Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Soul
avatar

♣ Chef des Soigneurs ♣


✘ AVENTURES : 1022
✘ SURNOM : L'Immuable
✘ AGE DU PERSO : 16 ans... Mais sombre inéroxablement vers la maturité.

✘ DISPO POUR RP ? : NOPE sauf si vous avez une idée bien précise, une trame importante à avancer; venez m'en parler par mp! <3
✘ LIENS :
« L'âme naît vieille dans le corps ; c'est pour la rajeunir que celui-ci vieillit. »
Ongoing : IIX - X - XII - XIII - XVII - XIIX - XX - XXI - XXII - XXIV - XXV
Ended : I - II - III - IV - V - VI - VII - IX - XI - XIV - XV - XVI - XIX - XXIII



MessageSujet: Aube Létale    Ven 3 Juil 2015 - 0:29

Consignes

Ce Topic fait suite au dernier Event ; l’affrontement final contre le Croquemitaine ayant permis de libérer et sauver Peter Pan. Il vous permettra de jouer l’Après, les conséquences de vos blessures, ce qui vous aura marqué.
N’oubliez pas de lire la description de l’infirmerie que je vous ai ajouté en spoiler, ci-dessous ! Même si-celle se trouvera bouleversée par un aménagement spéciale pour l’occasion.

La Description de l’Infirmerie (originelle) RAPPEL:
 



  • En vue du nombre de participants, le topic sera divisé en « tours » qui dureront chacun deux semaines et seront toujours amorcés par Soul qui annoncera clairement lorsqu’il s’agit d’un nouveau tour (car Soul interviendra régulièrement sans pour autant entrainer un nouveau tour). Il y aura un codage spécial pour faire comprendre qu’il s’agit bien d’un nouveau tour.

  • Même ceux n’ayant pas participé à l’event peuvent participer, en admettant qu’ils aient participé à la Bataille.

  • Les blessés pourront poster un maximum de deux réponses par tour pour plus de clarté, mais la participation est totalement libre. Chaque participant peut ne poster qu’une fois, arriver en cours de route, poster une fois au début et une fois à la fin. D’ailleurs, les blessés ne cessent d’entrer et de sortir. Vous pouvez mettre en scène un évanouissement (voire une mort hinhin) si vous préférez participer peu. D’autre part, chaque blessé sera affilié à un soigneur particulier selon la gravité de ses blessures (cf la fin du spoiler) par Mary (mais le tout est orchestré par Soul et Pan). Si vous vous étiez déjà arrangés avec des Soigneurs en admettant qu’ils avaient soigné votre perso, merci de le préciser en spoiler dans votre post.
    Le premier post des blessés servira à décrire les blessures qu’il a subi : il sera ensuite dirigé vers un Soigneur par Mary à la fin du tour. Pour plus de netteté, pensez à résumer votre post en un petit résumé à la fin, en mettant bien en évidence vos blessures.

  • Les soigneurs pourront poster trois réponses par tour en vue de leur tâche. Chaque soigneur aura donc un petit groupe à s’occuper. Par ailleurs, les mères et les fées, lorsqu’elles ne sont pas blessées, participeront aux soins comme elles peuvent en apportant leur aide.

  • Si vous avez la moindre question/proposition ou éclaircissements à demander, il suffira de demander dans ce Topic! Vous pourrez aussi y mentionner une intervention qui vous générait (à moins que vous ne n'en parliez à moi ou Pan); rien n'est jamais définitif!





La douleur l’irradie, elle pulse et se répand en lui. Elle lui rappelle ce chemin qu’il a choisi, cette voie, cette voix qu’il avait suivi. Se refusant de le quitter, se rappelant qu’il ne le devait, qu’il ne le pouvait. Pas tant qu’il lui restait une once de vie. Pas tant qu’il pourrait encore…

Ouvrir les yeux.

Et contempler ce corps qu’il ne reconnait pas, que lézardent des sillons et des embranchements parfois rosées ou pourpres violacés. Le soigneur effleure les bandages qui lui compriment le torse. Ses yeux progressent plus loin, vers sa jambe qui subit elle aussi, l’étreinte d’un étau plus solide. Il se remémore les gestes, et les mains noires de celui qui l’avait « rafistolé  » sous les injonctions désespérées de Bình.

Le Dragon

Quand les garçons perdus l’avaient retrouvé, quand Shrub l’avait déniché en premier, Soul n’avait pas encore tout réalisé. Non. C’était devant le cadavre du diplomate aux pieds tranchés, qu’il avait soudainement été ramené à l’effroyable réalité. Devant sa dépouille, celui que Pan avait lui-même achevé. Celui qu’il aurait pu sauver.

Ce silence…

Cette absence. Cette infirmerie noyée d’obscurité que les lucioles peinaient à repousser. Celle qui avait duré un peu trop longtemps. Soul s’était rappelé le silence des premiers instants. Il avait demandé d’une voix rendue pâteuse par ce dont on l’abreuvait, il avait demandait ce qu’il se passait.

Il avait oublié. Pan et la lune.

Il avait oublié. Les pirates. Le rapt. Mais le sourire et la condescendance fielleuse du second, il ne pourrait jamais. Il avait presque oublié le sort de la petite fille, celle qui se trouvait dans un lit à proximité. L’œil crevé. L’œil que Bình, en plus de la traumatiser, lui avait dérobé.

Aux regards que s’étaient échangés Mary & Green, si rarement de connivence ; Soul avait deviné la gravité de ce qui se jouait. Ce qui s’était amorcé avec les pirates, et ce qui s’enchainait, ailleurs, sur un champ de bataille.
Alors l’immuable, devant leur consternation mutuelle, avait refusé d’avaler tout ce qui altèrerait sa lucidité. Il s’était appliqué à encaisser, comme punition à ses échecs, chaque slave de douleur, chaque tiraillement nerveux de ses plaies qui se réveillaient. Qui se révélaient.

Il s’était rapproché d’Eilis, s’asseyant à ses côtés et l’avait ausculté, lui psalmodiant les poèmes, appris dans cette langue d’orient qu’il partageait avec Lòng, ce tortionnaire d’enfant.  L’immuable avait caressé son visage, et longuement fixé les scarifications de cet œil mort, dictant de nouvelles consignes. Sachant très bien qu’il ne pourrait guère faire plus que les soigneurs n’en avaient déjà fait.

Il s’était ensuite tourné vers les jeunes filles inquiètes, une nouvelle gravité dépeinte sur son visage si fatigué;

« Mary. Prend avec toi ceux qui peuvent se lever et t’aider. Installe le plus de brancards qu’il est possible d’en placer. Les blessés les plus graves seront envoyés à l’intérieur. Réquisitionne toutes les mères et apprenties que tu trouveras. Il faudra aussi préparer la terrasse. Des planches feront l’affaire.  Fais aussi déplacer les patients actuels qui ne sont plus en danger vers d’autres cabanes où ils devront rester alités.
Fais venir tous ceux qui auront ne serait-ce que des connaissances infimes en soins. Les mères veilleront à ce qu’aucun ne cède à la panique, et à la propreté des lieux. Elles assisteront les soigneurs.
Ton rôle sera à la fois d’orchestrer et de diriger les autres mères, que d’orienter les blessés selon la gravité des cas. Je pense que tu seras à même de les reconnaitre. Et quand tu trouveras le temps, tu nous aideras à ton tour. »


Il n’attendait aucune réponse. Aucune contestation. Sa voix encore un peu traînante, était empreinte d’une détermination impérieuse.

« Green, prépare plusieurs points où seront réunis les remèdes et désinfectants, que chaque table d’opération soit disponible et disposée à accueillir les cas les plus graves. Palissandre outre les blessés plus légers qu’elle aura à traiter, sera en charge des outils qu’elle devra nettoyer ainsi que de chacune des tables sitôt les opérations terminées, si Joy est à portée, elle l’y aidera aussi. Joy devra aussi surveiller Brains, qu’il ne commette pas de nouveaux forfaits. Où est Jay ? »

Qu’aurait fait une handicapée sur un champ de bataille ? A quel risque inconsidéré la soigneuse se serait-elle risquée ? Soul chassa bien vite toute appréhension stérile, elle n’était pas là (tout comme Joy – mais c’était moins étonnant), il ferait sans et aviserait au bon moment.

« Quand Jay arrivera, selon son état… elle sera une priorité. Et malgré son état, elle devra s’affairer avec les autres. Mary, tu veilleras aussi à ce qu’elle tienne le coup. Le petit Jaw l’assistera et assistera les autres en s’occupant surtout des bandages et autre pansements. Shrub aura sûrement beaucoup de travail à nous amener chaque blessé, veillez à ce qu’il ne le soit pas lui-même, nous ne pouvons plus nous permettre de perdre personne. »

… personne d’autre.

«  Il faudra aussi se ravitailler en alcool, quitte à puiser dans les réserves des Chefs, dans la maison souterraine.  Nous manquerons sûrement d’anesthésiants.  Il faudra veiller à ce que Sugar nous en prépare d’avantage ; rajouta-t-il à l’attention de Mary. Quand nous n’aurons plus le temps, ni de matière, il faudra souler les patients.»

… Comme en temps de guerre.

Soul pouvait lire une toute autre angoisse apparaitre sur leur visage ; il tenta de se montrer rassurant :

« Nous allons y arriver. Il faut juste nous tenir prêt. »

Malgré son allure décomposée de grand blessé, malgré sa jambe meurtrie et ses multiples plaies. Soul avait, d’une main, balayé toute objection sur sa propre condition : ce n’était pas important. Rien ne l’était plus, à présent, que de sauver ceux que l’on amènerait. L’immuable se refusait lui-même à s’attarder sur ce qu’il venait de vivre, il ne pouvait se permettre de perdre pied, de se montrer, de… faillir.

