Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ancienne Créature
avatar

Invité



MessageSujet: Le recueillement du chasseur   Sam 27 Juin 2015 - 15:08

Certains animaux ont pour habitude d'aller mourir ou de déposer le cadavre de leurs congénères dans un lieu qui est sain pour leur espèce. Il y est interdit de se battre, de s'y ébattre, d'y manger. Juste un endroit pour se laisser prendre par le sommeil éternel qu'est la mort. L'homme fait partit de ces animaux. On y trouve aussi l'éléphant, les dauphins et on soupçonne certains singes de créer des lieux de ce genre.


Moloch sillonnait le désert depuis plusieurs jours. L'endroit où se trouvait le tombeau des ephrynides était gravé dans ses gênes. Il savait parfaitement où il se trouvait et comment le rejoindre, même si il n'y était jamais allé.
Enfin, alors que le soleil se couchait à l'horizon, il le vit. Des centaines, des milliers, peut être, de squelettes d'ephrynides. Leurs couleurs tournant imperceptiblement au gris, puis au blanc. Moloch boitilla entre les cadavres, ne tournant aucun regard vers les autres. Se serait un blasphème. Sa respiration devenait sifflante, son corps voulait enfin arrêter de se battre. Il trouva un endroit parfait pour lui, au bord d'une falaise donnant sur une véritable mer de squelettes tranchants, il se lova dans un petit trou dans le mur, baissa ses lames et attendit, grelottant dans le froids mordant du désert.


Dernière édition par Moloch le Lun 6 Juil 2015 - 14:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ancienne Sirène
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le recueillement du chasseur   Sam 4 Juil 2015 - 13:30

Le sable chatouillait les pieds de Tempête. Un sable froid, presque blanc, sous l'éclat lunaire. Bien différent de celui de la lagune. Nul coquillage ne s'y lovait, ni aucun autre cadavre enfoui de créatures marines. Ici régnait le silence, un silence lourd, pénétrant, comparable à celui des grandes cathédrales, des temples anciens, des lieux de culte.

Tempête avançait, observait, aussi intriguée qu'une enfant découvrant, pour la première fois, le vaste monde. Le désert, jamais encore elle ne s'y était rendue. Sa proie l'avait guidé jusqu'à ses abords songeant, probablement, y trouver un secours. Désormais son sang emplissait l'être qu'était Tempête, sa chair gonflait son estomac. La chaleur de la chasse, du repas, baignait encore la sirène, mais n'empêchait pas le froid sépulcral du désert piquer son épiderme.

Les squelettes captèrent son attention, l'obligeant à aller de l'avant pour assouvir sa curiosité. Du bout des doigts, la sirène les toucha, suivant la courbe des dents restantes. Même mortes, ces créatures demeuraient impressionnantes. La Nature les avait conçu pour être des prédateurs.

Soudain, la sirène stoppa. Elle percevait de la chaleur sous la pulpe de ses doigts, sous la paume de sa main lorsqu'elle la posa, pleine et entière, sur la créature. De la chaleur, et une respiration. Erratique, mais néanmoins présente. Celui-ci était encore vivant. Celui-ci se mourrait.

Pliant les genoux, Tempête se mit à hauteur de la créature, de l'antre dans laquelle elle s'était glissée.

« Bonsoir, chasseur. »

Tempête retira sa main, laissant un espace entre elle et la créature. La sirène s'assit sur le sol, talons sous les fesses. Elle tendit sa main, signe tacite qu'elle voulait seulement ouvrir une discussion, ne pas engager de conflits.

« On dirait que tu cherches un coin où mourir. »

Ils étaient tous deux prédateurs, chacun à leur manière. Inutile de se repaître de fausses politesses, et de se voiler la face.


Salutations a écrit:
Je pouvais pas laisser plus longtemps un RP libre sans aucune réponse. Je voyais pas d'autre personne que Tempête venir te voir. J'espère que ma réponse te conviendra.  
Revenir en haut Aller en bas
Grenouille
avatar

♣ Éclaireur ♣


✘ AVENTURES : 297
✘ AGE DU PERSO : 10 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Je coasse dans ma mare

MessageSujet: Re: Le recueillement du chasseur   Sam 4 Juil 2015 - 16:35



Le Recueillement du Chasseur

Grenouille & Moloch & Tempête



mot:
 


Grenouille ne criait toujours pas. Il avait tenté de se recroqueviller sur lui-même mais la force centrifuge exerçait une pression trop forte sur ses membres. Les lacets de ses vieilles galoches s’agitaient sous le vent, tandis qu’il maintenant sur son crâne sa chemise nouée d’une main, étreignant sa gourde de l’autre.
Il n’aurait su dire combien de temps cela dura. Entre le moment où, alors qu’il se trouvait au côté d’un étrange Huron et d’un dragon de sable, une tornade l’avait emporté puis projeté sans plus de façon au cœur d’un endroit inconnu du désert. Inconnu, lugubre, plombé par un silence inquiétant.

Grenouille ne cessait de hoqueter, encore sous l’emprise de l’épouvante qui l’avait saisi lorsqu’il s’était senti quitter le sol. Il regardait autour de lui d’un air hagard, agrippait le  sol sableux, comme pour s’assurer que oui, il était bien vivant.
Des carcasses insolites s’étendaient autour, devant, derrière lui. Il ne savait pas à quel type de créatures elles appartenaient. Par chance, il comprit assez rapidement qu’il s’agissait de dépouilles. Mais il ne cessait de jeter des coups d’œil alertes dans tous les sens, de peur qu’une créature aussi rescapée que lui puisse jaillir de ce néant de mort.

Bonsoir, chasseur.

