Partagez
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Carne Salt
Carne Salt

☠ Harponneur du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 612
✘ SURNOM : Le Prêcheur
✘ AGE DU PERSO : Entre 25 et 30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Full ! Mais Contacte-moi; je ne suis jamais contre une bonne idée...
✘ LIENS : "Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn"

[FLASHBACK] La Rouille Empty
MessageSujet: [FLASHBACK] La Rouille   [FLASHBACK] La Rouille EmptyDim 16 Aoû 2015 - 23:06

“Le remords n'est qu'une rouille sur le tranchant d'un acier splendide.”
André Suarès



Marcher.
Marcher.
Ne pas s'arrêter. S'arrêter c'est crever.
Depuis combien de temps ?
Des heures, des jours, des semaines... Plus peut-être. Plus, oui, assurément.
La boue avale ses pas comme une gourmande et il se souvient des bruits de sa propre bouche sur ses os. Ses lèvres impriment une torsion chagrine. Il a de nouveau envie de pleurer. Il croit. Mais de larmes, son corps n'en contient plus. Ses yeux sont secs, sa conscience fait de la rétention d'eau. Il n'y a qu'elle dans sa tête. Elle.  Son pêché. Sa responsabilité personnelle. Il ravale l'amertume qui engorge son palais. Ce serait gâcher le gout. Son gout. Ses tâches de rousseur rieuses, son grand regard humide, ses joues roses et rebondies. Le parfum un peu prononcé de sa sueur. Le frisson de ses peurs, la grêle de son désir. Le charnu de ses lèvres. Sa salive. Sa langue onctueuse. Le rance du sang coagulé autour de sa cheville. Son expression.

Peinée.

Elle avait été peinée.
Mais elle ne s'était pas débattue.

"Je serais toujours là, avec toi... comme ça" qu'elle avait murmuré.

Il manque de trébucher sur une racine. Ses pieds s'enfoncent un peu plus entre les roseaux. Quelque chose dans sa poitrine bat fort. Vite. La nausée le prend sans crier gare. Il ravale sa bile, comme il tarit son chagrin. Par soucis de mémoire.
Où aller, maintenant ?
Que faire ?  
Il a fauté si gravement que retourner à l'ombre protectrice de l'Arbre est proscrit. A jamais. Il est foutu, de toute manière. Il le sait. Il le sent. Peter le verra, c'est sur  : Déjà son corps change, son esprit aussi. Alors il ne faut pas qu'il oublie.

Ni le Gout.
Ni l'Odeur.
Ni la Rancœur.

- Sangre. Sangre. Sangre. Sangre...


Il répète, litanie pathétique, le nom de sa victime. De son amie. De celle qu'il a aimé si puissamment qu'il l'a de suite haïe. Il n'a rien mangé depuis son festin. Rien. A peine s'autorise-t-il à boire un peu. Il est malade à en crever. Il a perdu ses cheveux par poignées. Ils sont blancs, comme ceux d'un vieillard. Peut-être sa peau a-t-elle tavelé, elle aussi ? Fripé comme un pruneau qu'il est ! La Faute est donc si grave qu'il a vieilli d'une seul coup ? Paf ! Service direct pour le mouroir.
Ça s'peut.
Il se touche le visage. Il ne remarque rien. De toute manière il voit flou. Il a cassé ses lunettes. Tout ça a-t-il encore de l'importance ?
Son pied dérape à nouveau sur la gadoue. Cette fois-ci sa cheville -ironie- le trahit et il chute. Sa face baigne dans le sol spongieux. Il tousse, glisse, peine à se remettre debout.
Il n'y parvient pas.

N'a-t-il donc aucune force ? Merde !

Alors, il pense à la Sirène. A ses mots doux. A son minois joli. A sa volonté faible, si faible. Ses résolutions envolées. Il a fauté, ouais, et il a été trop lâche pour se rattraper. Envolée ses croyance de preux, sa foi en une rédemption possible. Il est trop petit, trop idiot, trop...

"... perverti."

...Inutile.
Peut-être que maintenant il est temps de dormir, après tout. De reprendre un cycle de sommeil, là où Peter l'a arrêté pour les enlever tous les deux une nuit chaude de mai. De rêver. De voler, là, au creux de sa cervelle.
Arrêter de marcher.

Et crever.







Iä, Iä, Cthulhu naflfhtagn...


NNL Award  [FLASHBACK] La Rouille 3864948088  :
 


Dernière édition par Carne le Dim 20 Sep 2015 - 10:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ancienne Peau-Rouge
Anonymous

Invité



[FLASHBACK] La Rouille Empty
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] La Rouille   [FLASHBACK] La Rouille EmptyLun 17 Aoû 2015 - 0:11

De l'autre côté du fleuve, une toute autre scène se jouait. Poings sur les hanches, Hyène dardait son regard sur la futaie, plissant la bouche à chaque fois qu'une branche ployait. La femme tapa du pied, rageuse, envoyant l'eau éclabousser la boue du rivage. Sans aucune pudeur, ses seins se balançaient au rythme de ses pas, presque provocateurs.

« Mamba t'sais qu'ça fait rire qu'toi. Descends fissa, ou j'te plante une flèche là où l'soleil brille jamais. »

Pour faire bonne mesure, la chasseuse brandit son arc, prouvant que ses dires pouvaient rapidement changer en actes.

« On est p'us des papooses. J'ai mieux à fair' qu' t'pourchasser. »

Un bruit.

