Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Sharpy
avatar

♣ Chef des Armuriers ♣


✘ AVENTURES : 640
✘ SURNOM : la Lame
✘ AGE DU PERSO : 16 couteaux

✘ DISPO POUR RP ? : Pas pour le moment !
✘ LIENS :
♐️ Que vos lames restent acérées !
♐️ L'amitié est comme la lame d'un couteau : en se retournant elle blesse son maître.

MessageSujet: Re: Le Bannissement    Lun 10 Aoû 2015 - 16:07

Sharpy avait fait sortir ses gamins de l'Armurerie, il avait attendu qu'ils se soient tous dirigés vers le lieu du bannissement, pour fermer la marche sans se presser. Il ne voulait pas arriver avant Peter, ce serait le chaos complet et il n'avait pas envie de passer dix minutes à réprimander les Armuriers s'ils ne savaient pas se tenir ; c'était le job d'Agathe, pas le sien. Sharpy n'aimait pas punir et se disait parfois que Peter n'avait pas la tâche facile. Mais avec lui, tout devenait un jeu. C'était aussi ce qui rendait les procès intéressants, car imprévisibles. Le chef des Armuriers n'était pas fan de la procédure mais il devait reconnaître que leur roi avait le sens de la mise en scène. Il se demandait ce qu'il avait prévu, ce jour-là.

Bien sûr, il y avait des règles. Mais elles changeaient tout le temps. C'était comme un jeu, vraiment. Comme jouer avec un gamin qui se voulait omnipotent. Il changeait tout le temps le règlement, pour être le seul à gagner à chaque fois. Sharpy se demandait si c'était complètement vrai pour Peter. Peut-être qu'il n'avait que l'impression de gagner à chaque fois. Enfin. Tout était question d'impression, ici. Et le petit tyran en faisait une belle. Sharpy s'aligna plus ou moins avec les autres chefs, laissant Bow et Pit prendre les devants. Il regarda qui était à ses côtés et eut un sourire désolé pour Soul, conscient qu'il n'aimait pas du tout ce qu'il voyait.

Lui non plus n'aimait pas ça, mais il ne pouvait pas tirer la gueule. Il n'allait pas sourire non plus ; Peter savait qu'il pouvait se montrer sérieux quand il le fallait, il n'avait pas besoin de jouer les pitres pour cacher son dégoût. Il n'était même pas sûr d'en ressentir, du dégoût. C'était tellement... normal. Il était juste désolé pour le pauvre gosse.
Sharpy se tint bien droit, les mains dans le dos dans une position qui avait quelque chose de militaire, alors que Peter exprimait son verdict. Bannissement pur et simple. L'Armurier lâcha un léger soupir. Bon. C'était sûrement mieux qu'une séance de torture publique. Il pinça les lèvres en voyant des gamins de son groupe s'avancer pour jeter de la terre, des cailloux ou de la nourriture pourrie au gosse attaché, et chercha Agathe du regard. Il ne pouvait rien y faire et même s'ils étaient allés à l'encontre des ordres, ce n'était pas à lui de les recadrer. Il ne fit pas un geste pour aider le banni non plus. Même avec des vivres ou une arme, pas sûr que le gamin survive plus de trois jours dans la jungle.

Quand la sinistre cérémonie fut terminée et que Peter se retira, Sharpy ramena à lui les Armuriers les plus proches :

"C'est fini, on rentre. Y'a du boulot."

C'était triste, mais comme à chaque fois, il oublierait. C'était plus facile de penser ainsi.








(officiellement What a Face)
















Sharpy au naturel ♥:
 

#NoublieJamaisLAreneTigerPee:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stealth
avatar

♣ Chef des éclaireurs ♣


✘ AVENTURES : 792
✘ SURNOM : L'Ardente
✘ AGE DU PERSO : Aux portes du bannissement...

✘ DISPO POUR RP ? : À voir en MP !
✘ LIENS : Une flamme dans la nuit, un sourire dans les ombres.

