Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Ancienne Mère
avatar

Invité



MessageSujet: Feu de camp [Sujet complet]   Lun 27 Juil 2015 - 21:35



Feu de camp

with les Perdus







Il y a des chants d’oiseaux nocturnes dans les sous-bois. Le pas discret des sentinelles, et le bruit de voix lointains de quelques perdus qui s’attardent le long des branches du Grand Arbre. Il est tard, le soleil d’été a fini par décliner pendant le banquet du soir, il est donc temps de coucher les plus petits. La soirée fut tranquille, malgré l’éternel bataille de nourriture auxquels ils ont presque tous participés. Laila sent encore les débris d’un pain au fromage dans sa chevelure crépu, mais rien ne l’empêchera de sourire ce soir. Lentement, elle vaque entre les hamacs, remontant les couvertures sur les plus frileux, rapprochant les doudous des plus jeunes et embrassant le front de ceux qui sont encore en âge de le demander, comme Eilis le lui a appris. Ce ne sont pas des rituels si différents du Monde Ordinaire au fond, et elle y prend plaisir d’une certaine manière. Dans ces instants, Laila envisagerait presque de devenir Mère. Mais l’état douloureux d’Eilis se rappelle alors à son esprit, et elle culpabilise de souhaiter inconsciemment la disparition de celle qui s’acharne à la former.

« Laila. »
La voix endormie la sort de ses pensées. Tout autant que la petite main de Sun, qui vient d’émerger du drap, les yeux bouffis de sommeil et la crinière dorée en bataille, tirant sur sa salopette pour la retenir à lui. « Laila, j’ai pas entendu la fin de l’histoire. »

Les doigts tendres de la brune passent dans sa chevelure, tentent d’aplatir un épi récalcitrant.

« Babooshka a gagné. »
chuchote-t-elle. « Le Grand Dragon de Terre a regagné sa tanière et elle s’en est allée délivrer le prince et les villageois. »
« Trop bien… »
Il baille, comme un chat. Et murmure encore. « Dis tu m’en racontes une autre ? »
« Faut dormir. »

« Demain ? »
« Demain d’accord. »

« Une histoire sur les pirates. »
« Ca marche. »


Il s’étire et se retourne dans son hamac. Le silence siffle de leurs respirations calmes. Laila s’étreint un instant, perdue dans le noir.

Une histoire sur les pirates. Que n’en aurait-elle pas à raconter malgré sa récente arrivée…

Mais il n’est plus temps aux pensées. Lentement elle regagne la porte. Ramasse à l’entrée sa guitare. Et après un dernier regard dans la cabane d’Eilis où la lumière brille encore, elle fuit de l’autre côté de l’Arbre. Elle peut bien s’octroyer une pause, son travail est quasiment terminé - mais elle ne sent pas capable de passer des heures à la chandelle pour repriser une énième chemise déchirée.

Au lieu de ça, elle va trainer du côté des Chasseurs. Évite de peu un archer qui se dirige à grand pas vers la Réserve. Et vient se faufiler dans la cabane de Maxence, absente fort heureusement.

« Bambi, ramène-toi ! »
Son ton est pressant, son regard guette l’arrivée du chef de ces carnassiers, ou celle plus embarrassante du ténébreux Arrow. « Allez lâche tout, ce soir c’est feu de camp ! »

Elle n’a pas retrouvé cette amie du conservatoire pour la laisser se perdre dans ses propres tâches d’apprenties. Un peu de bêtises ne fait pas de mal à personne, surtout une fois la nuit tombée.

Et tant pis s’ils n’ont pas de marshmallows. Le feu de camp, c’est la meilleure idée d’enfance du monde !



~



« Bon d’accord, je conçois que ça manque de bonbons. Mais je me vois mal aller frapper à la porte de Peter pour lui demander de me prêter deux trois confiseries et un fut de limonade. Je suis même pas sûre qu’ils en ont là-dessous. » Elle pince les cordes de la guitare, soufflant sur une mèche de cheveux. « Et les châtaignes c’est très bien. Toi qui n’aime pas les trucs caloriques, tu dois être aux anges non ? »

Laila se mord la lèvre.

« L’odeur me rappelle un peu le caramel… Ah fais gaffe celle-ci est entrain de cramer ! »


Et sur sa bouche se dessine un sourire mutin.

« N’empêche que je ne dirais pas non à un peu de Nutella. Rah le Nutella, Bambi... Je donnerais tout pour en goûter encore une cuillère. »
Sèchement, elle tape sur le corps de sa guitare, interrompant la mélodie qu’elle s’acharne à retrouver depuis dix minutes. « Bon. Qui dit feu de camp dit histoires de fantômes non ? »

Peut-être de mauvais goût après l’évènement du croque-mitaine. Mais qui pourrait lui en vouloir, à l’ingénue qui ignore encore tout le sérieux de certains jeux imprudents.











Dernière édition par Laila le Mar 4 Aoû 2015 - 16:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ancienne Mère
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Feu de camp [Sujet complet]   Lun 27 Juil 2015 - 23:25

Ça la prenait encore parfois, comme ça, sans raison. Dès que la dernière veilleuse avait été allumée, le dernier enfant bordé, le dernier baiser déposé, Rachel s'enfonçait dans les ténèbres, une lanterne à la main dont elle masquait la flamme, toujours trop vive, en collant la lanterne contre elle. Ombre furtive, elle se glissait jusqu'aux abords du cimetière, tentait de retrouver les noms de ses derniers enfants disparus. Ceux emportés par le Croquemitaine.

N'osant les prononcer à haute voix, craignant que les mots ne les ramènent à la vie, ou plutôt ne ramènent leurs corps vides, leurs âmes à jamais perdues, Rachel se répétait leurs noms. Laissant la flamme de la lanterne éclairer les mottes de terre, cherchant à se rappeler l'endroit exact où chacun était enseveli. Mais, chaque jour, les noms s'effaçaient davantage. Bientôt, elle serait incapable de les lire. Bientôt, elle serait incapable de s'en rappeler.

Et pourtant elle continuait à venir, dès que le besoin se faisait sentir, en cachette.

Les chaussures maculées de la terre meuble des tombes, la Mère s'en retournait vers sa Cabane. Elle perçut alors des mouvements, des voix qui parlaient tout bas, des murmures. Trop curieuse pour simplement passer son chemin, la Mère se rapprocha des bruits. Une fragrance vint lui chatouiller les narines, éveilla son estomac qui lâcha un gargouillement. Odeur de brûlé, de feu, de noisettes grillées.

Rachel avança d'un pas, trop vif, alléchée par l'odeur. Son pied fit craquer une branche – un son qui sembla s'amplifier, retentir jusqu'au Grand Arbre, jusqu'à la Maison Souterraine de Peter Pan. Rachel se figea, biche aux abois, guettant l'arrivée du chasseur. Mais point de chasseur. Sa lanterne éclaira le faciès de deux Mères, allumant dans leurs regards des étincelles.

Aussi incongrue soit la situation, Rachel réagit avec ses habituelles manières guindées. Pinçant un pan de sa jupe, elle esquissa une révérence.

« Veuillez m'excuser, je ne voulais point vous déranger... »

Avait-on le droit de sortir à une heure aussi tardive ? Rachel ravala cette remarque. Elle était bien mal placé pour faire la leçon. Sentant bien qu'il était désormais inutile qu'elle demeura cachée dans les ombres, la Mère se rapprocha. Le feu crépitait, les châtaignes fumaient. On pouvait même percevoir le léger craquement lorsqu'elles manquaient d'exploser, surchauffées.

« Si vous voulez griller quelque chose de bon, on peut tenter une escapade à la cabane à manger. Les Récolteurs ont récupéré du maïs, il y a peu. »

Sentant qu'elle s'imposait, Rachel s'empressa d'ajouter.

« Enfin, si vous voulez bien que je reste. Je saurais garder le silence sur votre soirée à deux. »

Elle n'allait pas leur avouer qu'elle avait été attirée par l'odeur des châtaignes. Pour quoi passerait-elle ? Son estomac répondit pour elle, lâchant un énième gargouillement plaintif.

