Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Ancien Peau-Rouge
avatar

Invité



MessageSujet: Les hirondelles quittent le pays au printemps... ah non... il n'y a jamais de printemps ici...   Sam 19 Sep 2015 - 16:03

...Il n'y a jamais de printemps ici...


Le vent avait porté le message à Bulot. Il faisait toujours comme ça, pour tout. Il l'avait fait lors de cette étrange assemblée, et quand le grand arbre avait été attaqué par la sirène aussi. La nature lui parlait comme ça, lui susurrait à l'oreille.
Aujourd'hui elle lui disait qu'il était temps d'aller cueillir des plantes. Les papooses de la tribu étaient malade... ça ne semblait pas très grave mais ils restaient longtemps dans le tipi et divaguaient, emportés par une fièvre qui les rendait délirants.
Bulot devait faire son travail et protéger la tribu. Bulot aimait les papooses et ferait tout pour les aider.

Il était parti tôt, dés que la fatigue avait quitté son grand corps. Il avait mis un pagne pratique et restait pieds nus, pour bien sentir la terre sous ses pieds. Mais il allait devoir apporter beaucoup de plantes et il n'était jamais assez concentré pour penser à les porter jusqu'au camp. Il avait besoin de quelqu'un pour maintenir son attention et l'aider à garder son esprit assez vif pour ne pas oublier sa mission.
La forêt lui prêta Salamandre.
Salamandre voulait voler, c'était le petit arbuste à la sortie du camp qui le lui avait dit.
Salamandre était là à ce moment, lorsqu'il partait en forêt.
Alors Bulot proposa à Salamandre de venir avec lui.
Et Salamandre accepta.

Ils partirent tous les deux d'un bon pas. Bulot était perdu dans ses pensées, ne faisait pas vraiment attention au papoose qui courait dans un coin puis dans l'autre, passant dans tous les sens. De temps à autres le Trépassé rappelait à l'enfant de ne pas marcher sur cette fleur ou cette racine... puis la forêt céda la place à la jungle et Bulot réitéra ses conseils, demanda cette fois de prendre garde aux fougères. Les monstres étaient partout, le danger omniprésent, mais Bulot se savait protégé. La jungle les protégeaient, lui et son compagnon.
Et la jungle leur réservait de bien étranges surprises...
Comme une hirondelle volante...
Une petite hirondelle s'écrasant au sol, une hirondelle bien étrange dont les plumes semblaient bien inertes.

Par réflexe Bulot tendit les bras et reçut l'encombrant paquet. Le poids le fit chuter et son popotin peu couvert termina sa route dans un buisson de ronces agressives.
Mais l'hirondelle n'avait rien.
L'hirondelle ne volait pas.
Et elle faisait une sieste sur un pauvre matelas de Bulot.


Code appartenant au forum rpg NNL

Revenir en haut Aller en bas
Reverse
avatar

♣ Sentinelle ♣


✘ AVENTURES : 63
✘ SURNOM : L'Hélice
✘ AGE DU PERSO : 10 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Nah. (pardon)
✘ LIENS : Rouge, Jaune, Vert, Brun, Rose, Violet, et Bleu.

MessageSujet: Re: Les hirondelles quittent le pays au printemps... ah non... il n'y a jamais de printemps ici...   Dim 20 Sep 2015 - 20:23

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.

Victor Hugo, Les contemplations


Quand le ciel a été à nouveau rose-orangée, l'Hirondelle s'en est allée. Elle avait pu mettre fin à son supplice de sommeil tourmenté. Ces rêves avaient été si noirs, si pourpres. Du sang, de la mort. Presque au point de la réveiller, elle avait senti toute la souffrance couler entre ses doigts blancs, s'était considérablement agitée. Puis l'aube. Avant même les tâches du matin, avant même que Peter Pan réveille l'île, elle avait fui à travers les prés, à travers les bois. Sa course avait été longue, mais avec des plumes sur le dos, c'était comme voler, c'était comme courir sur le ciel.

Reverse n'était plus Reverse. Elle n'était plus l'Hélice. Elle était redevenue l'oiseau qu'elle avait toujours été. Elle courait en battant des ailes, en faisant claquer son bec. Ses yeux étaient fermés la plupart du temps, car les oiseaux ne voient pas très bien, et elle se disait qu'elle en serait un, encore plus. Et elle accélérait, et elle accélérait. Toujours plus vite, toujours plus fort, et quand elle sautait il lui semblait que cette fois c'était pour de bon, qu'elle allait partir dans les cieux! Elle retombait toujours, déçue mais envieuse de réessayer. Contrer l'apesanteur.

L'Hirondelle avisa un arbre qui lui paraissait parfait. Il n'était ni plus grand, ni plus large, ni plus rugueux, ni plus rouge que les autres. Au contraire il était tout violet! Mais il était parfait. Complètement. Parfait.  Ce qu'il avait en plus était notable, mais sans pouvoir dire quoi. Alors elle grimpa dessus et se mit tout de suite la tête en bas, suspendue par les genoux. Elle sentait la brise passer entre ses noires plumes, couler sur ses pieds. C'était agréable.

Avant même que les signes de tournis apparaissent, Reverse s'endormit. Comme souvent, elle ne l'avait pas désiré, comme souvent c'était venu de manière impromptue. Elle s'était endormie, comme si un fil s'était brusquement brisé alors qu'elle marchait dessus. Alors la chute fut irrémédiable, et elle ne se réveillait pas.

Pouf. Un mou coussin. Boum. Une autre chute, pas de douleur. Ah, elle se réveille. Reverse ouvrit ses grands yeux verts et les posa sur celui qui la tenait. Un sourire éclaira son maigre visage à la vue de ces cheveux blonds dressés dans tous les sens, de ce visage si lumineux...

─ Ooooh... Bonjour, Soleil Jaune. Tu brilles fort, aujourd'hui.. Je ne savais pas que les soleils avaient des bras. Ils sont doux, tes bras.

