Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Mother, you're always around    Dim 12 Juil 2015 - 12:39

- Maxence
Mother, you're always around





Maladroit, agacé, Fang regarda autour de lui pour guetter un éventuel témoin railleur, la mâchoire un peu serrée, les cheveux relevés. Parmi les branches du Grand Arbre, le soleil de ce début d’après-midi commençait à cogner de manière intense, trop même pour emmener les petits au bain et tenter de les rafraichir. Trop aussi pour continuer le travail du jour commencé le matin même. Fang n’en avait pas forcément de regrets. La chasse de ce matin avait été bonne. Et la priorité était à la Réserve où les bêtes tuées commençaient à sentir. Ayant nommé Le Borgne, la Ficelle et un petit nouveau fraichement arrivé à cette difficile activité que celle de la taille, il entendait de fait les bruits de hachoir des trois garçons sur les cadavres.

Puis il y eut un bruit guttural. Une exclamation sèche du Borgne « Pas dans la Réserve ! » et il vit le nouveau se précipiter hors de la Réserve, le front blême, les yeux révulsés.

Il n’eut pas le temps d’atteindre le bas de l’Arbre avant de rendre son petit déjeuner.

Mi-souriant, mi-agacé, Fang leva les yeux au ciel. Il faudrait du temps au gosse pour s’habituer à l’odeur de sang et de viande que la canicule faisandait rapidement. Mais il avait bon espoir que ce chasseur perdurerait au sein de leur famille.

Leur famille. Merde. Le mot venait de lui échapper.

Il leva le poing, pour frapper enfin au montant de la cabane de Maxence. Dans l’autre il tenait sa chemise à carreaux, soigneusement pliée. Les yeux baissés, il attendit qu’on l’invite à entrer, étonnamment soucieux de respecter les ordres de Maxence. Car aujourd’hui était un jour spécial. Il avait quelque chose d’important à lui demander.

Oui. Demander. Fang. A Maxence. Un véritable miracle en somme.

Habituellement, si le Chat traitait sa propre « Mère » avec une nonchalante déférence, il tâchait de ne pas trop compter sur ses actions. Pas qu’il la méprisait – foutre non, avec sa jambe en moins, Maxence demeurait plus efficace que la majorité des pisseuses du Grand Arbre. C’était simplement une habitude prise depuis longtemps : les filles ne lui apportaient rien de bon et il tenait à son indépendance. Ils faisaient quand même ensemble le comptage du matin. Ils discutaient parfois des quelques têtes faibles, Fang s’enquérant de leurs difficultés, sachant pertinemment que ses propres méthodes d’encouragement laissaient à désirer. Mais il la fuyait le reste du temps.

Sauf aujourd’hui. Sauf pour la chemise.

Il avait tenté de la recoudre, mais la main de Blot avait fait bien des dégâts. L’incident avec le petiot s’était déroulé moins de trois lunes auparavant mais demeurait aussi vivace que le premier soir dans son esprit. Il avait eu le déplaisir de le voir rentrer vivant auprès de son groupe. Et il avait tenu tête à Freckles quand ce dernier était venu lui demander des comptes. Ce n’était pas son boulot de le surveiller, qu’il lui avait répliqué au Lionceau. Et Blot avait décidé tout seul de rester avec cette maudite sirène. A 5 ans, il était quand même assez grand pour être livreur et donc assez grand pour prendre ses décisions, non ?

Ne restait du coup que sa chemise déchirée.

Et hors de question de l’amener aux raccommodeurs. Il voulait éviter le regard scrutateur du bouffon de son Roi. Pit avait quelque chose de viscéralement dérangeant.

Puis… Maxence était douée, pour ça.

Alors Fang attendit, qu’on l’invite. Et entra, tête un peu basse, toujours crispé, mais moins agressif que la normale. Il marmonna un « Bonjour » avant de tendre sa chemise à carreaux, d’un geste un peu hésitant.

« C’est la manche… »
Qu’il murmura. « Elle est flinguée. »

Si ça avait été un être vivant, Fang aurait même rajouté « Sauve-la. »



Revenir en haut Aller en bas
Maxence
avatar

★ Mère des Chasseurs ★


✘ AVENTURES : 665
✘ SURNOM : La Trois-Pattes
✘ AGE DU PERSO : 14 ans. Ou 15. Par-là.

✘ DISPO POUR RP ? : Globalement, ouais.
✘ LIENS : Naissance & La Meute

MessageSujet: Re: Mother, you're always around    Sam 18 Juil 2015 - 12:39

Chaud.

Il fait trop chaud, c'est fou. Max n'aime pas, c'est trop. Mais Max n'aime pas la pluie non plus, ni le froid, ni tout ça. Ca tire sur ça jambe, ça lui donne mal à la tête, ça la cabosse un peu plus à chaque extrême météo. Elle et Yag se sont réfugiés dans les cabanes pour être un peu moins Fournaisés, mais ça continue d'être chaud.

Yag est calé contre un mur, et ses ronflements attestent de son sommeil injuste. Grosse flemmasse ! Max grogne, et lui jete une poignée de noyaux dessus. Mais bien évidemment, ça ne change rien. A côté d'elle, quelques cerises et un bouquet de Pit dont elle n'a pas encore décidé quoi faire. Yag n'avait plus faim, et Max est d'humeur inventive aujourd'hui. C'est d'ailleurs pour ça qu'elle est là assise, avec sa béquille et son couteau. N'ayant pas le courage d'aller crapahuter, la Trois-Patte a décidé de graver une âme à celle-ci. Elle a commencé par le bas qui se verra moins pour se faire la main. C'est une série de motifs clairement inspirés des indiens qui remonte le corps de la béquille. Et après.. Après ça s'arrête entre deux copeaux, parce qu'elle a découvert une fissure dans sa chère canne. Et ça, ça l'emmerde clairement. Elle était occupée à scruter le bois meurtri pour estimer les dégâts. Si ça doit se péter, autant changer. Elle se prend suffisemment de gamelle sans qu'une béquille ne vienne en plus le lui briser. Pis Grrrrrreen va encore l'engueuler,après.

Quand Fang arrive, elle était penchée sur sa canne, donc. Elle l'avait salué d'un mouvement de tête en se demandant ce qui l'amenait à cette heure-ci, et un bref haussement de sourcil avait commenté la manche.

- Foutraille, t'as été Violence avec elle.