Citation :
Si quoi que ce soit va pas, vous me dites et je corrige !
Revenir en haut Aller en bas
Bambi
avatar

★ Mère Apprentie des Chasseurs ★


✘ AVENTURES : 109
✘ SURNOM : La Cascade
✘ AGE DU PERSO : Seize ans

✘ LIENS : and before you know it, you're walking on air

MessageSujet: Re: Feu de camp [Sujet complet]   Mar 28 Juil 2015 - 17:50

Le moment du coucher est probablement celui qu'elle aime le plus. Les tâches sont finies, les lumières sont éteintes et le grand méchant chef est allé se tirer dans la maison souterraine. Ça fait comme un poids qui s'envole, mine de rien. Moins de paires de mirettes qui la font se sentir si petite. Bambi, elle a plus qu'à s’asseoir dans un coin avec les gosses pour écouter les histoires de Maxence. Elles sont terribles, les histoires de Max, et c'est peut-être pour ça que c'est elle qui les raconte.
Et puis pouf. On souffle trois bougies et c'est l'heure du dodo. La vérité c'est que Bambi, elle a pas grand chose à y faire. Chez les chasseurs, on est des durs. Quand on est triste, faut pas que ça se sache, pour pas que les autres se moquent. Alors y a pas de bisou, pas de câlin. Juste de quoi border un ou deux des plus jeunes qui peuvent toujours pas se passer d'affection. Ceux qui ont peur du noir. Ceux qui trouvent pas leur place. Petit pincement au cœur : ils sont un peu comme elles, ces gamins là.

Et puis alors qu'elle s'éloigne à pas d'oiseaux, y a Laila qui vient pointer sa tête pour repeindre la cabane de sa bonne humeur et ses accents chantants.

« Allez lâche tout, ce soir c’est feu de camp ! »

Ça lui fait comme une pointe mêlée d'angoisse et d'excitation dans le ventre. La trouille terrible de faire quelque chose d'interdit. Alors que concrètement, ça doit pas être si interdit que ça. Mais bon. C'est comme briser des règles implicitement établies, ces châtaignes grillées à la lueur d'un feu. Ses pieds qui se balancent doucement au rythme des notes que déversent la guitare de Laila. Elle adore ça, écouter son amie jouer. Même si là, elle ne fait que tester, répéter une mélodie encore et encore jusqu'à trouver la bonne. Ouais, elle pourrait la regarder faire ça, pendant des heures.
Elle ramasse la châtaigne en train de cramer, et la porte à ses lèvres. Souffle pour la refroidir, et en arrache un bout avec les dents. Elle en a presque les larmes aux yeux. Parce que c'est trop bon, et surtout parce que c'est chaud. Dans un souffle, elle avoue :

« J'ai jamais goûté de Nutella. »

Le Nutella, c'était un interdit, comme McDonalds, les glaces au chocolat et les bonbons avec du sucre piquant dessus. Parce que ça fait grossir, et qu'en plus y a de l'huile de palme dedans. L'huile de palme ça détruit la forêt amazonienne : c'est en gros ce qu'elle avait compris de la phase écolo de sa mère – phase qui avait duré un mois et demi pour céder la place au feng-shui.
Elle se redresse pour mordre encore un bout de sa châtaigne. Maintenant que c'est moins chaud, ça l’écœure un peu ; elle sent le sucre. Elle frissonne.

« T'es sûre de vouloir raconter des histoires de fantôme ? On est que toutes les deux et- »

Elle y peut rien, même avec un esprit scientifique, elle est bien obligée d'y croire, aux fantômes dans un endroit pareil. Et c'est pour ça qu'elle pousse un petit cri pathétique en entendant une branche craquer. Ses cheveux volent alors qu'elle se retourne vivement, pour se retrouver en face d'une fille de leur âge. Son petit tour d’intégration lui revient en mémoire. Rachel. Mère des diplomates. Diplomates. Bow. Rachel. Facile. Pas de danger.
Elle respire.

« Tu crois qu'on a le droit ? »

Elle ouvre de grands yeux, un peu intimidée par les manières guindées de Rachel. Elle n'a pas l'air de vouloir les dénoncer, pourtant. Bambi réfléchit à sa proposition. Du maïs. Popcorn. Ça aussi, c'était interdit.
Elle en veut.

En entendant la protestation du ventre de Rachel, elle se lève aussi vite que si ses fesses venaient de prendre feu, proposant à la mère une châtaigne grillée empalée au bout d'une branche.

« Reste, reste, y a pas de problème» elle bafouille un peu trop vite. « On allait raconter des histoires. »

Elle ne précise pas quel genre d'histoires.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne Mère
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Feu de camp [Sujet complet]   Mar 28 Juil 2015 - 19:55



Feu de camp

with les Perdus




Laila relève les yeux des cordes de sa guitare et fixe Bambi avec une stupéfaction presque risible. Lentement, elle prononce silencieusement les mots honnis. Jamais – manger – de – Nutella. Et pousse un gémissement de bête blessée.

« Ah mais non mais ça craiiint. »
C’est le Nutella quoi ! C’est cette pâte délicieuse au chocolat et aux noisettes qui vous coule dans la gorge comme la meilleure des liqueurs. C’est le Saint Graal des petits déjeuners et/ou gouters. La cerise sur la confiture de ses crêpes-parties. C’est ce qui va avec de la glace, ou des gaufres, ou un milkshake à la vanille. Qui s'étale sur du pain frais ou alors de la brioche, ou même avec des crackers – oh ce délice-là, les biscuits apéritifs trempés dans du Nutella c’est genre David qui roule une pelle à Goliath mais c’est trop bon – sauf pour son cul.

Rien ne lui fera oublier le Nutella. Pas même Peter Pan. Et faudrait être un monstre pour empêcher sa gamine de goûter ce genre de choses. Mais en même temps, la mère de Bambi, c’est un genre de Monstre. Le type de femmes qu’on trouve dans les contes à la place des Belle-Mères faussement sympathiques, celles qui tentent d'aider et qui font plus de malheur qu’autre chose. Genre Mère Goethel. Voilà. La Mère Goethel des calories.

« Bon ok j’irai voir Peter Pan. Tu vas pas rester coincée sur cette Ile à te demander quel goût ça peut avoir. Ou alors on trouve un moyen d’en faire nous-même. Il suffit de cacao, d’un peu de beurre, des châtaignes et de lait. Pour le lait, je demanderai à Freckles. Et je lui en ferai goûter aussi tiens. »

De manière presque colérique, elle reprend les pincements sur sa guitare. Et ajoute soudain, d’un ton résolument sérieux.

« Tu as commencé la première histoire qui fait peur de la soirée et tu places le niveau très haut Bambi. »

« T'es sûre de vouloir raconter des histoires de fantôme ? On est que toutes les deux et- »


Crak
fait la branche dans la nuit.
Iiiii, fait Bambi qui se retourne à la volée.

Plus que le bruit, c’est le cri qui la fait sursauter. Mais planquée derrière sa guitare, ce n’est pas un monstre ou une créature comme seule l’Ile peut en créer qui jaillit dans la lumière du feu de camp. Juste une frimousse de fille, une bien connue en plus !

« Hey ! »
salue Laila d’un air enjoué. Riant de sa propre stupidité. Ils sont à l’Arbre allons. Ils ne craignent absolument rien. « Installe toi, bienvenue ! … Rachel c’est ça ? » Un vague coup d’œil à Bambi lui confirme le prénom. « Rachel, super, on va voir si la lumière attire d’autres personnes. Tu as faim ? On a des supers châtaignes que mon amie Bambi sait cuisiner à la per-fe-ction. Tu en veux ? »
« Si vous voulez griller quelque chose de bon, on peut tenter une escapade à la cabane à manger. Les Récolteurs ont récupéré du maïs, il y a peu. »


Comiquement, Laila se frappe le front.

« La cabane des récolteurs. Je suis trop bête, j’aurais tellement du y penser… »

« Enfin, si vous voulez bien que je reste. Je saurais garder le silence sur votre soirée à deux. »
« Reste, reste, y a pas de problème »
« Mais oui reste, reste. » Laila se tourne pour fixer l’obscurité. « Mince de mince, je commence à regretter de pas avoir fait un tour de leurs côtés. J’aurais pu embarquer Sugar en plus… »
« On allait raconter des histoires. »
« Des histoires. Ouuu » L'apprentie lève sa guitare. « On peut se faire une soirée indienne à trois. On a un peu de charbon, on se fait deux trois peintures de guerre, je retrouve ce maudit air des Gipsy Kings que j’ai en tête et c’est partie pour la fiesta. En plus, si c’est de la musique un peu sauvage, Peter ne nous en voudra pas s’il l’apprend. Il aime les indiens non ? Alors c’est réglé. »

Son sourire brille presque dans la nuit.

« Et avec un peu de bol, on aura des invités qui seront venus les bras chargés en tout cas. Bambi, lance-moi une châtaigne s’il te plait. »
Et s’appuyant sur son instrument, elle chuchote malicieusement. « Ou alors on peut envoyer Rachel ici présente inviter Bow pour que tu lui en donnes en main propre… »








Revenir en haut Aller en bas
Green
avatar

♣ Soigneur ♣


✘ AVENTURES : 539
✘ SURNOM : La Grincheuse
✘ AGE DU PERSO : Entre 15 et 17 piges.