Son regard balaya la clairière, sans cesser de sourire. Elle voyait les ronces noires comme la nuit, piquantes et méchantes qui ne la touchaient pas par miracle. Et elle aperçut un oiseau, pas loin. Un oiseau bleu. Blanc. Ciel.

─ C'est incroyable, Soleil jaune... Tu ne me brûles pas et tu ne brûles pas ton ami l'oiseau ciel. Incroyable. Fantasbuleux! Tu me présentes cet oiseau? Tous les oiseaux sont amis, pas vrai?








Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salamandre Bleue
avatar

♐ Papoose des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 36
✘ SURNOM : La Tenace
✘ AGE DU PERSO : 11 Printemps

✘ DISPO POUR RP ? : 2/2 Réservés, mais vous pouvez toujours demander.
✘ LIENS : To have Faith is to have wings

MessageSujet: Re: Les hirondelles quittent le pays au printemps... ah non... il n'y a jamais de printemps ici...   Sam 3 Oct 2015 - 15:27

Bulot est sage mais bizarre. Bulot est dans son monde et Salamandre aimerait pouvoir entendr eles secret qu'il échange avec les bambous et les saules. Parce que dans son imaginaire, les plantes ont des caractères, et surement qu'au milieu il y en a des gentils, des commères, des rigolos et des apprêtés. Mais Salamandre aime bien Bulot, il est un peu perdu mais gentil, et il sait des choses. Les autres gamins ont beau le railler, ils ne savent pas. Salamandre toujours les incendie. Ils ne comprennent pas.

Bulot est souvent ailleurs, mais des fois il est présent. Comme là, quand il lui propose de l'accompagner. La Tenace accourt, bien sûr. Aujourd'hui est un grand jour, un jour de fête puisqu'il l'emmêne ! Alors elle lui dit d'attendre deux secondes, et elle revient parée de son collier de plumes. L'idée l'a traversé de prendre un de ses costumes d'oiseaux, mais elle a peur de l'abimer ne ceuillant les plantes. C'est pas bon, ni pour les plus ni pour les végétaux. Alors c'est juste la cascade de plumes colorées qui orne sont buste juvénile. Ce collier, elle l'a fait elle même, dans son coin. C'est pas le plus joli ni le plus fini, mais elle l'a conçu avec toutes les plumes solitaires qu'elle a trouvé. Et d'ailleurs elle le continue, il s'agrandit au fur et à mesure. Parce que chaque plume mérite une seconde vie. Là, le collier est devenu presque un plastron aux plumes disparates et colorées, sans discrimination. Si elle en trouve assez, peut-être qu'elle le continuera jusqu'à la taille, et qu'elle fera derrière aussi. Mais ça veut dire beaucoup de plumes.

Elle court avec Bulot Sympathique, Salamandre, et elle s'amuse. Elle court court, saute de buisson en rocher, s'envole souvent et retombe toujours. Mais sans forcément se faire mal, sans toujours se cogner.

C'pas comme l'autre, là. Celle de tout là-haut, avec des plumes elle aussi. Elle était loin quand elle l'a vu tomber dans les bras de son Bulot. Elle est sortie de nul part, pour la Tenace. Parce qu'elle était deux arbres et une fougère plus loin. Elle a juste vu le Trépassé regarder, puis récupérer l'oisillon tombé du nid.

Elle est cassée ? Et lui ?

Alors elle court, Salamandre, elle court vers vous et s'arrête à votre niveau quand la plumée cause et cause, et que Bulot.. Bah. C'est Bulot.

- Aowh ! Moi c'est Salamandre Bleue. Faut te pousser, Bulot Sympathique il a mal et les ronces aussi. Je parie qu'elles ne sont pas contentes. Viens !


Elle t'attrape la main pour te tirer de lui, pour te redresser. Que tu le veuilles ou non, elle va essayer de te tirer hors du Trépassé. Faut pas le casser, oh ! Et son regard acéré se pose sur toi, curieux, en examinant tes plumes avec un air de connaisseur.

- Comment tu t'appelles ?







Salamandre Bleue s'entête en #1A76BD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ombre
avatar



✘ AVENTURES : 1506

MessageSujet: Re: Les hirondelles quittent le pays au printemps... ah non... il n'y a jamais de printemps ici...   Dim 29 Nov 2015 - 22:52

bye bye


En effet les ronces ont l'humeur irritée,
Et décident de s'en prendre au corps le plus près,
Elles agrippent les membres du pauvre Bulot,
Qui pourtant n'exprime peur ni en face ni en mot,
Il rit même tout à fait tandis que tranquillement,
Il se fait entrainer, tout servile tout sanglant,
Bulot aime fort les plantes, rappelons-le sans honte,
Car lui n'en ressent pas, jamais, de la honte !



BULOT
QUITTE L'AVENTURE




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org
Reverse
avatar

♣ Sentinelle ♣


✘ AVENTURES : 63
✘ SURNOM : L'Hélice
✘ AGE DU PERSO : 10 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Nah. (pardon)
✘ LIENS : Rouge, Jaune, Vert, Brun, Rose, Violet, et Bleu.

MessageSujet: Re: Les hirondelles quittent le pays au printemps... ah non... il n'y a jamais de printemps ici...   Lun 21 Déc 2015 - 3:27

C'est bien confortable, ce soleil. C'est bien agréable de sentir sa chaleur dans le dos, en plus que dans le visage et le ventre. Ben oui! Parce que d'habitude il n'y a qu'un soleil alors on n'est réchauffé que d'un seul côté, et l'autre est froid. L'Hélice aimait bien avoir ces deux sensations à la fois, mais des fois en avoir une seule c'était formidable aussi. Ce jour là, par exemple, c'était parfait. Elle se figurait en plus d'une grande découverte: il n'y avait pas qu'une unique étoile solaire, mais bien deux! Et peut être même plus! Elle aurait pu rester là, longtemps, longtemps, toute la journée, et toute la vie, jusqu'à ce qu'il y ait la Lune! Mais ça ne se pouvait pas.