« Green, apporte moi une décoction de stimulant, il faudra que je garde l’esprit clair et que je reste actif le plus longtemps possible. Nous n’avons pas une seconde à perdre.  Tu t’occuperas des cas les plus graves que je n’aurai pas le temps de traiter, il est possible que pour certains… Ce soit terminé avant même d’essayer. Dans ces cas-là, une mère devra prendre le relais pour assister ceux qui ne pourront pas survivre. Chaque seconde sera vitale.
Et…
– Il marqua une pause hésitante – Trouve-moi aussi quelque chose qui fasse office de canne. »

La dernière requête lui avait arraché une grimace. Soul ne pouvait cependant se permettre de trainer sous prétexte que sa jambe ne lui répondait plus, malgré l’étau qui la maintenait.
Il savait qu’il leur en demandait à tous beaucoup… Soul saisit la main de la Verte en la serrant : « Tu en es capable. Il te faudra être forte, nous ne pourrons nous permettre de nous éterniser sur ceux que nous ne pourrons… sauver. »

Saisissant, combien Soul allait à l’encontre de ses principes les plus élémentaires, mais… C’était ainsi, ainsi que cela se passait lorsque l’île révélait ses plus sombres aspects. Comme il y a bien longtemps dans la jungle asiatique,  comme à certains de leurs pires moments passé.

Les premières lueurs du jour émergeaient faiblement, annonçant la fin d’une bataille féroce et le retour proche de leur Tyran. Cette aube stagnerait un moment, laissant une impression d’une lente transition crépusculaire… La nuit  ferait graduellement place à la lumière.

Mais la guerre elle, n’était pas finie, les soigneurs devront à leur tour se battre à armes inégales…

Pour que triomphe la vie.



En clair, ce que Soul dit - Les rôles de chacun - CLIQUEZ:
 


Dernière édition par Soul le Ven 3 Juil 2015 - 17:40, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://cidiene.wordpress.com/
Green
avatar

♣ Soigneur ♣


✘ AVENTURES : 551
✘ SURNOM : La Grincheuse
✘ AGE DU PERSO : Entre 15 et 17 piges.

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : I was there at the birth,
Out of the cloudburst,
The head of the tempest.
Sujet en cours : I - II - III - IV

MessageSujet: Re: Aube Létale    Ven 3 Juil 2015 - 0:34


Elle avait fait ce qu’elle avait pu.

Lorsque la fête d’Halloween avait annoncé le début de la Grande Nuit, elle s’était enfuie en tentant de protéger ceux qu’elle pouvait. Lorsque la décision avait été prise de mener bataille contre le Croquemitaine et son armée lugubre, elle était restée pour veiller sur ceux qui ne pouvaient pas partir. Lorsqu’elle ne put plus tenir debout, elle s’autorisa un sommeil agité, perdant son Chef de vue pour ne le revoir que plus tard, ramené par Shrub vivant, mais... amoché. Bizarrement, qui plus est. Comme quelqu’un qu’on aurait démoli avant de le soigner.

Pour lui aussi, elle avait fait ce qu’elle avait pu. Elle avait constaté les dégâts, s’était forcée à le laisser pour s’occuper de la petite Mère qui leur avait été ramenée, celle au coeur sur la joue, à l’oeil crevé.

La couleur du ciel, rougeoyante comme si l’étendue s’était couverte de caillots de sang, fut annonciatrice du retour de l’Aube avant même que les premiers messagers ne la confirment. Lorsque Soul se réveilla, Green était revenue à son chevet.

Elle aurait préféré, mille fois préféré qu’il puisse se reposer. Et peut-être lui aurait-elle dit, peut-être l’aurait-elle engueulé si les circonstances ne l’avaient pas forcée de se rendre à l’évidence : ils avaient besoin de lui. Pour tout coordonner, les aider à s’organiser face au chaos qui s’annonçait. Car si la plupart des Garçons Perdus avaient gagné la guerre aujourd’hui, celle des Soigneurs venait tout juste de commencer.

Le fait que l’Immuable reprenne le contrôle des opérations ne la rasséréna pas, contrairement à ce qu’elle avait espéré. Au contraire, devant ses instructions, elle sentit une panique grandissante s’emparer d’elle. Elle savait qu’ils allaient se retrouver avec une foule de blessés sur les bras. Elle l’avait assimilé comme un apprend une formule par coeur sans la comprendre, en espérant s’en débarrasser. Mais la gravité de la situation la frappait enfin dans son entièreté, la clouant au sol.

Elle n’allait pas y arriver, bien entendu. Pourtant elle continua d’écouter, livide, se battant contre la panique pour ne pas perdre ses moyens, exécuter au moins les ordres qu’on lui donnait. Rassembler les remèdes, préparer les tables d’opération, droguer son Chef et... lui trouver une canne. Parce que, bien sûr, cet imbécile ne resterait pas en place. Et elle n’aurait d’autre choix que de l’accepter en fermant sa gueule. Histoire d’économiser son énergie.

Lorsque Soul eut fini d’énumérer la liste de ce qu’ils devraient faire, Green acquiesça une dernière fois et voulut partir. Seulement le Chef n’en avait pas tout à fait fini avec elle.

C’était toujours comme ça : le contact épidermique, lorsqu’elle n’était pas la première à l’instaurer, avait le don de court-circuiter ses pensées plus efficacement qu’une thérapie à base d’électrochocs. S’arrêtant brutalement, elle fixa sa main dans celle de l’Immuable avec un regard vaguement perplexe avant de reporter son regard sur le visage de Soul, cherchant à y trouver, désespérément, un appui.

- Tu en es capable. Il te faudra être forte, nous ne pourrons nous permettre de nous éterniser sur ceux que nous ne pourrons… sauver.

Non, je vais pas y arriver. Tu dis ça mais tu sais très bien que je vaux rien, que je vais pas pouvoir tous les sauver, que t’as bien trop confiance en moi. Je suis pas docteur, je l’ai jamais été. Je suis même pas forte, ça va pas marcher. Aide-moi bordel, tu vois pas que je suffoque ? Je veux pas être là. Je veux pas foirer, aggraver la situation, faire des morts en plus parce que je saurais pas quoi faire. Arrête de me regarder, aide-moi. Aide-moi à respirer. Fais quelque chose, putain.

- Ok.

Qu’est-ce qu’elle aurait pu dire d’autre ?

Elle se détourna, pâle comme un navet qui n’aurait pas vu le soleil depuis deux semaines. Rassemblant les différentes mixtures qui leur servait lors des opérations, elle entreprit de les répartir entre les sommier qu’elle débarrassa et réarrangea, assurant ainsi que leurs tables d’opération étaient prêtes à accueillir les blessés. Puis elle s’arrêta, attrapa 3 potions aux effets particulièrement brutaux qu’elle entreprit de mélanger avec rage dans une fiole vide. Soul voulait rester éveillé et ils auraient besoin de lui, qu’à cela ne tienne : avec ça dans le sang, il risquait de pouvoir tenir encore un bon moment.

Filant à travers l’Infirmerie, elle tendit la mixture à son Chef au passage, sans un commentaire avant de sortir d’un pas rapide. Lorsqu’elle revint, elle amenait quelques bouteilles et flasques supplémentaires d’alcool qu’elle disposa avec les médicaments. Elle portait aussi, en travers des bras, une grosse branche d’arbre légèrement tordue qui semblait avoir été arrachée avec sauvagerie plus que découpée proprement. Elle revint et la tendit à Soul avec brusquerie. Son visage s’était fait fermé, concentré comme rempart à la panique qui menaçait de la submerger.

Elle n’était pas prête, loin de là.
Mais c’était plus vraiment le moment de se demander si elle l’était ou pas.
Résumé:
 








I don't want to be saved
I wanna go down with you


Playlist
Theme song

L'essence de Green:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Mary
avatar

★ Mère des Soigneurs ★


✘ AVENTURES : 242
✘ SURNOM : La sanglante
✘ AGE DU PERSO : 13 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Apprends qui je suis avant de prier mon nom...

En cours :
Events divers et passés : ♠️ ♥️ ♦️ ♣️
Aventures finis depuis longtemps : ☁️ ☁️ ☁️ ☁️☁️ ☁️ ☁️ ☁️ ☁️ ☁️ ☁️☁️



MessageSujet: Re: Aube Létale    Ven 3 Juil 2015 - 22:59


Elle n’était pas partie au combat. Pour plein de raisons, qui commençaient toutes par « trop ». Trop peur, trop dangereux… Elle aurait cherché un alibi pour un peu mais elle n’en avait pas eu besoin.
L’état de Soul était trop inquiétant et justifiait à lui seul sa présence à l’infirmerie. Depuis qu’il était revenu, après l’incident , elle avait veillé un peu plus que d’habitude dans ce lieu. Elle avait même fait la paix (ou presque) avec Green, qui partageait son inquiétude au sujet de leur chef. Elle s’en était rongé les ongles, avait prié.
Et quand elle n’avait pas été occupée à cela, elle s’était rapprochée d’Eilis, l’autre blessée. Elle n’avait rien fait pour l’aider, les autres s’en occupaient très bien. Elle faisait juste semblant de la réconforter. Mais ce qui l’attirait, c’était son œil crevé et l’obsession malsaine qu’elle en avait. Cela l’attirait comme un cadavre agissait sur une mouche.

Et puis il y avait eu la bataille. L’arbre avait été bien silencieux pendant ce temps. Ce fut à ce moment que Soul décida de reprendre connaissance.
Ses premières pensées furent qu’il fallait qu’il se repose encore, qu’il n’était pas en état de travailler. Elle jeta un regard désemparé à sa fille, lui hurlant mentalement de le convaincre, qu’il l’écouterai, elle.
Que nenni. Leur chef avait décidé de reprendre les opérations en mains.

Après s’être occupée de la blessée, il se tourna vers… elle ?! Et commença à lui lister ce qu’elle devait faire. Elle mis quelque secondes avant de comprendre.
Très vite, l’excitation remplaça l’inquiétude. Elle se retint, bien évidemment. Ce n’était pas convenable. Elle écouta tout d’un silence religieux.

-Nous allons y arriver. Il faut juste nous tenir prêt.
-Oui !

Son ton avait été énergique. Elle était motivé à aider. Elle s’en alla rapidement, tandis que Soul parlait à Green, criant qu’elle allait chercher les autres mères. Elle entendit rapidement au passage l’instruction sur les mourants.
Une fois à l’extérieur de la cabane, elle ne pu réprimer un geste de joie. Elle était tellement excitée !
La gravité de la situation, le fait que les gens soient réellement blessés… tout cela lui passait au dessus de la tête pour l’instant. La seule chose qui lui importait était…
SOUL LUI AVAIT CONFIE UNE TACHE !
C’était génial, merveilleux ! D’habitude elle n’avait pas le droit d’intervenir à l’infirmerie. Le chef lui faisait la morale si elle essayait, arguant qu’elle était une mère, pas une soigneuse (bon c’était vrai mais quand même…).
Aux yeux de la pré-ado, ce qui se passait ressemblait plus à un grand jeu qu’à autre chose.
Elle récapitula mentalement ses tâches et réaliser quelque chose.
« diriger les autres mères »
OH MON DIEU, ELLE AVAIT LES PLEINS POUVOIRS !
Elle allait pouvoir commander à tout le monde, même à Rachel, à Maxence (même si elle lui foutait les chetons), ou à cette *biiip* d’Aphrodite. Oh et même à Nanshy, c’était merveilleux !

