Partagez | .
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Ciel
avatar

☼ Prince des Fées ☼


✘ AVENTURES : 159
✘ SURNOM : Le Lorialet - parfois le petit prince
✘ AGE DU PERSO : Un hiver

✘ DISPO POUR RP ? : oui
✘ LIENS : Dessine-moi un mouton et Apprivoise-moi.

MessageSujet: Re: Le Dépit amoureux   Sam 4 Juil 2015 - 15:19



Le Dépit Amoureux

Ciel & Obéron




Ciel n’était point assez expérimenté pour connaitre les subtilités, s’apparentant souvent à une délicatesse séductrice, des rapports entre les gens de sexe opposé – d’autant qu’il en existât trois chez les fées. Il observa le manège d’Obéron d’un œil perplexe, aussi interloqué par son attitude charmante – charmeuse ? – que par l’effet qu’il semblait provoquer chez la gente féminine. Il se montra également quelque peu déçu que l’Ébloui décline la proposition de la fée aristocrate.

Vous étiez intimidé, messire ?

Ciel leva la tête vers lui – ils étaient toujours collés l’un à l’autre – et fit non de la tête, lentement.

Avez-vous fait votre choix ?

Le vendeur était revenu et dardait sur eux un regard luisant, presque gourmand. Ciel lui adressa un sourire poli.
Puis, il se dirigea de sa démarche digne et légère en direction d’un rayonnage un peu à l’écart.

Je voudrais… commença-t-il, tout en laissant ses doigts blancs et fins glisser sur les étoffes. Je voudrais un habit plus simple. Je voudrais un habit que pourrait porter une fée des champs. Une fée comme vous.

Il tira alors du rayonnage un ensemble pendu à un cintre en aiguilles de pin. Un petit ensemble vert pâle, orné d’un gros ceinturon en tissu de la couleur d’un bouton d’or.

Pensez-vous que ceci se mariera bien avec mon écharpe dorée ? Est-ce qu’une fée des champs pourrait se vêtir d’un tel costume ?

Il s’approcha du vendeur et lui tendit le vêtement d’un geste doux.

Votre pouvoir est plus joli que le mien. De toutes façons, du pouvoir, je n’en ai presque pas. Je suppose que c’est pour cela que Mab a tant pitié de moi…

Il avait dit cela sans tristesse, et c’était peut-être le plus triste.

Et si nous lui fabriquions un présent ? Vous êtes fort habile dans l’art floral. Nous pourrions lui concevoir une cape, une couverture, ou même une couronne tout en fleurs. Qu’en pensez-vous ? Ainsi, je serai réellement votre apprenti.

Il était à présent bien plus enthousiaste, ses yeux étincelaient d’un bleu très vif.

Toutefois, je ne connais pas sa fleur préférée. Lorsque je lui demande, Mab me répond : « C’est comme pour les fées, je les aime toutes différemment, mais je porte chacune d’elles dans mon estime et dans mon cœur ».

Le petit prince sourit légèrement.




Codage by TAC







Ciel murmure en darkkhaki.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancienne Fée
avatar

Invité



MessageSujet: Re: Le Dépit amoureux   Mer 8 Juil 2015 - 22:23

Il détailla la tenue que Ciel lui présenta et étudia la question avec grand sérieux. Lui-même choisissait ses vêtements avec grand soin, même si cela était devenu quelque chose de naturel chez lui au fil des années. Il était toujours bon de se sentir bien vêtu et présentable. Et puis, on ne savait jamais, il suffisait d'une seule fois pour croiser le chemin de sa belle …

- Vos goûts sont raffinés, le choix est superbe. À votre place, j'aurais néanmoins préféré quelque chose comme cela.

Il présenta au petit Prince un habit léger composé d'une chemise lacée en fleur de coton et surmontée d'un gilet sans manche en feuilles d'érable. Très simple, distingué, ce qui plaisait au fé.
Les mots de Ciel laissèrent l'Ebloui quelque peu touché. Il comprenait ce qu'il pouvait ressentir. Pour une fée, ne pas avoir de pouvoir, ou très peu, c'était comme une abeille incapable de butiner, même si elles étaient toutes considérées à leur juste valeur malgré les faiblesses de chacune. Obéron était malgré tout curieux de savoir comment le jeune fé pouvait occuper ses journées.