Il faut te pousser, et Reverse se poussa, l'air un peu endormi. Elle ne réalisa même pas qu'il saignait, l'homme soleil jaune, Bulot comme elle l'avait appelé, alors qu'il se faisait entraîner loin. Trèèès loin. Reverse ne s'était pas poussée toute seule, bien sûr. C'est l'oiseau qui l'avait tirée, mais ça non plus elle ne le réalisait pas. Elle se contenta de sourire.

─ Reverse, mais j'aime pas trop...

Elle n'avait pas lâché la main de Salamandre en face d'elle, et la regardait avec attention. Chaque détail lui plaisait énormément. Et puis il y avait beaucoup de couleurs et ça c'était le mieux. Sans parler de la chaleur de la main. Reverse finit tout de même par lâcher l'autre en face, sans regret, elle avait compris que c'était le moment voilà  tout. Les yeux grands et brillants, elle reluquait avec attention la tenue de l'oiseau ciel, et lui demanda doucement:

─ Bleue? Tu es triste? C'est parce que tu n'as pas un nom d'oiseau?  

Forcément la salve de questions était arrivée. La petite fille se rendit soudain compte aussi qu'elle avait froid au dos maintenant. Cela la fit détourner son regard et balayer les alentours, pour finalement revenir à Salamandre Bleue en face d'elle. Ce n'était qu'à présent qu'elle se rendait compte de l'absence de Bulot. Elle fut très triste. Vraiment très triste, et c'était son visage qui le montrait. N'importe qui aurait pu dire qu'il était bleu , la couleur des larmes. Enfin c'est ce qu'elle aurait dit face à un miroir, en s'auto commentant.

Oh. Peut être qu'elle allait pleurer.

Tu crois qu'il va revenir?

Au fond d'elle elle savait bien que non, et les cheveux qui tombaient devant ses yeux cachaient sa mine peinée. Elle regardait le bout de ses pieds et n'attendait pas sa réponse, elle n'en voulait pas, elle n'avait même pas dit à haute voix d'ailleurs. Ça servait à rien..  Elle chuchota tout à coup la question qui lui avait brusquement brûlé les lèvres :

─ Tu es un oiseau depuis ta naissance? Tu sais voler?







Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salamandre Bleue
avatar

♐ Papoose des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 36
✘ SURNOM : La Tenace
✘ AGE DU PERSO : 11 Printemps

✘ DISPO POUR RP ? : 2/2 Réservés, mais vous pouvez toujours demander.
✘ LIENS : To have Faith is to have wings

MessageSujet: Re: Les hirondelles quittent le pays au printemps... ah non... il n'y a jamais de printemps ici...   Jeu 7 Jan 2016 - 0:38

Elle a tourné les yeux un instant vers l'autre aux cheveux bleus et aux mots bizarres. Au nom bizarre, aussi mais joli. Reverse. C'est comme un nom d'envol dans l'eau, un nom qui défie toute la gravité. Reverse c'est l'envers, c'est le bordel, le mélange. Et c'est vrai que ses mots ne se mélangent pas pareil que quand les autres enfants perdus parlent. Salamandre incline la tête en observant Reverse, puis sourit. Reverse, c'est joli, elle adopte.

Elle se tourne pour partager le sourire avec Bulot, pour voir ce qu'il en pense même si c'est surement que du bien. Et puis là, son sourire se casse la gueule. D'ailleurs, c'est un peu tout elle qui se fracasse : Bulot, elle le voit partir vite, trop pour qu'elle puisse le retenir. Elle s'élance, la petite, mais trop tard. Il disparaît sous ses yeux dans un fourré, sans qu'elle ne puisse rien faire. Son souffle s'accélère et s'amplifie, à la Tenace. De l'air, de l'air ! Salamandre fixe le bosquet en fermant les poings jusqu'à en avoir mal, même si ça ne sera jamais aussi douloureux que ça. Perdre Bulot Sympathique. Encore une perte, bordel, encore une perte qu'elle constate sans voir de corps. Mais là, y a pas de discussion possible. Elle l'a vu partir.

Toute Huron qu'elle est, l'idée la traverse d'arracher les ronces et les feuilles pour le libérer. Tout cramer, tout détruire, tout foutre ailleurs, c'est que du bois, c'est que du n'importe quoi rageux. Et Bulot, hein ? Il devient quoi Bulot ? Une fougère ? Ça lui plairait, surement, ça. D'ailleurs, il n'avait pas l'air de se plaindre des ronces quand elles l'emmenaient. Alors Salamandre reste immobile, à fixer le fourré gourmand. Plus loin, très très loin, elle entend des mots, des noms de la drôle de fille à l'envers. Qu'est-ce qu'elle s'en fout de celle-là. Elle ne l'écoute pas, ou à peine. Au lieu de ça, elle fixe les feuilles en serrant les poings, en pleurant comme elle le découvre avec un temps de retard sur ses belles plumes colorées. Et puis, elle renverse la tête vers le ciel.

C'est bleu là-haut. C'est azur, c'est infini. Indécent de beauté. Alors Salamandre, elle se met à crier. C'est pas beau, c'est pas mélodieux, c'est pas réfléchi. C'est juste un cri qui déraille, qui rocaille dans sa petite gorge, un cri qui tonne et déchire le calme des bois. Un cri de toutes ses forces pour atteindre un ciel inaccessible et calmer une douleur qui reste là.

Elle crie, elle crie, elle crie..

Et elle crie encore, à s'en déchirer les cordes vocales.

Quand elle n'a plus de souffle ni de voix, Salamandre baisse les yeux vers toi, Reverse. Et comme pour la première fois, elle te voit. T'as l'air de sortir de nul part, pire qu'avant. Ce n'est pas de ta faute, elle le sait. Pourtant, en cet instant, elle te hait presque. Tes mots reviennent doucement à fleur de conscience, et elle te crache un début de réponse avec sa voix croassante. Ça fait mal de parler.

- Nan je vole pas. Pas encore. Mais un jour, oui.


Son regard a mal, mais il est fier. La papoose redresse le menton et te toise sans se cacher.

