Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lewis Steel
avatar

♣ Livreur ♣


✘ AVENTURES : 443
✘ SURNOM : Le Sans-Visage
✘ AGE DU PERSO : Vingtaine d'années

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours ♥
✘ LIENS : There is only one god, and his name is Death. And there is only one thing we say to Death : 'Not today'.

MessageSujet: The Boy who waited ; Crackers   Ven 12 Juin 2015 - 13:55


Crackers


Trucs

Surnom : Le Sans-Visage
Groupe : Garçons Perdus
Age : Entre 5 et 6 ans
Rôle : Livreur ; Ancien Éclaireur


Révérences

Au sein des garçons perdus, il y a certaines têtes que l'on ne peut pas oublier : des trop grands, des tous petits, des mutilés, des brulés, des bandés des pieds à la tête puis.. des étranges ; et beaucoup s'accorderaient à ranger Crackers dans cette catégorie de personnes.

La première chose que l'on remarque chez lui, c'est bien sûr son drôle de masque, qu'il porte en toutes circonstances : assemblées, missions ou même encore repas. Les garçons perdus ayant connu la guerre durant leur vie passée sur terre pensent parfois que Crackers en est également un rescapé, et qu'il doit par conséquent craindre une nouvelle attaque au gaz sur l'île, ou quelque chose comme ça.. mais il n'en n'est strictement rien. En réalité, le petit homme porte ce masque car il s'est persuadé qu'il l'aidait à respirer correctement et que s'il venait à l'enlever, son état ne ferait qu'empirer. Au fond, il ne sait même plus où il a pu le trouver, mais ce n'était certainement pas de sa vie d'avant. Lui, c'est un petit chanceux, il n'a jamais connu la guerre ; mais à ses yeux, il a vécu bien pire.

Pour en revenir à son masque, le garçon perdu a obtenu le surnom de Sans-Visage à cause de ce dernier ; car oui, il ne s'en sépare jamais. Même si les deux billes de verres laissent entrevoir de petits yeux fatigués à travers la lunette, c'est tout ce que vous pourrez voir du visage de l'enfant ; tout du moins.. si vous ne cherchez pas à le lui arracher, prenant le risque d'arracher quelques unes de ses petites mèches blondes par la même occasion.

Derrière ce masque vainement retiré, il vous sera possible de voir le visage de ce drôle d'enfant perdu, enfin, tant qu'il ne portera pas ses mains à sa gorge et se penchera en avant pour tenter de respirer. Aussi maigre de visage que de corps, Crackers semble prêt à s'éteindre d'un instant à l'autre, tant la pâleur de son corps est semblable à la lune et les cernes sous ses yeux à ses cratères. Parfois, lorsqu'il regarde son reflet dans l'eau limpide du Bassin, le petit homme se surprend lui-même de l'allure qu'il a aujourd'hui. Était-il comme ça, lorsqu'il était encore avec sa famille ? Avait-il l'air en meilleure santé ? Au fond, le Sans-Visage n'en a plus la moindre idée, cela semble si loin.. l'Oubli l'a profondément touché, même s'il n'a pas encore réussi à effacer le souvenir de certaines ombres effrayantes, ou de lumières rassurantes.

Pourtant, s'il y a bien une chose qu'il ne peut oublier, c'est le fait qu'il est terriblement malade et ce, depuis le jour de sa naissance. Personne - dans le monde réel ou sur l'île - n'a jamais pu le guérir, seulement légèrement le soulager et sans le savoir, le petit blondinet aurait dû mourir avant même d'atteindre la dizaine d'année. S'il survit, c'est seulement car l'île a gelé son âge, et quelque peu l'avancée de sa maladie. Mais à force de porter des choses bien trop lourdes pour lui et de s'agiter toute la journée, Crackers s'épuise, petit à petit. Parfois, il lui arrive même de tomber, à bout de forces, quand une quinte de toux terrible ne le force pas à gagner l'infirmerie au plus vite. Souvent, il a faillit s'étouffer et a même une fois déjà perdu connaissance par manque d'air ; mais jusqu'à maintenant, il s'en est toujours sorti indemne.

En plus de son drôle de masque qui fait presque autant de bruit qu'un certain méchant dans un film de Jedi, le marmot se trimbale une longue veste cousue à partir d'un vieux tissu, beaucoup trop grande pour lui. Lorsqu'il travaille et doit porter des choses, il est bien souvent obligé de se retrousser les manches, pour ne pas que celles-ci cachent ses petites mains tremblantes. On lui a pourtant déjà proposé de la lui raccourcir un peu, plutôt que de lui coudre une nouvelle veste à sa taille - qui est en soit, ridiculement petite en comparaison d'autres perdus ; mais non, lorsqu'on s'adresse à Crackers, on fait souvent face à un mur, surtout lorsqu'il s'agit de ses affaires.

En effet, même si c'est un enfant en bas âge, le Sans-Visage est très méticuleux vis-à-vis de ses affaires, que ce soit son masque, ses habits ou.. ses petits trésors. Il ne supporte pas qu'on touche aux coquillages qu'il collectionne et cache dans son hamac, ou qu'on vienne à casser ou voler les précieux œufs qu'il garde dans les poches de sa veste. Dans ces moments-là, le marmot entre dans une colère noire, se mettant généralement à crier et à pleurer. Nul besoin de préciser qu'il est, de ce fait, très susceptible.