L'ouïe avisée capta le son, le corps suivit. La flèche fut encochée, le trait prêt à être décoché. Hyène retint son souffle, chercha du regard l'ennemi, la proie. Sa flèche s'abaissa, de même que son regard, à la vue du corps qui gisait à quelques pas d'elle. On aurait dit un cadavre. Un cadavre desséché par le soleil, et le sel marin. Arc et flèche toujours en mains, Hyène se rapprocha. Toucha le corps du bout du pied.

Un gémissement sembla sortir des lèvres du corps.

Hyène déposa ses armes sur le rebord. Le plus délicatement possible, la Peau-Rouge retourna le corps sur le dos. Enfant, adulte ? Difficile à savoir. Il semblait n'être ni l'un, ni l'autre. Un entre-deux. Hyène frotta la boue qui maculait le visage de l'inconnu, cherchant dans les traits découverts un indice. Quelque chose qui l’aiguillerait sur l'identité de ce... corps. Elle n'arrivait pas même à définir son sexe.

La seule chose dont elle était certaine, c'est qu'il était vivant. Elle pouvait sentir la pulsation du cœur, sous les doigts qu'elle venait de poser sur la gorge de Carne. Hyène se retourna d'un bloc, hurlant pour se faire entendre.

« Mamba, bouge tes fesses ! L'est en train de m' claquer dans les bras ! »

Hyène n'avait rien d'une guérisseuse. Elle savait grossièrement bander une plaie, stopper une hémorragie, mais là s'arrêtait sa science. Arrachant presque la gourde de sa ceinture, la Peau-Rouge l'emplit à la rivière. Se penchant au-dessus de Carne, d'une main elle lui releva la tête, de l'autre lui colla la gourde à la bouche.

« Bois. »

Le mot avait fusé comme un ordre.
Revenir en haut Aller en bas
Ancien Peau-Rouge
Anonymous

Invité



[FLASHBACK] La Rouille Empty
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] La Rouille   [FLASHBACK] La Rouille EmptyLun 17 Aoû 2015 - 1:32


Mamba venait de grimper à un arbre, le haut de Hyène à la main. Elle l'avait mis au défi de la surprendre. Et pour la surprendre il avait réussi, d'un geste du bras aussi véloce qu'un serpent qui attaque sa proie, a arraché le haut de Hyène.

Mamba sautait de branche en branche, narguant la chasseuse qui ne pouvait grimper aux arbres.

- T'ssserais capable d'avoir le vertige, rien qu'en m'imaginant sssur une branche et d'me manquer. Fallait pas m'lancccer un défi. Maintenant t'es ssseins à l'air, comme une primate.

Hyene disait ça, mais un de leurs entraînements de base qu'ils exerçaient, tous les deux, était de se chasser l'un et l'autre pour aiguiser leurs sens de chasseurs. Elle n'aimait juste pas quand Mamba prenait de la hauteur.

Mais tout comme Hyène, Mamba s’était brusquement arrêté sur une branche, après avoir entendu un bruit. Un bruit de corps qui tombe sur le sol. Le tout était de savoir s'il était humain ou animal. Et surtout s'il était la proie de quelque chose.

Mamba accrocha le haut de Hyène à son pagne, prenant la direction du bruit par la voie des airs. Sa femme devait sûrement faire la même chose par la voie terrestre. Le chasseur posa sa main sur son arc, prêt à décocher une flèche au moindre signe de danger.

Il y avait, de l'autre côté de la rive, un corps humain. Hyène s'en approcha. Mamba, depuis son arbre, plaça une flèche à son arc. Si le le corps avait un mauvais mouvement, Mamba décocherait, à la seconde, une flèche qui irait se planter sur sa cible.

Mais tout semblait sous le contrôle de la chasseuse. Mamba descendit de son arbre pour rejoindre sa femme, près du corps mourant d'un jeune homme en pleine croissance. Quand cette dernière essaya de le faire boire, Mamba replaça le haut de Hyène, alors qu'elle essayait de faire reprendre conscience au corps inanimé.

- T'vas pas lui donner l'sssein non plus avec t'mamelles qui pendent. Occupe toi de ççça tête. J'vais examiner ssson corps, pour voir la causse de son état.

Mamba n'était pas un bon soigneur. Mais il avait déjà soigné des animaux qui étaient sur le point d'accoucher qui s'étaient pris une flèche, par mégarde. Soigner un gamin ne devait pas être si différent ? Enfin, il fallait espérer.

Le Piccaninny retira le pantalon qui semblait, de toute façon, trop petit pour Carne. Mamba palpa les jambes du gamin, jusqu'à voir un énorme hématome à la cheville droite.

- J' crois qu'il sss'est tordu l'cheville l'gamin. Il devait fuir quelque chossse. Ressste sssur tes gardes Hyène.

Mamba prit quelques bandes qu'il avait dans sa sacoche, attaché à son pagne, à côté d'un scalp, et sortit un onguent du chaman du village.

-  J'vais lui faire un bandage, et lui mettre l'onguent du chaman. Tiens le bien, cccc'est l'ssseul que j'ai.