- Je suis Salamandre Bleue, c'est mon nom. J'ai pas à justifier. Et pas à toi.

Tueuse.



HRP:
 







Salamandre Bleue s'entête en #1A76BD.


Dernière édition par Salamandre Bleue le Sam 6 Fév 2016 - 11:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reverse
avatar

♣ Sentinelle ♣


✘ AVENTURES : 63
✘ SURNOM : L'Hélice
✘ AGE DU PERSO : 10 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Nah. (pardon)
✘ LIENS : Rouge, Jaune, Vert, Brun, Rose, Violet, et Bleu.

MessageSujet: Re: Les hirondelles quittent le pays au printemps... ah non... il n'y a jamais de printemps ici...   Dim 24 Jan 2016 - 1:59

Reverse avait mal aux oreilles. Les cris des oiseaux ne sont jamais  agréables, même si les oiseaux sont les plus belles créatures du monde et du ciel et de la galaxie toute entière. Les cris des oiseaux sont déchirants. Un oiseau ne devrait pas à être triste, car il est libre et il peut voler. Et elle, Salamandre Bleue, elle criait très fort, très haut. Et c'était vraiment terrible. Il y avait comme quelque chose qui se brisa dans les yeux rêveurs de l'Hélice, elle ne comprenait pas. Pourquoi est ce que ça pleurait, et ça hurlait? Pourquoi son regard et sa voix étaient devenus si noirs et rouges?

Elle en était bouche bée, Reverse.
Encore.
Et ça durait.
Ça durait ce moment où les deux fillettes étaient l'une en face de l'autre, sans mot dire, l'une accusant l'autre, l'une et l'autre qui se mordait les lèvres.
Les larmes silencieuses s'écoulèrent des yeux de la garçonne perdue. Il fallait bien que ça arrive, et c'était toujours comme ça que ça se passait: sans crier gare, le flot commençait.  Sans faire de bruit, la tristesse descendait comme une cascade le long des falaises bleues du visage.

Partir, maintenant? Elle regarda loin derrière la jeune papoose, renifla ses larmes. Il était rare qu'elle ne soit pas contente de pleurer. Elle avait l'habitude de dire que c'était bien d'être triste, elle le disait à beaucoup de gens pour les réconforter. Mais là, ce n'était pas bien.
C'était déchirant. Elle se força à étirer un sourire pâle de sentiments, blanchâtre au clair de lune. Un sourire de malheur.

A...a...

B... b... C... L'Hélice n'avait rien à ajouter, rien n'aurait pu briser ce silence. Parce qu'il n'y avait rien à ajouter. Bien malgré elle, elle renifla à nouveau. Elle voyait de gros nuages partout. Le soleil était mort, il ne fallait pas qu'elle l'oublie. Avait-on seulement le droit de mourir de la façon dont Bulot était mort? Il était parti sans rien dire à personne, comme le Papa Caramel.
Elle continua à pleurer, encore plus fort, beaucoup plus fort, jusqu'à gémir.

Alors elle s'écroula à genoux, brusquement, et laissa tomber sa tête dans ses mains. La douleur lui vrillait les tympans, des gros points noirs se formaient dans son champ de vision qu'elle ferma sèchement en le couvrant de ses doigts. Elle gémit.

On... on le retrouvera peut être en fouillant le ciel...

Le soleil ne meurt pas ainsi.

Le mal de crâne continuait, s'intensifiait.
Elle gémit à nouveau, plus fort, plus plaintivement.







Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salamandre Bleue
avatar

♐ Papoose des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 36
✘ SURNOM : La Tenace
✘ AGE DU PERSO : 11 Printemps

✘ DISPO POUR RP ? : 2/2 Réservés, mais vous pouvez toujours demander.
✘ LIENS : To have Faith is to have wings

MessageSujet: Re: Les hirondelles quittent le pays au printemps... ah non... il n'y a jamais de printemps ici...   Dim 14 Fév 2016 - 13:22

C'est ça, ouais. Pleure, oiseau de malheur, tueuse !

La Tenace te voix progressivement t'écrouler, à tous égars, et une partie d'elle en ressent une sourde satisfaction. Pleure, assassine ! PLeure pleure pleure, il mérite au moins ça !

Et puis au bout d'un moment, en la voyant comme ça part terre, Slaamandre a honte. Honte de ne pas se comporter en Huronne, honte de faire ça. Oh, la colère ou la souffrance ne sont pas parties ! Elles vont rôder encore un moment, comme des vautours. Mais au moins elle peut essayer de ne pas trop donner de coup de pieds comme l'envie la démange. Pan dans les côtes ! Pan dans la face !

Mais ça ne donnerait rien de bon. Rien de beau. Et puis c'est pas comme ça qu'on l'a éduqué !

Salamandre Bleue pince les lèvres, plisse les yeux en fixant l'autre. Ses yeux qui brûlent du trop plein de sel, sa bouche dont elle mord la lèvre inférieure pour ne pas hurler à nouveau. Un reniflement, un filer de morve qu'elle essuit du revers du bras. C'est pas le premier départ, ni le dernier. Mais ça fait encore mal dans la poitrine. Elle voudrait pleurer encore, mais sa source s'est tarie. Ses larmes sont sèches, à croire que son corps est trop petit pour pleurer autant qu'elle le voudrait son cher Bulot. Mais lui, il ne voudrait pas de violence, pas de haine. Sage Bulot. Doux Bulot.

Ainsi soit-il.

Du bout du pied, elle pousse un peu l'autre. La renversée, là.

- Heh. Pleurer, ça va un moment. Bouge. Assume. Bulot est maintenant avec le Grand Esprit, avec les plantes.

Ses foutues plantes de merde ! Mais Bulot n'aimerait pas qu'elle dise ça, alors une fois de plus elle se mord la lèvre.

- Debout ! Bulot Sympathique est joyeux et paisible. Faut sourire quand on pense à lui.


C'est elle-même qu'emlle essaye de convaincre, au fond. Des larmes sèches menacent à nouveau, et la papoose sert le poing pour les garder à distance.