- Je suis sur que vous portez en vous autant de pouvoir qu'une autre fée.

Avait-il entendu cette petite phrase ? Pas sûr, car il enchaîna directement, reprenant son air enjoué, la petite lueur amère disparaissant aussitôt de sa voix.
Obéron sourit aussi légèrement que lui, avant de s'en vouloir. Finalement, il obtenait ce qu'il voulait … Il s'était joué de Ciel pour en arriver là, et maintenant qu'il obtenait satisfaction, il culpabilisait. Que lui avait-il pris de se montrer si violent ? Son acte aurait pu lui causer la vie, ce fut même un miracle que le petit Prince ne s'en soit tiré qu'avec de vulgaires égratignures et des vêtements déchirés.

Mais en même temps, cela faisait tellement, tellement d'années qu'il attendait une occasion comme celle-ci … Et puis, c'était bien le jeune fé qui lui avait proposé, non … ?


- Toutefois, je ne connais pas sa fleur préférée. Lorsque je lui demande, Mab me répond : « C’est comme pour les fées, je les aime toutes différemment, mais je porte chacune d’elles dans mon estime et dans mon cœur ».

Un petit air nostalgique changea quelque peu le visage du fé des champs. Cela lui ressemblait tellement … elle n'avait pas changé.

- Et bien, ce serait avec joie de collaborer avec vous. Laissez-moi juste régler vos achats et nous nous trouverons un coin calme pour commencer votre œuvre.

Ceci fait, l'Ebloui s'arrangea pour s'éloigner légèrement des Quartiers. La pleine Nature était son lieu de prédilection, après tout.

- A vous de faire fonctionner votre tête, jeune apprenti, lui dit-il une fois arrivé. L'absence de pouvoir n'est pas, et n'a jamais été un frein à l'imaginaire. Je serais votre pinceau et vous serez l'artiste. Exprimez-moi vos idées, je les ferai naître devant vous. Ce sera notre cadeau, à nous deux. Pas plus à moi qu'à vous.

Ses ailes frétillèrent tandis qu'il se frotta lentement les mains l'une contre l'autre pour s'échauffer. Il était curieux de voir ce dont il était capable de faire. Peut-être l'estime qu'il avait de lui-même allait-elle remonter de cette manière. Obéron n'avait jamais été méchant, voir quelqu'un ainsi dans la détresse le rendait malheureux à son tour, alors si ses connaissances et son expérience pouvait servir à venir en aide, pour sûr qu'il s'en servait.
Revenir en haut Aller en bas
Ciel
avatar

☼ Prince des Fées ☼


✘ AVENTURES : 159
✘ SURNOM : Le Lorialet - parfois le petit prince
✘ AGE DU PERSO : Un hiver

✘ DISPO POUR RP ? : oui
✘ LIENS : Dessine-moi un mouton et Apprivoise-moi.

MessageSujet: Re: Le Dépit amoureux   Mer 22 Juil 2015 - 22:24



Le Dépit Amoureux

Ciel & Obéron




Le Petit Prince était très emballé par son projet, et une certaine fébrilité avait commencé à s’emparer de lui. Il réfléchissait avec ardeur, tout en imposant à son corps, déjà fatigué par les récentes péripéties qu’il venait de vivre, une agitation soutenue. Les idées se bousculaient dans son esprit, mais un détail quelconque les rendait toujours imparfaites.
Il poussa un soupir de découragement, se laissant tomber lourdement sur un caillou, le visage posé sur les paumes et l’expression minée.

Mab a tout ce qu’elle désire et plus encore, comment trouver un présent qui saurait la ravir ?