Elle se mit à courir, à la recherche d’un lieu où les mères pourraient être. Le soleil allait bientôt se lever (pour la première fois depuis longtemps d’ailleurs). Elle fila jusqu’à la cabane à Manger. Plusieurs d’entre elles étaient là. Ouf.


-Soul a dit que… blessés… infirmerie… aider.

Elle aurait voulu formuler une phrase cohérente mais elle était trop essoufflée pour parler aussi reprit elle son souffle sous le regard étonné des ses consœurs.

-Soul a dit que vous deviez venir aider à l’infirmerie car les blessés vont bientôt arriver.

Elle déglutit un peu, se fit un peu plus grande et regretta de ne pas avoir le talent d’orateur de Rachel en ce moment. Elle avait l’impression de parler comme une morveuse.


-Il faudrait juste que vous veniez assister les soigneurs. Pas soigner, mais plus surveiller vos petits, aider à administrer les traitements et se tenir à côté des mourants.

Elle avait l’impression d’oublier des choses mais c’était en gros les instructions que leur chef avait passées.
Voyant Sugar, elle se souvint soudainement :


-Oh, pas toi par contre ! Il faut que tu fasses des anesthésiants. On risque d’en avoir besoin. –elle ajouta pour les autres- Si vous pouviez être là rapidement, ce serait bien. Ah ! Et il me faudrait de l’aide là maintenant pour installer des lits sur la terrasse de l’infirmerie. Je donnerais le reste des directives là bas. Soul sera occupé à soigner les cas les plus graves donc je dis qui fait quoi.

Elle se sentait particulièrement fière de cela. Mais elle n’avait plus le temps.

-J’y retourne !

Et elle courut en sens inverse. Sur le chemin, elle croisa quelques garçons perdus qui se réveillaient péniblement. Nul besoin de préciser qu’ils furent réquisitionnés (de force) pour installer le campement des « pas-trop-amochés-ni-trop-morts ».
Quand les premiers blessés arrivèrent, la plupart des lits étaient prêts et Mary s’amusait follement dans son rôle de dirigeante. Cette journée allait être palpitante !


Résumé:
 






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MadMax
avatar

★ Mère des Chasseurs ★


✘ AVENTURES : 740
✘ SURNOM : L'Increvable.
✘ AGE DU PERSO : La bonne quinzaine.

✘ DISPO POUR RP ? : Globalement, ouais.
✘ LIENS : Naissance, renaissance & La Meute

MessageSujet: Re: Aube Létale    Sam 4 Juil 2015 - 1:33

Le bordel, ça arrive toujours un jour ou l'autre. Ou plusieurs fois par jour, si on est "chanceux". Sur l'île de Pan, faut bien l'admettre : on est souvent chanceux. Surtout ces derniers temps.

Max, elle est au Grand Arbre. A la Cabuse Boustifaille pour être précis. C'est bientôt l'heure d ela Distri, faut bien mitonner quelque chose pour les gosses. D'autres mères sont là, aussi. ca discute un peu, vaguement, ça occupe le temps en tritouillant les marmites. Max, elle pourrait avoit une chaise pour cuisiner, avec sa patte manquante. Mais non, kedal : bien trop fière pour ça. Alors elle reste debout pour la tambouille, elle s'active comme les autres. Mais malgré le petit bavardage, un truc couve et elle le savent toutes. Ces derniers temps, c'est drame sur drame, catastrophe sur combat, à croire que l'innocence disparaît pour ne garder que des enfants soldats. Et Max, si elle s'adapte très bien, n'aime pas ça. Y a déjà elle, pas besoin d'avoir trop de vétéran dans le coin, ça manquerait de fraîcheur d'esprit.

Et puis l'autre frappée débarque d'un coup, avec des airs de dramaqueen en tournée. Max plisse un peu des yeux en la voyant, elle pourrait presque feuler. La Sanglante, non, décidément, ça ne passe pas. C'est jamais passé entre elle. Mais elle se tait, Max. Elle écoute. Et la dernière phrase de sa tirade la fait ricaner d'un air mauvais.

- Si elle est Croyance que j'vais être Action pour sa trogne, elle est Fourrage de doigt jusqu'à la glotte.

Elle dit ça, Max. Mais elle est dans les premières à sortir elle aussi. Mary ? Elle ne fera rien pour elle, elle ne lui reconnaît aucune autorité, et c'est pas son intention de changer. Mais les blessés.. Ouais. Ca, faut aider. Même si ça veut dire se fader l'autre Grognasse et la surveiller. La surveiller ouais, parce que pour la Trois-Patte, c'est pas une araignée qu'elle a dans la caboche mais un troupeau de mammouths obèses. Rien qu'ça.

Une fois dehors, un sifflement et Yag apparaît. Il sent la tension lui aussi, sans doute plus que Max. Il est là, nerveux mais présent. La borgne grimpe et lâche un soupir.

- De un, faut être Aide et Soutien chez les Médigosses. Toi t'es Force, sûrement que tu pourrais être Assistance. Être Trimballage des Esquintés.

C'est le trajet le plus long du monde pour aller à l'infirmerie, avec le temps qui s'étire et s'étiole. C'est l'au revoir le plus terne et morne quand Yag repart en quête de blessés à trimballer. A l'infirmerie, Max aide à l'accueil des blessés. Les trucs moches, elle connait. Alors elle n'est pas Dégoût ni Peur, quand ça afflue.

Venant d'elle, tourner de l'oeil (le seul !) pour quelques bobos alors qu'elle est autant amochée elle même, ça serait foutage de gueule.

De toute façon, ce soir, c'est les autres d'abord.

Bref:
 






J'suis Parole en #cc3300.
Avatar par Freckles et moi.


Dernière édition par Maxence le Mar 1 Sep 2015 - 13:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grenouille
avatar

♣ Éclaireur ♣


✘ AVENTURES : 308
✘ AGE DU PERSO : 9 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Je coasse dans ma mare

MessageSujet: Re: Aube Létale    Sam 4 Juil 2015 - 17:00



l'aube létale

l'Infirmerie




Du fait que Grenouille avait été avantagé par la licorne de bois qui lui servait de destrier et lui assurait une avance conséquente, il fut l'un des premiers à arriver à l'Infirmerie. Dès qu'il fût descendu de sa monture, celle-ci se retrouva automatiquement son usage originel : un jouet. Ce constat fut d'une grande déception pour le Funambule, et aussitôt la douleur physique ensuivit cette amertume, comme si l'euphorie l'en avait jusqu'alors préservé. Il baissa les yeux vers ses jambes, encore empêtrées dans des bandelettes – celle de la momie qui l'avait attaqué. Elles lui collaient à la beau et lui brûlaient l'épiderme. Plus il tirait dessus, puis il souffrait. Il s'aperçut qu'il en avait aussi sur les poignets et sur les doigts. Il avait besoin d'un soigneur.
Il passa devant l'énorme chimère de Maxence sans oser la toucher et pénétra dans l'Infirmerie. L'ambiance qui s'y était d'ores et déjà installé le saisit des pieds à la tête, de l'estomac jusqu'au coeur. Une tension palpable s'était diffusée partout. Les soigneurs et les mères s'affairaient dans un mélange de précision et de fébrilité.
Grenouille comprit très vite que Soul ne pourrait pas s'occuper de lui, cette fois-ci. Il se préparait à faire face aux vagues de blessés qui envahiraient peu à peu le lieu. Grenouille, qui se trouvait pourtant sur le champ de bataille, ne semblait en prendre pleine conscience que maintenant. Comme s'il avait fallu lire l'angoisse dans les yeux du chef des soigneurs pour mesurer l'étendue de la situation. Il déglutit et faillit faire demi-tour, mais ses jambes le brûlaient tant à présent qu'il peinait à marcher. Il se tordait les doigts.

Hum... Il y a beaucoup de blessés. Plusieurs enfants sont morts. Peter... Peter est vivant. Ils vont arriver.

Et en effet, une petite cacophonie, encore assourdie, commençait à s'élever. Présageant ainsi la cohue qui s'apprêtait à assaillir le siège des Soigneurs.

Je n'ai presque rien, je voudrais juste quelque chose pour enlever ça...

Il ne savait même pas à qui il s'adressait. Ses jambes avaient pris une teinte rouge, violette par endroit. Elles étaient lourdes. Ses doigts ne s'articulaient plus. Ça lui bouchait les pores.
Il aurait voulu prévenir les Soigneurs du pire. Leur dire que les blessures physiques auxquelles ils feraient face, en plus de leur aspect morbide et terrible, étaient au moins aussi graves que celles qui avaient lacéré l'âme des enfants.

Mais il ne savait pas comment dire ça.
Il sécha vite ses yeux.
Et il attendit.



résumé:
 



Codage by TAC







Grenouille côasse en steelblue.  
.....

merci Arrow ♥:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Papillon Celeste
avatar

♣ Soigneur ♣


✘ AVENTURES : 77
✘ SURNOM : La Chrysalide
✘ AGE DU PERSO : 16 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oui ♥
✘ LIENS : Fiche de lien: http://neverneverland.forumactif.org/t904-fiche-de-lien-de-jay( V1)

Présentation: http://neverneverland.forumactif.org/t901-jay-ou-la-petite-fille-qui-nourrissait-les-oiseaux-a-la-fenetre-fini ( V1)
http://neverneverland.forumactif.org/t2964-v2-de-jay-devenant-papillon-celeste-fini#52072(V2)

MessageSujet: Re: Aube Létale    Sam 4 Juil 2015 - 23:38



Tu arrêtas de chanter et revins peu à peu à la réalité, tu tenais dans tes bras un petit garçon, pas plus haut que trois pommes, blessé...ou ? Tu le secouas dans tous les sens.