Revenir en haut Aller en bas
Carne Salt
Carne Salt

☠ Harponneur du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 612
✘ SURNOM : Le Prêcheur
✘ AGE DU PERSO : Entre 25 et 30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Full ! Mais Contacte-moi; je ne suis jamais contre une bonne idée...
✘ LIENS : "Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn"

[FLASHBACK] La Rouille Empty
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] La Rouille   [FLASHBACK] La Rouille EmptyLun 17 Aoû 2015 - 15:00

Depuis quand patauge-t-il dans la mélasse ?
Tout est étrangement vaporeux. Le temps s'étire, s’effiloche. Une seconde ne fait-elle pas une heure, ici ? Il y'a des voix qui planent au dessus de sa tête. Son cerveau limbique, celui qui conserve le plus gros de ses souvenirs enfouis, pose une étiquette primaire sur ce chant en canon. Les mots peinent à jaillir, comme les définitions.

Papa.
Maman.

Froncement de sourcil.

C'est quoi ça déjà ?
Des fruits ? Des bestioles ? Il y'avait des Mères au pied de l'Arbre avec leur voix apaisantes et leurs cheveux qui sentent bons. Mais c'est pas la même chose, non ? Les odeurs autour de lui sont plus musquées, plus exotiques. Animales et florales à la fois. C'est le parfum d'autres humains.

Adultes.

Il entre-ouvre les yeux. La lumière l'agresse. Il gémit. Sa gorge est sèche et sa langue pâteuse. On pousse ses lèvres gercées du pouce pour y glisser quelque chose. L'eau déboule dans sa bouche en flots trop conséquents. Il se redresse en toussant, tout en cherchant de nouveau à biberonner.  "Biberonner", c'est le terme. Il se laisse faire comme un nourrisson. On le palpe, on le caresse, on lui susurre des choses. Il n'en comprend pas la moitié mais s’exécute. Docile. Tranquillement dépossédé de lui. Ne pas réfléchir est si simple, si reposant. Un sourire serein émaille sa bouche.

Il cherche la peau, chaude, rassurante.
Il cherche pour s'y lover. Ses bras enserrent la taille de quelqu'un, peut-être que sa tête repose sur des genoux. Il enfouit sa caboche dans se refuge et s'y agrippe. Le contact est trop plaisant pour le laisser s'échapper. Il meurt peut-être, là, en fait. C’est une anti-chambre du repos éternel, tout ce confort. Pour sur !

Tendre.
Moelleux.

Le sommeil l'engourdit.
Mais c'est la faim qui le réveille, plus tard, bien plus tard. Elle tenaille son estomac, salope vorace et implacable. Il ouvre les paupières, en sursaut, électrisé par l'angoisse. Sans savoir où il est. Déboussolé.

Perdu.

Ah... non, c'est vrai, il ne peut plus.







Iä, Iä, Cthulhu naflfhtagn...


NNL Award  [FLASHBACK] La Rouille 3864948088  :
 
Revenir en haut Aller en bas
Ancien Peau-Rouge
Anonymous

Invité



[FLASHBACK] La Rouille Empty
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] La Rouille   [FLASHBACK] La Rouille EmptyVen 21 Aoû 2015 - 16:08


—  L'a l'air de pas être condamné l'gosssse. Et ssssa ccheville ccc'rien d'autre qu'une entorssse.

Mamba reposa la jambe de l'adolescent sur le sol. Voyant l'ado se blottir contre Hyène, une pensée cruelle traversa l'esprit du chasseur. Il serait amusant que cet enfant, qui dormait blotti contre Hyène, se mette à pleurer. La réaction vaudrait sûrement le coup d’œil.

—  J'penssse qu'il va vouloir bouffer à ssson réveil. J'vais aller chassser que'que chossse. Occupes t'en, et prépare un feu.

Mamba passa à côté de sa femme, l'embrassant avant de grimper à un arbre, pour ensuite « ramper » d'une branche à une autre. Le Piccanniny connaissait les méthodes de chasse sur le bout des doigts. C’était son activité principale. Mais il y avait des créatures imprévisibles que même le meilleur des chasseurs aurait du mal à tuer rapidement et proprement.

Et quand on parle de créature imprévisible, qui fait son apparition ? Des lapins crétins. Mamba détestait ces créatures. Elles étaient si imprévisibles que rien que les pister était un exploit en soit.

Le chasseur prit son arc et commença à tirer sur la corde, une flèche en main. Mais un lapin apparut devant lui, tête à l’envers, les mains dans la bouche et hurlant un cri bizarre.

Le chasseur fut surpris et tomba de sa branche, le dos tapant dans le tronc de l'arbre. Cette douleur là il n'allait pas l'oublier de si tôt. Mais les stupides créatures ne prêtaient même pas attention à lui.  Elles imitaient de façon grotesque la chute du chasseur, ce qui mit en rogne Mamba, qui courut vers le groupe de lapins pour shooter dans l'un d'eux.

Mais les créatures continuèrent de rire. Une d'elle monta même sur la tête du chasseur qui affichait clairement une tête dépitée. Mamba prit une flèche qu'il planta à main nue dans le corps du gibier.

Une trentaine de minutes plus tard le chasseur revint, couvert de blessures sur les bras et le dos, avec trois lapins qu'il tenait par les oreilles.

—  Alors l'est réveillé l'gamin ? J'ai attraper ccces créatures de l’enfer pour manger.

Mamba regarda en direction du feu que Hyène avait préparé. Il y déposa les cadavres des créatures, avant d'aller voir en direction du blessé.

