Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Ancien Perdu
avatar

Invité



MessageSujet: Couronnés de glaçage, voici venir les princes   Ven 19 Juin 2015 - 15:51

Cher prince des éphélides,
Vous êtes super cordialement invité, demain pour dîner, à un sénilement sucré pique-nique dans la prairie, là où on dirait que y’a le congrès des marguerites, près de la grosse roche, mais pas la plus grosse, la moyenne plus grosse.
Votre très obligé,
Prince de la dent sucrée.

Enfin!
L’avant-midi passé, Honey s’empresse de déposer son butin avant de grimper à toute allure à sa cabane. Avant même d’y mettre les pieds, il s’apprête à retirer son chandail, mais s’interrompt juste à temps. Y’a encore un peu la marque du coup de Fang, sur son ventre, et il ne tient pas à l’exposer. L’ecchymose sur son visage, elle, a fait l’objet d’un joli mensonge. Tombé d’un arbre. Les risques du métier, vous savez…

Mais le vêtement ne tarde pas à s’envoler à l’instant où Honey se retrouve seul dans la petite pièce. Le chandail gisant parterre, le grimpeur attrape une chemise bleue pâle aux manches arrachées : sa plus récente acquisition, obtenue d’un garçon contre un bouquet de plumes. La chemise est presque impeccable. C’est même Honey qui l’a frottée lui-même, hier, avant d’aller déposer en douce son petit mot griffonné sur un morceau d’écorce de bouleau chez Freckles.

Les quatre boutons de la chemise boutonnés, Honey peigne très approximativement ses cheveux avec ses doigts, enfile son sac, et repart comme il est venu, c’est-à-dire à la vitesse grand V.

Comme une flèche, il fonce. Il sait quel arbre. Il sait quel arbre il lui faut. Il le sent et en salive déjà.
ÇA Y EST!
L’arbrabouf. Celui-là précisément, Honey le surveille depuis des jours.

Bras pendants de part et d’autre de son corps, le sucre contemple le sucre. C’est magnifique. C’est peut-être même l’une des plus belles choses qu’il a vue de sa vie. Des petits gâteaux de toutes les couleurs portés par les branches comme des fleurs. C’est aujourd’hui. C’est aujourd’hui que la perfection est atteinte.

Ému, Honey ose finalement s’approcher. Tendant une main tremblante, il attrape un premier petit gâteau, s’apprête à le ranger dans son sac, mais n’arrive pas à résister et se l’enfonce dans la bouche. Puis un autre, et un autre, et c’est à deux mains qu’il doit pousser pour ne pas en échapper une miette.
Quelque peu soulagé, il remplit ensuite son sac, et prend la direction de la rivière. C’est où elle a à peine l’étoffe d’un ruisseau qu’il la traverse, désireux d’épargner son butin et peu à l’aise, de toute façon, quand il s’agit de nager.

Content d’être arrivé le premier, Honey se joint aux marguerites, près de la moyenne grosse roche au pied de laquelle il dépose son sac et sur laquelle il grimpe.
Lorsqu’il voit le rouquin venir au loin, il lui fait de grands signes de bras et, de sa bouche barbouillée de glaçages de maintes couleurs, se fend le visage d’un large sourire.

- FRECKLES‼!

Il bondit au sol et rejoint le livreur au pas de course.

- Vise un peu la chemise! Pas mal hein!? Je suis beau non? Je suis beau hein Freckles, avoue que je suis beau! Je suis beau comme quoi, tu dirais? Comme un prince peut-être? Hmm… Si j’avais tes cheveux!

Honey ne s’écoute pas vraiment parler et rit sans trop savoir pourquoi.

- Oh! Et pardon, Freckles! J’ai commencé sans toi… Mais y’en a encore et encore et encore, des gâteaux! QUE des gâteaux! Il pointe son sac. Là! Là! Il est le paradis. Je l’ai cueilli avec mes mains, figure-toi. Honey, soudain immobile, regarde ses doigts sales et se met à trembler exagérément en écarquillant les yeux.
Feignant dramatiquement la syncope, il ouvre les bras en croix et tombe dans les fleurs.

- DU SUUUUCRE! DONNEZ-MOI DU SUUUUUUCRE‼! gémit le grand acteur entre deux convulsions.
Revenir en haut Aller en bas
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1378
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: Couronnés de glaçage, voici venir les princes   Sam 20 Juin 2015 - 18:49

Freckles aime beaucoup les invitations. Surtout quand elles proviennent de Honey, et surtout quand il est question de manger. Même si il a eu besoin d'une aide extérieure pour comprendre le message (il ne connaissait ni le mot éphélide, ni le mot sénilement), et encore plus d'aide pour en connaître la provenance (il a exaspéré ainsi la moitié des livreurs). C'est donc avec un enthousiasme fiévreux qu'il a fourré tout ce dont il avait besoin dans un sac. Des bouteilles d'eau, principalement. Du lait, aussi. Un paquet de bonbons. Une paire de couteaux, parce qu'il ne désespère pas d'apprendre à Honey à s'en servir. Et dans le pire des cas, ça peut servir à partager des gâteaux. Et puis il trace.

Il fait chaud, encore. La joie exacerbée de Peter fait éclater sur l'île la plus pesante des canicules, et Freckles en fait les frais. Ses cheveux collent déjà à son front trempé de sueur, alors qu'il affiche une moue boudeuse. Malgré le sprint qu'il a piqué depuis le grand arbre, Honey est arrivé avant lui. Peut-être parce que malgré les indications, il a confondu la plus grosse roche avec la moyenne plus grosse roche. Et qu'il confond, et confondra toujours, pâquerettes et marguerites.
A l'instant où le blond appelle son nom, cependant, il sourit de toutes ses dents et subit avec plaisir la déferlante d’enthousiasme de Honey.

- Vise un peu la chemise! Pas mal hein!? Je suis beau non? Je suis beau hein Freckles, avoue que je suis beau! Je suis beau comme quoi, tu dirais? Comme un prince peut-être? Hmm… Si j’avais tes cheveux!

« J'avoue. T'es beau comme ... comme un prince » il répète, parce qu'il a toujours manqué d'imagination et de poésie. Et aussi parce que c'est vrai. « Mais ils sont très beaux, tes cheveux, Honey » il s'écrie. Et puis, d'un air trop satisfait : « les princes, ça a des cheveux blonds, pas des cheveux roux. »

Ça c'est sûr, puisqu'il l'a vu dans un film, ou deux, il se souvient plus lesquels. Il y a un truc qui cloche, pourtant. Cet espèce d’ecchymose bleuâtre qui orne fièrement le visage de Honey. Freckles fronce un sourcil et penche la tête, concentré. Se questionne environ un quart de seconde, jusqu'à ce que vienne le distraire un sac rempli de gâteaux. Le paradis, comme le sucre le présente, et Freckles se demande comment on peut cueillir le paradis, peut-être que c'est encore une métaphore. Avec des « ooooh » d'admiration, il choisit sa proie, un petit gâteau tout rond recouvert de sucre glace bleu. Qu'il enfourne dans sa bouche sans autre forme de procès. Et il mérite bien son nom, l'autre, parce que c'est sûrement le truc le plus sucré qu'il aie mangé de sa vie entière.