« Lovely respire ! Je t'en supplie respire ! »


Apparemment l'enfant était en hypothermie. Il était trempé de sueur et grelottait. Tu le secouas encore plus. Mais il ne se réveillait pas, tes yeux étaient remplis de larmes quand une petite main tremblante te toucha la joue.


« Jay...Pleure ? Pourquoi ? »

La voix était faible mais bien vivante, tu le serras encore plus.


«  Jay, tu étouffes, Lovely ! » dit la petite voix. 

Tu te repris un peu, tu avais envie de le gronder, après tout ne lui avais-tu pas ordonné de ne pas venir ? Mais à la place tu desserras ton étreinte en lui demandant :
«  Lovely grimpe sur l'accoudoir de mon fauteuil et cette fois reste-y ! »

Ta voix avait été ferme, surpris l'enfant obéit. Les cauchemars étaient partis et une nouvelle fois tu désobéis Jay. Car oui tu désobéissais, pas pour te rebeller, tu en étais loin mais pour faire ce qui était le plus juste . Devant ce champs de blessés, tu en oublias ton handicap et...


« JAY TU VAS TOMBER ! » cria Lovely.

Et en effet tu tombas...tes jambes ne te portais pas, elle ne te porterait jamais, il y a des choses qu'on ne peut pas changer. A cette pensée une boule de glace, un caillou de douleur se forma dans ton cœur. Ce fut le début d'une longue chute. Chute que tu ne percevais pas encore mais qui s'annonçait inexorablement, lentement tel un poison contre l'espérance.

Avec difficulté tu te traînas auprès d'un enfant mourant, Tu regardais autour de toi tant de morts et de blessés...Tu allais aller ailleurs tant bien que mal. Et là une main te prit la tienne, celle du petit garçon au bord de la fin.
«  Jay...Chante moi une chanson ! » dit-il de sa voix faiblarde. Chanter ? Tu n'en avais plus le cœur mais devant le regard larmoyant et terrifié du petit de pas plus de huit, neuf ans tu pris ce qu'il te restait de courage et te mis à chanter la seule chanson qui te paraissait adéquate à la situation.

«  Rivière auprès des bois,
Joli ruisseau d'argent,
Remporte toute la peur,
Emporte tout le sang,

Fleurs aux pétales de soie,
Chantez nous une chanson,
Quand dans la division,
S'amènent les démons,

Les étoiles brillent encore,
Mais elles sont loin de nous,
Les étoiles au dehors,

Les chansons que j'adore,
Ne me rendront jamais,
Les cœurs dévastés. »


Tu sentis la main de l'enfant se serrer dans la tienne puis relâcher, c'était fini. Tu tournas ta tête vers l'horreur, quelque chose en toi se brisa à cet instant. Mais tu retins encore tes larmes. Tu te souvins alors d'une planche laissée par un artisan dans le coin, tu dénouas la corde qui te servait de ceinture et demanda à Lovely d'aller chercher un grand pas trop blessé. Ce qui fut fait.

Tu attachas ta corde au fauteuil et le grand l'attacha à la planche. Le grand te remit sur ton fauteuil. Tu avais un air solennel, obscur, meurtri que tu n'avais jusqu'à présent jamais eu même lors des bannissements, mais tu avais compris Jay, tu avais compris que rien ne sauverait tous ces enfants, car tous grandiront et/ou se feront tuer malgré tes soins. Tu décidas donc de les mettre plus sauvagement en garde, pour leur bien. Et car la danseuse au fond de ton cœur avait perdu la capacité de voler.

Le grand mit sous tes ordres, trois enfants blessés sur le chariot improvisé.


« Ça ira Jay ? » s'inquiéta Lovely.

Comme d'habitude tu pris sur toi cette fois et souris tendrement :
«  Oui on va tout faire pour les sauver ! »

Le grand aida Jay à pousser le chariot improvisé, une fois arrivé au grand-arbre il fonça vers l'infirmerie, tu avais fait tant d'efforts Jay que tes mains saignaient, peu importe.

Mary arriva rapidement, courant dans tous les sens. Quand elle aperçut l'handicapée, elle pâlit, perdit son sourire et la dévisagea d'un air froid.


« Toi. A l'intérieur, maintenant ! Tu nettoies tes plaies et tu vas bosser. Il faut que tu prépares les remèdes et que tu t'occupes des blessés que je t'envoie. Exécution. Elle jeta un regard au petit et indiqua "Palissandre". »


Puis elle fit bien comprendre qu'elle n'attendait aucune contestation.

Alors que Jay allait rentrer, elle ajouta
:

« Quand tout cela sera fini, il faudra qu'on ait une discussion toutes les deux... »


Tu ne comprenais pas ta bêtise mais tu obéis à ta mère. Le grand détacha le chariot improvisé et tu entras dans l'infirmerie. Tu te moquais bien d'être punie, quelque chose en toi s'était explosé sur le sol en terre mêlé de sang. Tu commenças à préparer un remède et doucement tout doucement dans ce chaos infernal tu te mis à chanter tendrement, un murmure d'étoile dans la nuit.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne Perdue
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Aube Létale    Mer 8 Juil 2015 - 11:28

Quand la dernière bataille contre le Croquemitaine et ses Enfants s'était achevée, Palissandre s'était naturellement rendue à l'infirmerie. Non pas parce qu'elle était blessée -le maléfice qui l'avait touchée juste avant la disparition du Cauchemar ne lui avait pas survécu et hormis cela, la fillette ne comptait que des égratignures sans gravité- mais parce que l'idée de s'y retrouver, et de retrouver ses amis, de retrouver Soul la rassurait.

L'Immuable était épuisé.
Comme eux tous... Non. Non, pas comme eux tout, et la Pseudo-fée le savait. Il portait tellement sur lui déjà avant que le Cauchemar n'arrive... Et il avait été blessé lui aussi...
Et il y avait cette Mère à l’œil crevé...
La Pseudo-Fée ne savait en vérité qu'assez peu de choses sur ce qui s'était passé du point de vue de Soul, Eilis et des autres, mais elle s'était fait force de leur venir en aide de son mieux.
Palissandre avait douze ans. En temps normal, on lui en donnait plutôt huit, rarement dix. A cette minute, on lui aurait probablement donné plus que son âge réel: envolée l'insouciance souriante, sitôt les consignes distribuées, elle s'était attelée à la tâche avec une conscience méticuleuse, rassemblant tous les pansements qu'elle avait pu trouver.

Ça ne suffira pas.

Les blessés seraient trop nombreux, elle le savait par avance. Mais elle ne pouvait se laisser aller à l'incertitude, elle devait s'occuper des plaies les plus légères et accueillir toute aide extérieure, nettoyer les instruments... Faire pour le mieux. Tout en réfléchissant à comment concilier l'ensemble, elle fila chercher de l'eau pour remplir une bassine. Il lui faudrait de l'alcool aussi, pour désinfecter le matériel avant que les "grands" comme Soul et Green puissent l'utiliser.
Une bassine d'eau plus tard, elle vit arriver Grenouille l'air penaud.

- Viens, on va s'occuper de toi!
Sa voix est douce, elle a l'accent chantant que sait si bien prendre la pseudo-fée, ce ton rassurant de l'infirmière qui vous annonce que tout va bien se passer.

Il faut que tout se passe bien.
Grenouille a des bandes qui lui collent aux bras et aux jambes, laissant sur ses membres une vilaine couleur qui fait plisser le front de la fillette.
Elle fait asseoir Grenouille, lui pose une main sur l'épaule et lui tend un linge humide pour soulager ses blessures en attendant que les soigneurs plus expérimentés ne prennent le relais. Elle redoute de lui faire mal, sait-on jamais...

Un jour, elle sera capable de s'occuper des blessures plus grave. Un jour, elle sera aussi savante que Soul et elle pourra l'aider, aider Green, et protéger tous les Enfants.
Si seulement elle pouvait devenir une fée...

Elle voit arriver Jay et lui adresse un sourire amical sans s'arrêter pour autant dans sa tâche. C'est rassurant de voir les soigneurs se rassembler, même si la Pseudo-fée sait qu'ils ne seraient pas assez nombreux. Le Croquemitaine avait fait des ravages, il aurait fallu qu'ils soient dix fois plus, et bien mieux équipés.
Mais dans l'esprit fondamentalement optimiste de l'enfant, il n'existait pas de petits efforts.
Ils feraient tous de leur mieux.
Elle se sent prête à affronter l'épuisement et à repousser les limites de ses compétences pour aider le plus de gens possible...

HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Stealth
avatar

♣ Chef des éclaireurs ♣


✘ AVENTURES : 792
✘ SURNOM : L'Ardente
✘ AGE DU PERSO : Aux portes du bannissement...

✘ DISPO POUR RP ? : À voir en MP !
✘ LIENS : Une flamme dans la nuit, un sourire dans les ombres.

MessageSujet: Re: Aube Létale    Ven 10 Juil 2015 - 23:18





Aube Létale
La Fin.
Infirmerie





C'est ce qu'on appelle le contre-coup.
Ta flamme s'est bien grisée Stealth, depuis le moment où tu chargeais les Horreurs en hurlant sur le dos de ton fidèle destrier entourée de feux-follets.
Bien loin est le moment de pur bonheur et de soulagement à la vue du Petit Roi réanimé.
Disparus sont les présents merveilleux des Mythes.
Même le sable doré qui t'avait emplit d'une douce chaleur s'est évaporé.
Désormais tu aides Shrub à transporter les blessés ; marchant lentement à côté de Mac sur qui on a chargé trois enfants.
Le chemin est long, fastidieux ; tes blessures, même légères, d'incommodent ; ta robe déchirée et trempée t'alourdie ; le souvenir du champ de bataille te plombe bien plus que la boue qui s'accroche à tes bottes.
Vous arrivez enfin au Grand Arbre et rejoignez l'Infirmerie complètement réaménagée pour les futures cargaisons de blessés et sûrement de morts...
Soul est là évidemment, mais il a une canne et le teint cireux. Son regard quant à lui est plus vif et alerte qu'il ne l'a jamais été.
Tu n'as pas envie de subir son regard froid et désapprobateur, alors tu te concentres sur ta tâche et décharges les enfants blessés du dos de Mac.
Mary la Dérangeante est là, elle a l'air moins dérangée. Elle accueille les nouveaux blessés et les envoie à deux Soigneurs différents.
Quant à toi Stealth, tu lèves une main et marmonnes :

"Je veux bien que quelqu'un me panse le flanc gauche, une flèche m'a entaillé, je crois que c'est profond." tu te gardes bien de préciser que c'était une de tes flèches.