—   Alors p'tit qu'essst-cce que tu fais évanouis dans l'foret tout ssseul. Tu t' nommes comment mon p'tit ?
Revenir en haut Aller en bas
Ancienne Peau-Rouge
Anonymous

Invité



[FLASHBACK] La Rouille Empty
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] La Rouille   [FLASHBACK] La Rouille EmptyVen 21 Aoû 2015 - 19:00

Hyène dressa la tête, quand Mamba évoqua l'hypothèse que le gosse avait pu être poursuivi par quelque chose. Ou quelqu'un. Elle dressa la tête, comme une mangouste, cherchant du regard un signe. Mais rien, rien hormis les bruits de la Nature, la mélodie des bois.

L'enfant avait vidé la gourde. Il se lova contre Hyène qui en resta interdite. La Peau-Rouge demeura les bras en l'air, ne sachant quoi faire. Comment réagir. Hyène n'avait rien d'une mère. Elle n'aimait pas spécialement dorloter les enfants, et tâchait même de leur apprendre la vie, ses coups durs, sans une once de pitié. La tendresse chez elle s'exprimait par les coups.

— J'penssse qu'il va vouloir bouffer à ssson réveil. J'vais aller chassser que'que chossse. Occupes t'en, et prépare un feu.
« Non mais attends. M' laisse pas seule avec le... »

Le Vif, faisant honneur à son surnom, avait déjà quitté les lieux. Hyène lâcha un grommellement, refoulant les imprécations qui se bousculaient dans sa gorge. Le gosse, de son côté, avait sombré dans le sommeil, ou l'inconscience. Difficile à dire. Remettant la gourde à sa ceinture, Hyène souleva Carne en glissant ses mains sous ses aisselles. Elle le déposa, le plus doucement possible, sur l'herbe loin de l'humidité boueuse de la rivière.

Le feu brûla rapidement, réchauffant l'atmosphère, jetant quelques vagues de chaleur au visage de Carne. Le retour de Mamba et le réveil de Carne survinrent au même instant, comme si tout avait été finement programmé. Mamba prit les devants en allant questionner le garçon. De son côté Hyène entreprit de vider les lapins, plongeant les mains dans les entrailles sans sourciller. Le sang lui maculait les doigts, la paume des mains.

Le fumet de la viande grillée vint, promptement, lui chatouiller les narines. La chair grésillait, le gras dégoulinait sur la chair. Avec son poignard Hyène Ricanante préleva un morceau tendre. La lame plantée dans la chair, elle revint vers le gosse perdu et le lui tendit.

« Mange, t'as l'air d'un macchabée. Y en a encore plein su' l' lapin si t'es affamé. »

Le regard de Hyène détailla Mamba des pieds à la tête. Le corps de ce dernier était paré d'ecchymoses tout récents.

« T'ont fait tant baver que ça les lapins ? J'aurais bien voulu voir ça tiens. »

Imaginer Mamba en proie à une armée de Lapins Crétins l'amusa tant qu'elle en rit. D'un ricanement de hyène.
Revenir en haut Aller en bas
Carne Salt
Carne Salt

☠ Harponneur du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 612
✘ SURNOM : Le Prêcheur
✘ AGE DU PERSO : Entre 25 et 30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Full ! Mais Contacte-moi; je ne suis jamais contre une bonne idée...
✘ LIENS : "Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn"

[FLASHBACK] La Rouille Empty
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] La Rouille   [FLASHBACK] La Rouille EmptyLun 24 Aoû 2015 - 16:40


Lascive et douce.
Sa chevelure de soleil chante dans l'eau milles mélopées. Chaque note endort ses sens. Il est là, démuni, face à la femme qui l'a conduit à la faute. La femme ou le poisson. La rondeur de ses seins attire ses yeux de jouvenceau - entre la mamelle maternelle et la poitrine désirable - dévoilés par touches menues. Il est trop petit pour saisir pleinement de quelle nature est sa faim. Mais elle demeure, morbide, lovée dans son ventre. Il est tendu comme la corde d'un arc, son poing serré sur l'os de Sangre, cette côte qu'il a taillé en biais. Toute pointue. Sa volonté, pourtant, est morte. Elle s'est échouée sur ce corps splendide et ce visage parfait, sur ces bras tendus et ce sourire délicieusement étudié.
Salope.
Plus que tout, ce sont ses lèvres rondes et roses qui l'obsèdent. Il les sent pressées contre sa bouche barbouillée de sang, comme un cadeau, un remerciement. Des bulles d'air et de savon. Gratification. Et il la sent en lui cette joie toute enfantine d'être félicité. Ça le dégoute. Ça le ravit. Il en salive comme un bon chien. Que peut-il contre ce sourire lumineux et cette main qui lui flatte la chevelure ?
Rien.
Rien du tout.

"Sois libre et souviens toi de moi".


Carne ouvre brusquement les yeux dans un sursaut d'angoisse. Il s'essuie le coin de la joue poisseux de bave. Il a faim, putain, si faim ! Et l'odeur de chair grillée courtise ses narines. Il sent le fluide buccale noyer un peu plus ses dents.

- Alors l'est réveillé l'gamin ? J'ai attraper ccces créatures de l’enfer pour manger.

Il y'a là un grand homme au cheveux noir, taillé court, la peau tannée par une vie de plein air. Il a un grand sourire blanc, pleins d'émail, et d'autres plus petits, partout sur le torse, rouges et luisants.
"Appétissants" pense-t-il en chassant aussitôt cette pensée.
L'albinos regarde l'adulte s'approcher et s'accroupir, en proie à un brin de panique. Il n'a pas vu d'adulte depuis longtemps, encore moins de peaux-rouges.