Puis la bouche pleine, il sautille vers Honey, qui feint une mort dramatique dans les fleurs, se pose à côté et lui glisse un gâteau dans sa bouche ouverte.

« Tu sais le sucre, c'est pas trop bon pour les dents. Faut pas oublier de les brosser après. Et ça donne soif, alors il faut boire de l'eau, surtout quand il fait chaud comme ça. » il glisse un autre gâteau, tout jaune. «  si tu manges trop de sucre après tu peux attraper des maladies. Et mourir. Mourir de trop de sucre, ce serait con, pour toi, nan ? »

Là encore le bleu attire son regard, il fronce les sourcils. Cueille une marguerite assez grosse, et, tirant la langue sous l'effet de la concentration, s'applique à la déposer de façon à cacher la marque.

« Là, c'est bon, t'es un vrai prince. »

Tant qu'à jouer, Freckles ne choisirait pas le prince. Il préférerait être le chevalier, pour avoir une armure, ou le dragon, pour cracher du feu (le roi est réservé à Peter dans tous les jeux, de toutes façons). Et le prince, il a quoi ? A part des yeux qui brillent et une belle chemise ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Perdu
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Couronnés de glaçage, voici venir les princes   Mar 23 Juin 2015 - 16:54

Honey, bienheureux, se gave sans retenue des gâteaux dont Freckles, répondant à son appel désespéré, le nourrit.
Se brosser les dents? Mais oui, mais oui! Acquiesce de la tête le grimpeur, un trait de salive teintée par les glaçages fuyant à la commissure de ses lèvres. Lësa le lui rappellera, de toute façon, songe-t-il insouciamment. Avant de rire, à pleine bouche, bouche pleine, aux dires de Freckles. Parce que : mourir de trop de sucre! Quelle belle mort! Le rêve! Mourir de trop de sucre! Le buzz qu’il se taperait!
Tant bien que mal, Honey répond.

- Nah! Moi c’est de pas assez de sucre, que je mourrais!

Paupières closes, il sent quelque chose de doux se poser sur sa joue. Un papillon peut-être? Honey ouvre un œil. Mais non, c’est Freck. Qui est là, tout près, à lui planter des fleurs sur le visage.

- Je suis pas un vrai prince. qu’il sourit en douce, le sucre.

Un vrai prince, on s’en moque pas. Un vrai prince, il a pas besoin de rappeler aux autres qu’il est pas une princesse. Un vrai prince, il se défend. On le frappe pas. C’est lui qui frappe.

Honey se redresse, prend la fleur sur sa joue et la glisse sur son oreille. Il lève les yeux sur le rouquin.

- Toi t’es un prince. Parce que t’as les cheveux courts. Et tu sais te ba-…
Il a pas su l’éviter, ce sujet-là, ce terrain-là. Trop tard. Battre.

D’un bond, le blond se relève et s’accroupit près de son sac, dos à Freckles. Il attrape un gâteau au glaçage rouge, se l’appuie sur les joues y pose ses lèvres, puis enfonce son doigt dans un glaçage bleu et se colore le dessus des paupières. Cela fait, Honey bondit sur la roche, déboutonne sa chemise et la pose sur sa tête comme une coiffe.
Prenant, autant que possible, une grosse voix, il annonce :

- Attention, attention! Attachez bien vos yeux dans vos têtes, car voici venir la seule et l’unique, la très princière… Henriette la pas laitte! Aussi connue sous le nom de la princesse de vos fesses!

Alors, Honey dévoile le chef-d’œuvre de son visage en se retournant lentement tout en ouvrant les bras, gesticulant avec une grâce démesurée toute calculée, maître du fraîchement né personnage d’Henriette qu’il est.
Il prend une voix aigüe, et zozote exagérément.

- Bonzjour les zamours! Attassez vos oreilles car voissi que ze vais vous faire la poézie!

Main sur le front, l’autre sur le cœur, Henriette lève de papillonnants cils vers le ciel.

- Z’aime les mimis gris et les minets z’oranzes

Il adresse un clin d’œil à Freckles.

- Mais faut pas qu’tu bouzes, mon zoli. Moi les p’tits ssats, z’les manze…
En raviolis, en spaghettis… C'pas l’insspiration qui manque!
Mais mes préférés, ah ça oui, c’est les ssatons qui ssentent.


Le récital s’interrompt. Honey baisse les yeux. Ah, ça… Ça…  
Il a oublié, ça.  
Il a oublié ce que cachait la chemise. L’ecchymose virant au vert. Il a oublié…
La marque du chat, sur son ventre.  
Et crotte.
Tentant de rattraper le coup, la poétesse salue son public en tenant les pans de sa robe imaginaire, et renfile vite fait sa chemise.
Revenir en haut Aller en bas
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1378
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: Couronnés de glaçage, voici venir les princes   Sam 27 Juin 2015 - 17:44

Il hoche la tête d'un air grave. La réponse de Honey a du sens : on peut très bien mourir de pas assez de sucre. Il en conclut très rapidement qu'il peut le laisser s’empiffrer. Il s'étale à son tour sur le dos,  la tête posée dans un lit de marguerites, laissant le sucre expliquer sa théorie princière, fronçant les sourcils. Vraiment, il ne pige rien à ce qui se passe dans sa tête. A l'entendre, il n'est pas si loin d'en devenir un, de prince. Il arrache une poignée d'herbe et de fleurs et la lance en l'air d'un air théâtral comme autant de confettis.

« Bah t'as qu'à te couper les cheveux. Et puis apprendre à te battre ! »

Et il se redresse d'un coup, un sourire idiot sur le visage. Qu'est-ce qu'il aime ça, trouver des solutions aux problèmes des gens ! Et puis ça tombe trop bien, parce que ces deux trucs, il peut l'aider à les faire ! Il trouvera probablement des ciseaux dans la cabane des raccommodeurs, et puis si il rate sa coupe, il pourra toujours la cacher avec des marguerites. Quand à se battre, il peut le faire dès maintenant ! Mais alors qu'il ouvre la bouche pour proposer la meilleure idée du monde (style « entraîne toi à me frapper !!!!! »), Honey lui offre une distraction en s'écrasant des gâteaux sur la gueule.
Allons bon.