Puis elle lève le regard vers toi, Fang. Comme pour vérifier que tu n'as rien, toi non plus. Elle se demande ce qui s'est passé, c'est clair. Mais elle n'est pas sûre que tu répondrais non plus, pas sûre que ça soit ses affaires.. Elle sera question là-dessus plus tard, peut-être.

- Blessé ?

Mais apparemment non. Toi t'as l'air d'aller, pas besoin de sauvetage. Alors elle revient à ta manche, estime les dégâts doucement. C'est vrai que c'est moche, mais c'pas foutu pour autant. Elle a un léger hochement de tête pensif et quand elle redresse la tête vers toi, tu peux voir qu'elle est déterminée à sauver ta chemise. Ouais ouais. Grave. Elle peut, elle va.

Et puis elle pense à un truc, visiblement. Parce qu'elle allait dire un truc mais se ravise, se penche sur le côté et.. Te tend sa béquille. Si si. En montrant du doigt la fissure qui la préoccupait à ton arrivée.

- A ton avis, on peut être Sauvetage de ça aussi, ou c'Mort de ma Troisième patte ?

Tant qu'à faire, autant avoir ton avis aussi.






J'suis Parole en #cc3300.
J'suis Portrait grâce à Carne !


Dernière édition par Maxence le Mar 1 Sep 2015 - 13:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Mother, you're always around    Dim 19 Juil 2015 - 9:32

- Maxence
Mother, you're always around





A l’accusation, Fang détourne les yeux pour fixer un point invisible sur la jambe amputée de Maxence. Dans une autre situation, Le Chat aurait sans doute prit le temps d’expliquer très clairement les tenants et aboutissants de cette tragique mésaventure. Mais il n’était pas certain que la mère des Chasseurs, si prompte à prendre la défense de l’un d’entre eux, lui concède l’abandon d’un morveux de cinq ans en plein Bois Joli en le laissant simplement, cerise sur le gâteau, en compagnie d’une de ces foutus sirènes. D’accord, Blot était connu pour être universellement insupportable, même pour les Mères qui tâchaient de lui pardonner et de lui expliquer certaines règles. Mais Fang regrettait déjà le canif offert à ce bambin pour qu’il lui lâche la grappe et accepte enfin de l’écouter. La déchirure de sa manche lui rappelait sa faiblesse et lui donnait des envies de meurtre.

« Une chasse comme une autre. »
Daigna-t-il enfin répondre en haussant une épaule. Mais Maxence lisait parfois en lui comme dans un livre ouvert – ce qui l’avait toujours inexplicablement mis mal à l’aise. Fort heureusement pour ses corones, la Trois-Pattes s’était décidée à la jouer moins intrusive. La faute peut-être à la chaleur et à l’ambiance joyeuse de l’Arbre depuis la fin du Croque-Mitaine.

- Blessé ?

« Allons. » Il relève un peu le nez, Fang, avec un sourire fier. Qui décroit à un nouveau regard sur sa chemise. Bassement, il soupire. « Tu crois que tu… »

Un regard de Maxence lui confirme ce qu’il espérait. La chemise sera sauvée. Ce n’est rien de plus qu’un miracle que leur Mère ait été Raccommodeuse avant d’être nommée de nouveau chez les chasseurs. Ils auraient pu tomber sur une Mary. Ou pire. Sur une Sugar.

Pour la remercier de ses compétences et du soulagement qui le prend aux tripes, Fang se permet de lui sourire. Un sourire non plus bravache ou sarcastique, mais un sourire d’adolescent, si rare sur l’Ile et bien plus encore dans le monde ordinaire. Le genre qui dévoile à chaque fois ses canines, détail qu’il n’apprécie pas des masses. Mais Maxence le mérite.

Maxence, qui n’a pas perdu sa cervelle pour autant, lui tend sa canne.

- A ton avis, on peut être Sauvetage de ça aussi, ou c'Mort de ma Troisième patte ?


Fang hésite, puis accepte le deal implicite. S’il n’y a que ça pour lui faire plaisir, il veut bien examiner la canne. Une canne gravée récemment, au vu des figures qu’il aperçoit à sa base. Mais il comprend bien vite le problème de Maxence. La fissure qui craque le bois est longue, presque 7 centimètres, et large d’un demi-doigt.

« On te retrouvera la jambe en l’air avant que t’aies pu crier vadrouillage. Elle est foutue. »


Fang caresse le bois taillé.

« T’as tapé quelqu’un avec pour la flinguer comme ça ? »
Puis son regard croise celui de Maxence. Pas de questions sur la chemise et pas de réponse pour la canne. Voilà bien un autre deal honnête.

« C’est du bois solide, je peux aller au Bois te trouver une branche de même type. Ou quelque chose d’encore plus solide. Je l’amènerai aux artisans pour qu’ils t’en fassent quelque chose. … T’en penses quoi ? »

Un prêté pour un rendu.


Revenir en haut Aller en bas
Maxence
avatar

★ Mère des Chasseurs ★


✘ AVENTURES : 665
✘ SURNOM : La Trois-Pattes
✘ AGE DU PERSO : 14 ans. Ou 15. Par-là.

✘ DISPO POUR RP ? : Globalement, ouais.
✘ LIENS : Naissance & La Meute

MessageSujet: Re: Mother, you're always around    Dim 9 Aoû 2015 - 22:50

Elle a le regard un peu curieux quand elle a vu l'état de la chemise. Une chasse ? Pas dit qu'elle y croit.. Mais en même temps, c'est pas ses affaires. Pas vraiment. Mais l'air fier quand elle demande s'il est blessé, cet air sûr de lui comme s'il pouvait lui se faire avoir par un quelconque danger.. Max a envie de le tarter et de sourire en même temps à cet air bravache. Elle a beau s'entendre plus ou moins avec ses enfants, elle est foutrement fière d'être avec les chasseurs. Les battants. Enfin.. Battant, ça dépend un peu de quelle recrue on parle. Pour certains, surtout une certaine, y a du boulot !

Et puis.. Puis. Fang lui fait un cadeau, il sourit. Pas ce genre de rictus narquois à l'emporte-pièce qu'il balance à qui veut en toute circonstance ou presque, non. Pas un sourire mauvais ou méprisant non plus. Un sourire, un vrai, un qui n'a pas besoin d'adjectif. C'est rare. C'est un vrai cadeau, et elle en a conscience. Surtout venant de lui. Combien de nana peuvent se vanter d'avoir eu un sourire de lui ? Peu. Pas qu'elle se sente toute heureuse juste pour ça, pas qu'elle soit niaise -on parle de Max, allons !- mais quelque part elle en est fière. C'est un peu une revanche sur tout ce qu'il peut balancer à propos des nanas -encore qu'il ne le fasse pas trop devant elle et que des fois elle soit presque d'accord.

