Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Ancienne Mère
avatar

Invité



MessageSujet: Tohi et Albatros [Christopher]   Mer 22 Juil 2015 - 23:57

Spoiler:
 



   

   
Tohi et Albatros

   
with Christopher

   


Terminées les tâches du jour ! Terminé le ménage à la Citerne et dans les cabanes des livreurs ! Terminées les petites retouches aux habits déchirés ! Terminé d’essuyer les larmes des petits victimes de bousculades ! Terminé, O-V-E-R ! L’après-midi s’étire depuis trop longtemps et déjà le soleil décline peu à peu dans le ciel. La chaleur dessine des rigoles de sueur sur le col et l’arrière de son tee-shirt blanc, ses tempes sont humides, et ses cheveux font n’importe quoi. Mais elle s’en fout Laila, elle a le sourire aux lèvres et elle se précipite dehors vite vite avant qu’on ne la rattrape – ah non plus de leçons, plus d’apprentissage, n’est-elle pas ici pour jouer ? Et jouer, c’est tout ce que demande la guitare qui balance, à droite à gauche, dans son dos tandis qu’elle avance d’un pas rapide. Elle ne se mettra pas à courir, La Ritournelle, elle n’a jamais aimé ça. Mais elle est pressée, elle est heureuse, et sa destination est bel et bien validée depuis l’aube.

La lagune aux sirènes.


Peter a pris le temps de la lui montrer le premier jour, pointant du doigt les silhouettes ondines de ces femmes à la voix d’or. Elle ne rêve que de les entendre chanter de nouveau, d’attraper à ses cordes les notes papillonnant dans ce lieu enchanteur. Laila n’ira pas jusqu’à mêler sa voix aux leurs – pauvre petite soprano sortie du conservatoire, que peux-tu face à la féminité dans toute son extase ? Rien elle n’y peut rien, mais s’y plie en souriant. Il y aura toujours plus beau ailleurs, c’est sûr.

C’est quand même une chance d’être en vie et d’en être la témoin.

Plus de tunnel ! Plus d’accélérateur, plus d’angoisses – presque plus. Il n’y a que les journées d’été, qui s’étirent dans les rires, les chahuts, les bêtises et l’innocence. L’immobilité des vacances sans rentrée scolaire. Sans retour en arrière, dans le monde ordinaire. Oh certes il lui manque un peu, parfois – Sheila, les glaces à Burger King, les après-midi au parc, les bouteilles de cidre, les baisers de Josh, et heu eh bien « papa » et « maman » ?

Mais elle ne le regrette pas et n’a pas de remords. Pas dans des moments comme celui-ci, où elle oublie toute prudence, fonce à travers la prairie, longe le bois joli et se dirige lentement vers la lagune et l’océan. Dans l’air, la chaleur sèche se pare de sel. La brise est plus forte, plus fraiche, et c’est un délice de la sentir rafraichir sa peau en feu.

Elle voudrait presque se baigner.

Mais au lieu de ça elle trouve une falaise, et se glisse à travers les feuillages. Elle ne peut pas rester longtemps – l’été fait tarder le couvre-feu mais Laila sait ce qu’elle risque si elle tente de revenir après la nuit tombée. La brune espère simplement avoir le temps d’attraper quelques mélopées, ça sera bien assez pour aujourd’hui.

C’est une leçon difficile à apprendre, que d’être raisonnable dans ce monde d’excès.

La jeune fille s’avance à plat ventre sur la terre meuble. Elle s’avance jusqu’à sentir ses doigts toucher la pierre solide du rebord. La falaise forme une pente ensablée, plutôt rude, pas du genre à cavaler, jusqu'à une terrasse qu'elle remarque à peine, puis chute inexorablement vers l'onde, dix mètres plus bas. Mais son regard se porte sur la lagune aux vagues immobiles. Laila fouille l’onde de ses yeux clairs, le souffle coupé.

Il ne passe que quelques minutes avant qu’une nageoire transperce le calme, la faisant presque sursauter. La sirène semble se mouvoir, dissimulée par les eaux qu’elle trouble. Mais ne daigne pas sortir sa tête. Près d’un rocher, sa nageoire surgit de nouveau et lance des éclairs sous les rayons du soleil : elle est dorée.

« Fichtre… »
Chuchote Laila, émerveillée. Et elle se penche en avant.

Dans son dos, la courroie glisse sous le poids de la guitare. Sur sa peau mouillée, cela fait comme une cascade où le bois s’enlise. Avant de basculer en avant, direction la nuque, la tête, le vide.

Le manche passe d’abord, puis le reste.


« Oh non NON NON ! »


Mais ce n'est pas la peine de demander à un objet inanimé de s'arrêter dans sa chute. Laila se redresse, se précipite aussitôt à sa suite malgré la raideur de la pente. Si la falaise n'est pas bien haute, 4 mètres au maximum, une pierre mal placée peut bien bousiller l'instrument en bois.



   

   

   


Dernière édition par Laila le Dim 16 Aoû 2015 - 20:23, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Christopher-Marie Redskin
avatar

☠ Apprenti Cuistot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 79
✘ SURNOM : Le Papoose
✘ AGE DU PERSO : une vingtaine

✘ DISPO POUR RP ? : pas encore.
✘ LIENS : Fiche de présentation
Dés à coudre
Feuilles volantes

MessageSujet: Re: Tohi et Albatros [Christopher]   Ven 7 Aoû 2015 - 19:40




Miroirs de pluie

Gortozet 'm eus, gortozet pell
E skeud teñval an tourioù gell
E skeud teñval an tourioù glav (*)


Attendre. Revoir ces visages oubliés que l'on a abandonné  pour réussir à se relever.
Attendre et accepter d'être prisonnier des cauchemars de l'esprit, des regrets du passé, des tours de pluie de Shubenacadie.
Attendre en châtiment; se laisser submerger par la mélancolie pour noyer la culpabilité.
Attendre à repeindre les cieux d'azur de gris.

Attendre. Toujours. Jusqu'à ce qu'arrive la pénitence dans la délivrance de l'âme.

~~oOo~~

Christopher en a encore rêvé. C'est la vingtième fois depuis que le Croquemitaine a réveillé cette part de lui qui ne peut se détacher des deuils et des décès.

Redressé sur ses avant-bras, le garçon revoit sur ses yeux grands ouverts l'image onirique de son corps qui, entraîné par le poids d'un cœur trop lourd, chute de la falaise et vient embrasser l'écume, creusant un dernier sillon pourpre dans le sable vaseux de Bretagne.

Il se tue dans le rêve, s'éveille dans la réalité, le cauchemar englué à l'âme.
Il se masse les paupières pour faire disparaître le filet de songe mais sait que celui-ci n'est pas une simple vision qui s'effacera bien tôt avec le rationalisme de la conscience.
Redskin a compris depuis longtemps que le rêve est une triste pulsion qui depuis des nuits l'empoisonne doucement ;c'est une partie de lui dont il n'a jamais voulu, prenant soin de la chasser pour ne pas en être esclave. En vain car l'image morbide depuis bien des lunes déjà, par épuisement, l'a soumis. Il s'est vaillamment battu mais a échoué contre l'inconscient, son humeur s'assombrissant à partir de cette défaite, laissant son esprit repeindre le monde en gris.

~~oOo~~

Christopher fixe l'azur encore quelques secondes, égarant son regard sur un rapace planant dans le ciel puis s'étire, le sommeil embuant encore sa pensée. Il se relève et va s'asseoir au bord de la terrasse de la falaise. Il scrute l'horizon puis le vide sous ses pieds.

Il est si triste et si honteux de cette détresse profonde qui l'habite alors que rien ne l'afflige.  Il a envie de sauter pour fuir le sentiment de perdition mais face au vide, se sent d'autant plus perdu. Il hésite. Toutes ses certitudes et ses croyances s'effondrent face à la perspective de sa mort

Il approche un pied du bord de la falaise, jauge son vertige, la limite entre le terre et le ciel pour confronter le fantasme et la réalité.
" Et si... et si sauter était vraiment la solution pour stopper ses angoisses et son inévitable grandissement? Et si c'était la seule délivrance possible... Dieu lui pardonnerait-il?"
L'idée court sur son esprit et Christopher glisse le bas de son corps dans le vide, la gorge nouée, ses pieds contre la roche.
Il tente de sauter mais ses bras le retiennent.
Il est tétanisé par la peur, celle de l'instinct et de la survie qui lui crie NON!  
Il ressaye et échoue derechef, les yeux humides.
Il accepte pour l'instant le refus et se redresse, s'éloignant du bord.