MessageSujet: Re: Le Bannissement    Mar 11 Aoû 2015 - 22:56





Bannissement
Encore
Intégration





Aujourd'hui les trompettes vous réveillent de bonne heure.
Aujourd'hui quelqu'un est banni.
Aujourd'hui est un jour pas aussi spécial qu'il n'y paraît.
Tu te lèves ; te rinces le visage ; enfiles une de tes robes bleues nuit faites pour ce genre d'occasion ; accroches ton éternelle cape noire ; passes deux doigts dans tes cheveux et mets trois bonnes minutes à simplement les en extirper. Tu es fin prête.
Tu remontes à la surface et rejoins le piquet de la honte au moment même où Peter émerge des gigantesques racines. Aujourd'hui il arbore une tenue kaki dont tu ignores l'origine, cette couleur lui va cependant à ravir.
Tu prends place aux côtés de ton ami Sharpy et souris à Freckles toujours aussi excité que d'ordinaire.
Le Roi prend place et tu retires ton capuchon tout en revêtant ton visage neutre.
Tu ne fais même pas attention au pauvre garçon attaché au poteau, ce n'en est qu'un parmi d'autres.
Mais au fond de toi, une frénésie inquiète s'agite. Tu évites le garçon des yeux.
Ça pourrait être toi sur ce poteau, toi qu'on criblerait de pierres et de nourriture dégoûtante. Toi qu'on bannirait...
Que ferais-tu alors ? Aller chez les pirates ? Impossible d'intégrer l'équipage avec la poitrine qui t'a poussé. Chez les peaux-rouges ? Pourquoi t'accepteraient-ils ?
Non, tu voudras finir en beauté, pleine d'éclat et faisant honneur à ton nom l'Ardente.
Tu iras dans le Pays des Monstres et mourras au combat.

"Je te bannis !"

Tu tressailles et sors de tes pensées.
Ce n'est pas toi Stealth, tout va bien, ce n'est pas toi que Peter a banni.
Tu es encore une enfant, hein Stealth ?
Tu regardes le garçon se faire lapider sans vraiment le voir. Lorsqu'il disparaît dans la Jungle tout le monde se disperse et retourne à ses occupations. Tu restes un petit moment plantée à ta place avant de te ressaisir, de peur que quelqu'un remarque ton attitude étrange.
Tu remets ton capuchon et appelles Mac. Il sort des ombres de la Jungle et te laisse monter. Vous partez galoper, juste galoper et oublier.

Tu l'auras bientôt oublié Stealth, comme toujours. Lorsque la vie quittera son corps, il s'effacera de ta mémoire et tu continueras comme si de rien n'était.

Sinon tu seras bannie toi aussi...





(c) MEI SUR APPLE SPRING









♥️ Stealth's Song ♥️

Composée, écrite, chantée par Peter Pan et Stealth

Stealth's Voice
Dessins d'avatar par Carne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurora
avatar

★ Mère des Eclaireurs ★


✘ AVENTURES : 88
✘ SURNOM : La Sylvestre
✘ AGE DU PERSO : 15-16 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Aussi libre que l'air
✘ LIENS : L'infâmie de l'Aurore et la grâce des bourgeons

MessageSujet: Re: Le Bannissement    Mar 18 Aoû 2015 - 0:19

Je n’aime pas ce genre d’événements. Je n’aime pas du tout ça. Mais Peter avait insisté pour que tout le monde soit là. Alors, j’ai suivi. Je me sens mal à l’aise. Mes yeux regardent de tous les côtés sauf dans ceux du petit garçon terrifié attaché au poteau.

J’adore Peter, je le vénère. Mais je déteste quand il joue à ses petits jeux pervers et malsains. Je tortille mes doigts pendant que le monde autour de moi, crie et lance des insultes.

Une grosse fleur s’échappe avec timidité de ma couronne végétale. Le monde s’arrête un instant. Je suis pétrifiée. C’est si insignifiant, mais je ne m’en rends pas compte sur l’instant. Mon cœur bat la chamade. Lentement, je sens les portes du Paradis de la Laideur s’ouvrir dans un vacarme assourdissant. Les trompettes des anges résonnent. Je crois que tous les regards sont braqués sur moi.

On m’arrache mon armure. Atroce sensation qui me fait perdre tous mes moyens. Comment un simple coquelicot peut-il provoquer un ras de marée rempli de panique en moi ? C’est surtout parce que je suis en public, et au premier rang de surcroît.

« Rappelle toi. Tu dois te cacher. Si quelqu’un t’aperçoit, on te jugera. Tu ne le survivrais pas, n’est-ce pas ? »

Ma conscience, aveuglée par la situation me presse de me renfermer dans mes retranchements.

Le doux parfum des coquelicots pourpres, symbole de la consolation, qui trônent avec fierté sur mes cheveux m’enivre. Je dois me concentrer sur le moment présent. Instinctivement, je me baisse pour ramasser mon trésor que je cache habilement dans ma crinière.

Je suis saine et sauve. On fait désormais la fête dans le Paradis de la Laideur à coup d’hydromel et de faisan grillé. Je souris tristement au prisonnier. Il aura besoin de courage pour affronter le monde en dehors du Grand Arbre. Tout y est plus hostile, plus dangereux.

La sentence, si terrible et si perçante, tombe comme un couperet. « Je te bannis ».

Une fois la foule partie, je m’approche du jeune garçon. Je lui souris tristement et lui glisse une anémone rouge dans les cheveux. Je l’ai cueillie ce matin alors que la rosée caressait mes fleurs.

« Tu en auras besoin. Ça symbolise le courage. »

Je m’éloigne de plus en plus. Les branches plient sous mes pieds et produisent un son exquis.