Toutefois, malgré ces brefs mais vifs accès de colère, Crackers est en général un enfant plutôt calme et patient, voire même trop. Ne parlant que très peu, ne se faisant remarquer que lorsqu'on l'entend respirer, il n'est pas un marmot très équilibré. Lorsque certains garçons perdus se tapent dessus ou jouent à des jeux impossibles ou tout simplement enfantins, lui reste là, à les observer sans jamais en prendre part. Et même lorsqu'on vient à lui proposer de le faire, le livreur est perdu, incapable de savoir quoi faire, comment réagir. Alors, souvent, lorsque les choses ne tournent pas à son avantage ou lorsqu'il ne comprend pas, de petits hoquets s'échappent de sa gorge et on sent bien que derrière son masque bruyant, il est en proie à de douloureuses larmes. A cause de ses drôles de réactions, on ne l'invite que très rarement à jouer ; et au fond, c'est peut-être mieux ainsi.

Incapable de faire quelque chose tout seul, il a également besoin que son chef ou sa mère lui donnent des indications, sinon, il resterait là, à se frotter les mains tout en regardant les autres s'agiter autour de lui. S'il semble très peu débrouillard, il est en réalité terrifié à l'idée de prendre une mauvaise initiative et de faire quelque chose qui pourrait nuire à son entourage ; ou à lui, tout simplement. Car oui, Crackers a peur, terriblement peur qu'il lui arrive quelque chose. S'il venait à être trop malade, ou à être blessé gravement, il ne pourrait jamais retourner chez lui. De même, il est assez couard en règle général, craignant toutes les bestioles rampantes, avec trop de pattes, trop de dents, pas assez de poils ; des choses pas assez réelles à son goût et qui le sont pourtant terriblement en même temps. Des monstres de cauchemars en somme. Toutefois, si bon nombre de créatures de l'île lui font terriblement peur, il y en a certaines qui trouvent grâce à ses yeux, les sirènes contre qui il aimerait se blottir comme contre sa mère, ou les fées qu'il aime voir danser dans le ciel lorsqu'il fait nuit, par exemple. Il apprécie aussi beaucoup les esprits, même s'il préfère rester à bonne distance d'eux ; on ne sait jamais ce qu'ils peuvent cacher en réalité.

En parallèle, s'il n'est pas capable de faire quelque chose de lui-même, Crackers est plutôt efficace dés qu'on lui a donné une instruction, d'autant plus si celle-ci est sortie de la bouche de son chef ou de l'Enfant-Roi. Il semble très respectueux vis-à-vis de ses ainées et se démènera toujours pour faire du mieux qu'il peut ; mais en réalité, il le fait plus par peur des représailles qu'autre chose. L'enfant du monde réel qu'il a été sait que les plus grands s'en prennent aux petits s'ils n'écoutent pas ; oh oui, il le sait très bien. Malgré tout, il sait que certains d'entre eux ont un bon cœur, et il lui arrive par conséquent de les remercier de leur présence par de petits cadeaux ; dessins approximatifs, œufs colorés ou bien encore coquillages de sa collection.

Pour résumer, Crackers est un petit garçon étrange, malade, secret, qui se fait autant remarquer qu'il passe inaperçu, qui peut se montrer aussi calme que la mer et aussi agité que l'océan, qui semble aussi vivant que sur le point de mourir.

Il est un petit pétard prêt à exploser.



Unique au monde

△ Atteint de mucoviscidose, Crackers est constamment en train de tousser et a beaucoup de mal à respirer. Souvent, il crache du sang ou bien des glaires à l'intérieur de son masque, mais ne le nettoie pas pour autant. Dans ces moments-là, il arrive que des gouttes de sang coulent à travers les trous de son masque, provoquant l'horreur chez certains garçons perdus.

▽ N'essayez jamais de lui retirer son masque, il hurlerait et se débattrait comme un animal sauvage. Si d'aventure quelqu'un parviendrait à le lui enlever, Crackers commencerait à suffoquer et à se tenir la gorge, incapable de respirer ; et finirait sans doute par tomber dans les pommes par manque d'oxygène. Il s'est en réalité persuadé que ce masque l’aide à respirer et que sans lui, il en est incapable ; alors dès qu'on le lui retire de force, il panique et ne peut plus s'oxygéner. Bien sûr, certains garçons perdus prennent un malin plaisir à se jouer de lui de la sorte.

△ De même, il ne supporte pas non plus qu'on le touche, si ce n'est certaines mères assez vieilles pour qu'il se sente en sécurité avec elles ou bien des garçons perdus en qui il a une confiance absolue ; et ce n'est pas chose facile. Les seules fois où Crackers se surprend à pousser de vifs éclats de voix et des cris, c'est uniquement lorsqu'on le brusque ou que par exemple on lui attrape le poignet. Des choses du genre.

▽ Il lui arrive bien sûr de le retirer, notamment pour manger et boire lorsqu'il est tout seul durant ses patrouilles pour chercher de l'eau ; mais seulement dans des endroits où il est certain d'avoir assez d'air. Crackers l'enlève également lorsqu'il a vraiment besoin de respirer, et qu'il est forcé de se rendre au Bassin ; l'eau chaude et les vapeurs lui permettent d'un peu se dégager les bronches, mais jamais bien longtemps, pas même pour passer une bonne nuit de sommeil.

△ Par conséquent, très peu de personnes sur l'île ont pu voir son visage ne serait-ce qu'au moins une fois ; si ce n'est bien sur Peter lorsqu'il l'a ramené sur l'île ou une autre fois par caprice, ou bien d'autres enfants qui auraient souhaité se moquer de lui en lui arrachant ; voire même des adultes.