"Pourquoi fait-il tout cela? Pourquoi fuit-il? Pourquoi?"

Face à lui, le soleil redescendant vers l'ouest et le Papoose baille. Il est si fatigué de tout.
Il aimerait dormir sereinement sans rêve de mort; sans rêve du tout.
Le garçon s'allonge dans l'herbe sèche et se recroqueville sur lui-même. Les yeux clos, il laisse le temps défiler sur ses paupières, bercé par les chants des oiseaux et de l'île.

Il somnole depuis une vingtaine de minutes, inattentif au monde qui l'entoure, quand un objet vient le cogner violemment aux jambes, le réveillant soudainement. Il ouvre les yeux et une fraction de seconde ensuite, voit une masse d'autant plus importante tomber à son tour sans le percuter néanmoins.
Machinalement il attrape le premier objet qui l'a frappé, l'arme à sa main et recule vers la paroi qu'il percute.
Il est assis, acculé, avec une guitare pour toute défense et son agresseur va bientôt se relever...
Pour lui déjà si épuisé, un nouveau combat devait malheureusement commencer.  

------------------------------------------------------------------------

(*) J'ai attendu, j'ai attendu longtemps
Dans l'ombre sombre des tours brunes
Dans l'ombre sombre des tours de pluie,

(paroles de la chanson Gortoz a ran, j'attends







Playlist de C-M. R
Redskin siffle en SteelBlue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne Mère
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Tohi et Albatros [Christopher]   Dim 16 Aoû 2015 - 19:49


 

 
Tohi et Albatros

 
with Christopher

 




C’est plus en tombant qu’en courant que Laila atterrit la terrasse que le rebord de la falaise lui dissimulait en grande partie. Les pieds encroûtés de sable, elle trébuche sur une pierre enfoncée dans la falaise, et n’a que le temps d’apercevoir une silhouette qui se relève avant de tomber, tête la première, sur l’herbe et les graviers qui forment la corniche. Comme une morsure, son genou heurte une roche taillée en pointe et la douleur lui remonte dans la jambe jusque dans les reins, brûlante et aigue comme un cri qu’elle ne s’entend pas prononcer. Les paumes de mains griffées, le genou tremblant, elle se redresse à peine, des larmes lui piquant les yeux, le souffle un peu court.

En se relevant, elle remarque enfin la stupidité de son geste. L’endroit où elle a atterrit n’est qu’à un mètre du bord de la seconde falaise, découpée verticalement et plongeant, non pas dans le sable comme elle l’a cru jusqu’alors, mais directement dans l’onde. Qu’elle soit tombée dans l’herbe, et n’ait pas trébuché plus, est un véritable miracle. Car on lui a fait la leçon sur les sirènes, sur leur appétit. Mais rien n’est plus mortel qu’une chute de dix mètres, surtout qu’elle ignore la profondeur de l’eau à cet endroit.

Toussant, crachant l’herbe et les gravillons qui se sont installés entre ses lèvres, l’apprentie se relève enfin, levant les mains pour observer ses paumes et le charnier qui s’en détache, reculant contre la paroi de la première petite falaise en pente et contre le sable qui lui tombe dans le cou. Un peu tremblante, elle se remet à peine de ses émotions. Quand soudain la raison de sa chute se rappelle brusquement à elle.

Puis surtout. La guitare.
La guitare a disparue.


Ou se trouve plutôt entre les mains d’une silhouette sur sa droite qu’elle n’a pas remarqué de prime abord.

Un bref instant, elle le contemple comme on apercevrait un fantôme. Puis se ressaisit rapidement.

De ce qu’elle peut voir de son instrument, aucune corde n’a lâché, aucun mal ne lui a été fait. Juste l’ensemble des rayures déjà présentes, et sans doute quelques sons désaccordés. Le type – puisque c’est un type, aussi apeuré qu’elle – la tient par le manche. Et Laila ouvre la bouche avant de tendre ses paumes en signe de paix vers l’étranger.

Sans grande surprise, elle ne le pense pas pirate malgré ses frusques. Elle attrape son regard sombre, sa peau rouge, ses cheveux longs, sa jeunesse. Et sourit tout doucement, malgré la douleur qui vrille son propre visage. Elle a eu la peur de sa vie, mais mis à part à sa guitare, l'indien légèrement plus âgé qu’elle ne semble pas armé.

« Salut… Tu peux me la rendre ? »


Ce n’est comme si elle représentait un véritable danger. Son genou, déjà tremblant, cède soudain et la ramène au sable de la pente d’où elle est arrivée, comme pour s’y appuyer. D’un regard, Laila comprend que la remontée ne sera pas du luxe. Et espère qu’un chemin moins abrupte se dessine dans le dos de l’indien. Elle va tout de même devoir le contourner. Et récupérer son instrument.

« Tu comprends ma langue ? » demande-t-elle vers le garçon. Tournant vers elle tous ses espoirs. « Faut que tu me rendes ma guitare et que je rentre. Je suis blessée. »

Sur l’os se dessine effectivement les contours en relief d’un bel hématome. Et la douleur lancinante ne la quitte pas.


 

 

 
Revenir en haut Aller en bas
Christopher-Marie Redskin
avatar

☠ Apprenti Cuistot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 79
✘ SURNOM : Le Papoose
✘ AGE DU PERSO : une vingtaine

✘ DISPO POUR RP ? : pas encore.
✘ LIENS : Fiche de présentation
Dés à coudre
Feuilles volantes

MessageSujet: Re: Tohi et Albatros [Christopher]   Lun 17 Aoû 2015 - 15:04



Ses yeux sont grands ouverts quand l'inconnu se relève. La personne tousse, se remet de sa chute et enfin déploie son corps et découvre son visage : C'est une jeune fille aux traits et aux courbes encrés dans l'adolescence. Elle est très brune de carnation, décoiffée, salie mais plutôt jolie. Elle ne semble pas bien méchante mais Christopher reste prudent. Il n'est pas assez en forme pour se permettre de négliger un possible combat. En chœur avec son agresseur, il se relève donc, la guitare toujours en défense alors que la jeune fille s'adresse à lui, mains vers le ciel pour prouver surement qu'elle n'est pas armé.

"Salut… Tu peux me la rendre ?  Tu comprends ma langue ? Faut que tu me rendes ma guitare et que je rentre. Je suis blessée"

Et entre deux mots elle s'écroule, genoux au sol . Christopher sursaute de surprise et devant cette ennemie à terre et ses étranges paroles, fronce les sourcils d'incompréhension avant de finalement s'autoriser  à répondre.

-Pourquoi ne vous comprendrais-je pas?

Il dit cela avec naïveté avant de comprendre la raison de la question. Il se rembrunit alors, un peu vexé, le ton plus sec.

-N'allez pas croire que je suis un Peaux-Rouges, ce n'est pas le cas.

Lui debout et elle par terre, il la regarde quelques instants et s'interroge à son tour. La jeune fille est mate de peau mais ses cheveux sont trop frisés pour qu'elle soit une autochtone au sang pur.

-Vous êtes métisse? De quelle nation êtes-vous?

Quand Christopher dit métisse, il pense aux êtres nés de l'union d'un amérindiens et d'un Blanc.
Il ne pense pas un instant à l'alliance entre d'autres peuples car dans son esprit manichéen n'existe que les Blancs et les Autochtones. Les hommes civilisés et les sauvages. Les chrétiens et ceux qui doivent être convertis pour retrouver le chemin du bien.
Les autres civilisations ne sont que des païens et les métisses font figures de passerelles naturelles entre les peuples.
C'est l'ordre des choses, ce qu'on lui a enseigné et ce qu'il répète innocemment à son prochain.

Christopher dévisage derechef  Laila pour chercher dans sa physionomie la réponse à sa question puis s'attarde sur son genoux ecchymosé, une grimace  sceptique au visage.