« Surtout ne te fais pas manger ou tuer, petite fleur. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anyway
avatar

♣ Grimpeur ♣


✘ AVENTURES : 181
✘ SURNOM : Le Zhéro
✘ AGE DU PERSO : 7 ans et un quart.

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours, poto
✘ LIENS :

MessageSujet: Re: Le Bannissement    Mar 18 Aoû 2015 - 1:58

Anyway était venu. Parce qu'il aimait bien ça en fin de compte. Y'aurait tout un tas de ... violence. De la violence cool. Dans la cohue il pourrait frapper ceux qu'il aimait le moins. Un accident. Des petits réglages de compte par-ci par-là. Impeccable. C'est pourquoi il était tout sourire en suivant le cortège de perdus qui criaient leur joie pour la plupart. Peter était là, et Anyway restait mielleux. Surtout, lui plaire. Plaire à Pan c'était l'essentiel pour que tout fonctionne. Hop les engrenages.

Il s'était mis au premier rang, derrière les chefs, Anyway. Il serait près du BADASS ''je te bannis'', et en même temps il pourrait le voir, ce mec là, accroché à son poteau, pitoyable comme une crotte de nez collée à un mur; comme les coins d'un poster restés accrochés aux punaises sur ce même mur; comme la dernière goutte d'eau d'une bouteille en plastique. Il trépignait, cogitait, frémissait. Il ramassait déjà plein de cailloux qu'il mettait dans l'avant de son t-shirt, droit tenu devant lui. Ses yeux mauvais se dardaient sur le type qui était en position d'infériorité, là.

Il s'en souvenait même pas de ce gars. Quel groupe, quel nom? Aucune idée, mais il l'aimait plutôt bien. Enfin comme il était plus grand, il avait toujours été jaloux, c'était cool de se dire deux secondes que c'était LUI le plus fort. S'il voulait ptêt même qu'il pouvait le buter. Mais c'était pas le but. Il se délecta de la phrase de Peter tant attendue. Et voilà c'était fini. Et qu'est ce qu'il allait devenir maintenant ce sale con? Un pirate hein! jaloux, Anyway? HAHAHAHAHAAH JAMAIS. JA-MAIS è_è

Il s'approcha et balança sa grêle de pierres sur la tête du banni, puis se rapprocha encore un peu et lui dit de façon à ne pas être entendu par les autres:

· Si tu deviens pirate, on se reverra, c'est sûr. Mais garde bien dans ta sale caboche, que de toute façon , ce s'ra toujours moi le meilleur, qu'tu sois grand ou pas !

Il rit sournoisement, jeta sa dernière pierre, la plus grosse, dans le bide du banni, recula à nouveau et se remit à lancer des pierres et des pierres (qu'il ramassait au fur et à mesure). Il continua jusqu'à ce que le dernier Grimpeur se soit cassé. Là, il cracha un bon mollard sur le front de l'accroché au poteau, ricana et s'en alla à son tour. Le spectacle était terminé. Anyway savait bien qu'un jour il finirait dans cette posture. La suite serait cool, mais il pouvait pas s'empêcher de penser au moment où il se tiendrait à cette barre planté dans le sol, trempant dans le sang et la sueur et les larmes et la pisse de tous les cons qui étaient passés par là. Et franchement il avait pas envie.








       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lacerate
avatar

♣ Chef des Chasseurs ♣


✘ AVENTURES : 496
✘ SURNOM : La Gueule Cassée
✘ AGE DU PERSO : 17 plaies

✘ DISPO POUR RP ? : Non.
✘ LIENS : Razor sharp like a knife.
Sujets en cours : I - II - III - IV - V - VI

MessageSujet: Re: Le Bannissement    Mar 18 Aoû 2015 - 18:17

Marina and the Diamonds - Savages

Underneath it all, we’re just savages
Hidden behind shirts, ties and marriages
How could we expect anything at all
We’re just animals still learning how to crawl

Elle aurait pu être en chasse, mais elle ne l’était pas. Dommage, car s’ils n’avaient pu la trouver, nul doute que les Garçons Perdus n’auraient pas insisté. Après tout, l’assemblée n’allait pas attendre sur une seule personne.

C’était fâcheux, car Lacerate n’avait pas vraiment envie d’être là.

Oh, les Bannissements en eux-mêmes ne la dérangeaient pas vraiment. Ou plus. Quand elle connaissait le condamné, c’était plus difficile mais là... elle n’avait aucune foutre idée de qui le gamin attaché au poteau pouvait être. Elle se contentait donc de le fixer, assise tranquillement au milieu d’une mer de Perdus surexcités. Elle ne pouvait pas vraiment leur en vouloir : la violence, lorsque l’on y assistait en direct, avait un goût absolument délectable. La Gueule Cassée se souvenait encore de la fois où - dans l’ombre de sa Meute d’adoption - elle avait assisté à son premier crime. Du dégoût matiné de fascination qui avait alors remonté le long de son échine.