- Alors p'tit qu'essst-cce que tu fais évanouis dans l'foret tout ssseul. Tu t' nommes comment mon p'tit ?


Mouvement de recul.
Regard circulaire. Hagard.
Il y'a une femme, tatouée et sauvage, qui larde les bestiaux. Elle retire la peau, d'un geste sur, et commence à évider l'animal. Les grand yeux d'ambre n'arrivent pas à se soustraire à l’attraction de cette vision.
Il salive d'autant plus.

- J'peux pas... murmure-t-il inquiet. J'ai pas droit.

La femme lui tend un morceau de grillade, bien gras et plein de chair pulpeuse, tout juste sous l'pif.

- Mange, t'as l'air d'un macchabée. Y en a encore plein su' l' lapin si t'es affamé.

Le ton impératif ne souffre pas de réplique. Comme pour Sangre, comme pour Pan, comme pour la sirène. Sa volonté s'écrase platement sur le sol. Il est lâche. Et petit. Et il a fait une bêtise. Une si grosse bêtise...
Il sent les larmes acides monter au créneau. Il ne les laissera pas gagner du terrain. A la place il mord rageusement dans la pitance. Sans faire d’esbroufe ou de chichi. Le sang cuit éclabousse lèvres et menton, jute sur ses doigts frêles.
Il bouffe. Bouffe. Bouffe.
Il y met toute sa hargne.

Et se sent un peu plus en vie.

Son estomac décide de lui jouer un mauvais tour. Tout ces jours de jeun l'ont rétréci. Affaibli. Il supporte mal la soudaine abondance du festin de barbaque. Carne a un violent haut le coeur. Il se retourne brutalement pour vomir, sans totalement y parvenir. Il regarde les reliefs de viande à peine mâchée, mêlés de bile qui recouvrent ses oripeaux et une partie de l'herbe alentour.
Il se recroqueville, pudique, honteux. C'est étouffé par son propre embarras qu'il répond enfin :

- Carne.. J'm'appelle Carne.

Qui sonne comme un "Ne me grondez-pas".








Iä, Iä, Cthulhu naflfhtagn...


NNL Award  [FLASHBACK] La Rouille 3864948088  :
 
Revenir en haut Aller en bas
Ancien Peau-Rouge
Anonymous

Invité



[FLASHBACK] La Rouille Empty
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] La Rouille   [FLASHBACK] La Rouille EmptyVen 28 Aoû 2015 - 21:05


Alors que le gosse se jetait sur la bouffe que Hyène venait de finir de cuire, Mamba jeta un regard à sa femme.

— T'vois, j'te l'avais qu'il crevait d'faim. T'es pas douée avec les gamins.

Mais bon il savait que, si un jour, la Peau-Rouge devait lui donner un enfant il ne ferait aucun doute que, grâce entre autre à Hyène, l'enfant serait un fier Picca. Puis c’était pas pour de suite. Mamba avait déjà bien à faire avec les papooses des autres membres du clan a former au maniement des arcs et autre armes.

Le chasseur Picca regarda, maintenant, le garçon qui venait de vomir presque tout ce qu'il venait de manger. Mamba s’assit en tailleur, devant lui, pour poser sa main sur la tête de l'adolescent, en un geste très vif, pour lui ébouriffer les cheveux avec un grand sourire.

— T'fais pas d'sssoucccis gamin. Ççça nourrira nos futures chassses. Mais mange plus doucement, même sssi tu crèves d'faim. Faut ressspecter l'animal q'tu bouffe.

Mamba demanda à Hyene de lui passer une cuisse de lapin. Il mordit à pleines dents dans la chair tendre de l'animal, avant de mâcher, à grands coups de molaires, le morceau qu'il avait dans la bouche.

— T'vois ccc'est comme ççça qu'on mange en ressspectant l'animal, jusqu'à chaque parcccelle de ssson corps. On va tout utiliser. La peau ccc'ra des gants sssûrement. Les entrailles peuvent ssservir d’appats pour d'autres chassses plus grossses. Et les os peuvent faire de bonnes bases pour des armes.

C’était là une des grande différences entre les Piccanniny, et les pirates, selon lui. Ils étaient des guerriers, mais la tribu était bien plus respectueuse et ne tuait pas forcement pour le plaisir.

— Carne le gamin, q'esst-ccce que t'foutait évanoui iccci ? T'fuyer quelque chossse ? T'sssais il y a pas grand chossse qui nous fait peur à m'femme et moi.

Mamba n'y allait pas par quatre chemins. Il n'était pas réputé pour tourner autour du pot. Puis, au moins, il saurait s'il devait rester un peu plus sur ses garde et rester arc au poing.

Revenir en haut Aller en bas
Ancienne Peau-Rouge
Anonymous

Invité



[FLASHBACK] La Rouille Empty
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] La Rouille   [FLASHBACK] La Rouille EmptySam 29 Aoû 2015 - 21:01

La fragrance du vomi poussa Hyène à froncer le nez. Voilà une des raisons pour lesquelles elle n'aurait jamais d'enfants. Ces semi-adultes produisaient trop de fluides corporels. Si ça vomissait pas ses boyaux, ça s'oubliait, sentait la pisse, la merde et la sueur, tout en bavant sur leurs vêtements. De la crasse sur pattes à nettoyer continuellement, sinon l'odeur vous attirait les prédateurs plus aisément que n'importe quel piège.