▽ Son estomac fragilisé par sa maladie ne tolère pas les aliments trop gras, acides ou épicés ; pourtant, il adore les fruits colorés comme les oranges ou les citrons. Mais comme il n’a pas vraiment le droit d’en manger, il le fera lorsqu’il est tout seul, pour ne pas se faire engueuler ; même si les soigneurs ne sont pas dupes quand le petit bout se met à vomir en plein milieu de la nuit ou se plaint de terribles maux de ventre.

△ A cause de sa nervosité, il a tendance à gratter sans cesse les croûtes de ses plaies, jusqu'au sang ; qu'elles aient été occasionnées par ses propres ongles ou bien suite à une éventuelle chute. Il n'est d'ailleurs pas rare de le voir se frotter les mains et les poignets, surtout dans les moments de stress. Ses bras et ses jambes sont pas conséquent parsemés de petites cicatrices à peine visibles à l’œil nu, mais qui ne cessent de croître au fil du temps inexistant qui ne passe pas.

▽ Il est également bon de noter que Crackers est un enfant plutôt propre sur lui, en dépit de son jeune âge. Non, il n'est pas maniaque, mais n'aime pas par exemple que sa veste soit mouillée, car il a alors l'impression que quelque chose l'agrippe et l'oppresse, pouvant même l'étouffer. Pour la saleté, c'est plus par mimétisme de ce ses parents lui ont apprit lorsqu'il vivait encore dans le monde réel.

△ Crackers, à ses heures perdues, aime beaucoup écouter la musique de l'île. Les chants des indiens ou des mères l'apaisent un peu, car il a le souvenir que sa mère lui murmurait de petites berceuses à son oreille les nuits où il peinait à respirer à a dormir. Il aimait aussi beaucoup le Jazz et le Rock de son époque.

▽ Il collectionne les coquillages, tous, dans de grands bocaux en verre qu'il cache dans son hamac. Qu’ils soient tordus, cassés, tournicotants ou lisses, Crackers les attrape tous sur la plage ; et pourtant, il n’a pas deux fois le même. Tout du moins.. c’est ce dont il a l’impression. Un jour, il aimerait bien s’approcher des sirènes pour tenter de se procurer les plus beaux qui se trouvent au lagon mais.. comme il ne sait pas nager, il évite de trop s’avancer au bord de l’eau, et rentre toujours bredouille. Pourtant, c’est qu’elles le fascinent les jolies sirènes.

△ Sans grande raison apparente, il a garde des œufs dans les manches ou les poches de sa veste ; et parfois, certains viennent à éclore, quand ils ne finissent pas écrasés à cause d'un mouvemente brusque ou d'une chute. Un jour, il aimerait bien réussir à faire éclore l’œuf d'un Phénix, mais pour ça, il faudrait déjà en trouver un.. Il lui arrive également parfois d'en lancer sur d'éventuels assaillants, après avoir bien sûr vérifié à la lumière du soleil qu'il n'y avait pas un oisillon caché à l'intérieur.

▽ A cause de son masque, Crackers n'a pas une très bonne vision et il lui arrive souvent de se cogner aux choses, voire même de faire tomber les seaux d'eau ou de lait qu'il porte. Pourtant, malgré ça, il se refuse à l'enlever.

△ L'origine de son nom semble floue pour la plupart des garçons perdus, mais elle est en réalité sordide et lui viendrait de sa fragilité ; en effet à cause de sa maladie, tel un pétard, la vie de l'enfant semble prête à éclater d'un instant à l'autre. Ainsi, sans le savoir, le pauvre enfant se meurt à petit feu et un jour, sa flamme finira par s'éteindre ; le temps qui ne s'écoule pas sur l'île ne lui permet qu'un sursis et ralentit son agonie.

▽ Et il cache encore bien d’autres secrets..



L'île

Comment vis-tu ton séjour à Never Never Land ? Que représente ce lieu pour toi ?
« Ici, c'est ma nouvelle maison, mais.. » Tout en disant ces quelques mots, le petit garçon regarda autour de lui, afin de s'assurer qu'aucune oreille indiscrète n'avait cherché à l'écouter ; une petite fée ou un garçon perdu mal intentionné pouvait très bien trainer dans les passages. Après un fin soupir saccadé derrière son masque, il reprit : « j'aimerai bien pouvoir retrouver l'ancienne.. je veux retrouver ma famille je.. je n'aime pas être ici. » et pour ponctuer ses paroles, le marmot hoqueta nerveusement, tandis qu'il levait ses mains devant ses yeux comme pour se les frotter ; en vain, bien sûr. A chaque fois qu'il sanglotait derrière son masque, Crackers sentait des larmes couler le long de ses joues, avant de disparaître quelque part. Au fond, il aurait tant aimé pouvoir se frotter le visage, mais c'était impossible ; il ne pourrait plus respirer sinon, il n'était pas au Bassin. Alors, tout ce qu'il put faire, fut de souffler ces derniers mots en un hoquet triste : « je veux ma maison.. la vraie.. »


Regrettes-tu ta vie d'avant ? Voudrais-tu pouvoir retourner dans le monde ordinaire ?  Si tu n'en as jamais connu d'autre, désirerais-tu une autre vie ? L'autre monde te fait-il envie ?
« Papa et Maman me manquent.. » avait-il alors soufflé tout en baissant la tête, observant avec difficulté ses pieds tout en frottant ses doigts machinalement. Cela faisait si longtemps qu'il n'avait pas vu sa famille, qu'il n'avait pas sentit le souffle chaud de sa mère se poser sur son front pour l'apaiser lors de ses nuits agitées, ou qu'il n'avait entendu la voix de son père lui conter une histoire permettant de voyager sans même bouger. Tout ça semblait si loin, comme si au fond, il n'avait jamais vraiment eut de famille. Un hoquet s'échappa alors de ses lèvres : « mais ne le dites pas à Bow ou à Peter Pan ou je vais être puni.. » Ici, il n'était jamais bon de penser à sa vie d'avant, au monde réel, à tout ce qui n'était pas l’œuvre du chef tyrannique. Terrifié, le blondinet toussa pendant quelques secondes, avant de reprendre : « je.. je veux pas aller au cachot.. » Ou pire encore ; Crackers savait comment les déviants étaient traités ici bas.