C'est pas que ça l'étonne tant que ça, au fond. Honey est vraiment bizarre comme mec. C'est pour ça qu'il est aussi marrant. Freckles ramène ses genoux contre lui, et affiche un air ravi devant la performance improvisée d'Henriette, riant et applaudissant à des moments choisis plus ou moins aléatoirement. Les morceaux écrasés de gâteau font un sacré bon maquillage, il doit le reconnaître, et Honey a vraiment l'air d'une fille comme ça, même si le bleu ne met pas du tout ses yeux en valeur. Plus que les paroles, c'est la voix aiguë et zozotante qui lui arrache des éclats de rire qui résonnent comme des grelots. Puis il déclare enfin d'un ton joyeux:

« Je comprends jamais rien à ce que tu dis, Honey. »

Il se lève d'un bond et le rejoint en sautillant tandis qu'il se rhabille. De près, le déguisement est encore plus drôle. Mais se maquiller avec des gâteaux, vraiment … C'est du gâchis. Et puis c'est sûrement pas super sanitaire. Il fronce les sourcils.

« Mais t'as pas peur que des insectes viennent te manger les jou- » il se tait, son regard glisse vers le bas, juste avant que la chemise retombe à sa place. Un truc bleu, ou vert, un peu. « Honey. »

Au début il croit que c'est du glaçage, qui aurait sérieusement dérapé. Mais ensuite il reconnaît. C'est le même genre d'ecchymoses que celle qu'il a essayé de cacher avec une fleur. Les mêmes qu'il a tout le temps, à chaque fois qu'il se cogne contre le coin de la porte de la maison souterraine. Bref. Un bleu quoi.
Il ouvre une bouche en forme de o et des yeux en forme d'étoiles avant d’agripper le bras de Honey.

« HONEY ! » il répète en braillant. « qui t'a fait ça ?!! tu veux que j'aille lui parler ? Tu veux que j'aille te venger ? On dirait pas mais je tape fort, même une fois j'me suis tapé et je me suis fait grave mal. Je peux lui dire d’arrêter. Ou leur dire d’arrêter. Ils sont combien ? Tu t'es défendu ? Honey, faut que tu te défende. HONEY T'ES UN PRINCE FAUT QUE TU TE BATTES. »

Un petit moment de silence pour les tympans du sucre.


Dernière édition par Freckles le Jeu 2 Juil 2015 - 22:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Perdu
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Couronnés de glaçage, voici venir les princes   Jeu 2 Juil 2015 - 22:28

« Bah t'as qu'à te couper les cheveux. Et puis apprendre à te battre ! »

Avant de laisser place à Henriette, Honey précise :

- Je peux pas me couper les cheveux. Je sais pas pourquoi mais je peux pas. Pas plus courts qu’ils sont là. Sinon ça me briserait un peu le cœur…

De toute évidence il se l’explique difficilement, mais il n’y arriverait pas. Ce serait trop difficile. Les cheveux de Honey ne sont pas que des cheveux. Sans eux, Honey ne serait plus vraiment Honey, il ne serait plus, du moins, le Honey qui trompa, par sa tête de fille, le Peter de jadis. Bien sûr, son visage resterait toujours le même, mais le cadre… Le cadre, c’est important, aussi. Et se couper les cheveux, ce serait comme s’ils les laissaient gagner, eux que ses airs disons, particuliers, dérangent.
Mais Honey sait que Freckles veut son bien. Il sait, aussi, que même s’il ne comprend pas toujours tout ce qui sort de sa tête de sucre, il fait toujours tout pour lui être un bon ami. Sinon carrément le meilleur.
Quant à se battre…

- Apprendre à me battre… Ça mérite trois petits points et un haussement d’épaules. J’ai pas envie. Pas envie d’avoir besoin. En sachant, forcément, on a besoin. Et en sachant pas, on évite, au possible. Parce qu’on a pas d’autre choix. De toute façon, je t'ai toi...

Et Henriette prend les planches.



« Mais t'as pas peur que des insectes viennent te manger les jou- »
- Quoi? Bah non, ils me nettoieraient! qu’il sourit, mais Freck est déjà ailleurs, grave.

Et sous les mots du rouquin, Honey se sent devenir tout petit, et il rapetisse, rapetisse… Jusqu’à s’accroupir sur la roche en tirant fermement sa chemise vers le bas de son ventre.
Disparaît, bleu, disparaît!
Mais non, ça fonctionne pas toujours et pour tout le monde, la magie.

Et donc petit moment de silence, oui. Bien mérité. Pour cette ecchymose qui n’est qu’une sale délatrice. Et aussi pour la fougue de Freckles, qui a un peu, juste un peu parce que quand même c'est du sérieux, fait sourire Honey.

Sans se relever, regardant ailleurs, dans le vague de la prairie, Honey passe ses doigts sur le glaçage de ses yeux, lèche. Fait pareil sur ses joues, lèche. Passe sa langue sur ses lèvres. Au final il en reste toujours un peu, évidemment, mais beaucoup moins.
Alors, Honey soupire et pose son derrière sur la roche, pour ensuite mieux se laisser glisser par terre.

- C’est pas important… Qu’il commence gentiment en prenant un gâteau dans ses mains et en le tenant comme s’il s’agissait de quelque chose de très précieux et de très fragile. C’est juste que… Il se croyait plus fort que moi, et comme il est un peu fou, lui aussi, mais autrement fou que moi, c’est devenu un peu violent, mais j’ai gagné. Avec mes mots, que j’ai gagné. Et ça l’a mis en colère. Il savait pas que je pourrais gagner. Que j’étais plus fort que lui.

Honey lève les yeux vers Freck.

- Je te dirai qui c’est que si tu promets que tu me vengeras pas. Et que si tu promets que tu lui feras pas mal.
Revenir en haut Aller en bas
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1378
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: Couronnés de glaçage, voici venir les princes   Dim 12 Juil 2015 - 13:51

Se couper les cheveux, se briser le cœur, Freckles ne voit pas vraiment la logique des choses. Ses cheveux, ils poussent, n'importe comment, et puis il les coupe. Mal, d'abord, et quelqu'un les arrange ensuite. C'est invariable. Et puis ça repousse. Alors ça ne brise le cœur de personne. Mais bon, il peut comprendre, ou au moins essayer. De toutes façons, Honey, sans ses cheveux, ce serait bizarre, ce serait plus Honey. Ça le rendrait triste. Et ça rendrait triste Freckles, par association, c'est comme ça.
Il regarde le blond se nettoyer le visage à grands renforts de salive. Il n'en laisse pas une miette pour les insectes, au final. Et puis il parle. Doucement, comme d'habitude, et comme d'habitude, il raconte des trucs que Freck ne comprend pas. Il a gagné. Avec ses mots. Mais il a perdu. Parce qu'il s'est fait frapper. Il parle d'un il, un peu fou, et puis violent. C'est qui, il ? On peut vraiment gagner, avec des mots ? C'est contraire à ce qu'il aime croire, Freckles.

- Je te dirai qui c’est que si tu promets que tu me vengeras pas. Et que si tu promets que tu lui feras pas mal.