Hyène posa son regard sur Carne. Dans son esprit le garçon finissait suspendu à un arbre, tournant lentement au bout de son fil. Un appât de premier choix.

Mais le projet était avorté. Mamba avait déjà quasiment adopté le gosse, ou du moins tentait-il de sympathiser avec. De toute façon, sans eux, Carne aurait été voué à mourir. Il n'était plus un Enfant Perdu. Il suintait la culpabilité à plein nez. Si même ils le ramenaient au Grand Arbre, Peter Pan le bannirait aussi sec.

Et tu sais ce qu'on fait aux bannis ? On les lapide, à grands cris, à grands éclats de rire. Chaque rire est plus douloureux que la pierre qui te frappe, explose ta peau.

Le banni, si on pouvait le tuer, crois-moi les Enfants le feraient sans aucune pitié. Qu'importe ses suppliques, si cela te permet d'avoir la considération de l'Enfant-Roi.


Mais ces pensées, Hyène se les garda pour elle. Pas envie d'entendre les pleurs d'un gosse qui allait s'étrangler avec sa propre morve.

Des deux mains, Hyène attrapa la brochette sur laquelle cuisait un des lapins. Prenant place à son tour, elle rejoignit la tablée des hommes. Sans chichis, la Picca présenta la chair fumante, encore grésillante à Carne.

« Sers-toi. Et fais com' lui. » De la tête, elle désigna Mamba. « Fais com' papa. »

Le terme avait été usé pour se moquer du concerné. Sans savoir combien cette dénomination allait se révéler véridique, et forte de sens.

« Mange tranquille. Si y a danger, on l' chas'ra. P'is... Un combat ça aiguise toujours l'appétit. »
Revenir en haut Aller en bas
Carne Salt
Carne Salt

☠ Harponneur du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 612
✘ SURNOM : Le Prêcheur
✘ AGE DU PERSO : Entre 25 et 30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Full ! Mais Contacte-moi; je ne suis jamais contre une bonne idée...
✘ LIENS : "Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn"

[FLASHBACK] La Rouille Empty
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] La Rouille   [FLASHBACK] La Rouille EmptyDim 20 Sep 2015 - 8:01

Carne a un moment d'hébétude. Il regarde la masse informe de la nourriture rendue sur le sol. Et il revoit Sangre, son corps offert et bouloté. Il est trop secoué pour chialer. Ses pupilles sont juste clouées comme des papillons sur cette flaque de viande et de bile.

Une grande main sombre lui ébouriffe alors les cheveux.
Une main qui pardonne.
Une main qui excuse.

- T'fais pas d'sssoucccis gamin. Ççça nourrira nos futures chassses. Mais mange plus doucement, même sssi tu crèves d'faim. Faut ressspecter l'animal q'tu bouffe.

L'enfant se tourne vers l'adulte et semble le voir véritablement pour la première fois. Ses paroles pures et justes s'insinuent profondément dans son esprit.

-.. respecter l'animal que tu bouffes... répète-t-il tout doucement.

Ses yeux d'or ont cessé d'exprimé du vide. Du Grand Rien. Et s'emplissent de buée et de brumes. L'indien attrape une cuisse et croque dedans avec application.

- T'vois ccc'est comme ççça qu'on mange en ressspectant l'animal, jusqu'à chaque parcccelle de ssson corps. On va tout utiliser. La peau ccc'ra des gants sssûrement. Les entrailles peuvent ssservir d’appats pour d'autres chassses plus grossses. Et les os peuvent faire de bonnes bases pour des armes.
- .. Comme ça ...
singe-t-il l'expression ouverte, à l'écoute et pleine de déférence.

Cet inconnu, en quelques mots sains, a mis du baume sur ses plaies, celles que l'on ne voit pas. Il lui enseigne sa première leçon, la plus primordiale d'entre toute. Il y en aura beaucoup d'autres.

-Sers-toi. Et fais com' lui. Fais com' papa, lui fait la femme avec rudesse tout en lui tendant une nouvelle brochette de lapin.
- .. Papa...

Comme un écho prophétique.
Carne observe son modèle et rampe à genoux jusqu'à lui, pour s’assoir tout à coté. Tel un mime, il reproduit son coup de mâchoire, le soin de sa mastication, la durée de déglutition, jetant des coups d'oeil furtifs à ce tuteur sorti de nulle part.

- Mange tranquille. Si y a danger, on l' chas'ra. P'is... Un combat ça aiguise toujours l'appétit.
-Carne le gamin, q'esst-ccce que t'foutait évanoui iccci ? T'fuyer quelque chossse ? T'sssais il y a pas grand chossse qui nous fait peur à m'femme et moi.


Le blondinet interrompt son repas, silencieux.
Il regarde la viande rôtie, juteuse, légèrement caramélisée. Et une fois encore le corps de sa moitié surgit d'un coin de sa caboche, éventré, rongé, méconnaissable.

-...Je n'ai pas respecté ma proie... , avoue-t-il, honteux.

Le sillon de ses larmes humidifient ses joues. Sans une plainte, sans un sanglot. Il pleure sans faire de bruit, salant la viande.







Iä, Iä, Cthulhu naflfhtagn...