À bien des échelles, la violence agissait comme une drogue. Et comme pour toutes les dopes, il lui  avait fallu une sacrée bonne dose de réalité pour redescendre sur terre.

Lorsque Peter apparut, l’assemblée sembla plus subjuguée que jamais. Sensible au charisme du Tyran malgré elle, Lace posa sur lui un regard qu’elle voulait froid. Analytique. Son esprit admirait l’emprise du Roi, la façon dont il gérait les choses.

Elle comprenait ses décisions, sa volonté de ne pas laisser le condamné se défendre, d’affirmer haut et fort que lui ne l’aiderait pas. Si elle avait su ce que le Banni avait fait, serait-elle intervenue... ? Elle n’en avait aucune idée.

C’était que Lace avait perdu de sa verve, avec les années.

Ignorant momentanément la victime du jour et ceux qui oseraient s’avancer, la Chasseuse préféra se concentrer sur les visages de la foule qu’elle connaissait.

Les réactions étaient diverses. Des Chefs, Soul semblait livide, encore moins en forme que d’habitude. À l’opposé, Pit semblait désespérément mort de rire - serrant les dents, Lace se rappela de lui apprendre à fermer sa gueule un jour. Quant à Anyway, comme les autres - pire que les autres même - il semblait absolument hype. Lacerate soupira en l’observant mais ne fit rien : elle n’était pas sa Mère et puis elle comprenait les mécanismes, les liens invisibles qui régissaient cette foule d’individus. Tout cela, elle l’avait déjà vécu ailleurs. Et la comparaison la frappa soudainement : jamais elle n’avait été aussi claire, dans son esprit.

Les beaux discours de Peter, les promesses d’attention et de cadeau, elle les avaient déjà faites à des pauvres filles ou (plus rarement) mecs paumés - parfois sans histoires, parfois attendant d’être sauvés. Pour le compte de sa Meute - Garçons Perdus ou gang de L.A. Et quand les mêmes recrues avaient montré des signes de libre arbitre... elle comme Peter les avaient attendus au tournant.

Oui, elle s’en souvenait très bien.

"La balle, tu la veux dans la tête ou le ventre ?"
"La... la tête."
Elle avait visé le ventre.

Un soupir, plus grand que les autres. Détachant sa silhouette osseuse de la foule, Lacerate se fraya un chemin jusqu’au poteau du Banni. Son regard, chargé d’une exaspération qu’elle ne cherchait pas vraiment à cacher, vint se poser sur la victime de cette mascarade. Oui, victime. Car ici, cela ne s’opposait pas toujours à coupable.

Une gourde, qu’elle glissa dans la main entravée du garçon. Ce dernier lui adressa un regard incrédule et reconnaissant, que la Gueule Cassée - trop occupée à fouiller dans son sac - ne remarqua pas. Puis elle sortit de sa besace un gros fruit rouge qu’elle déposa dans l’autre main. Elle ne prendrait pas le risque de couper les liens pour libérer un peu les poignets sanglants du bougre : Fang risquait déjà de l’engueuler pour ce que beaucoup risquaient de voir comme une provocation envers Pan.

- Mais... pourquoi ?

Le stupide Banni avait posé une question stupide. S’éloignant de lui, Lace lui adressa un petit signe de main.

- Parce que je ne suis pas une putain de sauvage, voilà pourquoi.

Sur ces élégantes paroles, elle se hâta de rejoindre les autres.

Après tout, elle n’avait pas envie de se finir lapidée en dommage collatéral.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elorecohlt.tumblr.com
Clumsy
avatar

♣ Chef des Récolteurs ♣


✘ AVENTURES : 689
✘ SURNOM : L'Intrépide
✘ AGE DU PERSO : 11 ans

✘ DISPO POUR RP ? : Toujours !
✘ LIENS : " Si je tombe, je me relève toujours. "

MessageSujet: Re: Le Bannissement    Lun 7 Sep 2015 - 21:13




Le BannissementNous sommes d'accord, vous et nous,
pour que toute oppression et toute hégémonie soit bannie de notre univers.




Les enfants avaient crié, la sentence était tombée  : un traître avait été débusqué.

Lorsqu'il avait apprit la nouvelle, le chef des récolteurs n'avait pas cherché à savoir de quel groupe provenait l'enfant, redoutant avec tristesse et colère qu'il ait pu faire parti des siens  ; mais aussi, surtout, qu'il ait pu ne pas voir ça, ou n'ait rien pu faire pour aider ce gosse. Au fond, Clumsy ne savait pas pour quel motif ce nouveau traître avait été inculpé  : grandissement, alliance avec les pirates, ou bien peut-être rébellion face à Peter Pan  ? Tous les enfants semblaient avoir une autre hypothèse, mais aucun ne semblait d'accord avec les autres. Peut-être avait-il fait tout ça à la fois, qui sait  ; quoi que.. si tel avait été le cas, l'Enfant-Roi ne l'aurait sans doute juste bannis, surtout s'il avait décidé de trahir les cabanes et le Grand Arbre. Il avait du grandir, ou faire quelque chose dans ce genre-là. Dans tous les cas, toute cette histoire ne plaisait guère au petit chef.