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : I was there at the birth,
Out of the cloudburst,
The head of the tempest.
Sujet en cours : I - II - III - IV

MessageSujet: Re: Feu de camp [Sujet complet]   Mar 28 Juil 2015 - 21:40


Elle avait vécu la journée comme une espèce de rêve éveillé, une sorte de tableau surréaliste auquel elle aurait participé. Cela lui arrivait parfois, son esprit se déconnectait. Elle faisait la gueule et parfois ce qu'on lui disait mais c’était comme si elle n’était pas là. La faute à la fatigue, sans doute - ou aux fois où ses stupides états d’âmes l’envahissaient et la forçaient à se distancier. C’était dommage car elle s’inquiétait pour beaucoup de monde, en réalité. Pour les patients du jour, pour ceux qui restaient... pour Soul, aussi. Il avait l’air bien plus sombre, depuis que la Nuit avait cessé. Et elle se surprenait souvent à le fixer comme une idiote, comme si ça allait le réparer. Eilis aussi, la petite Mère cassée, l’inquiétait. C’était pour elle qu’elle s’était mise en tête de chasser les lucioles. Pour elle qu’elle était partie, bocaux en main, prête à récupérer de quoi illuminer un peu l’Infirmerie et éventuellement sa cabane aussi. Elle s’était donc enfoncée entre les arbres, aux alentours du camp. Prête à faire quelque chose de sa grande carcasse stupide, entretenir l’espoir de se rendre utile.

- Send me the pillow
The one that you dream on
And I'll send you mine...


Elle chantonnait, plus pour se rassurer que pour autre chose, scrutant les ombres de la jungle à la recherche de lueurs. Elle appréciait d’être seule mais ne parvenait plus à s’en réjouir dans toute cette obscurité. Au bout de quelques instants d’errance, elle finit par repérer une lueur verdâtre, filant entre les arbres.

- Attends !

Stupide injonction : la luciole ne s’exécuta pas. Récupérant un bocal dans sa besace, la Soigneuse l’ouvrit et - tenant le couvercle percé de petits trous de l’autre main - entreprit de courir après la lumière. Il lui fallut plusieurs tentatives mais elle finit par réussir à coincer l’insecte dans le récipient. Elle n’eut pas le temps de le ranger : une autre luciole venait de filer juste sous son nez. Glissant maladroitement le bocal plein dans la poche de son sweat-shirt, elle poursuivit la deuxième luciole avec un nouveau récipient. Sa chasse l’accaparait tant qu’elle ne vit pas la lumière flamboyante entre les arbres. Elle ne vit pas non plus la grosse racine qui vint cueillir son pied, la déséquilibrant.

- Non, non, non, non, NON - eut-elle le temps de psalmodier avant de s’effondrer en avant, lâchant le bocal qu’elle tenait ainsi que celui qu’elle avait en poche. Ce dernier vint rouler sur le côté, s’arrêtant non loin du feu de camp. Quant à Green, elle se retrouvait tête dans l’herbe, sonnée. Un très bref instant passa. Relevant la tête, la Grincheuse croisa soudain le regard des autres Perdues présente et ouvrit de grands yeux, prenant conscience de plusieurs choses.

De un, elle venait de s’écrouler stupidement alors qu’elle chassait les lucioles.
De deux, il y avait eu des témoins à l’affaire.

Aussitôt, la Soigneuse abaissa la tête à nouveau pour la couvrir de ses deux mains, préférant rester face contre le sol plutôt que de soutenir le regard de celles qui avaient assisté à son arrivée fracassante. Elle compta jusqu’à 5 puis releva très légèrement le menton, constatant qu’hélas, elle n’avait pas rêvé.

- Oh, bordel. Marmonna-t-elle en crachant un bout d’herbe. Puis elle se releva, laissant les bocaux dans son sac tinter.

- Heu... bonsoir. Finit-elle par lancer en s’époussetant, gardant les yeux baissés dans une apparente décontraction. Puis elle alla récupérer son bocal plein, le fourrant avec brutalité dans son sac. Faites pas attention à moi, je fais que passer.

Elle aimerait bien, mais l’odeur de châtaignes grillées la retient. Se retournant vers le feu, qu’elle observe et craint, elle finit par lancer :

- Vous faites quoi ?

Question stupide, elle retint l’envie de se baffer. Inspirant un grand coup, elle reprit :

- ... laissez tomber.

Elle voulut partir, mais une bienheureuse coïncidence la retint : au fond de son sac, il y avait peut-être de quoi rendre le feu de camp improvisé des autres plus intéressant. Empruntée, elle y fouilla et finit par dénicher ce qu’elle trouvait : un sachet plein de marshmallows, qu’elle lança à Rachel - la seule fille qu’elle reconnaissait des trois.

- Un gamin me les a donné, quand je l’ai soigné. Il a trouvé ça sur un Arbrabouf, j’crois.

Elle haussa les épaules, n’osant ni partir, ni s’asseoir. C’est qu’elle n’était pas venu pour taper causette, mais en même temps... elles avaient l’air bien, là. Les trois Perdues.

Green reprit, vaguement embarrassée :

- Je les gardais pour...

Les jeter sur Love lorsqu'elle venait perturber Soul à l'Infirmerie, à dire vrai. Après tout, la Mère se targuait d'aimer le sucre, ça aurait pu la distraire.

-... pour rien en fait. Du coup prenez-les, c'est triste un feu de camp sans trucs sucrés.

HRP:
 








I don't want to be saved
I wanna go down with you


Playlist
Theme song
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Ancien Perdu
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Feu de camp [Sujet complet]   Mar 28 Juil 2015 - 21:49

HRP:
 


with almost EVERYONE
Feu de camp

Ça faisait un bout de temps qu’il était derrière un quelconque arbre, les mains alourdies d’un petit sac en tissu contenant une demi-douzaine de biscuits. Cadeau de Sugar. Il avait pas pu dire non. Il se trouvait aux alentours de la mini-réunion de quartier que semblaient avoir organisée deux garçonnes. Deux mères apprenties plutôt. Laila et Bambi. Il ne jouait pas aux voyeurs, pas du tout. L’idée d’observer et d’écouter la conversation des deux jeunes filles ne lui était absolument pas passée par l’esprit. Il ne se cachait pas non plus. Il attendait juste le bon moment, le bon timing pour faire une entrée à la fois grandiose et admirable, un truc « cool » qui resterait dans leur mémoire pour longtemps. Comme tout pirate qui se respecte, il fallait se faire invisible puis se jeter, d’un coup, sur sa proie, sans laisser la moindre seconde d’hésitation, la moindre possibilité de survie. Mais bon, il n’était pas pirate, et il ne cherchait pas non plus à tuer ni la brune ni la blonde.

En fait, il décidait peut-être de ce qu’il devait faire. Il devinait qu’aucune des deux n’avait eu la « bonne » idée de demander la permission de Peter avant d’allumer un feu et de se mettre à gratter des notes sur une guitare. Il savait aussi que ça n’allait pas non plus leur valoir leur bannissement. Il n’avait pas à en parler, ce n’était pas comme s’il faisait une ronde. Mais la soirée entre filles, durant la nuit, avec feu et musique, c’était pas très futé. L’odeur du feu, bientôt suivie par celle des châtaignes était forte et le son de l’instrument n’était pas discret non plus. Dire qu’il était supposé être celui qui cherchait les ennuis. Il allait faire remarquer sa présence quand quelqu’un d’autre le devança. Il n’avait même pas besoin de regarder ses traits pour devenir. Cette façon de parler et ces manières de petite fille bien élevée, il n’y avait que la mère des diplomates pour les maîtriser aussi bien.

Il était sûr qu’elle n’allait pas rester. Elle n’était ni fan des livreurs, ni des chasseurs. Elle n’allait pas faire exception pour les mères apprenties… ou pas. « Si vous voulez griller quelque chose de bon, on peut tenter une escapade à la cabane à manger. Les Récolteurs ont récupéré du maïs, il y a peu. Enfin, si vous voulez bien que je reste. Je saurais garder le silence sur votre soirée à deux. » Non seulement elle offrait du maïs, enfin pas vraiment vu qu’il fallait aller le chercher, mais elle s’incrustait en plus ? Peut-être qu’elle s’était frappé la tête sur son chemin. Les filles commencèrent à papoter, Laila, surtout. Une autre aux cheveux verts les rejoignit en offrant des marshmallows.