Tu n'as pas envie que les Soigneurs perdent leur temps avec toi, bien pire est en train d'arriver sur le chemin du Grand Arbre. Mais tu redoutes l'inaction et souhaiterais te rendre utile, ce que tes blessures t'empêchent de faire correctement.




(c) MEI SUR APPLE SPRING



Résumé:
 








♥️ Stealth's Song ♥️

Composée, écrite, chantée par Peter Pan et Stealth

Stealth's Voice
Dessins d'avatar par Carne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joy
avatar

★ Mère Apprentie des Soigneurs ★


✘ AVENTURES : 433
✘ SURNOM : la Stone
✘ AGE DU PERSO : 16 ans (officiellement 14)

✘ DISPO POUR RP ? : On peut toujours en discuter *...*
✘ LIENS : :
Fiche


Elle hallucine en 5C7AF3.

Avatar par Glumdrops
:

MessageSujet: Re: Aube Létale    Dim 12 Juil 2015 - 2:36

… décidément, il fallait qu'elle apprenne à soigner ses camarades. Son inconscience aurait pu coûter la vie au rouquin...


- Regarde, c'est fini. On a gagné... murmura-t-elle au garçon.

La bataille venait à peine de se terminer, Joy était assise à même le sol, un blessé auprès d'elle. Son regard se posa un instant sur les quelques âmes qui avaient encore la force de laisser le bonheur les submerger. Des cris de joie et de soulagement. Elle, elle ne pouvait pas en dire autant, n'ayant pas l'humeur à ce qui lui paraissait être des futilités. Vide, lassée, épuisée, écœurée. Même si son regard était posé sur ce groupe d'heureux gagnants, son attention était désormais reportée sur cette étendue de corps inertes autours d'elle. Si nombreux. Bien trop nombreux.
On a gagné. Génial.

- Est-ce qu'on peut encore appeler ça une victoire ? demanda-t-elle au blessé.

Bien entendu, fort heureusement, son interlocuteur était inconscient. Joy ne désirait contaminer personne par son pessimisme, et surtout pas ceux qui semblaient déjà mal-en-point. Elle poussa pour la énième fois un soupir, redoutant l'instant fatidique où elle allait devoir se lever et entamer le long trajet qui la conduirait au Grand Arbre.

Elle se releva enfin, tentant tant bien que mal de soutenir le corps du rouquin qui s'avérait être plus lourd qu'il n'y paraissait. A moins que ce ne soit elle même qui surestimait ses propres capacités...
C'est lorsqu'elle fut droite qu'elle ressentit des douleurs, récompense d'une victoire durement arrachée. Elle ne parvenait pas à s'en rappeler mais alors qu'elle était sous l'emprise de ses herbes, elle avait fondu en direction de l'ennemi, frappant au hasard sans se chercher à se protéger des attaques de ses adversaires. Il n'était donc pas étonnant qu'elle paye son imprudence, le fait même qu'elle était encore en vie relevait de la chance.

Elle examina ses bras, ses jambes d'un rapide coup d’œil et constata alors qu'elle était couverte d'égratignures superficielles, tandis que son épaule était striée d'une marque de griffes assez voyante mais là encore, peu inquiétante. La douleur qui l'inquiétait d'avantage provenait de son flanc gauche, qu'elle jaugea pour en estimer la gravité. Si Joy déplorait toujours son inaptitude pour soigner qui que ce soit, elle pouvait par contre se vanter d'être capable d'estimer avec exactitude le degré de gravité des plaies et autres symptômes de la douleur pour avoir tant de fois assisté à des consultations. Elle posa donc un regard critique sur la plaie qui lui sembla profonde. Mais lorsque ses yeux se posèrent sur le garçon qu'elle retenait contre elle, elle songea que cela n'était pas grand chose par rapport aux dégâts importants qu'il avait subit. Il aurait nécessairement besoin de Soul, et ce au plus vite.

- Des gagnants... De quoi, ils ont l'air les héros, hein ? marmonna Joy en entamant sa traversée du champ de bataille, prenant soin de contourner les corps et les quelques pillards qui tentaient de récupérer sur les dépouilles ce qu'ils jugeaient réutilisables ou recyclable.

Décidément, l'inconscience du blessé lui était bien commode, car ni les propos de Joy ni la vue qui s'offraient à eux n'étaient réconfortant. La Stone n'aurait peut-être pas eut le courage d'afficher un optimisme qui lui aurait parut indécent au vu du contexte.
Quand à Joy, le trajet retour lui fut pénible, tant par les blessés qu'elle apercevait que par la charge fragile mais néanmoins lourde qu'elle s'était vue assignée par un curieux coup du sort. Mais, elle ne ressentit aucun soulagement lorsqu'elle arriva à destination, sentant qu'un nouveau combat l'attendait.

L'ambiance était bien différente de celle dont les enfants avaient été habitués jusque là. L'heure n'était plus au jeu mais aux tentatives de sauvetage. Joy soupira. Encore. Elle trouvait que le décor avait peu changé malgré la distance qui la séparait du champ de famille : de la mort, de l'angoisse, de l'épuisement et de l'impuissance. L'affluence agitée lui faisait un peu tourner la tête tant elle contrastait avec le silence de mort qui régnait au Bois Jolis. Elle agrippa dans sa hâte l'épaule d'un soigneur qu'elle ne connaissait que de visage, l'interrogeant sur de récents événements capitaux qui se seraient peut-être déroulés en son absence. Ce dernier lui expliqua que l'infirmerie tournait à plein régime, recrachant invalides et mourants et que Soul avait donné des directives précises que le jeune soigneur était en train d'appliquer. La Stone lui demanda alors s'il se souvenait avoir entendu quoi que ce soit la concernant.

- Bah, j'crois qu'il veut que tu bosses avec Palissandre, t'as qu'à lui d'mander les détails. Mais d'abord pense à jeter ton cadavre, là. répondit-il en désignant le corps du rouquin que Joy peinait à porter.

- Il n'est pas mort ! protesta-t-elle avec colère.

Ces réactions étaient rares chez elle, mais face à pareil situation, il était normal que certains finissent par perdre leur sang froid. C'était même un comportement assez anodin, ce à quoi le soigneur ne répondit que par un haussement d'épaule. Il accepta tout de même de rapatrier lui même le corps auprès de l'infirmerie, voyant que la mère apprentie semblait à bout de souffle.

- Ah et sinon, j'crois qu'il veut que tu gardes un œil sur Brains. On a déjà assez de boulot sans qu'ce cinglé vienne nous charcuter des blessés.

- Entendu. soupira Joy.

Elle regarda le soigneur s'éloigner, le rouquin sur les épaules. Mais elle réalisa soudainement un détail qui risquait de compromettre la mission qui lui avait été
confiée :

- Hé mais... Attends, c'est qui Brains ? s'écria-t-elle.

Il était trop tard, le soigneur était déjà bien loin. La Stone resta un instant hébétée, son esprit embrouillé tentant de démêler en vain ce nouveau problème : comment allait-elle surveiller quelqu'un qu'elle n'était pas capable d'identifier ? Joy soupira pour la énième fois, le sort s'acharne ( la joueuse plutôt ).

Elle entra dans l'infirmerie, cherchant du regard la Pseudo-fée du regard. Lorsqu'elle l'aperçut enfin, elle ressentit une vague de soulagement la submerger. La chère petite semblait ne pas être trop éprouvée par cette vague de blessés de plus en plus pressante. Elle semblait même s'accrocher, particulièrement concentrée.
La Stone se glissa jusqu'à elle esquivant divers soigneurs plus ou moins pressés. Elle croisa les doigts pour ne pas  se retrouver nez à nez avec Mary, son mentor, qui n'approuverait sans doute pas l'initiative de Joy en partant pour la guerre.
Lorsqu'elle arriva auprès de la petite soigneuse, la mère apprentie fit du mieux qu'elle pouvait pour afficher à nouveau sa joie de vivre habituelle.

- Salut Palissandre. Il paraît que je dois t’assister, je suis à tes ordres.

Joy renonça à l'interroger sur l'identité de Brains, craignant de déranger la petite qui semblait bien occupée. Mieux valait qu'elle se débrouille par elle même. Elle jetait donc des regard réguliers et méfiants autours d'elle, à l’affût du moindre comportement suspect qui pourrait trahir l'identité de Brains. Mais, ils étaient tous si nombreux... Lequel était-ce ?

la version courte ?:
 







Hihihi

Owi clique:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1332
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: Aube Létale    Dim 12 Juil 2015 - 12:05

C'est un plaisir délicieusement égoïste que de se réveiller quand tout est fini.

Y a les lumières, d'abord, qui clignotent, trop fort sous ses paupières. C'est pas le soleil, c'est sûr. Trop froid. Même la faible lueur des bougies lui vrille la tête, à l'instant. Il voudrait fermer les yeux, mais les garde grands ouverts. Immobile et trop sensible à tout ce qui se passe autour de lui, les cris qui bourdonnent au fond de ses oreille, le contact dur du lit contre son dos, l'odeur entêtante de sang qui lui fait tourner la tête. Oh et puis. La douleur. Il a mal. Partout, ça brûle partout, mais la tête surtout, et sa gorge qui brûle. Il veut lever une main pour la porter à son cou, mais elle ne veut pas bouger. Panique. Il essaie de redresser, et voit des étoiles. Il sent deux petites mains contre sa poitrine, qui le poussent pour qu'il retrouve une position allongée.