Son bâton à la main, il s'était néanmoins approché du pauvre gosse attaché, aux côtés des autres chefs. De brefs regards sur les côtés lui firent comprendre qu'il était entre Freckles et Fang. Dans d'autres circonstances, l'Intrépide leur aurait sans doute offert de brillants sourires et aurait conversé avec eux mais.. l'heure était beaucoup trop grave pour ce faire.

La mort dans l'âme, le polonais ne tarda pas à tourner son regard vers le prisonnier qui avait passé la nuit attaché là, surveillé par des sentinelles et blessé par d'autres enfants. Personne ne savait vraiment ce qu'il avait fait, ni même s'il avait réellement fait quelque chose – qui sait, peut-être servait-il juste d'exemple afin d'effrayer les autres garçons perdus – et pourtant, une grande partie de l'assemblée le toisait avec une hargne sans nom. Des cris fusaient, tout comme des objets et des insultes en tout genre  ; et Clumsy, lui, restait silencieux. Qu'aurait-il pu dire  ? Qu'ils faisaient une erreur  ? Qu'ils devaient au moins savoir de quoi le pauvre gosse était accusé avant d'être banni  ? Ça aurait été comme jeter un verre d'eau pour remplir l'océan  : inutile. Alors, une fois le calme imposé dans la clairière, ce fut les doigts crispés sur son bâton que le chef des récolteurs écouta la sentence de Peter Pan.

Il avait été banni.

Hué, crié, de nouveau insulté, le [i]traître[|/i] fut relâché de son poteau et des instructions furent données  : tous pouvaient désormais jeter ce qu'ils voulaient au môme, que ce soit pour l'aider dans son exil.. comme pour le blâmer. Quelques fruits pourris et d'autres objets peu reluisants filèrent dans l'air, pour venir s'écraser sur le pauvre gosse. De tristes sentiments de pitié et de compassion ne purent qu'étreinte d'avantage le cœur du polonais, alors, portant une main à sa poche, il ne put s'empêcher de sortir l'un de ses poignards, un assez vieux à la lame un peu émoussée, mais qui tiendrait encore quelques combats à venir.

En silence, il jeta un regard à l'Enfant-Roi qui n'avait toujours pas quitté les lieux du Bannissement, toisant ses chers enfants perdus comme s'il cherchait à voir qui frapperait le plus fort  ; et qui, en contrepartie, viendrait en aide à ce traître. Le poing serré, Clumsy se retint alors d'avancer vers le poteau, et ne tarda pas à ranger son arme  ; celle qui aurait pu devenir celle du pauvre gosse.

L’Intrépide ne décevrait pas son chef  ; jamais.




© Jawilsia sur Never Utopia







Adventure is out there




Clumsy et l'Event Embuscade:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dgraymanheart.forumactif.com/
Ancien Perdu
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le Bannissement    Sam 10 Oct 2015 - 23:07

Sentinelle ... ô cruelle tâche que tu te dois d'accomplir chaque jour !

Il fut l'un des garçons à avoir surveillé le Banni pendant la nuit. Il fut l'un des garçons que le Banni implora, de toutes ses forces, de le laisser partir. Il fut de ceux qui le regarda, le Banni, sans ciller, ou presque. Quand il réclamait à boire, Sepia avalait sa salive, quand il cherchait le sommeil en vain, Sepia gardait ses yeux grands ouverts, quand il pleurait, les larmes roulaient sur les joues du Grisé. Pourtant, il ne bougea pas. Il resta fidèle à son poste, comme à chaque fois, puisque de toute manière, il savait qu'il ne pouvait pas. L'autre Sentinelle exécutait les ordres comme un soldat, et il rapporterait Sepia si jamais il osait enfreindre les règles. Alors il se contentait de faire passer le temps avec son harmonica. Pour le Banni, la mélodie devait sonner pour lui comme quelque chose de sinistre, quelque chose annonciateur d'un funeste destin.

Le matin arriva comme un intense soulagement. Pourtant, les nerfs du jeune garçon ne se détendaient pas. Ce fut avec grande angoisse qu'il observa les enfants s'approcher lentement, trop solennellement. Son visage n'exprimait rien, il demeurait ainsi, debout, à quelques pas du Fautif, face à Peter qui avait revêtu un costume qui rebutait le Gris.