Fang la ramène dans la réalité lorsqu'il lâche son bilan sur la canne. Et comme elle redoutait, elle n'aime pas le verdict. Mais, bah. Elle avait fait sa vie, hein.

- Vadrouillage !

Soupir. C'était une blague un peu très nulle, et elle en a consicence.

- Nah, pas tapé. J'ai été Chute, et elle a été Bouffage de Rocher à ma place. T'as qu'à être Cassure d'un truc, j'ai été préférence de Fracassionner la troisième que ma patte à moi.

Rien à cacher la Max, hein ? Elle a pourtant eu un temps de slience. Parce que les chutes, admettre qu'elle perde l'équilibre, elle n'aime pas. C'est être faible, c'est rappeler son handicape, c'est pas être la brave comme une vraie Chasseuse qu'elle voudrait être encore.

- T'es Connaissance des bois ? J'suis pas trop Idée de quoi conseiller.. Et t'es Suggestion de quoi, en truc plus Solidité ? Mais les Artisans, ouais, c'est un chouette Suggestationnage.

Max hausse une épaule, et regarde sa jambe absente. Puis, elle a une espèce de ricanement. Le genre qui est un peu bravache, un peu teigneux de vie et de volonté.

- J'serais Débrouillardise sans Canne pendant quelques temps et voilà. C'est Grrrrren qui sera Joie. Elle qui voulait que je sois Calme et Immobilité.

Oui, mais si elle peut pas bouger.. Max roule un peu des yeux à sa nouvelle pensée.

- Mais c'Bambi qui sera Course. .. Meh.


Elle lève les yeux vers toi, et tu peux le voir que ça la blase profondément. D'être inactive ou de devoir compter sur Bambi, va savoir. Peut-être u peu les deux, ou peut-être aucun.






J'suis Parole en #cc3300.
J'suis Portrait grâce à Carne !


Dernière édition par Maxence le Dim 6 Sep 2015 - 19:07, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Mother, you're always around    Lun 10 Aoû 2015 - 13:29

- Maxence
Mother, you're always around





La plaisanterie n’est pas si bonne mais a pour mérite d’étirer un peu plus les commissures de Fang. Dans sa tête pourtant, ses pensées sont centrées sur la forêt. Il cherche l’arbre qui saura remplacer la jambe manquante de la mère. La majorité sont des communs, bien évidemment utiles mais peu perdurant. Les autres légendaires du même type que l’arbre-à-bouffe seront seulement difficiles à trouver. A moins qu’il s’entête à trouver ce que les éclaireurs lui ont rapporté – légende, rumeur, fait réel ? L’existence d’un arbre qui bougerait par lui-même, cognerait le moindre animal essayant d’y marquer son territoire. Certains indiens, les Piccaninny vraisemblablement, arriveraient à l’immobiliser assez pour voler les branches les plus fines et en faire des flèches à la fois souples, droites et solides.  Avec une bonne hache, et quelques gamins comme Beast, Riddle, Le Borgne et la Corde, peut-être pourraient-ils aller en chasse d’une branche un peu plus épaisse pour y tailler la canne de Maxence. Cela demanderait une journée de voyage, aller-retour comprit. Jouable.

« Personne n’est à l’abri d’une chute »
répondit-il distraitement. « La dernière fois je me suis fracassé les reins. Arbre malade. Je l’avais pas senti. La branche a cédé sous moi, trois mètres de vide. » Un regard à Maxence lui apprit que l’anecdote n’était pas tombée dans l’oreille d’une sourde. « Je vais bien. Ca fait déjà un moment. » Ou pas, mais comment le savoir ? Le temps n’avait aucune valeur pour lui. Les jours se succédaient et s’empilaient dans un chaos de multitude sans décompte. Fang n’avait ni ombre, ni calendrier.

« J’ai peut-être une idée pour ta branche. J’essaierai d’organiser ça pour… »
Il se mord la langue. « Dans trois lunes peut-être. Le temps de réunir les gars et de faire une bonne chasse avant. Ca ne sera pas un problème, on l’a déjà fait. On ira à plusieurs. »

Lentement il vint déposer la canne aux côtés de Maxence. Et par réflexe, son regard se porta sur le moignon de jambe qui lui restait. Il en avait l’habitude, de celle-ci. Et d’une certaine manière, plus que la pitié c’était de la satisfaction qu’on pouvait presque lire dans ses yeux sombres. Tragique accident pour celle qui avait été l’une des meilleures chasseuses du groupe, bien avant que lui-même débarque. Mais qui avait fait de Maxence la meilleure Mère de l’Arbre.

Et Fang était sincère en le pensant.

« L’immobilité te va pas, Max. Tu finiras pas rendre dingue tout le monde si tu peux pas vadrouiller. Yag le premier. »

- Mais c'Bambi qui sera Course. .. Meh.


Saisit, Fang perdit aussitôt le visage sympathique qu’il arborait inconsciemment pour simplement paraitre effrayé.

Bambi ?
Bambi ?


Miss salade nutritive et sans huiles ? Miss la viande c’est trop gras il faut que vous mangiez de plus petites parts ? Miss je chiale dès que je vois un animal avec la gorge tranché ? Miss je peux pas m’empêcher d’être blafarde à la moindre tripe qu’on arrache du ventre d’une biche ? Miss la seule utilité que j’ai dans ce groupe c’est de nettoyer suffisamment bien les cabanes et la Réserve ? Princesse blondasse ? Ce truc aussi solide qu’une brindille sèche, maigre comme un orvet et tremblant dès que le Chat a le malheur de l’approcher ?

« On ira au plus vite. Je veux pas laisser Bambi avoir la charge des garçons si tu es immobilisée. »
Son ton fut soudain sec. Peu avenant. « Peter te l’a laissé à former mais elle est carrément loin du compte Maxence. C’est même un vrai boulet. »

Lentement, il desserra les poings.

« Je pensais l’emmener à la chasse. Qu’elle voit sur le terrain et se rende compte. On peut peut-être lui rentrer autre chose qu’une flèche dans le crâne à celle-là. »

Même si ça le démangeait vraiment de créer un charitable incident.

