Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lacerate
avatar

♣ Chef des Chasseurs ♣


✘ AVENTURES : 496
✘ SURNOM : La Gueule Cassée
✘ AGE DU PERSO : 17 plaies

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : Razor sharp like a knife.
Sujets en cours : I - II - III - IV - V - VI

MessageSujet: Je sais qui tu es.   Mer 22 Juil 2015 - 23:41


C'était rare qu'elle soit ainsi hors d'elle. Rarissime même, depuis son arrivée à Never Land. Parce que, pénitente, Lace s'était jurée de rester en contrôle. De ne plus laisser la violence la dominer, de changer. Mais c'était difficile, au fond, de se réinventer alors qu'elle ne pouvait rien se permettre d'oublier. Alors qu'elle cauchemardait encore, qu'elle se réveillait en sueur et réfrénait constamment des accès de sauvagerie. C'était ardu mais elle n'abandonnait pas. Avec une détermination d'acier, elle purgeait sa peine, se constituait une nouvelle tempérance sans pour autant chercher à oublier qui elle était. Cette volonté rendait la reconstitution terriblement compliquée, mais Lace ne pouvait se résoudre à l'abandonner, persuadée que cette part d'elle pourrait éventuellement lui être utile, persuadée que son identité ne pouvait se morceler.

Elle avait raison.

Pit, Chef d'une autre caste dont elle ne croisait les membres que rarement, n'avait attiré son attention que tardivement mais très vite, Lacerate s'était trouvée comme obsédée par son comportement, incapable de comprendre pourquoi elle se repassait ses actes, pourquoi son carnet fut soudain empli de ce qu'elle savait sur lui. Si elle n'avait pas été intéressée par les femmes, la Gueule Cassée aurait sans doute cru à un coup de foudre, mais ce n'était pas le cas.

Pit était devenu son obsession pour une toute autre raison. Et cette raison n'avait rien de plaisant.

Lorsqu'elle finit enfin par identifier le pourquoi du comment, elle sentit sa tempérance si péniblement acquise s'évaporer, brûlée par le feu d'une colère passée.

Elle avait débarqué en fin d'après-midi, du sang jusqu'au coude, revenue d'une chasse particulièrement difficile. D'un coup de pied, elle avait fait violemment s'ouvrir la porte de la Mercerie, révélant son intérieur coloré mais auquel elle ne prêta aucune attention. La Cabane était silencieuse mais pas déserte : l'objet de sa rage se trouvait dans la pièce principale.

Filant vers lui sans s'attarder, Lace le saisit au col pour le plaquer au mur derrière lui. La chasse l'avait quelque peu calmée, l'empêchant de le frapper immédiatement. A la place, elle lui adressa un regard glacial.

- Salut. Moi c'est Lacerate et je sais qui tu es et ce que tu fais.

De rage, revenue à son vieux elle, elle grognait plus qu'elle ne parlait. Elle rapprocha son visage du sien.

- Alors tu vas arrêter tout de suite ton bordel avant que je m'énerve.


Il savait de quoi elle parlait. Il ne pouvait que le savoir. Et s'il feignait l'innocence, elle saurait le lui rappeler. Avec tous les moyens dont elle pouvait disposer.


Dernière édition par Lacerate le Ven 24 Juil 2015 - 17:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Pit
avatar

♣ Chef des Raccommodeurs ♣


✘ AVENTURES : 731
✘ SURNOM : Le Joker
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ LIENS : Quelques fleurs perdues dans un fossé de cartes
le SWAG


MessageSujet: Re: Je sais qui tu es.   Jeu 23 Juil 2015 - 9:07


La Mercerie était calme, pas de cartes amusantes ni de charmante poupée. Les Raccommodeurs avaient fini leur boulot de la matinée, le Chef était resté simplement pour s'occuper d'un déguisement. Il se demandait, tout en préparant le tissu sur le grand et large bureau de travail, comment il pourrait s'y prendre avec le fameux tissu récolté sur des pions morts. Ce qui était compliqué, c'était qu'il avait fallu bien les laver de leur substance rouge. Les transformer en cuir était aussi une nouvelle étape qu'il fallait prendre en compte.

L'étoffe sur la table, Pit prit une règle et traça avec un de ces fameux crayons blancs quelques lignes à suivre.
Le patron était en place.

Il abandonna ces matériaux afin de poursuivre avec une large pair de ciseaux métallique et acérée.

Mais, à peine il avait commencé son découpage, quelqu'un débarqua dans un fracas qui fit lever les yeux au Raccommodeur en chef.
Une fille au visage plutôt en mauvais état, les gens ne savaient-ils donc pas recoudre de façon propre les peaux humaines ? D'ailleurs, il faudra penser à faire très attention en manipulant les peaux d'enfants qu'il avait trouvés -découpée sur des morts trouvés-, il faudrait empêcher d'obtenir quelque chose à l'image de la furie fraichement entrée.

-Hell...

Un mouvement le faisant partir en arrière, un mouvement qu'il n'avait pas commandé et qui, d'ailleurs, lui avait fait serrer la prise sur le tissu et les ciseaux comme pour se retenir alors que ça n'allait en rien l'aider à rester à sa place initiale.
Sans pouvoir penser plus, il se retrouva plaqué au mur par l'intruse du moment qui menaçait. Enfin, il prit la situation comme une menace, c'était loin d'être une entrevue romantique en tout cas.