Le Roi s'exprima.

Peu à peu, une expression de dégoût déforma les traits de la Sentinelle, dont le regard à demi accusateur, parcourait l'assemblée. Plus d'une fois il avait assisté à un bannissement, et plus d'une fois il avait constaté que l'horreur et le plaisir sadique de voir un semblable souffrir prenait une grande place dans le cœur de jeunes enfants. Lui qui pensait, naïf, que seul les adultes étaient capables de violence et de cruauté, il fut depuis longtemps raisonné.

Et les trois mots s'échappèrent des lèvres de Peter.

Et la foule d'enfants perdus réagit en conséquence.


Sepia ne remua pas : seul ses yeux trahissaient ses émotions. Des éclats de tomates, giclées d’œufs et éclaboussures d'ordures le salirent lui aussi qui se trouvait près du pauvre Banni, qui se débattait, au comble du désespoir.
Lentement, le Grisé déglutit, les larmes lui grimpant au visage. Cette scène l'emplissait de tristesse, de haine et d'un certain trouble, comme à chaque fois. À cette heure, il détestait Peter Pan. Il le détestait autant qu'il admirait sa manière de séduire, de manipuler la foule pour la mettre dans sa poche et ainsi la faire agir comme bon lui semble. À cette heure, il voyait un adulte, de ceux qui aiment la guerre, de ce qui savent faire et peuvent faire. Pas un enfant innocent au sourire naïf.

La Sentinelle s'écarta un peu, inconsciemment, pour laisser place aux quelques jeunes possédant une once d'empathie. Leur visage s'imprima dans sa tête, et un fin sourire étira ses lèvres. Un sourire las, presque inexistant, tout juste visible.
Sa main vint retirer la coquille d'un œuf qui avait élu domicile entre ses boucles brunes. Un jour probablement que les garçons apprendraient à viser. En attendant, Sepia avait l'impression de partager quelque peu le malheur du Fautif, et cela le soulageait quelque peu, comme s'il n'avait pas à se reprocher son manque de solidarité.

L'effervescence se calma quelque peu. Certains s'éloignèrent.
L'enfant rejoignit le Condamné et silencieusement, essuya les quelques saletés qui tâchait son visage et obstruait sa vue. Puis, il glissa dans sa poche une lame d'à peine quinze centimètres, la seule qu'il était parvenu à camoufler sur lui.

- Que vais-je faire, maintenant ? S'enquit l'autre garçon, implorant.
- Ce que tu sais faire le mieux.

Il leva les yeux pour pouvoir affronter les siens.

- Vivre.

Aidé de quelques autres Sentinelles, il défie les liens du Banni. Sepia resta au poteau pour ramasser les ordures tandis que les autres allaient sûrment le jeter quelque part dans la Jungle non sans omettre de le malmener.
Revenir en haut Aller en bas
Dorian Craie
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le Bannissement    Ven 19 Fév 2016 - 7:35

Dorian Craie était intrigué par ce qu'il se tramait dans le camps de l'enfant roi. Après tout, à force de le suivre, il savait que cela pouvait devenir... Intéressant. C'est donc tout naturellement au monde qu'il s'incrusta là où il semblait y avoir le plus de monde. Pour une raison qu'il ignorait encore, mais ça, il n'allait pas tarder à en connaitre certain détails. Ça chuchotait beaucoup et des regards étaient présent sur un gamin attaché a un poteau. Hum, encore un de ses bannissement ? C'est fou ça, il avait presque l'impression qu'il y en avait beaucoup. Ou pas. Il ne sait plus, et il s'en fiche, il fait ce qu'il veux, Dorian.

C'est d'ailleurs pour ça que quand Peter fait son entrée, il en profite pour se glisser sur lui, a partir d'une de ses jambes. Et il resta sur lui, immobile, de manière a ce qu'on le voie le moins possible pour le moment. Non, il n'avait pas peur de Peter, ce trait de craie. Et il avait hâte de faire blêmir certains enfants alors qu'il serait sur le visage de ce cher enfant roi. Dans ces cas là, il a du mal a se retenir de rire, mais il tient bon, car voilà, il faut mieux éviter de rire si l'on ne veut pas se faire repérer par la personne sur laquelle on est. C'est le silence absolu quand il est là. Tout le monde attend que le manège du petit roi se mette en marche. Tout le monde semble attendre quelque chose. Un truc. Il lui semble que d'habitude, des gens prennent la parole avant Peter. Mais aujourd'hui, cela ne semble pas vraiment être la cas. C'est plutôt curieux.

