna immédiatement.

─ HeeeeEEeeey mais lâche moiiii!

Mais Anyway n'était pas costaud. Il ne l'aurait jamais avoué mais il était même bien maigre et léger, et il ne pouvait pas lutter contre la poigne du Gris. Il se mit donc à reculer dans les pas de son aîné, à moitié traîné, à moitié se débattant, un gémissement lui échappa à un instant.
Il ne voulait CERTAINEMENT PAS être apparenté à ce poltron de Sépia!
Dont il fut trèèèès jaloux quand l'autre reçut une pièce dorée si brillante et si belle; alors que LUI Anyway n'avait rien, alors qu'il avait été bien plus courageux! Le gris, récompensé pour bonne conduite? Alors ça c'était la meilleure, il s'était juste comporté comme un sale faible!!

Et pour Anyway?
La réponse ne tarda pas. Sans comprendre le Zhéro se retrouvait entre les bras du grand pirate, à se débattre de plus belle, tel une mouche prise dans une toile d'araignée. La phrase de Salazar lui glaça le sang, mais il n'en montra rien. Il se contenta de déglutir en sentant le froid métal posé contre son cou jaunâtre.  D'accord, ça se mitonnait mal.

Mais au lieu de s'écraser comme l'aurait fait n'importe qui pourvu d'un minimum d'humilité ou de jugeote.... au lieu d'obéir sagement... le morveux explosa:

─ Je m'excuse JAMAIS!!!

Il cracha son dégoût au sol et se tordit le cou pour regarder son agresseur dans les yeux, furibond. La lame l'érafla au passage, il fit comme s'il ne sentait rien.
Là, le regard planté dans celui du pirate, il ajouta:

─ Et encore moins aux connards dans ton genre!  

Dans les dents!
Revenir en haut Aller en bas
Ancien Perdu
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Mauvaises fréquentations. [Libre]   Jeu 10 Mar 2016 - 22:42

- Attends, petit !

Il se crispa et ferma un instant les yeux, se répétant mentalement de ne pas écouter le pirate. Cependant, un cri resta coincé dans sa gorge lorsque l'homme lui attrapa fermement le bras.

- Tu t'es montré très raisonnable. C'est pour toi.

Son regard glissa jusqu'à la misérable pièce qu'il avait glissé dans sa main. Sepia demeura sceptique. Qu'est-ce qu'il allait faire avec une vulgaire pièce ? Il n'en avait aucune utilité, ici !
Ce léger instant de réflexion permit au forban de tirer Anyway vers lui. Prit au dépourvu, le Sentinelle eut un mouvement de recul et ouvrit la bouche, horrifié à la vision de la lame sur la gorge du petit. Ce dernier, d'ailleurs, n'hésita pas à manifester son mécontentement.

Un petit tic anima le visage du Grisé.

Les bras ballants, sa main gauche inconsciemment serrée sur la pièce de monnaie, il regardait la scène, sans savoir quoi faire. Des larmes lui montèrent très vite aux yeux, mais il se retint de pleurer. Il secoua la tête quand le pirate l'autorisa à partir. Ça non ! Il refusait de laisser l'un des siens dans ce genre de situation !

- Allez, dis pardon sale morveux, lâcha-t-il à l'intention d'Anyway.

Sepia le regarda, implorant. Qu'il s'excuse, bon sang de bonsoir, qu'il s'excuse et ils pourraient tous deux partir sains et saufs !
Enfin … c'était très mal connaître la petite terreur que de le croire capable de s'aplatir devant quelqu'un. Pourtant, ainsi en position de faiblesse, il aurait pu faire un effort.

- Anyway, excuse-toi s'il te plaît, et on en parle plus !

Il eut un soupir teinté de lassitude et d'angoisse. Ses membres étaient crispés, son ventre tordu et sa gorge sèche. Pourquoi rendait-il la tâche si compliqué ? Et lui, pauvre gamin incapable, il restait-là à regarder, faible et misérable.
Dans un élan de panique et de manière inutile, il regarda autour de lui, à la recherche d'un coup de main. Mais ces visages tirés, ridés et sales lui rappelèrent sinistrement où il se trouvait, et il ne put rien faire d'autre que de replanter son regard humide sur les deux personnes qui lui faisaient face en priant pour ne pas que le pirate ne décide de lui trancher la gorge.