NNL Award  [FLASHBACK] La Rouille 3864948088  :
 
Revenir en haut Aller en bas
Ancien Peau-Rouge
Anonymous

Invité



[FLASHBACK] La Rouille Empty
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] La Rouille   [FLASHBACK] La Rouille EmptyDim 4 Oct 2015 - 23:43

Mamba aimait bien cet adolescent. Il lui voyait un bon fond. Un humain perdu qui l'imitait, et répétait ses paroles comme si cet enfant les buvait, au sens propre du terme. Comme si ses paroles allaient devenir le centre de ce qu'il deviendrait. Mamba se sentirait fier si ce jeune homme devait devenir un fier guerrier grâce à ces quelques mots.

« Fais com' papa. » Voila des mots que le chasseur Piccaninny n'aurait jamais cru entendre de la part de sa femme. Au point que, quand le gamin blanc prononça le mot papa, il en fit tomber sa viande par terre, bouche bée, et les yeux écarquillés par la situation et ce qu'il entendait.

Mamba fusilla Hyène du regard. Elle savait parfaitement que, pour lui, élever les papooses de la tribu n’était pas la même chose que d'avoir leur propre enfant, avec qui chasser et partager des moments entre hommes. Il en parlait rarement car elle n’était pas très apte à s'occuper des nourrissons. Encore moins que lui.

Mais comme indifférent le petit blanco mangea à grands coups de mâchoires. Mamba ne pouvait rester avec son air sévère. Il l'aimait bien ce gamin. Il ne savait pas d’où il venait. Mais qu’importe. Mamba sentait que ce gosse avait la chasse dans le sang. Et s'il avait été sur le chemin du jeune couple ce n’était pas pour rien. Ce devait être la volonté des animaux totems de la tribu de l'Ours.

Oui ça devait être ça. Ils leur envoyaient un enfant. Mais sans passer par la case marmot pour pas que sa femme ne tue le nourrisson au moindre pleurs.

Mais un petit retour à la réalité fut de rigueur. D'une voix fébrile, presque en larmes, l'enfant tenait des propos on ne peut plus particuliers. Sa proie ? Avait-il déjà chasser ? Que voulait-il dire par « pas respecter sa proie » ?

Mamba regarda le gamin, qui avait les larmes aux yeux. Mamba soupira légèrement, se doutant que sa femme ne s'en occuperait pas. Encore moins s'il venait à pleurer. Mamba attrapa Carne qu'il posa sur ses jambes, assis en tailleur.

— Hey Ska. Oui cccc'est l'nom que j'te donne. Sssi j'ssssuis ton père, faut bien que j'te donne un nom.

Et oui Mamba s’était vraiment pris d'affection pour ce gamin blanc comme les nuages. Hyène devait déjà soupirer dans son coin ayant compris ce que le chasseur avait décidé sans même la consulter.


— Tu sssais un fier chassseur ne peut pas toujours ressspecter sssa proie. Il doit apprendre à l'faire. J'te montrerais. Tu verras. Puis un homme pleure pas d'vant sa mère.

Dit-il en pointant Hyène du doigt avec un sourire malicieux. Mamba avait le visage légèrement au-dessus de l'oreille du gamin. Mamba faisait siffler sa langue, juste à côté de l'oreille de ce dernier.

— Mais sssi t'veux en parler avec ta nouvelle famille on t’écoutera. Sssi t'es en danger ta mère pourra aussi bien te sssauver que ton père. T'sais on a déjà  affronté pas mal de choses dans c'te foret. On va faire de toi un vrais chassseur de la tribu, sssi tu le veux. Maman est ausssi forte que moi pour ççça.

Puis Mamba tendit Ska à Hyène.

— Tiens t'es sssa mère. Pour le clan j'irais parler à Puma. Pour le moment on doit sssavoir c'est quoi cette histoire de proie qui le tracassse.


Revenir en haut Aller en bas
Ancienne Peau-Rouge
Anonymous

Invité



[FLASHBACK] La Rouille Empty
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] La Rouille   [FLASHBACK] La Rouille EmptyMar 6 Oct 2015 - 15:33

Hyène leva les bras au ciel comme si elle prenait le ciel à témoin.

« Et v'la c'est foutu. Tu commences par l'nommer pis tu finis par t'attacher ! »

Bon soit, elle y avait participé un peu à cette adoption sauvage, sans préavis. Le gosse avait adopté le père en le singeant, et inversement. Hyène s'en était doutée dès que le gosse avait répété le mot « papa » comme pour mieux se l'approprier. Si maintenant ils décidaient de le laisser là, en plein milieu de la jungle, le gosse leur courait après. Ou hurlerait jusqu'à ce qu'ils reviennent le chercher.

Là voilà mère, maintenant. Hyène se massa les tempes s'insultant de tous les noms en son for intérieur. Elle n'avait jamais eu l'instinct maternel.

Par réflexe, Hyène eut un mouvement de recul quand Mamba lui tendit le tout nouvellement nommé Ska.

— Tiens t'es sssa mère. Pour le clan j'irais parler à Puma. Pour le moment on doit sssavoir c'est quoi cette histoire de proie qui le tracassse.

Hyène agrippa Ska par les flancs, se demandant comment on tenait un gosse. Tout petit ça s'attachait sur le dos, mais le gosse était bien trop grand pour ça, ça se remarquait comme le nez au milieu de la figure. Ne sachant quoi en faire, Hyène le posa dans le creux formé par ses cuisses. Elle tapota gauchement le sommet du crâne de Ska.

« T'sais quoi ? Oublie c'te histoire que t'as eu là. Ou dis-tout. Tu déverses tout, et bim. Moi quand un truc m' chiffone j'vais m'entraîner. Je vais frapper des trucs. J'pourrais t'montrer. »

Hyène croisa les bras, enserrant Ska contre elle dans un même mouvement.