Revenir en haut Aller en bas
Maxence
avatar

★ Mère des Chasseurs ★


✘ AVENTURES : 665
✘ SURNOM : La Trois-Pattes
✘ AGE DU PERSO : 14 ans. Ou 15. Par-là.

✘ DISPO POUR RP ? : Globalement, ouais.
✘ LIENS : Naissance & La Meute

MessageSujet: Re: Mother, you're always around    Jeu 27 Aoû 2015 - 1:34

Les chutes c'est courant, ouais. Mouais. Elle le sait, Max, elle le vit. Mais elle apprécie le geste de Fang, de le rappeler, de se mettre dans le lot aussi. Il est décidément accommodant aujourd'hui. Ou est-ce parce qu'il est seul avec Max ? Hm, la chemise doit jouer un rôle aussi. Max jette un regard au Chat pour voir s'il est encore blessé, chercher une trace de cette douleur déjà ancienne aux dire du chasseur. Va savoir. Il pourrait bien dire ça aussi pour la rassurer et avoir la paix, pour ce qu'elle en sait. Et pour le coup, elle ne sait pas grand chose. Un bref mouvement d'épaule, et elle ausculte la blessure du tissu à carreaux en écoutant son "fils".

Un tic de sourire quand il parle avec exaspération de Bambi. Elle est assez d'accord, faut dire. Carrément même. Bambi la délicate, Bambi la douce et pleurnicheuse.. Bambi celle qui n'a rien à foutre là, surtout. Pourquoi bordel ce petit con de tyran la lui a foutu dans les pattes ? Mais quelle idée, hm ? Quelque part, la mère n'aime pas la blondinette parce qu'elle est la suivante. La promesse qu'un jour être teigneuse ne suffira plus, l'incarnation vivante de son échec. Bambi bordel, dégage ! Max n'a pas besoin qu'on lui rappelle qu'elle est infirme ! C'est un peu ça, le ressenti qu'elle a, la Trois-Patte. Bambi et ses deux jambes, c'est presque comme une mauvaise blague, une preuve vivante et qui la nargue qu'un jour ce n'est pas sa canne qui se cassera dans une mauvaise chute, mais bien sa tête. Bambi c'est presque la preuve qu'on attend ce jour et qu'on ne croit pas la borgne capable de tenir.

Max redresse la tête et.. Ouais. Ca s'entendait à la voix, hein : Fang tire la tronche.

- Panique pas. J'serais Action quand même, et Directives pas mal. L'est pas Franche Utilité seule, pas maintenant. Trop Apprentissage encore, trop..

Pff. Trop nulle, trop molle ? C'est pas un truc qu'elle peut dire, elle essaye de défendre un peu la chtite. Mais bordel, c'est pourtant ça.

- Elle sera Apprentissage au bout du compte. Un jour. J'suis Incertitude de quand, mais un jour. Y a pas de raison, si ?

Oh si, il y en a tellement..

- La chasse ? Meh. Pourrissage de traque, voilà le risque. Elle est pas Marche Silencieuse, si ? Elle est pas Respiration Calme, ou Nerfs Solides, si ?
Soupir encore de Max, qui trouve ça presque décourageant alors qu'elle essayait de défendre la petite. Au moins elle peut être Nettoyage, et Lessivage. J'peux être le Reste, si Yag est Bringueballage. Ca ira, Fang. C'pas ma première patte qu'est Cassage, c'pas la dernière.

Elle est presque convaincue. Mais absurdement, elle a plus l'impression que Bambi va compliquer les choses plutôt que les arranger. Ce qui est un peu injuste, quand même. Surement.






J'suis Parole en #cc3300.
J'suis Portrait grâce à Carne !


Dernière édition par Maxence le Dim 6 Sep 2015 - 19:16, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Mother, you're always around    Sam 29 Aoû 2015 - 14:28

- Maxence
Mother, you're always around





Pas paniquer ? Mais il ne panique pas, allons. Il essaye simplement de réfléchir à une possibilité de se débarrasser de Bambi. Ce n’est pas la première fois qu’il y pense mais au fur et à mesure que l’idée tournicote dans son crâne, un plan semble se dessiner. Amener Bambi à une chasse semblerait trop évident pour tout le monde. Si Fang revient couvert de sang, sachant qu’il ne sait pas mentir et que son ton compatissant se révèle souvent être froid et agressif, les autres gamins crèveraient tout de suite les raisons pour lesquelles l’apprentie aura disparue.

Mais s’ils partent à plusieurs, pour aller tuer un sanglier, ou un autre animal du genre, peut-être même un ours, et qu’il s’arrange pour blesser l’animal et mettre Bambi dans la ligne de mire… tout ça ne serait, au pire, qu’un tragique incident. Certes, Peter et Maxence le lui reprocheraient un temps, et il serait peut-être puni de ne pas avoir su veiller sur la jeune fille. Mais ça n’irait pas jusqu’au bannissement, encore moins à lui retirer son statut de chef. Et ils finiraient par oublier.

Alors une autre fille deviendrait l’Apprentie. Sur le moment, il pense à Alive. La douce Alive qui n’est pas autant niaiseuse que la blondasse. Maxence était bien raccommodeuse avant de passer Mère. Il y a peut-être moyen d’évincer les filles de son groupe avec ce genre de solutions.

Fang réfrène un sourire et porte la main à sa tempe. Il réfléchit trop. Et à se creuser la cervelle, il ressemble à un de ces diplomates qui ne cesse de manigancer. Quoique lui ne le fasse pas pour des raisons entièrement égoïstes. Ils sont censés ramener la bouffe et la Mère, les gérer. Que fera-t-elle Bambi, une fois Maxence… partie, devant ces garçons au regard de bête et au comportement instinctif ? S’écraser ? Pleurnicher ?

Leur servir de la laitue en s’excusant dans des reniflements pathétiques comme lui-même y a parfois droit ?

« Trop apprentissage. Ouais. Heureusement qu’on a l’éternité devant nous, parce qu’on en aura besoin d’au moins d’eux avant de lui faire comprendre quelque chose à cette bouffonne. »
Peste-t-il, agressif, avant de venir prendre place aux côtés de Maxence. D’une main caressante, il frôle sa chemise à carreaux. Et oublie un instant sa colère sous la déchirure.

Mais demain elle ira mieux, sa peau. Et il fera plus attention à elle, il le promet.