Une couronne ? Elle en possédait déjà une par saison, sans compter celle des grandes occasions. Un sceptre ? Le sien, dont elle usait rarement du reste, lui suffisait certainement amplement. Elle avait des robes par milliers, des souliers à n’en plus finir, et ses bijoux faisaient l’admiration de tout le peuple féérique.
Mab était non seulement mirifique et charmante, mais elle possédait tout pour être en outre l’élégance personnifiée. Et pourtant…

Et pourtant, ce fut précisément ce constat qui illumina la cervelle dépitée du Petit Prince. Mb était autre chose qu’un modèle de magnificence. Mab, lorsqu’elle ôtait sa couronne et ses parures officielles, était une fée accaparée par des émotions diverses et, certainement, accablantes. Une fée qui avait traversé les âges et les tourments et qui ne pouvait en demeurer indemne. Une fée, parfois, fatiguée. Fragile, seule. Qu’un peu de chaleur viendrait réchauffer…

Je crois que j’ai trouvé.

Sa voix était grave, sérieuse, assurée. Il se leva.

Un châle.

Il s’approcha de quelques pas rapides d’Obéron. Son agitation confuse avait laissé place à une attitude posée, stable.

Voilà un habit que personne n’aura songé à offrir à la Reine. Personne ne prend le temps d’imaginer qu’elle pût souffrir du froid, ou même éprouver le moindre frisson. Personne ne pense que Mab fût atteint des mêmes faiblesses que tout autre, et il faut bien dire qu’elle fait tout pour alimenter cette façade. Pourtant, un châle… Voilà un présent plus intime, plus beau qu’il n’y parait. Un châle, seigneur Obéron. En toile d’araignée parme et en tige de pâquerette tissée, en laine de serpanguille velue et en pétales de rose et de jonquille… Oh, vous n’êtes certes pas tailleur, mais je ne doute pas qu’à nous deux, nous saurons nous y prendre. Alors ?

Tout en attendant la réponse d’Obéron, il repensa aux ouvrages multiples dans lesquels il s’était passionnément plongé dans sa grande chambre. Il avait tenté d’en mémoriser chaque détail, afin que son approche toute théorique du monde soit au plus proche de la vérité. Afin qu’il soit en mesure de s’imaginer y vivre, pour de vrai.
Il savait où vivaient les serpanguilles velus qui avaient probablement perdu leur pelage sous l’effet de la chaleur torride. Obéron, grâce à son aisance aérienne, n’aurait aucun mal à attraper les toiles parmes. Ciel s’approcha d’un ultime pas.

Pourquoi ne pas ajouter un petit élément lié à vous-même ? Ainsi, Mab aura un indice quant au deuxième auteur de cet ouvrage…

Il sourit faiblement et ajouta :

Si je lui narre moi-même nos aventures, elle risquerait de succomber aussitôt à l’emportement. Tandis qu’un clin d’œil l’intriguera, l’amusera, la fera sourire, et tempérera son éventuel courroux. Vous savez, elle est sensible aux petites attentions, surtout les plus délicates et les plus mystérieuses…

Il était difficile de croire que le Petit Prince, si prude et possessif, venait de faire une telle proposition. Peut-être savait-il au fond, que les transports d’Obéron ne trouvaient de toute façon jamais d’écho. Peut-être aussi qu’il s’était un peu oublié au profit de son compagnon qui, de fil d’araignée en aiguille de pin, avait su l’émouvoir.



Codage by TAC







Ciel murmure en darkkhaki.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Ombre
avatar



✘ AVENTURES : 1673

MessageSujet: Re: Le Dépit amoureux   Sam 5 Sep 2015 - 15:49

The End


C'est, il est vrai, un prince petit,
Mais il se pourrait qu'aujourd'hui,
Sous l'influence de l'Ébloui,
Le prince ait quelque peu grandi,
Non par l'aigreur et la douleur,
Mais par l'ouverture du coeur,
Et l'inattendu bonheur,
D'être en lieu de gâté, donneur,
Et de permettre à une autre âme,
D'effleurer un rêve, une dame.



FIN DE L'AVENTURE




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverneverland.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Dépit amoureux   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» [RESOLUE]Avoir les trophées : "Fou de la vitesse" et "Amoureux des hauteurs"
» ALEC le psy- ne respectant pas la règle d'or, il est tombé amoureux de sa patiente
» Saint Valentin (PNJ) patron des amoureux
» Pour Tourmaline et tous les amoureux
» L'arbuste des amoureux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Vallée des Fées :: L'Arbre aux Fées :: La Citadelle Féérique :: Les Beaux Quartiers-