« Si le clan t'accepte, faudra faire tes preuves. Chez nous faut être utile. Alors 'pa et moi on t'apprendra. Tu pourras pet' être même avoir droit au rituel de l'essence. Ça t' permet d'être lié à un animal. Comme moi. »

Et pour lui prouver qu'elle ne plaisantait pas, Hyène lâcha son rire. Ce rire qui ne l'avait plus quitté depuis que l'essence de la Première Sacrifiée l'avait touchée.
Revenir en haut Aller en bas
Carne Salt
Carne Salt

☠ Harponneur du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 612
✘ SURNOM : Le Prêcheur
✘ AGE DU PERSO : Entre 25 et 30 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Full ! Mais Contacte-moi; je ne suis jamais contre une bonne idée...
✘ LIENS : "Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn"

[FLASHBACK] La Rouille Empty
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] La Rouille   [FLASHBACK] La Rouille EmptyJeu 29 Oct 2015 - 12:26




- Hey Ska. Oui cccc'est l'nom que j'te donne. Sssi j'ssssuis ton père, faut bien que j'te donne un nom.
- Ska..., répète-t-il doucement.
- Tu sssais un fier chassseur ne peut pas toujours ressspecter sssa proie. Il doit apprendre à l'faire. J'te montrerais. Tu verras. Puis un homme pleure pas d'vant sa mère.

Sa mère ?
Son Père ?
Voilà des notions qui ont un écho étrange et douloureux au fond de sa cage thoracique. C’est comme déterrer un secret enfoui, un vieux trésor avec une histoire tragique. Ces mains étrangères et basanées l'empoignent, pétrissent cette couenne qu'il aime si mal, la font leur. Papa. Maman. Le Clan.

- Ska... répète-t-il encore. Et cela sonne brusquement si plein de sens et de force qu'il se se sent renaitre. Transfiguré. Ska, affirme-t-il avec un fin sourire comme pour s'approprier ce nouveau nom.

-...Pour le moment on doit sssavoir c'est quoi cette histoire de proie qui le tracassse.

Parler ?
Parler c'est perdre peut-être à nouveau. L'image de Sangre, qui s'estompe tristement déjà, hante sa cervelle. Il a une expression inquiète que décèle sa nouvelle mère, pourtant si dénuée d'instinct pour la chose.

- T'sais quoi ? Oublie c'te histoire que t'as eu là. Ou dis-tout. Tu déverses tout, et bim. Moi quand un truc m' chiffone j'vais m'entraîner. Je vais frapper des trucs. J'pourrais t'montrer.

Elle le sert contre elle, cette femme à la chaleur rugueuse et au rire abrupte. Aussitôt, il sent qu'il l'aime. Il est son fils. Elle est sa mère. A jamais, dans ce Pays qui n'en finit plus. Ce lien n’est pas de sang mais il restera indestructible. Car c'est l'esprit qui le porte. L'esprit qui le nourrit.
Et l'esprit jamais ne s'arrête.

- Je vais vous raconter... Commence-t-il alors, doucement, plein de courage retrouvé.

[FLASHBACK] La Rouille Nz6ZLhU

Carne.
Ska.
Sirène Affamée qui jamais ne fut.
Carne de nouveau.

Durant ce périple identitaire, cette errance et cette croisade, le lien jamais ne put rompre. Malgré les incompréhensions, la séparation, les bouleversements et la guerre. Ska, fils d'Àma et d' Azhé'é, le resterait. Sangre et "Elle" l'avaient peut-être engendré, mais c'étaient Hyène et Mamba qui l'avaient façonné comme de la glaise encore molle et friable. La force de sa foi, c'est des préceptes de Mamba qu'il en tire le suc. Sa détermination et sa volonté, c'est bien cette mère à la mâchoire d'acier qui le lui a légué. Le clan lui a donné un frère, sage et avisé, et une soeur, silencieuse et inspirée.
Et cette famille ne disparaitra jamais.
Car le coeur est plus fort que le sang et la chair.
Le Coeur est l' Âme.

Carne aujourd'hui est un pirate.
Un harponneur.
Un pêcheur.
Un prédateur.
Un cannibale.
Mais jamais il ne sera un monstre.

Jamais.
Sa famille y a veillé.







Iä, Iä, Cthulhu naflfhtagn...


NNL Award  [FLASHBACK] La Rouille 3864948088  :
 
Revenir en haut Aller en bas
L'Ombre
L'Ombre



✘ AVENTURES : 2107

[FLASHBACK] La Rouille Empty
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] La Rouille   [FLASHBACK] La Rouille EmptyJeu 5 Nov 2015 - 19:21

The End


Nul destin n'est impossible,
Nulle histoire irréversible,
L'île toute entière y veillera,
Comme l'on fait bien avant ça,
Ceux qui l'ont appelé Ska.



FIN DE L'AVENTURE




Revenir en haut Aller en bas
http://neverneverland.forumactif.org
Contenu sponsorisé




[FLASHBACK] La Rouille Empty
MessageSujet: Re: [FLASHBACK] La Rouille   [FLASHBACK] La Rouille Empty

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Résolu] Remand sur un Flashback
» [Nécrons] La dynastie grinçante!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Never Never Land ★ :: La Vallée des Fées :: Les Eaux Enchantées :: La Rivière Mystérieuse-