Et les mots suivirent, elle s'appelait donc Lacerate. Ce nom disait quand même quelque chose au Chef des Raccommodeurs, il l'avait sans doute déjà croisée plus d'une fois. Ou bien s'était-il intéressé à la couture usée pour les cicatrices sur le visage de la Garçonne.
Large sourire, malgré la surprise dans les yeux d'absinthe. Puis cette surprise disparu, pour laisser place à de l'intérêt. Voilà un événement rompant l'infernale répétition du temps sur cette île.

- Il me semble que je connais ton nom.... Mais, je ne peux pas arrêter ce que je fais, c'est mon putain de job ici.

Il eut un rire qu'il tenta d'écourter comme il le pouvait.

- Je suis le Chef des Raccommodeurs, Pan me demande beaucoup de déguisements, c'est la règle en quelque sorte~

Le Joker se doutait que ce ne devait pas être ses créations qui dérangeaient la Gueule Cassée, cependant, il y avait plusieurs possibilité. Autant la laisser parler. Histoire de ne pas mélanger les jeux. On ne mélange pas les histoires de grandissements ou de cuir d'Enfants Perdus.

Large sourire, un regard sûr de lui. C'était vrai que pour le moment, il n'avait pas à mentir sur le moindre mot. Il se contentait de dire ce qu'il était en train de faire. Ca l'amusait. Une Poupée Cassée, peut-être, ou bien une autre sorte de poupée... À méditer sans doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacerate
avatar

♣ Chef des Chasseurs ♣


✘ AVENTURES : 496
✘ SURNOM : La Gueule Cassée
✘ AGE DU PERSO : 17 plaies

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : Razor sharp like a knife.
Sujets en cours : I - II - III - IV - V - VI

MessageSujet: Re: Je sais qui tu es.   Sam 25 Juil 2015 - 23:20



C’était difficile, d’osciller entre rage et contrôle, entre feu et glace alors que le Joker le fixait comme si elle était un animal curieux au lieu d’une véritable menace. Lace faisait de son mieux pour garder son calme, se forçant à respirer lentement sans détacher son regard de celui du Chef.

- Il me semble que je connais ton nom.... Mais, je ne peux pas arrêter ce que je fais, c'est mon putain de job ici.

Bien sûr, il faisait semblant d’ignorer ce dont elle parlait. Cela aurait été trop facile sinon, mais la Gueule Cassée ne pouvait s’empêcher de sentir la rage monter en elle comme de la bile.

Cette bile-là, elle aurait voulu la lui cracher à la gueule. Lui faire comprendre qu’il n’avait aucune. foutue. raison de rire. Mais elle n’en fit rien, se contentant de resserrer sa prise.

- Je suis le Chef des Raccommodeurs, Pan me demande beaucoup de déguisements, c'est la règle en quelque sorte~

C’était trop. D’un geste expéditif, elle le ramena à elle avant de le cogner contre la paroi, l’y replaquant par la même occasion. Cela faisait un moment qu’elle ne s’était plus battue, c’était vrai. Mais elle était grande et était restée forte pour chasser correctement.

Assez forte pour que ça fasse mal.

- Tu te fous de ma gueule ?

Elle ne lui laissa pas le temps de répondre.

- Tu crois vraiment que si tu te contentais de faire ton job, je serais venue t’engueuler ?

Un temps. Lace sembla hésiter à rajouter quelque chose, puis... se mit à ricaner. Tournant la tête de côté, elle cracha au sol pour dégager sa bouche avant de se concentrer à nouveau sur son interlocuteur, le fixant avec un regard implacable et incisif comme une lame.

- Je te parle des filles, espèce d’enfoiré. De la façon que tu as de te les approprier, de les désinhiber. Et n’essaie pas de me faire croire le contraire : je sais que c’est ce que tu cherches à faire.

Et je suis déterminée à te faire arrêter ces conneries.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Pit
avatar

♣ Chef des Raccommodeurs ♣


✘ AVENTURES : 731
✘ SURNOM : Le Joker
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ LIENS : Quelques fleurs perdues dans un fossé de cartes
le SWAG


MessageSujet: Re: Je sais qui tu es.   Lun 27 Juil 2015 - 1:03

Houlà, on dirait bien qu'il avait réussi à joué avec les nerfs de Lace sans même avoir sortir de long discours sans queue ni tête.
La réponse ne convenait aux cartes que la Chasseuse avait demandées apparemment. Elle l'amena vers elle pour pouvoir ensuite tout de suite mieux le plaquer sèchement au mur, Pit failli bien se mordre la langue sous le choque avec la matière de la paroi. Son omoplate gauche eut le plus mal.

Les paroles lancées avaient été plutôt explicites sur le sujet abordé, du moins, il semblait. Aucune raison que la personne qui jouait avec les Poupées, les filles, en questions ne se rende compte.

Quelques rires s'échappèrent, comme de coutume. L'air amusé et étonné changea, le sourire demeurait, mais le regard changea. Joueur.

Voilà un rebondissement intéressant, elle entrait sur le plateau de jeu des fleurs distribuées. Ce n'était encore jamais arrivé, et ça amusait le Joker. Lace était une personne plutôt pacifiste selon ce qu'il savait d'elle, alors la voir ainsi était... une exclusivité.

Son regard se détourna des paroles pour venir se poser, comme il le pouvait, sur la main qui tenait son col. La mains... colorée de sang frais. L'odeur métallique lui piqua le nez.
Un long soupir suivit alors qu'il saisit le poignet de son interlocutrice atypique.

- Pour commencer, enlève ta main de ma chemise. Tu la tâche suffisamment.