Bon, il était temps qu’il quitte son arbre, sinon, la prochaine personne à arriver n’allait pas découvrir le feu de camp mais lui-même, caché comme un idiot. En plus, la conversation commençait à devenir longue et ça allait devenir gênant de faire comme si sa présence était toute naturelle. Au moins, il était venu « les bras chargés », comme le souhaitait Laila. Il fit un tour à gauche, trois, quatre grands pas et le voilà parmi les chères demoiselles qui jouaient au jeu des on-est-toutes-amies-et-on-s-offre-des-châtaignes-et-des-marshmallows-et-on-prépare-des-plans-machiavéliques. Ah, les filles.

Laila, toujours remplie de bonnes idées ! J'en attendais pas moins de toi, chérie. Peut-être que si on dit à Bow que Bambi est là, il viendra en courant. Ou peut-être qu’au contraire, il fuira en courant, haha.

Il déposa sa main sur celle de Bambi, celle qui offrait une châtaigne à Rachel, et échangea la branche pour son sac à biscuits. Il ajouta, l’air d’avoir trouvé une blague très drôle qu'il fallait absolument partager au reste de l'univers :

Tiens Bambi, y a rien de mieux qu’un petit goûter nocturne pour s’engraisser un peu. T’es tellement maigrichonne que je t’ai quasiment pas vue. Il sépara le fruit de la branche, posant celle-ci sous son aisselle, et commença à le décortiquer. Mais t’inquiète, t’es trop mignonne pour passer inaperçue. Tu ne sais pas que Bow a un petit penchant pour les jolies blondes toutes minces ?

Enfin, peut-être.
Et hop, le fruit dans la bouche, les coques dans le feu.
Revenir en haut Aller en bas
Pit
avatar

♣ Chef des Raccommodeurs ♣


✘ AVENTURES : 719
✘ SURNOM : Le Joker
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ LIENS : Quelques fleurs perdues dans un fossé de cartes
le SWAG


MessageSujet: Re: Feu de camp [Sujet complet]   Mar 28 Juil 2015 - 22:54


L'ennui, encore et toujours la même impression du même cycle qui se répétait sans fin. Il rêvassait, il avait rêvassé tout l'après-midi, pour une fois qu'il n'avait pas de création complexe à faire. Il n'avait même pas eu envie d'entamer un jeu, maniant quelques Garçons Perdus. Mais, la tignasse verte se montra et le sortit de son inattention. Quel moment de la journée était-ce ? Aucune idée, il n'en avait même conscience pour le moment.

- La Poupée de Nerfs...

Léger rire après avoir marmonné ces mots. Green l'avait fait sortir de sa lassitude du moment, et lui trouva un nouveau jeu. Suivre la Poupée de Nerfs. C'était amusant de la voir en dehors de l'infirmerie.

C'était d'abord à une bonne longue distance, puis une fois dans les alentours du camps, il dû se rapprocher, jouant de la subtilité d'un magicien parmi les arbres. Assez proche pour entendre qu'elle avait demandé à une luciole de l'attendre.
À ce moment, il avait cru mourir étouffé tant il avait voulu rire, mais ses mains vinrent bloquer la bouche, ne laissant que quelques bribes de souffle s'échapper. Heureusement que la Soigneuse ne l'avait pas entendu.

Retenant tant bien que mal ses crises de rires, il suivait et... elle tomba.

Ne pas rire.
Ne pas... rire.
Ne... pas du tout... rire.

Il tenta de reporter son attention sur les autres personnes, qui étaient en train de discuter apparemment.
Le Joker avait eu l'impression qu'il allait bientôt tomber, à cause de son apnée pour ne pas rire. Green s'était relevée et avait donné des trucs apparemment sucrés.
Un autre Garçon Perdu était aussi apparu, Naughty, sauf erreur.

Le manque d'air, ou bien le rire qui n'attendait que d'exploser.

Un fou rire prit le Joker qui s'appuya à un tronc.
Il se calma enfin, reprenant son souffle, petit à petit. Essuyant une larme du coin de l'œil.

- Eh bah, Green, t'es vraiment distrayante et t'as raison pour le sucre. Sur tout le chemin, tu l'as été.

Large sourire, comme d'habitude. Il n'en dit pas plus, volontairement.

- Mais dites, vous faites quoi de beau ? Pas un jeu de cartes apparemment, mais ça parle de Bow et de trucs sucrés... Possible de faire une full avec ça ?

Réellement surpris, et amusé, sans arrières pensées pour une fois.

Fatigué par son apnée passée, il se laissa glisser le long du tronc. À un ou deux mètres du reste des participants. Il les scruta. Green, Naughty, Laila, Bambi, Rachel. Retenir la main de poker présente. Fait.

Pit était des plus intéressés par ce qui pouvait bien se tramer. Un jeu intéressant ? Sans doute, aucun ne le décevait parmi les Garçons Perdus et les Mères. D'ailleurs... il n'avait pas de bouquets de fleurs ni de fleur pour les Mères et Garçonnes. Un peu déçu au fond.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne Mère
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Feu de camp [Sujet complet]   Mer 29 Juil 2015 - 23:43

Rachel s'était attendue à être repoussée. Diplomate trop pétrie d'orgueil pour être acceptée par les castes qu'elle méprisait. Et pourtant, les Mères l'accueillaient bras ouverts, lui proposant d'être le troisième larron de la soirée, lui offrant même une châtaigne grillée. La surprise avait si bien stupéfiée Rachel, qu'elle en demeura bouche bée. Elle dut se reprendre pour fermer la bouche, et cesser de ressembler à un poisson mort.

« Je ne sais pas si le Chambellan accepterait. » Elle n'avait jamais su se résigner à le nommer par son prénom. « Il n'aime pas être dérangé et... »

Un cri. Une chute.

Les flammes du feu éclairèrent une chevelure verte. Reconnaissable entre toutes, surtout avec cette marque rouge arborée sur le visage. Green. Soigneuse. Rachel avait amorcé un pas en sa direction. Réflexe de celle qui veut aider quelqu'un. Mais elle se ravisa face aux paroles de la Soigneuse. Elle avait oublié que Green était comme un porc-épic : pleine de piquants, difficilement approchable. Et possible que, si Rachel l'avait aidé, elle se serait offusquée.

Le sachet fut projetée vers elle. Rachel dut remercier ses réflexes d'avoir su le saisir au vol. La Mère haussa un sourcil face aux paroles de Green. Ouvrit le sachet. Fourra un marshmallow dans sa bouche.

« Ch'ont pas mauvais. » Se rendant compte qu'elle venait de parler la bouche pleine, Rachel avala la friandise. « Je veux dire... merci. Pourquoi tu ne viens pas, un instant, au coin du feu ? Ce serait injuste que tu ne profites pas de ce que tu as amené... »

Fournir les marshmallows sans en profiter soi-même ? Ce serait inconvenant. De l'impolitesse pure.

Il fallait croire que l'arrivée de Green n'avait été qu'un début. Une sentinelle, dont Rachel mis du temps à trouver le nom, les rejoignit, non sans délester Bambi de la châtaigne originellement offerte à la Diplomate. Cette dernière ravala une remarque, se contentant de froncer les sourcils, grinçant des dents quand Naughty se permit de parler du chef des Diplomates. Décidément ce dernier semblait avoir un lien particulier avec Bambi. Il faudrait qu'elle se renseigne davantage sur le sujet. Par simple curiosité. Et pour calmer la jalousie qui lui lacérait les entrailles.

« Je pense surtout que le Chambellan est plus préoccupé par son travail que par les filles... »

Vision obscurcie par le jugement d'une Enfant Perdue dont l'admiration sans failles, envers sans chef, le transformait en être presque inhumain, dénué de tout désir terrestre.

Le rire du Joker résonna, tranchant l'ambiance feutrée. Dès que Pitt les eut rejoints, Rachel tapa du pied.

« Il faut surtout espérer que ton rire n'a alerté personne. » Rachel sifflait tout bas, excédée. « Laila et Bambi ont eu l'idée de faire un feu de camp. Avec des histoires. Ou une soirée indienne. Je suppose qu'on choisira à mains levées. C'est Laila et Bambi, les cheffes de la soirée. La décision leur revient. »

Rachel se rapprocha du feu, et se saisit des branches dénuées de châtaignes. Y plantant les marshmallows, elle les mit à griller, s'asseyant en tailleur pour mieux observer le feu et éviter que les sucreries ne soient brûlées.