-Au risque de vous peiner, vous ne pourrez pas rentrer seule avec votre blessure.

Il s'interrompt quelques secondes, s'accroupit, pose avec le plus grand soin la guitare à terre et se reléve.

-Je vais vous aider. Laissez-moi  mieux voir votre plaie...

Il s'approche sur ses gardes, prêt à riposter à la moindre offensive.

-N'ayez pas peur. Je ne suis pas armé. Je ne vous ferais aucun mal.

Son cœur est serré, davantage même que quand il souhaitait sauter. Il a peur et est nerveux mais il espère aussi. Il croit à la charité de l'âme, à la beauté du geste et au sens d'une rencontre.
Il sait que le hasard n'existe pas et est convaincu que Dieu a mis cette jeune fille ici pour l'aider dans ses choix.
Il pense: "sauver pour être sauvé"et remercie le Ciel.










Playlist de C-M. R
Redskin siffle en SteelBlue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne Mère
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Tohi et Albatros [Christopher]   Lun 17 Aoû 2015 - 20:00



Tohi et Albatros

with Christopher





Amen, il parle sa langue. C’est peut-être une pensée un peu bête mais avec les histoires qu’on lui a compté à l’Arbre, Laila n’était franchement pas sûre d’être comprise des indiens. Elle se demande de quelle tribu il est, cet étrange garçon aux vêtements bouffants. Espère secrètement qu’il fait partie des Delaware, et que c’est pour cela avant tout qu’il a attrapé son instrument quand ce dernier, ricochant sur la pierre, lui est tombé sur les jambes. Hélas, Laila comprend bien vite sa méprise aux précisions du jeune homme – beau jeune homme, cheveux lisses et épais, teint sanglant, yeux sombres comme elle les aime – se révèle par déduction être

« …. Un pirate ? »

Là son sourire se fige. Là elle met moins d’entrain à tenter de s’approcher pour récupérer son trésor. Car les indiens c’est une chose – oui d’accord elle sait qu’elle ne doit absolument pas approcher des Picamachins au risque de se faire scalper, dévorer, ou pire. Mais les pirates…

Sous son teint mat, la Ritournelle blêmit un peu. Et retrouve le vouvoiement qu’on doit aux personnes qui nous impressionnent ou nous terrifient.

« Je suis désolée. »
murmure-t-elle très bas. Sur la corniche, la pente dans son dos, Laila se sent véritablement coincée. « Je ne voulais pas être offensante. C’est qu’à votre peau. Enfin. J’ai cru. Que vous étiez indien comme le laissait supposer votre... » Apparence, voulait-elle dire. Mais c’est stupide. Elle-même est noire, vient-elle d’Afrique pour autant ?

Point que souligne avec justesse le Pirate aussi méfiant qu’elle, qui n’en finit pas de brandir sa guitare devant lui. Au cul, elle voit la marque profonde laissée par le choc de sa chute. Et grimace un peu, ayant à peine écouté sa question. Et mettant plus d’une seconde – une longue seconde – à retrouver la vérité enfermée dans sa mémoire en passoire.

« Anglaise. »
Et soudain, elle se corrige. « Enfin, américaine. J’ai déménagé, enfant. »

Laila voudrait lui demander s’il connait les États-Unis, vu son profil d’amérindien, mais craint une nouvelle bévue et ferme prudemment le claper qui lui sert de bouche.

-Au risque de vous peiner, vous ne pourrez pas rentrer seule avec votre blessure.

« Oh si. Si ne vous inquiétez pas. » Mais s’inquiète-t-il ? C’est un pirate, ils sont censés être manipulateurs, cruels, des violeurs de femmes et d’enfants. Il aurait déjà du bondir sur elle, armé d’un couteau ou d’un pistolet.

Sale, répugnant, percé de bijoux en or, avec une dentition en mauvais état et sentant l’iode. Pas vraiment le portrait de ce garçon.

En fait, il a l’air aussi terrifié qu’elle. Peut-être plus.

Malgré la douleur, et la crainte, Laila force un sourire.

« Je n’aurais qu’à m’appuyer sur la guitare, ça me fera comme une troisième jambe. Il y a une fille à l’Arbre, une mère, elle est amputée et elle se sert d’une canne et d’un animal que je ne pensais même pas voir un jour... »

Mais tais-toi
, s’horrifie-t-elle enfin. C’est un pirate ! Lui raconte pas ta vie.

« Enfin voilà, il se fait tard. »
Et elle a mal. Très mal. Surtout à essayer de se tenir debout alors que son genou proteste énergiquement. Les larmes redoublent sur ses joues rebondies. « Je vous en prie. Je veux juste… Je veux pas avoir de problèmes. » Supplie-t-elle soudain.

-Je vais vous aider. Laissez-moi  mieux voir votre plaie...

« Quoi ? »
-N'ayez pas peur. Je ne suis pas armé. Je ne vous ferais aucun mal.


Mais c’est comme s’il avait déjà pris sa décision. Reposant enfin la guitare et s’approchant pour mieux s’accroupir et observer sa blessure. Si Laila a retenu un mouvement de recul, ce n’est que par manque de place. Un peu surprise par l’attention qu’on lui porte soudain, elle se retrouve coite.

Enfin. Pas pour très longtemps.

« C’est. Vous vous y connaissez ? Parce qu’on a des soigneurs là bas alors je pense qu’ils pourraient m’aider… »
Elle inspire brutalement. « Pardon, je voulais pas être impolie. C’est déjà gentil de regarder. Je suis sûre que ça passer avec un bon paquet de glace. Ma mère a eu ça après son cours d’escalade, mais au poignet. Ca a désenflé assez vite, même pas une fracture… …… Je n’ai pas de fracture hein ? »

Elle ne voit que le sommet de son crâne. Puis chuchote.

« Vous vous appelez comment ? … Moi c’est ... Laila. »


Elle voudrait donner son nom de famille. Mais ne s’en rappelle pas. Et son corps frissonne, comme si une oie venait de marcher sur sa tombe.






Revenir en haut Aller en bas
Christopher-Marie Redskin
avatar

☠ Apprenti Cuistot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 79
✘ SURNOM : Le Papoose
✘ AGE DU PERSO : une vingtaine

✘ DISPO POUR RP ? : pas encore.
✘ LIENS : Fiche de présentation
Dés à coudre
Feuilles volantes

MessageSujet: Re: Tohi et Albatros [Christopher]   Mar 18 Aoû 2015 - 12:58



La jeune fille parle beaucoup. Depuis qu'elle a compris qu'il est pirate, sa nervosité est monté en flèche ce qui amuse et peine tout à la fois un peu le garçon. En silence, il l'écoute déblatérer ses histoires d'apparence et de troisième jambe. A vrai dire, il n'y fait pas très attention et fait peu de cas de ce qu'elle dit.
Il y a plus urgent, pense-il et sans agressivité, fini par lui couper la parole pour mettre fin au flot de paroles embarrassées et lui proposer son aide.

La jeune fille s'en étonne, amorce un léger mouvement de recul mais Christopher s'est déjà approché. Il s'est agenouillé pour mieux observer le genoux et, alors que son interlocutrice s'est remise à parler, il palpe la blessure de ses doigts, le visage a quelques centimètres de l'hématome.
Il n'y a rien de grave heureusement et se prépare à annoncer la bonne nouvelle quand la Ritournelle se présente.

- Vous vous appelez comment ? … Moi c’est ... Laila. »

- Christopher-Marie. réplique simplement le garçon sans se redresser.
Il inspire et expire lourdement dû à la fatigue qui englue encore son corps et en se reculant, s'étire, les bras vers le ciel. Il baille et se rassoit en tailleur, plus aucunement inquiet.

-Je ne pense pas qu'il y ait quelque chose de cassé. Vous le sentiriez sinon... mais en effet il va falloir mettre quelque chose dessus pour éviter que l'hématome ne soit trop important. J'ai du baume au persil si vous le souhaitez. Je peux vous faire un pansement avec. ça ne sent pas très bon mais c'est efficace. Mais avant de faire quoi que ce sois, je vais aussi regarder vos mains, tendez-les moi s'il vous plait.