- S'il vous plaît, laissez-le partir, on … on reviendra plus … il recommencera plus … Tenez reprenez la pièce si vous voulez.

Il renifla un grand coup et essuya très rapidement les quelques larmes qui étaient parvenues à se frayer un chemin à travers ses paupières.

- C'est qu'un gamin … faut pas faire ça …

Pitoyable petit être sensible et inutile ...
Revenir en haut Aller en bas
Salazar Reis
avatar

☠ Navigateur du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 117
✘ SURNOM : Le flutiste
✘ AGE DU PERSO : 35 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Bientôt
✘ LIENS : Dans le désert, suis le son de la flute

Mon présent est pluvieux.
Mon passé est rempli de trésors.
Mon futur te regarde Invité



MessageSujet: Re: Mauvaises fréquentations. [Libre]   Mar 22 Mar 2016 - 0:48

Salazar avait réellement été naïf sur un point : il pensait que ses menaces feraient de l’effet sur le petit excité. Après tout, le grand semblait au bord de la crise. Cardiaque, de larmes, de nerf, qui sait ? Il allait très certainement craquer de toute manière.
La lame, les pirates dangereux aux alentours (est ce que Dogfish était dans le coin ?), le fait qu’il pouvait l’écraser tel un insecte…
Tout cela passa joyeusement au dessus de la petite tête blonde (enfin brune) qui cria bien fort :

-Je m'excuse JAMAIS!!!

Misère de misère… Ce petit con était il réellement irrécupérable ? Il arriva même à s’érafler tout seul avec sa lame juste pour pouvoir le regarder.
Les gosses…

-Et encore moins aux connards dans ton genre!  
- Anyway, excuse-toi s'il te plaît, et on en parle plus !
-Il a raison, tu ferais mieux de mettre ton orgueil de côté pour une fois.

Ce môme l’agaçait de plus en plus. Il avait envie de l’entendre le supplier, et vite.
Tout d’un coup, ces espèces de lunettes l’agacèrent. Il avait l’impression de ne pas réellement le regarder dans les yeux.
Resserrant sa poigne sur le cou délicat (délicat comme dans « Je pourrais le briser si je le voulais »), il reprit le poignard de l’autre main et coupa le bandeau. Les lunettes tombèrent par terre.
Oh oui, là, il le voyait mieux.

-Eh bien alors petit con, t’es une grande gueule mais essaye de me le redire une fois encore ? Et je te crèverais l’œil.

Ou lui couper la langue, cela serait peut être plus pédagogique… Il se tâtait réellement sur le coup.
A un tel point qu’il en avait pratiquement oublié la présence de l’autre et ses supplications le surprirent.

- S'il vous plaît, laissez-le partir, on … on reviendra plus … il recommencera plus … Tenez reprenez la pièce si vous voulez.

Mince… L’adolescent pleurait. Ce fut rapide mais Salazar le remarqua.
Il était tout tremblant, il devait réellement avoir la trouille.

Une partie de Salazar n’était pas totalement indifférent à cela.
Mais l’autre trouvait au contraire que ce petit con avait mérité son sort et qu’il fallait l’éduquer.
Et la partie encore jeune en lui jouissait à l’idée d’être vu comme quelque chose de menaçant.

- C'est qu'un gamin … faut pas faire ça …

Le pirate soupira.
Avant de claquer violemment la tête d’Anyways contre le mur. Enfin, pas assez pour lui fracasser le crâne (pas tout de suite voyons). Mais assez pour lui briser le nez et saigner. Oh et il devait surement être désorienté, surtout après que l’adulte le lâcha.
Il s’avança vers Sépia d’un pas rapide.
Arrivé à sa hauteur, il passa sa main sur la joue du jeune garçon.