« T’as raison pour la chasse. Déjà qu’elle couine dès qu’on rapporte une bête morte, elle risquerait de se foutre au milieu si on essaye de tuer un lapin. »
Il soupire profondément. « On prendra rien avec elle mais faut que je fasse un truc. … Tsais. J’y pense mais… Les apprenties, comme les Mères, elles peuvent choisir de se barrer dans l’Ordinaire si finalement l’Île leur plait pas tant que ça… »

Quel idiot de ne pas y avoir pensé plus tôt. Le regard de Fang brille soudain de fièvre.

« Si toi tu lui fais récurer le sol et le plafond en long en large et en travers, et si moi je la pousse à aller tuer des bestiaux en forêt, elle finira par aller craquer sa pile auprès de Notre Seigneur pour retourner à ses poupées dans l’Autre Monde, non ? »


Plus besoin de la tuer. Plus besoin d’être puni. C’était délicieux à imaginer.

« Faut juste qu’on s’accorde. On va pas passer notre vie à se la trimballer jusqu’à ce qu’un jour la lumière pointe dans sa tête de linotte Maxence ! Moi je vais finir par la tabasser, elle me gonfle, et toi tu peux pas non plus te la supporter, avoue-le… »


Un nouveau sourire, de la part du Chat. Mais les crocs scintillent cette fois.

« On attends que ta patte soit réparée. Et on la pousse hors de l’Île. Pshit Bambi, bon vent ! »



Revenir en haut Aller en bas
Maxence
avatar

★ Mère des Chasseurs ★


✘ AVENTURES : 665
✘ SURNOM : La Trois-Pattes
✘ AGE DU PERSO : 14 ans. Ou 15. Par-là.

✘ DISPO POUR RP ? : Globalement, ouais.
✘ LIENS : Naissance & La Meute

MessageSujet: Re: Mother, you're always around    Mer 16 Sep 2015 - 20:08

Elle souffle un léger sourire quand il bougonne contre Bambi qui n'est pas assez Apprentissage. Elle, apprentissage ? Soyons honnête : c'est un peu la cata. Mais comme dit, au moins elle sait faire les corvées et elle essaye de bien faire. Enfin, peut-être. Max se demande toujours dans quel monde cette chouineuse délicate peut bien vivre pour ne pas se rendre compte du décalage entre elle et son groupe. Laitue versus viande, sérieusement ? Meh.

- Bah. Elle sera jamais Maternité de toute façon. Je serais pas Disparition. Pas sans me battre.

Même Max sait qu'on ne peut pas prévoir le futur. Mais elle ne compte pas se faire faucher, encore moins si c'est pour laisser ses gosses ne pâture avec les salades vertes de Bambi et ses couinements fautifs. Elle jette un coupe d'oeil à Fang qui s'installe à côté d'elle, et d'un geste lui fait signe d'attraper le matos à coudre un peu plus loin. Autant pour elle c'était presque loin, autant lui n'a qu'à étirer son bras. Beaucoup, mais ça devrait suffire. Tant qu'à faire, autant réparer cette fracture vestimentaire maintenant. Et puis elle apprécie ce calme avec le Chat. C'est pas souvent, surtout avec lui. D'habitude, c'est plutôt avec Arrow qu'il y a ce genre de moment tranquille.

- T'es tant Insupportage ?

C'est dit doucement, un ton en dessous. Pas tellement pour se cacher, ou par crainte : le regard qu'elle lance au chasseur est juste curieux. Oui Bambi est fatigante, inadaptée, incompatible même avec ce groupe rude et solide. Oui elle serait mieux chez les Racco, ou Livreurs, ou n'importe quoi à part les chasseurs. Oui elle est une plaie, un poids qu'il faut se trainer et qui peut demander le double d'énergie pour la surveiller, la botter au cul ET empêcher les autres d'en faire du hachis parmentier. Ouais elle est saoulante à toujours chouinasser inutilement, à être tellement sans défense physique ni morale. Max a toujours l'impression qu'elle pourrait la casser en deux juste avec une baffe. Max en a raz-le-bol. Max la vomit par les trous de nez et plus d'une fois elle a pensé à demander sa "mutation" dans un autre groupe. Ce qu'elle finira par faire, elle le sait. Mais.. Mais Peter. Bordel, Peter, petit con.

- Elle sera Récurrage et Lessivage de toute façon. Pas le choix, heh. J'suis Impossibilité d'frottasser tout ça. Le temps qu'une troisième patte soit retour, elle sera Savon sur tout. Et ça, elle est Savoir-Faire.

Vrai. Bambi sait laver, en tout cas mieux que faire la cuisine ou tenir les garçons. Quoique, ça a l'air d'aller mieux avec eux, on dirait. La pitié, peut-être. Raison de plus pour qu'elle ne soit pas Mère : c'est pas comme ça qu'on tient les Fauves, ils finissent toujours par refermer les mâchoires. Et la Pitié, c'est de la merde en boîte de toute façon.

Max pousse un gros soupire en entendant Fang. Non, elle ne la supporte pas, c'est vrai. Mais c'est pas forcément un truc à admettre. Pourtant, en soupirant, la Trois-Patte sait qu'elle l'a fait, implicitement. Qui ne dit mot consent.

- Je sais pas, Fang..

Merde. Elle vient de capter qu'elle a utilisé le Morne-Phrase, le langage des adultes. Peut-être parce que Fang l'oblige à biaiser, à esquiver, à peser ses mots comme un Adultueur le ferait. Un bref instant, elle le haït de toutes ses forces pour ça. Un bref instant. Ca la prend comme la foudre, et ça reflue, parce qu'il ne sait pas, il ne se rend pas compte. Va pas le blâmer pour ça, Max. Va pas lui cracher dessus.

- C'est Risque et Cruauté de faire ça. C'est pas Honnêteté non plus, et du coup c'pas Ressemblance. Ni de toi, ni de moi. Pis elle est venue, j'suis pas Certitude qu'elle voudra être départ.

Et y a autre chose. Max hésite, mais finit par le dire. Parce que ouais, elle est franchise et honnêteté.

- Et Peter, il est Affection et Attention pour elle, en ce moment.

Max sait qu'il est versatile et capricieux, Max sait que ça peut ne pas durer. Au fond d'elle, sans vouloir l'admettre, elle sait qu'il peut aussi se mettre à la haïr ou à la délaisser elle aussi, la loyale Trois-Pattes. Silencieuse, elle turbine. Fang a une proposition tentante et dégueulasse en même temps. Mais elle ne peut pas s'empêcher d'y penser.