Laila s’exécute et le Papoose grimace devant l'état des paumes largement griffées,  couvertes de petits cailloux logées dans les chairs.  Il en saisit une et avec minutie, essaye d'en enlever les corps étrangers tout en réfléchissant aux soins qu'il allait prodigués et à la façon dont la jeune fille allait pouvoir remonté ainsi estropiée.

Après quelque instant, il repose la main débarrassée des saletés et oralise sa pensée.

Le chemin pour remonter est très étroit et accidenté. Impossible de poser votre guitare pour vous appuyer. Et si vous n'avez pas le pied sur, vous finirez très vite sur les rochers en contre-bas.

Il saisit la deuxième main et recommence dessus son oeuvre tout en continuant son explication.

Je peux néanmoins vous aider à remonter en rappel. Pour cela il suffit que j'enroule une corde en haut autour d'un rocher puis que je vous y attache  grâce aux passants de votre salopette. Cela fera comme un harnais et un système de poulie...Je l'ai déjà fait de nombreuses fois avec mon baquet. ça ne sera pas très confortable mais c'est le seul moyen que je vois pour vous faire remonter...

Il relâche la deuxième captive et relève la tête, un sourire doux et rassurant aux lèvres.

Une fois en haut, vous pourrez retourner seule chez vous et vos soigneurs pourront vous prendre en charge de façon plus adéquate.







Playlist de C-M. R
Redskin siffle en SteelBlue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne Mère
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Tohi et Albatros [Christopher]   Sam 22 Aoû 2015 - 12:06



Tohi et Albatros

with Christopher





Ce pirate parle bien
, s’étonne-t-elle avant de se fustiger pour ces pensées critiques. Mais est-ce réellement sa faute si elle les pensait édentés, grossiers et éructant des phrases dans un jargon de marin mêlant termes techniques et injures à faire rosir un camionneur du monde ordinaire ? Peut-être vit-elle encore dans un monde aux petites cases étroites brodées de clichés. Pourtant sur le moment elle est ravie d’être détrompée. Autant pour sa sécurité que pour son plaisir égoïste d’avoir à l’un de ces spécimens qui terrifient les enfants perdus mais se met pourtant en quatre pour l’aider.

Est-elle tombée sur une exception ? A-t-elle simplement plus de chance que les êtres rentrés à l’arbre dans un état lamentable, bredouillant leur histoire terrifiante sur des couteaux émoussés, des courses poursuites dans la forêt et de tragiques destins ?

Laila les contemple encore d’un œil un peu perplexe, de ceux qui regardent les films sur les fantômes mais ont encore du mal à croire en leur présence dans la réalité. En Saint-Thomas, elle ne prend en compte que ce qu’elle voit et peut toucher. Comme les mains de ce garçon à peine plus âgé qu’elle, appliqué à lui nettoyer les mains.

A chaque gravillon retiré, elle frissonne et grimace. La douleur est supportable mais la sensation est clairement de l’ordre du malaise. Pourtant Christopher-Marie, puisque tel est son nom, fait au plus vite pour ne pas faire durer ce moment désagréable inutilement.

« Vous êtes gentil… »
Il la vouvoie, elle continue donc sur cette voie là. Et admire l’épaisseur raide de ses cheveux d’indiens. Comment en est-il arrivé à monter sur le bateau des Jolly Roger ? Est-il né marin ? D’où viennent les pirates ?

C’est à cet instant qu’elle s’en rend compte.
Il n’y a aucune ombre sur la corniche. Ni la sienne, ni celle du garçon.

Ne dis rien
, s'ordonne-t-elle presque aussitôt.

« Je peux néanmoins vous aider à remonter en rappel. Pour cela il suffit que j'enroule une corde en haut autour d'un rocher puis que je vous y attache  grâce aux passants de votre salopette. Cela fera comme un harnais et un système de poulie...Je l'ai déjà fait de nombreuses fois avec mon baquet. ça ne sera pas très confortable mais c'est le seul moyen que je vois pour vous faire remonter... »


Surprise par les propos de Christopher-Marie, Laila tourna la tête vers la pente et mesura ses chances d’arriver là-haut sans trébucher. Elles étaient minces, comme supposé par le pirate. Mais s’imaginer accrochée à une corde et balancer dans le vide par un parfait inconnu n’avait rien de plus rassurant.

Pendant un court instant, la peur du vertige, de la chute, et la colère de sa propre stupidité lui mit de nouveau les larmes aux yeux. Mais elle inspira profondément. La Ritournelle ne pouvait se permettre de demeurer ici éternellement, attendant que sa plaie dégonfle et jouant les acrobates avec une guitare dans le dos en pleine nuit. La solution de ce peau-rouge (qui n’en était pas un) avait le mérite d’être plus mérite et de présenter un secours qui lui semblait maitrisé.

En d’autres termes. Elle n’avait pas le choix.

« Bon ben… le harnais, les passants, l’escalade hein… »
murmura-t-elle, réellement pas rassurée. « Mais je ne dis pas non à votre pansement, tant pis pour l’odeur. Ca commence vraiment à tirailler. »

La douleur lui permettrait de se concentrer sur autre chose, pour un temps relativement court.

« Vous venez souvent ici ? … Vous écoutez le chant des sirènes ? »
De la corniche , la vue sur la lagune des sirènes était proprement époustouflante. « Je suis contente d’être tombée sur vous en tout cas. Christopher-Marie… » Pas un nom d’indien. On aurait dit un truc tombé d’un livre comme Emily Brontë ou un de ces vieux bouquins sur le XIX ème siècle. « Je peux vous appeler Christo ? »

Non parce que. Christopher-Marie, c’est grave long et moche quand même.





Revenir en haut Aller en bas
Christopher-Marie Redskin
avatar

☠ Apprenti Cuistot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 79
✘ SURNOM : Le Papoose
✘ AGE DU PERSO : une vingtaine

✘ DISPO POUR RP ? : pas encore.
✘ LIENS : Fiche de présentation
Dés à coudre
Feuilles volantes

MessageSujet: Re: Tohi et Albatros [Christopher]   Mer 26 Aoû 2015 - 12:41




« Vous êtes gentil… » 

Et laila, par ses mots, lui renvoie sa bonté et la nourrit de sa confiance.

Christopher, penché sur son oeuvre, esquisse un sourire sous le compliment. Pudique et humble, il ne dit rien et change de sujet, propose à la jeune fille un moyen pour remonter.
Moyen qui semble peu la réjouir au vu de ses larmes refoulées et de ses paroles peu sures, bientôt recouvertes par d'autres.

"[...] Mais je ne dis pas non à votre pansement, tant pis pour l’odeur. Ca commence vraiment à tirailler. "

Christopher, ayant fini son travail sur les mains de la jeune fille, se lève alors et dans le baquet à quelques mètres de lui, attrape une  petite besace de peau d'où il sort une boite ronde en métal de deux pouces, une gourde à la taille dérisoire et quelques longs bouts de tissus, bandages de fortunes et pour le moins artisanaux.

"Soin de secours... on fait avec les moyens du bord...", ajoute-il avec une pointe d'humour dans la voix, conscient de la pauvreté de son barda.

Sous le regard concerné de Laila, il ouvre la boite, et de ses doigts, applique le baume gras au persil et au beurre sur les genoux de la jeune fille. Il masse quelques instant pour que le produit imprègne avant de bander le tout.

"Aux mains maintenant. ça va piquer un peu"

Sans attendre le moindre avis de Laila (laisser le temps de réfléchir serait d'autant plus douloureux), le Papoose attrape ses mains et verse dessus le liquide de la petite gourde (du rhum de toute évidence au vu de l'odeur et de la grimace que cela décroche à la jeune fille). Il tamponne avec une loque pour essuyer puis, comme pour les genoux, fait un bandage bien serré.
Soins terminés

Il sourit face à la Ritournelle pâle sur sa peau de sienne et se relève, va chercher la grande corde qui encombre une bonne partie du baquet. Il l'enroule autour de son épaule et retourne vers la jeune estropiée qui si elle semble peu vaillante, couvre sa faiblesse sous des interrogations.