-Allons allons, il ne faut pas se mettre dans des états pareils voyons.

L’intruse descendit jusqu’au menton afin de le saisir fermement. Le flutiste s’assura qu’il le regardait bien avant de continuer :

-D’accord. Tu as gagné. Je ne lui ferais rien de mortel ou de blessures permanentes. Et dès qu’il s’excusera, je vous laisserais partir tout les deux.

Une phalange s’aventura, par mégarde, sur les lèvres du Gris.

-Ca te va ?

Sa peau était si douce…

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Mauvaises fréquentations. [Libre]   Dim 27 Mar 2016 - 3:49

Et merde alors. Ils continuaient à vouloir des excuses qu'il n'avait pas envie de donner. Il était presque prêt à cracher à la figure de Salazar, pour bien lui montrer ce qu'il en pensait du respect, bien que ce soit déjà clair. Seulement, ce n'était pas se faire molester par une pauvre fée, ou un pauvre type de l'arbre. Le mec qui le menaçait était un pirate, un vrai de vrai, un de ceux dont le gamin était normalement totalement imbu. Mais là.... là...

Puis, le Maure lui coupa ses lunettes. D'un coup. Elle chutèrent sur le sol, le petit se mordit la lèvre. Ouf, pas de bruit de verre caractéristique. Elles n'étaient pas cassées! Mais c'était une maigre consolation.
Sa belle confiance s'était quelque peu dissoute, il commençait à avoir peur.
Autour de lui, les lignes se tordaient, les couleurs se mélangeaient, les formes se floutaient. Misère de misère. Un gémissement s'échappa de sa gorge. Il ne pensa même pas à avoir honte de ça qui était si peu cool pour un héros. Il n'avait pas du tout la tête à ça.
Ni à la provocation d'ailleurs. Pour la première fois depuis très longtemps, il ne répéta pas quand on le lui demanda, ce qui était d'habitude une BASE d'insolence classique. Il se contenta de déglutir. Peut être que s'il restait dans le mutisme... tout irait bien?

Son coeur battait à la chamade. Il espérait que c'était terminé , qu'on le lâcherait. Peut être qu'il prendrait une petite claque, mais ça irait, et puis ils rentreraient... docilement. Oui, docilement. Anyway gémit encore.

BLAM!

Il y a des fois dans la vie, ou quand une chose est pire, elle est presque plus souhaitable. Il est plus souhaitable qu'une personne âgée décède par exemple, plutôt qu'elle souffre et vive comme un légume.
Anyway aurait préféré s'évanouir. Il aurait peut être même préféré crever comme un chien, plutôt que ce qui lui arrivait à ce moment précis. La collision avait été violente, mais pas suffisamment. Assez pour lui fendre la lèvre, lui péter le nez et une incisive, même pas de lait par malchance. Assez pour qu'il pisse le sang comme un robinet laissé ouvert. Assez pour qu'il ressente plus de douleur qu'il n'en avait reçu de toute sa vie. Assez pour qu'il se mette à chialer d'un seul coup, bruyamment, brutalement.
Comme un enfant; car le Zhéro était un enfant.
Oui, assez pour tout ça. Mais pas assez pour tout abréger.

Lâché, il s'écrasa sur le sol,  tenta désespérément de se relever, fou de douleur, le visage inondé de sang et de larmes. Il murmura d'un filet de voix, réalisant à peine que c'était bien lui qui prenait la parole.

— P... putain...

Qu'est ce qui s'était passé? Il ne comprenait plus rien. Tout tournait, tout était détruit. Il ne pouvait pas se redresser, il ne pouvait pas courir. Il ne voyait rien, non plus. À tâtons, il retrouva ses lunettes, mais les fourra dans sa poche fissa. Pas question de devoir les tenir. Il était trop occupé à tenir son buste et sa tête.
Merde.
Merde, merde, merde.
Il entendit Salazar, d'une voix lointaine et proche à la fois, emmerder Sépia cette fois.
Son sang ne fit qu'un tour, il devait partir au plus vite.
Tant pis pour la Sentinelle. Ils se connaissaient à peine de toute façon, et la vie c'était comme ça: chacun pour sa gueule.