Grenouille plaqua sa propre main contre sa bouche pour s’empêcher de glapir. Il se trouvait juste derrière une énorme carcasse séché par la chaleur et s’y ratatina un peu plus. Puis, se plaquant contre le sol, il parvint à trouver un angle de vue entre les pattes avant de la créature, rejetant nerveusement sa frange poissée en arrière.

Une sirène. Une sirène mutée. Doyenne. Dangereuse. Mortelle.
La crainte que lui avait inspirée le dragon de sable lui paraissait bien dérisoire à présent.
Qu’est-ce qu’une sirène pouvait faire ici ??

Il plissa des yeux afin de distinguer ce sur quoi elle s’était penchée. Cela ressemblait aux carcasses inertes qui les encerclaient. Son cœur rata un battement lorsqu’il comprit que la créature, elle, n’était pas morte.
Ce ne fut qu’alors qu’il repéra sa gourde, à quelques mètres seulement des deux êtres. Il se mordit la lèvre, crispant ses doigts dans le sable. Dans un réflexe instinctif, il porta sa main au sommet de son crâne. Il dut manifester un effort considérable pour ne pas couiner. Sa chemise aussi s’était détachée de sa tête sous la force de la tornade. Balayant le paysage du regard, Grenouille finit par la repérer : elle pendait de l’antenne – du moins c’est comme cela qu’il aurait appelé un tel appendice – d’une des créatures. Ni la sirène, ni la chose ne l’avaient aperçu.

Il n’aurait qu’à rester là jusqu’à ce qu’ils s’en aillent.
Oui. En espérant qu’ils ne tarderaient pas. Il n’avait ni eau ni vivre. Et les nuits étaient glaciales dans le Désert Doré.




Codage by TAC







Grenouille côasse en steelblue.  
.....

merci Arrow ♥:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne Créature
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le recueillement du chasseur   Lun 6 Juil 2015 - 13:59


Pourquoi elle ne venait pas ? L'immense bête noire aux innombrables lames qui était censée le porter jusqu'à l'Invisible aux côtés des autres défunts pour participer à la dernière chasse ? Pourquoi son corps se battait toujours ? Pourquoi Moloch ne mourait pas ?
Un contact. De la chaleur. Des doigts glissèrent sur sa carapace. Se fut comme du miel coulant dans sa gorge. Il avait envie de compagnie, il ne voulait pas être seul. Pourquoi ? Il aurait du craindre cette chose étrange aux longs cheveux et portant cette odeur iodée qui rallumait progressivement les sens de l'ephrynide. Il aurait du la faire partir à grands renforts de hurlements, de feulements et de claquement de queue.
« Bonsoir, chasseur. »


A la place, il releva la tête et remit ses lames en l'air, paisiblement attentif, se délectant de la présence d'autre chose que les puces des sables qui se coinçaient entre les plaques de son blindage craquelé en divers endroits. Sa langue se glissa hors  de sa bouche pour essuyer le sang doré coulant aux commissures de ses lèvres. Il observa de son visage sans yeux la créature en face de lui. On aurait dit une femme, mais elle avait un air bien plus dangereux. Magnifiquement dangereux. Un autre prédateur parfait, mais adapté à un tout autre environnement. Tout chez elle rappelait mer. Son odeur, son physique, ses manière. Même sa respiration avait cette aura iodée. Moloch se demanda si elle avait le goût du sel. Une saveur qu'il appréciait tout particulièrement. Pas comme son sang à lui, qui était amer et acide, d'un goût hideux qui lui faisait avoir des haut-le-cœur à chaque fois que sa langue glissait sur ses plaies.
« On dirait que tu cherches un coin où mourir. »


Sans une réponse, il avança une patte vers la chose -il n'était pas sûr d'être en face d'une sirène, elle en avait la grâce mortelle et le corps parfait, mais de frêles jambes humaines- et referma ses doigts, ses serres, sur le sable. Les grains crissèrent contre sa carapace. Il fit glisser ses autres griffes dans la poussière, puis se tira un peu en avant, se relevant légèrement et approchant de la créature, il lui tourna lentement autour avant de s'arrêter sur son flanc droit et de se reposer sur le sol, sa tête et ses pattes sur ses cuisses et l'enroulant avec le reste de son corps.

Ses lames se levaient et s'abaissaient au lent rythme de sa respiration difficile et éreintée. Il se rendit compte qu'autrefois il n'aurait jamais osé aller aussi loin avec qui que se soit, encore moins un être humanoïde. Il n'avait jamais été autant collé à quelqu'un, même Fang n'avait pas eu un traitement pareil. Mais d'un autre côté, avoir une créature de la sorte lovée autour de soi, la tête posée sur les genoux et son sang chaud et visqueux coulant lentement sur la peau, se ne doit pas être une expérience des plus agréables...
Revenir en haut Aller en bas
Ancienne Sirène
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le recueillement du chasseur   Mar 7 Juil 2015 - 13:56

Tempête n'eut aucun mouvement de recul face à l'approche de Moloch. Aucun éclat de dégoût ne passa dans son regard. La sirène était tendresse, presque aussi câline qu'en présence de ses sœurs. Là où les humains ne voyaient que laideur, la sirène admirait une beauté sauvage. Doucement, du bout des doigts, Tempête caressa la chitine de Moloch, suivit le contour des lames. Caresses apaisantes, presque imperceptibles pour tisser le lien entre les prédateurs. Entre terre et mer.

« Tu es magnifique. »

Les doigts de Tempête touchèrent le sang qui se déversait des plaies de Moloch. La sirène observait, son visage se flétrit au vu du nombre de blessures infligées au prédateur, de leur importance. Plaies profondes qui mettraient du temps à soigner, auquel cas elles seraient mortelles.