En sortant ces mots, le Joker mena simplement la paire de ciseaux de sa main droite, les pointes sur le dessous de la mâchoire de la Gueule Cassée, pour que sa "demande" soit plus facilement considérée.
Un ricanement, il s'amusait d'un côté, d'un autre il était assuré par la sorte d'"amitié" qu'il avait avec Peter Pan. Il pourrait tenter de miser sa parole contre celle de Lacerate s'il compterait jouer les victimes en cas d'attaque venant de la demoiselle en mauvais état face à lui.

- C'est d'accord ?

En vérité, Pit avait horreur de se retrouvé menacé. Physiquement, plaqué contre une impasse. Quelque chose en lui en avait terriblement peur, peur que les rôles ne s'inversent plus. C'était impossible à concevoir. Juste impossible. Pas encore.
Les rôles devaient s'inverser, rester inversés.

L'Arbre ne devait pas le décevoir, absolument pas.
Il fit claquer les ciseaux, tandis que de sa main gauche, il s'amusait à faire valser le tissu.

Il jeta un œil au bureau juste derrière l'invitée non désirée, cette histoire allait lui faire perdre du temps dans le jeu des déguisements. Puis ses iris se plantèrent en plein dans les yeux de Lacerate, un air presque fasciné par les marques sur la peau de la Garçonne, ce que c'était plutôt unique comme allure.

- Lâche-moi, pour commencer, parce que là, j'ai juste envie de justement, ne pas faire ce que tu veux.

Sourire, amicale presque, trop amical. Impatient peut-être ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacerate
avatar

♣ Chef des Chasseurs ♣


✘ AVENTURES : 496
✘ SURNOM : La Gueule Cassée
✘ AGE DU PERSO : 17 plaies

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : Razor sharp like a knife.
Sujets en cours : I - II - III - IV - V - VI

MessageSujet: Re: Je sais qui tu es.   Dim 2 Aoû 2015 - 17:36


Si elle avait eu un quelconque doute concernant ce fait, c’était désormais clair aux yeux de Lace : il manquait plusieurs cases au Joker. Après tout, il était très clairement en situation d’infériorité mais il continuait de sourire, de rire même.

L’imbécile.

Un contact. Il enserra sa main autour de son poignet, espérant sans doute la faire lâcher. Mais Lacerate ne broncha pas, se contentant de fixer son interlocuteur en attente d’une réaction plus satisfaisante.

- Pour commencer, enlève ta main de ma chemise. Tu la tâche suffisamment.

Vaguement déconcertée, Lace ne put s’empêcher de lui adresser un regard perplexe. Elle le menaçait et tout ce à quoi il pensait, c’était... sa chemise ? Elle voulut le lui faire remarquer mais le contact de lames contre la peau de sa mâchoire orienta ses pensées dans une toute autre direction.

Il osait la menacer, vraiment ? C’était ridicule, mais à un point. Elle avait presque envie de s’énerver vraiment, du coup. De lui montrer ce que la provoquer ainsi pourrait lui valoir.

- Lâche-moi, pour commencer, parce que là, j'ai juste envie de justement, ne pas faire ce que tu veux.

Ce serait facile, de le buter. De le foutre à terre, de cogner jusqu’à ce qu’il n’en puisse plus. De sortir les lames, de trancher. De faire disparaître ce sourire horrifiant de sa gueule, de le forcer à supplier pour qu’elle l’épargne... ce serait... si facile.

Elle avait fermé les yeux, les rouvrit brutalement comme pour se sortir d’un rêve. Elle ne devait pas faire ça, ne le pouvait pas. Elle n’avait pas le droit d’user des méthodes d’avant juste pour l’empêcher de se comporter comme elle-même l’avait fait. Cela équivaudrait à trahir ses principes, trahir la mémoire de Leï.

Mais... il la menaçait.

Il fallait bien qu’elle fasse quelque chose, non ?

Elle hocha la tête très faiblement.

- C’est d’accord.

Elle resserra sa prise, fit mine de s’éloigner...

... et, levant son genou, elle donna un coup savamment placé au Chef des Raccommodeurs et s’éloigna presque aussitôt, le lâchant dans la foulée. Dans sa tête, la voix de son grand frère résonna comme une vieille comptine.

"Puisque tu commences à bien tremper dans les affaires, autant que je te le dise, petite soeur : les hommes sont contrôlés par une seule chose : leurs couilles. Si tu veux mettre un homme à genou, menace ses fertiliseurs. En les contrôlant, tu le contrôleras aussi."


Un sourire. Se penchant, elle récupéra les ciseaux du Joker et les posa hors de portée. Elle ne comptait pas faire preuve de plus de violence - après tout, ce n’était pas comme s’il risquait d’aller ailleurs après un coup pareil.

Un grand sourire - celui qu’une institutrice adresserait à un élève un peu trop turbulent. D’un ton tendre, presque amical, elle s’adressa à Pit :

- Il y a des enfants ici, espèce de détraqué. Si tu veux jouer au mac, t’as pas choisi le bon camp.

De sa main poisseuse, elle saisit les cheveux du blond pour le forcer à la regarder.

- Et n’essaie pas de me mentir. Ce business-là, je le connais par coeur et te surveiller ne me pose aucun problème.

Elle avait autre chose à faire, mais elle ne le dit pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Pit
avatar

♣ Chef des Raccommodeurs ♣


✘ AVENTURES : 731
✘ SURNOM : Le Joker
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ LIENS : Quelques fleurs perdues dans un fossé de cartes
le SWAG


MessageSujet: Re: Je sais qui tu es.   Dim 2 Aoû 2015 - 19:56


Tiens, étrangement, elle avait semblé coopérer. Étrangement. Mais très franchement, l'esprit et la conscience étaient d'accord que ça ne collerait pas avec la une tête aussi lacérée qui leur faisait face.
Étrangement elle acceptait. L'idée que quelque chose allait arriver détourna l'esprit pendant que la conscience demeurait fixée sans pouvoir réfléchir. Ca s'était toujours passé comme ça, non ? La Fée Verte emportait l'esprit en laissant le reste. Le reste, incapable de vraiment comprendre. Mais de toute évidence, l'île avait emporté toutes traces dans sa gourmandise de souvenirs.
Un service en quelque sorte.