« On a gagné ? »

C'est sa voix ? C'est sa voix, ça ? Il ne la reconnaît pas. C'est rauque, cassé, juste un filet de voix. Et pourtant, ça doit bien être lui, il sent au passage de l'air la brûlure dans sa gorge. Et puis tousse. Au dessus de lui, un visage un peu flou et inquiet qui le regarde comme si il était déjà mort. Mais il n'est pas mort ! Puisqu'ils ont gagné. Ils ont gagné, pas vrai ? Ça fait trop mal, de rester allongé. Il a envie de se lever. Il faut qu'il aille voir ce qui se passe. Est-ce qu'ils sont vivants ? Les livreurs, ils sont vivants ? Les petits, les petits ne sont pas morts, pas vrai ? Ce serait trop horrible. Un autre éclat de douleur explose au fond de son crane, et sa main s'agrippe d'instinct aux draps. Et Eilis ? Ils l'ont retrouvée, Eilis ? Il a entendu son nom, il en est sûr. Où il est, Soul ? Soul va lui dire ce qui se passe, lui. Et puis il va les sauver. Et Grenouille, il est vivant ? Et Harmony ? Elle va bien, Harmony ? Et la fille, là, celle qui a arraché les bandelettes qui lui enserraient la gorge ? Oxygène, please. Il inhale longuement, et ça brûle encore. Il essaie encore de se lever. Le gosse paniqué auprès de son lit semble pas loin de l’assommer une seconde fois. Lui enjoint de rester allongé, putain!, avant de s'éloigner pour chercher des renforts.

Il réussit à se redresser et à s’asseoir sur les fesses. C'est bien mieux. Et bien pire. Il a fait ça trop vite, et sa tête l'assassine. Il tourne la tête, de droite à gauche. C'est flou. Ça lui donne la gerbe. Il a tout le loisir de détailler le reste de son corps couvert de bleus, de bosses, et d'écorchures. Il dirait bien à qui veut l'entendre qu'il a déjà vu pire, bien pire, mais y a personne pour l'écouter. Et de toutes façons, le plus grave, il ne peut pas le voir. Seulement le pressentir. Sentir la douleur brûlante de sa respiration difficile, brisée, sifflante, laissant s'échapper quelques plaintes pathétiques. Et le sang séché qui a coulé sur tout son visage depuis son crane ouvert. Même pas mal. Même pas mal ! Il va le dire, à Soul, qu'il n'a même pas mal, comme à chaque fois.

Quelqu'un revient vers lui, et on lui fait boire un truc. Ça tombe bien, parce qu'il a soif, alors il avale docilement la mixture. Accorde même un immense sourire à la personne qui lui administre, le visage caché derrière des flashs blancs.Un sourire un peu pâle, par rapport à d'habitude. Il manque de soleil, c'est pour ça. J'ai même pas mal, vous savez, il précise. Puis de nouveau, on le fait s'allonger, et cette fois, il reste. Pas endormi. Juste épuisé. Il regarde le plafond, et compte dans sa tête les planches du plafond, pour s'occuper. Et ne pas penser au reste.

résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clumsy
avatar

♣ Chef des Récolteurs ♣


✘ AVENTURES : 689
✘ SURNOM : L'Intrépide
✘ AGE DU PERSO : 11 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours !
✘ LIENS : " Si je tombe, je me relève toujours. "

MessageSujet: Re: Aube Létale    Mer 15 Juil 2015 - 23:46




Aube létaleToutes les batailles de la vie nous enseignent quelque chose,
même celles que nous perdons.




Le soleil s'était levé, ils avaient gagné ; mais à quel prix ?

L'Enfant-Roi avait été sauvé, les cauchemars, repoussés, et le Croquemitaine, lui, éliminé - tout du moins.. pour un temps sans doute - et pourtant, l'Intrépide ne se sentait pas le cœur à la fête. Beaucoup avaient survécu, mal en point, certes, mais bon nombre des leurs se tenaient encore sur leurs jambes. Alors, pourquoi ? Pourquoi ne pas se sentir joyeux, avec de douces pensées ? Tout simplement car là, à leurs pieds, se tenaient les corps sans vie ou mourant de tant d'enfants, de peaux rouges ou créatures en tout genre ; les pirates, qui s'en moquait de toute manière ? Malgré les rêves, la magie et le grandiose, la Mort et l'horreur restaient présentes. Et l'Oubli prendrait sans doute son temps avant d'apaiser les cœurs palpitants des survivants.

Tout du moins, ce serait le cas du chef des Récolteurs.

Armé - ou plutôt muni - d'un bâton suffisamment robuste pour supporter son poids, le polonais avait alors commencé à aider des enfants à se rendre jusqu'aux cabanes ; grimaçant de temps à autres à cause de ses bras qui le lançaient un peu plus à chaque instant. Décidément, cette foutue bête ne l'avait pas raté avec ses crocs et ses griffes, mais ça, ce n'était rien à côté de l'allure que l'Intrépide avait après cette bataille terrible. Couvert de sang de la tête aux pieds, sa peau d'ours devant le visage et sur les épaules, l'enfant avait plus l'air d'être un monstre survivant du village plutôt qu'un réel garçon perdu ; et ce ne pouvait qu'être appuyé par le fait qu'il ne pouvait s'empêcher de regarder derrière lui. Clumsy aidait les blessés ; mais qui viendrait chercher les morts ?

Pour le moment, il préféra se concentrer sur ceux qui avaient encore une chance ; il ne pouvait se permettre de les abandonner.

Accompagné d'un enfant plus petit que lui, l'Intrépide n'afficha ce jour-ci aucun sourire en arrivant dans l'infirmerie qui grouillait comme une véritable fourmilière ; et pas la sienne, bien sûr. Il y avait du bruit, des pleurs, des murmures, des inquiétudes ; le petit chef n'aimait pas ça. Tapotant doucement l'épaule de la petite âme qui l'avait accompagné jusqu'en haut des cabanes, Clumsy l'abandonna alors à la mère des soigneurs, tout en gratifiant celle-ci d'un certain regard ; elle se devait de mettre son travail à bien, il y veillerait. Sans même lui adresser un mot ou lui expliquer ses blessures à lui, l'enfant-ours-et-jus-de-tomate se fraya un chemin parmi les blessés et les différents soigneurs, tout en prenant appui sur son bâton pour ne pas tomber.

Ce fut laborieux avec tout ce monde qui bougeait partout, mais le petit homme finit par apercevoir Soul ainsi que Green ; sa marche pénible n'aura pas été vaine.

« Laissez-moi vous aider. " leur souffla-t-il de sa voix tiraillée une fois à leur hauteur. »

De n'importe quelle manière, mais pitié, qu'il puisse faire quelque chose. Il ne supportait pas de voir ces enfants souffrir, mais surtout s'éteindre sans qu'il ne puisse rien faire. Il ne voulait plus que ça arrive.



©️ Jawilsia sur Never Utopia



Résumé:
 






Adventure is out there




Clumsy et l'Event Embuscade:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dgraymanheart.forumactif.com/
Scorch
avatar

♣ Diplomate ♣


✘ AVENTURES : 342
✘ SURNOM : L'Allumé
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ DISPO POUR RP ? : MP moi, on verra
✘ LIENS : C'est un géant très gentil, se faisant occasionnellement quelques amis...

MessageSujet: Re: Aube Létale    Ven 17 Juil 2015 - 0:46

- Comment qu'on fait ?

Le problème est... De taille, c'est le cas de le dire.
Scorch est allongé sur le sol, inerte, le visage et le reste du corps débarrassé de ses bandelettes de momie par Sparkle, le petit Incendie. Il respire encore, mais il a complètement perdu connaissance ; on pourrait lui shooter dans les côtes sans espérer un seul mouvement. Sur son front est encore posé un bout de bandage qui couvre la partie brûlée de son visage, et qui conserve ainsi, au moins pendant quelques temps, le secret qui se trouve habituellement derrière le tissu.
Traîner le Géant seul jusqu'à l'Infirmerie semble impossible ; ce serait comme dire de vouloir emporter une statue de l'Île de Pâques sur son dos pour faire le Tour de France. Les garçons perdus encore indemnes sont donc contraints de s'y mettre à plusieurs, et surtout, de faire preuve d'inventivité. Après avoir tenté de le prendre par les épaules en laissant ses jambes frotter le sol, à deux, sur une centaine de mètres, un enfant plus ingénieux que les autres propose de construire un brancard de fortune à partir de peaux de bêtes et de vêtements noués ensemble.
Le plan est mis en œuvre, et en quelques minutes, l’œuvre d'art est créée, et Scorch est placé dessus sur le dos. Le résultat est plutôt misérable, et surtout beaucoup trop court pour accueillir le blessé dans son intégralité ; ses jambes dépassent, et il est donc impossible de saisir le brancard par les deux bouts. Il faudra le prendre que par l'avant, le tirer, et traîner le Borgne sur le gazon et sur toutes les aspérités de la terre, quitte à ce qu'il se plaigne de douleurs au dos pendant des semaines lorsque tout sera fini.
Si il survit.

Le chemin est fait, avec étonnement peu de problèmes sur la route : il a fallu renouer l'installation seulement 2 fois, et son occupant n'en a chuté que 4 fois. Yag, l'amie chimère de Maxence, a même aidé à transporter Scorch sur la plateforme entourant l'Infirmerie – ils étaient trop lents pour que le blessé arrive dans les premiers à l'intérieur – en attachant un bout de veste constituant le brancard à une de ses cornes. Pendant le trajet, à force de passer par dessus des racines, des buttes et des rochers, la plaie cachée du Borgne s'est malheureusement rouverte, et un filet de sang commence à couler timidement vers son oreille droite.
Mais ça, c'est le cadet de ses soucis.
Alors que ses sauveteurs s'en vont presque aussitôt pour aller chercher d'autres blessés, le Géant tousse une fois, puis deux, jusqu'à ne plus s'arrêter. Le bruit causé, ajouté à celui des discussions, des gémissements et des hurlements de ceux qui se font soigner, donne une sorte de rythme musical malsain à toute cette catastrophe, comme le tic-tac sinistre du réveil à l'intérieur du ventre du Crocodile. Toutefois, malgré ses poumons en feu, l'Allumé ne se réveille pas, encore dans un état de conscience proche de celui de l'évanouissement. Il suffirait d'un rien pour le réveiller, mais sa gorge douloureuse ne constitue visiblement pas ce « rien » dont il a désespérément besoin.
Puis, brusquement, il se tait. Il ne tousse plus, ne crachote plus, mais il respire difficilement. Quelque chose obstrue ses bronches, mais il ne trouve plus l'énergie pour tousser. Si on s'occupait de lui maintenant, on pourrait peut-être deviner que les bandages de la momie qui recouvraient son visage étaient couverts d'une poussière mêlée à des sortes de micro-champignons, qui, en s'infiltrant dans les poumons de Scorch, ont causé une réaction allergique dangereuse, qui bloque peu à peu son système respiratoire.
Et comme il garde encore un morceau de ces bandages sur sa face...