Les yeux qui brillent, de nouveau. Il saute sur ses pieds. Sans prendre le temps de réfléchir -qui prend encore le temps de réfléchir ? Le temps, il en a plein, mais il a toujours l'impression de ne pas en avoir assez – et il lève une main bien haut pour dire « je le jure » et puis, pour faire bonne mesure, se racle la gorge et crache au milieu des marguerites.
Des promesses, il devrait pas en faire, parce qu'en vérité, il les tient jamais. C'est pas qu'il ne veut pas, c'est juste qu'il oublie. Les plus grands des secrets glissent de ses lèvres et les interdits lui coulent par les oreilles. Ça passe pas, c'est tout. Mais il promet quand même, à Honey. Parce qu'il veut savoir, et puis que ça lui fait de la peine, qu'il souffre, le sucre.

« Mais pourquoi tu veux pas ? Que je te venge ? Tu veux pas qu'il aie mal ? Ton truc là. Ça doit faire mal. Alors il mérite, juste pour voir ce que ça fait. Et comme ça, il recommencera plus. »

Ça le dépasse, ça, un peu. Honey est le contraire de tout le monde. Le contraire de tous les jeunes perdus qui viennent crier justice en hurlant et sanglotant dès que quelqu'un les embête. Freeeeeeckleeeeeeees. Machin truc il m'a tiré les cheveeeeeeux. Eux, ils la veulent, leur vengeance ! Et le plus souvent, ils l'ont pas. Alors pourquoi Honey pourrait pas se l'accorder, puisqu'on lui propose ?

A son tour, il se laisse glisser à côté de Honey, les fesses dans l'herbe. D'un geste absent, il arrache quelques fleurs à la terre, et les jette un peu plus loin. Et puis d'un doigt, vient donner un petit coup à travers la chemise, là où il devine l'ecchymose. Espace vital ? Oublié.

« Allez, dis, c'est qui ? Je suis nul, en devinettes. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Perdu
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Couronnés de glaçage, voici venir les princes   Jeu 16 Juil 2015 - 14:54

Honey se satisfait de voir Freck bondir sur ses pieds aussi promptement et jurer cracher qu’il fera pas de mal à… On sait qui.
Le crachat atterrit sur la tête d’une marguerite et ça lui tire un coin de sourire, au sucre. Il peut presque la voir grimacer, dégoûtée par ce qui vient de lui arriver. Se faire cracher dessus, quand on est une fleur, ce doit être la honte. L’horreur, même. Et forcément les autres marguerites se moqueront. À cette pensée, le sourire de Honey disparaît. Elle a peut-être pas l’habitude de faire rire d’elle. Du coup, elle risque d’être très malheureuse… Honey soupire et détourne son regard de la marguerite pour de nouveau lever les yeux vers son petit lion.

À écouter son copain, le grimpeur n’est pas surpris. En héros qu’il est – en tous cas aux yeux du sucre – le rouquin préfère nécessairement l’action aux papotages. Honey a le papotage naturel et préfère s’y tenir que de répliquer avec ses poings. De toute façon, ses poings, ses précieux et délicats petits poings ne savent pas l’art de casser les gueules.
Honey regarde le dos de ses mains, hausse une épaule, regarde Freck.

- Il sait très bien ce que ça fait. Il savait très bien ce qu’il faisait. soupire Honey en s’accoudant sur son genou et en appuyant son visage dans sa paume. J’aime pas la vengeance. Qu’il ronchonne.Je comprends pas la vengeance. C’est nul. Ça sert à rien.

Les larmes lui montent aux yeux mais il les chasse vite fait du revers de sa main tandis que Freckles le rejoint dans l’herbe. Honey fait un bond de côté pour se rapprocher. Au fur et à mesure que le rouquin arrache des fleurs, le blondinet se penche et étire le bras pour les ramasser et les rassembler dans un petit bouquet.
Il sursaute un peu au contact du doigt de Freck sur son ventre, fronce les sourcils mais ne dit mot, lèvres scellées dans une moue un peu boudeuse.

« Allez, dis, c'est qui ? Je suis nul, en devinettes. »

Il arrache une longue feuille d’herbe, pose son bouquet sur ses cuisses, glisse l’herbe en dessous des tiges et s’en sert comme d’un ruban pour tenir les marguerites.

- Ok… commence-t-il, faussement nonchalant.

À gestes minutieux, tout en délicatesse, il noue une boucle autour de ses fleurs, prend le bouquet, en juge le résultat.

- Je vais te le dire…

Pas mal, le bouquet. Le tenant contre lui, il tourne finalement la tête vers Freck et le jauge un moment en silence. Le sucre ne veut pas décevoir son ami. Et il vaudrait peut-être mieux qu’il ne l’apprenne pas autrement… Et… Il a tout de même juré craché… Mais… Honey se mord la lèvre, presqu’au sang, mais finit par lâcher, d’un trait, comme pour s’en soulager :

- C’est Fang.
Revenir en haut Aller en bas
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1378
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: Couronnés de glaçage, voici venir les princes   Ven 17 Juil 2015 - 21:01

- C’est Fang.

Ok.
Que dire d'autre ? Malgré l'attente, la mise en scène, il n'est même pas surpris. Bien sûr, que c'est Fang. C'est tout le temps Fang. Qui vient terroriser les gosses avec ses grognements et ses gros sourcils froncés. Et ses coups. Et Honey, maintenant. Comment il arrive à faire ça ? Comment il arrive, de sang froid, à faire du mal à un garçon comme ça ? Avec ses grands yeux de prince et son petit bouquet de fleurs qu'il serre contre sa poitrine. C'est juste illégal. Et une nouvelle preuve. Fang n'a pas de cœur. Quelqu'un lui a arraché et l'a balancé dans la rivière.
Freckles gigote dans l'herbe, et instinctivement, lève vers le ciel le poing serré de la justice :

« J'vais le défoncer ! »

Attends. Stop. Retour arrière. Tu viens de promettre, tu te souviens ? Il y a genre, trente secondes.
Il baisse le poing. Déconfit. Il ajoute le plus vite possible :

« J'rigole. »

Pour pas que Honey pense qu'il n'est qu'un sale menteur. Mais quand même. Ça le révolte un peu. Ça gronde au fond de son estomac. La révolte. Il tend le bras pour attraper un gâteau et le fourre dans sa bouche. C'est à la fraise, son préféré, mais il mâche avec beaucoup trop de vigueur pour vraiment s'en rendre compte. Il faut qu'il fasse quelque chose. Qu'il sauve Honey. Un rapide coup d’œil à sa droite, son ptit sucre a l'air à deux doigts de pleurer. Ce serait vraiment horrible, qu'il pleure. Il y a bien un truc qu'il peut faire, non ? Parler à Fang ? Ça marche jamais. Et puis il est pas diplomate, et il n'est pas Honey, alors avec des mots, il peut pas gagner. Ou sinon, il peut aller foutre des araignées dans son hamac, à la maison souterraine. Ouais, non. Ça compte comme une vengeance. Allez, Freck, réfléchis. C'est pas compliqué !