- Viens. Ca pue la mort ici. C'est pas un endroit où rester. Pas maintenant.

Et de tirer ton col fermement. Elle s'en fiche un peu, si tu suis ou pas. Si tu te lèves ou pas. Si elle t'étrangle ou pas.

Entre elle et toi, c'pas fini encore. Faudra qu'elle expulse à un moment où à un autre.







Salamandre Bleue s'entête en #1A76BD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reverse
avatar

♣ Sentinelle ♣


✘ AVENTURES : 63
✘ SURNOM : L'Hélice
✘ AGE DU PERSO : 10 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Nah. (pardon)
✘ LIENS : Rouge, Jaune, Vert, Brun, Rose, Violet, et Bleu.

MessageSujet: Re: Les hirondelles quittent le pays au printemps... ah non... il n'y a jamais de printemps ici...   Dim 28 Fév 2016 - 2:42

Comme un marteau qui lui taperait dessus, les mots de Salamandre lui martelaient le crâne. Il ne manquait plus que ça. Elle ne pouvait pas comprendre, de toute façon, et ça Reverse le savait bien. Elle essayait de se le répéter tandis qu'elle se remettait sur pieds, tandis qu'elle décidait d'affronter. Les couleurs autour n'étaient plus, tout était gris. Sauf la papoose qui restait bleue, et peut être rouge. Ou peut être qu'elle ne savait pas après tout, elle ne savait plus rien. Les larmes continuaient à rouler sur ses joues, tandis qu'elle suivait cette fille furieuse vers on ne sait où.

Elle gémit des mots qu'on entendit pas. Reverse ne voyait plus rien et c'était presque tant mieux! Elle en avait assez de voir du bleu, toujours du bleu, partout du bleu! C'était comme si le bleu la pourchassait! Oui, exactement... mais depuis quand? depuis toujours qu'elle se souvenait.

Elle repoussa le bras qui la tenait fermement, ça diminuait les aiguilles plantées dans sa cervelle, mais c'était tout, et puis elle s'en fichait. L'Hélice supportait la douleur. Salamandre avait dit de ne plus pleurer. Alors elle avait mal mais elle faisait un gros effort, elle faisait comme si ça n'existait plus. Elle ne voulait plus décevoir, ça non. La sentinelle sourit comme elle peut, ça ne dissipa pas les plus gros nuages, mais ça apaisait son mal-être, et puis elle respirait et tout ce calme, toutes les couleurs revenaient. Mais restait encore le filtre bleu qui ne partait pas. Pourquoi le monde était si triste?

Les pas des deux petites filles les menaient loin du théâtre de la funeste disparition du Soleil, tandis qu'insolemment un autre de la même espèce continuait à leur taper sur la tête. Alors Reverse s'énerva contre lui, la tête levée vers sa lumière aveuglante:

─Oh toi, arrête! T'as plus le droit!

Il ne s'arrêta pas. Il n'était pas beaucoup plus gentil que le Sommeil, le Soleil. Les deux mots se ressemblaient ça devait être pour ça, et puis de toute façon elle s'en fichait de ça aussi. Son accès de rage retomba d'un coup, submergé par l'azur dans lequel elle se noyait, et elle tenta :

─ Arrête d'être fâchée contre moi... je fais pas exprès quand je dors tu sais, ça fait paf! et après je me souviens pas.

Son sourire sonnait faux, parce que les gouttes coulaient encore de ses yeux sans bruit, mais elle continua bravement, elle s'accrochait!

─ Et puis, et puis, si j'ai pas envie de te suivre je te suis pas! Tu es trop bleue, je n'ai pas envie de venir. Il y a trop de bleu par ici, tu dois m'aider à l'enlever!

Ça montait en vigueur, et enfin l'apothéose, presque crié, encore un peu chuchoté:

─ Ou je pars!







Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salamandre Bleue
avatar

♐ Papoose des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 36
✘ SURNOM : La Tenace
✘ AGE DU PERSO : 11 Printemps

✘ DISPO POUR RP ? : 2/2 Réservés, mais vous pouvez toujours demander.
✘ LIENS : To have Faith is to have wings

MessageSujet: Re: Les hirondelles quittent le pays au printemps... ah non... il n'y a jamais de printemps ici...   Sam 19 Mar 2016 - 17:34

Elle se rebiffe. Reverse se rebiffe, elle crie, elle engueule le soleil.. Elle engueule Salamandre. Qui a envie de cogner, du coup, de crier, de courir plus loin. Mais non. Bulot n'aurait pas voulu, alors elle sert le poing. Mais ce qui la scie, c'est la menace. La menace merdique, la menace sans poids. Salamandre hausse des épaules, à cette dernière réplique.

- Bein pars. Tu veux quoi, que ça m'rende triste ? Il est mort à cause de toi.

Mort. Ce mot, à lui tout seul, plombe l'air comme le cadavre frais qu'il représente. Les larmes menacent à nouveau, mais Salamandre refuse de les laisser faire. Au lieu de ça, elle serre les poings à s'en faire saigner la paume et crispe la mâchoire à en avoir mal.

- Je sais que tu voulais pas le tuer. Que t'étais là-haut, que t'es tombée, et on choisit pas de tomber. Mais maintenant, ça fait une personne de plus que je perds. C'est un repère en moins, et ça fait mal.

Serre les poings Salamandre. Serre les dents. Ca passera, au final. Un jour, ça passera presque complètement. Assez pour que l'amertume restante, tu puisses la mettre de côté en courant plus vite.

- Toi je te connais pas. Et t'es pas de ma tribu. Tu peux pas me demander de tout oublier d'un coup juste parce que t'as mal aussi. Bulot Sympathique, tu le connais pas. Il est sage. Il est gentil.

Etait.

- Je l'aime Bulot Sympathique, tu sais ? L'aimais. Non, l'aime encore en fait. Il m'apprenait des choses, même sans faire exprès. Alors même si j'essaye de pas, parce qu'il aurait voulu des sourires et pas des coeurs pluvieux, bah j'ai du vide à l'âme. Et le vide, c'est triste. C'est pire que l'hiver. C'est juste du manque. Du plus rien. Ca hurle, le rien, plus fort que quand y a quelque chose.