J'suis Parole en #cc3300.
J'suis Portrait grâce à Carne !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Mother, you're always around    Ven 18 Sep 2015 - 17:29

- Maxence
Mother, you're always around





Les mots de Maxence ne sont pas pour le rassurer. Le sourire morcelé par une inquiétude qui se rappelle à lui, Fang doute. Doute de sa chance – car rien n’est jamais tendre et facile pour les vilains garçons. Qu’importe l’existence de Pan et sa liberté sur cette île, la fatalité fera toujours en sorte de le faire chier. Il voit bien les enfants disparaitre, tués ou simplement avalés par les recoins sombres du pays imaginaire. Il voit bien les noms s’effacer sur les tombes – et les oublie d’autant. Mais la crainte reste à chaque combat de perdre ceux qui sont essentiels.

Maxence est l’une d’entre eux, il ne peut que se l’avouer. Une personne à laquelle il tient peut-être un peu, il n’y a jamais trop réfléchit. Elle est utile en tout cas. Elle a sa place ici, elle est à sa place. Il serait ironique soudain de voir la trois-patte céder au destin et s’effacer à son tour pour laisser à la place à cette plante juvénile et féminine qui se proclamerait leur Mère. Les jeunes filles naïves comme Bambi survivent toujours étrangement longtemps. Les têtes brulées comme Maxence sont souvent prises à leur propre jeu. Il n’y a pas de hasard.

« C’est pas que j’suis insupportage… Même si tous ils te diront que j’ai le crachat facile. En même temps, ils me facilitent pas la vie, tous ces gosses qui foutent rien, écoutent rien… »


Il pense à Blot, aux plus jeunes, les révoltés, qui sous couvert de leur liberté les mettent parfois tout simplement en danger. Si ici, tout n’est qu’une vie de jeux insensés, leur existence n’en demeure pas moins régie par des règles. Des règles que seuls Pan peut braver. Ils forment tous les différents aspects d’une belle organisation, peut-être basée sur un modèle adulte mais pourquoi prétendre le contraire ? Ne sont-ils pas les meilleurs ? Ne peuvent-ils pas améliorer que les grands ont tâché, ont abandonné ou tenté de détruire ? Mais un maillon faible dans l’échelle et c’est la chute, sans faute.

Ces maillons faibles se cachent dans ceux qui doutent de Pan. Dans ces gamins obstinés qui n’en font qu’à leur tête. Dans ces jeunes filles inutiles qui se voudraient leurs Mères. S’il n’en tenait qu’à lui de tout régler par un ordre simple, il balancerait tout ça au-delà de la falaise. Direction le ventre des sirènes, à la revoyure mes bons seigneurs.

Pan ne mérite que les plus fidèles. Cela Fang en est persuadé. Et ignore que par ses pensées il condamne celle à qui il sourit à cet instant.

« Tu sais, Pan il veut sans doute nous montrer un autre chemin. A nous les chasseurs. Quelque chose qui soit doux, pour les câlins. Mais on n’a pas besoin de câlins. On n’a pas besoin de toute cette tendresse et dans tous les cas, elle est pas foutue de nous en montrer. Elle se pisse dessus dès que je l’approche, la plupart l’impression et les plus petits ont pas besoin d’être mouché avant de partir à la chasse. Peut-être qu’une fois qu’il aura terminé de la chouchouter et se sera trouvé une autre fille, il… »

Fang rougit un peu de ce qu’il va dire.

« On pourra lui faire comprendre qu’elle est p’t’être pas à sa place, tu vois ? T’as raison de dire qu’elle est efficace dans le Nettoyage – pour sûr que les cabanes puent moins qu’avant depuis qu’elle est là, sans t’manquer de respect. »
ajoute-t-il précipitamment. « Mais justement elle pourrait… elle pourrait être à l’infirmerie. »

Il réfléchit à l’idée de voir Bambi assister à une réparation d’un membre ouvertement cassé dans un torrent d’hémoglobine et de cris de douleur. Si lui ne tressaille pas à l’imaginaire, il la voit quand même bien vomir.

« Ou alors chez les récolteurs ! Ou les livreurs, ils cherchent une apprentie de ce que je sais. »

Et il s’énerve encore.

« Enfin un tout autre endroit que MA réserve. Alors ouais, ouais ok je l'avoue, j’suis insupportage mais cette blondasse me brise le cul en deux, Maxence. MERDE »


Frappant du poing au sol avant de soupirer, longuement. Comme essoufflé.

« Bon on a genre le choix hein. On va parler à Peter. Ou on la dégage. Et même si c’est pas bien, sur le moment, ça sera utile pour les autres. .. » Son regard noir s’ancre à celui de la Mère. « Tu sais en plus que j’ai pas peur de faire ce genre de choses, hein ? »

Il a tellement fait pire.



Dernière édition par Fang le Sam 3 Oct 2015 - 15:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maxence
avatar

★ Mère des Chasseurs ★


✘ AVENTURES : 665
✘ SURNOM : La Trois-Pattes
✘ AGE DU PERSO : 14 ans. Ou 15. Par-là.

✘ DISPO POUR RP ? : Globalement, ouais.
✘ LIENS : Naissance & La Meute

MessageSujet: Re: Mother, you're always around    Sam 3 Oct 2015 - 14:53

Elle se sent fatiguée, Max. Fatiguée sans qu'elle ne veuille l'admettre, fatiguée de faire dans la demi mesure, dans les mots subtiles, fatiguée de couvrir une personne qu'elle n'apprécie pas et peine à respecter. Elle est d'accord avec Fang, sans pouvoir l'admettre, ou sans le vouloir. Un long soupire s'échappe et Max fait la moue. Les gens n'aident pas, non. Pas qu'ils ne veulent pas, mais voilà. C'est comme ça. Max regarde la chemise, se concentre dessus pour ne pas se laisser aller à la déprime. Il faut agir, être fort, ne pas se laisser abattre, ne pas céder, jamais. Elle voudrait être invincible et inébranlable, Max. Mais en ne se laissant aucun répit, elle ne fait que s'épuiser un peu plus chaque jour.

Et Fang avance, il court devant, avec des mots aussi acérés que ses armes.

- Je suis pas Certitude du message de Pan. Je suis même pas Certitude que lui soit savoir. Certains sont Besoin de jolis mots parfois, de gentils trucs. Mais pas toujours, et la plupart sont Envie d'un roc qui tient. Bambi est pas Solidité, Bambi est pas Montrage de solidité. Bambi est Besoin d'attention, de douceur. Bambi est pas Adaptationnage des Traqueurs et..