Il gobe presque un deuxième gâteau (vanille. avec du glaçage bleu), et puis ça vient. Ou plutôt, revient. Une idée qui va, qui vient, et qui arrive toujours à s'échapper aux moments idéaux. Là, c'est un moment idéal. Il bondit sur ses pieds. Attrape les deux mains de Honey, pour le faire se lever, lui aussi. Et claque des mains, joyeux.

« Honey ! J'ai trop, trop une bonne idée. » ses yeux brillent, comme si il venait de trouver un remède miracle contre tous les maux du monde. « Tu vas le défoncer. »

C'est définitivement pas une trop, trop bonne idée. Ni une idée nouvelle. Il propose déjà à Honey ce genre de choses depuis qu'ils se connaissent. Lui apprendre à se battre. Il ne désespère pas, non. Rapide coup d’œil de haut en bas sur son apprenti. Il le visualise un moment en train de high-kicker la face de Fang. Pas très crédible.

« Bon », il se corrige. « en fait, déjà, ce serait bien si tu savais au moins te défendre. Parer les coups, tu vois. Si tu veux pas les rendre. » il sautille. « Allez, steuplé. Tu veux bien que je t'apprenne ? »

Pour montrer son enthousiasme, il agite ses poings devant son visage, mimant une position de garde approximative. Pour que Honey apprenne, il est prêt à tout. A se laisser frapper, même. Avec le sourire, même. Il laisse tomber ses bras, et annonce, candide.

« J'ai pas envie que tu pleures. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Perdu
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Couronnés de glaçage, voici venir les princes   Lun 20 Juil 2015 - 21:21

S’il était une fille, il aurait éclaté en sanglots. Pour pas de raison et pour mille raisons en même temps. Il aurait pleuré que personne ne l’aime et qu’il est bête et laid. Il aurait chialé qu’il lui avait rien fait, à Fang, et que quand même il l’avait frappé et même presque-tué !
Ah oui, comme il en aurait versé, des larmes, son bouquet pendant au bout de son bras, la face rougie par l’effort de trop de chagrin, les larmes coulant sur ses joues roses, la morve au nez, tout le truc. Du vrai chialage de pro, qu’il lui aurait servi, à Freckles, pour l’avoir toute et plus encore, son attention, sa dévotion, son amitié. Et sans doute qu’il aurait conclu, tout reniflant, en demandant au lionceau s’il le trouvait aussi bête et laid que tous les autres, et s’il avait pas honte d’être vu avec un prout comme lui. Évidemment, Freck l’aurait rassuré, oui ? Qui ne voudrait pas consoler la jolie larmoyeuse qu’il aurait alors été, pas vrai ?

Le hic c’est que, les crises de larmes, ça fonctionne mais, pas toujours très longtemps. C’est-à-dire que, un jour, à force de brailler pour rien, on finit par éveiller les soupçons. Et puis, les gens finissent par nous mentir. Par nous dire qu’on est très bien comme on est alors qu’au fond, avec nos yeux bouffis, on a l’air d’un crapaud, et avec notre tendance à pleurnicher pour tout et rien, on les ennuie, on leur fait peur, même, aux autres, à tous. Peur d’être pris, encore, pour se faire tout de miel et de caresses, et consoler, consoler… Consoler, c’est éreintant.
Mais Honey est bien plus malin que ça. Pire : il a même pas besoin d’y penser.

Woah ! Le sucre affiche un air apeuré en voyant le poing de Freck prendre les airs.

- Mais… mais…
- J’rigole.
- Oh.

Son sourire est plutôt une grimace. Un grincement. Monsieur givré aurait-il commis une erreur, en allant révéler le nom de son malfaiteur ? Il regarde Freck et le soudain enthousiasme de ce dernier lui confirme qu’il aurait dû garder Fang pour lui.
Enfin, dans la mesure où… Plutôt… Non, enfin, Fang est à Fang. Mais Fang qui l’a voulu lui, Honey, mort, mais qui le voulait quand même, enfin, qui le voulait… Comme dans, être digne d’intérêt, peu importe lequel. Digne d’être convoité, tiens. Ça. Ça ou quelque chose comme ça, c’est à LUI. Honey. Personne d’autre.
Du coup, il doit distraire le petit lion. Qu’il joue avec autre chose. Toi et moi. Moi et lui. Faut pas tout mélanger. Non, pas tout mélanger autrement tout se dilue, perd de la valeur… C’est tellement facile de perdre de la valeur. Honey ne veut pas perdre sa petite valeur de sucre. Ni aux yeux de l’un, ni aux yeux de l’autre. Le sucre ça fond tellement vite.

Debout devant le rouquin, son bouquet oublié près des gâteaux, Honey se déçoit de voir Freck lui lâcher les mains. Il croyait qu’ils danseraient. Mais semble-t-il que le prince des éphélides a mieux.
En réponse à la suggestions de Freckles, Honey fait la moue.
Il tire la langue.
Il se défigure en tirant ses joues vers le bas.
Il fait mine de pleurer.
Et finalement, il se prend le visage à deux mains, inspire longuement, laisse tomber ses mains en expirant et, devant Freck qui a baissé les bras, ouvre les siens, prend le rouquin contre lui, pose sa tête sur son épaule, agrippe ses mains dans son dos, d’une petite voix souffle :

- Merci Freck…

Un soupir. Et il défait l’étreinte en faisant un pas par derrière, serre ses poings de fillettes – sans grande conviction mais tout de même – et les tient juste sous son menton, jointures collées. Talons collés également, pieds ouverts, il plie un peu les genoux et, question de donner un peu de « houmpf » à tout cela, Honey fronce les sourcils et montre les dents.
Ça, c’est la Honey-Stance.
Puis il frappe.
Ha ha elle est bien bonne.
Non.
Le poing droit de Honey vient s’appuyer sur l’épaule gauche de Freckles. Lentement.

- Pif !

Le poing gauche de Honey vient s’appuyer sur le ventre de Freckles. Gentiment.

- Paf !

Le pied droit de Honey vient effleurer le bout du pied gauche de Freckles. …

- Pouf ! T’es mort!

En plein contrôle de sa Honey-Stance, Honey crache même trois-quatre postillons gorgés de toute sa chétive virilité à ses pieds.
Tiens, toi !
Revenir en haut Aller en bas
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1378
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: Couronnés de glaçage, voici venir les princes   Mer 22 Juil 2015 - 18:41

Des fois c'est à se demander si Honey comprend ce qu'on lui dit. Se battre, et faire des câlins, ça a rien à voir, sauf peut-être si il s'agit d'une stratégie ninja mûrement réfléchie. Mais c'est pas son genre, à Honey, les stratégies mûrement réfléchies. Ni celui de Freck, en fait. Les stratégies, ça l'embrouille encore plus. Et son élan, il le perd, quand il réfléchit trop. Et puis il perd. Est-ce que ça marcherait, en combat, contre un vrai adversaire ? Deux ennemis qui se dévisagent, prêts à se sauter à la gorge, pour que l'un deux finalement décide d'écraser les côtes de l'autre dans une étreinte amicale ?
C'est pas qu'il n'aime pas ça, les câlins. Le fait est, il adore. Ça soigne tout, un câlin. Et puis c'est Honey. Alors forcément, c'est magique. Alors il s’élève un peu sur la pointe des pieds, parce que Honey est trop grand, et serre un peu. Ne sait pas de quoi le sucre le remercie, mais sort un « de rien » quand même.