Pit eut à peine le temps de pencher la tête dans une interrogation visant à être formulée sous la forme "C'est tout ?", cette interrogation devint aussitôt inutile. La réponse était donnée.

Violente douleur, stratégiquement placée aussi parfaitement qu'un bluff au Poker.

La fameuse réponse était donc : non.  Ou encore : évidemment que non.

Cette pensée voulu laisser un rire sortir, mais premièrement, impossible. La douleur, forte douleur que le corps ne se souvenait pas avoir déjà vécu, et pourtant la chair avait déjà ressenti pire. Du moins, pire dans les contextes.
Les jambes ne purent pas tenir le reste du corps qui se laissa à la position fœtale, et une fois le souffle trouvé, là seulement, le Joker revint plus ou moins à lui.

- Bordel...

Des mots lancés, sans force dans la voix. Le visage caché, quelque chose ne collait pas réellement avec la situation. Le faible sourire. Il aurait pu rire.

Le Chef des Raccommodeurs avait de la peine à avoir son attention sur la douleur ET sur ce que lui radotait la Gueule Cassée.  
Les enfants ? Comment ça ? Effectivement, ils sont chez les Enfants Perdus, non ? Des réflexions qui ne purent jamais sortir de la gorge de Pit, la voix était comme coupée par des rires sans émettre de son.
Mac ? Ca lui disait quelque chose, mais quoi ? Il en avait déjà entendu parlé, mais comment elle pouvait le lier à ça. L'esprit et la conscience ne comprenaient pas. Il s'était contenté de commencer à s'adosser au mur, il n'avait plus vraiment de force.

Tiens, les cheveux seront aussi sales que la chemise.
Lorsqu'il eut le visage soulevé vers Lacerate, le faciès du Joker passa d'un air qui se serrait les dents à un rictus. En réponse peut-être au sourire de son interlocutrice.

La fin des mots, elle comptait le surveiller. Le surveiller.

- Il y a... une différence entre ignorance et surveillance...

Tiens, des mots sortirent. Faibles, presque impossible à entendre, un murmure, ou bien par bribes de syllabes. Qu'importait ? Rien que des pensées laissées aux airs, et puis... franchement, Pit n'avait aucune idée de pourquoi ça lui plaisait d'un côté. Pourquoi ça l'agaçait d'être ignoré.

Elle allait lui donner ce que des adultes n'avaient jamais été capable de faire... tiens, vague impression, comme lorsque la boule d'angoisse vient. Mais étrangement, elle n'était pas venue.

Le sourire vint se plaquer, s'afficher, à lui déchirer les joues.
Le rire vint, se faire une place, puis il éclata en fou rire.
La douleur était encore là, et chaque contraction des abdominaux lui fichait un mal, mais impossible de se stopper.

Le Joker essayait de se calmer par moment, mais il n'y parvint pas tout de suite. C'était drôle, hilarant.

- Vraiment ?

Entre deux rires, étouffés, il avait réussi à placer cette question.
La surveillance, vraiment ? L'empêcher de donner de simples bouquets ou de simples fleurs ? Vraiment ? Vrai de vrai ?
L'empêcher de trouver de la fée verte dans un placard ? Vraiment ? Le surveiller. L'esprit partait, maniant quelques étranges morceaux de souvenirs trop flous, trop détachés, pour pouvoir signifier quoique ce soit.

Trop peu amusant, la concentration revint à la situation. Un dernier long soupir, et il put répondre, s'amusant à balancer la tête de gauche à droite, pour jouer avec le fait que la Gueule Cassé le tenait par le cuir chevelu. Le cuir ? Ah oui... le joli cuir de Garçons Perdus, soigneusement gardé au chaud par un pirate qui savait garder des pieds coupés en bon état.
Ouais... franchement, le Joker se sentait bien. Pas de boule d'angoisse. Un mal très désagréable dans les autres boules, mais ça, ce n'était pas inquiétant. La douleur était venue, point.

- ... enfin, Mac ? Tu connais aussi ce mot ?

Léger rire.

- Certain en parlait, avant, mais ça ne m'a jamais touché.

Regard dans le vague, continuant à balancer sa tête. C'était drôle, la tressette suivait le mouvement. Mais les Macs, il ne s'en souvenait pas vraiment, mais ça ne l'avait jamais touché directement selon lui-même, pourtant... on aurait aisément pu appeler cette chère adulte femelle par ce terme.
Les rôles doivent s'inversé. Il le sont ici, il faut les garder ainsi.
Pit le savait ? Non. Aucun souvenir, juste les impressions, les inquiétudes, les besoins de garder les rôles inversés.

Et Lacerate était si peu agréable à côtoyer, mais, elle allait le surveiller non ? Oui, jouons au gardien d'un parc d'attraction. Les bouffons sont des clowns. Il fera le clown, et elle sera la gardienne. C'est un jeu. Juste un jeu.

Un rire, presque un fou comme celui d'avant. Mais non.
Le Joker put se reprendre. La douleur se dissipait un peu, mais là, ce n'était pas l'intérêt. On pouvait le lire dans ses iris d'absinthe, l'intérêt qui naissait. La surveillance. C'était si drôle, si marrant.