« Où sont tes semblables ? Aucun n'est venu pour t'aider ? »

Une amère constatation se fit dans l'esprit de Tempête, alors qu'elle observait les environs. Le silence, seul, les entourait. Ainsi que les dépouilles, à jamais muettes.

« Serais-tu le dernier de ton espèce ? Infortuné que tu es. Je pourrais peut-être t'aider. Que ce soit pour te soigner, ou... abréger ta vie. »

A cet instant, la chemise de Grenouille se détacha. Claquant dans le vent, elle vint se coller au visage de Tempête. La sirène la retira d'un geste vif, renifla la chemise. Sueur, peur, relent de chair humaine. Au vue de la taille, elle devait appartenir à un enfant. Et elle était bien trop blanche pour se trouver là depuis longtemps. Quelqu'un les observait, ou se terrait, trop terrifié pour oser approcher.

Posant sa main sur Moloch pour l'apaiser, Tempête fit retentir sa voix.

« Hé petit ! Sors de ta cachette. Je ne te mangerais pas. Et mon ami est bien trop affaibli pour ça. »
Revenir en haut Aller en bas
Grenouille
avatar

♣ Éclaireur ♣


✘ AVENTURES : 297
✘ AGE DU PERSO : 10 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Je coasse dans ma mare

MessageSujet: Re: Le recueillement du chasseur   Ven 10 Juil 2015 - 15:34



Le Recueillement du Chasseur

Grenouille & Moloch & Tempête




Grenouille ne comprenait pas du tout ce qui se passait. Il finit par prendre conscience que la créature insectoïde était en train d’agoniser, mais la présence de la sirène et son attitude insolite à l’égard de la bête le désemparait. Quelles raisons avait une sirène de manifester une telle tendresse à l’égard d’une bestiole pareille ? Peut-être qu’elle espérait le dévorer au plus vite. Chaque centimètre du corps de Grenouille était contracté par le stress et la fixation qu’il infligeait à ses muscles.

Une expression de choc suprême affaissa ses traits lorsqu’il vit sa chemise percuter insouciamment le visage de la sirène. Lorsqu’elle s’en débarrassa, Grenouille s’attarda sur le visage en question et reconnut la sirène : c’était celle qui se trouvait derrière lui lors de sa chevauchée à la Bataille contre les Horreurs. Il essaya de mesurer à quel point ce constat pourrait s’avérer salvateur, jusqu’à ce qu’un sursaut violent le secoue de part en part. La sirène venait de lui sommer de se montrer.
En proie à une hésitation plus qu’intense, le Funambule se mit à se tortiller, retenant ses gémissements et cherchant vainement des yeux une échappatoire. Après moult trémoussements superflus où il se mordait les lèvres et s’essuyait les yeux avec nervosité, il consentit à s’extraire de sa cachette.
Droit, les épaules rehaussées et les doigts entortillés, incapable de bouger, il se sentait aussi exhibée que s’il avait été tout nu. Son chandail de laine, sans manches, était si déchiré qu’il laissait largement entrevoir sa peau tachée par la poussière grise du lieu. La nuit était quasiment tombée. Il avait froid.

C’était bien elle. Rassemblant tout ce qu’il possédait de courage, Grenouille s’approcha à pas tremblants. Le râle de la créature lui glaçait le sang. Elle était abominable, terrifiante. A côté, la sirène avait l’air quasiment normale, ce qui était un comble.
Poussé par un instinct de survie immédiat, Grenouille éprouva le besoin de faire quelque chose. De se montrer utile pour ne pas encourager l’idée qu’on se débarrasse de lui. Puisqu’il avait repéré sa gourde quelques minutes plus tôt, il alla la ramasser avant de la ramener vers les deux êtres recroquevillés. Lui-même avait la gorge complètement sèche, à tel point qu’il sentait sa langue gonflée, mais il n’en dit rien.

Peut-être a-t-il soif ?

Il entreprit alors de déverser quelques gouttes sur ce qu’il croyait être la bouche de la bête. Puis, il tendit la gourde à Tempête, sans trop savoir pourquoi.

Qu’est-ce que c’est comme créature ? Ce n’est pas une Horreur, si ?

Il s’éloigna un peu, effrayé par les bruits et les appendices bizarroïdes de ladite créature. Même à ce point proche de la mort, elle semblait capable de lui broyer les os d'un seul regard.




Codage by TAC







Grenouille côasse en steelblue.  
.....

merci Arrow ♥:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne Créature
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le recueillement du chasseur   Sam 11 Juil 2015 - 20:31


« Tu es magnifique. »


Moloch se laissa aller, abandonnant sa vision sonique, comme si il fermait les yeux. Si il avait eu la parole, il lui aurait répondu la même chose. La chaleur qu'émettait cette créature était délicieuse. Fait propre à tous les prédateurs, ils ont le corps plus chaud que leur proie, et un métabolisme plus rapide. Puis il frissonna en sentant ses doigts passer sur ses blessures.
« Où sont tes semblables ? Aucun n'est venu pour t'aider ? »


Il sentit quelque chose de maussade passer dans l'esprit de la sirène. Il leva un peu la tête et fit très légèrement s'entrechoquer ses lames, pendant un court instant.
« Serais-tu le dernier de ton espèce ? Infortuné que tu es. Je pourrais peut-être t'aider. Que ce soit pour te soigner, ou... abréger ta vie. »


Cette fois-ci, il haussa carrément les épaules et reposa sa tête sur les cuisses de l'ondine. Il tourna son visage aveugle vers l'horizon. Depuis très longtemps il vivait seul. Il ne se souvenait même plus de son ancienne meute, ni comment il l'avait quitté précisément. Quand au fait de le soigner...il ne voyait pas comment elle pourrait faire. La chitine se réparait beaucoup moins bien que la peau, il faudrait attendre une ou deux mues pour que le corps du prédateur soit à nouveau tout à fait opérationnel.