Chut. Max se tait, ne finit pas sa phrase. Pour dire quoi, hmm ? Que ça la fatigue de devoir la gérer en plus ? Que ça l'épuise d'avoir encore moins le droit de sombrer parce que Bambi derrière ne pourra pas assurer ? Ses lèvres se pincent, et elle ferme les yeux. Une seconde. Deux.

Max se redresse. Debout feignasse, arrête de larmoyer, arrête d'être inutile ! Arrête de tout ramener à toi, connasse et avance ! Fang a pas besoin de t'entendre chouiner, et de toute façon c'est pas ton genre pas vrai ? Alors ta gueule et avance, tiens toi droite, remballe tes larmes et ta fatigue, ça sera plus tard. T'as toute la mort pour te reposer, et t'as l'éternité pour l'esquiver. Ferme ta gueule et bats-toi ! T'es bonne qu'à ça de toute façon, la Faiblesse te va pas au teint et t'es connue pour ta combattivité. Va pas les décevoir, va pas lui donner raison à elle, ta mamassassine, sur ton inutilité.

- J'suis Savoir qu'elle est Meilleur Frottage que moi, Fang. Sois pas Panique, j'suis Savoir. Et pour Honnester ça, j'suis Joie de ça. Paske elle peut être Utilité sur un truc sans que j'sois Tournicotage Surchauffé des neurones. J'lui colationne tout ça, et on est Fottage ensemble de vot' Crasse tissée. Silence. C'pas une bonne Maternité, mais c't une bonne Conchita Ménagère.

Et tu reviens à la charge, Fang. Tu attaques à nouveau contre Bambi, et Max fatigue d'essayer d'lui trouver des excuses. Et tu t'emballes à nouveau, et tu poses l'ultimatum. Ton regard, Fang, ton regard de nuit dans celui de Max.. C'est pas juste, t'as deux yeux toi. C'est pas juste, c'est du deux contre un.

Ta gueule, connasse. Chouine pas. Bats-toi.

- On peut être Attente encore un peu. Attente que Pan ne soit plus Chouchoutage et qu'elle soit peut-être remuage. Qu'elle soit Evolution.


Son oeil blafard s'ancre dans les tiens. Le tien. Un seul, les deux. C'est pas du jeu. Elle a un petit sourire qui se veut encourageant mais son oeil unique ne ment pas, il est fade. Elle pose une main légère sur ton épaule, que tu dois à peine sentir. Et déjà, le contact s'envole au loin, déjà elle la range et se reconcentre sur ta peau à carreaux.

- J'suis Savoir que t'es pas Peur. Que t'es Audace.

Tout a l'air tellement simple pour toi, Fang. Comme si le monde ne demandais qu'à être dompté, comme si tu pouvais le maîtriser et tout arranger d'une poigne de fer.






J'suis Parole en #cc3300.
J'suis Portrait grâce à Carne !


Dernière édition par Maxence le Jeu 15 Oct 2015 - 13:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Mother, you're always around    Dim 4 Oct 2015 - 20:27

- Maxence
Mother, you're always around





Bambi est pas montrage de solidité, ça pour sûr. Sa douceur maternelle ne suffit même pas à rassurer les deux trois gamins qui se sont perdus dans le groupe des chasseurs. Elle est chouinage, la Cascade. Renifle dès qu’un mot se prononce plus haut qu’un autre. Lui montre ses yeux de lapin conscient de sa mort prochaine dès que Fang se profile sur sa route. Elle est détestable, avec son petit visage de mignonne, ses longs cheveux dorés, sa manière de se tenir toute droite et toute repliée à la fois, les mains devant elle, les épaules voutées. Elle l’exaspère, à battre des cils tout en tremblant, comme si à susciter la pitié on pouvait lui pardonner sa débilité. Bambi est d’une stupidité à pleurer, et c’est lui, Fang le con, qui affirme cela. Sans honte.

« Maxence… » Commence-t-il, pour une nouvelle salve de critiques. Mais la Mère ferme les yeux, dans un moment de fatigue passager. Et pour une fois, Fang se tait. Rabat la gueule de la bête enragée pour laisser le silence les recouvrir, réchauffer la trois-pattes en perte de vitesse. Il l’imagine sans peine, veiller sur ses gosses et courir après son apprentie, incapable de la former sans la surveiller, sans rattraper ses fautes.

Il ne lui fera pas l’insulte de le lui faire remarquer. Ne lui fera pas honte en se plaçant à ses côtés, en soutien. C’est bien plus important que de parler d’ennui, d’énervement, face à l’apprentie chasseuse. C’est comme un moment de panne, dans leurs discours, dans leurs rôles respectifs. Un moment où tête baissée, la Mère cherche son souffle.

Et Fang cille, compte mentalement les secondes, sans broncher.

Maxence a su se redresser, avec ou sans canne. Saura toujours relever la tête, trouver force en elle pour occuper son poste avec assurance et détermination.

Ce qu’elle fait encore, dardant son regard borgne sur le Chat. Dont les yeux noirs la retrouvent et brillent d’une sourde satisfaction.

Non Maxence n’échouera pas. Maxence ne leur fera jamais honte.

- C'pas une bonne Maternité, mais c't une bonne Conchita Ménagère.
« Soit. » abdique enfin Fang.

- On peut être Attente encore un peu. Attente que Pan ne soit plus Chouchoutage et qu'elle soit peut-être remuage. Qu'elle soit Evolution.


Fang sourit, tout en serrant les dents. Mais ses yeux viennent caresser les carreaux de sa chemise lacérée. Et les mains pâles qui la retiennent, qui veilleront sur elle cette nuit. Une dette vient de se créer. Plus importante encore que n’importe quel assentiment face à cette attente, mais c’est déjà un petit prix de payer, une goutte d’eau dans le versement global de ce que Fang lui devra. Plus tard.

« Soyons attente. »

Ses propres doigts, calleux, courtauds, remontent à effleurer le manche de son couteau.

« Et si l’attente devient trop longue, que tu te lasses, que ça commence à te gonfler. Alors y’aura pas de plan à avoir, ou de discussion avec Pan à mener. Suffira que tu me dises un mot. Je le ferai pour toi. »

Pas pour les chasseurs, pas pour l’Arbre, même si indirectement tous y trouveront satisfaction. Mais pour cette Mère aux cheveux gris, qui n’a jamais chouiné ou baissé les bras elle. Pour Maxence.