La respiration haletante, dégoulinant de fluides en tous genres, tentant vainement de réprimer ses sanglots qui lui provoquaient des spasmes, Anyway se mit à avancer à quatre pattes, presque à ramper.
Vite... plus vite!!
Fuir. Il devait fuir.
Revenir en haut Aller en bas
Ancien Perdu
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Mauvaises fréquentations. [Libre]   Jeu 31 Mar 2016 - 10:44

Les deux mains de Sepia étaient maintenant sur son visage, camouflant sa bouche et son nez, ne laissant voir que ses yeux trempés de larmes. Il était persuadé qu'il allait assister en direct à la mise à mort d'Anyway, et le fait d'être là, d'être impuissant, ça le rendait fou. S'il avait su, il aurait été s'entraîner avec Sharpy, car à cet instant, il aurait tout donné pour être plus fort et plus doué en défense.  
Comme humiliation pure et dure, le pirate se débarrassa des lunettes du petit perdu otage. Et, comme si son assurance était tombée avec, Anyway sembla d'un seul coup beaucoup plus vulnérable. Il demeura muet comme une carpe. Là, il ressemblait vraiment à un petit garçon, et non plus à un adolescent insolent au physique de bébé.

Et puis, la tête du petit entra en violente collision contre le mur. Le bruit de l'impact raisonna dans l'air, faisant faire inconsciemment à Sepia un pas en arrière. Il lâcha un bref cri, mais n'eut pas le temps de dire quelque chose, car l'homme était déjà vers lui, et malgré son envie de prendre ses jambes à son cou, le Sentinelle resta figé sur place, ses yeux clairs et mouillés levés vers l'agresseur. Tétanisé, il se contenta de le fixer en retenant son souffle, blanc comme un linge.

Et le forban posa sa main sur sa joue. Le contact était chaud et moite, et il sentait un léger tremblement parcourir ses doigts. L'adrénaline, sûrement.

- Allons, allons, il ne faut pas se mettre dans des états pareils voyons.

C'était Sepia, maintenant, qui tremblait. Des pieds à la tête. Il ne pleurait plus, mais une intense détresse émanait de lui. La main du pirate le dérangeait. Plus encore que de la peur, c'était un autre sentiment qui lui tordait le ventre. Y'avait quelque chose de malsain dans la voix de cet homme. Quelque chose de terriblement dérangeant.

- D'accord, tu as gagné. Je ne lui ferai rien de mortel ou de blessures permanentes. Et dès qu'il s'excusera, je vous laisserai partir tous les deux.

Le doigt glisse sur son visage. Et son passage fait frissonner, laisse une brûlure invisible, trace un sillon acide.
Il voulait qu'il le lâche. Qu'il cesse de le toucher de la sorte. Il aurait préféré se faire frapper plutôt que ça.

- Ca te va ?

Sepia regarda derrière le pirate et constata qu'Anyway n'était pas inconscient, à son grand soulagement. Plus encore, il semblait avoir vite repris ses esprits. À présent, il prenait la fuite. Mais qui pouvait l'en blâmer ?
Le Grisé ne dit rien, reporta ses prunelles vers l'homme qui était beaucoup trop tactile à son égard. Il fronça les sourcils, durcit un peu les traits de son visage. Un silence pesant fut volontairement créé par le garçon perdu qui désirait laisser du temps à l'autre gamin de s'en aller. Au moins, l'un des deux pourraient s'en sortir.

Une fois qu'Anyway disparut de son champs de vision, il hocha lentement la tête, fuyant le regard glacial de son bourreau.

- Et si je m'excuse pour lui, ça ne vous va pas ? Osa-t-il demander d'une petite voix cassée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mauvaises fréquentations. [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Les mauvaises fréquentations ... [Rose]
» le québec libre!!!
» Base de Torcy - nage en eau libre
» Libre navigation avec la Savoie [abrogé]
» Les RPG en libre téléchargement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Mer Imaginaire :: La Baie des Pirates-