Puis il bondit en arrière. C'est qu'il a essayé de l'avoir, le ptit sucre ! Mais c'est raté. Il est concentré ! Concentré sur sa mission : en faire un vrai combattant. Un prince, un chevalier, un héros ! Con-cen-tré !
Y a Honey qui se met en position.
Pas vraiment comme lui. Sa pose, à lui, est un peu plus marrante. Un peu plus .. aérienne ? Ouais. Avec ses pieds ouverts et ses jambes collées, on dirait qu'il va danser. A se balancer, comme ça, en pliant les genoux, comme sur l'écran titre d'un jeu vidéo. Et pif. Paf. Pouf ! Ses petits poings qui volent au ralenti pour venir l’effleurer. Pif l'épaule, paf le ventre, pouf le pied. Il vise bien, Honey. Mais il se bat pas, il joue. Ouais, exactement, c'est le mot. Il met toute l'attention dans ses esquisses de coups qu'un enfant qui joue.
On disait qu'on se battait, et j'étais le gentil. Et pouf, t'es mort !

Freck hésite à rire. Parce que normalement, c'est à ce moment là qu'il rit. Sacré Honey. Honey, trop gentil, trop tendre, pour lui faire le moindre mal. Même pour s’entraîner, même pour de faux. Normalement, il passerait à autre chose. En riant. Mais là c'est pas drôle. C'est très sérieux. Alors il fronce les sourcils.

« Oui bah c'est presque ça. Mais avec un peu plus de force. »

Il dit même pas ça pour se moquer. Mais très sérieusement, d'un ton de professeur mécontent. Il fait un pas en avant, regard critique.

« Déjà j'pense que tu devrais travailler sur la posture. »

Il faut les écarter, les jambes. Plier les genoux. S'accrocher au sol, peser son poids quoi. Avec ses jambes serrées, Honey va s'envoler.
Il réfléchit un instant. Puis l'attrape par le bras, pas méchamment, non, mais fermement, avant de faucher ses pieds d'une balayette. Juste comme ça. Ça l'étonne un peu, comment c'est facile. Il ne laisse pas Honey tomber, pourtant, il pourrait se faire mal. Alors juste quand il bascule, il le rattrape, un bras derrière le dos. Et ça le fait rire, parce que c'est bien un truc de prince, ça.

« Tu vois ? T'es pas stable. C'est important d'être stable. T'sais, comme au judo. »

Il plante son regard dans les yeux de Honey. Comme pour vérifier qu'il a bien pigé. Puis il l'aide à se redresser. Ses bras retombent. Et il le fixe, sérieux.

« Tu veux qu'on arrête ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Perdu
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Couronnés de glaçage, voici venir les princes   Ven 24 Juil 2015 - 23:05

Sur la binette du sucre point un petit sourire amusé. Parce que Freck, lui, garde son sérieux. Ah… Freck, il est trop fort! Songe le grimpeur en se passant la main sur le visage, riant un peu. Mais puisque cette histoire de se battre semble vraiment, véritablement sérieuse, et bien, Honey décide de se forcer un peu. En tous cas, il tente de le faire.

Plus de force, donc. Oui, bon. Honey regarde ses bras, ses poignets minuscules, ses pas-de-muscles, ses mains osseuses. C’est un peu déprimant, d’ailleurs, de se voir si chétif. Mais il faut ce qu’il faut. Quand on aime ni le lait ni la viande, le gras peut aller voir ailleurs. Et du coup, les muscles aussi. Alors donc, plus de force, disait-on. Oui… Plus de force. Plus de gâteaux, peut-être? À cette pensée, le sucre retient de justesse son envie de rire.
C’est du sérieux non de non !

La postuuure qu’il dit, monsieur Freckoune.
Pantin docile, Honey se laisse manipuler avec l’abandon d’une poupée. Pas de porcelaine quand même. D’ailleurs, heureusement qu’il n’est pas de porcelaine parce qu’il manque bientôt de se retrouver sur le derrière. Aussi rit-il avec Freck, quoi qu’un peu nerveusement.

- Jus d’eau…

Jus d’eau… Jus d’eau… C’est con comme idée! Pourtant, la sonorité lui est familière… Ju… do… Ah! Si! Comme ce gars… ce gars… dans son habit blanc, comme une robe de bain… Dans la télévision. Les anneaux de couleurs dans le bas de l’écran. Ouais, judo… Peut-être bien, oui!

- Ouaaaais… Qu’il lâche sans grande conviction.
« Tu veux qu'on arrête ? »

Honey fait non de la tête, mais avec Freck qui le regarde dans les yeux, il n’arrive pas à retenir un :

- Mm…oui. Malgré lui. Je vais m’entraîner, et boire du jus d’eau.

Ouais, la pose, quoi.

- Et la prochaine fois… On fera la force, ok… ?

Il préfère mentionner une éventuelle prochaine fois. Comme ça, c’est moins brusque. Moins raide que d’avouer qu’il tentera, à tout coup, de distraire suffisamment Freck pour qu’il ne pense plus jamais à lui apprendre à se battre.
Seulement le sucre doute quand même que Freckles, là maintenant, oubliera tout et tournera définitivement la page sur le cas de Fang. Aussi espère-t-il conclure ce chapitre en ajoutant, posant une main sur l’épaule du livreur :

- Mais pour de vrai, t’inquiète pas pour moi, petit lion. Qu’il commence en se dessinant un beau sourire, livraison toute spéciale pour son rouquin préféré. Fang il frappe n’importe qui… Et pour tout te dire… Je l’ai cherché. Je suis pas innocent. À court de sucre depuis de trop longues minutes, il se penche afin de ramasser un petit gâteau, poursuit la bouche pleine. Je lui ai fait rater sa proie intentionnellement. C’est pour ça qu’il a essayé d’me faire la peau, tiens. J’aurais fait pareil sûrement.

Ouais… Non. Sûrement pas. Mais le sucre a déjà trop parlé, et postillonné, de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1378
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: Couronnés de glaçage, voici venir les princes   Sam 25 Juil 2015 - 18:37

Honey le fait marrer, avec son jus d'eau. Ça veut rien dire, boire du jus d'eau. Le jus d'eau, c'est juste de l'eau, au final, non ? Dans tous les cas, boire de l'eau, c'est bien. Surtout que c'est la canicule, alors faut s'hydrater entre midi et seize heures. Même si midi et seize heures, sur l'île, ça existe même pas. Faut s'hydrater tout le temps.