Alors qu'il continuait à contempler se qui lui apparaissait comme du vide, il entendit un claquement et releva la tête il ne perçut rien, c'était trop mou, trop rapide. Et puis ça arriva jusqu'à la sirène. Alors qu'elle tentait de déceler l'odeur de la chose, Moloch utilisa lui aussi son flair. Peur. Mieux. Panique. La salive du monstre se mit à couler dans sa bouche. Ses sens se réveillaient, ses muscles se réchauffaient. Son instinct de prédateur le remit en marche.

Et puis une main stoppa tout. Un contact qui fit à nouveau frissonner le cafard. Une de ses griffes glissa sur la hanche de la sirène tandis qu'il reposait sa tête sur ses cuisses.
« Hé petit ! Sors de ta cachette. Je ne te mangerais pas. Et mon ami est bien trop affaibli pour ça. »


Ooooooh que non, le prédateur n'était pas trop affaibli pour ça. Il avait juste une sirène émettant des milliers de phéromones en tout genre qui lui intimait de ne pas le tuer.

Puis il vit un humain. Un petit d'homme. Comme celui qu'il avait monstrueusement traumatisé dans la jungle. Il poussa un léger grognement quand il l'entendit marcher et casser un petit os au sol, déjà rongé par le temps, le sable et les puces.

Et puis il s'éloigna, partant ramasser quelque chose un peu plus loin. Moloch grogna à nouveau, suspectant une arme ou quelque chose du genre. Mais il se calma en voyant la forme et la texture de l'objet. Juste quelque chose en peau et de la taille d'un fruit. L'enfant s'avança encore et la bête se mit à cliqueter, toujours plus nerveuse.
« Peut-être a-t-il soif ? »


Peu de temps après, sans même laisser le temps au cafard de comprendre la phrase, il reçut des gouttes d'eau sur les lèvres. Sa longue langue jaunâtre glissa sur sa carapace, rapide, pour récupérer l'onde. Moloch avala et se calma un peu, mais sans cesser de faire cliqueter son armature, pour continuer à voir correctement la scène (si l'on peut prétendre qu'avec une collerette gravement endommagée et un récepteur blessé est une manière "correcte").
« Qu’est-ce que c’est comme créature ? Ce n’est pas une Horreur, si ? »


Bingo, petit d'homme. Une horreur. Une bestiole que la nature à mit au point au bout de centaines de millers d'années pour être la plus efficace à la chasse. La peur qu'il émettait était non seulement compréhensible face à deux monstres, mais elle était tout à fait raisonnable face aux prédateurs qu'ils représentaient tout les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Ancienne Sirène
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le recueillement du chasseur   Sam 11 Juil 2015 - 22:49

Tempête reconnut le garçon qui lui faisait face. Même si le regard était bien différent de ce qu'il avait affiché lors de la Bataille contre le Croquemitaine. La sirène ne bougea pas, laissant l'enfant briser aussi bien le silence que la distance. Elle se doutait qu'au moindre geste de sa part, il s'éloignerait. Et la sirène était bien trop curieuse de connaître les raisons de la présence de l'enfant, au sein du désert, pour encourir le risque.

Prenant la gourde qu'il lui tendit, elle le remercia. Tempête pencha la gourde, juste assez pour faire couler un peu d'eau dans le creux de sa main. La créature passa sa main humide sur sa peau, la laissant absorber l'eau telle une terre asséchée. Elle sentit, à cet instant, combien son corps réclamait de l'humidité. Le désert lui rappelait à quel point sa place ici n'était pas souhaitée. Elle était fille de la Mer, et non du désert.

Tempête rendit sa gourde à l'enfant, avant de lui répondre.

« Ce n'est pas une Horreur. Sinon je l'aurais tué. »

Tempête avait, en aberration, les enfants du Croquemitaine. C'était instinctif. Elle ne comprenait pas leurs motivations. Ils n'avaient de prédateurs que le nom.

« Moi-même je ne connais pas le nom de son espèce. Mais sache, hardi chevalier...» Le surnom donné lors de la Bataille était revenu à ses lèvres, instinctivement. « Qu'il reste un prédateur, tout comme moi. Je ne le connais pas, ne sait rien de lui. Mais je veux l'aider. »

La sirène rendit sa chemise à Grenouille, le lui enfilant de force en veillant à ce que la tête ne demeura pas coincée dans le col. Son visage se rapprocha de l'enfant, dès que sa tête eut percé hors de la chemise. Comme prête à lui déposer un baiser.

« Tu dois mieux connaître les environs que moi. Se trouve-t-il un point d'eau dans les environs ? Nous mourons tous de soif, et ne pourrons pas tenir longtemps si nous demeurons là. »

Du bout des doigts, Tempête caressa son ventre.

« Aucune entourloupe. J'ai déjà mangé à satiété, et tu suintes trop la peur. Tu serais capable de te pisser dessus si j'essayais de te croquer. L'urine gâche le goût. »
Revenir en haut Aller en bas
Grenouille
avatar

♣ Éclaireur ♣


✘ AVENTURES : 297
✘ AGE DU PERSO : 10 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Je coasse dans ma mare

MessageSujet: Re: Le recueillement du chasseur   Jeu 23 Juil 2015 - 16:52



Le Recueillement du Chasseur

Grenouille & Moloch & Tempête



mot:
 


Grenouille eut un petit mouvement de recul lorsque la créature s’agita afin de recueillir l’eau qu’il lui versait. L’aspect de la bête était certes repoussant mais aussi tellement bizarre qu’on ne pouvait s’empêcher de la contempler, comme fasciné. Grenouille promena son regard à la fois alerte et absorbé sur sa carcasse souffrante. Il n’ôta même pas ses yeux de ce triste spectacle lorsque la sirène se mit à parler.
Sa voix était grave, un peu caverneuse, et très féminine en même temps. Presque charmeuse, envoûtante, et dont la puissance suave était décuplée par le timbre ancestral. Une voix qui n’avait d’humain que le langage des mots qu’elle prononçait.