Comment vois-tu Peter Pan ? Quels sont tes sentiments envers lui ?
Sur le coup, l'enfant sembla hésiter, ne trouva pas ses mots. Beaucoup de garçons perdus auraient sans doute répondu au quart de tour à cette question, mais pas lui. Ce ne fut qu'après une violente quinte de toux que le petit livreur parvint à répondre : « C'est.. c'est notre chef et.. et on doit l'écouter.. le respecter. Et.. et il m'a sauvé.. » A travers les lunettes de son masque, si on se concentrait bien, on pouvait voir que son regard n'avait de cesse d'aller de-ci, de-là ; le genre de mimiques que les mauvais menteurs ont habituellement. Heureusement, peu de personnes s'attardent sur ce qui se cache derrière ce masque. Les paroles sont flatteuses et, tant qu'on le laisse tranquille, Crackers continuera à agir de la sorte.




Bout d'aventure



Assit dans le salon familial, la tête posée sur le dossier du canapé, une petite tête blonde observait de ses grands yeux fatigués le disque tourner encore et encore sur la platine du gramophone de ses parents. S'il avait oublié - ou n'avait jamais connu - le nom de cet artiste, la musique imprégnait la tête du marmot. Une voix particulière, qu'il aimait entendre, tout comme toutes les autres présentes sur les vinyles de ses parents. A dire vrai, Timothy n'avait rien d'autre à faire de ses journées ; depuis que ses parents avaient quitté les états-unis pour venir s'implanter à Londres, le petit homme avait perdu tous ses repaires. Cette ville, il ne l'aimait pas plus que ça, car même si elle était en pleine reconstruction après la seconde grande guerre, un étrange climat y régnait. Non, l'enfant aurait préféré ne jamais quitter son chez-lui d'avant ; il n'aimait pas le changement, ne l'avait jamais aimé.

Toutefois, ce n'était pas du haut de ses cinq ans qu'il allait pouvoir changer quelque chose. Avec la reconstruction de la ville qui battait son plein, son père anglais de souche s'était vu offrir un travail qui leur permettrait de vivre et de subvenir à leurs besoins jusqu'à la fin de leurs jours ; et même plus que ça encore. Bien sûr, au moment de devoir dire au revoir à son ancienne maison, Timothy avait beaucoup pleuré, comme il lui arrivait souvent de faire, mais il n'aurait pu se douter, qu'au fond, ce travail, son père ne l'avait pas accepté pour pouvoir vivre dans le luxe ; mais plutôt pour trouver un moyen de sauver son fils mourant. Les médecins avaient été formels avec les parents du petit blondinet : il ne passerait sans doute jamais la barre des huit ans. Mais que voulez-vous ? Qui abandonnerait son enfant à son triste sort sans tout faire pour tenter de le sauver d'un mal le rongeant ? Pas les parents du petit Tim en tout cas, surtout pas maintenant que cette chose qui le rongeait de l'intérieur commençait par être reconnue et traitée par les médecins.

Mais Timothy, lui, aurait tout donné pour ne plus passer ses journées et ses nuits à tousser, pour ne plus souffrir, mais n'était pas non plus très enclin à se rendre régulièrement chez le médecin. Enfin, le, les, ils ; tous ceux qui cherchaient un moyen de traiter son mal. Tout ce dont il avait envie, lui, c'était de rentrer à la maison. Sa vraie maison, au de-là de l'océan. Pas ici, là où il ne connaissait personne. En attendant, tout ce dont il pouvait jouir pour le moment, c'était de temps à autres sortir devant chez lui, lorsque sa maladie ne le forçait pas à garder le lit.

Le jour où tout bascula, il n'aurait sans doute jamais dû sortir de chez lui.

D'ordinaire, Timothy ne quittait jamais le jardin familial - déjà, parce qu'il n'y avait pas le droit mais aussi parce que de toute manière, il n'aurait su où aller - mais là, ce jour-là, quelque chose avait changé. Accroché par sa laisse à un lampadaire, un petit chien couinait, comme si ses maîtres l'avaient abandonné. Cette étrange créature, Timothy l'avait observé de longues minutes, n'osant l'approcher de peur de contrarier ses parents ; mais en même temps, une curiosité terriblement enfantine le poussait à enfreindre les règles. A cause de sa santé fragile, ses parents n'avaient jamais voulu prendre d'animaux, de peur que leurs poils n'aggravent l'état du petit garçon. Celui-ci pourrait être le premier qu'il touche et qu'il rencontre, en cinq années de vie ! Voilà ce qui le poussa à sortir de son jardin.

D'abord un peu craintif et fébrile, le petit garçon mit du temps à réussir à s'approcher, gardant une bonne distance de sécurité avec la bête. De ses grands yeux ronds de bambin, il le toisa de longs instants, avant de finalement oser tendre la main.

« Tu aimes bien les chiens ? fit une voix dans le dos du petit homme. »

Surprit, l'enfant recula immédiatement tout en tournant un air étonné en direction du bruit. Là se tenait un grand homme que Timothy n'avait encore jamais vu auparavant, mais qui ne lui inspira aucune crainte sur l'instant ; tout ce qu'il songea, c'était que le chien était peut-être à lui, et qu'il avait peut-être mal prit qu'un gosse veuille le toucher en son absence.