"Vous venez souvent ici ? … Vous écoutez le chant des sirènes ?  Je suis contente d’être tombée sur vous en tout cas. Christopher-Marie… Je peux vous appeler Christo ? "

Pendant que la Ritournelle parle, Christopher s'approche et déroule la corde. Il attend qu'elle ait fini pour timidement demander un "Excusez-moi, je peux?..." en montrant la corde, souhaitant la passer dans les passants de la salopettes de la jeune fille.
Celle-ci lève un peu les bras pour facilité la tâche et le Papoose s’exécute un peu gêne de devoir passer une corde autour de la taille d'une dame, fait qu'il trouve peu convenable.

La corde dans les passants, il s’arrête pour répondre.

Je viens en effet régulièrement ici pour la quiétude et la vue du lieu.

Il noie un instant son regard entre les lames d'eau d'où une queue dépasse pour mieux replonger.

"Les sirènes sont fascinantes n'est-ce pas? Quand je me sens dépassé par le tumulte d'une journée, leurs chants m'apaisent. Cela me permet de mettre au clair mes idées.

Il ne précise pas la raison de sa venue aujourd'hui. Il ne dit pas plus que, s'il vient aussi souvent ici, c'est avant tout pour contempler ces Dévoreuses de vie, pour les apprivoiser du regard, s'en saouler par la vue et la pensée pour ne pas les rejoindre dans la réalité.
Car c'est la preuve qu'il existe,  il rêve de la mort pour se raccrocher à la vie.

Christopher se détourne de la lagune pour faire son nœud mais continue à parler, la voix posée.

"Et il n'y a aucun problème pour Christo. Vous pouvez m’appeler ainsi. Je ne m'en offusquerais pas."

Il finit son oeuvre autour de la taille de la jeune fille et tire dessus pour vérifier la résistance du nœud.

"Je pense que c'est bon. Vous vous sentez prête? Je vais monter en haut attacher la corde et je redescendrais ensuite pour vous aider à monter. Vous n'avez pas à avoir peur."

Il sourit aimablement.
Sur la mer de son cœur, le vent a chassé les nuages pour apporter une timide éclaircie.

Gortozet 'm eus, gortozet pell 
E skeud teñval an tourioù gell 
E skeud teñval an tourioù glav
Un deiz a vo 'teuio en-dro
Dreist ar maezioù, dreist ar morioù
'Teuio en-dro an avel c'hlas
Da analañ va c'halon gloaz't *


---------------------------------------------------

*J'ai attendu, j'ai attendu longtemps
Dans l'ombre sombre des tours brunes
Dans l'ombre sombre des tours de pluie,

Un jour il reviendra,
Par dessus les campagnes, par dessus les mers
Reviendra le vent vert
Et emportera avec lui mon coeur blessé







Playlist de C-M. R
Redskin siffle en SteelBlue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne Mère
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Tohi et Albatros [Christopher]   Sam 29 Aoû 2015 - 13:49



Tohi et Albatros

with Christopher






Il est appliqué et patient, et Laila fait de son mieux pour ne pas trop grimacer de douleur, pour ne pas montrer à quel point ces soins lui font mal. Dans ses efforts, elle a les yeux qui pleurent un peu, et s’acharne à sourire, à continuer de parler même si sa voix chevrote un peu. Parce qu’elle lui doit ce courage, elle doit lui montrer que la petite Ritournelle, qui ne s’est jamais fait pire qu’une entorse dans le Monde Ordinaire, est reconnaissante à ce soigneur improvisé de prendre autant soin d’elle.

Son genou bandé, ses mains soignées, elle finit par baisser la tête pour observer le travail accomplit. Et a un petit éclat de rire adorable avant de tendre les mains devant elle, le regard vide, faisant béer sa bouche.

« Je – suis – un – zombie… » Un zombie qui boite sur la corniche mais un zombie quand même. Avec un peu plus de linge accroché à sa peau, Laila aurait pu prétendre au poste de la Momie, mais tant pis. Peut-être une prochaine fois (elle n’espère pas).

Portant ses mains au nez, la jeune apprentie renifle. Et lorgne sur la bouteille accrochée à la hanche de Christopher, peut-être déjà vite.

« Du rhum hein ? » Le cliché est bel et bien présent pour le pirate, mais ce n’est pas à cela qu’elle pense. Le rhum-coca a toujours été son cocktail préféré, et elle regrette presque l’absence de ce genre d’entreprises au sein de l’Île car une bonne cuite en bord de plage, sous le soleil couchant et le chant des sirènes lui semble une excellente perspective.

Peut-être touchera-t-elle un mot à Peter pour lui parler de la nécessité d’installer un centre commercial près de la falaise.
Ou peut-être… pas.

« Les sirènes sont fascinantes, oui. » Répète-t-elle soudain plus doucement. Une queue d’écailles surgit de l’onde et elle sent son cœur battre à tout rompre dans sa poitrine. Ce n’est pas la dorée qui l’a poussé à se pencher – la faisant du même coup glisser sur la pente. Mais c’est une sirène. Et elle donnerait tout pour s’approcher du rivage, tendre la main, se laisser entrainer par leur poussée pour devenir l’une de leur sœur.

Un peu surprise par ses propres pensées – ce n’est qu’un rêve, elle sait à quel point les sirènes peuvent être cruelles, des véritables dévoreuses de chair, elle fait un pas mental en arrière. Et se contente de répondre, le regard embarrassé, tandis que Christopher l’attache et vérifie le noeud.

« Peter m’avait dit que si je venais, il les ferait chanter avec moi. Mais je ne pense pas que ça se fasse un jour… Elles risqueraient de me noyer ou pire, toute fille que je suis. »

A ce propos.

« Tu les écoutes toi et ça… »
Elle en rougit. « Ca te fait rien ? Je veux dire. C’est pas censé te… déclencher des choses ? »

Un amour passionnel au mieux.

« Enfin pardon pour la question. Et oui, je suis prête ! »
Il faut bien. Levant la tête elle lorgne le haut de la falaise. Ne s’est pas rendu compte que pendant leur discussion elle est retournée au tutoiement.

Et espère un peu bêtement que cette confiance qu’elle lui donne sera le commencement d’une jolie aventure.

En tout cas, il la fait sourire, ce Christo.
Sourire avec une tendresse de petite femme.






Revenir en haut Aller en bas
Christopher-Marie Redskin
avatar

☠ Apprenti Cuistot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 79
✘ SURNOM : Le Papoose
✘ AGE DU PERSO : une vingtaine

✘ DISPO POUR RP ? : pas encore.
✘ LIENS : Fiche de présentation
Dés à coudre
Feuilles volantes

MessageSujet: Re: Tohi et Albatros [Christopher]   Sam 19 Sep 2015 - 18:29



Christopher s'amuse des attitudes de Laila. Il esquisse un sourire sous son imitation de zombie même s'il faut avouer que la jeune fille ne fait pas une créature de Croquemitaine trés convaincante. Il hésite à placer une remarque taquine mais n'en trouve pas le temps, la jeune fille prenant la parole à sa place, interrogative devant l'odeur des bandages.

- Du Rhum hein ?

Le pirate hoche discrètement la tête mais ne dit pas qu'au vu de la petite taille de sa flasque, l'alcool n'a pas pour but la boisson, chose que pense très surement la Ritournelle.
Il pourrait bien sur la détromper mais il est trop occupé et se moque bien de ce que peut penser Laila sur l'alcoolisme supposé ou certain des forbans. Il la laisse divaguer dans ses pensées et ses remarques. Jusqu'à ce qu'une vienne tiquer à ses oreilles.

« Tu les écoutes toi et ça… Ca te fait rien ? Je veux dire. C’est pas censé te… déclencher des choses ? »

Il la regarde, un peu surpris, et Laila se reprend aussitôt, consciente de sa question indiscrète.

« Enfin pardon pour la question. Et oui, je suis prête ! »

Il pouffe discrètement et lui sourit.

"Ce n'est pas grave pour la question. Elle est... Intéressante, dirons-nous. " Il réfléchit un instant avant de reprendre " Je crois que ce n'est pas tant le chant des sirènes qui séduit les marins mais leur corps et leur beauté... Les marins sont de longs mois sans voir leurs femmes alors bien sur les corps des sirènes les attirent. Certes c'est un péché que de vouloir coucher sans volonté de procréation mais je pense que c'est aussi... naturel... Ce n'est pas condamnable si la personne contrôle ses instincts et arrive à les combattre."