Toutefois, le reste des paroles de la sirène était si saisissant qu’il finit par se tourner vers elle, les yeux ronds, la gorge sèche. Ainsi elle se souvenait de lui. Il rougit un peu, sans savoir si c’était provoqué par cet égard inattendu ou par le sobriquet dont elle le nommait. C’est précisément ce moment qu’elle choisit pour le vêtir soudainement de sa chemise abîmée par le vent et le sable. Le Funambule en resta cois. Il venait de se faire rhabiller par une sirène, une sirène doyenne dont les ongles étaient certainement en mesure d’arracher ses globes oculaires rien qu’en les frôlant. Il était si estomaqué qu’il ne songea même pas à avoir peur.
Elle était tout proche à présent. Grenouille pouvait sentir son odeur forte et salée, en même temps que celle, indéfinissable, de la créature moribonde.
Peut-être la sirène avait-elle pressenti sa méfiance puisqu’elle enchaina :

Aucune entourloupe. J'ai déjà mangé à satiété, et tu suintes trop la peur. Tu serais capable de te pisser dessus si j'essayais de te croquer. L'urine gâche le goût.

Grenouille eut en réponse un très bref sourire nerveux. Il trouvait le dialecte de son interlocutrice particulièrement noble et impressionnant, en outre dans la bouche d’un être qui tenait autant de l’homme que de l’animal.

L’eau est rare dans le désert, commença-t-il.

Sa propre voix lui paraissait si frêle et juvénile !

Le seul que je connaisse, c’est le Puits. Mais…

Quelque chose venait d’attraper son regard. Il se releva et, chancelant sous la force du vent, trotta jusqu’à une grosse dépouille éventrée. Une substance liquide, légèrement visqueuse, s’écoulait de l’énorme plaie. Répugné mais téméraire, Grenouille pencha sa gourde au-dessous, afin de récolter le liquide. Il essaya de ne pas songer à ce que cela pouvait être.

Lorsqu’il revint, il frissonnait violemment. Le froid de la nuit s’étendait de seconde en seconde, jusqu’à percer leur épiderme. Il présenta sa gourde à la sirène :

Ca peut déjà nous être utile.

Il s’accroupit.

Pourquoi est-ce qu’il est comme ça ? Il a un nom ?

Petit silence.

Est-ce qu’il va mourir ?

Une autre interrogation le taraudait. Il hésita, tripota ses doigts, et, inspirant pour braver l’indécision, il ajouta :

Pourquoi vous l’aidez ?

Bien qu’empathiques, au sens strict , les sirènes n’étaient pas réputées pour leur compassion. Elles témoignaient certes d’un soin particulier envers les êtres marins, mais en vue de l’aspect du mourant, Grenouille était quasiment certain qu’il n’avait rien à faire dans l’eau.

S’il reprend trop de force, il nous mangera sûrement… dit-il sombrement.

C’était un peu cruel, mais au fond Grenouille était convaincu qu’ils auraient meilleur compte de l’abandonner à son sort. Juste pour ne pas accabler le leur.

Il faut aussi se méfier des Serpents Noits, qui rôdent dans le Désert. Les proies faciles, ils les repèrent. Si vous voulez vraiment le sauver, il faut trouver un moyen de le transporter et d’avancer. En marchant. Il jeta un œil aux jambes de la sirène. Peut-être en l’attachant et en le traînant ? On pourrait trouver un abri et peut-être même le Puits… Il y a des êtres dans le Désert qui aident ceux qui ont bon cœur.

Il déglutit en fixant alternativement la sirène et la bête. Oui, bon. Rien n’est parfait.

Il serait d’accord ?

Il adressa un regard très dubitatif à l’animal écroulé. Une sirène et un insecte géant. Ce n’était pas les compagnons les plus pacifiques. Mais au moins, il n’était pas tout seul.



Codage by TAC







Grenouille côasse en steelblue.  
.....

merci Arrow ♥:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne Créature
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le recueillement du chasseur   Mar 28 Juil 2015 - 15:50

La créature écouta silencieusement les deux humanoïdes discuter. Il grogna un peu aux remarques de l'enfant, mais pas grand chose de plus. La présence de cette sirène le calmait. Même Fang n'avait pas cet effet sur lui. Il le rendait joueur, affectueux. Elle...

Elle c'était autre chose. Une fascination prédateur à prédateur. Comme si il voyait son reflet dans une glace. Un respect tinté de désir de son côté. Il avait du mal à savoir pourquoi, mais il était affamé par cette sirène. Peut être à cause de sa dépression, les nouvelles têtes lui faisaient un effet décuplé ? Ou bien peut être parce qu'elle vibrait de cette violente sensualité de créature mortelle ?

Le cafard sortit de ses pensées en sentant le regard de l'enfant sur sa nuque. Il se tourna, et chercha dans sa mémoire ses dernières paroles. Il avait perdu le fil, trop occupé à observer la doyenne sur laquelle il reprenait lentement ses forces.
Moloch se releva, dégageant sa tête et ses pattes avant des cuisses de la femelle. Ses mâchoires étaient à quelques centimètres du visage de celle-ci, son souffle chaud sortant de sa gorge, comme grinçant. Il tremblait un peu, encore affaibli, mais il tenait debout. Puis la créature recula.