C'était assez grisant de violer les lois, pour une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Bambi
avatar

★ Mère Apprentie des Chasseurs ★


✘ AVENTURES : 109
✘ SURNOM : La Cascade
✘ AGE DU PERSO : Seize ans

✘ LIENS : and before you know it, you're walking on air

MessageSujet: Re: Feu de camp [Sujet complet]   Jeu 30 Juil 2015 - 14:59

Bambi plaquerait volontiers un air scandalisé sur son visage devant la trahison de Laila. Choquée et déçue.Voilà comment elle se sent.  Elle, sa meilleure amie, sa confidente. L'afficher ainsi, et devant Rachel, en plus ! Rachel qui lui darde maintenant un regard austère et suspicieux à l'évocation de son chef. Elle aimerait hurler de pas l'écouter et éventuellement taper Laila mais bon, c'est pas exactement son style. Et si encore il n'y avait qu'elle. Parce que non, c'est tout un comité qui s'est progressivement regroupé autour du feu. La mère des diplomates, d'abord, puis une fille aux cheveux verts qui s'est étalée royalement dans la boue. Puis un grand garçon à l'air narquois qui lui a échangé sa châtaigne contre un paquet de gâteaux et une pique. Et enfin, le chef des raccommodeurs. Rien que ça. Rien que cinq personnes pour être témoin du terrible fard qu'elle pique sous les insinuations. Elle jette à Laila un regard embué. A cause d'elle, Rachel ne va pas l'aimer. A cause d'elle, tout le monde la regarde et tout le monde se moque d'elle et même que le garçon aux biscuits lui a dit qu'elle était maigrichonne.

« C'est pas vrai j'ai rien fait » elle se lamente alors que concrètement, personne ne l'a officiellement accusée de quoi que ce soit.

Sentant le débordement lacrymal poindre, elle se cache derrière ses cheveux et serre contre elle le paquet de biscuits. Avec ça, et les marshmallows, il y a de quoi se faire des sandwichs délicieux. Caloriques. Elle regarde les biscuits et les biscuits la regardent. Ils semblent lui dire. Vas-y Bambi. Mange nous. Mange nouuuus. Avec de la guimauve fondue, mhhh. Toutes ces calories. Elles te font pas envie ? Cède, Bambi. Cède au sucre. Deviens grosse et moche !!!
Elle rend le paquet à Naughty avec peut-être un peu trop de force.

« Non merci » elle couine. « Je fais des allergies au gluten. »

Peut-être que si elle l'avait dit avec plus d'aplomb, on aurait pu la croire.
Elle se rassied, à peu près aussi à son aise que si elle était entourée de pirates ivres. Elle replie ses jambes comme si elle pouvait paraître moins grande, et se contente d'écouter les autres parler et les douces odeurs de sucre lui monter aux narines. Son ventre gargouille. Tragique. Elle en peut plus. Ça sent vraiment trop bon. Elle jette un regard à chacun des convives, et s'arrête sur la fille aux cheveux verts qui n'a pas l'air plus heureuse qu'elle l'est elle-même. Tente un sourire coincé. Puis dévie son attention sur le garçon blond. Pete. Pute. Pit. Pit, c'est ça. Il a un jeu de cartes ? Ça peut être drôle, de jouer aux cartes. Bambi est très forte au tarot. Mais ils sont un de trop pour jouer au tarot. Si il le faut, elle laissera sa place. Elle aime regarder, aussi, et elle ne voudrait pas s'imposer... Rachel l'arrache à son dilemme intérieur en prononçant son nom.

Oh non. Elle lui demande de décider. Choisir entre des histoires ou une soirée indienne. Bambi lui lance un regard suppliant. Elle est vraiment obligée de dire quelque chose ?  C'est l'idée de Laila, à la base … Elle tortille un peu des fesses sur sa souche.

« Oh euh... on peut. On peut faire les deux, non ? » elle tend un main hésitante vers un bout de charbon, et se dessine sur la joue un long trait noir. « Une soirée indienne avec des histoires. Enfin, si vous voulez. »

Elle songe que la fille aux lucioles n'a même pas besoin de se maquiller, avec ce trait rouge qui lui barre le visage. Peut-être qu'elle l'a fait exprès. Peut-être qu'elle attend beaucoup de cette soirée. Rien qu'à cette idée, Bambi angoisse. Et puis cette odeur de guimauves. Oh, et puis zut. Elle tient plus. Elle se lève un peu brusquement, et bafouille.

« Vous savez quoi, je vais chercher du maïs. Pour le popcorn. Je me dépeche. »

Mensonge éhonté. Elle va mettre le plus de temps possible. Presque à reculons, elle s'éloigne du feu de camp pour aller à la recherche de la cabane des récolteurs, dans la pénombre. Échapper au sucre, c'est tout un art.

hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne Mère
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Feu de camp [Sujet complet]   Jeu 30 Juil 2015 - 19:40

Mesdames et messieurs, merci d'avoir rejoint ce topic libre ! Bambi nous quittant pour le mois d'août, je ferme le sujet. Ceux qui voudraient participer n'ont qu'à m'envoyer un mp. En attendant, le tour de jeu suivra celui des arrivées, ce qui signifie:
- Moi
- Rachel
- Green
- Naughty
- Pit.

Bon jeu à tous !






Feu de camp

with les Perdus






C’était amusant de taquiner Bambi. Ca l’était beaucoup moins quand son amie lui rendait ce regard trahit. Laila en resta coite, un peu gênée par sa réaction. Pourquoi Bambi prenait-elle au sérieux ce genre de plaisanteries ? Avait-elle touché dans le mille sans le vouloir ? Vrai que l’apprentie mère avait longuement palabré sur le Chambellan et son attitude, et sa douceur, son écoute, et ses cheveux noirs, son air guindé, toutes ces choses un peu futiles que Laila n’avait pas osé critiquer – franchement, Bow c’était loin d’être son type, mais y’avait carrément pire, genre un pirate plein de poux au sourire édenté. Mais parler de Bow c’était comme parler de qui était le plus mignon parmi les garçons perdus – Sharpy gagnait cette manche à la volée.

« Au pire on peut juste l’inviter histoire… de l’inviter quoi. »
Ca ferait sans doute plaisir à Bambi, ou pas. Mais la chute interrompit les explications de Rachel sur un probable refus du « chambellan » - Laila, elle, ne pouvait se résoudre à l’appeler par son titre.

Boum, fit une chose verte au sol, arrivée de nulle part et balançant jusqu’au feu un bocal remplit de.

« Fées ? » Non ce n’était pas des fées. Juste des lucioles. Laila repoussa sa guitare pour se lever. Les cheveux verts, ce n’était pas commun et ça aidait au moins à remettre les pseudos sur les bonnes personnes. « Green, hey, ça va bien ? Tu t’es pas fais mal ? » Hors de question de se moquer. Elle-même se cassait suffisamment la figure par ici pour ne pas jeter la pierre aux maladroites rencontrées. « Tu saignes quelque part ? J’ai combien de doigts ? »

Cependant la soigneuse avait son ego. Le genre à feindre l’inutile. Laila se mordit la lèvre pour ne pas sourire à sa curiosité. Et ouvrit les bras, grand sourire aux lèvres.

« Si j’peux me permettre, tu tombes à pic ! On commençait tout juste à lancer les festivités de cette soirée. … Est-ce que ce sont des marshmallows que tu viens de lancer à Rachel ? »

- Je les gardais pour... pour rien en fait. Du coup prenez-les, c'est triste un feu de camp sans trucs sucrés.
« Ch'ont pas mauvais. » Rachel déglutit. « Je veux dire... merci. Pourquoi tu ne viens pas, un instant, au coin du feu ? Ce serait injuste que tu ne profites pas de ce que tu as amené... »
« Green. Tu es notre sauveuse de soirée. Et je te nomme Reine des Marshmallows. Rachel a a-bso-lument raison. Assieds toi, prends une châtaigne, je te sers ce que tu veux.. Bambi, t’as intérêt à en goûter au moins un ! »

La silhouette de Naughty surgissant soudain à sa droite lui fit pousser un petit cri de plaisir.

« Closer ! Toi par ici ! Maintenant que nous avons notre propre sentinelle, on ne risque absolument rien. Tu as rapporté quelque chose ? »

─ Laila, toujours remplie de bonnes idées ! J'en attendais pas moins de toi, chérie. Peut-être que si on dit à Bow que Bambi est là, il viendra en courant. Ou peut-être qu’au contraire, il fuira en courant, haha.


Le visage de la Ritournelle marqua un air blasé plutôt convaincant. La gêne de Bambi commençait à devenir viscéralement perceptible. Il était encore temps de la sauver du rideau de cheveux. Enfin. Sauf si Naughty décidait de piétiner le plat dans lequel il venait de fiche les pieds.