Puis vint enfin le fabuleux moment où il demanda sa couronne et son sceptre. Dorian se frotte les mains, prêt à se déplacer sur les vêtements de l'enfant roi. Et alors qu'il déclarait on ne sait quelles choses, Dorian se retrouva sur le visage de Peter. Il y faisait plein de choses. Danser, faire des grimaces, ce qui pour un trait est vraiment compliqué, il faut le savoir ! En gros, il fait n'importe quoi, et il voit bien les regards horrifiés de certains enfants. Dorian s'amuse comme un petit fou. Il faisait le tour de la tête du roi, dessinait quelques petites choses sur sa couronne etc. Puis une fois qu'il se fut bien amusé et que Peter eut rendu son jugement irrévocable, il se hâta de partir, avant qu'on ne décide de le trouver et de l'asperger d'eau. Il n'est pas fou, le Dorian, il n'aime pas l'eau, donc voilà, il s'en est allé pour quelques jours hors de la maison des garçons perdus, attendant qu'on commence à oublier ce qu'il venait de faire sous le nez de tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Ancienne Perdue
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le Bannissement    Sam 19 Mar 2016 - 3:58

Fluffy ne comprenait pas grand-chose, mais elle savait une chose avec certitude : ce qui se passait était grave. Alors elle suivait le mouvement des garçons perdus qui se dirigeaient tous au même endroit, ballottée, le visage fermé, parfois percé d'une lueur de peur ou de déception. Peur de quoi ? Déçue de quoi ? Juste peur. Juste déçue. L'ambiance surréelle au Grand Arbre s'accrochait à elle, un peu comme les lucioles qui volent de partout finissent par s'accrocher à la rétine, y ajoutant des points de lumière imaginaires. Elle ne voyait rien, toute vue bloquée par les dos des deux grands placés devant elle, mais elle faisait comme tout le monde : elle attendait Peter. Elle savait que c'était Peter qu'on attendait, parce que qui est-ce que ça pourrait être d'autre ?

Elle ne le vit pas arriver non plus, mais elle sut qu'il était là, parce que tout le monde bougea, et que la tension créée par l'anticipation s'envola d'un seul coup. Peter était là, avec toutes les réponses.

- Oh…

Alors c'était ça. Ils étaient là pour punir quelqu'un… Banni.

« Ba »

« Ni »

C'était deux syllabes.

Deux syllabes enfantines, toutes simplettes, et porteuses pourtant d'une telle solitude, qu'elle en eut les larmes aux yeux.

Elle ne savait pas ce qu'il avait pu faire, pour mériter une telle punition. Elle croyait que sur l'île, on pouvait jouer pour toujours, et lui, il n'aurait plus le droit de jouer avec personne.

C'était triste.

D'ailleurs tout le monde était triste. Peter et d'autres, parce qu'ils se sentaient trahis. Lui parce qu'il allait devoir partir. Ses amis parce qu'ils devraient lui dire au revoir. Non, en fait, ce n'était pas vrai, il y avait de la joie aussi, comme s'ils étaient sur le point de commencer un nouveau jeu. Est-ce que c'était un jeu ? Ou peut-être que l'enfant ne voulait plus jouer, que c'est lui qui voulait partir ? C'était confus. Trop de gens. Trop d'émotions.

La politique de la « cour » de Peter lui passa totalement par dessus la tête. Après tout… elle ne connaissait encore personne, vraiment, juste des noms et des visages qui défilaient, quelques uns seulement qu'elle avait retenus, Laila, Freckles. Alors, quand Peter annonça qu'ils pouvaient faire ce qu'ils voulaient et qu'il ne punirait personne, elle le prit au mot, et, s'approchant du banni quand elle en eut l'occasion, elle resserra ses petits bras autour de lui.

- Au revoir, toi.

Elle ne savait pas son nom.

Et quand elle se prit un œuf dans le dos, elle fronça les sourcils.

- Aïe.

Regard furtif vers l'arrière.

- J'ai rien fait, moi...

On ne lui ferait jamais croire que les câlins étaient un crime. Elle s'éloigna de la pluie de projectiles, laissant le banni à lui-même, se réfugiant dans la foule rassurante, flot de personnes unies, dont elle faisait intégralement partie… Elle, elle ne partirait jamais d'ici.
Revenir en haut Aller en bas
Ancienne Perdue
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le Bannissement    Ven 20 Mai 2016 - 17:19

Un bannissement. Le mot que tous avaient à la bouche. Dinky n'aimait pas ce mot. Pourtant, elle faisait comme les autres. Elle se dirigeait, d'un pas lourd vers l'arène, prête à voir le procès du futur bannis.

Elle aimerait pouvoir se réfugier dans un petit trou pour en ressortir une fois le procès finit. Mais cela ferait-il d'elle une traître ? Elle n'en savait rien et puis elle ne voulait pas le savoir alors elle suivait le groupe.

Tous étaient surexcités, sauf quelques-uns, dont le visage traduisait soit de la tristesse, soit de la colère, et parfois même de la peur. Dinky, elle, était incapable de donner un mot sur ce qu'elle ressentait. Elle savait juste qu'elle n'aimait pas ça. Elle n'aimait pas voir de la souffrance dans les yeux d'un enfant.