- Vas-y, surveille-moi. Je bosse là tous les matins, mais ensuite, je fais d'autres trucs.

Un rire, encore.

- Vas-y, interviens quand j'offre "d'inoffensives" fleurs, interviens même si ça amuse le Roi qui me garde près de lui.

Sourire, moins fou, étrangement lucide et... presque affectueux.

Loin d'être provocateur, vraiment. Il avait juste envie de voir une nouvelle facette de jeu, voir comment Peter Pan réagirait si Lacerate agirait aux actes du Joker. Arène ? Moins amusant, mais distrayant. Correction de la part du Roi car une Chasseuse s'en serait prise à un Chef pour le motif d'avoir offert des fleurs ? Beaucoup plus intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacerate
avatar

♣ Chef des Chasseurs ♣


✘ AVENTURES : 496
✘ SURNOM : La Gueule Cassée
✘ AGE DU PERSO : 17 plaies

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : Razor sharp like a knife.
Sujets en cours : I - II - III - IV - V - VI

MessageSujet: Re: Je sais qui tu es.   Sam 15 Aoû 2015 - 15:57


Comme prévu, le Chef avait glissé à terre. Lacerate l’observa, un sourire agressif toujours plaqué sur ses lèvres.

- Pour être honnête, je suis étonnée que t’aies assez de couilles pour avoir mal.

Oui, c’était absolument gratuit. Et cela ne la dérangeait pas : lorsque l’on intimidait, s’excuser était la dernière des choses à faire. Concentrée sur la réaction du Joker, elle ne parvint cependant pas à entendre ses mots, mais peu importait. Sans le lâcher, elle vit le sourire déchiré revenir sur les joues de Pit et retint une envie de le frapper encore lorsqu’il éclata de rire.

- Vraiment ?

Il sembla se calmer quelque peu. Sans prendre la peine de le répondre, Lace le fixa, son propre sourire s’effaçant lorsque la tête du Joker se mit à se balancer. Elle ne put réprimer un soupir : il n’avait aucune idée d’avec qui il jouait vraiment. Et tant que la Gueule Cassée saurait se contrôler, il n’en saurait rien de plus.

Dans un accès de pitié, elle pria qu’il n’ait pas à apprendre ce qu’elle pouvait faire quand on la poussait trop loin.

- ... enfin, Mac ? Tu connais aussi ce mot ?

Il rit.

- Certain en parlait, avant, mais ça ne m'a jamais touché.

- Pourtant tu viens de ce milieu.

Elle en mettrait sa main à couper : les attitudes de Pit faisaient trop écho en elle pour qu’il ne s’agisse d’un simple accès de paranoïa. Il y avait quelque chose, derrière les manies du Joker. Quelque chose qui le liait aux bas-fonds, d’une manière ou d’une autre. Lace en était persuadée. Le Chef reprit :

- Vas-y, surveille-moi. Je bosse là tous les matins, mais ensuite, je fais d'autres trucs.

Puis :

- Vas-y, interviens quand j'offre "d'inoffensives" fleurs, interviens même si ça amuse le Roi qui me garde près de lui.

Allons bon, il osait vraiment la provoquer ? Étonnée tant par ses mots que par son attitude - moins défiante que ses paroles - elle resta immobile quelques secondes...

... avant d’éclater de rire à son tour. D’un rire tonitruant, aux accents masculins. L’éclat ne dura que quelques secondes avant que Lacerate ne revienne à elle-même, cessant de sourire et dardant sur Pit un regard mortellement sérieux.

- Tu crois vraiment que je vais t’agresser devant Peter ? Mais t’es encore plus con que t’en as l’air, ma parole.

Lâchant les cheveux de Pit, elle alla chercher, sanglé à sa cuisse, un des couteaux qu’elle utilisait pour dépecer et trancher les bêtes qu’elle chassait. Puis, sans cesser de fixer le Joker, elle se mit à jouer avec l’arme, la faisant passer de main en main sans broncher, avec une dextérité forgée par l’habitude. Même accroupie face au Chef assis au mur, elle n’avait aucun souci à jongler avec une arme sortie plus pour intimider que pour faire réellement mal.

Mais ça, Pit n’avait pas à le savoir.

Récupérant la lame, elle en posa le plat contre sa propre joue et la tapota, adressant au Chef un sourire grimaçant.

- Je pourrais te montrer directement de quoi je parle mais je suis aimable, donc je vais t’expliquer comment ça va se passer.

Un temps.

- À chaque fois que je te verrai faire ton foutu manège les filles de l’Arbre, j’attendrai que tu sois seul pour te tabasser. Et crois-moi, je te trouverai peu importe où tu te caches.

Elle accompagna ses paroles d’un haussement d’épaules et ricana.

- Mais ne t’inquiète pas, je ne te ferai rien qui puisse hurler que c’est moi. Juste quelques coups qui pourraient t’être donnés par n’importe quel Perdu un peu fort. Et si tu m’accuses, je nierai tout en bloc et te proposerai de régler ça dans l’Arène.

Rangeant sa lame dans son fourreau, elle approcha son visage de celui du Joker. Sa colère avait disparu, remplacée par l’amusement sauvage que lui procurait le fait d’être en position de force. Son ton se fit plus amical, presque aimable. Le même ton que Hakeem, en son temps, appelait le ton des négociations.