Comptez sur lui pour remettre une couche de peinture sur la maisonnée, pesta-t-elle mentalement en regardant Bambi piquer du nez sur les gâteaux offerts.

« Je pense surtout que le Chambellan est plus préoccupé par son travail que par les filles... »
« Exactement Rachel. Donc on va le laisser tranquille pour la soirée ou ses oreilles vont siffler… »


Un rire éclata dans son dos.

- Eh bah, Green, t'es vraiment distrayante et t'as raison pour le sucre. Sur tout le chemin, tu l'as été.


Laissant voir la trogne enjouée du Joker.

Le surnom ne pouvait qu’aller à ce pitre blond plein de tours de magie. Laila leva la main pour le saluer, clairement stupéfaite par sa présence au feu de camp.

- Mais dites, vous faites quoi de beau ? Pas un jeu de cartes apparemment, mais ça parle de Bow et de trucs sucrés... Possible de faire une full avec ça ?

« On préparait une soirée de Perdus. Mais tu n’es pas en bas avec les autres chefs ? »
Freck en tout cas s’y trouvait, elle en était quasiment sûre. Et jeta un regard à Bambi, sa nervosité montant d’un cran. Si Peter avait décidé de libérer les chefs pour cette nuit, nul doute que Fang remarquerait l’absence de son apprentie. Et ça, ça craignait. « Installe-toi. On va pas jouer aux cartes, c’est trop tranquille, mais si tu veux faire une full de quelque chose, y’a des marshmallows à planter sur des brochettes. »

Laila alla reprendre sa guitare pour se rapprocher de Bambi. Il était bien le temps de redresser la bouille mignonne de sa meilleure amie pour lui faire retrouver le sourire. Laissant Rachel ajouter ses explications quant à l’origine de leur soirée, elle s’approcha de l'apprentie avec un sourire ravi. Qui fut coupé net quand cette dernière bondit sur ses pieds, la figure noircie par un trait de charbon, et le regard aussi paniqué qu’une biche qui ne sait où détaler.

« Vous savez quoi, je vais chercher du maïs. Pour le popcorn. Je me dépeche. »
« Hey mais… » Trop tard, la blondinette a déjà filé. Et Laila se retrouve stupidement debout, dans l’odeur des marshmallows caramélisés et des châtaignes qui commencent à percer leur coque sous la chaleur.

Le front ridé par le soucis, elle finit par empoigner sa guitare. Et démarra un rythme endiablé.






« Bon ! Y’a pas de cheffes ni de chef ici ce soir, le vote à main levée c’était une idée splendide. Rachel ? »
Elle se pencha vers elle « Je te serais reconnaissante de ramasser le charbon laissé par Bambi, et de me dessiner deux belles moustaches de toréador sur le visage. Celles avec les pointes recourbées s’il te plait, merci. »

Maitre Loyal improvisé de cette soirée, elle se redressa en gardant le rythme de sa musique, se fichant bien d’être vue par les autres sentinelles patrouillant dans le coin.


« Mesdames et messieurs voici quelques idées que je peux vous pRrroposer »
chanta-t-elle, forçant sur un accent espagnol quelque peu déroutant. « D’un côté nous avons une soirée indienne, avec danse et chant à l’appui. Je me propose bien évidemment de l’animer et vu qu’il y a autant de garçons que de filles, pour l'instant, les paires seront vite formées. On ne fuit pas tout de suite, merci. »

Clint d’œil à Green et à Rachel.

« Pour la deuxième proposition, des histoires de fantômes comme vous n’en avez jamais entendu ailleurs – tout du moins je l’espère. Et sinon, plutôt que de se servir de la bouteille en verre que j’ai caché derrière le tronc – c’est de l’eau Naughty, pas de l’alcool – pour un jeu un peu banal et complètement évident, je pRrroopose en dernière offre. »


Large sourire plein de dents.

« Action chiche ou vérité. »












Dernière édition par Laila le Mar 4 Aoû 2015 - 16:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ancienne Mère
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Feu de camp [Sujet complet]   Mar 4 Aoû 2015 - 15:49

Et tel un faon apeuré, Bambi se perdit dans la nuit.

Le départ laissa Rachel presque aussi pantoise que Laila. Les blagues et remarques avaient du aller trop loin. Et la Mère n'avait pas même pris une lanterne pour éclairer son chemin. Rachel se mordit la lèvre, impuissante. Elle hésita à se lever, à courir après Bambi mais Laila coupa court à cette motivation. L'incident était clos. La fête ne devait pas être entachée.

Répondant à la demande de Laila (assortie en plus d'une belle politesse, chose que Rachel appréciait beaucoup), la Mère des Diplomates lui dessina des moustaches recourbées, s'étirant sur les joues pleines, se recourbant près des yeux. Une pilosité factice à faire pâlir d'envie un pirate en devenir. Munie de son bout de charbon, Rachel en profita pour faire le tour de l'assemblée, proposant à chacun de se maquiller. A défaut de peintures indiennes, ils pouvaient bien se contenter d'un peu de charbon et d'imagination.

Après que Laila ait annoncé les multiples choix qui leur étaient proposés, Rachel leva la main.

« Je vote pour les histoires. On pourrait même lancer un jeu. Deviner si l'histoire racontée est vrai ou non. Avec un gage pour celui qui s'est trompé. »

Idée lancée en l'air mais Rachel n'avait rien à y perdre.

Déposant le charbon auprès du feu, la Mère retourna veiller sur la cuisson des marshmallows. Ceux qui étaient fin prêts elle les retirait, les tendant aux affamés. Rachel s'octroya elle aussi une bouchée. Le contact, plus brûlant que prévu, l'obligea à demeurer bouche ouverte, le temps que la friandise refroidisse. Mais elle ne cacha pas son ravissement lorsque le sucre descendit de son estomac.

« Ch'est divin ! Merchi Green ! » Rachel se passa même la langue sur les lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Crackers
avatar

♣ Livreur ♣


✘ AVENTURES : 434
✘ SURNOM : Le Sans-Visage
✘ AGE DU PERSO : Entre 5 et 6 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours ♥
✘ LIENS : There is only one god, and his name is Death. And there is only one thing we say to Death : 'Not today'.

MessageSujet: Re: Feu de camp [Sujet complet]   Mar 4 Aoû 2015 - 23:10




Feu de CampLes histoires sont la chose la plus importante au monde.



Tout le monde était couché et ce, depuis fort longtemps.

Sur le coup, le petit malade avait cru pouvoir s'endormir paisiblement pour une fois, grâce aux histoires de leur nouvelle maman ; apprentie, mais maman quand même. Les yeux pleins de rêve, le Sans-Visage s'était allongé dans son hamac bien moelleux, imaginant à quel point le Dragon de Terre décrit par Laila pouvait être incroyable s'il avait réellement existé. Peut-être ressemblait-il à cette drôle de créature sombre qui rodait la nuit sur le toit des cabanes ? A moins qu'il ne soit plutôt comme une espèce de lézard géant, mais avec de la boue qui coulait de la bouche et des pissenlits qui lui poussaient aux coins de ses écailles faites de terre. Un petit timidement, Crackers aurait aimé demander à cette très chère mère si le Dragon ne risquait pas de venir les dévorer ; mais il n'en eut pas vraiment l'occasion.

Un baiser sur le front, un petit mot tendre, et la jeune femme était partie.

Le regard levé vers le plafond de la Citerne, leurs cabanes, le Sans-Visage ne put qu'attendre que le sommeil ne vienne le trouver ; en vain. Comme le temps ne s'écoule pas sur l'île, impossible pour lui de dire combien de temps il était resté comme ça, à tourner encore et encore, manquant même une fois de tomber de son hamac avec une vive quinte de toux. Et là, tout autour de lui, tous semblaient dormir à poings fermés ; comme si les rêves de Dragons, de capes et d'épées leur avait été salvatrice. Mais pas à lui. Un peu inquiet et incapable de dormir, Crackers s'était alors levé à nouveau, cherchant péniblement l'une de ses mères à travers les cabanes ; en vain. Où pouvaient-elles bien se trouver ? Peut-être dans leurs chambres, mais.. lorsque le blondinet osa s'aventurer par-là, il n'y vit que la pauvre Eilis qui dormait sans doute déjà. De toutes manières, ce n'était pas elle que la petite âme en peine cherchait.