Et Salamandre parle, parle.. Elle ne sait même plus pourquoi elle dit tout ça, ça se dévide juste, c'est juste plus fort qu'elle, et sa voix est résolue et faible à la fois. Elle ne réalise même pas qu'elle pleure encore, que ses yeux dévident sa peine autant que ses mots. Elle ne réalise pas, Salamandre, elle ne contrôle pas. Faut juste le faire sortir.

- Faut penser à lui pour pas qu'il disparaisse. Pour que le vide guérisse. Faut aimer les plantes, et les respecter, comme lui. Tu aimeras les plantes, toi aussi ? Les fleurs, les arbres, les bambous, coquelicots et marguerites ? Les bleuets, tu les aimeras ? Les jonquilles, tu y feras attention, aussi ? Je pourrais pas les aimer toute seule, pas autant que lui. Alors faut qu'on soit deux. Au moins. Tu le feras, dis ? Tu essayeras ?

Parce qu'au fond, c'est tout ce qu'il reste. Pas de funérailles, pas de cérémonie finale. Juste une pensée, un testament de conduite pour que son âme à lui ne s'éteigne pas.

- Faut pas l'oublier. Sinon, il est vraiment mort.

Et ça, c'est juste trop triste. Comme ce frère fantôme qu'elle veut récupérer, qui erre dans sa vie parce qu'on ne l'a jamais retrouvé.







Salamandre Bleue s'entête en #1A76BD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reverse
avatar

♣ Sentinelle ♣


✘ AVENTURES : 63
✘ SURNOM : L'Hélice
✘ AGE DU PERSO : 10 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Nah. (pardon)
✘ LIENS : Rouge, Jaune, Vert, Brun, Rose, Violet, et Bleu.

MessageSujet: Re: Les hirondelles quittent le pays au printemps... ah non... il n'y a jamais de printemps ici...   Mer 30 Mar 2016 - 1:05

Partir ce serait se mentir. Partir ce serait la facilité.
Parce que Reverse elle ne veut pas affronter les difficultés.
Parce que oui ça l'arrangerait presque de s'en aller, de courir et ne jamais revenir. Presque. Sa colère retombe d'un coup, annihilée par les paquets de mots désespérés que lui balance Salamandre. Qu'elle comprend, parce que eux ils ne sont pas compliqués. Qui la touchent, car c'est la vérité, et c'est des sentiments tout purs et condensés qu'elle se ramasse dans le coeur. Ouais, ça fait du bien et du mal à la fois.

Ça la laisse sans voix, elle qui était déterminée à râler et à crier un tout petit peu avant. Elle qui aurait eu envie de s'indigner. Et là tout de suite, elle lui ferait bien un câlin à la papoose. Elle a l'impression de la comprendre, ou à moitié. C'est tout particulier, et elle sait qu'elle n'osera pas. L'Hélice se sent bête, plantée dans son mouvement jamais terminé, dans ce geste amorcé et suspendue.
Oui, elle connaît, le vide, le rien. L'invisible et l'absent. Ça lui dit bien des choses qu'elle ne sait pas exprimer, elle fronce les sourcils, elle se creuse.
Au final, c'est ce qu'elle réfléchit pas qui sort le premier.
C'est toujours comme ça.

— J'aimerai tout ça et même plus que tout ça, toutes les fleurs. Tu sais celles qui existent que dans la tête. Et je verrai des primevères, et je penserai à lui; à toi aussi. Je penserai au soleil. Je les cueillerai même plus, les plantes. Pour pas leur faire mal. Moi, je suis sûre qu'il est devenu un arbre, Bulot! Que y'a un bout de lui qui est resté et qui est devenu un arbre.

Elle le nomme enfin par son nom. C'est devenu trop dur de faire comme si elle avait pas vu l'indien sous les rayons aveuglants de soleil. Comme si elle avait pas entendu. Et puis le soleil, là, il l'a un peu fâchée. Elle préfère que Bulot soit Bulot.
Sa voix, un peu chagrinée. Parce que la Tenace, elle a bien raison, sur le fond et sur toute la forme.

— Je le connais pas. Mais j'espère tellement fort, que ça devient vrai. Et ce sera le plus beau et le plus fort de tous les arbres. Le plus gentil. On sait pas encore lequel c'est mais..

Mais, quoi? Mais plein de choses.
Mais, principalement.

— Un jour on le trouvera et on saura que c'est lui. Il disparaîtra jamais.

Elle en a pas la certitude mais elle y croit. Et l'espoir c'est ce qui fait vivre, ce qui anime tout. C'est comme ça sur l'île de Jamais, et du haut de ses longues jambes blanches surmontée d'une rivière bleue, elle l'a plus ou moins compris, Reverse. Plus ou moins car ça reste un peu flou sur les côtés, sur les bords, au milieu. Elle ne l'oubliera pas.

— Si tu veux, je m'en vais.

Elle avait dit "je pars" d'un ton catégorique, comme une menace, comme un ordre.
Là, ça a changé. Ça ressemble mais ce n'est plus pareil. Parce qu'elle peut comprendre; et qu'elle a compris. Et que c'est pas à elle de décider, mais à Salamandre.







Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salamandre Bleue
avatar

♐ Papoose des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 36
✘ SURNOM : La Tenace
✘ AGE DU PERSO : 11 Printemps

✘ DISPO POUR RP ? : 2/2 Réservés, mais vous pouvez toujours demander.
✘ LIENS : To have Faith is to have wings

MessageSujet: Re: Les hirondelles quittent le pays au printemps... ah non... il n'y a jamais de printemps ici...   Mar 12 Avr 2016 - 22:24

L'inversée, elle ne réagit pas. Ça fait flop, comme un flan qui retombe. Une part de Salamandre regrette la confrontation avortée, une autre est rassurée qu'il n'y ait plus de cris. Bulot mérite mieux.