Résumay :
 






Avatars:
 

Scorch met le feu en
Blaze Orange (#FF6600)
Icon by RRRAI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Perdu
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Aube Létale    Sam 18 Juil 2015 - 10:30

Moony était arrivé dans les premiers, peut-être en même temps que Grenouille, à peu prés. Les bandelettes de momie lui serraient la peau eu point de couper la circulation mais il parvenait encore à marcher et restait parfaitement conscient. la douleur ne l'atteignait pas. Elle était toujours moins forte que celle qui lui rongeait l'âme.

Il n'avait rien pu faire apparaître, il ne croyait pas. c'était comme ça et il n'y pouvait rien.
Fatalité.

Il n'avait pas fait attention à la personne qui l'avait récupérée pour le soigner. Il n'y avait pas grand monde pour le moment, il avait été vite pris en charge.
Bandelettes enlevées.
Il voyait sa peau marbrée, couverte de vilaines ecchymoses violacées, jaune, bleues, noires, un vrai arc-en-ciel de souffrance. Ça passerait.  

Il vit Grenouille à coté puis Soul passer. Le chef des soigneurs ne semblait pas en bon état, Moony ne pensait pourtant pas l'avoir vu sur le champ de bataille... avait-il était blessé avant ? Ailleurs ?
Haussement d'épaules. Peu importe. Ça ne le regardait pas.

Les enfants soigneurs s'agitaient. Freckles entra, emmené par Joy; et d'autres aussi : qu'il ne connaissait ou ne reconnaissait pas.
Il n'avait rien.
Il allait bien.
Sa peau lui faisait mal mais il était en meilleur état que la plupart des survivants.
Et les morts ? Il s'entassaient aux pieds de la cabane et personne n'avait le temps de s'en occuper.

Moony se leva, libérant rapidement sa place et fonça rapidement jusqu'à la cabane des artisans pour ramener le plus de pelles possibles. Il revint bien vite chez les soigneurs, déposa son butin, en prit une et se décidé à attraper Soul pour lui demander où ils pouvaient enterrer les cadavres. Qu'est-ce qui lui semblait le plus logique ? Une fois la réponse du chef donnée il lui demanda de faire envoyer les personnes valides là bas.
Il y avait trop de morts. Il ne pourrait pas les enterrer seul.

Le Fabricant se rendit à l'endroit désigné par Soul, fixa la terre vierge qui allait bientôt avaler les corps. Il commença à creuser. travail silencieux.
Aucune pensée.
Parfait.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mary
avatar

★ Mère des Soigneurs ★


✘ AVENTURES : 242
✘ SURNOM : La sanglante
✘ AGE DU PERSO : 13 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Apprends qui je suis avant de prier mon nom...

En cours :
Events divers et passés : ♠️ ♥️ ♦️ ♣️
Aventures finis depuis longtemps : ☁️ ☁️ ☁️ ☁️☁️ ☁️ ☁️ ☁️ ☁️ ☁️ ☁️☁️



MessageSujet: Re: Aube Létale    Lun 27 Juil 2015 - 12:25

Mary courait dans tous les sens, sautillant comme un cabri et enjambant d’un pas presque dansant les cadavres ou formes qui s’y rapportaient et se trouvant sur son chemin.
On aurait pu croire que la vue des blessés l’aurait refroidit, fait prendre conscience de la terrible réalité. Que nenni ! Elle ne se sentait que plus que transporté dans cette tâche spéciale. Elle se sentait UTILE.
Bon certes, il y avait eu quelques petits contrariétés… Comme Maxence qui refusait de se soumettre. Et le premier qui avait atteint l’infirmerie manquait singulièrement d’hémoglobine à son gout. Il n’avait pas de membres arrachés, de brûlures immondes qui l’aurait défiguré ou juste de poumons perforés. Non, seulement des égratignures ! Des blessures légères par ci par là… Rien de bien spectaculaire. Il avait fait son travail de messager et s’était ensuite posé dans un coin. Il n’avait même pas aidé. Pfft…
Elle serait bien allée le réprimander mais il s’agissait de Grenouille. Le morveux de la maison de pain d’épice. Elle n’osait pas s’en approcher encore. Aussi le laissa-t-elle et se concentra-t-elle sur ses tâches.

Quand l’extérieur fut prêt, elle remarqua que Palissandre était arrivée. Elle aussi semblait plus ou moins saine et sauve et avait déjà pris ses marques. Un souci en moins à régler résonna-t-elle avant d’aller crier sur un garçon perdu enrôlé de force.

Les premiers à arriver n’avaient nécessités d’ailleurs pratiquement à aucun soin. Une petite liste d’attente s’était formée pour la semi-fée qui finit bien vite débordée. Parmi eux, il y en avait eu un qui dépassait tout le monde d’une bonne tête. Cela avait été amusant à voir. La sanglante avait pensé que c’était surement un lâche, confirmant qu’elle était naturellement de mauvaise foi car elle même n’avait pas mis un orteil sur le champ de bataille.

Et pour en revenir à la situation présente, la file ne cessait de s’agrandir. En la regardant, quelque chose fit tilt en elle. Où diable étaient passées Jay et Joy ? Elles étaient censées aider ici ! Quelles… ingrates, horribles filles ! Elle se promis de leur passer un savon dès qu’elle les verrait (enfin plus à Joy qu’à Jay)(mais pas trop non plus car elle avait besoin de sa boniche le plus longtemps possible).
Cependant, elle ne pouvait pas rester plus longtemps dessus. Aussi se remit elle rapidement en mouvement. Pour aller embêter Maxence.

-Hey toi ! Y a un de tes petits qui pleure. Tu peux pas aller t’en occuper un peu ou t’es trop occupée à te tourner les pouces ?!

Et sur ce, elle tourna rapidement les talons avant de pouvoir entendre la réponse. Non non, ce n’était pas une fuite. Elle était occupée, ELLE. On lui avait confiée une mission importante.
D’ailleurs cette dernière commençait à montrer sa réelle nature car de plus en plus de monde arrivait, et avec des blessures de plus en plus sérieuses. Ce qui l’excitait. Mais plus par gout du jeu, non. Juste que… tout ce sang autour d’elle. Elle n’aurait pas su l’expliquer mais elle était pratiquement dans un état second.

Elle donnait les instructions pour chaque patient, elle aperçu son enfant préférée qui s’en revenait. Elle pâlit, perdit son sourire et la dévisagea d'un air froid. Alors comme ça cette petite merdeuse était allée au champ de bataille ? Sans son accord ? Nan, pire, alors qu’elle lui avait FORMELLEMENT interdit de quitter l’arbre ? Elle n’apprenait donc vraiment rien ?!
Furieuse, elle la toisa du doigt et articula lentement :

-Toi. A l'intérieur, maintenant ! Tu nettoies tes plaies et tu vas bosser. Il faut que tu prépares les remèdes et que tu t'occupes des blessés que je t'envoie. Exécution !

Elle remarqua alors un petit dans ses bras. Il ne semblait pas pisser le sang, il pourrait donc survivre encore un peu. Et si non, ce n’était pas grave. Elle lâcha donc un

-Palissandre.

Avant d’ajouter à sa fille :

-Quand tout cela sera fini, il faudra qu'on ait une discussion toutes les deux...

Elle avait changé d’avis. Elle engueulerait plus Jay que Joy. D’ailleurs cette dernière n’était toujours pas rentrée. Mais elle devait être comme sa (presque) sœur, suicidaire jusqu’à la moelle. Avait elle la moindre idée de combien une marchandise comme elle était dure à trouver ? Franchement, elles exagéraient !
Toujours sur le qui-vive, elle cria presque sur la première personne qu’elle vit pour se détendre :

-Nanshy ! Je t’ai dit d’aller là bas ! T’es sourde ou t’es conne ?

Bon, ok, ce n’était peut être pas la meilleure personne à qui faire ca. Mais elle n’en avait plus rien à faire. Elle envoya un bientôt-amputé à Soul avant d’apercevoir quelque chose, Une chevelure rousse, très particulière, qu'elle aurait pu reconnaitre entre milles. Stealth. Mary se précipita vers elle.

- Je veux bien que quelqu'un me panse le flanc gauche, une flèche m'a entaillé, je crois que c'est profond.

Une blessure par un arc ? Une horrible sensation la prit à la gorge. Soul lui avait dit d'envoyer les blessés par degré de gravité, Soul lui avait fait confiance en pensant qu'elle saurait. Mais là, la sanglante n'en avait aucune idée. C'était grave ou juste moyen ? Elle avait dit profond mais était elle en capacité de juger ?
Elle se mit à paniquer.

-Euh... Il faudrait que je voie ça d'un peu plus près pour juger.

C'était la réponse la plus logique dans cette situation. Analyser d'elle même la coupure. Elle se pencha donc pour regarder. Mais elle n'était pas plus avancée.
Grave ou moyen ?
Green ou Jay ?
Si elle l'envoyait vers Green ou Soul alors que ce n'était pas si grave, elle se ferait surement réprimandé de les avoir dérangé.
A l'inverse, si cela s'avérait être grave et que Stealth en mourait parce qu'elle l'avait envoyé vers la mauvaise personne, Soul serait déçu.
Quoi ? Stealth, mourir ? Oh non, elle n'avait pas envie d'être responsable de sa mort !
Que faire ? Que faire ?
Grave ou moyen ?
Moyen ou grave ?
Au pire, elle pourrait dire que c'était la faute de Jay. Ou planquer le cadavre et dire qu'elle était déjà morte quand elle était arrivée. Oui voilà. On a rien vu. Ou mieux, Stealth ne l'avait pas écouté. Donc, tant qu'elle ne passait pas devant Soul, tout irait pour le mieux. N'est ce pas ? Bien entendu !
Et tandis qu'elle se raisonnait mentalement, elle dit d'une voix encore un peu tremblante :

-J... Jay ! Va voir Jay.

Voilà, tout irait bien. Enfin elle l'espérait.
Elle se mit dans un coin près de la porte et tenta de reprendre son calme. Elle était la cheftaine aujourd'hui ! Elle avait fait le bon choix. Soul ne saurait jamais qu'elle avait hésité.
Elle s’était remise d’aplomb quand Clumsy arriva, lui posa un enfant auprès d’elle et s’en alla directement vers Soul. Comment ce morveux osait il ? Il l’avait ignoré ! Le sale petit *biiip*. En plus c’était elle qui disait qui allait où. C’était elle la cheffe du jour ! C’était vraiment injuste.
Sa première pensée fut de jeter le gamin qu’il lu avait amené, tant la rage inondait son corps. Mais elle se souvint que c’était probablement interdit. Alors elle l’envoya auprès de Palissandre sans trop regarder ses blessures. Ce serait bien s’il mourait, elle aurait sa revanche. Na !