« O-Oui.. répondit l'enfant, un peu mal-à-l'aise, il est à vous ?
- Oh non, j'aimerai bien ! On dirait que celui-ci a été abandonné.. ou alors qu'il s'est perdu. »

La gorge serrée par cette possibilité, le petit garçon porta son regard vers le chien qui avait pourtant l'air si gentil. Comment avait-on pu faire ça ? Et.. Hein ? Perdu ? Peut-être que quelqu'un l'avait trouvé et l'avait attaché pour pas qu'il ne s'enfuit ou ne se fasse écraser par une automobile ? C'était possible, il y avait peut-être eu un bon samaritain un peu pressé qui n'aurait pas eu le temps de le ramener à la fourrière. Pensivement, Timothy hocha alors la tête.

« Si tu veux, on peut essayer de retrouver ses maîtres ? »

Tout en souriant, l'inconnu décrocha la laisse du chien du lampadaire avant de la tendre au petit homme. Sur le coup, le blondinet baissa les yeux en direction de cette main tendue, puis après quelques secondes d'une pseudo-réflexion, il hocha la tête avant de prendre la laisse la main. Et, ensembles, sans dire un mot, les deux bons samaritains se mirent en route, l'esprit du marmot uniquement tourné en direction de ce chien qu'il fallait sauver. Ensuite, il ne se souvient plus vraiment de grand chose. Seulement qu'après avoir tourné dans une petite rue, quelque chose passa sur sa bouche, comme du tissu. Puis, il y eu une odeur terrible semblable à l'alcool qu'on mettait sur les blessures, mais en pire ; faisant rouler les yeux et perdre pied.

Puis tout est devenu noir.



Réveillé par une puissante quinte de toux, l'enfant à la tête terriblement lourde eut l'impression que ses poumons allaient exploser tant sa respiration était devenue sifflante. Ce ne fut qu'après avoir reprit ses esprits qu'il se rendit compte qu'il n'y avait plus de chien, ni même de gentil adulte, ni même de rue. L'enfant était désormais assit dans un lit dans une drôle de chambre ; et ce n'était pas la sienne. Inquiet - avait-il fait un malaise ? - le petit garçon se dirigea vers l'une des portes, chancelant et manquant de tomber par terre, mais lorsque ses petites mains agrippèrent la poignée, il lui fut impossible d'ouvrir la porte. Fermée, elle était fermée ! Comment était-ce possible ? Terrifié, Timothy sentit de lourdes larmes perler aux coins de ses yeux ; alors, cherchant le peu de force qu'il avait encore, il frappa de ses petits poings sur la porte, espérant que la personne qui avait cherché à lui faire cette mauvaise blague viendrait le sauver.

Lorsqu'il entendit des voix et des bruits de pas, le bambin recula vivement, manquant de se prendre les pieds dans le tapis qui ornait une partie du sol. Clac, une clef tourna dans la serrure, puis la porte s'ouvrit ; et ce fut avec horreur et réconfort que l'enfant reconnu son compagnon sauveur de chien.

« Tu es enfin réveillé à ce que je vois.
- Où.. Où est le chien ? »

Oui, sur le coup, cette question avait été plus importante que de savoir où il se trouvait réellement ; même si, au fond, il avait cette autre interrogation sur le bout de la langue.

« Retourné chez lui.
- Et.. et moi ? »

Il avait voulu demander : et moi, quand est-ce que je retourne chez moi ? Mais dans sa tête, ça avait suffisamment été clair. Un sourire traversa alors le visage de l'inconnu, qui remettait déjà la clef bien en place dans la serrure de la porte.

« Si tu es sage et que tu ne pleures pas, ton papa et ta maman reviendront bientôt te chercher.
- P-Promis ? fit-il en ravalant ses larmes.
- Promis. »

Clac, porte fermée à nouveau. Puis, plus rien, plus personne. Juste la solitude dans cette chambre trop sombre et trop vide ; Timothy voulait pleurer, mais il voulait surtout rentrer à la maison. Alors, parce qu'on lui avait apprit à être sage et à écouter, il attendit.



Assit dans la chambre inconnue, la tête posée contre le mur, une petite tête blonde observait de ses grands yeux fatigués la porte d'où s'échappait la musique d'un disque qui tournait encore et encore sur la platine du gramophone de ses ravisseurs. S'il avait oublié - ou n'avait jamais connu - le nom de cet artiste, la musique imprégnait la tête du kidnappé. Une voix particulière, qu'il n'aimait pas entendre, tout comme toutes les autres présentes sur les vinyles de cet inconnu. A dire vrai, Timothy n'avait rien d'autre à faire de ses journées ; depuis que son ravisseur l'avait arraché à sa famille, le petit homme avait perdu tous ses repaires. Cet endroit, il ne l'aimait pas, car même s'il était bien loti, un climat angoissant y régnait. Non, l'enfant aurait préféré ne jamais quitter son chez-lui ce jour-là ; il n'aimait pas le changement, ne l'avait jamais aimé.

Puis, la musique cessa, et l'enfant vit la lumière du salon disparaitre sous la porte. Il était l'heure de dormir et de ne plus faire le moindre bruit. Depuis combien de temps Timothy était-il retenu ici ? Il n'en savait rien, mais c'était beaucoup trop long. Plus les jours passaient, plus il se sentait fatigué, abandonné, comme si ses parents n'allaient jamais venir le chercher. Pourtant, dehors, il y avait beaucoup de monde, tout le temps. Le blondinet entendait les gens aller et venir dans la rue, même rentrer dans le bâtiment, comme si c'était un commerce très prisé de la ville. Souvent, il entendait également des gens tousser, comme lorsqu'il se rendait à la pharmacie. Ses parents allaient-ils seulement venir un jour ? Il ne le savait pas, ne le savait plus ; mais ce soir-là, un espoir nouveau fit briller les yeux du petit homme.