Le papoose attrape de sa main droite la croix en pendentif à son cou.

" Pour ma part, je sais que je ne suis pas comme les bêtes et je crois en dieu et en ses principes donc je ne crains rien. Le Seigneur me protège de la luxure." Ce qu'il vient de dire est un demi-mensonge car Dieu a bien du mal à le protéger des rêves nocturnes où Aigue-Marine l'emporte. Il respire longuement pour se reconcentrer." Enfin! Il est temps de nous mettre au travail si vous voulez rentrer chez vous avant la tombée de la nuit!!"

Il attrape la corde, l'enroule autour de son épaule et avec une agilité surprenante mais un peu branlante démontrant d'une certaine habitude mais non une certaine aptitude, grimpe sur les déformations rocheuses servant d'escalier de fortune.
Il monte rapidement et arrive au sommet de la falaise où il fait un petit coucou aimable à Laila avant de passer la corde autour de la pierre servant de poulie. Il se penche ensuite, crie à l'attention de la Ritournelle un "attention, chute de corde!" et lance cette derniére dans le vide. Il voit Laila se pousser surprise et sourit amusé et un peu gêné en ajoutant " Désolé!" et, sur cette acclamation, il redescend et arrive devant Laila, un léger essoufflement dans la respiration.

"Désolé, je vous ai surpris. Vous ne m'avez pas entendu? J'aurais du peut-être attendre le temps que vous vous déplaciez. Quand on balance les cordes du haut des haubans, les garçons sont très rapides à réagir, on perd l'habitude d'attendre! Et..."

Christopher se stoppe soudainement et un fard léger colore ses joues de pourpre.

" Veuillez m'excuser, je parle beaucoup... Ce n'est pas correct... Je ne devrais pas être aussi familier et vous importuner avec mes histoires sans intérêt..."

Il baisse le regard et pour éviter de croiser celui de Laila, se concentre sur la corde qu'il glisse dans les passants de son pantalon avant d'y faire un nœud.
Fin prêt et sa gêne passée, il relève les yeux vers la Ritournelle.

"Je suis harnaché à mon tour. Nous pouvons donc y aller en toute sécurité!"








Playlist de C-M. R
Redskin siffle en SteelBlue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne Mère
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Tohi et Albatros [Christopher]   Dim 20 Sep 2015 - 15:41



Tohi et Albatros

with Christopher





Laila s’attendait à beaucoup de réponses de la part de Christopher. Mais sa diatribe lui coupe le sifflet. Stupéfaite, et un peu gênée, elle le regarde triturer cette croix, déblatérer sur sa religion, la protection de son Dieu et son absence de pêchés.

Discrètement, la Ritournelle pince les lèvres. Et pense simplement : il est gay.

Mais officiellement, elle affiche de nouveau ce sourire tranquille, hoche la tête, et répond.

« Oui bien évidemment. Dieu aide à surmonter ses… envies. » Est-ce le bon moment pour lui avouer son athéisme ?

Etant donné qu’elle n’est toujours pas sortie du piège de cette falaise, mieux vaut jouer le jeu de ce pirate aux mœurs étranges – assez vintages, pour être polie. C’est dommage, de lui mentir quand la confiance s’installait entre eux. Mais si Laila a appris quelque chose de la vie réelle, c’est qu’une discussion entre personnes de confessions différentes mène bien souvent à un débat stérile, voire à de la violence gratuite. Combien de guerres, dans le vrai monde, sous prétexte que tel ou tel Dieu existe réellement ?

La religion, c’est la pire des politiques. Qu’on se le dise.

Avec entrain, elle tape dans ses mains. Et manque de grimacer à ses paumes bandées mais toujours égratignées. Ca pique.

« Vous avez bien raison, Christo ! Je vous laisse faire et vous encourage d’en bas. »

Ne m’abandonne pas, supplie-t-elle simplement. Si tout cela n’est qu’un jeu de rôle pour mieux la narguer une fois arrivé en haut, elle pourra bien lui cracher à la figure que son Dieu arrive à tuer des enfants sans sourciller et fait parfois s’effondrer ses églises sur la tête de pauvre grands-mères. En attendant, elle lève les pouces quand, avant de commencer à grimper, il lui lance un dernier regard.

« Go go Spiderman ! »

Et pour sûr, il est agile. Rapide. En un rien de temps il est arrivé en haut comme si la gravité n’avait aucune emprise sur lui. Ca lui semble tellement facile à l’observer qu’elle avance d’un pas, pose la main sur la falaise. Avant de la retirer. Les aspérités sont si discrètes que ses chaussures lisses y déraperaient immanquablement.

De peu, elle entend le cri et s’écarte, manquant de se prendre la corde.
De nouveau, il a atterrit à ses côtés, et s’excuse, empli de politesses exquises.

Ca la fait fondre.

« C’est pas grave, je suis pas assez réactive. Vous devriez me voir jouer au hand-ball. C’est risible. »

Puis elle tapote son épaule nue, maladroitement.

« Puis non, parlez. Enfin parle, hein, on ne va pas faire de manière. Tu as quoi ? 18 ans ? 17 ? on n’est pas si éloignés en âge, pas la peine de se vouvoyer au fond. J’aime beaucoup t’entendre parler des pirates. Les enfants perdus m’ont bien prévenu des carnages qu’ils peuvent commettre… J’ai toujours en tête le film Pirates des Caraïbes. Tu connais ? Non ? Avec Johnny Depp. C’est fantastique, tu as un pirate qui est un peu cinglé et… »

Il attache sa corde pendant qu’elle blablate encore. Plus saoulante que n’importe quel alcool.

« … et donc là il sauve la fille mais en fait elle est aussi amoureuse du pirate alors du coup elle se retrouve coincée avec lui sur une ile et »
"Je suis harnaché à mon tour. Nous pouvons donc y aller en toute sécurité!"
« Déjà ? »

Laila vient tirer sur la corde. Et jette un regard vers sa guitare, la saisissant au manche pour la serrer contre elle.

Soudain, il n’y plus ni joie ni enthousiasme. Juste une sourde inquiétude.

« Et elle ? »

Son étreinte est possessive.

« Tu peux la prendre avec toi ? Elle est… ce que j’ai de plus cher au monde. Alors… je ne peux pas la laisser ici tu comprends ? »


Des éclats de bois ont été emportés pendant la chute. Elle les caresse comme on panserait une blessure. Dans son regard ambre, il y a de l’affection. Presque de l’amour.

« Si tu peux l’accrocher à ton dos, ça me rassurerait. J’aurais trop peur de la lâcher pendant la remontée… »

Laila lui confie bien plus que sa vie à cet instant.
Elle lui confie son âme.






Revenir en haut Aller en bas
Christopher-Marie Redskin
avatar

☠ Apprenti Cuistot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 79
✘ SURNOM : Le Papoose
✘ AGE DU PERSO : une vingtaine

✘ DISPO POUR RP ? : pas encore.
✘ LIENS : Fiche de présentation
Dés à coudre
Feuilles volantes

MessageSujet: Re: Tohi et Albatros [Christopher]   Mar 29 Sep 2015 - 20:16



Laila est pipelette.
Elle caquette et sans la moindre convenance  ou gêne lui tapote l'épaule, se permet des familiarités qu'il n'aurait jamais osé avoir.
Elle estime (mal) son âge, le tutoie et cette attitude est si étrange aux yeux du  Papoose réservée et poli; presque guindée.
Il trouve cela "bizarre mais pas dérangeant pour autant".  Il ne se fâche pas et ne fait aucune remarque sur son âge réel. "Une vingtaine... ou une cinquantaine... au moins...(*)

Afféré à sa tâche, il se contente de l'écouter débiter son flot incessant de parole, un léger sourire aux lèvres.
L'oreille distraite sur les paroles de la jeune fille, il s'amuse de la décontraction de la Ritournelle. Il ne comprends pas grand chose à ses histoires de Johny et de pirates mais elle le met à l'aise. Elle est agréable. Rafraîchissante. Franche et naturelle.