Il leva faiblement ses lames et les fit claquer une fois, deux fois, trois fois, avant de les faire vibrer à un rythme de plus en rapide. Un son continu, grave, presque inaudible, retentit alors. Moloch était prêt à suivre les deux autres, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Ancienne Sirène
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le recueillement du chasseur   Jeu 30 Juil 2015 - 22:20

Le Puits. Le nom n'évoqua aucun souvenir dans l'esprit de la sirène. Elle connaissait simplement le sens de ce mot. Un trou creusé, au plus profond de la terre, afin de recueillir de l'eau non salée. Si, comme le disait l'Enfant Perdu, il en existait un, au sein du désert, il ne pouvait faire autrement que s'y rendre. D'autant plus que la fille de l'Océan craignait que le jour ne reprenne ses droits. Dépourvue de jambes, au sein de cet océan de sable ardent, elle ne survivrait pas plus de quelques heures – s'asséchant lentement, les lèvres gercées, la peau si sèche qu'elle se détacherait de ses os au premier coup de vent.

L'enfant alla quérir un liquide que la sirène n'arrivait pas à reconnaitre. Quand Grenouille la lui tendit, la sirène la porta à son nez, reniflant. Fragrance inconnue. Impossible de savoir si ce n'était que de l'eau, ou un résidu de sang de ces créatures, compagnes anciennes de Moloch.

« Certains boivent bien de l'urine pour survivre... » laissa tomber Tempête, tout bas, en un murmure.

Moyen pour elle de se dire qu'ils n'avaient pas réellement d'autre choix, s'ils voulaient survivre.

Une sirène, un monstre et un Enfant Perdu sont dans un bateau. Qui se noiera le premier ?

Une question, parmi tant d'autres, alors que Grenouille y allait de ses interrogations.

« Comme tu peux le voir, il ne parle aucune langue. Hormis la sienne. Je pense que, à défaut d'autre chose, on peut le surnommer... Prédateur. Et oui, il est fort possible qu'il meurt. Mais il a l'air de s'accrocher. »

S’il reprend trop de force, il nous mangera sûrement…

Tempête se mit à rire, à gorge déployée, rejetant la tête en arrière. Hilarité qui, survenue subitement, stoppa aussi brutalement.

« S'il tente quoi que ce soit d'hostile, je saurais répliquer. Nous sommes des prédateurs, mais il faut savoir remercier celui qui te tends la main. C'est une règle ancienne. S'il nous attaque, en guise de remerciement, il ne vaudra pas mieux qu'un Cauchemar. »

Tempête laissa peser son regard sur Moloch, lui faisant comprendre que ses paroles étaient dénuées de toute ironie. La sirène ne se formaliserait pas de tuer Moloch, avec ces mêmes mains qui avaient caressé les flancs de la créature. Cette dernière se leva, faisant claquer ses lames. Clac, clac, clac.

« Je pense qu'il arrivera à marcher. »

Prédateur semblait aussi fier qu'elle – trop orgueilleux pour se laisser traîner comme une vulgaire carcasse. Il avait encore envie de vivre ce monstre. L'espoir le poussait à combattre, encore et encore. Une témérité à laquelle Tempête ne pouvait être insensible. La sirène se leva, épousseta ses cuisses. Sa main caressa le crâne de Grenouille, fourrageant au sein des mèches drues, aux pointes couvertes de sable et de poussière.

« Tu vas devoir jouer les guides, petit. Si tu es trop fatigué, je peux te porter dans mes bras. Ou sur mes épaules, si tu préfères. »

Laissant le temps à Grenouille de réfléchir à la question, Tempête se rapprocha d'un cadavre. D'un geste ferme, elle arracha une lame. Si acérée encore, malgré le temps, qu'elle ouvrit une plaie dans la paume de sa main. La sirène regarda le sang, mais reploya ses doigts sur la lame.

« Pour contrer les serpents. Et les autres créatures qui peuvent peupler l'endroit.» expliqua-t-elle à ses compagnons.

Elle n'avait guère l'envie que Moloch voit, dans son geste, une transgression, une souillure infligée aux cadavres de ses comparses. Si, du moins, ce sentiment existait au sein de son peuple.
Revenir en haut Aller en bas
Grenouille
avatar

♣ Éclaireur ♣


✘ AVENTURES : 297
✘ AGE DU PERSO : 10 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Je coasse dans ma mare

MessageSujet: Re: Le recueillement du chasseur   Mar 11 Aoû 2015 - 17:35

hrp:
 



Le Recueillement du Chasseur

Grenouille & Moloch & Tempête



Jouer les guides.
Oui, après tout, il était Éclaireur. Il était Éclaireur.
La sirène devait connaitre d’avantage l’océan que la terre.
La créature n’aurait su les mener bien loin dans son état.
Grenouille pris conscience, en cet instant, de l’importance qui était la sienne dans cette situation critique. C’était tout nouveau, ça.
Et c’était à la fois effrayant, car une telle responsabilité peut mener à de bien tragiques issues ; et rassurant, car ainsi il avait la garantie que sa survie était nécessaire. On ne le tuerait pas. On ne le laisserait même pas mourir.