Un peu - à peine - courageux, le petit garçon se dirigea alors à l'entrée de sa cabane, cherchant du regard Laila au niveau des ponts et chemins en bois ; mais rien, il n'y avait personne, hormis quelques sentinelles qui parlaient d'un feu de camp aux alentours qui brillait entre les arbres. On aurait bien aimé y aller, mais non, pas possible, il fallait surveiller les cabanes ce soir ; il n'empêche que c'était pas juste, car ils auraient bien voulu y aller, eux aussi ; paraissait même qu'il y aurait de la musique et des histoires contées par certaines mères.

Peut-être que Crackers parviendrait à trouver le sommeil là-bas.

Alors, ce fut en silence et armé d'une petite couverture chipée aux cabanes que le garçon perdu descendit les échelles de corde, prenant garde à ne pas se faire remarquer par les veilleurs de la nuit ; l'auraient-ils empêché de partir ? Sans doute pas, ce n'était pas la première fois que le marmot quittait les cabanes au beau milieu de la nuit, les autres avaient peut-être fini par s'y faire. Ah, s'ils savaient..

Ce fut alors comme un petit lièvre apeuré que l'enfant perdu se guida dans la forêt entourant le Grand Arbre, tremblant au moindre bruit et très vite arrêté dans sa course à cause de la pénombre ; malgré cette lumière lointaine - pas tant que ça - qui brillait au beau milieu des bois. Fouillant l'une de ses poches, le Sans-Visage sortit alors une bougie préalablement préparée pour l'une de ses virées nocturnes, avant de l'allumer à l'aide d'une petite allumette peinant à ne pas se casser en deux. Ainsi éclairé par une palote lumière - autant qu'il l'était lui - le malade put reprendre sa route, pendant une période qui sembla lui durer une éternité, et qui pourtant ne dura qu'un instant. Ou quelque chose comme ça.

Ce ne fut qu'après un nombre incalculables de petits pas qu'il fut à proximité de la clairière d'où des éclats de voix s'entendaient déjà correctement.

Le souffle court et bruyant - comme à son habitude - le petit homme mit un temps certain avant d'oser s'approcher pour montrer sa frimousse. Sans doute que certains des protagonistes avaient déjà dû l'entendre arriver avec sa respiration saccadée, ou le voir comme une énorme luciole au beau milieu des bois. Sauf que le voilà, lui, à l'orée de la clairière, faisant face à tout ce beau monde peut-être trop grand pour lui.

« E-Est-ce que je peux écouter des histoires avec vous ? demanda-t-il de sa petite voix, embarrassé par tout ce monde, je.. j'arrive pas à dormir.. »

Bougie toujours à la main, comme un véritable petit monstre perdu dans la nuit, le Sans-Visage n'avait plus qu'à espérer que tout ce beau monde ne viendrait pas à lui ordonner de retourner aux cabanes.

Ce qu'il ferait.


© Jawilsia sur Never Utopia



Spoiler:
 






« Si tu ne tiens pas tes promesses,
le Dragon te trouvera,
le Pied-Beau te tranchera les pieds
et tu ne pourras plus jamais te sauver...
»
- Kit Skelton



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Green
avatar

♣ Soigneur ♣


✘ AVENTURES : 539
✘ SURNOM : La Grincheuse
✘ AGE DU PERSO : Entre 15 et 17 piges.

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : I was there at the birth,
Out of the cloudburst,
The head of the tempest.
Sujet en cours : I - II - III - IV

MessageSujet: Re: Feu de camp [Sujet complet]   Jeu 6 Aoû 2015 - 21:11

C’était compliqué, de surveiller les allers et retours de tout ce beau monde tout en tentant de garder la face. Alors qu’elle s’apprêtait à les laisser à leur petit feu de camp, la Grincheuse fut retenue par une phrase de la Mère des Diplomates.

- Pourquoi tu ne viens pas, un instant, au coin du feu ? Ce serait injuste que tu ne profites pas de ce que tu as amené...

Pourquoi elle ne viendrait pas... hé bien, il y avait plusieurs raisons. A cause de feu, à cause des gens. Mais d’un autre côté, une part d’elle avait envie de se frotter aux autres, un peu. Juste cette fois, et puis elle pourrait toujours partir sans un mot si la petite assemblée l’étouffait trop.

Tu peux le faire.

- Ok.

Haussant les épaules, elle s’approcha du feu et s’assit non loin, repliant ses genoux contre sa poitrine comme si cela pouvait la protéger de la chaleur vaguement oppressante du foyer. Elle n’avait rien d’autre à dire ou à rajouter et puis, de toutes façons, les nouveaux arrivants s’en chargèrent. Une Sentinelle tout d’abord - Naughty, qui atterrissait souvent à l’Infirmerie à cause de sa grande gueule. Green avait tendance à l’éviter, ainsi son arrivée ne provoqua chez elle qu’un soupir de dépit. Qu’est-ce qu’elle faisait là, déjà ?

La Commère, comme de juste, parlait beaucoup. Dardant sur lui un regard apathique, Green le vit aligner plusieurs remarques concernant la blonde filiforme qui semblait s’être trouvée là depuis le début. La Grincheuse n’avait pas vraiment l’impression de la connaître... si c’était une Mère, c’était sans doute explicable d’ailleurs. Elle n’avait pas l’air très à l’aise d’ailleurs, tout autant que Green. Pour un peu, la Soigneuse aurait presque compati d’ailleurs. L’autre, une fille à la guitare, semblait bien plus à l’aise, s’adressant aux gens comme si tout le monde était son meilleur ami. C’était... perturbant. A tel point que quand elle s’adressa à Green, cette dernière préféra ne rien répondre.

La discussion se poursuivait. Y fut mentionné Bow, Chef des Diplomates, avec qui la blonde semblait avoir une relation compliquée ? Green ne savait pas et n’y comprenait rien, à ces histoires. Ce qu’elle comprit par contre très vite, ce fut la réaction de Rachel.

- Je pense surtout que le Chambellan est plus préoccupé par son travail que par les filles...

Sans avoir ne serait-ce qu’une fois fait le parallèle avec sa propre situation, Green identifia presque aussitôt la jalousie qui devait motiver les paroles de la Menteuse. Non pas qu’elle s’y reconnaissait entièrement, non... mais... elle pouvait comprendre. Pour toutes les fois où elle avait viré des non-patient(e)s un peu trop collant avec son propre Chef, elle comprenait comment Rachel pouvait se sentir en se moment. Sans doute, peut-être.

Un éclat de rire coupa court à ses réflexions. Se tournant vers la source du bruit, la Grincheuse sentit presque immédiatement ses muscles se crisper : Pit, bien sûr. Le seul Chef qui la mettait aussi mal à l’aise que les Mères.

De mieux en mieux.

- Eh bah, Green, t'es vraiment distrayante et t'as raison pour le sucre. Sur tout le chemin, tu l'as été.

... hein ?

Les yeux de Green s’écarquillèrent alors qu’elle serrait les poings. Il l’avait suivie, vraiment ? Mais pourquoi ? Et de quel droit ?

Elle allait le tuer. Sur-le-champ.

- Ferme ta gueule, Joker.

Un aboiement bref, coutumier. Elle voulait qu’il s’en aille. Elle voulait s’en aller.

Ce ne fut pas elle qui s’en alla, mais la dénommée Bambi. A croire que cette soirée lui apportait plus de mal que de bien. Green haussa un sourcil : à quoi bon organiser une soirée si on savait par avance que l’on s’y sentirait mal ? A ses yeux, c’était un véritable mystère. Mais bon, tout ce qui touchait à la sociabilisation en général l’était.

La meneuse de soirée, s’emparant de son instrument, entama un rythme rapide qui donna tout de suite au feu de camp une autre ambiance avant de proposer plusieurs animations pour la soirée.

- D’un côté nous avons une soirée indienne, avec danse et chant à l’appui. Je me propose bien évidemment de l’animer et vu qu’il y a autant de garçons que de filles, pour l'instant, les paires seront vite formées. On ne fuit pas tout de suite, merci.

Et la black de lui adresser un clin d’oeil. Green se raidit : et puis quoi encore ? Elle était venue là pour... elle ne savait pas exactement pourquoi mais sans doute pas pour toucher des gens. Ew.

- Pour la deuxième proposition, des histoires de fantômes comme vous n’en avez jamais entendu ailleurs – tout du moins je l’espère.

La Grincheuse se détendit quelque peu. Comme proposition, c’était déjà mieux.

- Et sinon, plutôt que de se servir de la bouteille en verre que j’ai caché derrière le tronc – c’est de l’eau Naughty, pas de l’alcool – pour un jeu un peu banal et complètement évident, je pRrroopose en dernière offre. Action chiche ou vérité.