Mais l'essentiel de Salamandre pleure, elle a des bleus à l'âme et le cœur noyé. Adieu le ciel et l'azur. Un instant, elle a envie de courir chercher Elan Sensible. Pour pleurer, juste pleurer, juste se vider, se reposer. Mais ensuite, il faudra expliquer pourquoi. Expliquer à son mentor que leur guérisseur n'est plus. Qu'il a rejoint les plantes, qu'il est devenu arbre. C'est beau, l'idée de Reverse, mais ça fait tellement mal.

Elle a des bleus à l'âme, Salamandre, et sans qu'elle ne puisse plus rien ses yeux deviennent fontaine. Personne ne contrôle la marée montante, Salamandre pas plus qu'un autre. Salamandre Bleue hoquette, résiste, mais rien ne peut endiguer cette tristesse là. Jamais le ciel azuré ne lui avait semblé obscène jusque là.

Plic.

Ploc.

C'était la course, et les larmes avaient commencées après, mais ce sont quand même les premières qui abreuvent le sol. Le sang des paumes arrive avec un temps de retard. Salamandre s'en fiche, elle ne sent même pas cette douleur là. Y a plus de place, c'est trop lointain. Là, y a Bulot partout, y a son sourire, y a sa voix, y a sa chaleur qu'elle sent contre elle. Si si, jurée ! C'est chaud et glacé à la fois, c'est le passage du guérisseur à l'état de souvenir. Il y a des plantes partout autour, mais jamais elles ne lui ont semblé si menues, si rares. Alors il pleut, il pleut, il pleut malgré le soleil. Un cœur d'enfant, c'est plus grand que le ciel lui même.

Elle fait non de la tête, quand tu proposes de partir. Non de la tête, parce qu'elle est bien incapable de parler. Ses yeux la brûlent déjà à force de larmes, ils tirent, et son visage doit être bien laid de grimaces et de hoquets. Ses peintures d'azur bavent sûrement elles aussi, et les reniflements bruyant ne suffisent pas à empêcher son nez de larmoyer lui aussi. La douleur, ça n'a jamais été beau. Elle se replie, Salamandre, elle se racornie comme une feuille séchée, une plante sans soleil. Et si tu ne la rattrapes pas, elle finit probablement par se laisser tomber à terre. Le poids d'un nouvel absent, c'est plus qu'elle ne peut porte aujourd'hui.

Son mentor, il la porterait. Mais elle n'a pas la force d'aller au village, ni de ramener la disparition de Bulot.

Elle était décidée à ne pas pleurer, tu sais. Et puis tes mots, tes mots c'était trop. Ils étaient beaux. Sans bataille derrière laquelle se cacher, Salamandre est incapable de lutter. Elle a honte, honte de s'afficher, honte de s'épancher, honte de ne pas respecter le voeu de joie qu'elle te réclamait.

- P-pard-don.. J-je voul-lais pas..

Pardon pardon pardon. C'est tout ce qu'elle peut te dire, s'excuser d'avoir mal ouvertement et de ne pas sourire. Pardon de t'avoir réclamé un sourire qu'elle-même ne peut pas montrer. Pardon Bulot de ne pas t'avoir sauvé, de ne pas avoir assez profité de ta présence quand tu étais là. Pardon le frère perdu de ne toujours pas t'avoir retrouvé. Pardon les parents d'être une survivante si indisciplinée, pardon Elan d'être si compliquée..

Pardon pardon pardon.







Salamandre Bleue s'entête en #1A76BD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reverse
avatar

♣ Sentinelle ♣


✘ AVENTURES : 63
✘ SURNOM : L'Hélice
✘ AGE DU PERSO : 10 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Nah. (pardon)
✘ LIENS : Rouge, Jaune, Vert, Brun, Rose, Violet, et Bleu.

MessageSujet: Re: Les hirondelles quittent le pays au printemps... ah non... il n'y a jamais de printemps ici...   Sam 23 Avr 2016 - 12:24

Salamandre ne veut pas qu'elle parte, Salamandre a dit non avec le coeur et la tête. Mais elle s’effiloche. Tout doucement, Reverse voit la papoose se recroqueviller, flétrir, et puis, chuter. Simplement tomber, et, tout oiseau qu'elle est, elle ne vole plus. Elle a à peine le temps de l'attraper par un bras. Pauvre Salamandre, toute ruisselante, toute perdue. Toute maussade et malheureuse. Tellement bleue qu'elle porte son nom comme un beau manteau, qui lui va comme un gant. Reverse voit la vérité et comprend tout.

Elle comprend ce que c'est la vraie tristesse. Elle comprend ce que c'est que le manque. Elle comprenait déjà ça avant, mais maintenant elle sait que c'est pas que elle. C'est aussi les autres, et il ressentent aussi fort. Aussi intense. Et c'est à ce moment qu'elle se sent toute pareille de la Tenace et qu'elle la comprend fort, si fort, enfin! Alors l'Hélice tire fort et redresse son amie, pour pas qu'elle retombe. Elle ne retombera dans aucun sens parce que maintenant elle est prise dans une étreinte.
Là, c'est bon, elle a osé. Elle l'a fait.
Et elle ne tourne plus, et elle serre, fort, tellement plus que ce dont elle est capable normalement. Tellement plus que ses petits bras tous fins d'hirondelle.

Faut pas dire pardon! elle proteste.

D'un geste énergique et doux à la fois, elle essuie les larmes de Salamandre. Y'en a trop, mais elle les efface inlassablement en continuant de la serrer contre elle. Et ses plumes de ventre blanches se couvrent du bleu de la Huronne qui coule de partout. Partout par terre, partout sur les arbres, partout, partout partout.
Tout est bleu, c'est comme un immense aquarium qui les englobe. Il n'y a plus de bruit, que les sanglots de Salamandre qui recouvrent tout, et puis la voix de Reverse qui essaie de passer par dessus la tristesse et le deuil.

Y'a rien à t'excuser! Ça va! Regarde, Salamandre Bleue, regarde!

Elle sourit à s'en arracher les zygomatiques. Elle sourit avec un desespoir palpable, de toutes ses dents.