- Dis-moi, Joker... tu m’as déjà vu combattre dans l’Arène ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Pit
avatar

♣ Chef des Raccommodeurs ♣


✘ AVENTURES : 731
✘ SURNOM : Le Joker
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ LIENS : Quelques fleurs perdues dans un fossé de cartes
le SWAG


MessageSujet: Re: Je sais qui tu es.   Dim 30 Aoû 2015 - 14:36


Large sourire, encore sourire, toujours sourire. Même si on lui couperait les couilles, il sourirait. Toujours et encore. Il fallait juste penser aux délicieuses et douces peaux qui l'attendaient sagement sur le Jolly Roger, si Lacerate le savait, elle le ferait encore plus rire. Elle lui accorderait encore plus d'attention. Elle le verrait comme une menace qu'il faudrait briser, enfin, peut-être. Ce serait drôle, et si amusant.

Pit se montra étonnement attentif, il l'était encore plus lorsque la situation l'amusait énormément. C'était presque à son paroxysme.

Elle était si menaçante, qui devait être brisé dans ce cas ? Grande question. Elle était si sérieuse que le Joker aurait pu laisser l'agacement se montrer sur son visage, mais les paroles l'amusèrent.

- Tu crois vraiment que je vais t’agresser devant Peter ? Mais t’es encore plus con que t’en as l’air, ma parole.

Rire. Évidemment, mais qui sait ? Elle n'était pas forcée de savoir que l'Enfant Roi la verrait à l'œuvre. Mais ça, ce n'était qu'une pensée qui traversa l'esprit sans plus s'attarder.

Voilà que la Gueule Cassée relâcha les cheveux du Chef, il ne put retenir un gémissement agacé... ses cheveux devaient être sales...

Les lacs d'absinthe suivaient les mains de la Chasseuse, un couteau, l'objet devait être très pratique pour dépecer... Pit aurait voulu y risquer sa main pour prendre le canif et l'utiliser sur ses futures trouvailles. Les yeux reflétait une forme d'envie, il en avait un mais il n'était peut-être pas aussi affûté, il devait prendre garde lorsqu'il avait coupé la peau des trois cadavres de Garçons Perdus dans la forêts. De quel groupe venaient-ils d'ailleurs ? Aucune idée et il s'en fichait pas mal.

- Je pourrais te montrer directement de quoi je parle mais je suis aimable, donc je vais t’expliquer comment ça va se passer.

Suivant encore la lame comme un lièvre suivrait du regard une carotte, la phrase avait sorti le Chef de sa contemplation. Elle était sympathique de bien vouloir donner une carte d'avance, expliquant le déroulement. Le Joker gloussa.

- À chaque fois que je te verrai faire ton foutu manège les filles de l’Arbre, j’attendrai que tu sois seul pour te tabasser. Et crois-moi, je te trouverai peu importe où tu te caches.

Un rire, évidemment, elle attendrait qu'il soit seul. Ca allait faire mal, mais... quelque chose en lui murmurait que les coups étaient un geste de gentillesse. Que le pire était le désir malsain de certain... Quel désir ? Qui sont ces certains ? Pit ne parvenait pas à se comprendre... une boule angoissée se logea dans l'estomac, machinalement sa main gauche vint serrer les plis de sa chemise au niveau de son ventre. L'idée des coups le rassura en partie.
Lacerate ricana, le Joker l'observa et élargie son propre sourire. Les gens étaient plus appréciables lorsqu'ils souriaient.

- Mais ne t’inquiète pas, je ne te ferai rien qui puisse hurler que c’est moi. Juste quelques coups qui pourraient t’être donnés par n’importe quel Perdu un peu fort. Et si tu m’accuses, je nierai tout en bloc et te proposerai de régler ça dans l’Arène.

- Ooooh, mais je te fais confiance~

Non, non. Ce ne serait pas drôle sinon ! Chaque parties à sa place sur les plateaux de jeu. Tout étaient magnifiquement ordrés. Bon, l'idée de l'Arène ne plus que moyennement au Chef des Raccommodeurs. Il n'aimait pas vraiment, juste un combat, juste un réglage de compte... il n'y avait pas de manipulation développée. Et ça ne collait pas avec ce qu'il prévoyait pour la suite du Jeu. Non, non. Il fallait être banni par la suite des mauvais évènements.
Large sourire tout de même, car il était question de coups réguliers lorsque personne ne regarderait. L'Arène c'était s'il allait pleurer chez le Chef des Chefs. Et ce n'était pas vraiment dans les plans de Pit.

- Dis-moi, Joker... tu m’as déjà vu combattre dans l’Arène ?

Les yeux qui étaient partis dans le vague des pensées volatiles mais tout de même axées sur la situation, au moins, se levèrent sur Lacerate. Elle s'était approchée, comme pour appuyer le ton qui résonnait agréablement pour le Joker. Un rire, un sourire qui se changea sans transition en un air affreusement sérieux.

- Sans doute. Mais j'en ai pas de souvenir, ça m'intéresse pas que tu règles ce putain de bordel aussi vide qu'une foutue fosse dans une Arène. C'est vide !

Sèchement, il se releva. La douleur partait un peu, mais présente, au moins il était à nouveau en possession de ses jambes. La Gueule-Cassée l'avait presque vexé, l'Arène, ça l'amusait moins. C'était franchement moins amusant.
Ca cassait un peu la possibilité de jeu et... la Préparation.

Remettant sa chemise en place, il grimaça un peu avant de glousser. Il sentait encore le coup.

- Je ne me cacherai jamais, voyons, je t'ai déjà dit où je pourrais éventuellement me trouver. Disons que je serai toujours ici, juste après le repas du soir. Et tu pourras me frapper, parce que je te le dis d'avance, tu n'as même pas besoin de me surveiller au final. Je continuerai. Alors prépare toi à me tabasser, soit méthodique, il ne faut pas trop que ça se voit.