On frappa à la porte. Et Fang se figea, attendant que la Mère autorise l’inopportun à interrompre leur conversation.

Le Borgne entra. Son regard aussi déchiré que celui de leur madre, comme il aimait l’appeler. Il jeta un regard respectueux sur cette dernière, marmonna quelques excuses, le visage éclaboussé de sang. Son travail à la Réserve avait du lui aussi être interrompu. Sa main montra l’Arbre, d’un coup de pouce impatient.

« C’est le groupe du Nord, m’sieur. Sont revenus avec un sanglier. Un gros. » Fang releva la tête. « Un tout noir, 200 kilos au bas mot. Sont six à le trainer. J’ai pensé qu’vous voudriez v’nir voir, et aider à l’montrer à Pan. Les raccommodeurs sont déjà entrain de tâter l’cuir. Belle bête. Pièce de viande pour les jours à v’nir. »

Fang pinça les lèvres, peu heureux de cette nouvelle. La Réserve était déjà bien pleine. Avec cette chaleur, la viande ne s’écoulait pas assez vite. Mais c’était un mal pour un bien. La tête leur servirait de trophée. Et la peau, dure, servirait aux vêtements. Encore un jour satisfaisant pour les chasseurs. Encore un jour où ils venaient de prouver leurs utilités.

« A coups de flèches ? »
« Ouais m’sieur. Mais sont profondément plantées. Pas récupérables. Bien trente… voire plus. »
« Avertit Sharpy. Nous en faudra le double pour demain. »

Fang se leva. Et le Borgne disparu par la porte entrouverte, après un rapide salut.

Le Chat faillit en faire de même. Mais posa une main sur le chambrant, vérifia la présence des autres chasseurs – mais tous étaient descendus.

Se tourna vers la trois-pattes. Et murmura, discrètement.

« On est tous fiers de toi, ici, tu sais. » On, donc je. « … T’es une bonne Mère. »

Avant qu’elle ne puisse constater l’acceptation et l’aveu de faiblesse, Fang referma la porte de la cabane. Et ses pas, lourds, résonnèrent sur le pont de bois, allant crescendo.

Il n’y avait pas de commentaire à ajouter.
Et il n’en parlerait plus jamais.

Cela ne disparaîtrait pas pour autant entre eux. Mais ça n'avait pas besoin d'être nommé.



Revenir en haut Aller en bas
Maxence
avatar

★ Mère des Chasseurs ★


✘ AVENTURES : 665
✘ SURNOM : La Trois-Pattes
✘ AGE DU PERSO : 14 ans. Ou 15. Par-là.

✘ DISPO POUR RP ? : Globalement, ouais.
✘ LIENS : Naissance & La Meute

MessageSujet: Re: Mother, you're always around    Mer 21 Oct 2015 - 20:51

Silence. Fang a respecté qu'elle se taise, et Max ne sait pas si elle préfère ça ou le fait qu'il continue de parler. Le mieux aurait été de ne pas avoir de coupure, tout bêtement. De ne pas avoir ce sujet, de ne pas avoir Bambi.. Non, non on ne peut pas dire ça. Ce n'est pas de sa faute, à elle. Et pourtant, pourtant..

Tu as l'air frustré par sa réponse, Fang. Max sent que tu n’approuves pas. Et peut-être avec raison, qui sait ? A partir de quand prudence devient-elle faiblesse ? Maxence voudrait avoit tes certitudes. Ça doit être reposant. Un peu effrayant, aussi. Ta proposition lui fait te jeter un regard oblique, pour voir si tu sous entends entend ce qu'elle a compris. On dirait que oui, à voir ta main sur le manche du couteau. Fang le Chasseur. Fang le prédateur. Ça la glace un instant que tu lui fasses cette offre, que tu ais l'air sérieux, que tu y penses aussi ouvertement. C'est là qu'elle se dit que t'as déjà du y penser avant, t'avais juste la décence de ne pas mettre de mots dessus.

Bordel Fang, mais où est-ce que tu cours comme ça ? Tes mots vont loin , trop sans doute. Mais tu y crois.

Elle hoche de la tête Max, son œil braqué sur toi. Tu peux être sûre qu'elle ne te demandera pas ça, jamais. Qu'au contraire elle gardera un œil sur toi. Mais elle note aussi que tu as une certaine confiance en elle, pour parler aussi ouvertement. Que t'es prêt à aller loin, mais qu'implicitement elle peut compter sur toi. De façon un peu extrême, mais au fond pourquoi pas ? Si t'es prêt à ça, n'importe quoi à côté sera du pipi de chat. C'est bon à savoir.

- Merci Fang.

Et c'est sincère. Ça se sent. Max de toute façon, elle ne ment pas. Elle se tait, ou elle cause, mais biaiser c'est pas son genre.

Et puis de la visite, Le Borgne. Camarade de regard estropié qui vient jouer le messager. Max laisse Fang à son affaire, après tout c'est son domaine. La Trois-Patte a du tissu avec lequel batailler. Alors le Chat cause, donne ses ordres et finalement doit s'éclipser, non sans foutre une dernière baffe à Max. Celle-là, elle l'avait pas vu venir.

Il s'est barré avant même qu'elle ait pu réagir, cet empaffé. Sans doute embarrassé, sûrement trop pressé.

Il ne voit pas la surprise, le sourire qui fleurit d'abord de plaisir, puis de soulagement quand elle réalise. Puis de fierté. Le sourire reste un peu, puis se casse la gueule alors que son œil se met à briller un peu trop. Y a trop d'émotion d'un coup, trop de trucs contradictoires, trop de plein de trucs qu'elle ne sait plus canaliser. Mais y a personne, alors ça va. C'est moins lamentable de se laisser aller.






J'suis Parole en #cc3300.
J'suis Portrait grâce à Carne !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ombre
avatar



✘ AVENTURES : 1451

MessageSujet: Re: Mother, you're always around    Jeu 5 Nov 2015 - 19:39

The End


Tout existe dans le Pays,
On y trouve même des amis,
Ils sont pas toujours banals,
Ont une langue originale,
Mais ce qu'ils disent est bien vrai,
Et, au fond, fait son effet.



FIN DE L'AVENTURE




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mother, you're always around    

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» How I Met Your Mother
» Return Of Touhou Mother (Beta) (Touhou Mother 3/2)
» The story of how i met your mother [série]
» 東方星母録 (Touhou Mother) version anglaise
» EarthBound / Mother 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Grand Arbre :: Les Cabanes dans les Branches-