Une ombre passa devant sa petite fenêtre. Son papa ? Sa maman ? Non, c'était quelque chose de plus petit que ça ; puis, il était dans un grenier, personne ne pouvait grimper si haut. Un autre enfant retenu ici qui aurait pu s'enfuir ? Oh, il fallait qu'il sache, afin de pouvoir rentrer à la maison lui aussi ! Curieux, craintif, plein d'espoir - beaucoup trop - le blondinet se dirigea vers la fenêtre - qu'il n'avait jusqu'à ce jour, jamais ouverte, de peur d'être engueulé et que jamais son papa ou sa maman ne viennent - avant d'agripper la poignée, pour laisser l'air frais entrer. Mais la vieille fenêtre, grinçante, ne fut pas un bon complice pour le petit homme ; mais ça, il n'y fit pas attention sur l'instant. La tête à travers ce grand carré d'air frais - que ça faisait du bien à ses poumons ! - l'enfant regarda autour de lui, se pencha en avant, manqua de tomber d'en haut, hoqueta, puis leva les yeux vers le ciel. Là, il eut l'impression de voir une ombre filer devant la lune. Rêvait-il ? Clac.

N'ayant même pas le temps de tourner la tête pour voir ce qu'il se passait, le pauvre enfant sentit juste qu'on lui empoignait les cheveux avec force, tandis que tout son petit corps frêle était tiré en arrière. Son dos et sa tête claquèrent contre le sol, son souffle se fit d'un coup saccadé : l'autre lui avait fait mal, terriblement mal même ; cette fois-ci, il ne put ravaler ses larmes.

« Je peux savoir pourquoi tu as ouvert la fenêtre ?
- Y-y-y... Y a-a.. av-v.. »

Incapable de parler, le corps agité par de petits spasmes causés par de lourds sanglots, Timothy se contenta de désigner la fenêtre de sa main tremblante. Son ravisseur tourna la tête vers l'extérieur, mais il n'y avait rien, pas la moindre ombre, pas le moindre monstre. Hoquetant, l'enfant chercha à reculer, mais son agresseur l'attrapait déjà au niveau de la gorge, le soulevant en l'air d'une seule main.

« Personne ne viendra te chercher si tu pleures ou te comportes mal.. tu te souviens ? lui demanda-t-il d'une voix plus menaçante que celle d'un monstre de cauchemar, Tu te souviens, hein ? »

Le visage ruisselant de larmes, le souffle coupé, la gorge douloureuse, il fut incapable de produire le moindre son ; et dut faire un effort surhumain pour hocher légèrement la tête. Qui sait ce que ce monstre pouvait lui faire s'il osait dire quelque chose. Hoquetant, Timothy ne put s'empêcher de tousser, une fois, deux fois, plus encore, puis, plus rien. Plus d'air, boum, son corps percuta quelque chose, un meuble, une sorte d'armoire fermée à clef où l'enfant avait déjà vu ses ravisseurs prendre des médicaments pour le soigner. Avec la force du coup, celle-ci tomba quand le corps du blessé la percuta ; et la porte céda, laissant les produits s'éclater par terre. Un gros flacon tomba également sur le sol, déversant un liquide et une odeur que l'enfant connaissait déjà : celui qui l'avait fait s'endormir la première fois. Tout commença à devenir noir ; pour lui, comme pour l'homme qui n'avait pas encore quitté la pièce.

Lorsqu'il commença à perdre pied, Timothy ne trouva même pas la force de bouger.  Toc. Il tressaillit, puis, péniblement, alors que le sommeil le gagnait, il leva les yeux vers l'origine du bruit : une ombre à la fenêtre. Elle sembla hésiter un instant, puis s'osa à flotter dans l’entrebâillement.

Puis, tout devint noir ; encore une fois.



Lorsqu'il ouvrit les yeux, le petit anglais eut l'impression d'avoir la tête entière dans du coton, et tout son petit corps lui faisait mal, terriblement mal. Effacée, la chambre sombre, disparu, l'homme qui frappait, il n'y avait qu'une silhouette qui se tenait à son chevet. Une, deux, trois, quatre, cinq.. il y avait du monde partout en réalité. Un grand garçon à l'air rassurant, une jeune fille d'une couleur de cheveux insoupçonnée, une autre dans un fauteuil roulant, un qui semblait tout droit sorti de la forêt, puis tant d'autres encore ; où avait-il bien pu tomber ? Il ne le comprit que plus tard, après avoir beaucoup pleuré, pour la première fois depuis bien longtemps.

Le voilà à nouveau kidnappé.



Invisible pour les yeux

T'as un Pseudo ? Niuty ; Clumsouille et cie !
Et un âge ? 19 grains de poussière de fée
C'est quoi ton Avatar  ? The Empty Child ; Jamie - Doctor Who
Comment t'as découvert l'île ? Toujours de la même manière : par un partenariat avec mon autre forum ! Même si, à force, je me demande si je suis pas née sur l'île.
Tu la trouves comment ? Ben je l'aime un peu plus chaque jour, tout comme ses membres. ♥
Dis, tu crois bien aux fées ? J'Y CROIS J'Y CROIS J'Y CROIS !