« La prochaine fois ... » qu'il répète d'un ton chantant.

La prochaine fois … pourquoi pas dans l'arène ? Y aura pas de gâteaux pour les distraire, dans l'arène. Sauf si Honey apporte les siens. Pique-nique sur le sable ensanglanté. Ce serait charmant, tiens.
Il laisse Honey lui poser la main sur l'épaule et lui dire de pas s’inquiéter, que c'est sa faute. C'est que c'est un rebelle, le petit sucre. Un saboteur de chasse ! Et même qu'il prétend pouvoir « faire la peau » à quelqu'un pour la même raison. Il est mignon, à essayer d'excuser Fang, tiens ! Mais y a juste un truc là dedans, qui le fait tiquer.

« Pas vrai. Pas n'importe qui. Moi il veut jamais. »

Il se rend compte qu'avec ce ton de regret, il doit avoir l'air de vouloir se faire frapper. Alors il explique, quand même.

« Tu sais avant les gars ils réglaient tout en se défiant en duel. Genre pour l'honneur. Et bah pareil. J'viens récupérer l'honneur des petits. Mais il veut pas se battre. A chaque fois, il fait cette tête. » imitation approximative de la tête dédaigneuse de Fang. « l'autre fois il a tapé Blot, alors je suis allé l'engueuler. J'crois même que je l'ai insulté. Et il m'a même pas tapé. »

Puis, sur le ton de la confidence :

« Je crois qu'il a peur de perdre. »

En vrai, c'est l'inverse. Il est persuadé que Fang le prend tout simplement pas au sérieux. Qu'il pense qu'il n'est pas à la hauteur, quelque chose comme ça. C'est pour ça qu'il perd même pas son temps. Pff.

Paf, il se laisse retomber dans l'herbe au milieu de ces pauvres marguerites qui ont bien trop souffert de leur entraînement de deux minutes max. Picore un ou deux gâteaux échoués. Plus pour faire comme Honey que par vraie envie. Quand il s'agit de bouffer de la pâtisserie, le sucre le bat toujours. Bizarre, qu'il aie pas de muscles, lui. Grimper aux arbres, ça devait les faire, les muscles, non ? La dernière fois que Freck a essayé de grimper à un arbre, il est tombé. Il s'en sortait bien, promis juré, et puis il a perdu l'équilibre et il est tombé. Il arrête pas de perdre l'équilibre, depuis il s'est cogné le crâne. Il a du perdre les neurones de l'équilibre.
Bling bling l'idée fait comme une petite ampoule qui s'allume dans son crâne vide, et c'est presque assez pour lui faire complètement oublier la conversation. Il se tourne, ravi, vers le grimpeur.

« Dis Honey tu m'apprendras à grimper aux arbres ? En échange de que je t'apprenne à te battre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Perdu
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Couronnés de glaçage, voici venir les princes   Mer 29 Juil 2015 - 2:36

Relativiser, alors qu’il s’agit de Fang… C’était peut-être pas la meilleure des idées. Mais c’est fait. Faut vivre avec.
Vivre avec tes mots, petit sucre d’abeille, c’est pas facile… !

Inclinant la tête vers son épaule, Honey darde sur son prince de la rousseur un air exagérément dubitatif, avec la bouche coincée dans un coin, les sourcils froncés, la frange qui glisse d’un côté et même, même : les poings sur les hanches, qui se déhanchent. À bâbord toutes !

Il a vu juste, le Freckies. Le ton de regret, ça éveille des soupçons ! Mais Honey exagère, avec sa tête de fifille incrédule, parce qu’au fond il le connaît, tout de même, son pote aux poils de carotte. On l’appelle pas le lionceau pour rien ! Même bébés, les lions ne jouent pas comme n’importe quel chaton… Ça non ! Un coup de patte de lion, même ceau, ça peut te crever l’œil, t’arracher la langue et te faire saigner le pif en même temps, sûrement !

Mais à la façon qu’il a de parler de sa mission de vie, Freck, Honey est forcé à lentement démordre de sa pose. Il parle de l’honneur des gamins comme s’il s’agissait d’un truc concret. Ça lui fait d’ailleurs se demander, au sucre, où il a bien pu ranger le sien, d’honneur…
Sait pas.
Toute façon la tête de Freckles ! Ha ha ! Sa tête quand il imite Fang ! Oui bon, il exagère peut-être un peu, avec son éclat de rire qui claque dans la prairie, Honey piqué, mais quand même, il est drôle, le lionroux!

« Je crois qu'il a peur de perdre. »

Ça lui fait retrouver son sérieux, ce secret des dieux. C’est peut-être vrai, songe le sucre tandis que Freckles couronne les marguerites de son princier popotin.

- Ouais c’est sûr.

D’un autre côté, si Fang croit qu’il peut gagner contre Freckles, et même prendre plaisir à lui envoyer des coups, pourquoi il ne le fait pas? Il craint s’ennuyer, peut-être ? Alors c’est qu’il connaît fichtrement mal le chef des livreurs… Ou alors c’est qu’il a pas envie de se battre contre lui, parce que Freck il est trop bien. C’est un preux noble, ou un noble preux, défenseur de la cause des honneurs écrabouillés.
Arf.
Trop de pensée tue l’intelligence, même de la trempe de celle de Honey. Avant que sa cervelle lui sorte par les trous de nez, le grimpeur s’en remet aux marguerites, s’agenouillant près de Freckles et tirant une fleur de son bouquet abandonné plus tôt. Un à un, il coince les pétales entre son index et son pouce, et les arrache.
Il me déteste.

« Dis Honey tu m'apprendras à grimper aux arbres ? En échange que je t'apprenne à te battre. »

Il lève les yeux, coquin. Apprendre à grimper aux arbres, hein ?
Il m’adooore.

- Hmmmmmm… Ça me semble intéressant, comme échange…
Il me hait.

Honey feint réfléchir.