D’accord. Prédateur. dit-il en contemplant la silhouette faible mais acharnée du cafard géant se redresser, péniblement. Et vous… toi ? Tu... Tu as un nom

Il tripota machinalement ses cheveux, les cheveux que la sirène avait effleuré, comme... comme avec tendresse.
En entendant son nom, Grenouille ne put s’empêcher de se demander pourquoi il ne l’avait pas lui-même deviné. Tempête. Il la décortiqua des yeux un long moment, s’imprégnant des détails fantaisistes, fascinants, qui complétaient son anatomie. Il n’osa s’attarder sur ses jambes, comme s’il craignait de violer une étrange intimité…

Il déglutit avec peine lorsque Tempête arracha l’appendice d’une carcasse, ignorant l’injure qu’elle s’était infligée alors que lui aurait certainement piaillé de douleur. L’attitude extrêmement hardie de la Dévoreuse avait quelque chose d’impressionnant, d’intimidant, mais à nouveau un sentiment plus positif s’y greffait. C’était encourageant. Grenouille n’avait pas envie d’être le faible du groupe. Le fatigué, l’apeuré, le douillet. Il était le Guide.
Il se campa sur ses jambes, remonta ses chaussettes sur ses mollets et indiqua l’horizon.

Le ciel est encore un peu rose, mais lorsque l’Esprit Nuit se sera étendu en entier, il y aura des tas d’étoiles. Nous avons de la chance, avec la chaleur du moment, je pense que la nuit sera tout de même moins froide…

Malgré tout, des rafales allaient et venaient, agitant les tissus et fouettant les cheveux. L’espèce d’antenne sur le crâne de Tempête se balançait au gré du vent, comme prise de folie.

Les étoiles guident. Je ne sais pas encore trop les lire, mais les Éclaireurs apprennent ça. Je suis Éclaireur dans le camp de Peter Pan.

Il leva la tête vers le ciel, plaquant sa main au-dessus de ses yeux. Les bourrasques déplaçaient des nuages de sable qui venaient brûler leur rétine.

Dès que nous entendrons le son de grelot, ça voudra dire que les étoiles sont réveillées. Elles nous verrons si on attire leur attention. Ensuite, elles lanceront des comètes ou brilleront plus fort pour nous indiquer le chemin. Il faut dépasser les plus grandes dunes pour aller vers la Contrée des Monstres. Je… je connais bien ce coin là.

Il se tourna vers la créature.

Ça va aller, Prédateur ? Il faudra marcher beaucoup… Longtemps… Comment vas-tu faire pour nous dire quand ça ne va pas ? Si tu tombes en route…

Il ne finit pas sa phrase. Prédateur ne se laisserait pas aider ou soutenir. S’il tombait, il tombait. Tous trois le savaient.

Allons-y, avant qu’il ne fasse vraiment trop froid !

Résolu, presque intrépide à l'instar de son ami Clumsy, Grenouille fit un grand geste – le premier geste de meneur de son existence – et entreprit de quitter cette sinistre hypogée.

C’est la première fois que je vois une sirène dans le Désert… Peter disait que vous ne veniez pas si loin.

Il fit mine de lui adresser un regard, puis se détourna. Il n’osait pas, pas encore.



Codage by TAC







Grenouille côasse en steelblue.  
.....

merci Arrow ♥:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne Créature
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le recueillement du chasseur   Jeu 27 Aoû 2015 - 19:23

L'enfant entama un monologue. Même si la bête ne comprenait pas tous les mots qu'il disait, il en comprenait le sens général. Sauf peut être cette histoire d'étoile et de ciel, sûrement quelque chose trop lointain pour qu'il puisse l'entendre. Quand le petit d'homme évoqua une éventuelle chute, le prédateur releva la tête d'un air fier. Il n'en était pas question, il ne tomberait pas, il ne tomberait plus.

Enfin, ils se mirent en route. Moloch boitillait un peu, mais ne laissait voir aucune marque de souffrance, il tenait à son semblant d'orgueil, et se ridiculiser devant ce qui pourrait représenter une proie serait inadmissible. D’ailleurs, si il n'en tenait qu'à lui, il dévorerait l'enfant après avoir retrouvé son chemin, histoire de ne pas laisser de traces.

Mais la sirène était là, et elle avait sûrement plus de loyauté que lui, elle avait sûrement l'esprit habité par autre chose que l'envie de se nourrir. Elle voudrait sûrement le remercier ou une ânerie du genre. Bref, faire quelque chose de débile en totale contradiction avec l’ordre des choses.

En soit était-ce un défaut ? Peut être, peut être pas...mais Moloch n’était pas capable de faire ce genre de réflexion, ça lui passait au-dessus. Non pas que le cafard soit idiot, non. C’est plutôt qu’il était psycho-rigide, et que la seule question qui habitait son esprit était de retrouver son chemin, pour le moment.

*Crack*

Le prédateur releva soudainement la tête et la tourna en direction du bruit. Il «regarda» à droite et à gauche avant de grogner à l’attention de l’enfant pour lui dire de se dépêcher.

Une puante odeur de charogne empestait l’air.

hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ancienne Sirène
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le recueillement du chasseur   Ven 28 Aoû 2015 - 19:23


Lire les étoiles ?

Mais c'est que ce petit, sous ses dehors de gosse terrifié par son propre ombre (oups, il en avait pas, c'est vrai), se révélait plein de ressources. Le surnom de «hardi chevalier» finissait par, peu à peu, mieux lui coller à la peau. Tempête écouta les explications de l'enfant, intriguée, avide d'en apprendre davantage. Oh cela ne changerait aucunement sa pensée concernant les humains. A ses yeux Grenouille demeurait un joli steak saignant. Un adorable garçon à croquer.

Rien qu'y songer donnait l'eau à la bouche. Tempête ravala sa salive, portant élégamment sa main à ses lèvres pour dissimuler ce geste.

Non, elle ne devait pas le dévorer. Pas encore. Tout d'abord, elle devait veiller à sa sécurité, et aider Prédateur.