Puis soudainement très inquiète quand il est question de sa guitare.
Elle la saisit comme une mère possessive et protectrice, s’inquiète de son sort et Christopher, le sourire plus tendre et attentif que jamais, la rassure.

"Ne vous inquiétez pas. Je la remonterais de façon individuelle tout à l'heure. Elle n'aura rien. Passez la moi s'il vous plait. "

Il tend les mains sans animosité et Laila, avec une légére hésitation lui donne l'instrument.
Il le saisit puis, à quelques mètres, s'accroupit pour le avec soin.

"Voici qui est fait...Maintenant à vous Mademoiselle! "

Il l'appelle ainsi pour la faire sourire franchement, que la peur quitte un instant le coins de ses lèvres qu'elle essaye d'étirer en une esquisse assurée.

"D'ailleurs, après réflexion, il sera plus facile que je vous tire d'en haut."

La chose est à moitié vraie mais le pirate ne formule pas devant la Ritournelle la véritable idée qui lui ait venu l'instant d'avant.
Il remonte la petite pente escarpée laissant la corde couler ses anneaux sur le chemin et en haut, la tire pour la laisser longue entre Laila et lui et la passe autour de la pierre, s’assoit sur le rebord de la falaise.

"Je ne vais pas réussir à vous hisser progressivement à cause du poids et de la pesanteur donc je vais vous hisser d'un coup. ça sera assez violent mais sans danger. Je vais compter jusqu'à trois. Vous devez être prête à attraper la paroi de la falaise et à vous hisser un peu après. D'accord?? "

Il la regarde, elle, un peu maladive.

"Courage, c'est bientôt fini! "

Il se reléve, l'éloigne un peu du vide.

"Un.... deux... Trois!"


Mais il ne tire pas. Il saute dans le vide, entraînant Laila vers le ciel et le haut de la falaise, en contre-poids.

Une idée fantastique, mais bien trop radicale et effrayante pour que la jeune fille  accepte s'il lui avait exposé.

Une idée fantastique, en espérant que Laila se soit bien réceptionnée.







Playlist de C-M. R
Redskin siffle en SteelBlue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne Mère
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Tohi et Albatros [Christopher]   Sam 3 Oct 2015 - 12:07



Tohi et Albatros

with Christopher






Si lui tendre la guitare n’a pas été un geste assuré comme elle aurait aimé pouvoir le faire, Laila n’en demeure pas moins rassurée de voir la prévenance du pirate à l’égard de son instrument. Elle ignore s’il sait en jouer, ou aimerait en faire, mais se promet qu’une fois sortie de ce piège, la Ritournelle lui apprendra quelques accords. Peut-être pourraient-ils même trouver une guitare pas trop cabossée le long du Rivage Echoué pour qu’il puisse narguer les autres pirates à grands renforts de mélodie enjouée. Elle pense aux chansons-thèmes de ces films d’action que la métisse affectionnait dans le Monde Ordinaire, ou à certaines musiques enjouées comme celles des Mumford and Sons. Seulement, Christopher l’empêche de réfléchir plus longtemps sur les accords que sa mémoire morcelée a daigné lui laisser. Corde en main, il s’apprête à remonter à son tour.

Se léchant nerveusement les lèvres, Laila a un rire sans joie.

« A moi monsieur le gentilhomme.
- D'ailleurs, après réflexion, il sera plus facile que je vous tire d'en haut. »

Le regard de Laila se fait soudain perplexe. C’est qu’il y a tout de même une sacrée distance entre le terre-plein et le sommet. Et qu’elle n’est pas non plus la plus mince des Perdus. Christo est un garçon charmant mais il ne ressemble pas exactement au stentor capable de la tirer vers le haut sans effort. Même si ses avants bras dénudés laissent transparaitre sa musculature sèche.

« Tu es sûr de toi Christo ? Je sais bien que ma paire de fesses est rebondie mais elle n’est pas exactement remplie d’air hein…
- Je ne vais pas réussir à vous hisser progressivement à cause du poids et de la pesanteur donc je vais vous hisser d'un coup. ça sera assez violent mais sans danger. Je vais compter jusqu'à trois. Vous devez être prête à attraper la paroi de la falaise et à vous hisser un peu après. D'accord?? »

Violent mais sans danger. Son esprit s’arrête à ses mots et laisse le reste défiler. La bouche pâteuse, nerveuse, Laila n’ose pas se rapprocher de la falaise. Elle est escarpée, des pierres dépassent à certains endroits mais elle n’est pas vraiment certaine de pouvoir s’y accrocher dans sa remontée. Frottant ses paumes humides de sueur sur le tissu rêche de sa salopette, la Ritournelle hoche tout même la tête pour faire bonne figure.

« Eh bien allons-y. Ca sera une aventure à raconter aux livreurs quand je reviendrai à l'Arbre. »

Et une leçon de prudence à apprendre par cœur aussi, se fustige-t-elle mentalement. Heureusement qu’elle a pu rencontrer Christo lors de son périple. Où serait-elle désormais sans l’aide précieuse du pirate ? Toujours coincée.

Le compte à rebours se fait entendre. Laila inspire profondément.

S’attend à devoir prendre appuie sur la falaise, lève les mains pour l’y aider d’avance.

Et se fait entraînée comme un boulet de canon alors que le matelot saute dans le vide.

Son cri – ou plutôt son hurlement – se fait entendre dans toute la Lagune aux Sirènes au moins. Le vent lui siffle au visage tandis que dans son estomac, prenant par la main ses intestins et le reste de ses organes, achève sa propre remontée brutale dans sa gorge.

La poussée brutale lui rappelle (« Accrochez vos ceintures, tenez-vous bien au siège, voici le départ ! ») les montagnes russes de cette foire de Londres où ses parents insistaient pour l’y emmener, même quand les disputes ont commencé à remplacer les diners de famille.

Blême. Les pieds soudains au sol. Laila se prend le contre-coup de ce shoot d’adrénaline. Et éclate d’un rire un peu hystérique, se tournant vers le bord de la falaise pour réévaluer la distance vu d’en haut.

« Tu es cinglé ! Cinglé ! Tu aurais pu me prévenir !! Mais bordel c’était GENIAL ! »

Bordel. L’insulte lui a échappé mais elle n’a pas le temps d’en avoir honte. Elle recule, sans dénouer la corde, laissant le temps à l’ancien indien de revenir à ses côtés.

« Tu as de la chance que je sois toujours envie car je vais t’étrangler imbécile ! Bon sang ça m’a cisaillé le ventre… Tu te rends compte si la corde avait claqué ? » Le pétillement de ses yeux clairs, son sourire survolté démentent la colère que Laila voudrait mettre dans ses mots.

Impatiemment, elle attrape sa guitare. Et la berce nerveusement. Respirant trop vite.

« Ca pour une aventure, c’en était une du bon nom. » conclue-t-elle à voix basse.






Dernière édition par Laila le Jeu 22 Oct 2015 - 20:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Christopher-Marie Redskin
avatar

☠ Apprenti Cuistot du Jolly Roger ☠


✘ AVENTURES : 79
✘ SURNOM : Le Papoose
✘ AGE DU PERSO : une vingtaine

✘ DISPO POUR RP ? : pas encore.
✘ LIENS : Fiche de présentation
Dés à coudre
Feuilles volantes

MessageSujet: Re: Tohi et Albatros [Christopher]   Jeu 22 Oct 2015 - 19:30



Fond musical

Christopher saute dans le vide et dans son sillage, Laila se met à crier de surprise. Il serre les dents sous le hurlement, un peu amusé, un peu gêné, un peu désolé et la seconde d’après, percute sans réelle violence la terrasse en contre-bas, jambes en premier et postérieur en second.
Son cœur rate un battement à cet atterrissage et, le cul sur la terre ferme, de soulagement, le garçon, en chœur avec la Ritournelle se met à rire.
Son palpitant, de peur refoulée et soudainement relâchée, tambourine mais Il l'a fait. Il a sauté. Dans le vide. Mais pas vers sa mort. Vers la Vie. Pour sauver. Insensé.
Miraculeux.


Tremblant, il lève la tête, faisant face à la figure blême de Laila qui le surplombe à plusieurs mètres et, à sa phrase, lui répond de ses lèvres agitées et de sa voix hésitante.