« Si tu ne tiens pas tes promesses,
le Dragon te trouvera,
le Pied-Beau te tranchera les pieds
et tu ne pourras plus jamais te sauver...
»
- Kit Skelton





Dernière édition par Crackers le Jeu 13 Aoû 2015 - 11:47, édité 60 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: The Boy who waited ; Crackers   Ven 12 Juin 2015 - 16:54

J'ai tout de suite pensé à toi en voyant l'avatar. CES EPISODES AH LA LA. CE GOSSE.
J'ai hâte de voir la suite, la partie Unique au monde est alléchante (signé Vitaliy).
Je pressens une relation intéressante avec toi mon enfant. ♥

Bon courage pour la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: The Boy who waited ; Crackers   Ven 12 Juin 2015 - 20:39

J'aime bien le peu que tu as déja écrit !
Au plaisir de rp face à ce personnage !!
Revenir en haut Aller en bas
Lewis Steel
avatar

♣ Livreur ♣


✘ AVENTURES : 443
✘ SURNOM : Le Sans-Visage
✘ AGE DU PERSO : Vingtaine d'années

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours ♥
✘ LIENS : There is only one god, and his name is Death. And there is only one thing we say to Death : 'Not today'.

MessageSujet: Re: The Boy who waited ; Crackers   Dim 14 Juin 2015 - 21:49

Manque plus que le Bout d'Aventure et les Révérences !
non j'ai pas commencé par le plus simple..

Contente que mon petit bout vous plaise pour le moment, j'espère que ça va durer ! ♥️






« Si tu ne tiens pas tes promesses,
le Dragon te trouvera,
le Pied-Beau te tranchera les pieds
et tu ne pourras plus jamais te sauver...
»
- Kit Skelton



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: The Boy who waited ; Crackers   Mar 16 Juin 2015 - 11:45

Je crois que Crackers est mon préféré de tes DC.
Et comme d'habitude, j'aime ce que tu nous as écris là. J'ai vraiment hâte d'en lire plus.
Revenir en haut Aller en bas
Lewis Steel
avatar

♣ Livreur ♣


✘ AVENTURES : 443
✘ SURNOM : Le Sans-Visage
✘ AGE DU PERSO : Vingtaine d'années

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours ♥
✘ LIENS : There is only one god, and his name is Death. And there is only one thing we say to Death : 'Not today'.

MessageSujet: Re: The Boy who waited ; Crackers   Mar 16 Juin 2015 - 15:57

Révérences terminées, sauf si je me décide à rajouter des choses entre-temps.

Huhu, je suis contente contente contente qu'il te plaise, je pense que c'est mon personnage le plus aboutit ! Les 3 autres sont des personnages imaginés dans l'instant, alors que lui je le travaille depuis pas mal de temps. :3






« Si tu ne tiens pas tes promesses,
le Dragon te trouvera,
le Pied-Beau te tranchera les pieds
et tu ne pourras plus jamais te sauver...
»
- Kit Skelton



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: The Boy who waited ; Crackers   Mar 16 Juin 2015 - 22:43

Oh comme je l'apprécie ce bout de chou … Il donne envie de le serrer très fort dans nos bras … Vivement le bout d'aventure, et j'espère te croiser en rp un de ces quatre (j'ai peut-être une ou deux idées qui commencent à fleurir dans ma petite tête:D)
Revenir en haut Aller en bas
Scorch
avatar

♣ Diplomate ♣


✘ AVENTURES : 342
✘ SURNOM : L'Allumé
✘ AGE DU PERSO : 17 ans

✘ DISPO POUR RP ? : MP moi, on verra
✘ LIENS : C'est un géant très gentil, se faisant occasionnellement quelques amis...

MessageSujet: Re: The Boy who waited ; Crackers   Mer 17 Juin 2015 - 22:45

SNIF SNIF.

ÇA PUE LE TRAITRE, PAR ICI, VOUS TROUVEZ PAS ?

(hâte de le croiser en RP, ta petite face-de-borne-d'incendie ♥)






Avatars:
 

Scorch met le feu en
Blaze Orange (#FF6600)
Icon by RRRAI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lewis Steel
avatar

♣ Livreur ♣


✘ AVENTURES : 443
✘ SURNOM : Le Sans-Visage
✘ AGE DU PERSO : Vingtaine d'années

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours ♥
✘ LIENS : There is only one god, and his name is Death. And there is only one thing we say to Death : 'Not today'.

MessageSujet: Re: The Boy who waited ; Crackers   Jeu 18 Juin 2015 - 0:11

Moi je sens surtout une odeur de fiche terminée !
Excuse-moi pour la longueur, j'ai été très inspirée. ♥

En espérant que tout aille et que l'histoire du petit chou vous plaise !
Faut juste que je me relise mais.. je vais le faire, ce soir encore, promis.






« Si tu ne tiens pas tes promesses,
le Dragon te trouvera,
le Pied-Beau te tranchera les pieds
et tu ne pourras plus jamais te sauver...
»
- Kit Skelton



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Stagy
avatar

♣ Diplomate ♣


✘ AVENTURES : 163
✘ SURNOM : La Comédie
✘ AGE DU PERSO : 14 ans

✘ DISPO POUR RP ? : If you vvaaaaannnt
✘ LIENS :
Oyez, Oyez! La pièce de théâtre va commencer



MessageSujet: Re: The Boy who waited ; Crackers   Jeu 18 Juin 2015 - 0:13

Je te fais quatre milliards de Bisous alors! J'adore Cracky c'est mon préféré !
Déjà parce que je trouve les petits attachants, et surtout parce qu'il est très très touchant!