La Préparation, voilà le jeu qui venait en tête du Joker. Elle le frapperait, le tabasserait. Il apprendra de mieux en mieux à s'attendre aux douleurs provoquées par les coups. Il apprendra à les encaisser, il faut se faire le bon jeu de cartes pour le jour où la Partie du Grand Arbre changera. Lorsqu'il devra subir un bannissement, il en prendra sans doute plein la gueule. Il faut se préparer. Lacerate lui offrait cette occasion sur un plateau de poker tâché.

Et puis, il pourrait aussi jouer à côté, un jour, pas tout de suite. Seulement lorsqu'il jugera qu'il aura su bien encaisser, il donnera rendez-vous à une personne, l'un de ces jours où la Gueule-Cassée viendrait poursuivre la "Préparation". Pas forcément pour la faire avoir des ennuis... ce serait trop simple.

Non... il trouvera une personne assez naïve pour se retrouver démuni en voyant une scène pareil au sein de ce qui devrait être un monde rose et gentil. Une personne qui regarderait Lacerate avec un air d'incompréhension, un être qui ne verrait jamais rien d'autre que les fleurs que Pit offre, pas de la possession. Pas de manipulation. Juste un gentil magicien.

- Le soir je dois faire des tours de magie à Peter Pan pendant des heures, jusqu'à ce qu'il me laisse aller dormir, il ne faut pas qu'il voit des marques.

Un gloussement qui lui fit trembler les épaules, il alla s'asseoir sur le bureau de travail.

- Je ne peux pas m'arrêter, mais je suis les règles. Je serai toujours prêt pour notre partie.

Large sourire, les yeux reflétaient déjà les divers plateaux de jeu qui constituaient toutes ses pensées, tous ces actes, toutes ses décisions et les pions de ce monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacerate
avatar

♣ Chef des Chasseurs ♣


✘ AVENTURES : 496
✘ SURNOM : La Gueule Cassée
✘ AGE DU PERSO : 17 plaies

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : Razor sharp like a knife.
Sujets en cours : I - II - III - IV - V - VI

MessageSujet: Re: Je sais qui tu es.   Lun 7 Sep 2015 - 22:55


- Sans doute. Mais j'en ai pas de souvenir, ça m'intéresse pas que tu règles ce putain de bordel aussi vide qu'une foutue fosse dans une Arène. C'est vide !

Lace haussa un sourcil, vaguement surprise par le sérieux qui semblait s'être soudainement emparé du Joker. Voyant qu'il se relevait, elle déplia ses jambes et fit de même, attentive à le garder acculé tant qu'elle le pouvait - ce qui n'était pas très difficile puisqu'elle était plus grande que lui... et sans doute en meilleure condition physique.

- Je ne me cacherai jamais, voyons, je t'ai déjà dit où je pourrais éventuellement me trouver. Disons que je serai toujours ici, juste après le repas du soir. Et tu pourras me frapper, parce que je te le dis d'avance, tu n'as même pas besoin de me surveiller au final. Je continuerai. Alors prépare toi à me tabasser, soit méthodique, il ne faut pas trop que ça se voit.

Il feignait l'indifférence, c'était prévisible. Il frisait la provocation, c'était courageux. Devant une telle désinvolture, beaucoup se seraient énervés sans doute. Mais les paroles du Joker, la nonchalance qui en émanait, provoqua une réaction différente chez la Gueule Cassée. Une réaction catastrophique.

Au milieu de son visage s'étala un sourire qui n'avait rien de sain. Sa main sanglante vint ébouriffer les cheveux du blond en un geste affectueux, fraternel. Un geste qui ne collait pas avec l'eau grise, cruelle, de son regard.

- Je serai prudente, t'inquiète pas.

Sa voix, comme son expression, portait signe du changement qui s'était opéré en elle, de la valve qui s'était ouverte et laissait répandre le goudron. Il y avait, dans l'idée de violence, quelque chose de terriblement familier, terriblement tentant pour la Gueule Cassée. Et celle qui était Rain le savait trop bien, préféra ignorer soigneusement les signaux d'alertes. Seule la sensation d'euphorie à l'idée des soirs à venir accaparait son cerveau, une sensation familière.

Celle d'une junkie qui retrouverait sa chère drogue.

- Le soir je dois faire des tours de magie à Peter Pan pendant des heures, jusqu'à ce qu'il me laisse aller dormir, il ne faut pas qu'il voit des marques.

- Il ne verra rien.


Elle avait parlé tranquillement, s'écartant même avec affabilité pour le laisser s'asseoir sur son bureau - qu'il avait fort grand au demeurant, sans doute une affaire de compensation ou peu importait.

- Je ne peux pas m'arrêter, mais je suis les règles. Je serai toujours prêt pour notre partie.

Non, il ne le serait pas toujours. Parce qu'il n'avait aucune idée ce qu'elle pouvait faire, ce qu'elle allait lui faire... car il ne se rétracterait pas, hein ? Ce n'était pas son genre et puis, de toutes façons, Lacerate n'avait plus trop envie de revenir en arrière. Hochant la tête avec amabilité, elle s'approcha du Chef, laissant ses doigts frôler le bois poncé du meuble (sérieusement, les Artisans avaient dû y passer un temps fou). Puis elle s'avança, très proche, trop proche, ne s'arrêtant que lorsqu'elle n'était plus qu'à quelques centimètres du Joker. Assez proche pour que, dans une autre vie, elle puisse l'embrasser.

A la place, elle se pencha et approcha ses lèvres de l'oreille du fou jaune.