"Complétement cinglé... J'ai eu peur... Mais... Je... Je sais pas... Pas sur le coup... ça me paraissait évident... comme si Dieu me l'avait ordonné."


Il se masse un instant la poitrine et se relève, dénoue la corde autour de ses hanches  avec une lenteur certaine marquant qu'un traumatisme perdure encore. Il prend la guitare au sol et par sa sangle, la glisse dans son dos.

" Je remonte. "

Et il le fait, revient vers Laila, moins assuré néanmoins que la première fois.  
Il s'immobilise à peine, enlève la guitare  intacte de son dos pour la rendre à sa propriétaire que celle-ci, inépuisable, déjà se remet à parler, attrapant l'instrument avec avidité.

"Tu as de la chance que je sois toujours en vie car je vais t’étrangler imbécile ! Bon sang ça m’a cisaillé le ventre… Tu te rends compte si la corde avait claqué ?"

Il sourit de sa rapidité de diction et de son souffle court alors que le même l'habite.
Il se sent trés étrangement bien et l'adrénaline l'a rempli d'une irrésistible euphorie qu'il peine à contenir.

"Si la corde avait craquée, ton fantôme serait venu pour m'étrangler en me maudissant... "

Il la tutoie pour la première fois. Inconsciemment.

"Bouuhhhoouuuu, Chhrriiistttooophhhherrrrr, pauuuvvvrrreeee fouuuuu".

Et l'imitation, mêlée à l'image mentale, le fait éclater de rire.

C'est un rire franc, clair, aux éclats d'enfance, de conneries, de joie et d'innocence qui s'échappe de cette gorge de presque homme
Un rire comme Christopher n'en a pas eu depuis des lunes, recouvert par le mazout de tristesse qu'avait su faire couler les cauchemars de Croquemitaine.

C'est beau. Libéré. Authentique.
Si vrai et éphémère car aussitôt, le pirate se ressaisit, et ses mains se joignent l'une à l'autre en geste inconscient de repli. Il sourit néanmoins avec douceur. Mélancolie aussi.
Il reprend contenance dans le vouvoiement de la distance respectueuse...

"Vous pouvez à présent rentrer tranquillement Mademoiselle. "

Car elle doit retourner à son arbre.
Car il doit retourner parmi les siens.

"Je vais faire de même je pense. ça aura été un plaisir de vous rencontrer...  "

Oh oui...Ça aura été une belle rencontre.
Un lien nouveau, incertain, un peu étrange, mais qui face au vide de la falaise, retiendra pour un temps le corps qui chute et balayera l'image de la mort pour la remplacer par l'embrun chaleureux d'un nom.
Laila.

La Ritournelle.

~~oOo~~

(*)Gortozet 'm eus, gortozet pell
E skeud teñval an tourioù gell
E skeud teñval an tourioù glav
Un deiz a vo 'teuio en-dro
Dreist ar maezioù, dreist ar morioù
Teuio en-dro an avel c'hlas
Da analañ va c'halon gloaz't
D'am laerezh war an treujoù
'Teuio en-dro karget a fru
E skeud teñval an tourioù du
Kaset e vin diouzh e anal
Pell gant ar red en ur vro all
Hervez 'deus c'hoant, pell eus ar bed
Etre ar mor hag ar stered

----------------------------------------------------------------------------------------
(*)J'ai attendu, j'ai attendu longtemps
Dans l'ombre sombre des tours brunes
Dans l'ombre sombre des tours de pluie

Un jour il reviendra,
Par dessus les campagnes, par dessus les mers
Reviendra le vent vert
Et emportera avec lui mon coeur blessé
M'emporter sur les chemins
Il reviendra, chargé d'embruns
Dans l'ombre sombre des tours noires
Grace à son souffle, je serais emporté
Loin dans le courant, dans un autre pays
Selon son désir, loin de ce monde
Entre la mer et les étoiles








Playlist de C-M. R
Redskin siffle en SteelBlue


Dernière édition par Christopher-Marie Redskin le Jeu 22 Oct 2015 - 21:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne Mère
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Tohi et Albatros [Christopher]   Jeu 22 Oct 2015 - 20:42



Tohi et Albatros

with Christopher





Christopher rit et en une fraction de seconde elle peut s’imaginer l’enfant qu’il a été, le Perdu à l’Arbre, celui qu’elle aurait pu connaitre, celui qui aurait été son ami. Avec son adresse, il aurait certainement fait un excellent grimpeur, comme Rainbow. Et elle les aurait rejoints le soir pour d’autres feux de camp, grattant sa guitare, écoutant les plaisanteries de l’un, les histoires de l’autre.

Pourquoi l’âge ferait-il une différence ? Pourquoi être un adulte signifierait-il les adieux à l’enfant en retrait ?

Elle se pose la question, la Ritournelle, et s’étonne d’être émue par ce brusque accès de bonheur. Peut-être parce qu’elle devine, avec un instinct tout maternel, que cela ne doit pas arriver souvent.

Et déjà Christopher se referme, l’huitre tourmentée, le pirate qui retrouve son vouvoiement pour la saluer, la guider sur le chemin du départ. Laila qui souriait de son imitation du fantôme s’approche d’un pas. Puis sans lui laisser le temps de reculer, claque un baiser intrépide sur la joue basanée.

« HouuuOuuuuuuUuuuu » s’amuse-t-elle à répondre, jouant, reculant encore, les mains vers l’avant et manquant de trébucher. Ses yeux pétillent de plus belle.

Mais son regard se tourne vers la lagune. Dans l’onde, en contrebas, des sirènes apparaissent et rejoignent leur sœur dorée. A nouveau fascinée, et pendant quelques secondes silencieuse, Laila s’attend à leur chant. Mais il n’y a rien d’autres que le bruit des vagues, le souffle du vent. Et la présence, calme, de son nouvel ami pour la troubler.

« C’est un endroit magnifique tu sais… On m’a parlé des monstres de la Sylve Obscur, du désert sec au nord, des flancs du volcan qui crache la lave, des dinosaures qui vous croquent, des bestioles qui vous dévorent, des pirates qui vous attaquent… Et les sirènes qui vous noient, bien sûr. » Hochant la tête, elle soupire. « Oui bien sûr… »

Un éclat de soleil jette des diamants dans les vagues. Tout semble scintiller, comme de la poussière de fée.

« Mais je n’échangerai ma place pour rien au monde. »

Je crois aux fées, pensa-t-elle, caressant la courroie de sa guitare retrouvée. Et elle sourit de penser que le rire de Christopher, si éphémère mais si puissant, a peut-être vu naître une de ces miraculeuses créatures.

« Je reviendrai ! » Lança-t-elle, et de nouveau elle se confronta à l’ancien indien, à l’ancien Perdu, à son nouveau compagnon de route. « Je reviendrai, alors tu as intérêt à en faire de même ! Ici, souvent, je n’ai aucune notion du temps, tout est un éternel hier, un futur lendemain, mais je n’oublierai pas. »

Elle hésite, puis assure.

« Non je n’oublierai pas. Je reviendrai alors j’espère que tu m’y retrouveras. Je te ferai jouer de la guitare, on discutera, et j’éviterai de tomber cette fois-ci, je te le promets. D’accord ? » Un regard. « D’accord hein, Christo. Alors apprends à me tutoyer. Quand je te hanterai !»

Et dans un éclat de rire qui fait rebondir ses joues, elle recule.

« Bonne journée monsieur, belle journée ! Merci, pour tout ! A très vite ! »

Puis s’en retourne dans une cavalcade effrontée. On peut déjà l’entendre chanter.

« Long John Silver a pris le commandement
Des marins et vogue la galère – Yoho et une bouteille de rhum !
Il tient ses hommes comme il tient le vent
Tout l'monde a peur d'Long John Silver ! »


Si ça n’a pas le charme d’une voix de sirène, c’est quand même sacrément joli.
Pour une ritournelle.









Fin.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tohi et Albatros [Christopher]   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Les albatros.
» Bataille de la Moscova
» Liste des qualifiés au cdf
» L'espace OL Saison 2010-2011
» Le Culte de Mannan !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Mer Imaginaire :: La Lagune aux Sirènes-