... ok. Définitivement les histoires de fantômes. Plutôt en écouter mille, même nulles, que de sociabiliser à coup de contacts ou de secrets. Plutôt se casser.

- Je vote pour les histoires. On pourrait même lancer un jeu. Deviner si l'histoire racontée est vrai ou non. Avec un gage pour celui qui s'est trompé.

Elle ne savait pas si Rachel avait raisonné pareil qu’elle, mais ce n’était pas important. En cet instant précis, Green ressentit même de la sympathie pour elle.

- Ch'est divin ! Merchi Green !

Et en plus, elle était gentille avec elle. La Grincheuse lui rendit un demi-sourire, dissimulé parmi ses mèches vertes.

- De rien.

Elle se tourna vers la meneuse de soirée, s’adressant à elle mais aux autres également.

- Pareil que Rachel, je préfère les histoires.

Elle haussa les épaules, rajoutant :

- Et gage ou pas gage, je m’en fous.

C’était vrai. Avec prudence, elle s’empara d’un marshmallow et attendit quelque peu qu’il refroidisse. Un éclat à travers les arbres attira son regard : elle sentit un frisson brutal lui remonter l’échine avant de reconnaître Crackers, le petit Livreur malade des bronches.

- E-Est-ce que je peux écouter des histoires avec vous ? Je.. j'arrive pas à dormir..

Elle réagit presque instantanément, faisant un effort pour adresser au Livreur un sourire qu’elle n’espérait pas trop crispé.

- Bien sûr. Ramène-toi.

Elle n’avait pas vraiment demandé l’avis des autres, et elle s’en foutait un peu à vrai dire. L’autorité que la fille à la guitare avait de par son statut d’organisatrice la dépassait, comme toutes les autres formes d’autorité. D’un geste, elle désigna au Livreur une place près d’elle : en cas de crise, il serait toujours mieux près d’un Soigneur.

HRP:
 








I don't want to be saved
I wanna go down with you


Playlist
Theme song
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Pit
avatar

♣ Chef des Raccommodeurs ♣


✘ AVENTURES : 719
✘ SURNOM : Le Joker
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ LIENS : Quelques fleurs perdues dans un fossé de cartes
le SWAG


MessageSujet: Re: Feu de camp [Sujet complet]   Ven 28 Aoû 2015 - 20:00

Le Joker eut un gloussement suite à la réponse de Green, ce fut le bon nerf à titiller pour la faire aboyer. Quel serait le suivant ? Il se contenta d'écouter ce que Laila lui disait, fallait quand même porter de l'attention aux autres. Tous avaient des trucs intéressants.

- On préparait une soirée de Perdus. Mais tu n’es pas en bas avec les autres chefs ?

- Hmm... si mais en fait j'avais décidé de me promener, j'ai dit à Peter qu'il me fallait de l'inspiration pour ma magie.

Large sourire, sûr de lui, ce soir il avait d'abord accordé plus d'importance à la poursuite d'une grincheuse que pour une muse de tour de passe-passe. Au moins il avait dégoté cette petite fête.

Son esprit partait déjà en partie, mais la Ritournelle le ramena le temps qu'il puisse comprendre qu'elle lui proposait de s'installer et de manger des marshmallows. Il répondit d'un sourire étiré qui revint à la normal deux secondes plus tard.
Pit prit place sur l'une des bûches servant de sièges, cependant il n'avait pas particulièrement envie de manger. Pour une fois.

Mais Bambi, elle, avait décidé d'apporter du maïs. Vraiment ? Ce serait plutôt bon, il en aurait bien voulu.

La suite arriva, pas de chef ce soir ? Hm, cela faisait une carte en moins à jouer. Cela arracha un petit air presque boudeur sur le faciès tatoué du Joker. Il fallait jouer selon les règles du moment en tout cas. Très bien.

Il laissa échapper un rire lorsque Laila se transforma en Maitre Loyal. C'était drôle.
Puis les propositions firent le Chef des Raccommodeurs se taire. Soirée indienne, très franchement, danser ce n'était pas une chose qu'il appréciait. Puis les histoires et un jeu particulier.
Le Joker hésitait. Il se concentrait, jouant avec sa tressette.

Les choix des autres étaient favorables aux récits de frissons. Rachel, qui approuvait les marshmallows par la même occasion, et Green votaient pour.
Le regard d'absinthe figé sur la Mère et la Garçonne, c'était qu'il analysait comme un jeu de poker, il fut déconcentré par l'arriver de... Crackers. Pit pencha la tête de côté, que le Sans-Visage était adorable. Léger rire.
Qu'est-ce que la Grincheuse pouvait se montrer aimable parfois. Intéressant.

Donc, se contentant de sourire comme toujours, il n'avait rien à ajouter à ce jeu. Il devait simplement répondre ce qu'il préférait.

- Hmmm. Je suis, je vote pour les histoires. Avec gage, ce serait drôle en plus.

Les gens savaient s'amuser. Quoi de mieux pour trouver un peu d'inspiration pour ses tours de magie ?  Ce qui intéressait le Joker, c'était vraiment de voir comment les choses allaient tourner. D'entendre les histoires, il aimait les histoires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne Mère
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Feu de camp [Sujet complet]   Sam 29 Aoû 2015 - 14:04

[i]Mesdames et messieurs, nous sautons donc le tour de Naughty et cette chère Bambi nous rejoindra après la réponse de Pit. Bon jeu à tous !





Feu de camp

with les Perdus






Chat échaudé craint l’eau froide. La proposition d’action chiche ou vérité n’a pas le succès escompté. Faisant le tour des réponses avec le sérieux que lui impose sa condition de maitre de cérémonie, Laila s’amuse des réponses qu’on lui soumet. Et enfournant un marshmallow encore chaud entre ses lèvres, elle hoche la tête d’un air enthousiaste à chaque avis qu’on lui lance.

A l’idée proposée par Rachel, l’enthousiasme est clairement présent. Et Laila lui sourit avec les yeux, parce qu’elle comprend l’effort que cela coute à la Diplomate, de se mêler aux autres, celle qu’on appelle La Menteuse et dont elle a entendu ces ragots pas forcément très joyeux. Mais hey, même à l’Arbre il faut son lot de rumeurs infantiles. Ce n’est pas Laila qui va aller s’en plaindre, avec ce qu’elle raconte à Nautghy et ce que la sentinelle lui répète parfois. Suffit de faire la part des choses.

Si bémol il y a, c’est à l’apparition aussi soudaine qu’imprévue de Crackers. Quand le regard ambré de Laila croise celui de ces verres ronds, luisant sous les flammes du feu de camp, elle ne peut empêcher son cœur de sursauter. Qu’importe la gentillesse du garçon, sa tendresse, sa manière de venir la chercher pour écouter encore et encore ses contes du soir, la vision de ce masque l’épouvante et la dégoûte un peu. Autant que le son de ce souffle rauque qui accroche l’atmosphère et distille le parfum de sa maladie.

Une vraie vision de cauchemar. Mais Laila s’ébroue, après la réaction instinctive de la soigneuse qui invite l’enfant à prendre place à ses côtés. Mettant de côté sa peur – car elle adore Crackers bon sang de bois, elle voudrait vraiment agir envers lui comme envers n’importe quel enfant livreur – la Ritournelle s’approche, pose une main sur l’épaule du petit, et s’accroupit pour être à son niveau.

« Tu as prévenu Eilis que tu te trouvais là ? » Si la Mère s’éveille et se rend compte de la disparition de l’un des livreurs, cela peut être source de problèmes. « … Tu sais quoi, c’est pas grave. Au pire, si elles ne nous voient pas, elle pensera qu’on est allés… » chez les soigneurs « aux toilettes. » Un petit regard à Green, à qui elle ne délègue pas la responsabilité mais s’assure seulement que la soigneuse veuille bien gérer une crise potentielle. Et elle dépose un marshmallows sur les genoux du masqué, claquant un bisou volontaire sur le front en cuir froid.

Bel effort.

« Bon en attendant que Bambi revienne avec le manger, nous allons pouvoir lancer les festivités. Les histoires avec gage me semble un excellent plan. Et… » Elle ferme les yeux, tourne plusieurs fois sur elle-même, avant de désigner

« Rachel ! A toi de nous raconter une histoire. Nous verrons donc si elle est vraie ou pas. »
Avec un sourire gourmand, elle s’assoit à son tour près du feu. « J’espère qu’elle fera bien peur… »








Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Feu de camp [Sujet complet]   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Roster complet de WWE 13' en vidéo
» Us and them
» EcoLand Complet
» [Hors sujet] Humour.com
» 2 vs 2 1500pts par camp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Grand Arbre :: Les Alentours du Camp-