- Apprendre à grimper aux arbres, c’est extrêmement difficile et dangereux. As-tu fait ton testament, Freck ?
Il me trouve joli.
- Faudra d’abord travailler ton équilibre. C’est vitalement primordialement important.
Il se demande comment il va me tuer.
- Et je connais un excellent moyen de travailler l’équilibre…
Ultime pétale.
Il rêve de moi.
Oh ! Baume sur le cœur ! Honey rougit.
Puis se lève vivement en tenant d’une main la fleur plumée. La marguerite sans pétales tendue vers le ciel, il annonce, théâtral :
- LA DANSE ! flattant la barbichette invisible qu’un soudain excès de sagesse lui fait imaginer arborer sur son imberbe menton, il ajoute : Évidemment, moi je suis naturellement doué. Mais il faudra que tu danses, Freck, si tu veux que je me battes.
Pas peu fier, il ne masque pas l’éclat de malice qui étincèle au coin de ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1378
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: Couronnés de glaçage, voici venir les princes   Ven 31 Juil 2015 - 18:12

LA DANSE !
Qu'il crie, Honey. Il est naturellement doué, avec ça. Ça le surprend pas trop, en vrai. Il l'imagine bien, tout de suite, se mettre à faire des pirouettes. Peut-être qu'au fond c'est ça son truc. Il aurait les qualités pour danser. La délicatesse, la douceur, tous ces mêmes trucs qui l’empêchent de se battre. Comme si les deux notions étaient incompatibles. C'est cette idée qui fait réagir le chef. Lui faire gonfler les joues et lever le menton d'une fierté déplacée, pour déclarer :

« Je sais danser. »

Vraiment ? Il n'est même pas sûr. Il y a bien des souvenirs vagues qui remontent, mais rien de bien concret. Et pas d'équilibre, non. C'est pas comme le vélo, ça doit s'oublier. Honey veut qu'il danse ? Mais qu'il danse quoi ? Le classique, le rock, la valse, le tango ? Qu'il danse avec lui ? Sur l'instant, ça lui paraît facile. Rien de bien méchant, contrairement à la promesse glissée dans les paroles du sucre. Il se battra. Si Freckles danse. Quelque chose comme ça.
Il se lève, et pêche des mains du blond une fleur sans pétales, qu'il glisse entre ses dents. Il a vu faire, à la télé. Ça marche mieux avec une rose, mais les marguerites, ça doit être bien quand même. Pas de discrimination envers les fleurs, vous savez. Il étend le bras et l'offre à Honey, levant un sourcil d'un air exagéré.

« Comme cha ? »

Et hop, on écarte les bras, on fait des pointes outrageuses comme si on voulait s'envoler. Et puis on manque de tomber, on bat des ailes et on retombe. La tige de la fleur lui glisse presque des lèvres. C'est vrai, que c'est dangereux, en fait. Il y pense, à l'histoire du testament. Se demande ce qu'il a à léguer. Pas grand chose. Et pour ce qui est de son rôle … C'est pas facile, d'être chef des livreurs ! Personne ne peut faire ça mieux que lui, pas vrai ? Du coup, mieux vaut pas qu'il meure. Conclusion logique.

« J'étais pas échauffé, c'est pour ça. » il se justifie. « J'pense que tu devrais quand même me montrer. Tu sais, pour être sûr. »

Sourire flashy, il lui rend la tige de marguerite sans pétale. Avec une petite marque de dents dessus, mais ça se voit presque pas. Et puis, haussant les sourcils comme pour demander la permission, il attrape une des mains de Honey pour y entrelacer ses doigts (les cinq. il a eu le bon goût de choisir sa main droite). Il balance quelques secondes leurs bras ensemble, comme pour tester la résistance du matériau. Un grand sourire. Plus fort que lui, il trouve ça vraiment cool, de tenir les mains des gens.
Petite inquiétude. Il y a toujours un des deux qui mène, dans une danse, non ? Comment on sait lequel c'est, du coup ? Comme Honey est le prince, ça devrait être lui. Du coup, pop, Freck accroche son autre main à l'épaule princier du sucre, en faisant bien gaffe de pas choper de cheveux.

« Vas-y, vas-y, je suis trop prêt. »

Et voilà qu'il trépigne comme au départ de montagnes russes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancien Perdu
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Couronnés de glaçage, voici venir les princes   Mar 4 Aoû 2015 - 15:04

- Je sais danser.

D’abord sceptique quant à l’affirmation de Freck, Honey croise les bras et pince les lèvres au coin de sa bouche. Le lionceau qui danse…? Un chevalier, ça ne danse pas. Avec l’armure et tout, bonsoir la grâce!
Du coup, Honey désapprouve, mais non sans retenir son envie de rire devant la démonstration de Freckles qui lui a piqué sa fleur. Heureusement, le sucre, il n’en a plus besoin, de sa marguerite dégarnie. Plus maintenant qu’il sait que le chat rêve de lui. Ah!

- J'pense que tu devrais quand même me montrer. Tu sais, pour être sûr.

Oui, c’est Honey le pro. Bien d’accord, il acquiesce en glissant au-dessus de son oreille droite la fleur qui lui est rendue. Cela fait, il tend sa main à Freckles, une rose naissante sur chaque joue. Ben oui quoi, c’est pas tous les jours, qu’on l’invite à danser…

- Bon alors le rythme ça va comme ça : un deux trois, un deux trois…

Et c’est parti pour un tour de manège. De carrousel, plus exactement.

- Belle nuit ô nuit d’amour… La li li la laaaaa lo liiiiii... chantonne le sucre en se donnant des airs de ténor. Ou plutôt de castrat.

Une main bien ancrée au dos de Freckles, l’autre dans la sienne, il l’entraîne dans la prairie, contournant à grand-petit-petit-pas, grand-petit-petit-pas, la moyenne plus grosse roche et dessinant de grands cercles qui ne vont nulle part.

- Faut pas hésiter. Le pas doit être fluide. Comme la rivière… Le temps fuit et sans retour la laaa li liii la laaaa

Et ça tournoie, ces garçons-là! Honey se tient le dos très droit, le port définitivement : altier. Avec sa fleur sans pétales qui lui décore le côté de la tête, c’est du joli.

- Faut que tu voles sur tes pieds, Freck!

Autant vous le dire tout de suite, Honey ne sait pas vraiment ce qu’il fait. Il compte les temps et bouge en conséquence, mais la clé de son succès, de son aisance à se mouvoir avec la grâce d’un flamant rose qui saurait danser, même dans les herbes hautes de la prairie, est aussi fabriquée que Henriette. Il suffit d’y jouer. Et Honey joue très bien.

Même qu’il en vient à faire tourner Freckles sous son bras mais, plutôt que de reprendre la position de base, il s’agenouille et dépose sur la main de son partenaire un chaste baiser digne du plus élégant des princes.  

- T’sais que t’es mon meilleur pote, Freck ? qu’il fait en se relevant, gentil sourire aux lèvres. Oh! Mais je sais bien que t’en as des tonnes, de copains, mais des fois j’y pense très fort, et j’arrive pas à me souvenir avoir eu d’amis, dans le monde ordinaire, pas des comme toi, en tous cas. Alors je me dis que c’est juste. Si c’était le prix à payer pour t’avoir maintenant, alors ça me va.

Il lève les bras, mains tendues, doigts écartés.

- Vise un peu ma roue!

Et il fait effectivement la roue. Jambes bien droites, les cheveux qui balaient le sol, le sucre atterrit avec une grâce toute féline.
Mais un peu moins princière que la valse…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Couronnés de glaçage, voici venir les princes   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le mois des "Contes et Comptines"
» Voici venir le Mauldred
» Voici venir (le temps des rires et des chants ?) Belasco
» Changements à venir (article wow-europe)+ notes patch
» Voici ce que j'ai fait, vous pouvez en faire autant.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Vallée des Fées :: La Prairie Sauvage-