Regarde je suis pas triste et pas fâchée! T'excuse pas, ça va, regarde!

Et elle rit à gorge déployée, elle se force mais elle veut le croire ce rire, alors elle continue, et plus elle rigole plus ça fait vrai. Elle n'arrête plus de se marrer tout en tenant son amie tout contre sa poitrine.







Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salamandre Bleue
avatar

♐ Papoose des Hurons ♐


✘ AVENTURES : 36
✘ SURNOM : La Tenace
✘ AGE DU PERSO : 11 Printemps

✘ DISPO POUR RP ? : 2/2 Réservés, mais vous pouvez toujours demander.
✘ LIENS : To have Faith is to have wings

MessageSujet: Re: Les hirondelles quittent le pays au printemps... ah non... il n'y a jamais de printemps ici...   Sam 7 Mai 2016 - 23:24

Salam, elle se fait ramasser et elle ne comprend pas trop. Elle pleure juste, ça prend toute la place dans son cœur, dans son corps. Pluie pluie pluie sur ses joues, son cou, sur toi, sur le monde. Elle sent que tu attrapes son bras, mais c'est comme si ce n'était pas son corps. Elle sent que tu la sers contre toi, mais c'est comme si ce n'était pas elle. Comme si cette papoose au maquillage noyé qui s'agrippe à toi comme si sa vie en dépendait, c'était quelqu'un d'autre. Une âme pathétique, une âme en souffrance.

Et toi t'es partout. T'es contre elle à la serrer, t'es sur son visage à essuyer ses larmes, t'es dans ses oreilles à dire des mots pour la calmer, t'es partout partout partout. Elle renifle sans élégance, Salamandre, et essaye bravement de se ressaisir. De son poing fermé et toujours pleurant l'écarlate, la Tenace essuie ses larmes. Du rouge se mêle à son bleu. Elle se redresse un peu, mais reste contre toi, s'accroche même. La lâche pas, Reverse. La lâche pas, reste avec elle, reste là. Retiens la, parce qu'elle se sent vaciller, que son cœur tout entier est chaviré.

- P-pardon s-si. Je t-te deman-ande des trucs que je f-fais même pas.

Elle se mord la lèvre, Salamandre, le mange la bouche pour ne pas pleurer. Ça fait mal, un peu, ça devient rouge aussi. Mais au moins ça la distrait presque, l'espace d'une seconde. Elle t'envie, elle te hait. Les deux en même temps. Plus une louche de reconnaissance, et une bonne dose de confusion. Pourquoi t'es gentille avec elle, alors qu'elle t'a envoyé bouler ? Alors qu'elle tient pas ses propres engagements ? Elle est la Tenace, la survivante. Ça la poursuit. Mais si autour d'elle les gens partent et disparaissent, pourquoi toi tu restes ? La Tenace fronce les sourcils, mécontente de sa propre peine. La colère lutte contre le chagrin, et pour un temps son regard s'assèche.

- Dis. Quand faudra rentrer, quand faudra annoncer ça. Tu veux bien venir avec moi ?

C'est dit comme un souffle, c'est dit comme une faveur plus grande que le monde. Salamandre Bleue a honte de demander ça, mais s'imaginer rentrer seule, s'imaginer le dire, l'expliquer, sans une main à tenir c'est juste. Trop. Ses yeux deviennent trop brillants à nouveau à cette pensée, mais elle secoue la tête, refuse de sombrer à nouveau. Non ! Elle est la Tenace ! Elle est la survivante ! Elle est celle qui encaisse mais se relève, celle que toutes les chutes du monde n'arrêteront jamais !







Salamandre Bleue s'entête en #1A76BD.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reverse
avatar

♣ Sentinelle ♣


✘ AVENTURES : 63
✘ SURNOM : L'Hélice
✘ AGE DU PERSO : 10 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Nah. (pardon)
✘ LIENS : Rouge, Jaune, Vert, Brun, Rose, Violet, et Bleu.

MessageSujet: Re: Les hirondelles quittent le pays au printemps... ah non... il n'y a jamais de printemps ici...   Dim 15 Mai 2016 - 11:54

Salamandre a des excuses plein la bouche, bouche qu'elle mord avec ses dents pour se forcer à pas pleurer. Les couleurs ont explosé dans tous les sens, elles aveuglent et font mal mais Reverse continue à rire, entrecoupé de mots blancs et heureux.

Non - tu - t'excuses - plus- c'est - fini

Elle se détache enfin de l'étreinte, essuie ses yeux qui ont commencé à pleurer d'amusements. Elle tient son amie oiseau à bout de bras, la regarde au creux de ses abysses vertes qui crèvent son visage, le sourire à lui en dévorer les joues, les oreilles et tout le corps. Bien sûr que c'est fini. Une éponge passe dans son cerveau et efface tout ce qui est noir, tout ce qui est laid. C'est terminé, délabré, branlant, et bam ça s'effondre, et ce n'est que poussière. C'est terminé.

Elle lâche un bras, elle prend une main. Et elle décide de marcher. De s'enfoncer dans les arbres, dans la direction opposée de celle où Bulot a disparu.

Guide moi à ton village, oiseau ciel. On y va ensemble.

L'évidence qui déboule. Jamais elle ne l'aurait laissée seule. Reverse ne s'enfuit pas, jamais. Elle affronte, avec son petit coeur et son petit corps fragiles. Elle n'a pas peur, et quand elle a peur c'est pareil.
Et là, elle est là pour son amie, c'est comme ça, y'a pas à discuter.
Ensemble on est toujours plus fort.







Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les hirondelles quittent le pays au printemps... ah non... il n'y a jamais de printemps ici...   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Bourgoin-Jailleux] WHI au Printemps du Jeu les 12 et 13 Juin
» Retour au Pays Imaginaire(libre)
» [E11] S44 1ère journée: Auvergne - Pays-de-la-Loire
» "Luigi au pays de Doom"
» MAP plat pays

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Jungle Luxuriante :: Les Profondeurs Périlleuses-