La sirène emboîta le pas au guide, louvoyant à sa droite, calquant ses pas sur ceux de Grenouille. Dans sa main reposait la lame arrachée au cadavre. Moloch n'ayant eu aucune réaction, Tempête ne s'en était pas séparé.

C’est la première fois que je vois une sirène dans le Désert… Peter disait que vous ne veniez pas si loin.  

Du coin de l’œil, Tempête surprit le regard vite adressé, vite détourné. Adorable, vraiment. Il devait crier si joliment lorsque les dents devaient se planter dans sa chair.

Vigilance, Tempête. Tu dois raison garder.

« Simple concours de circonstances. Ma proie courait vite, et m'a amené jusqu'ici. Je ne pensais pas que le désert était un endroit aussi... asséché. »

Prédateur se figea. Un bruit venait de retentir. Difficile à définir. Tempête fronça les sourcils, pesta tout bas. Sur terre son ouïe était bien moins développé que dans l'eau. Néanmoins elle pouvait sentir la fragrance épaisse, étouffante, de cadavres en décomposition. Ils devaient longer un charnier, un autre cimetière où certains cadavres étaient encore frais. Le nez de la sirène se fronça.

« Mieux vaut ne pas s'arrêter. Il est des secrets qui doivent demeurer insolubles. »

Un scorpion se faufila devant eux, preste, son dard levé luisant de venin.

Reprenant la marche, Tempête jeta un coup d’œil sur le côté. Parmi les dunes, la sirène aperçut des éclats d'os blanchâtres, et un cadavre grouillant d'asticots. Un cadavre à la noire chevelure.

Un grelot sonna.

Puis, deux, trois, une multitude de grelots s'entrechoquèrent.

Les étoiles se réveillaient.

Levant la tête, Tempête les vit s'allumer, une à une, trouant l'obscurité d'une pale lueur diaphane. Curieux comme ce spectacle semblait avoir une toute autre saveur dans le désert. La sirène avait l'impression de redécouvrir la voute nocturne. Ne quittant pas le ciel des yeux, sa main se tendit en quête de Grenouille.

« Montre-moi, petit. Montre-moi comment tu éveilles ces étoiles. »

Montre-moi ton savoir. Montre-moi cette poésie dont tu as parlé. Montre-nous le chemin.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Grenouille
avatar

♣ Éclaireur ♣


✘ AVENTURES : 297
✘ AGE DU PERSO : 10 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Oui
✘ LIENS : Je coasse dans ma mare

MessageSujet: Re: Le recueillement du chasseur   Jeu 10 Sep 2015 - 0:01

hrp:
 



Le Recueillement du Chasseur

Grenouille & Moloch & Tempête



Contact, frisson.
Tempète le perturbait, le déstabilisait. Quelque part en lui, plus profondément, elle le touchait. Il n’avait jamais pensé qu’une sirène, un être comme elle,  pût être à ce point intrigué, presque émue par la vénusté fantaisiste de Neverland. Cela remettait en question tant de choses. L’influence extraordinaire de l’île. L’ambivalence étonnante des sirènes, dont les crocs pouvaient dépecer un homme sans retenue et dont les yeux étaient encore plus captivés que lui par un ciel débordant de magie. Les liens impossibles qui se créaient aussi, sur cette terre, la terre de jamais. Ne jamais dire jamais.
Et puis…

Et puis, malaise.
Tempète posait sur lui un regard qui lui donnait l’impression d’être usurpateur, un imposteur. Elle semblait le voir bien plus… magique, qu’il ne l’était en réalité. La chose n’aurait pas été à ce point angoissante s’il n’avait pas craint que cette vision s’effondre à tout moment. S’il se révélait mauvais guide, mauvais interprète ? Si le son de grelot des étoiles n’était que celui qu’il imaginait, comme trop souvent ? Comment deux créatures, deux chasseurs anthropophages, réagiraient-ils à la déception ? … Sa gorge se nouait, s’asséchait à chacune de ses pensées. Et cela ne rendait que plus urgente leur destination.
Il se tourna très légèrement vers la sirène, n’osait toutefois soutenir clairement son regard.

Je… Je crois qu’elles tintinabulent surtout en présence des enfants. A cause de… de leur cœur pur…

Son cœur rata un battement. Est-ce qu’il venait de dire que Tempête et Moloch avaient un cœur impur ? Etait-ce une offense ? Si oui, une offense telle qu’on était en droit d’arracher la tête de son énonciateur ?

C’est ce qu’on raconte, mais e crois surtout qu’elles répondent aux appels, se hâta-t-il d’ajouter. Peut-être que… si vous leur parlez et que vous leur demandez, avec votre cœur, elles vous écouteront. Elles vous répondront.

Encouragé par sa propre réflexion, Grenouille ferma les yeux et s’adressa aux étoiles de toute la force dont il était capable. Tous trois s’étaient arrêtés malgré la nuit qui les glaçait de seconde en seconde, malgré la soif qui les grignotait, malgré l’agitation de la créature que Grenouille tentait d’ignorer.

Peu à peu, un chemin lumineux, comme une tresse astrale, se dessina dans le ciel. Grenouille se demanda si c’était leur effort combiné qui avait su émouvoir les étoiles, si vite, si nettement. Ce n’est pas tous les jours, ou plutôt toutes les nuits, que l’on voit un cafard géant, une sirène bipède et un petit éclaireur, prier ensemble pour leur salut.


Suite


Codage by TAC







Grenouille côasse en steelblue.  
.....

merci Arrow ♥:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le recueillement du chasseur   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Chasseur] Phènrix
» Tous les secret du chasseur.
» Kit pour le chasseur de guêpes
» [Chasseur de demon][2011] Liste de GOGO
» Neyji Chasseur survie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Lieux Reculés :: Le Désert Doré-