Enfin, elle entra dans l'arène. Elle aurait voulu rester derrière les autres, attendre que Peter annonce la sentence et partir mais ses jambes l'amenèrent malgré elle tout devant.

Que le spectacle commence...

Le jeune garçon était accroché à un poteau en bois. Ses poignets étaient en sang, ses yeux étaient rouges et gonflés, sûrement à cause des larmes. Pourtant, l'espoir y était toujours présent.
Qu'espérait-il ? Que Peter lui pardonne ? Même si Dinky était jeune et qu'elle ne savait pas vraiment pourquoi il était là, elle savait qu'il n'en ressortirait pas avec un simple pardon.
Peter arriva enfin, le silence devint roi.

Un silence, lourd et gênant, qui mettait mal à l'aise la fillette. Elle voulait partir. Maintenant.

Elle tenta de faire demi-tour mais c'est comme si les enfants derrière elle étaient devenus un mur, à force de se coller et de se serrer les uns aux autres. Elle était piégée.

Le futur bannis, demanda de quoi vivre, de la nourriture, de l'eau. Peter hésita un moment. Dinky espéra qu'il dirait oui.
La réponse du jeune tyran, la satisfit à moitié. C'était les enfants qui pouvaient lui donner ce qu'ils voulaient.  
Dinky fouilla dans ses poches et trouva deux baies, une brindille et un caillou plus ou moins coupant.  

Peter annonça enfin la sentence que tous attendaient. Les cris et les insultes reprirent de plus belle et nombreux furent ceux qui lancèrent des cailloux.
Le cœur de Dinky se fit lourd et elle s'approcha timidement du bannis. Elle lui donna ses trésors et repartit.

Il valait mieux oublier.  
Revenir en haut Aller en bas
Ancien Perdu
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le Bannissement    Mar 21 Juin 2016 - 3:37


C'était le premier Bannissement auquel il assistait et il espérait du plus profond de son coeur - tout en sachant que c'était une lubie - que ça serait le dernier. L'Arène était un lieu désagréable. Les oiseaux ne chantaient pas, le vent ne soufflait pas et le soleil était masqué par un épais nuage.

En cet endroit, la terre elle-même avait une odeur de sang.

Seamy se tenait dans le cercle entourant le poteau. L'apercevant, les deux garçons qui se trouvaient devant lui s'écartèrent. Il ignorait si c'était dû à son aura ou l'air grave qu'il affichait mais peu lui importait. Le garçon était attaché et semblait souffir, alors que Peter énonçait gravement sa sentence. Seamy ne comprenait pas. Peter avait autorisé les enfants à fournir de l'aide au banni mais seuls quelques rares d'entre eux avaient bougé et, ceux-la même, avaient été victimes de la pluie de projectiles qui fondait maintenant sur le garçon en disgrâce.

Seamy était au premier rang et avait une vue dégagée sur toute la scène mais il ne comprenait pas. Ni la dureté de Peter, ni la sécheresse de Jay, ni le rire de Pit, ni l'inaction de tout ces visages sur lesquels il pouvait mettre un nom. Du regard il chercha son chef, il chercha Soul. Ce dernier fixait le banni avec un regard exprimant une profonde mélancolie. Néanmoins il ne bougeait pas.

Le Mordu regarda encore autour de lui, cherchant cette fois le bras droit des Soigneurs. Lorsqu'il l'a repéra enfin, Green affichait une attitude qu'il ne lui avait jamais vu. Elle d'ordinaire si colérique et farouche semblait presque... Appeler à l'aide. Néamoins... Elle ne bougeait pas.

Il le savait. Il savait qu'il devait apporter au garçon toute l'aide qu'il le pourrait. Il fit un pas en avant, sortant du cercle. Le regard du banni croisa alors le sien...

Ce fût un instant terrible, qui ne dura qu'une seconde mais que Seamy ressenti comme une éternité. Dans ce regard, il lu la crainte.

Le garçon baissa les yeux. Il avait eu peur. Au moment où il avait vu le soigneur aux yeux violets sortir du rang, il s'était préparé à recevoir une nouvelle pierre...

Alors avec lenteur, Seamy fit un pas en arrière et regarda le banni s'enfuir alors que les projectiles pleuvaient. Il resta debout longtemps encore alors que la foule se dispersait. Et quand il fut finalement seul, au coeur de l'arène, une larme coula sur sa joue.

«Lui aussi, il avait peur de moi...»
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Bannissement    

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Call of Duty - Black Ops : Les différents bannissement
» Hdd Non Officiel Et Bannissement
» 1er bannissement du forum
» Le marteau du bannissement a frapé...
» Banned List pour l'EDH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Grand Arbre :: Les Alentours du Camp-