MERCI AU PÈRE NOËL SECRET POUR L'AVATAR,
il est vraiment absolument splendide, je l'adore ♥️♥️


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité



MessageSujet: Re: The Boy who waited ; Crackers   Jeu 18 Juin 2015 - 11:01

Quelle histoire ... je suis décidément sous le charme de ce petit bout de chou ... Il dégage tellement de tristesse, mais reste à la terriblement attachant. J'espère vraiment pouvoir le croiser un jour in rp ^^
Revenir en haut Aller en bas
Freckles
avatar

♣ Chef des Livreurs ♣


✘ AVENTURES : 1333
✘ SURNOM : Le Lionceau
✘ AGE DU PERSO : Quatorze ans

✘ LIENS : you're running on unsolid ground

MessageSujet: Re: The Boy who waited ; Crackers   Jeu 18 Juin 2015 - 11:26

MA CRACKOTTE
!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Je voulais pas poster avant que tu aies fini c'était dur de pas craquer
Bref décidément je me coltine plein de petits garçons maladifs moi ♥️ Mais t'inquiète pas je vais bieeeeen m'occuper de toi What a Face
J'adore Crackers, il est trop mignon et attendrissant, il fait de la peine un peu, mais j'ai trop hâte de le voir en rp
rebienvenueeee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amanite
avatar

☼ Fée des Forêts ☼


✘ AVENTURES : 123
✘ SURNOM : La Guêpe
✘ AGE DU PERSO : C'est SECRET (mais pas jeune, pour une Fée).

✘ LIENS : Ego & Trouvailles
Sujet en cours : I - II

MessageSujet: Re: The Boy who waited ; Crackers   Jeu 18 Juin 2015 - 14:01

Ok j'étais censée me mettre à bosser mais ta fiche m'a happée d'abord

J'aime beaucoup Crackers. Il est vraiment attendrissant, on a envie de prendre soin de lui. Pareil que pour Aigle, c'est devenu mon personnage préféré des tiens et j'ai hâte de le voir en rp ! Et de jouer avec aussi ♥ huehuehue.

Bref, rerererebienvenue !






Amanite invente en olive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Peter Pan
avatar

♛ Roi des Garçons Perdus ♛


✘ AVENTURES : 2594
✘ SURNOM : L'Enfant Roi
✘ AGE DU PERSO : Eternel

✘ DISPO POUR RP ? : Un peu chaud !
✘ LIENS : Je suis un petit oiseau à peine sorti de l'oeuf.
Et aussi tout ça !

MessageSujet: Re: The Boy who waited ; Crackers   Jeu 18 Juin 2015 - 18:37

Félicitations mon enfant


Tu es condamné.





J'ai lu ta fiche ce matin à 8h, puis ce midi, comme pour mieux m'en imprégner (IMPRÈGNE-MOIII). J'adore tous tes personnages et tu le sais, mais Crackers a l'air particulièrement abouti, comme s'il revenait de très loin (et c'est un peu le cas). J'ai l'impression que tu as vraiment voulu lui donner une âme, quelque chose comme ça. Il est original, mais ce n'est pas ce qui est le plus intéressant (même si ça attire, au moins), ce qui m'a le plus captivé c'est la façon dont tu décris tout ce qui se passe en lui, avec cette justesse qui fait qu'on se fait aussitôt engouffré à l'intérieur de son masque... et parfois, ça secoue. J'ai aussi l'impression que ton style est plus grave, plus sombre (et c'est chouette bien sûr), et j'aime aussi beaucoup les petits détails glauques, hihi. J'ai été gâté aujourd'hui, re-bienvenue petit bout.

_______________________________


Je te serre chaleureusement la main. Cours vite créer ton Dé à Coudre et demander un Compagnon de Jeu afin de vivre une aventure ! Tu peux aussi participer au RP d'introduction spécialement conçu pour les nouveaux arrivants et qui permet d'immerger facilement ton personnage dans l'univers : Le Bannissement. A moins que tu ne choisisses de te lancer dans Mission Périlleuse ? Tu peux même rejoindre d'autres rêveurs dans l'Odyssée des Songes. Si tu préfères passer du bon temps en papotant, rejoins sans tarder la Nursery. Quoiqu'il en soit, que ton séjour à Never Never Land soit fabuleux et éternel.









La musique que je joue au gré du vent : Flûtes de Pan
Les dessins que je peins au gré du temps : Crayons de Pan



Je tyrannise en forestgreen.
Portraits par Kim Minji.





le merveilleux cadeau de mes enfants trouvés:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org/
Lewis Steel
avatar

♣ Livreur ♣


✘ AVENTURES : 443
✘ SURNOM : Le Sans-Visage
✘ AGE DU PERSO : Vingtaine d'années

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours ♥
✘ LIENS : There is only one god, and his name is Death. And there is only one thing we say to Death : 'Not today'.

MessageSujet: Re: The Boy who waited ; Crackers   Jeu 18 Juin 2015 - 22:50

Mooooh, je sais pas répondre à tous ces gentils et jolis mots. ;w;
Tout ce que je peux dire, c'est que ce qui me fais le plus plaisir (après avoir été validée huhu) c'est que ce personnage vous plaise. JE VOUS AIME, c'est dit, et je veux des liens avec tout le monde.






« Si tu ne tiens pas tes promesses,
le Dragon te trouvera,
le Pied-Beau te tranchera les pieds
et tu ne pourras plus jamais te sauver...
»
- Kit Skelton



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Boy who waited ; Crackers   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sonic et Tails dans Knux chaotix?
» AMELIA POND ▲ The Girl Who Waited
» Do, or do not. There is no try. || Crackers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Faire naufrage :: Gais, innocents et sans coeur. :: On s'envole !-