- Tu crois que ce n'est qu'un jeu, mais tu vas vite comprendre...

Un coup de poing, porté au ventre. Assez pour plier en deux, laisser la bile au bord des lèvres. Mais la bonhomie qui s'afficha sur le visage de la Gueule Cassée ne changea pas. Pas d'un millimètre.

- ... que, là-bas, on ne m'appelait pas le Démon de Los Angeles pour rien.

Deux coups. En une séance, c'était misérable, pourtant la Chasseuse s'arrêta là. S'écartant du magicien, elle lui adressa un regard moqueur avant de s'en aller, quittant la pièce. À ce rythme-là, il laisserait les filles tranquilles.

Mais pas trop vite. Espéra-t-elle.

Ils verraient bien.

Dans tous les cas, un nouveau jeu s'était mis en place.
Un jeu aux conséquences qui n'avaient plus rien d'enfantines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Pit
avatar

♣ Chef des Raccommodeurs ♣


✘ AVENTURES : 731
✘ SURNOM : Le Joker
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ LIENS : Quelques fleurs perdues dans un fossé de cartes
le SWAG


MessageSujet: Re: Je sais qui tu es.   Jeu 17 Sep 2015 - 22:19

Le Chef des Raccommodeurs étaient plutôt amusé, enfin, à sa manière. Il réfléchissait déjà à quelles voies emprunter afin de faire évoluer. Mais il fallait d'abord prendre. Ca, il avait appris à le faire, profondément même. Il ne se souvenait que du fait que l'autre monde n'était pas un endroit agréable pour lui. Heureusement pour son esprit que l'île ait dévoré les précisions, les vraies natures des blessures d'avant.
Seul les réflexes nés de ces actes passés avaient demeuré.

C'était une carte suicide, mais une carte ne meurt pas.

Pit ne bougea pas d'un pouce, se contentant de sourire encore et encore et toujours. Des gloussements tandis que Lacerate s'approchait, elle jouait sans doute aussi. Donnant-donnant, tout le monde joue.
On aurait pu croire à un baiser qui n'aurait eu aucun sens, même dans l'esprit du Raccommodeur en chef. Évidemment, il n'en était rien. Ce fut l'air qui portant des mots intéressant à l'oreille du Chef.

- Tu crois que ce n'est qu'un jeu, mais tu vas vite comprendre...

L'attention fut détournée sur la douleur qui plia le tronc en deux lorsque le coup de poing vint, pas un cri mais un souffle coupé, et les mèches de cheveux cachant encore un sourire aux dents serrées.

- ... que, là-bas, on ne m'appelait pas le Démon de Los Angeles pour rien.

Un gloussement commença à naître. Les spasmes rendaient la douleur plus présente encore, mais l'esprit ne comprenait pas. Los Angeles ? Le nom d'une fée ? D'un jeu ?
Très bien, très bien, n'y a-t-il pas un pirate Démon ? Lacerate serait-elle un traître ? Peut-être pas, vu comment elle protège, vu son besoin de régler les choses "bien" à l'Arène. Mais heureusement, elle jouait sur le terrain du bas-monde.

Elle quitta, quel regard avait-elle ? Hautain peut-être ? Pit préférait l'imaginait hautaine ou méprisante. C'était plus drôle. C'était mieux sur le plateau de jeu, ça collait mieux, bien bien mieux.

Les gloussements se changèrent en rires, des rires de plus en plus forts. Ca faisait de plus en plus mal au ventre. Mais il vaut mieux avoir mal partout ailleurs qu'aux boyaux, non ? Le Joker se laissait aller au fou rire. Regardant, la tête à l'envers en se couchant dos sur le bureau, la Gueule Cassée s'en aller. Pit était trop idiot pour avoir peur, ou trop ailleurs, trop aveuglé par les règles et le donnant-donnant.

Après deux ou trois minutes de rires qui n'aidaient pas à oublier le mal dans l'estomac, étrangement agréable car présent on ne peut l'ignorer, le Chef des Raccommodeur réussi à aligner des mots pour lui-même avec le sourire indétrônable.

- Serais-tu un monstres avide ?

Rire.

- Pourquoi ne pas nourrir l'affreuse être que tu dois être autant dans l'esprit que dans l'apparence ?

Le Joker n'avait aucune idée de ce qu'il disait réellement, mais il comptait bien jouer sur ces termes : démon ou monstre. Elle l'a dit juste avant, et ça rend le Joueur encore plus avide du jeu qui commence. Il faudra trouver comment anéantir, aggraver, avant de partir... ou bien une fois étant parti.

- Et si je suis trop cassé, qui sera la bête ?

Un autre fou rire encore.

America - Deus

They wanna see blood,
They wanna see hate,
Like a needle in your vein,
A sickness with no name,
In a world that's insane,
Why's America to blame
When you're praying for a change to a God with no face?

End
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ombre
avatar



✘ AVENTURES : 1617

MessageSujet: Re: Je sais qui tu es.   Sam 3 Oct 2015 - 14:57

The End


   
Et le jeu se poursuivra,
Entre mots doux et castagne,
Aucun de vous n'abdiquera,
Alors... que le meilleur gagne.

   

   FIN DE L'AVENTURE


   


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je sais qui tu es.   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tu sais pas quoi faire quand tu seras grand?
» Hum je ne sais pas ce qui ce passe
» Mais je n'peux pas, je n'sais pas
» [Sony PS1] Le "Que sais-je ?"
» ALISON, " la face de Hamster tu sais ce qu'elle te dit ? "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Grand Arbre :: Les Cabanes dans les Branches-