D’ailleurs, en parlant d’elle, sa file de blessé s’était pas mal diminuée alors que Jay semblait en avoir de plus en plus. En même temps, c’était logique. Ceux qui n’avaient pas grand-chose avaient pu rentrer rapidement. Les blessés graves et moyens nécessitaient qu’une « ambulance »  soit libre ou que quelqu’un les ramène. Cela prenait plus de temps.
Cette constatation se confirma rapidement avec l’arrivée de Joy qui trainait Freckles. Elle la vit depuis la plateforme. Vu qu’un soigneur semblait lui avoir donné les instructions, elle laissa son apprentie (pour le moment) et se dirigea directement vers celui qui trainait le chef des livreurs. Il semblait dans un sale état (le chef, pas son fils. Lui elle s’en fichait).

-Soul ! Rapidement !

Comme ce dernier était déjà occupé avec un autre patient, elle le laissa sur un lit, près de l’immuable. C’était sans compter sur le rouquin qui commençait à remuer.

-Surveille le jusqu’à ce qu’il soit pris en charge, ordonna-t-elle d’un ton dur.

Elle courut jusqu’à l’handicapée.

-Jay, il faudrait un calmant pour Freckles ! Ca urge ! Magne toi !

Puis elle tourna les talons et alla voir Joy. Celle ci semblait déjà au travail.

-On t’a déjà expliqué ta tâche ? Nickel alors. Mais…

Elle lui tira l’oreille droite d’un ton un peu agacée.

-La prochaine fois que tu m’ignores, tu seras de corvée générale pour toute la semaine, c’est bien compris ?!

Ignorer, dans cette situation, c’était « ne pas se présenter devant Mary alors qu’elle était revenue ». Pas sûr que l’apprentie le comprenne néanmoins.
Elle se tourna ensuite vers Palissandre et ce qu’elle vit concernant Palissandre ne lui plu pas vraiment. Elle semblait vraiment sérieuse, faisant presque son âge.
Etait elle vraiment la seule qui s’amusait ici ? La sanglante en pris un coup dans son égo. Elle ne voulait pas avoir l’air immature. Ou en tout cas pas la seule à l’être. Aussi se pencha-t-elle vers elle, lui pinça la commissure des lèvres et l’étira pour la forcer à sourire.

-T’as l’air trop sérieuse, tête-molle ! Les patients sont déjà inquiets, pas la peine que tu leur fasses peur avec ta mine d’outre tombe. Alors, fais moi plaisir, souris et aie l’air de savoir ce que tu fais pour qu’ils oublient que tu sois autre chose qu’une empotée avec deux mains gauches.

Ravie d’avoir pu martyriser ses filles, elle tourna les talons et cria :

-Quelqu’un a vu Sugar ? Elle devait aider !

Elle ne reçu pas de réponses. Vraiment, les autres mères étaient inutiles. Heureusement qu’elle était là pour diriger, elle !

Depuis la plateforme, elle aperçu l’artisan de tout à l’heure qui... creusait ?

-MOONY ! lui cria-t-elle. Qu’est ce que tu fous ?!

Mais lui crier d’ici serait trop compliqué… Et merde. Elle courut jusqu’en bas. Le « géant » creusait toujours. Elle lui prit la pelle des mains.

-C’est super que tu veuilles aider mais, on n’a pas besoin de creuser. C’est Peter qui enterre les corps, tu te souviens ?

Elle lui parlait comme à un bébé, espérant qu’il comprendrait. Après tout, il avait vraiment l’air d’un demeuré.

-Ici, il faut que tu poses les corps et que tu les recouvres d’un drap. Donc remonte et va les chercher. Surtout qu’ils s’entassent dans l’infirmerie et sur la plateforme.

Ash aurait dû surveiller mais elle était elle même occupée. Rah la la…

-Allez, plus vite que ca ! rajouta-t-elle toujours sur le même ton.

Et sur ce, elle remonta rapidement, soucieuse de ne pas abandonner son poste trop longtemps. Quelques garçons la suivait (pour Moony, elle ne savait pas, peut être était il resté en bas à creuser malgré tout). Une fois en haut, elle leur indiqua les endroits où les cadavres s’amassaient.
Et elle se figea.

Y en avait un qui respirait encore. Mal mais encore.
C’était Scorch (elle le reconnu grâce à sa brulure)(qui saignait au passage). Depuis combien de temps était il ici, à l’extérieur ?! Pourquoi personne ne l’avait rentré ?
Le temps qu’elle descende ? Plus longtemps ? Peut être ne l’avait elle pas vu, avec toute cette agitation.
En théorie, elle devrait l’amener à Green ou Soul mais et si ils remarquaient qu’il n’avait pas été amené ici en priorité ou qu’elle avait fauté ? Bon elle ne savait pas comment ils auraient pu s’en rendre compte mais ils étaient soigneurs donc ils pouvaient voir ce genre de truc, non ? Oui ?

Elle pensa qu’elle pouvait le tuer tout de suite ou le cacher sous la pile de cadavres et jouer la carte du « il était déjà mort quand il est arrivé » mais il y avait des témoins désormais. Elle était dans la merde.
Et tandis qu’elle paniquait, les autres la dévisageaient, ce qui la faisait encore plus stresser.
Elle prit donc la décision la moins dangereuse : l’emmener vers le grinch. Elle saurait quoi faire, elle. Demandant de l’aide à un fossoyeur, elle le déplaça jusqu’à la table de Green. Soul était trop loin pour entendre, heureusement.

-Green, je sais que t’es occupé mais y a une urgence. Il respire quasi plus.

Peut être que « quasi plus » était un brin exagéré. Il avait une respiration mauvaise, difficile mais encore un peu présente. Elle rajouta à voix basse, de manière à ce que seule sa fille l’entende :

-Mais, euh… il était à l’extérieur et je sais pas combien de temps il est resté. Je l’avais pas vu. Et je crois que ça c’est aggravé.

Pourquoi elle lui racontait ça au juste ? Elle même ne le savait plus trop. Puis elle posa la seule question qui lui importait vraiment :

-Tu crois que Soul va m’en vouloir ?

Récapitulatif !:
 

{HRPG : si quelque chose ne vous va pas dedans, prévenez rapidement xx
Les noms sont en gras.}






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaws
avatar

♣ Soigneur ♣


✘ AVENTURES : 123
✘ SURNOM : le Requin
✘ AGE DU PERSO : 5 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Je suis toujours ouvert aux propositions °u°
✘ LIENS : :
☺️ Fiche
☺️

Jaws mordille ta main en 66cc99

☺️ Avatar par PeriwinkleAndHazel
:

MessageSujet: Re: Aube Létale    Mer 7 Oct 2015 - 20:38

La nuit éternelle n’avait pas effrayé le Requin. À défaut de courage, c’était son inconscience qui l’avait protégé de l’angoisse qui excédait les gorges de petits et grands. Jaws n’avait pas fait la malheureuse rencontre de ces créatures cauchemardesques, celles-ci n’ayant jamais peuplé son imaginaire. De toute manière : s’inquiéter ne faisait pas partie de ses habitudes et il s’accommodait de tout.

- Soleil ! s’était-il écrié tandis que l’astre diurne reparaissait peu à peu dans le ciel.

Cela lui rappelait qu’il n’avait pas vu Peter depuis quelques jours ou quelques nuits. Il lui manquait un peu. Lui mais aussi les jeux qu’il inventait, les aventures qu’il lançait, et les spectacles qu’il donnait. Le roi, mais aussi sa cape, son cri, sa fée et toute sa suite.
Ainsi, pétri d’un léger ennui, Jaws se balançait monotonement d’un pied à l’autre, à la manière d’un métronome. Du pied gauche au pied droit. Du pied droit au pied gauche. Il attendait, la nuque renversée, les yeux plantés au ciel. Il attendait. Du pied gauche au pied droit. Du pied droit au pied gauche. Inlassablement, désespérément.

- Jaws, qu’est-ce que tu fais planté là ? lui demanda un soigneur qui se dirigeait vers l’infirmerie.

Le petit rouquin se tourna vers lui, les yeux brillant, et s’écria :

- T’as vu ? Le soleil, il est revienduuuu !


Son interlocuteur resta de marbre face à cette démonstration d’enthousiasme typiquement jawsienne. Il se contenta de faire passer les directives, avec douceur mais fermeté. Il devait rejoindre Jay et l’assister, il devait aider ses camarades. Beaucoup revenaient blessés d’une terrible bataille.

- On n’y vaaaa ! lança Jaws en trottant dans la direction opposée.

Le soigneur l’attrape par l’épaule et le tourna de manière à le diriger dans la bonne voie. Le petit arriva donc à bon port sans embûches. Dès qu’il passa l'embrasure de l’infirmerie, il se fit plus prudent, plus délicat. Ses précautions extrêmes semblaient bien grotesques.
Il s’arrêta devant sa mère qu’il salua d’une petite révérence et d’un sourire immense. Satisfait, d’avoir honoré Mary comme il se doit, il n’attendit pas de réponse pour tourner les talons. Il poursuivit son chemin jusqu’à atteindre Jay, tout sourire parmi ces larmes. À plusieurs reprises, il dû passer entre les jambes de quelques grands mais cela l’enjoua d’avantage : il avait trop l’impression d’être un ninja !
Enfin, il arriva à destination. Là, il salua le Geai d’un grand sourire avant de remonter les manches de son vêtement qui étaient trop longues.

- Paré madame capitaine ! lança-t-il à Jay en lui adressant cette fois un salut militaire.

Cette journée s’annonçait… trop trop géniale !

Résumé:
 






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aube Létale    

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Une aube funeste ...
» La milice, et l'Aube Ecarlate.
» TALE SPIN / Super Baloo (Playmates) 1991
» Pétale Magique de Tournesol Affamé
» Zelda Majora's Mask - L'aube du 4EM JOUR !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Grand Arbre :: Les Cabanes dans les Branches :: L'Infirmerie-